Du contrôle au conseil : 40 ans de CAUE. Témoignage de Henri Le Pesq

Du 27 février au 3 avril 2017, Politiques de la culture met en ligne les communications et les témoignages donnés à l’occasion de la journée d’étude sur le 40e anniversaire de la loi sur l’architecture

Témoignage d’Heni Le Pesq, ancien directeur du CAUE des Côtes d’Armor

Sans doute devrait-on plutôt dire : 40 ans de CAUE, entre conseil et contrôle ?

En effet, lautorisation de construire suppose aujourd’hui encore un contrôle. Le conseil, sil sest développé durant ces décennies, ne sy est pas substitué.

Fin des années 70, c’était une autre époque : la décentralisation était un projet et les services de l’État, forts de son autorité, assuraient la gestion du territoire. Dun côté les ABF, les « Beaux-Arts », avec leur pouvoir régalien et de lautre les services de l’Équipement dont les subdivisions maillaient nos départements, géraient les permis de construire sans guère de recours possible et sur un mode souvent vécu comme arbitraire, voire comme de la censure, par les pétitionnaires.

Je pense dailleurs que cette situation n’était pas toujours bien vécue non plus par les services de l’État et leurs agents, bien démunis et peu outillés pour cette tâche.

On vit apparaître un peu partout des plaquettes de conseils commandées par les DDE à des architectes locaux, on mit en place des architectes-consultants chargés de seconder les services dans linstruction des permis de construire, on se lançait dans des expériences dassistance architecturale avant la mise en place des CAUE.

Il sagissait, selon les propos du Ministre Roger Quillot, à Avignon en décembre 1981, « de passer de la censure architecturale au conseil architectural».

Mais, comme le disait à la même occasion Jean-Pierre Duport, tout nouveau Directeur de l’Architeture :

L’orientation est claire: moins de contrôle et, si contrôle, le plus en amont possible, à partir de règles connues et définies auparavant. Beaucoup plus de conseils, moins de contrôles , très bien! mais comment? suivant quelles modalités pourra se créer ce débat entre le citoyen et l’ensemble de la collectivité publique autour de la création architecturale?

Fin 1979, je me suis retrouvé en charge du CAUE des Côtes du Nord.

Jarrivais de lAdministration de la D.D.A. où j’avais été pendant deux ans architecte-conseil du Ministère de l’agriculture.

Nommé par Charles Josselin à la tête d’une petite équipe d’architectes dont j’étais le benjamin, nous étions, pour la plupart, d’une génération un peu « post soixante huitarde » comme l’a dit Florence Contenay ce matin. L’interdit d’interdire était encore proche.

J’étais entré à l’école de Rennes en 1969, j’en étais sorti en 1975 avec un diplôme sur « les politiques du logement et les luttes urbaines à Porto* » qui signalait déjà une orientation professionnelle.

Si nous étions très attendus par les élus et l’administration, nous l’étions également par la profession avec parfois quelques soupçons. C’est l’époque, novembre 1980, où François Chaslin écrivait dans la revue Architecture :

Pauvre régionalisme breton : ses derniers lambeaux ont été émiettés, étiquetés et dispersés en fragments dérisoires aux quatre coins des lotissements et des mini-ZUP de campagne. Deux pignons pointus, deux pans d’ardoise, une touche de granit autour de la porte et puis Stop! C’est assez. Néo-bretons, vos maisons devront désormais être sobres, si vous ne l’êtes pas. Ce ne seront que tristes cubes de ciment, bien blancs et pauvrement coiffés de noir. Vous serez anonymes; vous ne vous ferez pas remarquer puisque vous n’êtes rien, ouvriers déracinés du joint français, péquenots, sans culture et sans goût, gens de peu. La censure architecturale veille: il ne faut pas jouer à faire le breton; il ne faut plus se déguiser. C’est interdit. La fête est finie, elle avait trop duré. A faire entrer cette idée dans les dures caboches de ce pays, le Caue, Conseil d’architecture, urbanisme et environnement, tout nouvellement créé, aura du pain sur la planche. Reconnaissons qu’il se défend de vouloir chausser les grandes bottes de la censure mais attention: ici on l’appelle déjà le cahoué, comme ces blousons K-Way que l’on met lorsqu’il va pleuvoir.

Révolution des œillets

Nous n’étions certes pas très fans du néo-breton qui s’imposait alors comme le modèle codifié pour notre région, championne du lotissement et de la maison individuelle mais, loin de toute idée de contrôle, notre préoccupation était bien d’apporter une aide véritable aux accédants à la propriété.

Nous étions très motivés, plutôt orientés vers les questions sociales avec un fort désir d’être utiles et de partager notre passion pour larchitecture. Jeunes, pleins de bonne volonté, nous étions par ailleurs bien mal armés, peu outillés et à vrai dire sans véritable corpus théorique pour mener à bien les missions qui nous étaient confiées. Alors comment faire sinon expérimenter, réfléchir?

Nous avons commencé par débattre en équipe de principes simples que nous avons soumis à l’approbation de notre Conseil d’Administration. Après une phase d’expérimentation sur des territoires différents (zones rurales, littorales, urbaines …) il s’agissait d’étendre tout dabord le service à l’ensemble du département en veillant à rendre service aux pétitionnaires en leur évitant notamment des surcoûts inutiles.

Pour le reste, nous souhaitions faire évoluer cette architecture banalisée néo-bretonne, préserver le patrimoine local et favoriser une architecture de création. Un des débats qui agitait les CAUE dans cette période était la recherche d’une « architecture régionale contemporaine ».

Contrairement à beaucoup de CAUE, nous avons fait le choix de nous appuyer sur les services de la D.D.E. et d’assurer nos permanences sur les lieux d’instruction des permis de construire, les subdivisions de l’équipement. Cela nous permettait de bénéficier d’un réseau déjà constitué, de disposer de documents réglementaires pour assurer nos conseils. Cela permettait surtout de sensibiliser, former et conseiller également les instructeurs de permis généralement perdus et prompts à la censure dès que les projets s’écartaient de leurs références culturelles, en un mot de coordonner le conseil et le contrôle, ceci avec toute l’ambivalence, voire l’ambiguïté de l’exercice. En effet, les personnes qui venaient nous demander des conseils n’étaient pas tenus de les suivre, mais devaient savoir que l’administration, dans le doute, nous demanderait notre avis lors de l’instruction de leur dossier…

Aux débuts, nous avions constaté qu’environ un tiers des demandeurs venaient après un premier refus de leur projet, un second tiers au moment même de le déposer et un dernier tiers très en amont de toute demande. Notre objectif était de développer ce conseil très en amont, gage d’un meilleur travail pédagogique, ce qui se fit au fil du temps.

Sur trente-cinq ans, près de 40 000 personnes ont pu bénéficier de ce service, je ne compte pas le nombre de ceux qui, aujourd’hui âgés, nous ont remerciés de les avoir aidés à penser l’accessibilité de leur maison, son orientation pour bénéficier du soleil, de les avoir « sauvés » de la mode des petits carreaux …

Mais sur cette période, les choses ont évoluées, la donne a constamment été renouvelée et il nous a fallu nous adapter.

C’est tout d’abord la décentralisation et le passage progressif à la responsabilité des élus pour toutes ces questions. Nous avons pu constater une forme de raidissement de l’instruction des permis de construire. Lorsque l’État tout puissant était en charge de cette responsabilité, il était son propre assureur et pouvait se permettre de gérer les autorisations avec un peu de souplesse, les CPPC (conférence permanente du permis de construire) prenaient souvent en compte la situation sociale des pétitionnaires.

Nous nous étions interrogés en février 1994, en organisant un colloque: « Le permis de construire aujourdhui: entre décentralisation et tutelle » dont la question, non formalisée, était de fait, faut-il laisser le permis de construire aux élus?

Les collectivités en acceptant cette responsabilité ont vu, dans un louable souci de sécurisation juridique, se réduire leur marge d’appréciation. Leurs avis sont en fait très encadrés par les différents règlements (PLU, ZPPAUP, AVAP …) ainsi que par le contrôle de légalité. Nos interlocuteurs ont changé, c’est aujourd’hui vers les élus locaux et les services instructeurs des collectivités locales qu’il nous faut nous tourner.

Le public est aussi très différent, son regard sur ces questions a changé peut-être un peu grâce à nous, mais également grâce à l’évolution des médias. Le foisonnement de revues, souvent de qualité, et d’émissions télévisées grand public sur l’architecture favorisent l’apparition d’une récente culture architecturale et de candidats à la construction beaucoup mieux informés et intéressés.

Les techniques et de nouvelles préoccupations ont également largement modifié notre activité de conseil. Si, dans notre première exposition*, en 1981, nous parlions déjà de solaire, de bioclimatique ou de construction bois, la question des économies d’énergie, déjà présente, n’avait pas encore envahie le monde de la construction ; le passage de la pierre au parpaing enduit s’était fait, mais parler d’isolation par l’extérieur nous faisait passer pour des farfelus et nous étions très loin de la RT 2012, des BBC ou des BPos.

Les CAUE, enfin, ne sont plus tout à fait les mêmes, nous nous sommes de plus en plus ouverts à d’autres thématiques essentielles: l’urbanisme, les espaces publics, le paysage …

Ma surprise fut grande, à l’occasion d’un débat à la Fédération nationale des CAUE sur l’article L652 du projet de loi relatif aux patrimoines culturels, de constater que beaucoup avaient peu ou prou abandonné ou du moins limité au strict minimum cette mission de conseil aux particuliers. C’est pourtant une des quatre missions de base fixées aux CAUE.

Elle est pour moi fondatrice de nos associations. Le 3 janvier 1977 fut, en effet, également voté une loi portant réforme du financement du logement avec pour objet de faciliter laccession à la propriété et de promouvoir la qualité de lhabitat. Le lien entre les deux lois est évident.

Nous avons toujours veillé, en Côtes d’Armor, à maintenir ce service qui fut assuré par l’équipe d’architectes. C’était notre façon d’être présents et reconnus sur tout le département, ce qui nous permit souvent de développer d’autres actions.

En voici un exemple où le CAUE fut présent et associé à toutes les étapes, d’un simple conseil à un projet de territoire.

Bernard, un des architectes-conseillers repéra, lors d’une de ses permanences dans la région d’Uzel, une architecture rurale exceptionnelle qui l’intrigua. Son conseil donné, il souhaita en savoir plus et interrogea des historiens et des érudits locaux qui lui révélèrent un pan d’histoire locale occultée. La région avait été fort riche au XVIIe et XVIIIe grâce aux célèbres «Toiles Bretagnes». Les pièces de lin, tissées dans le pays dUzel, de Loudéac, Quintin et Moncontour étaient ensuite exportées via Saint-Malo vers Cadix. Là, elles prenaient la direction des colonies espagnoles de l’Amérique Latine, semant sur leur passage de véritables fortunes qui se concrétisèrent en marquant de leur empreinte le paysage de la région et en façonnant son patrimoine architectural. Informés, les élus sollicitèrent le CAUE pour un inventaire de ce patrimoine ce qui déboucha sur un premier projet touristique « La route des toiles ». Le tout fut accompagné d’actions de sensibilisation pour les scolaires, de formation des artisans locaux … Un projet intercommunal de musée de la toile fut décidé dans la petite commune de Saint-Thélo (413 habitants). Le Maire ,heureux mais un peu inquiet d’un afflux de visiteurs dans son bourg, souhaita « l’embellir » et s’appuya sur les conseils des paysagistes de l’équipe. Ceux-ci détectèrent bien vite une autre demande non formulée: le musée que la commune acceptait n’était pas son projet. Mathieu, autre architecte-conseiller lui suggéra de prendre une initiative complémentaire au musée. Le CAUE prit contact avec les Nouveaux commanditaires de la Fondation de France ce qui déboucha sur un projet de Tadashi Kawamata … qui fit des émules (Claude Lévèque à Plougonver, Matali Crasset à Trébédan, Tania Mouraud à Runan …)

En tant que directeur, je n’ai pas eu l’occasion de faire beaucoup de conseil aux particuliers, mais il m’est arrivé de recevoir des candidats à la construction qui nous étaient adressés par la D.D.E. voisine. Je les recevais en l’absence d’autre architectes de l’équipe. Je me souviens d’un métreur fort fâché qu’on l’oriente vers nous. Il avait conçu le projet de sa propre maison et s’était essayé à l’architecture, pensant naïvement qu’une toiture terrasse et un plan complexe assurerait une architecture moderne.

« Le logement, c’est votre affaire »  1

Nous avons travaillé tous les deux, calque en main, sans aborder les choix formels mais en nous en tenant à l’optimisation du plan et de son fonctionnement. Très rapidement et avec son aval nous avions gagné une vingtaine de mètres carrés. Il connaissait le prix du mètre carré construit et l’économie faite. Je lui conseillais alors de profiter de cette économie pour faire appel à un architecte, son projet en avait bien besoin!

Je ne sais pas sil a suivi mon conseil. Nous n’avons pas dautre pouvoir que celui dessayer de convaincre.

Je me rappelle aussi un jeune agriculteur reçu dans les mêmes conditions. Lui n’était pas fâché, bien au contraire, il avait dessiné lui-même son projet sur les feuilles quadrillées d’un cahier d’écolier et c’était assez consternant. Ne sachant comment m’en tirer, j’engageais la conversation :

Cette grande pièce, orientée au nord et qui est le long du talus, vous ne prévoyez pas une sortie sur le jardin ? Vous avez prévu de la carreler ? (il avait soigneusement retracé le quadrillage de la feuille)
Ha oui! C’est une pièce, on y va jamais! (la pièce faisait une quarantaine de mètres carrés)
Comment ça?
C’est pour les repas de famille, ça se passe toujours chez nous. On mange, on boit, on rigole, on danse, on a pas besoin de sortir!

Je l’ai laissé me raconter sa maison, il l’avait pensé dans le moindre détail, en accord avec sa vie.…

Il avait prévu de se lancer dans l’auto construction. Il n’avait bien sûr pas les moyens de s’offrir les services d’un confrère. Nous avons passé du temps ensemble à mettre au point son projet et à en simplifier la construction sous un grand toit. J’ai un peu tenu le crayon, mais comment faire autrement? Je ne sais pas s’il est parvenu à bâtir sa maison, si c’est le cas il y est sans doute heureux.

Des histoires de ce genre, les architectes-conseillers de CAUE pourraient vous en raconter des centaines.

Il faudrait encore parler des rapports du CAUE avec les professionnels. Les soupçons du début ont fait, je crois, peu à peu place à la confiance. Le CAUE est un lieu de rencontre autour de ses expositions ou de ses conférences.

La plupart des architectes des Côtes d’Armor savent qu’ils peuvent compter sur le CAUE pour défendre leurs projets notamment auprès des élus qui sont à notre écoute* et acceptent d’en discuter.

Avec le recul, en une quarantaine d’année, les choses ont beaucoup changé dans le monde de l’architecture ordinaire, celle de la maison individuelle. Nous avons le sentiment d’y avoir contribué positivement avec tous les autres acteurs. La mission de conseil peut sans doute être encore sujette à caution, mais elle a incontestablement permis aux choses de progresser.

 

1 En moyenne, 350 communes sur 372 adhèrent au CAUE 22 depuis plusieurs années

[sommaire]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *