L’enseignement de l’architecture et du paysage à Bordeaux au XXe siècle : état et perspectives des recherches

par Gauthier Bolle
Maître-assistant ENSAP Bordeaux, UMR Passages CNRS 5319 Bordeaux / associé à l’EA 3400-ARCHE Strasbourg


La seconde journée du séminaire a été consacrée à l’histoire de l’enseignement de l’architecture et du paysage à Bordeaux au
XXe siècle. L’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux (ENSAPBx) propose aujourd’hui à environ 950 étudiants – répartis dans les deux formations – une offre pédagogique plurielle, engageant de nombreux praticiens et plusieurs équipes de recherche. Cette situation est le fruit d’une histoire longue, à la croisée d’enjeux professionnels et culturels, marquée après 1968 – comme pour ses sœurs en régions – par le développement progressif de la recherche et l’introduction de nouvelles disciplines en particulier celle, plus récemment, du paysage.

Ce focus bordelais s’est déployé en deux temps permettant de rendre compte des recherches en cours, le matin, et de recueillir, l’après-midi, le témoignage de quelques-uns des acteurs clés du destin de l’école dans le dernier quart du XXe siècle. Les chercheurs de l’équipe scientifique du projet HEnsA20 à l’échelle bordelaise1 prolongent, par leurs recherches actuelles, les investigations menées précédemment par Gilles Ragot2, également commissaire, en 2013, de l’exposition « 40 ans de l’ENSAPBx (1973-2013)3 » – présentée de nouveau à l’occasion des journées HEnsA20. La longue durée, par-delà des ruptures historiques, émerge également des différentes interventions de cette journée mettant en exergue aussi bien l’« emprise dynastique » de certains acteurs locaux que les apports voire tentatives de réformes de différentes personnalités dont le passage s’avère parfois moins durable mais dont l’action ou le positionnement accompagnent des processus de mutation importants.


L’École régionale d’architecture de Bordeaux : une naissance tardive

Si l’École régionale d’architecture de Bordeaux (ERAB) est fondée en 1928, Laurence Bassières, dans sa communication introductive, fait remonter les conditions de sa création au cours d’architecture que l’architecte diocésain Louis Labbé (1847-1906) dispense à partir de 1877 au sein de l’École de dessin, de peinture, de sculpture et d’architecture. Ce cours prépare les élèves au concours d’admission annuel de l’École des beaux-arts de Paris et est maintenu lorsque l’École de dessin devient École municipale des beaux-arts et des arts décoratifs de la ville de Bordeaux4 en 1889.

L’existence de cet enseignement aurait pu favoriser la création d’une école régionale dès le début du xxe siècle mais elle semble paradoxalement plutôt en ralentir le processus de gestation. Laurence Bassières éclaircit les conditions de cette naissance tardive en exhumant diverses sources, dont des documents reflétant la vie des instances professionnelles locales qui, comme l’Association provinciale (AP), la Société des architectes de Bordeaux et du Sud-Ouest ou encore le groupe régional de la Société des architectes diplômés par le gouvernement (SADG), tentent de contrôler les modalités de l’enseignement de l’architecture à Bordeaux. En effet, le rapport rédigé par Julien Guadet en 1902 préconise la création d’écoles régionales, ce que permettra le décret présidentiel du 23 janvier 1903. Certaines villes, comme Nancy et Bordeaux, ne saisissent pourtant pas l’opportunité qui leur est alors offerte.

Fig. 1. L’atelier de Pierre Ferret en octobre 1935. Coll. part.

L’opposition à la création d’une école à Bordeaux se manifeste notamment par la voix du groupement régional de la SADG, dont l’architecte Pierre Ferret (1877-1949), successeur de Labbé à la tête du cours d’architecture depuis 1906, fait partie. Cette position change entre 1925 et 1927, du fait notamment du renouvellement de ses membres : l’architecte Émile Mothe (1887-1961) par exemple, qui enseigne au cours d’architecture et sera un enseignant important de l’ERAB, intègre le groupe en 1924. En 1927, Ferret diffuse finalement un plaidoyer en faveur de la création d’une école régionale, avec le soutien du groupe régional de la SADG, du syndicat des architectes de Bordeaux et de la Société des architectes de Bordeaux et du Sud-Ouest. Mais si, en janvier 1928, l’ERAB naît officiellement, c’est dans une double continuité : elle occupe les mêmes locaux que le cours d’architecture, engageant simplement quelques aménagements mineurs, et, d’un point de vue pédagogique, Pierre Ferret demeure la figure centrale, en tant que chef d’atelier et professeur de théorie, puis également comme directeur (fig. 1). Sur les sept enseignants que compte le corps enseignant de la « nouvelle » école, deux seulement sont fraîchement recrutés : l’ingénieur Charles Mothe (statique graphique et résistance des matériaux), frère d’Émile, et l’avocat Géo Minvielle (législation du bâtiment). Issu d’une famille d’architectes, ce dernier, docteur en droit, professera à l’ERAB jusque dans les années 1960, et sera très actif sur la question du droit de la construction, notamment auprès de groupements professionnels comme la SADG et l’Association provinciale des architectes français. La présence de la famille Mothe marque ainsi l’école, que fréquente aussi, durant les années 1930, un troisième membre : Raymond Mothe, fils d’Émile Mothe né en 1909 et importante figure de la scène architecturale bordelaise des Trente Glorieuses (fig. 2).

Fig. 2. Travail d’élève de Raymond Mothe, Un lavoir public, première mention, 1933-1934. ENSBA. Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1933-1934, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1934.

En 1928, l’école est une structure modeste, comptant 17 élèves et disposant d’un budget relativement restreint dont 20 % est consacré pour moitié aux frais d’emballage des travaux et pour l’autre aux frais de déplacement du professeur de théorie : la dépendance vis-à-vis de l’école parisienne est onéreuse ! Jean-Roger Roy est le premier élève diplômé en 19315. Puis, les diplômes sont au nombre de un à trois par an jusqu’au milieu des années 1940. Ces années de gestation et de développement sont marquées par la proximité entre l’ERAB et les divers groupes professionnels, qui, comme le démontre Laurence Bassières, prennent des positions non dénuées d’une certaine ambivalence envers les élèves de l’école et tentent de peser face au système académique centralisé de l’École des beaux-arts.

La tenue de cette école régionale, toujours de taille modeste, est saluée par Albert Laprade en 1941 dans un rapport d’inspection qui, en même temps, réduit l’ERAB à un simple cours préparatoire : « Sous la direction de M. Ferret fonctionne un bon cours de préparation à ‘l’admission’ pour les architectes6. » Peu de temps après, Pierre Ferret part à la retraite. Son fils, Claude Ferret (1907-1993) le remplace comme chef d’atelier en 1942. S’ouvre alors une nouvelle période : la dynastie Ferret perdure et le nombre d’élèves s’accroît, comme celui du corps enseignant, qui accueille de nouvelles figures, souvent formées à l’ERAB ou venant d’autres horizons, qui marquent la scène locale, à l’instar de l’architecte Pierre Mathieu (1911-1997)7. Les relations entre l’ERAB et l’école municipale des beaux-arts semblent moins harmonieuses dans ces années d’après guerre : Claude Ferret n’obtient pas la direction de l’ERAB, dévolue maintenant au directeur de l’école municipale, et le respect par les élèves de l’ERAB de la tradition du folklore et du chahut des ateliers de l’école parisienne contribue à l’apparition des tensions entre les deux institutions.

Fig. 3. L’atelier de Claude Ferret dans les années 1960. Coll. part.

L’équipe HEnsA bordelaise a constitué un fichier des 403 élèves architectes inscrits à l’ERAB entre 1928 et 1968, outil qui permet de retracer le développement de l’école8 et d’examiner les parcours et trajectoires scolaires des élèves bordelais. Les effectifs de l’ERAB se révèlent stables pendant ces quatre décennies. Sur les 403 élèves répertoriés, seulement 280 sont admis en seconde classe, dont 200 sous la direction de Claude Ferret, parmi lesquels 170 après la seconde guerre mondiale(fig. 3). Les élèves font souvent des études longues à l’instar de Raymond Caubel (1929-), diplômé dix-neuf ans après son admission, en 1967. Sur les quarante années ici considérées, la plupart des élèves sont des hommes, en majeure partie originaires du sud-ouest de la France. Sur la vingtaine de femmes qui étudient à l’ERAB, seules huit d’entre elles poussent jusqu’à l’obtention du diplôme et à la pratique libérale.

En dépit d’une identité singulière forgée par la dynastie Ferret – en prise directe avec l’enseignement de l’architecture de 1906 jusqu’au milieu des années 1970 –, l’ERAB est bien une antenne de la « maison-mère » : si 30 % des élèves de l’ERAB poursuivent leurs études à l’ENSBA ou passent à un moment donné sous la houlette d’un chef d’atelier parisien, les élèves restant à Bordeaux dépendent également de l’école parisienne, que ce soit pour la définition des sujets, le jugement des travaux ou la validation des esquisses de diplôme. Même si ces derniers sont régulièrement primés lors des différents concours qui rythment la vie scolaire, aucun élève bordelais ne remporte l’épreuve ultime du grand prix de Rome.

Enfin, les diplômés et anciens de l’ERAB sont très présents sur les chantiers qui marquent le début de la période des Trente Glorieuses que ce soit aux côtés de Claude Ferret, notamment pour la reconstruction de Royan, auprès d’autres agences ou pour leur propre compte, dans le cadre des grandes opérations bordelaises liées à la politique du maire Jacques Chaban-Delmas (1915-2000). Ferret apparaît ainsi comme la figure tutélaire de toute une génération, parmi laquelle figure l’agence Salier-Courtois-Lajus-Sadirac9, qui obtient, en 1965, le grand prix du Cercle d’études architecturales aux côtés de l’Atelier d’urbanisme et d’architecture et de l’Atelier de Montrouge. Sur le plan pédagogique, c’est Serge Bottarelli (1928-2014) qui prend le relais du « patron », en poursuivant sa démarche, d’abord en tant qu’assistant avant 1968 puis comme chef d’atelier à l’unité pédagogique d’architecture tandis que d’autres anciens défendent au fil du temps une posture davantage iconoclaste au regard de la formation qu’ils ont reçue. Ainsi, par exemple, Jacques Hondelatte (1942-2002), étudiant de l’ERAB entre 1963 et 1969, puis enseignant de l’école à partir de 1985 et dont la production trouve un écho favorable dans la presse spécialisée des années 1970 et 1980, se démarque-t-il du legs des Ferret : « Je ne supporte pas les architectes qui, pour chercher, font du dessin. Pour moi l’objet de l’architecture n’est pas dans le dessin mais dans le projet10. »


Le renouveau de la pédagogie et des lieux de l’enseignement

En 1969, Claude Ferret, alors âgé de 62 ans, est également amené à concevoir les nouveaux locaux de l’unité pédagogique d’architecture de Bordeaux, installée depuis la rentrée 1968 dans des baraquements provisoires à proximité de l’école municipale des beaux-arts et dirigée alors par un nouveau directeur, Yves Lormant. Après l’organisation par Ferret d’une sorte de concours interne parmi les élèves, l’équipe constituée autour de ce dernier est lauréate et pose les jalons du projet tel qu’il sort de terre au début des années 1970, sur le domaine de Raba à Talence, non loin du domaine universitaire alors en développement. Ferret est aussi en charge du plan de lotissement du site.

Fig. 4. Vue aérienne de l’école, c. 1973. Archives ENSAPBx.

Comme l’a exposé Franck Delorme, l’architecture de Ferret matérialise une certaine vision de l’enseignement dans l’espace (fig. 4). Le « patron » propose ici un plan éclaté, quasi pavillonnaire, mettant l’accent sur des éléments de circulation extérieurs protégés : coursives et portiques aux lignes courbes relient des éléments épars. En divisant le programme en sept fonctions distinctes11, Ferret souligne l’autonomie des ateliers, mis à distance des disciplines plus théoriques. La composition, qui serpente autour de courbes et de contre-courbes, se déploie en utilisant une grande partie du terrain alloué. La symbolique de certains éléments récurrents – motifs triangulaires et hexagonaux – ainsi que la présence d’une monumentale pyramide pour les expositions au centre de l’école participent d’une esthétique d’apparence moderne mais dont on peut questionner la rationalité, ou en tout cas les possibilités d’évolution au fil du temps.

Bien que l’édifice ait été le support d’une publicité pour les étanchéités de toiture connues de nombreux étudiants, l’étude de sa réception dans la presse spécialisée révèle que cette « leçon d’architecture12 » n’a pas eu une audience très importante au-delà des élèves de l’école elle-même. Seulement deux articles en langue française et un en espagnol, publiés entre 1973 et 1974, évoquent, sans trop pousser l’analyse, le projet de Ferret, soulignant principalement la mixité des techniques constructives et la vertu pédagogique d’un tel choix. Pourtant, Franck Delorme démontre à quel point cette réalisation est un jalon important de la carrière de l’architecte, architecte en chef de la reconstruction de Royan, et auteur de la caserne de la Benauge (avec Adrien Courtois et Yves Salier, 1954) et de certains équipements de la cité du Grand-Parc à Bordeaux (notamment avec Serge Bottarelli, 1968), chantiers sur lesquels sont associés ou collaborent aussi ses anciens élèves. Le bâtiment principal au plan sinueux n’est pas sans évoquer la courbe du front de mer à Royan, tandis que d’autres éléments convoquent ou citent les influences brésiliennes importées par Ferret et ses collègues pour la reconstruction de cette ville.

La conception de l’ensemble n’a pas suffi à assurer à l’école un développement immobilier harmonieux, et les adjonctions successives se donnent à voir plutôt comme des greffes que de véritables extensions. Dès l’avant-projet de 1969, le Conseil des bâtiments de France souligne le caractère figé de la composition proposée par Ferret alors que l’enseignement de l’architecture traverse une crise fondamentale. Est-ce à dire, que malgré la souplesse apparente de son tracé, l’architecture de l’école traduit davantage la crispation et la volonté de survivance d’un système pédagogique dans un contexte de remise en question radicale ? En 1975, un autre rapport administratif, élaboré par la direction générale de l’administration, observe d’ailleurs que cette architecture, surprenante de prime abord, pourrait même aboutir à de « solides déconvenues13», tout en évoquant et minimisant les tensions récurrentes entre l’administration et les étudiants de cette école.

La communication de Gilles-Antoine Langlois a éclairé justement les tentatives, aussi passionnantes que globalement infructueuses – sur le moment du moins –, menées par Edmond Lay et Pierre Lajus, tous deux nés en 1930, afin de renouveler plus profondément l’enseignement en réponse aux bouleversements culturels et sociaux de la fin des années 1960. Ces deux architectes tentent en effet d’introduire une nouvelle vision pédagogique en formulant, en 1968, les « propositions de Tarbes », suite à une sorte d’université d’été tenue en août 1968 dans les Pyrénées.

Edmond Lay, élève de Gromort et d’Arretche entre 1950 et 1959 à l’ENSBA, découvre, grâce à l’obtention d’une bourse américaine, l’œuvre de Frank Lloyd Wright (1867-1959) et celle de Paolo Soleri (1919-2013), travaillant même pour ce dernier. De l’autre côté de l’Atlantique, il enseigne et se familiarise ainsi avec une pédagogie associant davantage les élèves. À son retour dans les Pyrénées, imprégné de l’architecture de Wright, il construit des maisons individuelles et quelques équipements inspirés de formes organiques, dans sa région mais également sur le territoire bordelais (notamment la Caisse d’épargne à Mériadeck en 1977). L’architecte Pierre Lajus, quant à lui, étudie à l’ERAB entre 1948 et 1956 sous la houlette de Ferret puis à l’Institut d’urbanisme de Paris et collabore ensuite quelques années avec l’architecte et urbaniste Michel Écochard (1905-1985), notamment en Guinée. Inspiré par sa propre expérience, Lajus tente d’introduire un enseignement d’urbanisme à l’école dès 1967 mais démissionne en 1969, choisissant de se concentrer sur sa production personnelle. La rencontre entre Lay et Lajus en 1968 à Paris aboutit à l’organisation des rencontres d’août 1968, sur le chantier de la maison de Lay, dont la construction impressionne durablement Lajus. Lay fournit simplement les éléments de son expérience américaine à une trentaine de participants, dont une quinzaine d’étudiants de l’école de Bordeaux amenés par Lajus et quelques étudiants de Toulouse. Le document produit prône la fusion entre architecture, urbanisme et sciences sociales à travers schémas et organigrammes explicatifs14. Ces « propositions de Tarbes » élargissent considérablement la vision de l’architecture telle qu’elle était enseignée jusqu’alors : émerge la notion de création et d’organisation de l’espace pour l’homme. Affirmant l’importance des sciences humaines et celle de l’étudiant comme producteur ayant le sens du travail et du réel, elles se nourrissent donc tant de l’esprit du temps que du parcours d’Edmond Lay et de Pierre Lajus, qui se démarquent ainsi de l’académisme voire même du formalisme de Ferret en tant qu’architecte et enseignant.

La brèche ouverte par les événements de 1968, dont témoigne ces propositions, sera de bien courte durée puisqu’en 1970, Pierre Mathieu et Claude Ferret proposent directement au ministère de tutelle un nouveau schéma d’organisation de pédagogie et de recherche, exprimant un recentrage vers des idéaux plus traditionnels avec au cœur de l’apprentissage la question de l’esthétique architecturale. Cette reprise en main tolère seulement quelques concessions aux idées des concurrents écartés. Aussi, Lay et Lajus se concentrent-ils, après 1969, sur leurs carrières professionnelles respectives et laissent-ils l’école revenir à ses invariants.


L’ouverture progressive d’une école d’architecture et… de paysage

L’ouverture de l’école à la recherche, à d’autres disciplines que celle du projet mais aussi au nouveau domaine de formation du paysage se fait progressivement, au fil des trente dernières années du XXe siècle. La communication de Rémi Bercovitz puis la table ronde animée par Gilles Ragot ont évoqué ces décennies très riches et denses quant au développement pédagogique et scientifique de l’école. La table ronde a réuni trois acteurs importants de cette période : l’historien Bruno Fayolle-Lussac, qui invente véritablement l’enseignement de l’histoire à l’école dans les années 1970, Vincent Auzanneau, directeur à partir de 1987 et initiateur de la création de la formation paysage en 1991, et Isabelle Auricoste, paysagiste engagée, chercheuse et enseignante fondatrice de cette formation. Tous trois ont nourri et accompagné dans les années 1980 et 1990 le processus défini par Gilles Ragot comme « une professionnalisation de l’enseignement » qui a permis l’entrée des écoles d’architecture dans le monde de l’enseignement supérieur.

Si jusqu’à la fin des années 1960 l’enseignement de l’histoire est limité voire quasi inexistant à l’école de Bordeaux, il faut tout de même attendre jusqu’à l’arrivée en 1976 de Bruno Fayolle-Lussac, docteur en archéologie et en géographie historique, dans un contexte complexe de contestation au sein d’une école toujours marquée par l’empreinte de la dynastie Ferret et de ses continuateurs comme Serge Bottarelli et Jean Sérieis notamment, pour voir l’introduction et la construction de cette discipline.

En bonne entente avec l’enseignante et sociologue Marie-Cécile Riffaut, Bruno Fayolle-Lussac défend l’enseignement des sciences humaines et développe des cours magistraux d’architecture à travers l’histoire. Il organise un programme de cours sur trois années et, à partir de 1978, crée même un enseignement de critique architecturale en collaboration avec l’architecte Pierre Anus (1932-1982), élève de Claude Ferret entre 1956 et 1963, devenu par la suite grand spécialiste de l’Égypte antique. L’équipe d’enseignants préconise l’observation du réel et l’étude des conditions historiques et sociales d’émergence des formes architecturales et urbaines dans le but de transmettre une pensée autonome aux étudiants. Confrontées dès le départ à des résistances locales, dues à la persistance du mandarinat académique et à la tutelle que la mairie de Bordeaux parvient à maintenir sur l’école (notamment en ce qui concerne la nomination des enseignants), ces nouvelles figures sont encouragées et portées par des initiatives nationales de structuration de la recherche leur permettant de tisser des liens, notamment avec des chercheurs d’autres disciplines et horizons.

L’arrivée en 1987 de Vincent Auzanneau, ingénieur du génie rural, amplifie ce mouvement d’ouverture multiple. Directeur de l’école pendant treize ans, il préside à l’officialisation progressive de la recherche à l’école – avec la création d’un conseil de la recherche notamment – et à l’amplification des liens avec l’Université. Par ailleurs, son expérience professionnelle et sa vision l’amènent à formuler très tôt un premier projet de création d’une école de paysage à Bordeaux. À cette époque, il n’existe qu’un seul lieu de formation pour les paysagistes, à Versailles. Dans un contexte national de forte montée en puissance de la notion de paysage, ce projet est enfin soutenu par l’administration centrale : la formation est alors rapidement mise sur pied, en 1991, et l’école habilitée à délivrer le diplôme de paysagiste diplômé par le gouvernement. Au lieu d’une procédure de recrutement classique des enseignants, Vincent Auzanneau privilégie une nouvelle méthode en lançant un appel d’offres pédagogique, demandant des réponses collectives. Dans l’équipe retenue, on trouve alors Serge Briffaud, historien et jeune docteur, ainsi qu’Isabelle Auricoste, paysagiste praticienne et enseignante à Versailles.

Sans chercher une rupture radicale, l’équipe de la formation paysage développe une pédagogie assez différente de celle de l’enseignement versaillais, plutôt construit sur le modèle académique de l’atelier. Lors de la table ronde, Isabelle Auricoste revendique le modèle du Bauhaus comme référence pour la création de la formation de paysage. Souhaitant défendre et former le paysagiste tel un médiateur ou un passeur, son équipe, dès 1991, fait la part belle au « terrain », en faisant voyager régulièrement les étudiants. En octobre 1992, la formation est aussi adossée à une structure de recherche : le CEPAGE (Centre de recherche sur l’histoire et la culture du paysage), composé à la fois de chercheurs et de professionnels pluridisciplinaires, portant une attention particulière aux représentations sociales et culturelles du paysage. Néanmoins, comme le rappelle Rémi Bercovitz dans sa communication, une bonne part des enseignements se développe autour du projet de paysage, mais selon une pratique fondée sur une étude de terrain et une prise en compte de la dimension temporelle des objets considérés. Isabelle Auricoste et ses collègues mettent en place une forme de progressivité des apprentissages dans le but d’armer les étudiants face à la complexité du sujet et de les préparer à une pensée du paysage tel un « système », articulant un bagage de connaissances théoriques et des habitudes d’expérimentation. Très rapidement et ce jusqu’à la réforme des études de paysage en 2015, le programme pédagogique de l’école bordelaise se divise en trois domaines structurants : la construction des savoirs, la mise en œuvre de savoir-faire et enfin, l’élaboration de projet.

Ainsi, l’école participe-t-elle à l’expansion et à la consolidation d’une communauté de recherche et d’enseignement autour du paysage. Dans un contexte socio-culturel porteur, la conjonction favorable entre la vision du directeur Vincent Auzanneau, le soutien de l’administration centrale et la constitution d’une équipe soudée aboutit à la naissance de cette école de paysage. Le directeur pense alors que les deux formations, présentes sous le même toit peuvent se féconder et s’enrichir mutuellement grâce à la proximité des pratiques et des objets considérés. En dépit de cette vision optimiste, ces échanges se sont révélés plus complexes et la cohabitation est parfois houleuse, certains conflits, nés en 1991, restant à ce jour irrésolus, comme le souligne Rémi Bercovitz. Vincent Auzanneau considère que la mutation engagée au début des années 1990 est encore en cours. En effet, de son côté, la formation architecture voit aussi, dans les années 1990 et 2000, le développement de plusieurs équipes de recherche – l’école comprend ainsi rapidement cinq unités de recherche habilitées – et l’arrivée d’enseignants formés en dehors du giron de Ferret et de ses dauphins ou en provenance d’autres disciplines enrichit, densifie et diversifie l’offre pédagogique proposée aux élèves architectes et paysagistes.

Les modalités d’enseignement du projet et leur évolution sont étudiées par Marine Tixier, doctorante (ENSAT, LRA), qui a exposé son approche, nourrie par les sciences de l’éducation. Elle analyse notamment les programmes et la réception de certains ateliers de projets menés au cours des dernières années et y questionne la place de la « référence moderne », qui semble donc toujours bien présente aujourd’hui.

Les diverses contributions apportées lors de cette journée à l’histoire de l’enseignement de l’architecture et du paysage à Bordeaux au XXe siècle ont permis d’en poser les grands jalons, en faisant émerger les lignes de continuité et les ruptures ainsi que les acteurs majeurs de ces histoires croisées. Elles encouragent à lancer au plus vite une large campagne d’entretiens et de collecte d’archives, afin d’approfondir et d’affiner ces premières considérations, et de développer certains aspects encore peu lisibles. L’histoire vécue par les étudiants ou par certains acteurs moins « visibles », les interactions entre l’école, le milieu local et les instances nationales – d’un point de vue aussi bien institutionnel qu’académique – sont encore à mettre en récit. Si la conception pédagogique et architecturale de Claude Ferret est toujours perceptible dans les murs de l’école, celle-ci s’est en effet profondément renouvelée : sa mutation, sa richesse et son pluralisme actuels continuent d’interroger plus largement la nature et les modalités de l’enseignement de l’architecture et du paysage.

 

Notes

1 L’équipe comprend les chercheurs suivants : à l’ENSAPBx Gilles-Antoine Langlois, professeur, et Gauthier Bolle, maître-assistant en histoire et cultures architecturales ; Serge Briffaud et Bernard Davasse, professeurs, et Rémi Bercovitz, maître-assistant associé dans la formation paysage (UMR Passages) ; Jacqueline Falise, responsable de la médiathèque ; ainsi que Gilles Ragot, professeur HdR (université Bordeaux-Montaigne) ; Laurence Chevallier, maître-assistant (ENSAT, UMR Passages) ; Laurence Bassières, maître-assistant associé (ENSAPBx et ENSA Paris-La Villette) ; Franck Delorme, attaché de conservation (Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, Cité de l’architecture et du patrimoine). Les résultats intermédiaires ont été publiés dans la revue de l’ENSAPBx Transversale, n° 1/2016. Les contributions de cette journée seront publiées dans le numéro 2.
2 Enseignant l’histoire de l’architecture à l’ENSAPbx de 1994 à 2013, Gilles Ragot a commencé à identifier les sources de l’histoire de l’école – cf. son article « Récit d’un projet pédagogique sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Bordeaux depuis le xixe siècle », Transversale, n°1/2016, p. 8-17.
3 Cf. aussi le documentaire ENSAPBx 40 ans (2013, 25’) de Marc Bonnin, et dont Gilles Ragot fut co-auteur, en ligne sur [www.bordeaux.archi.fr/ecole/70-histoire.html].
4 Cette école est installée depuis 1887 dans l’ancienne abbaye de Sainte-Croix, où elle se trouve encore actuellement.
5 Ce Bordelais, né en 1902, fréquente l’atelier Gromort et Expert à Paris de 1925 à 1928, puis devient à Bordeaux l’élève de Pierre Ferret.
6 “Inspections – Rapports 1926-1979”, Archives Bordeaux Métropole (ABM) : 768R-2.
7 Élève d’Emmanuel Pontremoli et André Leconte, diplômé de l’ENSBA le 21 février 1939, cet architecte et urbaniste est une figure majeure de la scène architecturale bordelaise des Trente Glorieuses.
8 Ce fichier élaboré par Gauthier Bolle, reprend les informations des registres d’inscription à l’école – qui incluent les élèves non admis en seconde classe – ainsi que des éléments issus de la base de l’INHA (dir. Marie-Laure Crosnier Leconte) « Dictionnaire en ligne des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) », en ligne sur [agorha.inha.fr].
9 Cf. Michel Jacques, Annette Nève (dir.), Salier, Courtois, Lajus, Sadirac, Fouquet : atelier d’architecture, Bordeaux 1950-1970
, Bordeaux, Arc en rêve, 1995, 128 p.
10 « Jacques Hondelatte. Quatre projets récents en association avec D. Berguedieu et F. Brochet, J.-C. Zebo, Épinard bleu », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 236, déc. 1984, p. 70-80.
11 Ateliers d’arts plastiques, quatre ateliers d’enseignement de projet, des locaux d’enseignement général, la documentation, l’administration, un lieu d’exposition et un amphithéâtre.
12 « Une leçon d’architecture », Architecture de lumière, n° 30, sept. 1974, p. 18-22.
13 « Rapport d’inspection Bordeaux», rapport de la direction générale de l’administration à M. le directeur du cabinet du Secrétaire d’État, 1975, AN : 19880464/22.
14 « Propositions de Tarbes : pour un nouvel enseignement de l’architecture en Aquitaine », 1968, 48 feuillets, médiathèque de l’ENSAPBx : cote 20711.


[sommaire des actes du 2e séminaire]

[programme de recherche]