Introduction

Par Amandine Diener,
Université de Strasbourg / EA 3400 ARCHE (Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe) / École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg


L’organisation du séminaire reflète le double objectif du programme HEnsA20 d’écrire une histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle et aussi une histoire de chacune des actuelles écoles nationales supérieures dans lesquelles celui-ci est dispensé. Dans ce numéro, nous publions, comme nous le ferons dans les suivants, un ensemble d’articles faisant suite à un appel à communications thématique lancé en vue de poser de premiers jalons de cette histoire de l’enseignement. Ce premier séminaire avait pour but de faire émerger les enquêtes et les thèses en cours ou récemment soutenues afin de dresser un état des savoirs et des recherches actuelles. Aussi les thèmes des interventions ont-ils été divers.

La première communication a abordé des questions liées à la pédagogie et aux programmes d’enseignement à l’École des beaux-arts sur la période des années cinquante et soixante. Dans le prolongement d’un travail de thèse engagé sous la direction d’Hélène Jannière à l’université Rennes 2, Marie-Laure Viale a évoqué le concours d’Art monumental à l’École des beaux-arts, créé en 1950 sous la houlette du directeur Nicolas Untersteller (1900-1967) ; à travers ce concours, elle a interrogé la refonte d’un enseignement simultané des arts. Auriane Bernard Guelle, étudiante en double master à l’ENSA de Paris-La Villette et à l’École supérieure des travaux publics, amorce une recherche, sous la direction de Pierre Chabard et Julien Bastoen, , consacrée à l’enseignement de la construction à l’École des beaux-arts ; elle a observé plus particulièrement la pédagogie de David Georges Emmerich (1925-1966) qui met en place en 1966, à l’ENSBA, un cours de géométrie constructive morphologique qu’il poursuivra à l’unité pédagogique d’architecture n° 6 (UP6). Alison Gorel Le Pennec, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Jean-Philippe Garric et qui s’intéresse à l’histoire des pédagogies au lendemain des événements de 68, a analysé les enseignements de projet architectural de John Hejduk (1929-2000) à la Cooper Union à New York et d’Henri Ciriani à UP7 à Paris. Puis, c’est à double voix que Béatrice Gaillard et Isabelle Bradel, respectivement bibliothécaires dans les ENSA de Versailles et de Nancy, ont esquissé une histoire des bibliothèques de ces écoles, notamment la constitution de leurs fonds anciens, et évoqué la consolidation de la recherche architecturale au début des années soixante-dix. Caroline Bauer, maître-assistante à l’ENSAP de Lille, a ensuite étudié, dans le sillon de sa thèse de doctorat, le parcours des frères André dont la stratégie de conquête d’un marché industriel a permis une inscription sur la scène professionnelle locale, voire nationale. Les deux dernières interventions développées ci-après, faites par Hélène Vacher, professeure à l’ENSA de Nancy et directrice du Laboratoire d’histoire de l’architecture contemporaine (LHAC), et Mercedes Volait, directrice de recherche au CNRS et du laboratoire InVisu, ont porté sur l’École spéciale des travaux publics, créée à Paris en 1891 par Léon Eyrolles (1861-1945). Tandis que la première analyse l’enseignement de l’architecture qui y est dispensé pendant l’entre-deux-guerres sous le spectre du diplôme d’ingénieur-architecte, la seconde aborde l’« École Eyrolles » davantage vue de l’Égypte, en évoquant la constitution d’un réseau professionnel international, les parcours de plusieurs étudiants d’origine étrangère, à l’instar de Moustapha Fahmy (1886-1972), et des vecteurs de diffusion, comme al-‘Imâra, la première revue d’architecture publiée en Égypte entre 1939 et 1959.


L’histoire de l’enseignement de l’architecture à Strasbourg

Deux écoles ont conjointement organisé ce premier séminaire, celles de Strasbourg et de Nancy qui ont tour à tour exposé leur histoire. En ce qui concerne l’école de Strasbourg, un ouvrage collectif paru en 20131 avait déjà permis de mettre en lumière une importante partie de son histoire ; l’exposition qui accompagnait la sortie de cet ouvrage a d’ailleurs été remontée à l’occasion du séminaire. De nombreuses pistes restent toutefois à explorer, comme l’ont dévoilé les interventions.

Trois communications abordent les spécificités de la formation des architectes à Strasbourg et la constitution d’un milieu professionnel, les deux étant marqués par les événements géopolitiques qu’a connus l’Alsace. Anne-Marie Châtelet (professeure à l’ENSA de Strasbourg) a dressé un panorama des divers lieux de l’enseignement de l’architecture à Strasbourg entre l’annexion de l’Alsace en 1870 et la veille de la première guerre mondiale, à travers le parcours de Théo Berst (1881-1962). Ce dernier a fréquenté le département d’architecture de l’École technique impériale de Strasbourg (Hochbau-Abteilung Kaiserliche Technische Schule), celui de décoration et d’ornementation de l’École municipale des arts décoratifs (Städtische Kunstgewerbeschule) et l’École supérieure technique de Karlsruhe (Technische Hochschule). Au détour de l’histoire de la création de ces établissements et à partir de documents inédits retrouvés d’anciens élèves et de professeurs, comme les carnets d’Édouard Rompel (1890-1971) datant de sa scolarité à l’École impériale technique et les notes de Karl Statsmann (1862- ?) professeur de relevé, l’occasion est saisie de présenter leurs spécificités pédagogiques et d’expliciter le contexte dans lequel s’inscrit la création de l’École régionale d’architecture de Strasbourg (ERAS) en 1921. Alors que la Ville de Nancy refuse d’ouvrir une telle école en 1905 et qu’à Strasbourg sont maintenues, au lendemain de la première guerre mondiale, l’École des arts décoratifs et l’École nationale technique (ENTS, ex-Kaiserliche Technische Schule), l’ERAS est imposée à la ville et assumée par l’Administration des beaux-arts en vue de développer la culture française dans la formation architecturale dispensée dans l’Est de la France.

Les conséquences de cet héritage historique entre France et Allemagne jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale ont été observées par Shahram Abadie (maître-assistant à l’ENSA de Clermont-Ferrand), tant en ce qui concerne les lieux de formation des architectes que la composition et l’évolution du milieu professionnel2. L’ENTS occupe la première place dans la formation des architectes, suivie des écoles supérieures techniques de Karlsruhe et de Stuttgart, tandis que l’École des beaux-arts de Paris est reléguée au troisième rang. Ni la création de l’ERAS en 1921 ni l’expulsion des architectes vieux-allemands autour de 1919 ne contrebalancent la tendance des Strasbourgeois à étudier au sein des structures allemandes. L’ERAS diplôme en moyenne un étudiant par an de 1921 à 1939, après une dizaine d’années d’études, lorsque l’ENTS délivre près de 70 brevets d’architecture au terme de quatre ans, rien que dans les années vingt. En revanche, les carrières professionnelles des diplômés des deux écoles marquent des différences notables. Les diplômés par le Gouvernement (DPLG) du système beaux-arts accèdent à des postes clefs relevant de l’autorité de l’État ainsi qu’au professorat à l’École des beaux-arts, tandis que les diplômés de l’ENTS occupent des postes municipaux. Dans l’exercice libéral, la production architecturale des élèves diplômés de l’ERAS serait marquée de compositions alliant un langage classique à des références modernes, tandis que celle des diplômés de l’ENTS resterait davantage fidèle aux traditions typologiques développées à Strasbourg depuis la fin du XIXe siècle.

Une lecture du milieu professionnel local pour les années d’après la seconde guerre mondiale a été proposée par Gauthier Bolle (maître-assistant à l’ENSAP de Bordeaux) à travers la figure de Charles-Gustave Stoskopf (1907-2004)3. Cet ancien élève de l’ERAS, devenu professeur avant de succéder en 1949 à Robert Danis (1879-1949), premier directeur de l’école, est un acteur important de la scène professionnelle tant locale que parisienne. Le parcours de Stoskopf et le réseau qu’il constitue peu à peu autour de lui permettent de lire plus largement le lien qui s’opère entre sphères scolaire et professionnelle, les deux comprises dans leurs dimensions locale et nationale. À l’ERAS, Stoskopf s’attelle à la « reconstruction » de l’école au lendemain de la guerre tandis que dans le même temps, à l’heure des concours d’envergure organisés notamment par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, Strasbourg devient un terrain propice au chassé-croisé d’architectes parisiens et strasbourgeois. Des architectes formés à l’école du quai Malaquais accèdent à une commande importante, à l’instar de Pierre Vivien4 dont les relations avec le maire de l’époque, Pierre Pfimlin (1907-2000), sont connues. La figure d’Emmanuel Pontremoli (1865-1956) apparaît en filigrane de cette histoire doublement croisée entre école et profession et entre Paris et Strasbourg, car nombre des architectes actifs, tels que Stoskopf, Bertrand Monnet (1910-1989)5 ou Eugène Beaudouin (1898-1983)6, sont passés par cet atelier parisien. Le développement des grands chantiers donne l’occasion à des personnalités locales de passer la main aux jeunes générations ; ces dernières renouvellent cet héritage à l’aube des événements de 68, et, dans le cas de l’ERAS, y engagent un renouveau profond de l’enseignement.

L’introduction des sciences sociales dans le programme des études d’architecture constitue à Strasbourg, comme au sein d’autres unités pédagogiques d’architecture (UPA ou UP) créées en 1968, l’une des orientations nouvelles majeures dans la formation des architectes. Valérie Lebois (maître-assistante à l’ENSA de Strasbourg) et Frédéric Luckel (enseignant retraité de de la même école) évoquent la figure d’Abraham Moles (1920-1992), professeur à l’université de Strasbourg à partir de 1966 ; s’il n’a pas à proprement parlé enseigné à l’école d’architecture de Strasbourg, Moles a néanmoins contribué à y introduire et à y développer les sciences humaines et sociales. Initialement formé aux sciences physiques et aux mathématiques, il intègre progressivement à son travail une approche plus philosophique, voire anthropologique. Sa démarche, caractérisée par l’utilisation délibérée de nombreux oxymores7, veut assouplir et réinterpréter le discours architectural. Au cours des années soixante, la réforme est en préparation à l’École des beaux-arts, portée notamment par des groupes d’élèves qui convoquent de nouvelles expériences d’enseignement qui se déroulent à l’étranger, notamment à la Hochschule für Gestaltung à Ulm, où Moles a également enseigné. La présence de celui-ci à l’école d’architecture de Strasbourg se mesure alors par des collaborateurs interposés qui ont porté sa démarche et le contenu de ses enseignements. Les tourbillons de 68 ont été cristallisés en divers départements8 par un groupe d’enseignants qui ont peu à peu consolidé le champ disciplinaire des sciences humaines et sociales au cours des années soixante-dix9.

Enfin, c’est l’action d’un autre enseignant de l’université, l’historien de l’art allemand Hubert Schrade (1900-1967), qui est mesurée par Hervé Doucet10 (maître de conférences à l’université de Strasbourg) dans le cadre de sa recherche sur la collection de plaques de verre à usage pédagogique constituée par l’Institut de l’histoire de l’art de Strasbourg à partir du début du xxe siècle11. Schrade, nommé Ordinarius12 en 1941 à la Reichsuniversität Straßburg, lorsque les Allemands occupent de nouveau l’Alsace, est une figure emblématique des nouvelles structures d’enseignement supérieur créées par le Troisième Reich. Les images sur les plaques de projection concernent l’architecture officielle allemande, à l’instar de la maison de l’Art à Munich par Paul Troost (1878-1934) ou de la nouvelle chancellerie à Berlin d’Albert Speer (1905-1981), ainsi que des scènes de vie politique, et sont essentiellement utilisées à des fins de propagande. Il est surprenant de trouver au sein de cette collection des projets utopiques de Bruno Taut (1880-1938) ou l’usine de chapeaux d’Erich Mendelsohn (1887-1953). Dans l’hypothèse que ces plaques aient été un vecteur pédagogique promouvant le style architectural que le régime entendait soutenir, il n’est pas étonnant de constater l’absence des productions des maîtres de l’architecture moderne qui ont fui l’Allemagne dans les années trente, comme Walter Gropius (1883-1969) ou Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969)13. S’il est admis que Schrade s’est servi de cette collection pour ses propres publications14, l’usage qu’il en a fait pour ses cours d’histoire de l’architecture reste à préciser.


L’histoire de l’enseignement de l’architecture à Nancy

L’après-midi consacrée à l’histoire de l’École d’architecture de Nancy a été introduite par deux acteurs de cet établissement : Jean-Claude Vigato, ancien enseignant et directeur scientifique du LHAC, et Denis Grandjean qui, durant son directorat de l’école entre 1994 et 2009, a été actif dans la vie politique locale en tant que délégué à l’urbanisme et au patrimoine et vice-président de la communauté urbaine du Grand Nancy. Les fonctions qu’ils ont assurées ont permis de mesurer deux dimensions de l’école, l’une historique, l’autre politique. Jean-Claude Vigato a dressé un bref historique de l’école à travers la succession de plusieurs patrons d’ateliers : Roger Mienville ( ?-1951), Paul La Mâche (1952-1957) et Michel Folliasson (1957-1967). Jean-Pierre Epron, qui n’a pas été patron d’un atelier, a lui assumé la fonction de directeur pédagogique à compter d’octobre 1968. Denis Grandjean a ensuite évoqué l’ouverture qu’a connue l’école au cours des années soixante-dix, sous l’impulsion d’équipes pédagogiques et administratives qui ont encouragé les regards vers d’autres cultures et références, notamment la Suisse et la région du Tessin ; la contribution de l’architecte Livio Vacchini (1933-2007), qui a conçu la nouvelle école (inaugurée en 1994), en marque certainement l’apogée.

Le format privilégie a été celui des tables rondes. Les échanges entre anciens étudiants et enseignants lors de de la première – consacrée aux relations entre Nancy et Strasbourg – et de la deuxième  – dédiée à l’enseignement du projet, de l’architecture et de l’urbanisme à Nancy15 – peuvent être rassemblés. Diego Peverelli a évoqué sa formation à l’école d’Ulm au cours des années cinquante comme une expérience d’émancipation. Il a exposé le programme d’enseignement de cet établissement, où une l’enseignement de la conception du projet (architecture, design…), dit enseignement « pratique », occupait une place centrale. Arrivé à Strasbourg en 1977, Diego Peverelli a consacré une partie de son enseignement au postmodernisme et a introduit, comme dans toutes les écoles qu’il a fréquentées, des contacts avec l’« école du Tessin » en sollicitant notamment des architectes tels que Mario Botta et Luigi Snozzi. Alain Cartignies, élève de Stanislas Fiszer, Philippe Boudon et Jean-Pierre Epron, a évoqué la manière dont les disciplines comme la sociologie ou l’architecturologie ont interféré avec l’architecture et son enseignement. Dominique Laburte, également étudiant à Nancy au lendemain des événements de 68, rapporte le même constat pour l’enseignement du dessin d’architecture qui, comme il s’agissait de bâtir un enseignement qui soit une alternative à « l’esprit beaux-arts », était presque exclu du programme des études. Pour le cas de Strasbourg, Pierre Wavasseur, ancien enseignant de dessin d’architecture, a souligné qu’il existait dans les années soixante-dix deux démarches opposées par rapport à l’enseignement du projet, et donc par extension eu égard à l’architecture. La première considérait l’architecture à travers le projet et donnait la priorité à l’enseignement du projet d’architecture ; la seconde, à l’inverse, passait le projet sous silence et conférait aux enseignements dits « périphériques » un rôle prépondérant.

Au-delà des questionnements autour des programmes d’enseignement et de la place occupée par le projet, d’autres dimensions des histoires des écoles d’architecture ont émergé. Les courants politiques et les idéologies de la période soixante-huitarde, notamment le marxisme et le communisme, ont eu un fort impact sur l’enseignement et la construction d’un enseignement au sein des écoles. Les étudiants, qui à l’École des beaux-arts avant 68, portaient le credo « pas de politique à l’atelier », affichaient alors leurs engagements et s’investissaient grandement dans la construction du programme pédagogique. Les enseignants étrangers arrivés dans les écoles d’architecture ont participé à la définition des programmes et de l’enseignement. À Strasbourg aussi, leur venue, comme celle du Brésilien Joachim Guedes (1932-2008) par le biais du directeur Jean-Paul Halévy, témoigne d’une circulation d’idées et de personnes grâce à la constitution progressive de réseaux professionnels, parfois basés sur des affinités politiques, comme dans le cas de Paul Chemetov, sollicité pour y enseigner (1968-1973) par René Tabouret, tous deux membres du Parti communiste.

Au carrefour des années soixante et soixante-dix, alors que les architectes ont commencé à s’interroger sur l’histoire, la théorie et la pratique, et ont pris conscience de l’intellectualisation de la profession, de nouvelles perspectives quant à la manière de faire de l’architecture ont éclos. Les enseignants des écoles d’architecture, notamment à Nancy, ont participé à l’apparition d’une discipline nouvelle, celle de la recherche en architecture, empruntant diverses expressions. Philippe Boudon, enseignant dans cette école, y a notamment développé la notion de l’architecturologie en réaction au terme de « théorie ». Les questions posées durant ces années par la « théorie architecturologique16 » ont poussé Jean-Claude Vigato, en collaboration avec André Vaxelaire, à esquisser une certaine « urbanologie ». Joseph Abram, arrivé comme étudiant en 1969, a eu l’occasion de participer à l’élaboration de plusieurs rapports de recherche aux côtés de Jean-Pierre Epron, contribuant ainsi en parallèle à une importante structuration de l’enseignement au sein de l’école. À la question posée par Patrick Dieudonné quant à la manière de remettre en cause le modèle hégémonique des beaux-arts17, les réponses apportées par Philippe Boudon, Jean-Claude Vigato et Joseph Abram ont en commun de dévoiler l’importance qu’a eue le développement de la recherche dans la construction de l’enseignement de l’architecture après les événements de 68. C’est aussi grâce au soutien apporté par les institutions pour l’activité de la recherche, dès la création de la première structure de recherche de l’école, le Centre d’études méthodologiques pour l’architecture (CEMPA), que près de 130 rapports de recherche ont été produits en moins de trente ans. Suite à ces confrontations d’itinéraires, qui conjuguent recherche, culture et enseignement de l’architecture, et rendent compte de la profusion importante de la recherche développée à l’école de Nancy, Hervé Gaff et Karine Thilleul, représentant les générations plus jeunes d’étudiants et d’enseignants, ont témoigné de la réception de cet héritage. Le rapport entretenu entre recherche et enseignement a évolué, ces activités, allant de pair, contribuent à faire évoluer tant les champs de recherche abordés au sein du LHAC que les méthodes et outils convoqués.


Les sources outils de la recherche

La question des outils et des méthodes utiles à la recherche a été soulevée à plusieurs reprises et plusieurs communications y ont été consacrées. L’intégralité des fonds d’archives identifiés à ce jour et utiles à une histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle a été recensée dans le cadre du programme HEnsA20 par Wilfried Gourdon, chargé d’études au Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication. Les notices de près de 900 fonds d’archives ont été rassemblées selon les normes archivistiques en vigueur au sein d’un guide des sources18, voué à être complété et enrichi au gré des recherches.

Deux fonds d’archives ont été présentés. Le premier est celui de l’ENSA de Strasbourg, en cours de traitement par son archiviste Julie Glasser (archiviste à l’ENSAS) en vue d’un versement aux archives départementales du Bas-Rhin, qui contient une documentation riche depuis la création de l’École régionale d’architecture de Strasbourg en 1921. Le second, celui de Jean-Pierre Epron, est actuellement inventorié par Mathieu Gérardy (stagiaire au LHAC) pour être intégré à la médiathèque de l’ENSA de Nancy. Il couvre essentiellement la période 1980-1990 et contient de la documentation de travail (articles, textes de lois…), de la production écrite (articles et conférences, dont certains sont inédits) et des notes de cours (notamment les cours de l’École de Chaillot). Marie-Laure Crosnier Leconte (conservateur en chef honoraire du patrimoine) a démontré l’intérêt de croiser les fonds d’archives des écoles d’architecture avec le « Dictionnaire en lignes des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) » dont elle a été la responsable, notamment pour reconstituer avec précision les parcours des élèves ayant fréquenté des écoles régionales avant d’achever leurs études à Paris19. Le séminaire a encore été l’occasion pour Caroline Maniaque (professeure à l’ENSA de Normandie) et Éléonore Marantz (maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) de présenter un autre programme de recherches en cours intitulé « Changer l’enseignement – changer l’architecture. L’hypothèse de Mai 1968 ».

La tenue de ce premier séminaire HEnsA20 a marqué avec succès l’ouverture d’une série de séminaires itinérants qui seront accueillis dans les différentes ENSA de France. Il a rassemblé une centaine de chercheurs et de professionnels représentant la majorité des écoles d’architecture et diverses institutions, et a permis des rencontres et des débats entre des personnes de générations différentes, les unes ayant en partie participé à l’histoire que les autres s’emploient à écrire. Le format d’un binôme d’écoles organisatrices du séminaire a été l’occasion de rapprocher des équipes de recherche géographiquement proches et de découvrir des moments d’histoire commune dont il reste encore à écrire les pages. Le prochain rendez-vous est celui du deuxième séminaire qui se tiendra dans les écoles de Bordeaux et Toulouse les 9 et 10 juin prochain.


Notes

1 Anne-Marie Châtelet, Franck Storne (dir.), avec la collaboration d’Amandine Diener et de Bob Fleck, Des Beaux-Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Strasbourg, Éd. Recherches, 2013, 368 p.
2 Cette communication s’inscrit dans la lignée des travaux menés dans le cadre du programme de recherche METACULT (METissages, Architecture, CULTure ; 2013-2016), cofinancé par l’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft, centré sur les « Transferts culturels dans l’architecture et l’urbanisme de Strasbourg, 1830-1940 » ; voir : [ea3400.unistra.fr/travaux-de-larche /anciens-projets]. Elle s’appuie notamment sur une base de données biographiques réalisée dans le cadre de ce programme.
3 Gauthier Bolle, « Un acteur de la scène professionnelle des Trente Glorieuses, de la Reconstruction aux grands ensembles : l’architecte alsacien Charles-Gustave Stoskopf (1907-2004) », thèse de doctorat sous la direction d’Anne-Marie Châtelet, université de Strasbourg, 2014, 464 p. (publiée aux PUR en mars 2017 sous le titre de C.-G. Stoskopf (1907-2004), architecte : les Trente Glorieuses et la réinvention des traditions).
4 Il remporte les projets de la ZUP de Hautepierre, le centre commercial de la place des Halles et l’opération Porte de France.
5 Il édifie les UFR de physique et de mathématiques, le palais des Congrès et de la Musique et la maison de l’Europe.
6 Il est le lauréat de la cité Rotterdam.
7 Abraham A. Moles (en coll. Élisabeth Rohmer-Moles), Les Sciences de l’imprécis, Paris, Le Seuil, 1990.
8 Les sciences physiques et techniques de construction, les sciences de l’homme et de ses relations au milieu, les sciences de l’architecture, les sciences de la ville, les mathématiques et les sciences des systèmes, l’expression plastique et la sémiologie.
9 La géographie humaine et urbaine avec Annelise Gérard en 1969, la sociologie et la sociologie urbaine avec Stéphane Jonas en 1970, la psychosociologie de l’espace avec Perla Korosec-Serfaty en 1971, les sciences économiques et le droit avec Bernard Maesani en 1971, la psychologie et l’anthropologie de l’espace avec Frédéric Luckel en 1972.
10 Cette communication s’inscrit dans la lignée de travaux entrepris en 2011 avec Denise Borlée, maître de conférences à l’université de Strasbourg.
11 Cette collection de 25 000 plaques de projection constitue, avec celle de la Sorbonne, l’une des plus importantes découvertes à ce jour.
12 Titre de professeur d’université, titulaire d’une chaire.
13 Hormis la maquette du projet de gratte-ciel en verre de Mies van der Rohe, produite en 1922.
14 Das deutsche Nationaldenkmal: Idee, Geschichte, Aufgabe, Munich, Albert Langen/Georg Müller, 1934 ; Sinnbilder des Lebens in der deutschen Kunst, Munich, Albert Langen/Georg Müller, 1938 ; Bauten des Dritten Reiches, Leipzig, Bibliogr. Institut, 1937.
15 La première table ronde, modérée par Gauthier Bolle, a réuni Diego Peverelli, Alain Cartignies, Dominique Laburte et Pierre Wavasseur. La seconde, modérée par Alain Guez, a réuni Stanislas Fiszer, Christian François, et André Vaxelaire.
16 Jean-Claude Vigato, « Notes sur l’architectonique », dans La Recherche en architecture. Un bilan international, actes du colloque ‘Rencontres, recherche, architecture’, Marseille, Nancy, Nantes, Paris, 12 au 14 juin 1984, Paris, Parenthèses, 1986, p. 20.
17 À cette troisième table ronde, modérée par Patrick Dieudonné, étaient réunis Philippe Boudon, Jean-Claude Vigato, Joseph Abram, Hervé Gaff et Karine Thilleul.
18 Consultable en ligne : [gtc.hypotheses.org].
19 Ces dossiers sont retranscrits au sein du « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) », réalisé sous la direction de Marie-Laure Crosnier Leconte et mis en ligne sur le site de l’Institut national d’histoire de l’art : [agorha.inha.fr]. Le dictionnaire est exhaustif, puisqu’il recense tous les élèves qui ont passé l’examen d’admission depuis la période révolutionnaire jusqu’à l’éclatement de l’école. Au total : 18 141 élèves dans la base, parmi eux, 133 qui n’ont pas été enregistrés dans les registres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *