De l’École régionale d’architecture de Strasbourg au milieu local ; figures, acteurs, réseaux (1945-75)

Par Gauthier Bolle
École Nationale Supérieure d’Architecture et du Paysage de Bordeaux, UMR PASSAGES, associé à EA 3400 ARCHE


L’École régionale de Strasbourg (Eras), ancêtre de l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS), est la plus récente des deux écoles qui encadrent encore aujourd’hui la formation des architectes en Alsace1. Les interactions entre sphère professionnelle locale et la sphère pédagogique propre à l’ENSAS, dont l’aire d’influence est aujourd’hui internationale, sont complexes à saisir. Il est relativement plus aisé de mesurer l’empreinte de l’école régionale sur le milieu professionnel des années d’après-guerre. En effet, jusqu’à la fin des années 1960, l’Eras conserve une dimension modeste et ses principaux acteurs sont engagés fortement dans la production locale. De plus, entre 1921, année de sa fondation, et 1967, cette école ne connaît que deux directeurs – deux architectes – Robert Danis (1879-1949) puis son élève et successeur Charles-Gustave Stoskopf (1907-2004). Pendant cette période d’une quarantaine d’année, une simple poignée d’enseignants y sont actifs. Entre 1921 et 1968, on dénombre cent six diplômés dont douze choisissent de finir leurs études dans un atelier parisien, jouissant ainsi du prestige d’un patron de l’école « mère ».

L’objectif est ici de brosser le portrait de la scène professionnelle locale afin d’y évaluer le poids de l’Eras, en croisant des recherches effectuées2 à l’analyse de sources complémentaires3. Les particularités et l’évolution du milieu alsacien, au fil des Trente Glorieuses, sont abordés ici en trois temps, celui de la Reconstruction tout d’abord, puis celui de la production d’ensembles de logement et de grands équipements et enfin, à travers le renouvellement des acteurs et des thèmes propres aux années 1970.


Les élèves de l’Eras face au défi de la Reconstruction

Robert Danis – architecte brillant à l’origine de la création du corps des architectes des Bâtiments de France – assure, en effet, la direction de l’école jusqu’à son décès en 19494. Stoskopf, étudiant à l’Eras dans les années 1920, décrit ainsi son ancien maître, son « patron », restaurateur passionné par l’architecture monumentale : « Toute sa vie, son enseignement et ses actions au service des affaires culturelles étaient marqués par son admiration sans bornes de l’architecture classique5. » Puis, le jeune Alsacien intègre l’atelier d’Emmanuel Pontremoli (1865-1956) à Paris où il obtient, en 1933, le deuxième second Grand Prix de Rome. En 1937, Stoskopf intervient à l’Exposition internationale des arts et techniques en concevant le Pavillon d’Alsace au cœur du centre régional, associé à deux camarades, François Herrenschmidt (1906-1992), fils d’un industriel alsacien passé par l’Eras puis par les ateliers Pontremoli et Leconte à Paris, et Olivier de Lapparent (1908-1996), fils d’un professeur au collège de France diplômé de l’Eras en 1934. Leur pavillon associe aux réminiscences du patrimoine local des détails Art Déco. Évidemment, ces jeunes élèves diplômés ne savent pas encore qu’ils vont devoir œuvrer à la réinvention du patrimoine local dans un contexte plus dramatique.

En effet, après la Seconde Guerre mondiale, l’Alsace doit, comme bien d’autres régions françaises, faire face à d’importantes destructions ainsi que très rapidement, à une importante crise du logement. Stoskopf est chargé par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme du relèvement des villages dit de la « poche » de Colmar, les autorités allemandes ayant fait de ces villages une zone de résistance face à l’avancée des Alliés. En tant qu’architecte en chef, il accède ainsi à un territoire dont il partage la culture : on lui attribue notamment les localités du vignoble sévèrement touchées ; Bennwihr, Ammerschwihr, Mittelwihr et Sigolsheim. Il adopte une posture – située à mi-chemin entre un attachement servile au passé et une modernité jugée trop brutale – qu’il défend ardemment dans des publications locales, comme Saisons d’Alsace ou dans la presse spécialisées6. Cette volonté de retrouver le passé est partagée par d’autres maîtres d’œuvre actifs en Alsace et dans les zones rurales, notamment par Pierre Pouradier-Duteil (1897-1961)7, « français de l’intérieur » formé à l’Ensba, qui intervient notamment à Ostheim. Sous la houlette de ces figures, des architectes du cru mettent en forme d’analogues bâtisses trapues pourvues d’imposantes toitures ponctuées de petites lucarnes. Les architectes agréés sont majoritairement originaires de la région : Willy Grossmann (1909-1995), ancien élève de l’École nationale technique de Strasbourg, s’occupe de la reconstruction de Rohrwiller. D’autres ont été formés en Allemagne à l’instar de Charles Treiber (1899-1963), élève de Paul Schmitthenner (1884-1972)8 à Stuttgart dans les années 1920 et impliqué dans la reconstruction du Nord de l’Alsace, notamment à Hatten. Par leurs formes comme par la culture de leurs concepteurs, nourris par les œuvres de Schmitthenner ou de Fritz Beblo (1872-1976) à Strasbourg, ces divers projets de reconstruction participent d’une nouvelle forme de réinvention du caractère local.

La création du nouveau corps des architectes conseils permet à Stoskopf d’asseoir son autorité institutionnelle à Strasbourg puis assez vite à la totalité du territoire alsacien. Il intervient alors dans plusieurs dossiers cruciaux concernant la reconstruction et l’aménagement du centre ville de Strasbourg, atteint par les bombardements. Emblème de cette période, l’opération dite « grande percée », remaniant le secteur de l’Homme-de-Fer, est une des opérations préfinancées menées par l’association syndicale de reconstruction de Strasbourg9. Stoskopf réalise l’étude de cet ensemble d’environ 80 logements, secondé par deux de ses élèves de l’Eras, Walter Oehler (1917-2003) et Alfred Fleischmann (1926-2013)10. L’ensemble est dominé par une tour de 14 étages dont l’expression architecturale affirme une ossature de béton modérée par l’emploi de corniches saillantes. L’architecte couvre même certains volumes de toitures en pente, pour articuler l’ensemble avec la place Kléber ; le projet voisine en effet l’édifice classé de l’Aubette conçu par Jacques-François Blondel. Sur les terrains libres comme en ville, un mélange de tempérance et de retenue dans l’expression architecturale l’emporte généralement, selon des options prolongeant adroitement la ville existante. Toujours au titre des opérations préfinancées, l’association syndicale commandite la cité du boulevard de la Marne bâtie par Herrenschmidt. Cette composition empreinte de classicisme constitue une des étapes de la visite officielle d’Eugène Claudius-Petit (1907-1989), ministre de la Reconstruction, en 195211. À Mulhouse, la pièce maîtresse des opérations est un immeuble annulaire conçu par Pierre-Jean Guth (1909-), deuxième second prix de Rome 1934, abritant 96 logements selon une composition habile et d’élégantes façades12.

Du côté de l’Eras, Stoskopf remplace Danis à la tête de l’École en 1949. Herrenschmidt succède à Jean Patriarche, décédé en 1941. Ce duo complice de quarantenaires s’attelle ainsi à la « reconstruction » de l’école au sortir de la guerre et, pendant une dizaine d’années, structure fortement l’enseignement. De 1946 à 1955, Stoskopf est en charge des aspirants alors que, de son côté, Herrenschmidt entraîne les élèves de l’atelier à répondre aux concours. Il ne reste que peu de traces du contenu de leurs enseignements, si ce n’est quelques esquisses d’admission remises à cette période, mais dont les sujets sont en réalité déterminés à Paris. Stoskopf partage avec ses élèves son expérience professionnelle, par le biais de diverses conférences et de visites13. Symbole ce cette proximité assumée entre enseignement et profession, en 1960, c’est au Palais du Rhin – abritant l’Eras – que le préfet lui remet les insignes d’officier de la Légion d’honneur, à la suite d’une nomination expresse du ministre Pierre Sudreau (1919-2012). Dans son discours, Stoskopf remercie en premier lieu ses propres patrons puis, ses collaborateurs. Les élèves, représentés par leur massier, soulignent son engagement sans faille en faveur de l’école régionale14. Les publications de ces deux enseignants qui personnifient l’Eras illustrent également l’étendue de leur culture et de leur connaissance de l’Alsace mais aussi leur rejet de certaines tendances qu’ils transmettent – très probablement – à leurs élèves. Par exemple, dans un article de 1970, après des développements précis sur les périodes romanes, gothiques et classiques dans la région, Herrenschmidt évoque l’art nouveau comme une simple « éruption d’exéma »15 !

Néanmoins, l’enseignement de l’école change à nouveau de visage en 1953 ; Herrenschmidt démissionne, laissant Stoskopf diriger seul le navire16. Herrenschmidt intervient encore à l’Eras mais seulement en tant que maître d’œuvre, avec pour mission de remodeler les espaces de l’école en réparant l’aile sud-ouest du palais, endommagée par les bombardements. Par ailleurs, il est aussi le maître d’œuvre de la construction de l’institution rivale, l’École Nationale d’Ingénieurs de Strasbourg, sur le boulevard de la Victoire. Après diverses nominations et tentatives peu durables, c’est Gérard Sacquin (1924-1982), architecte parisien, qui devient chef d’atelier de l’Eras en mars 1959. Dès 1955, en raison de l’essor considérable de sa production et de l’ouverture de nouveaux bureaux à Paris, Stoskopf, lui, n’occupe plus que le poste de directeur. Il continue à faire entendre la voix de l’école face aux tentatives de réformes qui pourraient la mettre en péril (fig.1).

Fig. 1 : Discours de C.-G. Stoskopf lors de l’exposition des travaux des élèves de l’École régionale au palais universitaire à Strasbourg, 1959 (coll. part.), photo P. Jungmann.


Grandes opérations et grandes figures de la période de croissance

Des terrains non bâtis en périphérie permettent à certains architectes de tenter des expériences dégagées de la contrainte de restituer aux sinistrés une forme familière. Quelques figures majeures marquent cette période en signant la réalisation d’opérations d’envergure ou d’équipements dont l’architecture est remarquée avec, dans leur sillage, des constructeurs locaux nommés architectes d’opérations. Lors du concours organisé en 1951 pour la construction de la Cité Rotterdam17, la présence de Pontremoli et de plusieurs de ses élèves dans le jury, dont Stoskopf, joue en faveur de Beaudouin, Prix de Rome 1928, comme l’a souligné Pierre Dalloz (1900-1992)18. Jean Fayeton (1908-1968) arrive en troisième position, à la tête de l’équipe des locaux, où l’on retrouve Herrenschmidt, Claude Misbach – élève de Danis diplômé en 1941, Théo Berst formé à Strasbourg durant la période de l’annexion, Édouard Kah – élève de Stoskopf – et Frédéric Hatt – « Pontremoli » diplômé en 1947. Alors que l’on inaugure la cité Rotterdam en 1953, s’achève à 500 mètres de distance, plus au sud, la construction d’une autre cité dessinée par Stoskopf associé à Oehler et Pierre-Jules Haas (1905-1991), talentueux architecte formé à l’Eras durant l’entre-deux-guerres. La cité du quai des Belges, qui regroupe 250 logements dans une composition de neuf volumes distincts, propose une esthétique plus rassurante que celle de la cité de Beaudoin, qui affiche des panneaux de béton préfabriqués, et ouvre même les portes d’une carrière nationale à Stoskopf19.

Plusieurs réalisations d’ampleur sont déclenchées sur le territoire strasbourgeois dès le début des années 1950, même si une gestion municipale de la construction reste ici d’usage. Dans le quartier de la Meinau, pour la construction de la cité de la Canardière, un ensemble de 3 200 logements, Stoskopf formalise des principes qu’il utilise ensuite pour toutes ses opérations de grande ampleur. L’œuvre majeure de l’architecte à Strasbourg est la conception du quartier de l’Esplanade, encouragée par la mandature de Pierre Pflimlin (1907-2000), maire entre 1959 et 1983 (fig.2).

Fig. 2 : Vue aérienne du quartier de l’Esplanade et de la cité du quai des Belges, conçus par Stoskopf, avec la cathédrale de Strasbourg à l’horizon, s. d. (archives CDC).

Ce quartier, bâti sur d’anciens terrains militaires dégagés autour de la Citadelle de Vauban, sert de fer de lance à la politique de l’édile20. Stoskopf conçoit le plan de masse général regroupant 5000 logements selon une ordonnance architecturale stricte, le long d’une artère monumentale. Roger Hummel (1900-1983), deuxième Second Prix de Rome en 1928, dirige la conception de la zone universitaire du quartier, où il livre deux édifices qui donnent le ton : la faculté de droit et la tour de chimie affichent une architecture soignée et moderne, insérée dans la mise en scène classique du campus21.

Néanmoins, c’est Pierre Vivien (1909-1999), ancien rival de Stoskopf à l’Ensba, reconstructeur de Boulogne-sur-Mer, qui est préféré par Pflimlin. Il élabore notamment le plan d’urbanisme directeur de la ville et dirige l’étude de l’importante opération de la place des Halles, vaste centre commercial et d’affaires à proximité du centre historique. Sa contribution majeure est la conception de la ZUP de Hautepierre, au nord de Strasbourg. Assisté de l’architecte colmarien Jean Dick (1927-2007), Vivien développe une conception novatrice basée sur l’établissement de onze mailles hexagonales devant initialement accueillir plus de trente mille habitants sur une surface de 230 hectares, le triple de l’étendue de l’Esplanade22. À la tête d’un atelier libre de 1945 à 1971, il associe certains de ses élèves comme Aymeric Zublena (1936-), Second Prix de Rome en 1967, engagé avec lui dans la conception de l’ambitieux programme mixte nommé « Porte de France », à Strasbourg23.

Par ailleurs, Bertrand Monnet (1910-1989), ancien Pontremoli lui-aussi, nommé Architecte en chef des monuments historiques en Alsace en 1944, devient progressivement un mandarin de la scène locale. Il est le bâtisseur d’importantes institutions, notamment le premier Conseil de l’Europe, l’institut de physique sur le campus de l’Esplanade, ou encore le très corbuséen palais de l’Europe en 196524. Parmi les grandes réalisations ou institutions alors construites, on peut aussi citer le siège du Conseil de l’Europe, conçu par Henry Bernard (1912-1994), grand prix de Rome 1938. François Sauer, diplômé de l’Eras en 1951, où il enseigne également, devient l’architecte, avec Robert Will et Paul Ziegler (1930-), diplômé Eras en 1962, du palais de la musique et des congrès de Strasbourg en 1975, en lieu et place du projet imaginé par Le Corbusier25.

Les influences du Mouvement Moderne marquent la production de ces acteurs locaux surtout lorsqu’il s’agit de construire de grands équipements signaux, comme la Tour de l’Europe à Mulhouse conçue par François Spoerry (1912-199), ou divers sièges d’institutions bancaires conçus par Stoskopf et son associé Oehler ou encore par Vivien. Ainsi, la position hégémonique de quelques uns et notamment celle de Stoskopf, recrutant ses associés parmi ses élèves à l’Eras, est manifeste. Cependant, en 1967, face à des difficultés croissantes, il quitte le poste qu’il occupe depuis de nombreuses années, déplorant la réduction progressive de son rôle de directeur à celui « d’un commis chargé de fastidieuses tâches administratives26». Il élabore à cette période un mémoire présentant les motivations précises de sa décision, estimant avoir été écarté de nombreux aspects de la vie de l’école, notamment des procédures de nomination des enseignants27. Conscient des défaillances du système dont il est lui-même un agent, sa démission signe son refus des évolutions qui limitent progressivement ses prérogatives… L’architecte conserve d’ailleurs une forte amertume à propos des conditions de son départ de l’école.


Nouveaux visages et formes nouvelles

La fin des années 1960 est caractérisée par un renouveau à la fois générationnel et thématique. En croisant la liste des noms d’architectes regroupés dans les annuaires téléphoniques28 – listes non exhaustives – avec le dictionnaire en ligne des élèves architectes29, quelques premières informations apparaissent. En effet, en limitant la recherche aux architectes strasbourgeois, on peut noter qu’en 1953, sur une centaine d’architectes recensés dans l’annuaire, 22 pourcent d’entre eux, diplômés entre 1928 et 1957, sont passés par l’Eras. La première génération est évidemment déjà identifiable ici, c’est-à-dire les élèves formés durant l’entre-deux-guerres par Danis ou dans des ateliers parisiens, à l’instar de Stoskopf, Herrenschmidt ou De Lapparent. En 1969, le nombre d’architectes a sensiblement augmenté mais c’est maintenant 40 pourcent de ceux-ci, diplômés entre 1929 et 1969, qui sont issus de l’école. On peut voir nettement l’arrivée des poulains et disciplines du duo Stoskopf-Herrenschmidt, qui sont aussi passés souvent par les ateliers parisiens de Pontremoli, Debat-Ponsan, Leconte, Perret ou Umbdenstock. Quelques architectes – quatre sur les 44 issus de l’Eras relevés en 1969 – ont une formation beaux-arts sans pour autant être passés par l’Eras.

En relevant les sujets de diplôme de ces architectes formés à l’Eras, on décèle un intérêt manifeste pour des sujets de diplôme locaux ou très réalistes. Elève de Danis, De Lapparent présente en 1934, par exemple, une église paroissiale à Colmar. Elève de Stoskopf et d’Herrenschmidt, Fleischmann imagine un hôtel de Tourisme dans les Vosges en 1952 (fig.3), et Jean-Paul Treiber conçoit en 1965, une cristallerie en pays de Bitche.

Fig. 3 : Un hôtel de tourisme dans les Vosges, projet de diplôme d’Alfred Fleischmann, novembre 1952, coll. part.

Autre élément notable, l’apparition d’associations nouvelles dans les années 1950 et 1960, associations parfois autres que simplement filiales. À la suite d’études communes à l’école, les membres d’UA530 se regroupent en 1967 : l’entête de leur curriculum vitae revendique même ces études communes, effectuées sous la houlette de Stoskopf, Herrenschmidt, Madeline et Sacquin31. Ces architectes actifs sur le territoire strasbourgeois étendent largement leur aire d’action, en intervenant dans la construction des stations de sport d’Hiver à Tignes ou la Clusaz notamment. À noter d’ailleurs que pour son diplôme, en 1956, Apprill présentait déjà un projet de « village de ski ». En 1972, UA5 est récompensée par l’académie d’architecture pour la conception du centre de formation du Crédit Mutuel du Bischenberg à Bischoffsheim, dont l’architecture de béton, soignée et sophistiquée, est remarquée (fig.4).

Fig. 4 : Centre de formation du Bischenberg (1970), Bischoffsheim, UA5 architectes, photo Alice Bommer (SIAF, Cité de l’architecture et du patrimoine, Archives d’architecture du xxe siècle, 133IFA 14/7).

Une autre équipe – a3 architecture – propose le renouvellement dans la continuité en reprenant l’agence fondée par F. Herrenschmidt. Associant son fils Antoine, diplômé Eras en 1968, à Roland Hoenner (1940-) et Claude Bucher (1947-), diplômés en 1967 et 1970, leurs réalisations marquent particulièrement la silhouette strasbourgeoise avec notamment la construction de l’imposant centre administratif de la place de l’Etoile32.

Dès 1978, dans AMC, Jacques Lucan questionne la production alsacienne des décennies d’après-guerre et dépeint ce renouvellement33. À cette période, d’une certaine manière, Stoskopf est rejoint sur ces positions par certains confrères comme Monnet, dont les travaux réinterprètent aussi la maison alsacienne médiévale et ses imposantes toitures. Stoskopf le note d’ailleurs en 1982 : « Un retour à une vie plus urbaine est en train de s’amorcer […] Maintenant, on revient à certaines tendances qui eurent cours dans l’immédiat après-guerre, une plus grande liberté d’expression est recherchée34 ».

La nouvelle génération, entre autres, Gérard Ecklé (1938-), architecte formé par Vivien, et Gérard Altorffer (1942-), diplômé de l’UPA de Strasbourg en 1973, produisent en effet des immeubles de types nouveaux mais qui respectent aussi les « contours » traditionnels. Ainsi, ces jeunes protagonistes ouvrent l’héritage local à l’influence de tendances plus contemporaines de l’architecture proliférante, brutaliste voire post-moderne.


Au delà de l’arène locale…

En Alsace, la scène professionnelle des Trente Glorieuses est marquée par plusieurs générations successives d’architectes formés à l’Eras ou l’Ensba. Les figures tutélaires passent progressivement la main aux générations suivantes, au sein de leurs agences ou lors d’opérations de grande envergure. Les jeunes diplômés renouvellent les thématiques développées localement par leurs maitres au sortir du second conflit mondial en créant de nouvelles associations plus ou moins durables. Ainsi, l’empreinte de l’école régionale perdure jusque dans les années 1980 alors que la nette rupture de 1968 engage le renouveau profond d’une école devenue pleinement indépendante. Il faut noter d’ailleurs que d’autres architectes formés à l’Eras s’éloignent de l’Alsace et connaissent des carrières remarquables ou remarquées à l’instar de François Spoerry, Roland Schweitzer (1925-), Jean-Paul Jungmann (1935-) ou encore de Michel Mosser (1925-).

En outre, la scène locale est évidemment marquée également par des interventions ponctuelles, le temps d’un chantier ou d’une mission unique, d’architectes qui ne sont pas passés par l’Eras mais formés aux Beaux-arts35. Outre le projet finalement non réalisé de Le Corbusier pour le palais de la musique et des congrès, celui moins connu, de Claude Le Cœur (1906-1999) pour le quartier de Cronenbourg, associe, à travers de très belles esquisses36, les influences théoriques et formelles du Maître à la silhouette urbaine de la ville et de sa Cathédrale37 (fig.5).

Fig. 5 : Esquisse pour un quartier d’habitation (non réalisé) à Cronenbourg (1949-1950), Claude Le Cœur architecte (fonds C.Le Cœur, SIAF, Cité de l’architecture et du patrimoine, Archives d’architecture du xxe siècle).

 

Notes

1 Anne-Marie Châtelet et Franck Storne (dir.), avec la collaboration d’Amandine Diener et de Bob Fleck, Des Beaux-Arts à l’université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Strasbourg, Recherches, 2013, 368 p. (vol. 1).
2 Voir Gauthier Bolle, Un acteur de la scène professionnelle des Trente Glorieuses, de la Reconstruction aux grands ensembles : l’architecte alsacien Charles-Gustave Stoskopf (1907 – 2004), thèse de doctorat sous la direction d’Anne-Marie Châtelet, Université de Strasbourg, 2014, 464 p. (publication en 2017 sous le titre de C.-G. Stoskopf (1907-2004), architecte : les Trente Glorieuses et la réinvention des traditions). Les sources exploitées pour cette recherche sont principalement constituées des fonds d’archives de l’architecte, déposés dans les centres d’archives départementaux en Alsace, sur le territoire de Belfort et au centre d’archives d’architecture du XXe siècle. Sur le milieu professionnel local voir Gauthier Bolle, « Les Trente Glorieuses à Strasbourg dans les revues d’architecture et d’urbanisme », Source(s), cahier de l’équipe de recherche ARCHE (Arts, civilisation et histoire de l’Europe), n° 3, 2013, p. 65-86 et « Reconstruire les paysages urbains et ruraux d’Alsace après 1945 : lignes de continuités », Revue d’Alsace, n°142, p. 117-138, 2016.
3 Marie-Laure Crosnier Leconte, Dictionnaire en ligne des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968), http://www.purl.org/inha/agorha/002/75633. Des informations sont issues aussi de dossiers déposés au centre d’archives d’architecture du XXe siècle (CAAXXe), notamment les « dossiers d’œuvres » constitués dans les années 1970 par la Sous-Direction de la création architecturale et des constructions publiques à la Direction de l’architecture.
4 Sur le rôle de Danis dans l’administration des monuments historiques en Alsace voir Nicolas Lefort, Patrimoine régional, administration nationale : la conservation des monuments historiques en Alsace de 1914 à 1964, thèse de doctorat, sous la dir. de François Igersheim, Strasbourg, 2013, 1228 p.
5 C.-G. Stoskopf, Je sauve les remparts de Neuf-Brisach, févr. 1979, 4 p., ADBR : fonds GS., 60 J 2.
6 Citons ici, entre autres, C.-G. Stoskopf, « Reconstruire », Saisons d’Alsace (SA), n° 4, 1949, p. 369-371. « Ammerschwihr, de la cité détruite à la ville de demain », Techniques et Architecture (T&A), n° 3-4, 1949, p. 56.
7 Pierre Pouradier-Duteil, « Problèmes de la Reconstruction », T&A, n° 3-4, 1949, p. 56.
8 Wolfgang Voigt et Hartmut Frank, Paul Schmitthenner, 1884-1972, cat. exp., Deutsches Architektur Museum, Tübingen/Berlin, Wasmuth, 2003, 236 p.
9 Reconstruction Strasbourg 1948-1962, Association syndicale de reconstruction de Strasbourg, 1962, 30 p.
10 Pour tous les projets signés par Stoskopf, voir les fonds d’archives déposés aux archives départementales du Bas-Rhin (ADBR, fonds Stoskopf 60J et 67J).
11 Herrenschmidt est associé à Antoine Pfirsch et Edouard Kah (1917-1964) pour cette opération. « Immeubles préfinancés du boulevard de la Marne », Bâtir, mai 1957, p. 74. Voir aussi archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES) : 852 W 194.
12 Pierre-Jean Guth, « Mulhouse, aménagement du quartier de la Gare », L’AA, n° 32, nov. 1950, p. 39-41.
13 En juillet 1949, il présente les chantiers du vignoble aux élèves qui sont conquis par la réalisation de leur maître. En 1956, l’architecte expose à nouveau, lors des « journées de Strasbourg », son travail dans le cadre de la Reconstruction. En 1957, il donne une conférence, au Foyer de l’étudiant catholique à Strasbourg, sur son voyage aux États-Unis, et en donne une autre, en mai 1961 aux Beaux-Arts, sur le thème de son voyage en Europe centrale.
14 Stoskopf, Remise des insignes d’officier de la Légion d’honneur (allocution), Strasbourg, 23 mars 1960, archives famille Stoskopf.
15 François Herrenschmidt, « Flashes sur mille ans d’architecture en Alsace », Saisons d’Alsace, n° 35, 1970, p. 229-265.
16 Anne-Marie Châtelet, « L’École régionale d’architecture de Strasbourg (1921-1965) », dans Châtelet et Storne (dir.), Des Beaux-Arts à l’université…, op. cit., p. 36.
17 Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 : histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 381-391.
18 Pierre Dalloz, Mémoires de l’ombre, Paris, éd. du Linteau, 2012, p. 108.
19 « Strasbourg, groupe d’immeubles HLM au quai des Belges, G. Stoskopf, architecte », T&A, n° 7-8, 1953, p. 54-59.
20 Pour cette opération, la Société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg est créée en 1957, devenant rapidement l’opérateur de très nombreux chantiers.
21 Lucie Mosca, La Faculté de droit de Strasbourg : campus de l’Esplanade, Lyon, Lieux dits, n° 381, 2012, 64 p.
22 « Un urbanisme nouveau à Strasbourg : Hautepierre ; la place des Halles », SA, n° 35, 1970, p. 320-331.
23 CAA XXe : 133 IFA 249/7.
24 CAA XXe : 133 IFA 192/1.
25 Richard Klein, Le Corbusier : le palais des congrès de Strasbourg, Paris, Picard, 2011, 157 p.
26 Lettre de Stoskopf à Monsieur le ministre d’État chargé des Affaires culturelles, le 21 juil. 1967, archives famille Stoskopf.
27 Stoskopf, Voici les raisons pour lesquelles je quitte la direction de l’École régionale d’architecture (dossier de démission), 1967, 117 p., ADBR : 60 J 3.
28 Les annuaires téléphoniques du Bas-Rhin sont consultables aux archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES).
29 Crosnier Leconte, Dictionnaire en ligne…, op. cit.
30 Les fondateurs d’UA5 sont les architectes Jean-Pierre Apprill, Pierre Gebhart, Jean-Paul Meyer, Claude Amann, François Bronner CAA XXe : 133IFA 14/7.
31 Il s’agit de l’architecte Félix Madeline, venu enseigner à l’Eras entre 1954 et 1957.
32 CAA XXe : 133 IFA 50/1.
33 Jacques Lucan, « Strasbourg, dossier », AMC, n° 47, déc. 1978, p. 65-84.
34 Propos de Stoskopf dans Philippe Hautcœur, Architectures et urbanismes : Alsace, 1950-1982, Strasbourg, Institut qualité Alsace, 175 p.
35 Notons ici, par exemple, les interventions à Strasbourg de Paul Tournon (1881-1964) ou d’André Le Donné (1899-1983).
36 Voir les fonds Le Cœur, CAA XXe : 204 Ifa 1413 et 1651.
37 Claude Le Cœur, « Étude d’un nouveau quartier d’habitation à Strasbourg », T&A, n° 3-4, 1949, p. 43.


[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *