Formation et milieu professionnel des architectes à Strasbourg entre les deux guerres

Par Shahram Abadie
École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, GRF, associé à EA 3400 ARCHE

 

Depuis les années 1920, la ville de Strasbourg représente cette particularité, probablement unique en France ailleurs que dans la capitale, de disposer de deux établissements différents pour former des architectes : l’École nationale technique (ENTS, l’actuel Institut national des sciences appliquées) et l’École régionale d’architecture (Eras, l’actuelle École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg). La première est un héritage de la période allemande, créée initialement, en 1874, comme une école d’hiver (Winterschule), pour répondre à un besoin croissant d’arpenteurs et de techniciens de travaux publics1. À la suite d’un succès grandissant, elle est promue, une vingtaine d’années plus tard, en Kaiserliche Technische Schule (école impériale technique), tenant lieu d’antichambre aux Technische Hochschulen (écoles supérieures techniques) de l’Empire, avant de voir son statut ballotter entre école d’arts et métiers et école d’ingénieurs après la Grande Guerre2. La seconde, en revanche, résulte de l’initiative de l’État dans la perspective de refranciser les territoires récupérés à l’issue de la première guerre mondiale, précisément pour réhabiliter et répandre « la culture architecturale française » en Alsace3.

Cet article aborde les conséquences de la coexistence des deux écoles, reflet du passé binational de Strasbourg, sur la composition et l’évolution du milieu professionnel des architectes. S’appuyant sur une base de données biographique réalisée dans le cadre du programme Métissage-Architecture-Culture4, il brosse, d’abord, un aperçu statistique et socioculturel du corps professionnel depuis la fin du XIXe siècle, puis présente, à travers l’analyse des effectifs entre 1920 et 1940, la part de chacune des écoles dans la formation des architectes actifs à Strasbourg. L’étude de la pratique professionnelle des anciens élèves, aussi bien sous forme d’insertion dans les services municipaux que celle d’exercice libéral de quelques figures emblématiques, met enfin en lumière l’ancrage local et l’apport architectural des deux établissements à la ville de Strasbourg.


Le milieu des architectes à Strasbourg

La profession d’architecte émerge et s’affirme progressivement au cours du XIXe siècle, en France par la revendication d’un statut libéral et artistique, essentiellement en opposition à celui d’entrepreneur5, en Allemagne par l’instauration des niveaux d’étude requis pour accéder aux différents postes dans les administrations régionales puis impériales6. Cependant, jusque dans l’entre-deux-guerres, le titre n’est légalement protégé nulle part en Europe7 et les frontières entre les différents praticiens restent floues et poreuses. Ainsi, avant 1870, Strasbourg compte une cinquantaine de professionnels du bâtiment dont une quinzaine se prévalent du titre d’architecte8. Les conflits franco-prussiens n’entraînent aucune baisse significative à cet effectif, ce qui voudrait dire, eu égard au départ des Alsaciens optant pour la France, parmi lesquels des architectes fonctionnaires d’État9, que le vide est immédiatement comblé par les immigrants «allemands de souche» et/ou d’autres origines. De plus, dès le lendemain de l’annexion, les autorités allemandes décident un nouveau système de fortification et une importante extension de la ville qui va tripler sa superficie intramuros, par ailleurs restée intacte depuis l’érection de l’enceinte de Vauban au XVIIe siècle10. Strasbourg devient donc un immense chantier d’architecture et d’urbanisme, sur lequel interviendront plus d’un millier d’architectes et d’entrepreneurs11. Durant les trois décennies (1884-1914) qui suivent le démarrage de l’urbanisation des nouveaux quartiers, le nombre des architectes et des entrepreneurs recensés par les annuaires de la ville ne cesse d’augmenter, jusqu’à atteindre et se stabiliser respectivement autour de 150 et 110 (fig.1).

Fig. 1 : L’évolution du nombre des professionnels du bâtiment recensés dans les annuaires d’adresses de la ville de Strasbourg.

La seule baisse abrupte du nombre des architectes survenue au début des années 1880 s’explique par le fait que la liste des professionnels du bâtiment à paraître dans l’annuaire est désormais établie par le service municipal d’architecture, comme un gage de minimum de compétence12. Ce premier pas vers la protection du titre se traduit par l’apparition de deux catégories bien distinctes dans les Adressbücher (livres d’adresses) : les architectes d’une part, les entrepreneurs et les maîtres de construction (Baumeister) de l’autre. Le besoin en cadres qualifiés pour concevoir les projets et mener à bien les travaux de la Neustadt (nouvelle ville) est assouvi, en partie par des vagues successives d’immigration, mais également à travers des efforts de formation de professionnels sur place et le retour dans le pays des diplômés des écoles d’autres grandes villes allemandes. Ainsi, à la veille de la première guerre mondiale, Strasbourg dispose de 164 architectes dont l’origine de 136 nous est connue : un peu plus de la moitié sont Alsaciens, la plupart Strasbourgeois, et 40 % viennent des autres lands de l’Empire, majoritairement du Rhénanie-Palatinat voisin. Cela révèle l’importance des mobilités dans l’espace rhénan, certes intensifiée par l’intégration de l’Alsace dans le territoire du Reich, mais s’appuyant aussi sur des racines historiques lointaines13. Y figurent, du reste, six Suisses, un Russe et un Danois. À noter l’absence totale, mais guère surprenante à cette époque, de Français (« de l’intérieur ») dans le lot ! Quant aux lieux de formation, d’après un échantillon d’une trentaine d’individus, l’École impériale technique de Strasbourg occupe la première place, ayant formé 40 % de ces architectes, suivie des écoles supérieures techniques de Karlsruhe et de Stuttgart dont sortent respectivement 30 % et 10 % des praticiens. L’École nationale supérieure des beaux-arts, bien qu’encore le centre le plus réputé de formation des architectes à cette époque, occupe la troisième place ex æquo avec l’école stuttgartoise. Quelques autres établissements d’enseignement technique, comme celui de Munich et l’École centrale de Paris ont contribué dans une moindre échelle à la formation des architectes de Strasbourg14. Les conséquences des conflits de 1914-1918, vont plus ou moins changer la donne.

Après le rattachement de l’Alsace à la France à l’issue de la guerre, l’urbanisation de la Neustadt et la rénovation de la vieille ville sont poursuivies, l’enceinte de Strasbourg est définitivement démantelée, l’entrave des servitudes militaires pesant sur le développement des faubourgs levée et le chantier du port autonome entrepris en parallèle ; autant de projets qui pourront, pour une quinzaine d’années encore, garantir la prospérité aux professionnels du bâtiment15. Ainsi, la tendance à la hausse du nombre des architectes actifs à Strasbourg reprend-elle après la Grande Guerre, malgré « l’épuration » de la population qui suit cette dernière, sévissant particulièrement dans le milieu des architectes16. En effet, une trentaine de praticiens sont expulsés entre 1919 et 1922, en raison de leur origine allemande, parmi lesquels des figures emblématiques telles que Johann Knauth (1864-1924) et Fritz Beblo (1872-1947), en dépit d’éminents services rendus, le premier en tant qu’architecte en chef de la cathédrale de Strasbourg depuis 1905 et responsable de l’opération de sauvetage de la flèche qui menaçait écroulement à la suite d’affaissement des fondations, le deuxième comme architecte de la ville à compter de 1903, auteur de nombreux édifices municipaux (écoles, bains et églises) dans un style se voulant respectueux de l’architecture locale (Heimatschutz). Le vide laissé par ces expulsions ne sera totalement comblé qu’une dizaine d’année plus tard, et principalement par des Alsaciens. De la « France de l’intérieur », seuls cinq architectes viennent s’installer à Strasbourg dans les années 1920, tandis que 47 architectes d’origine allemande ont – volontairement ou par contrainte – quitté la ville depuis 1914. Vu que le nombre des autres étrangers, notamment les Suisses, reste presque stable avant et après les conflits, l’immigration semble avoir perdu de son importance dans le peuplement du milieu professionnel, au profit de la formation des autochtones. Sur ce terrain, on assiste, dès 1925, à un dédoublement de la part de l’école parisienne des Beaux-Arts qui, alors, aurait été fréquentée par environ 20 % des architectes de Strasbourg. Cela dit, les deux premières places sont toujours détenues par l’école nationale technique, l’ancienne Kaiserliche Technische Schule (40 % des praticiens) et l’école supérieure technique de Karlsruhe (30 %). Cet ordre d’influence des établissements ne changera guère jusqu’à la seconde guerre mondiale, malgré la création dès 1921, de l’École régionale d’architecture comme une antenne des Beaux-Arts en Alsace. Au milieu des années 1930, l’effectif du corps professionnel regagne, enfin, le niveau de l’avant-guerre, à savoir 166 architectes, dont une écrasante majorité (144) d’origine alsacienne17. Sur 72 d’entre eux dont le parcours scolaire est connu, 28 ont le brevet d’architecte de l’ENTS (une quinzaine l’ayant obtenu avant la guerre) ; 21 sont passés par la Technische Hochschule de Karlsruhe et 19 sont diplômés de l’Ensba ou de l’Eras. Les écoles supérieures techniques de Stuttgart et de Munich, l’université technique de Berlin et l’école fédérale polytechnique de Zurich ont chacune été fréquentées par un seul de ces architectes.


Une ville et deux « écoles »

Nul besoin de préciser que les Alsaciens formés en Allemagne ont tous fait leurs études avant ou pendant les conflits. Les jeunes élèves architectes, dans l’entre-deux-guerres, ont généralement à choisir entre le cursus de quatre – voire même trois – années proposé à l’école technique de la ville, et le parcours beaucoup plus long de l’école régionale d’architecture, s’achevant souvent, mais pas toujours, par l’obtention du diplôme dans la capitale. Le mode d’admission des deux établissements est aussi différent : la première requiert, outre un bon niveau de connaissances primaires (lire et écrire, sciences et mathématiques), un stage pratique de deux ans dont une moitié sur le chantier et l’autre dans un bureau d’architecture18, alors que la deuxième procède par un concours exigeant et sélectif, évaluant essentiellement les compétences artistiques des candidats. Cela présage la différence entre les modes pédagogiques ainsi que les débouchés envisageables. À l’École nationale technique, les élèves suivent, durant les quatre années de leurs études, 30 à 35 heures de cours par semaine, dont 10 % du volume horaire affecté au développement des compétences « artistiques », 20 % au projet architectural et 30 % à l’acquisition des connaissances « techniques ». Ces dernières sont, de plus, dispensées en priorité : dans les trois premières années, est prévu, entre autres, un cours de construction de 6 à 7 heures par semaine, et les deux dernières années, un cours de béton armé de 2 heures. La « composition de projets », en revanche, n’est enseignée qu’à partir de la deuxième année, d’abord seulement une heure semaine, puis 8 et enfin 13 heures par semaine dans les deux dernières années. Tout cela diffère profondément du système Beaux-Arts basé essentiellement sur les concours d’émulation et l’apprentissage de la composition de projets par expérience, souvent aux dépens des cours magistraux19.

Ces modes pédagogiques divergents vont évidemment de pair avec des professeurs de profils très différents. L’équipe enseignante de l’école nationale technique compte quatre architectes, ce qui laisse imaginer, eu égard au grand nombre de cours et d’élèves, qu’une partie des enseignements (sans doute les techniques) est assurée par des ingénieurs. Les professeurs architectes sont tous Alsaciens, à peu près trentenaires lors de leur recrutement au lendemain de la guerre, soit anciens élèves de l’école même, soit diplômés de la Technische Hochschule de Karlsruhe20. À l’Eras aussi, les professeurs principaux sont au nombre de quatre, âgés entre 35 et 40 ans au moment de leur nomination, mais arrivent tous de Paris, même celui qui est d’origine alsacienne, car ayant été formés et diplômés à l’Ensba. Trois d’entre eux, dont les deux chefs d’ateliers, occupent par ailleurs des postes de fonctionnaire, comme architecte en chef ou inspecteur des monuments historiques (ACMH ou IMH), et/ou architecte des bâtiments civils et des palais nationaux (ABC)21. Il est donc clair que la nouvelle école d’architecture, héritière de l’élitisme de Beaux-Arts, affiche un cadre enseignant plus prestigieux, d’envergure national. Nonobstant, proposant une formation dense et de courte durée qui conduit à des compétences constructives solides, l’École technique connaît un plus grand succès auprès des jeunes Alsaciens, d’autant plus qu’elle bénéficie d’un demi siècle d’ancienneté et d’une offre pédagogique plus large répartie en cinq sections : bâtiment (ou architecture), travaux publics, géométrie, mécanique et électronique. En effet, au cours des années 1920, non moins de 70 architectes brevetés sortent de cet établissement tandis que l’école régionale d’architecture, ayant admis sur la même période une trentaine d’élèves, voit son premier diplômé achever ses études en 1928, suivi de deux autres l’année suivante (fig. 2).

Fig. 2 : Les effectifs de l’École nationale technique et de l’École régionale d’architecture de Strasbourg.

Dans les années 1930, la section bâtiment de l’école technique commence à perdre progressivement de son importance au profit des sections mécanique et électronique, la direction préfère vraisemblablement miser sur le statut et la réputation d’école d’ingénieurs. Au tournant de la décennie, l’établissement compte environ 80 élèves architectes, au milieu des années 1930, plus que 25. Cela dit, à la veille de la seconde guerre, l’École nationale technique aura formé une soixantaine d’ingénieurs-architectes, contre une dizaine d’architectes diplômés par le gouvernement (DPLG), sortis de l’École régionale d’architecture, parmi la vingtaine d’admis sur toute la période22. Mais cette supériorité numérique, se traduit-elle forcément par une plus grande influence sur la scène architecturale strasbourgeoise ?


Pratique professionnelle des diplômés

Si l’administration de l’architecture au niveau de la région, relevant de l’autorité de l’État, est confiée, dès 1919, aux « DPLG parisiens », d’ailleurs futurs professeurs de l’Eras, au niveau municipal, il en est tout autrement. Tous les 26 employés du service des travaux publics de la ville pendant l’entre-deux-guerres sont, à une seule exception près, Alsaciens dont la moitié natifs de Strasbourg23. En bas de l’échelle, parmi la quinzaine de conducteurs de travaux, les deux tiers sont passés par l’ENTS, ou son ancêtre, la Kaiserliche Technische Schule, trois autres ont fréquenté les écoles supérieures techniques de Karlsruhe et de Stuttgart. Les trois techniciens du service ont été formés à l’ancienne école impériale de la ville, et les architectes contractuels, au même nombre, tous à la Hochschule de Karlsruhe. Au sommet de la hiérarchie, les six postes d’architectes titulaires, directeurs de travaux municipaux, sont en revanche partagés à égalité entre les DPLG et les architectes-ingénieurs diplômés des écoles techniques allemandes, précisément de Karlsruhe et de Munich. Cet organigramme reflète aussi bien la propension de la Ville à recruter ces agents parmi les anciens élèves de l’établissement de sa tutelle que l’écart entre les niveaux d’études proposées, l’utilité et l’excellence de formation visées par les deux écoles strasbourgeoises.

Cette différence fondamentale des deux parcours transparaît également dans l’exercice libéral du métier, si l’on compare les réalisations des diplômés typiques des deux établissements. Timothée Helmlinger (1901-1952), Adolphe Schulé (1906-1983) et Pierre Jules Haas (1905-1991), tous trois Alsaciens, font partie des architectes les plus prolifiques de la génération formée au lendemain de la Grande Guerre.

Fig. 3 a : Immeuble d’angle rue Sédillot, Strasbourg, T. Helmlinger arch., 1932 (ph. Wilfred Helmlinger).
Fig. 3 b : Immeuble d’angle avenue Rapp, Strasbourg, T. Helmlinger et G. Spinner arch., 1935 (ph. W. Helmlinger, 1987).
Fig. 3 c : Immeuble d’angle avenue Victor-Hugo, Paris, Charavel et Mélendès arch., 1929 (d’après L’Architecte, juillet 1931, pl. 41).

Helmlinger est l’un des premiers élèves admis à l’Eras dès l’automne 1921, et le premier à en sortir diplômé en 192824. Il construit, au cours des années 1930, de nombreuses villas et immeubles d’habitation, mais également quelques églises et des bâtiments administratifs et scolaires pour des communes alsaciennes. Ses réalisations, en particulier ses immeubles d’angle, d’abord d’une composition plutôt classicisante (fig. 3 a), dénotent vers le milieu de la décennie, une modernité « à la Roux-Spitz » et une certaine influence parisienne (fig. 3 b), rappelant précisément l’immeuble de l’avenue Victor-Hugo des architectes Charavel et Mélendès, par ailleurs largement diffusé dans les revues spécialisées de l’époque25 (fig. 3 c).

Fig. 4 : Immeuble du type « Doppelwohnhaus » (à double appartement), rue de Thann, 1936 et immeubles jumeaux, avenue Jean-Jaurès, 1938, A. Schulé arch. (ph. W. Helmlinger, 2014 et Roland Burckel, 2010).

Adolphe Schulé, lui, obtient le brevet d’ingénieur-architecte de l’École national technique en 1927 et débute sa carrière presque en même temps que son confrère DPLG. Or, contrastant avec ce dernier, à travers son œuvre, concentré dans le quartier modeste et faubourien de Neudorf, transparaît une fidélité aux traditions tant typologique que stylistique développées à Strasbourg dans la construction d’habitat depuis la fin du XIXe siècle (fig. 4).

Quant à Jules Haas, il est admis à l’école d’architecture en 1923, appelé sous les drapeaux six ans plus tard, arrête ses études pour les reprendre en 1931, avant de les abandonner après deux ans, sans obtenir de diplôme26. Ce parcours scolaire mouvementé ne l’aura pas pour autant empêché de faire carrière, réalisant notamment plusieurs villas, déjà avant la seconde guerre mondiale. Ces dernières couvrent un large spectre de langage architectural, de la villa rue Rathgeber (fig. 5 a), empreinte de régionalisme, construite en 1929 à la villa Schranz (fig. 5 b), exemple singulier du style paquebot en Alsace, dessinée quatre ans plus tard. Peut-on déduire de la comparaison de ces trois exemples, que la modernité architecturale, du moins sur le plan esthétique, est portée, contre toute attente, par les anciens élèves de l’Eras plutôt que ceux de l’ENTS ?

Fig. 5 a : Villa rue Rathgeber, J. Haas, arch., 1929 (ph. W. Helmlinger, 2012).
Fig. 5 b : Villa Schranz à Meinau, J. Haas arch., 1933 (ph. R. Burckel, 2013).


Synthèse et conclusion

Contrairement à la vague d’immigration des architectes allemands à Strasbourg après 1870, au lendemain de la première guerre mondiale, on n’assiste point à un afflux dans le sens inverse en dépit d’importants chantiers en cours, la barrière de la langue restant, sans doute entre autres, un fort élément dissuasif. Cela accentue l’importance de la formation des architectes sur place, d’autant plus que l’« épuration » de la population alsacienne réduit le corps professionnel d’un quart de son effectif au début des années 1920. Malgré la création de l’Eras dès 1921, l’influence des écoles supérieures techniques allemandes, en particulier celle de Karlsruhe, reste flagrante pendant tout l’entre-deux-guerres, car en sont sortis un tiers des praticiens libéraux, la majorité des architectes municipaux et des enseignants de l’École nationale technique de Strasbourg ; alors que le nombre des diplômés de l’école parisienne ne dépasse guère une vingtaine, la plupart occupant, il est vrai, des postes clés. Quant aux deux établissements strasbourgeois, aussi dissemblables dans les raisons d’être que dans les modes pédagogiques, ils sont d’influences inégales et de vocations différentes : tandis que l’École nationale technique forme, par ses enseignants alsaciens formés en Allemagne ou à Strasbourg même, un grand nombre de praticiens et techniciens qui produisent de l’architecture « ordinaire » dans la continuité des traditions locales voire régionalistes, l’École régionale d’architecture, fort de ses professeurs DPLG et hauts fonctionnaires, mène une stratégie élitiste et forme les architectes les plus « modernes » de Strasbourg.

Notes

1 Christiane Weber, « Une autre voie : l’École impériale technique de Strasbourg (1895) », dans Anne-Marie Châtelet et Franck Storne (dir.), Des Beaux-Arts à l’Université, enseigner l’architecture à Strasbourg, Paris/Strasbourg, Recherches/Ensas, 2013, p. 145-153.
2 Jean-Claude Richert-Schaub, Arts et Industries, une école, une association, Strasbourg, Arts & Industries, 2003, p. 37-39.
3 Anne-Marie Châtelet, « L’école régionale d’architecture de Strasbourg (1921-1965) », dans A.-M. Châtelet et F. Storne, ibid., p. 22-41.
4 Projet de recherche cofinancé par l’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgeimeinschaft, centré sur les Transferts culturels dans l’architecture et l’urbanisme de Strasbourg, 1830-1940 ; voir : [ea3400.unistra.fr/travaux-de-larche/contrats-de-recherche/].
5 François Loyer et Antoine Picon, «L’architecte au xixe siècle», dans Louis Callebat (dir.), Histoire de l’architecte, Paris, Flammarion, 1998, p. 153.
6 Cf. Gustav Grüner, Die Entwicklung der höheren technischen Fachschulen im deutschen Sprachgebiet : Ein Beitrag zur historischen und zur angewandten Berufspädagogik, Brunswick, Westermann, 1967, p. 25 et 84.
7 Cf. Jean-François Hoeben, «La protection du titre et de la profession d’architecte», La Cité: revue d’architecture et d’urbanisme, 13e année, n° 4, avril 1935, p. 64-66 ; en France, cela n’arrivera qu’avec la loi du 31 décembre 1940 créant l’ordre des architectes.
8 D. Kieffer (dir.), Manuel des adresses du commerce, de l’industrie, des professions et des administrations du Bas-Rhin, Strasbourg, Librairie de Frédéric Bull, 1868, p. 451-453.
9 Cf. Alfred Wahl, L’Option et l’émigration des Alsaciens Lorrains (1871-1872), Paris/Strasbourg, Ophrys/Association des publications près les universités de Strasbourg, 1974.
10 Marie Pottecher, «Le chantier de la Neustadt», dans Dominique Cassaz et Sophie Eberhardt (dir.), Strasbourg: de la Grande-Île à la Neustadt. Un patrimoine urbain exceptionnel, Lyon, Lieux-dits, 2013, p. 59-64.
11 Cf. Shahram Hosseinabadi (Abadie), «Un dictionnaire des architectes et des entrepreneurs de Strasbourg (1824-1942)», Metacult, cahier n° 5, Février 2016, p. 4-19.
12 Archives de la ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES) : 230 MW 52.
13 François Uberfill, La Société strasbourgeoise entre France et Allemagne (1871-1924), Strasbourg, Société savante d’Alsace, 2001, p. 79 et suivantes.
14 Il faut préciser, cependant, qu’en raison des travaux existants et de l’accès aux archives, les statistiques concernant l’école impériale technique de Strasbourg, la Technische Hochschule de Karlsruhe et l’Ensba sont beaucoup plus fiables que les autres établissements.
15 Office municipal de statistiques de Strasbourg, Compte rendu de l’administration de la ville de Strasbourg 1919-1935, Strasbourg, Imprimerie alsacienne, 1935, p. 178 et 200.
16 Pour constater l’importance des expulsions dans le milieu des architectes, voir F. Uberfill, op. cit., p. 265-288.
17 Les autres se répartissent comme suit : 7 Suisses, 5 Français (de l’intérieur) et 5 Allemands, 2 Belges, 2 Roumains et 1 Tchèque.
18 École nationale technique de Strasbourg, Organisation et Plan d’enseignement, rapport sur l’année scolaire 1928-1929, AVES : 1 ALS 30 ; aussi pour les informations suivantes sur le programme pédagogique et les effectifs.
19 Jacques Lucan, Composition, non-composition, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009, p. 101-124.
20 Il s’agit de Camille Clauss (1887-? alsacien), architecte-ingénieur diplômé de l’école technique de Karlsruhe ; René Rompel (1890-1971 ; strasbourgeois), ancien élève de l’école, breveté 1911 ; Robert Diebold, « architecte-ingénieur diplômé » (une école technique allemande ?) ; Albert Frey (1889-1929 ; strasbourgeois), ancien élève de l’école breveté 1909.
21 Jean Patriarche (1885, Montrouge-1941), ABC, professeur de Théorie de l’architecture, de la Construction et chef d’atelier (1922-1938) ; Robert Danis (1879, Belfort-1949), ACMH et ABC, professeur de l’Histoire de l’architecture française, de Composition décorative et chef d’atelier (1922-1938) ; Paul Gélis (1885, Paris-1975), IMH, professeur d’archéologie (1922-1934) ; Gaspar Koenig (1889, Alsace-1978), professeur de Perspective, levée de plans et Stéréotomie.
22 A.-M. Châtelet, op. cit., p. 26.
23 Cf. Nicolas Lefort, « De l’Allemagne à la France, les services d’architecture et d’urbanisme de Strasbourg pendant l’entre-deux-guerres : organisation et personnel », à paraître dans la publication finale du programme Metacult.
24 Pour une notice biographique, voir Franck Storne, « Dictionnaire des élèves et des enseignants de l’École d’architecture de Strasbourg », dans A.-M. Châtelet et F. Storne, op. cit., p. 297.
25 Voir entre autres L’Architecture d’aujourd’hui, n° 3, 1931, pp. 33-38 ; L’Architecte, juillet 1931, pp. 54-57 ; La Construction moderne, 28 février 1932, pp. 351-354.
26 Cf. Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) – INHA, en ligne : [purl.org/inha/agorha/002/85121]


[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *