La création de l’École d’architecture de Strasbourg (1921). De la région à la nation

par Anne-Marie Châtelet
École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg / EA 3400 ARCHE


En juin 1914, quelques jours avant l’assassinat de Sarajevo, l’architecte Théo Berst s’élevait contre la guerre et publiait un plaidoyer en faveur de l’art : « Ars plutôt que Mars 1 ». Il y imaginait, de façon prémonitoire, la création à Strasbourg d’une « École Supérieure pour l’architecture et ses domaines voisins ». Une école qui dépasserait les frontières nationales pour réunir les meilleurs artistes des deux pays, qui ferait voisiner Adolf von Hildebrand, auquel Strasbourg devait la statue du « Vater Rhein », et Auguste Rodin, dont certaines œuvres y avaient été exposées en 1907 lors de l’Exposition d’art français contemporain ; une école qui réunirait des sections d’architecture, de mobilier, de peinture, de sculpture, de ciselage, de céramique et d’autres encore… Bref, une « école d’arts appliqués où l’on enseignerait librement comment l’artisanat est sublimé par l’art ». Précurseur pour Strasbourg, ce projet de réunion de l’enseignement de l’architecture à celui des artisanats qui lui sont liés, l’était aussi pour la pédagogie, annonciateur de ce qui se fera au Bauhaus.


Les établissements d’enseignement liés à l’architecture 1870-1914

Son auteur, Théo Berst (1881-1962) avait eu une formation très complète. Après avoir fréquenté le lycée protestant de Strasbourg, il avait fait une année d’apprentissage chez un charpentier. Il avait ensuite suivi les enseignements du département d’architecture de l’École technique impériale de Strasbourg (Hochbau-Abteilung Kaiserliche Technische Schule) durant quatre ans et ceux de décoration et d’ornementation à l’École municipale des arts décoratifs (Städtische Kunstgewerbeschule) durant deux semestres. Après son service militaire, il avait poursuivi quatre semestres encore à l’École supérieure technique de Karlsruhe (Technische Hochschule). Son parcours comprenait ainsi des étapes dans chacun des établissements d’enseignement de la région qui étaient alors offerts à qui se destinait à l’architecture, trois écoles dont les orientations étaient différentes et complémentaires.

L’École des arts décoratifs de Strasbourg (Kunstgewerbe Schule) était de création récente2. Elle appartenait à un type d’école alors en vogue, fondé pour favoriser le développement des relations entre arts et industrie dont Gottfried Semper et Henry Cole avaient déploré le manque à l’occasion de l’Exposition universelle de Londres, en 1851. Depuis, il en avait été créé dans toute l’Europe à Vienne puis à Berlin, Budapest, Hambourg… et, plus proche de Strasbourg, à Munich, puis à Stuttgart et Karlsruhe. C’est d’ailleurs de Munich que fut appelé celui qui prit les rennes de l’école strasbourgeoise, le peintre Anton Seder (1850-1916). Il accorda une place centrale aux ateliers, au nombre de quatre : céramique, orfèvrerie, ferronnerie, ébénisterie. Il incita les élèves à trouver leur inspiration dans l’étude de la nature3, œuvrant en faveur du développement d’un Art nouveau ou Jugendstil. En 1900, il fonda la revue, Das Kunstgewerbe in Elsaß-Lothringen (Les arts appliqués en Alsace-Lorraine) dans laquelle il publia régulièrement des aperçus de la production des élèves. L’École fut installée les premiers temps dans les locaux de l’ancienne école de dessin, créée en 18034, puis elle déménagea en 1892 dans un édifice spécifiquement construit à son intention par l’architecte de la ville Johann Karl Ott, secondé par Edouard Roederer5. Elle eut les honneurs des pages du Handbuch der Architektur6, l’incontournable manuel du milieu professionnel germanophone. Elle affichait en façade son orientation artistique par de grands panneaux de céramique réalisés sur des cartons de Seder par un élève de l’école, Léon Elchinger7.

L’École impériale technique de Strasbourg (Kaiserliche Technische Schule) était aussi récente et sa création reflétait l’importance que l’Empire allemand accordait à la formation professionnelle8. Le premier germe fut une « Winterschule », ouverte trois ans seulement après le rattachement de l’Alsace Lorraine à l’Empire. Son objectif était de « former de futurs contremaîtres compétents dans l’aménagement des terres agricoles et les travaux de drainage »9. Vingt ans plus tard, l’école changea de nom et de statut. Elle devint une École impériale technique et comprenait plusieurs sections. Celle d’architecture — l ‘école des métiers du bâtiment « Baugewerkschule » — accueillait la majorité des élèves (205/262). Les premières années, les cours étaient aussi dispensés dans les locaux de l’ancienne école de dessin. A l’automne 1896, l ‘établissement emménagea dans un nouvel édifice également construit par Ott, signe de la reconnaissance de son importance et de son essor10.

Des travaux d’un ancien élève de cette École donnent une idée de la nature des exercices qui y étaient demandés, ceux d’Édouard Rompel (1890-1971) qui, commença probablement ses études en 1907 tout en travaillant parallèlement dans un cabinet d’architecte, peut-être celui de Théo Berst11. Il en sortit à vingt et un ans, avec un brevet en poche, et y revint après la guerre en tant que professeur. Le portefeuille de ses dessins recèle de nombreux détails techniques, précis, confrontant la bonne et la mauvaise solution, ainsi que l’esquisse d’une flèche sur plan octogonal ; un unique dessin un peu maladroit d’un chapiteau et d’une corniche ionique ; des dessins d’ameublement et d’objets, et plusieurs petits projets d’édifices ordinaires : des logements ouvriers, de petits immeubles, une villa, une école de village… ce que le programme pédagogique désignait par « des bâtiments simples destinés à l’habitation ou à un usage professionnel12 ». Sur certains d’entre eux transparait l’influence de Darmstadt où se construisait la Mathildenhöhe et, dans l’ensemble, celle de l’architecture qui se développait dans l’Empire allemand.

A ces traces s’ajoutent celles d’un des professeurs de l’école, Karl Statsmann (1862- ?), qui y enseignait le relevé13. Arrivé à Strasbourg en 1896, après des études à l’École polytechnique de Karlsruhe, il s’était passionné pour l’architecture de la région et devait par la suite devenir l’un des membres fondateurs de la Société pour la conservation du Vieux Strasbourg. Il faisait travailler ses élèves sur des exemples de la Renaissance allemande, souvent choisis parmi les maisons de Strasbourg, ce qui développait chez eux une sensibilité que l’on retrouve dans les pages d’un carnet de croquis de Rompel. De 1904 à 1912, Statsmann dispensa également un cours sur la théorie et la pratique du dessin d’architecture à l’Université de Strasbourg14, sans doute à l’incitation de Georg Dehio (1850-1932), qui y dirigeait l’Institut d’histoire de l’art. Certains dessins des élèves de Statsmann illustrèrent l’ouvrage qu’il signa en 1906 sur la première Renaissance à Strasbourg15 et furent publiés, en avant-première, dans la Revue alsacienne illustrée ; une revue qui avait été fondée en 1898 comme un « monument élevé à la gloire du pays », un appel à la naissance d’une conscience alsacienne16. L’ École technique offrait ainsi à ses élèves une formation à la construction, une introduction à la conception de petits projets et une ouverture à l’histoire architecturale de la région.

La troisième école que fréquenta Theo Berst était l’École supérieure technique de Karlsruhe (Technische Hochschule)17. C’était un établissement d’enseignement supérieur consacré aux sciences de l’ingénieur et de la nature. Il avait une antécédence et des ambitions d’une autre ampleur que l’école strasbourgeoise, revendiquant le patronage spirituel de Friedrich Weinbrenner (1766-1826). S’il n’existait que depuis 1885 sous le nom d’École supérieure technique, il avait été fondé en 1825 sous celui d’École polytechnique. L’enseignement de l’architecture y était dispensé dans un département qui pouvait se prévaloir de professeurs comme Heinrich Hübsch (1795-1863), Carl Schäfer (1844-1908) ou Hermann Billing (1867-1946). La formation y durait quatre ans et supposait une présence de plus de quarante heures hebdomadaire à des cours traitant tout autant de la construction et de l’histoire, que du dessin et du projet. L’enseignement de l’architecture y était très différent de celui qui était alors dispensé à Paris : il n’y avait ni ateliers, ni concours ; le professeur distribuait un programme sur lequel les élèves étaient appelés à composer dans le cadre d’exercices. Comme le résumaient dans les colonnes de la Construction moderne, deux anciens élèves de l’École des Beaux-arts installés à Stuttgart : « Dans le système de l’école comme il est compris en Allemagne, l’enseignement des professeurs tient une plus grande place qu’aux Beaux-Arts ; par contre, l’émulation du concours et l’enseignement mutuel entre les élèves manquent18 », et ils poursuivaient, si le système allemand « a l’avantage de ne pas mettre l’élève entièrement sous la coupe d’un maître considéré comme un demi-dieu » , il a l’inconvénient de ne pas créer entre élèves et maîtres des liens et des convictions artistiques aussi forts qu’aux Beaux-Arts. En 1899, il fut question de créer à Strasbourg une faculté technique analogue pour offrir aux futurs architectes une formation qu’ils allaient chercher à Karlsruhe, Stuttgart ou Munich, mais le projet échoua19.

Fort de son parcours dans ces trois établissements, Theo Berst imaginait que l’idéal aurait été d’en réunir leurs meilleurs aspects au sein d’une seule institution : « Dans cette école écrivait-il, la construction allemande fusionnerait avec la forme française et aux deux peuples, on pourrait offrir les éléments les plus compétents […]20. » L’avenir devait lui donner raison, mais en partie seulement.


L’Eras, une école « d’extrême frontière »

Le sort de l’École des arts décoratifs et celui de l’École technique de Strasbourg furent scellés avant même la fin de la guerre. Dès le mois de juin 1915, la Conférence d’Alsace Lorraine, constituée pour examiner les questions que soulèverait un éventuel rattachement de la région à la France, avait préconisé leur maintien21. Aussi, le Commissariat général chargé de réorganiser l’Alsace-Lorraine à partir de 1919, confirma-t-il leur fonctionnement. Cependant, il mit à l’étude la création d’une école régionale d’architecture. Qui et à quel moment en avait formulé l’idée ? Cela reste encore peu clair. Sans doute, l’absence d’une école d’architecture dans l’est de la France, à la suite du refus qu’avait opposé Nancy en 1905, a-t-il joué en ce sens. Mais plus qu’une réponse à un manque, cette création se voulait une démonstration du pouvoir de la France à un moment stratégique. À l’heure du rattachement de l’Alsace à la France, les établissements supérieurs techniques qu’offrait l’Allemagne à quelques kilomètres de Strasbourg apparaissaient comme une provocation à laquelle il fallait répondre : « Très manifestement, écrivait le Commissaire général Alexandre Millerand, le gouvernement allemand avait tenu à ce que ne se créât pas, dans les pays annexés, d’établissement rival de ceux qui existaient par exemple à Carlsruhe et à Stuttgart22. ». La France se devait donc d’en proposer à Strasbourg qui avait été délaissé. À cela s’ajoutait un second argument, celui de la reconquête culturelle : « Il était essentiel, ajoutait-il, de faire revivre dans la mémoire des Alsaciens et des Lorrains, le souvenir des traditions artistiques françaises et de leurs propres traditions locales dont, sous l’influence germanique, l’on s’était, en architecture surtout, fâcheusement écarté.23 » Deux bonnes raisons donc pour soutenir la création d’une école d’architecture.

Le dossier fut confié à un architecte en chef des bâtiments civils et Palais nationaux, également architecte en chef des Monuments historiques, Robert Danis (1879-1949). Celui-ci était depuis le début de la guerre dans les Vosges où il suivait les travaux sur les Monuments historiques classés et il venait d’être nommé directeur des services d’architecture et des Beaux-Arts d’Alsace Lorraine24. Il confirma l’intérêt d’un tel établissement qui permettrait aux jeunes gens de rester sur place ; il ajouta que c’était particulièrement souhaitable pour les Alsaciens qui auraient été doublement handicapés en allant à Paris, non seulement à cause du changement de méthode, mais aussi de l’usage exclusif du français25. Ce serait une école régionale, comme il en existait depuis 1903, constituant un des « rameaux » de l’École nationale supérieure des beaux-arts. Les choses allèrent vite : elle fut créée le 27 août 1921 et Danis en fut nommé directeur le 17 novembre suivant. Cependant, certaines réticences venues du milieu professionnel local donnèrent à cette école une couleur un peu différente de celle des autres. Des « architectes du pays » s’opposèrent en effet à son ouverture, jugeant que le modèle proposé ne répondait pas à leurs attentes d’un enseignement avant tout pratique dont le but principal serait de «  former des constructeurs, et cela, en aussi grand nombre que possible26 ». Ils contestaient le choix d’une formation élitaire, tournée vers les beaux-arts, et demandaient la création d’une section d’architecture rattachée à l’École technique. Le Commissariat qui avait déjà garanti la permanence de l’École technique, confirma néanmoins la création de l’École régionale. Le ministère dut en prendre le financement en charge, la Ville étant déjà chargée par celui de l’École technique. Exceptionnellement, et contrairement aux écoles régionales déjà établies à Lille, Lyon, Marseille, Rennes et Rouen, celle de Strasbourg fonctionna donc uniquement aux frais de l’État27.

Un souci d’économie gouverna néanmoins sa création, comme d’ailleurs celle des autres écoles régionales. Danis rechercha des locaux disponibles qu’il trouva dans le bâtiment le plus monumental construit dans l’extension planifiée en 1880, l’ancien Palais impérial28. Destiné à accueillir l’Empereur lors de ses séjours à Strasbourg, il marque de sa présence altière le paysage urbain, bien qu’il ait rarement été occupé durant l’Empire allemand. La nouvelle école devait s’en partager les locaux avec les Instituts universitaires d’histoire de l’art et de géographie, quelque peu reléguée à l’arrière-plan. Comparée aux édifices flambant neufs dont avaient bénéficié l’École des arts décoratifs et l’École technique avant la guerre, cette installation apparaît bien parcimonieuse. Pour le corps enseignant, Danis mobilisa, comme on l’avait fait ailleurs, des universitaires et des agrégés29, mais à Strasbourg, c’était pour beaucoup de nouveaux arrivants, l’Université ayant été presque entièrement recomposée à la suite de l’expulsion des « Vieux allemands ». Il sollicita trois professeurs tout juste nommés, Samuel Rocheblave (1854-1944) pour l’histoire générale et l’esthétique, Henri Villat (1879-1972) pour la statique et la résistance des matériaux et Jean André Roux (1866-1954) pour la législation du bâtiment, ainsi que deux professeurs du lycée Fustel de Coulanges, Nifenecker pour la géométrie descriptive et Beau pour la physique et la chimie. Pour les enseignements ayant trait à l’architecture, il engagea des professionnels qu’il avait sous ses ordres : Patrice Bonnet (1879-1964), responsable des bâtiments de l’Université de Strasbourg, devint professeur de théorie ; Jean Patriarche (1885-1941), qui travaillait aux côtés de ce dernier, professeur de construction et Paul Gélis (1885-1975), qui dirigeait l’inspection des monuments historiques d‘Alsace, professeur d’archéologie. Danis les avait fait venir à Strasbourg pour travailler au sein du service d’Architecture et des Beaux-Arts et il profita de leur présence pour constituer à peu de frais un encadrement pédagogique qui, réunissant d’anciens élèves de l’École des beaux-arts, compensait la méconnaissance de ce mode d’enseignement à Strasbourg. Bonnet, originaire de l’Ariège, avait obtenu le Grand Prix de Rome en 190630 ; Patriarche, parisien, avait été diplômé en 1919 ; Gélis, parisien lui aussi, en 1914, non sans voir tenté quatre fois le Prix de Rome. Seuls deux Alsaciens furent sollicités, et pour de seconds rôles, le strasbourgeois Gustave Krafft qui avait obtenu son diplôme en 1886, pour les cours de dessin et de modelage et le mulhousien Albert Doll, diplômé en 1907, pour ceux de perspective.

L’école fut inaugurée en grande pompe le 26 mai 1922. L’événement fut accompagné d’une exposition au Palais du Rhin, dans laquelle Danis présentait un panel de plus de cinq cents œuvres de ce qu’il appelait « l’École française du XVIIe siècle à nos jours31 ». Y étaient associés des dessins d’architectes et des peintures évoquant des personnalités et des atmosphères qui donnèrent à la manifestation un caractère plus séduisant que ne l’aurait été une seule collection de plans. Les objectifs furent clairement formulés par Louis Hautecœur qui préfaça le catalogue : « Cette exposition, écrit-il, n’aura pas été inutile si elle rappelle aux architectes qu’ils ne sont pas simplement des « maçons » ou des hommes d’affaires, mais aussi des artistes, si elle évoque devant les visiteurs cette vieille tradition qui depuis douze siècles s’est affirmée en des formes diverses, mais qui toujours sur notre sol est demeurée vivante32. » Face à un enseignement technique installé par l’Allemagne, la France apportait un souffle artistique et une richesse architecturale ignorée et présente sur le sol même de l’Alsace. Paul Léon, le directeur des beaux-arts, qui était venu l’inaugurer, était animé de sentiments plus mesurés et bienveillants. S’il réaffirma que la nouvelle école avait pour « Comité de patronage », les artistes majeurs de l’architecture classique française, il présenta Strasbourg comme riche d’une double tradition, « sorte de champ clos où s’affrontent deux villes à la fois proches et lointaines, juxtaposées et opposées, deux méthodes, deux systèmes, deux modes de pensée et d’expression empruntés aux traditions des vieilles écoles d’art françaises et aux modernes ateliers des écoles techniques allemandes33 ».

Ainsi, peu de temps après le rattachement de l’Alsace-Lorraine à La France, Strasbourg a-t-elle été doté d’une école d’architecture réunissant des professionnels tout juste arrivés en Alsace pour y introduire la culture française ; une école entièrement financée au frais de l’État ; une école nationale. Elle portait néanmoins le nom d’« école régionale » et ne put devenir « supérieure », un qualificatif demeuré la prérogative de l’institution tutélaire, l’École parisienne des beaux-arts. Les élèves n’avaient plus besoin de franchir le Rhin, mais les sujets des projets leur étaient envoyés de Paris par le professeur de théorie de cette École et leurs dessins y étaient expédiés pour être jugés. C’est donc vers la capitale que devaient désormais se tourner leurs regards et tendre leurs efforts. C’était là le prix à payer pour que l’enseignement de l’architecture à Strasbourg rejoigne la nation. Somme toute, si, comme l’écrivait Théo Berst, « Mars est le dieu national » et « Ars la déesse cosmopolite », la partie avait été gagnée par « Mars » !


Notes

1 Théo Berst, « Ars statt Mars », Elsässischen Rundschau, Bd. XVI, Heft 3 (1914); une traduction en français de ce texte figure dans le mémoire de maitrise de Patricia Scheer, Theo Berst (1881-1962). Soixante années d’activité architecturale, Strasbourg, Université des sciences humaines 1992.
2 Maria Carina Cassir, « L’école des Arts décoratifs de Strasbourg de 1890 à 1914 : l’institution sous l’égide artistique du professeur Anton Seder », Annuaire de la Société des amis du Vieux Strasbourg, vol. XXI (1991), p.125-134 ; Nelly Koenig, L’École des arts décoratifs de Strasbourg de 1919 à 1939. Entre méthodes allemandes et méthodes françaises, Paris, Ecole des Chartes, 2012.
3 Jean-Claude Richez, « Aux origines de l’école des arts décoratifs. Les malentendus de la modernité », Strasbourg 1900. Naissance d’une capitale, Strasbourg, Somogy, 2000, p. 98-107
4 Shahram Hosseinabadi, « Parcours d’élèves architectes ? De l’école municipale de dessin (1803) à la technische Winterschule (1874) », Metacult, Cahier/Heft 1 (avril 2014), p. 44-48,
5 Décision du conseil municipal du 6 mars 1891
6 Handbuch der Architektur 4. Teil, 6. Halb Band Heft 3 Kunstler Ateliers, Kunstakademien und Kunstgewerbeschulen, Stuttgart, 1901, fig. 193.
7 Gabriel Andres, L’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg : une histoire longue et mouvementée, Colmar : Do Bentzinger, 2014, p. 46.
8 Christiane Weber, « Une autre voie : l’École impériale technique de Strasbourg (1895) », in Anne-Marie Châtelet et Franck Storne (ed.), Des Beaux-Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Strasbourg, Ed. Recherches/Ensas, 2013, p.144-153
9 Weber (2013) cité note 8.
10 Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, 843 W 256.
11 Nous remercions Madame Isabella Molard, sa petite-fille, pour les informations et les documents qu’elle a mis à notre disposition.
12 Weber (2013) p.151 (cité note 8).
13 Son nom est parfois orthographié « Staatsmann » ; voir la notice de François Igersheim dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 48, p. 5147.
14 Karl Staatsmann, Das Aufnehmen von Architekturen, Leipzig, Grethlein, 1910, 2 vol.
15 Karl Staatsmann, Zur Geschichte der deutschen Frührenaissance in Strassburg i. E., Strassburg, L. Beust, 1906.
16 Jean-Claude Richez, « L’Alsace revue et inventée », Saisons d’Alsace, 45e année, n°119 (printemps 1993), p. 83-93.
17 Festgabe zum Jubilaüm der vierzigjährigen Regierung des Grossherzogs Friedrich von Baden in Ehrfurcht dargebracht von der Technischen Hochschule in Karlsruhe, Karlsruhe, 1892.
18 Lambert et Stahl, « Lettre d’Allemagne », La Construction moderne du 13 avril 1889, p. 313-314.
19 Weber (2013) p.152 (cité note 8).
20 Berst (1914) cité note 1.
21 Procès-verbaux de la Conférence d’Alsace – Lorraine, Paris, Imprimerie nationale, 1917-1919, vol. 1 (1ère-24e séances, 18 février 1915 au 22 mai 1916) p. 368.
22 Alexandre Millerand, Le retour de l’Alsace Lorraine à la France, Paris, E. Pasquelle, 1923, p. 91.
23 Idem, p. 83.
24 Voir Nicolas Lefort, Patrimoine régional, administration nationale : la conservation des monuments historiques en Alsace de 1914 à 1964, Thèse de l’Université de Strasbourg, 2013 ; Claire Johann, « Robert Danis (1879-1949), directeur de l’École au service du patrimoine » in Châtelet, Storne (2013) cité note 8, p. 168-175.
25 Rapport du directeur de l’Architecture et des Beaux-Arts au commissaire général de la République à Strasbourg daté du 10 février 1920 (Archives départementales du Bas-Rhin, 121 AL 1087).
26 Rapport de M. Weydmann, conseiller général, au Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine (Archives départementales du Bas-Rhin, 98 AL 625/3).
27 Décret du 27 août 1921 portant création d’une école régionale d’architecture à Strasbourg, publié au Journal officiel du 31 août p. 10079.
28 Voir Klaus Nohlen, Construire une capitale. Strasbourg impérial de 1870 à 1918, Strasbourg, Publications de la société savante d’Alsace, 1997.
29 Françoise Olivier-Utard, « L’apport des universitaires strasbourgeois (1922_1939), in Châtelet, Storne (2013) cité note 8, p. 94-97.
30 Marie-Laure Crosnier Leconte (éd.), « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) » (www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/domaines-de-recherche/histoire-de-l-architecture/le-dictionnaire-des-eleves-architectes-1.html).
31 Robert Danis, L’Œuvre des architectes de l’école française du milieu du XVIIe siècle à nos jours, Dornach, Braun, 1922.
32 Idem, p. 7-8.
33 Idem, p. 6.

[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *