Le rôle des UDAP dans la préservation de la qualité architecturale, urbaine et paysagère. Témoignage d’Antoine Paoletti

Du 27 février au 3 avril 2017, Politiques de la culture met en ligne les communications et les témoignages donnés à l’occasion de la journée d’étude sur le 40e anniversaire de la loi sur l’architecture


Témoignage d’Antoine Paoletti, chef du STAP de la Somme


Missions de l’architecte des bâtiments de France (ABF)

Depuis la création du corps des ABF en 1946, le cadre législatif n’a cessé, jusqu’à la loi LCAP1 datée du 7 juillet 2016, de confirmer les trois champs de leur action: conseil, conservation, contrôle, définis réglementairement par le code du patrimoine.

Monuments

En lien avec la DRAC, l’ABF veille à l’entretien des monuments historiques du département dont il a la charge, dont bien évidemment les monuments appartenant à L’État, aux rangs desquels les cathédrales. Si de nombreux monuments historiques sont prolongés dans le respect de l’histoire, d’autres donnent lieu à une intégration dans le présent, que ce soit sous la forme de reconversions, ou d’additions d’architectures contemporaines. Je pense aux exemples de l’ex-région Picardie : le château de Péronne auquel est accolé l’ Historial de la grande guerre conçu par Henri Ciriani ; ou bien encore le château de Blérancourt, et le musée franco américain conçu par Yves Lion.

Abords et espaces protégés

L’ABF est bien sûr en charge du contrôle des travaux – ceux qui relèvent du code de l’urbanisme ou ceux qui relèvent du seul code du patrimoine – aux abords des monuments historiques. Dans les « rayons de 500 mètres », ou dans les périmètres de protection modifiés (dits « PPM » issus de la loi SRU2) devenus aujourd’hui périmètres délimités des abords (PDA) du fait de la loi LCAP ; dans les zones de protection du patrimoine architectural et paysager (ZPPAUP), aires de valorisation de l’architecture et du patrimoine (AVAP), devenus aujourd’hui sites patrimoniaux remarquables (SPR) ; dans les secteurs sauvegardés (avec ou sans règlements), Mers-les-Bains dans la Somme ; dans les sites protégés au titre du code de l’environnement – sites classés ou inscrits – , avec cependant un rôle restreint dans les sites inscrits où l’avis de l’ABF n’est que consultatif.


Moyens de l’ABF

Dans les espaces protégés, réglementairement, l’ABF encadre donc les travaux et veille à la qualité des projets : cela va de la rénovation des bâtiments existants, à la bonne insertion urbaine et paysagère des nouveaux bâtiments, qu’il s ‘agisse de leur volumétrie, implantation, des matériaux ou des couleurs envisagés, toujours dans le respect du tissu existant, de l’histoire et du contexte…

L’ABF siège également dans de nombreuses commissions.

La commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) où sont envisagées les nouvelles protections au titre des monuments historiques, la commission départementale de la nature des sites et des paysages (CDNSP)… Dans le cas de la Somme, des réunions plus spécifiques concernant le littoral on régulièrement lieu en sous-préfecture d’Abbeville…

Avec les autres services de l’État – DDTM3, DREAL4 – , l’ABF doit donner un avis sur les documents de planification et d’urbanisme : Cela va du schéma de cohérence territoriale (SCOT) au projet d’aménagement développement durable (PADD) et plans locaux d’urbanisme (PLU ou PLU intercommunaux). Cette étape est très importante car elle permet d’établir un pré-cadre où sont définies des règles qui faciliteront une bonne intégration des projets à-venir (retraits, hauteurs, volumes…). Dans les mêmes documents, le patrimoine non protégé peut être identifié, tout comme les éléments végétaux remarquables (arbres, haies, mares…)

Il existe également des sujets plus spécifiques : par exemple, dans la Somme, je suis amené à participer à des réunions concernant la revitalisation du centre bourg de Ham. En effet, la ville a été lauréate de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) dans le département.


Forces et limites

  • Le rôle de l’ABF ne va pas sans frustration : le champ réglementaire d’intervention de l’ABF est en gros limité aux espaces protégés et laisse de côté d’autres domaines souvent intéressants et qui nécessiteraient une forme de protection : entrées de ville, grands ensembles, friches industrielles…

  • Par ailleurs, dans le contexte de déprise économique, il existe des bâtiments industriels ou ferroviaires, par exemple, parfois protégés monuments historiques, pour l’intérêt historique et architectural qu’ils présentent. Mais, ils n’en sont pas moins fragiles, abandonnés, sans perspective immédiate de réutilisation (Usines Cosserat à Amiens, Usines Saint Frères à Flixecourt, rotonde ferroviaire de Longueau pour parler de l’exemple de la Somme). Certains bailleurs sociaux peuvent concevoir des logements dans une partie d’un site. Cela va se faire à Beauval, dans l’ancienne usine inscrite aux monuments historiques. Mais c’est une partie d’un site parmi tant d’autres.

  • Chacun d’entre nous, spécialiste ou pas, peut se rendre compte que c’est l’ensemble du territoire qui mérite attention. Depuis la décentralisation, et la création des ZPPAUP, la législation est allée dans ce sens. S’il existe une volonté commune des élus et des habitants, avec l’aide des services de l’État et du Ministère de la Culture, de créer ce type d’outil- ZPPAUP, AVAP, SPR – visant à mettre en valeur les qualités de leur territoire, le cadre de vie peut être durablement préservé, et l’attachement patrimonial au sens large renforcé, compris et défendu par tous.
    Car, édifier un bâtiment et une façade harmonieux, c’est aussi du vivre-ensemble.
    Certains départements français sont plus avancés que d’autres dans ce domaine, celui de la protection de leur patrimoine : Je peux à nouveau parler de mon exemple personnel : dans la Somme, il existe un secteur sauvegardé, et un unique Site Patrimonial Remarquable ; un autre est encore à l’étude.
    Dans la Sarthe, où j’étais en poste auparavant, il existe également un secteur sauvegardé – le vieux Mans – et
    une dizaine de ZPPAUP ou AVAP. Les pays de la Loire et la Bretagne sont exemplaires au regard de l’ex-région Picardie, et cet état des lieux permet aux habitants de mieux s’approprier leur patrimoine, et de prendre conscience de la qualité de leur environnement architectural et paysager.

  • Mais au delà du bâti, d’autres sujets posent problème : dans la Somme, le contexte éolien est très présent, avec une véritable incidence sur les paysages de ce territoire rural. Ces éoliennes dont les pales peuvent culminer à 200 mètres sont parfois situées à moins d’un kilomètre d’un monument historique (chapelle de Sentelie) ; dans le cadre de la nouvelle procédure d’autorisation unique, l’avis de l’UDAP est requis pour l’implantation de ces structures, mais il n’est que consultatif. Aujourd’hui on en est à 800 appareils autorisés pour le département.

Pour conclure, il semble essentiel de garder bien présents à l’esprit un certain nombre de directions de travail, qui permettront d’œuvrer au service de la qualité architecturale et paysagère :

  • Poursuivre la pédagogie et de formation auprès des élus. C’est d’autant plus essentiel à l’heure ou l’instruction d’urbanisme va être transférée aux communautés de communes.
  • Maintenir les liens avec les associations de type fondation du patrimoine qui, dans la Somme par exemple, sauvegarde un patrimoine local particulièrement fragile comme le bâti en torchis.
  • Travailler avec les bailleurs sociaux, à l’heure des améliorations thermiques nécessaires sur un parc ancien devenu vétuste.
  • Agir en synergie avec les autres services de l’État pour avoir une action cohérente sur l’ensemble du territoire.
  • Agir également en synergie avec le CAUE, en menant des actions qui peuvent donner lieu à des conférences communes, des jurys de concours… l’ABF est d’ailleurs membre du conseil d’administration du CAUE)

L’architecture de qualité est un atout formidable pour le territoire : une ville comme Amiens, avec le choix de l’université en ville, a su concevoir des projets d’envergure mêlant savamment architecture contemporaine et patrimoine historique. Cela a été le cas dans les années 1990/2000, avec l’architecte Bernard Huet et la ZAC cathédrale. C’est aujourd’hui le cas avec Renzo Piano pour le projet de la Citadelle qui va être livré dans les mois prochains.


1
LOI n° 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine
2 LOI n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains
3 Dans les régions littorales, les DDTM (Directions départementales des territoires) regroupent l’essentiel de la DDE (direction départementale de l’équipement), de la DDAF (direction départementale de l’agriculture et de la forêt), des directions des affaires maritimes (DDAM ou DIDAM) et une partie des services de la préfecture.
4 Les DREAL (Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement) sont des services déconcentrés du ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer et du ministère du logement et de l’habitat durable.

[sommaire]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *