Le rôle de l’architecte dans la diffusion de la culture architecturale. Témoignage de Pablo Katz

Du 27 février au 3 avril 2017, Politiques de la culture met en ligne les communications et les témoignages donnés à l’occasion de la journée d’étude sur le 40e anniversaire de la loi sur l’architecture


Témoignage de Pablo Katz, membre de l’Académie d’architecture, ancien président de la SFA


Depuis 40 ans, incontestablement, l’intérêt pour l’architecture a beaucoup progressé dans la société française.
Les grands projets présidentiels (notamment sous la présidence de François Mitterrand), ont contribué à éveiller l’intérêt du grand public pour l’architecture contemporaine.
La création de la MIQCP, des maisons de l’architecture et des CAUE a concouru à promouvoir la culture architecturale auprès des élus, des maîtres d’ouvrage, puis plus largement du public.
La généralisation des concours a activement participé à une plus large répartition de la commande, une plus grande émulation des professionnels et une plus importante diversité et qualité des réalisations.
La multiplication des médias spécialisés, des émissions sur l’architecture dans les médias grand-public, des lieux d’exposition et d’information, la prolifération des web magazines portant sur l’architecture, témoignent de l’intérêt croissant que l’architecture et la ville rencontrent auprès du public.
Les architectes se sont impliqués aux côtés de la MIQCP, dans les CAUE, les Maisons de l’Architecture, dans les différents lieux d’exposition et information, ont ouvert leurs agences, ont fait visiter leurs réalisations au grand public (journées portes ouvertes des maisons contemporaines, des agences…), sont allés dans les écoles,…

Pourtant, il apparaît aujourd’hui que ce qui a pu permettre la diffusion de l’architecture, comprise comme une expression culturelle de notre temps, est menacé.
Le contexte de crise, le désengagement de l’État, le transfert de compétences dans le cadre des politiques de décentralisation affaiblissent la MIQCP, mettent à mal les CAUE et les lieux de promotion, diffusion et information.
40 ans après la promulgation de la loi sur l’Architecture, et malgré les efforts de la profession pour promouvoir et faire comprendre notre métier, force est de constater que l’architecture est perçue de façon ambiguë par les citoyens, et que ceux-ci portent souvent un regard sévère sur notre profession.
Pire, si la complexité de notre métier, qui fait appel à de multiples dimensions (fonctionnelle, structurelle, esthétique, historique, sociale, politique, économique, réglementaire et juridique, environnementale,…) le rend d’accès difficile aux non-initiés, il semble que nous ayons aussi de grandes difficultés à nous faire comprendre des maîtres d’ouvrage, politiques et techniques.

En effet, trop souvent le dialogue semble rompu entre les commanditaires et les architectes et le rapport équilibré qui devrait prévaloir dans tout contrat entre deux parties, exprime désormais la méfiance qui règne à l’égard de notre profession.
L’État même, qui avait inscrit dans la loi l’intérêt public de l’architecture et désigné l’architecte comme le garant de cet intérêt, donne des signes de méfiance, qui contribuent à stigmatiser notre métier :

  • La loi concernant la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) incite les collectivités territoriales à se doter de services d’ingénierie publique au nom de l’amélioration de la compétitivité,
  • La loi sur la transition énergétique, elle aussi, prend des dispositions invitant les collectivités territoriales à créer des plateformes publiques,
  • Les discussions à propos de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques ont un temps envisagé la suppression de la clause exigeant la détention de la majorité du capital social des sociétés d’architecture par des architectes.
  • La loi MOP prévoyait une maîtrise d’œuvre indépendante des entreprises. Cette indépendance est progressivement mise à mal, les procédures dérogatoires et les marchés globaux devenant progressivement la norme.

Cela, sous prétexte d’abolir les  «privilèges» des professions réglementées, alors même que le statut de profession réglementée a surtout imposé aux architectes d’énormes responsabilités. Dissoudre l’éthique professionnelle des architectes au sein de sociétés commerciales ce n’est pas s’attaquer à de quelconques privilèges dont jouiraient les architectes, c’est nier la valeur culturelle de la production urbaine et architecturale et les assimiler définitivement à des marchandises. Choix politique qui ne va pas, de toute évidence, dans le sens de l’intérêt général, dont l’architecte est un garant, ainsi que le disait la loi!
Au nom de la simplification, c’est au rôle de l’architecte dans la société que l’on s’attaque.
La privatisation progressive de la commande, les procédures d’attribution qui contournent de façon de plus en plus systématique la loi MOP et limitent l’indépendance de l’architecte, marquent une inflexion qu’inquiète la profession.

Aussi, si un certain nombre de projets emblématiques réussissent à focaliser l’attention, ils ne sauraient pas occulter la difficulté rencontrée par la profession pour faire comprendre et apprécier l’architecture du quotidien, qui est pourtant celle qui façonne les territoires et crée le cadre de vie de demain.
40 ans après la promulgation de la Loi sur l’Architecture, deux tiers des logements construits annuellement en France sont toujours des maisons individuelles, construites sans architecte, et cela malgré tous les discours condamnant l’étalement urbain au nom du développement durable. Fi de l’intérêt public de l’architecture, de sa valeur culturelle et sociétale ? L’architecture deviendrait-elle définitivement une marchandise et l’architecte le défenseur de valeurs désuètes ?
Pourtant, la diffusion de la culture architecturale et urbaine pourrait agir positivement au niveau sociétal, les valeurs qui s’en dégagent sont liées à la connaissance sociale, politique et symbolique de la ville, permettant le «vivre ensemble » : ainsi de

  • La découverte du patrimoine,
  • La compréhension du cadre de vie contemporain,
  • Les enjeux citoyens au regard du développement durable,
  • Les dimensions sensibles, poétiques et artistiques que l’architecture peut et doit véhiculer

C’est pourquoi l’initiation à l’architecture et au fait urbain s’imposent comme un objectif primordial.

Toutefois, malgré des initiatives nombreuses cherchant à promouvoir la sensibilisation à l’architecture, l’inscription de l’architecture comme discipline de l’Éducation Artistique et Culturelle tarde à se généraliser.

Pour conclure, il faut rappeler que Claude Parent, lors du colloque « Transmettre l’architecture », en mars 2007, disait : « L’inscription réelle de l’architecture dans les textes officiels de l’Éducation Nationale serait une reconnaissance, une considération culturelle et sociale, qui identifierait véritablement la place que la société lui accorderait ».
La défense de la qualité architecturale est un projet éducatif ambitieux, un défi sociétal. Mais surtout, un projet politique, de toute évidence, inachevé.

[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *