Vers un décryptage de l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Toulouse à travers le dépouillement des archives départementales de la Haute Garonne

par Constance Ringon
Architecte diplômée d’État et docteur en architecture, maître assistant associée en histoire et culture architecturales, ENSA Toulouse


L’histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle à Toulouse offre tout un panel de réflexions que l’on entrevoit à l’examen des archives conservées dans les différentes institutions de la ville. Pour comprendre cette histoire et afin d’en discerner les composantes, l’équipe toulousaine engagée dans cette recherche s’est d’abord attachée à un recensement et à un premier dépouillement des sources disponibles. Cet article entend, d’une part, proposer au lecteur un panorama des lieux où sont conservées les archives relatives à l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Toulouse et, d’autre part, ouvrir des questionnements conduisant à l’énoncé de sujets de recherche, notamment à travers l’exemple du dépouillement des archives départementales de la Haute Garonne.


1. Archives écrites à Toulouse, cinq lieux de conservation

À Toulouse, nous avons identifié cinq lieux de conservation d’archives auxquels s’ajoutent les archives nationales qui proposent une liste de documents relatifs à Toulouse. Une fois ces lieux inventoriés, il s’agit à travers le travail de lecture actuellement réalisé par notre équipe de chercheurs, de comprendre la nature des documents conservés mais aussi les pistes de recherche qu’ils pourraient ouvrir. Ainsi nous avons fait le choix de présenter les sites de conservation en donnant un aperçu de ce qu’ils contiennent avant de nous concentrer sur les dépouillements en cours.

L’École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse

L’École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse,Rassemblés de manière aléatoire, ce sont des travaux produits durant les années 2000 et probablement récupérés dans les différents ateliers avant d’être conservés en ce lieu. Ils présentent des exercices réalisés, sur les escaliers de Toulouse par exemple, quelques TPFE ou encore des travaux menés par les étudiants dans le cadre de partenariats internationaux inter-écoles. Le choix de la conservation de ces archives nous interpelle. Comment les étudier sans connaitre le motif de leur sélection ? Sont-ils représentatifs de chaque atelier, de chaque année universitaire ? Ce classement disparate nous pousse donc à explorer d’autres sources permettant de le mettre en perspective et d’entrevoir des éléments de réponses à ces questionnements.

La liste des TPFE déposés à la bibliothèque de l’École entre 1974 et 2007 permet quant à elle de rendre compte de ce que furent les orientations pédagogiques sur une trentaine d’années. Cette recherche nous confronte également à la difficulté que présentent certaines archives administratives : en effet, la confidentialité de certains documents génère des manques dans ce travail qui concerne parfois une histoire peut-être encore trop récente.

L’Institut Supérieur des Arts de Toulouse (ISDAT)

L’ancienne École Supérieure des Beaux-Arts de Toulouse devenue l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse (ISDAT) détient quant à elle des archives datant de la présence des ateliers d’architecture au sein du bâtiment, avant les années 1970. Nous allons ici dresser un inventaire succinct des documents que l’on peut trouver classés dans la bibliothèque de cette institution.

Une quarantaine de boîtes d’archives regroupent des cette discipline au cœur de cette institution historique. Elles pourront par ailleurs être mises en rapport avec les dossiers concernant les professeurs et les étudiants ainsi qu’avec le répertoire des diplômes nationaux et le registre des palmarès qui sont tous imprimés et numérisés, excepté ceux du milieu de la 2 guerre mondiale, ce qui marque une rupture dans ce classement. Ces archives nous fournissent aussi des dessins originaux d’architectes, notamment ceux de Jacques-Jean Esquié. Ces données brutes sur des trajectoires individuelles peuvent être reliées aux documents imprimés, eux-aussi de diverses natures.

Des registres de revues et de livres notamment, permettent de comprendre à partir de quels documents furent établis les cours. Il faut toutefois être prudent car certains fonds ont été versés plus tardivement telles les bibliothèques de certains enseignants comme celle de Noël Lemaresquier. Ces documents sont listés sur le catalogue SUDOC. Grâce à un travail de l’ISDAT, on peut toutefois repérer si ce sont des achats de l’École, des envois de l’État ou des dons d’enseignants. Conjointement à ces ouvrages, des manuels faits par l’École et des bulletins réalisés par les étudiants trouvent également leur place au sein de cette bibliothèque. Peu nombreux, il n’en existe toutefois pas de collection complète.

Il est également intéressant de repérer que plusieurs travaux d’étudiants et de jeunes chercheurs s’intéressant à cette histoire sont disponibles à l’ISDAT, comme la thèse de Marjorie Guillin1. Ces travaux dénotent de prises de points de vue sur une histoire qui a fortement marqué l’enseignement de l’architecture à Toulouse.

Le musée Paul Dupuy et les archives municipales

Notre intérêt s’est également porté sur les versements de documents opérés par cette structure. Ils nous entraînent vers d’autres lieux répertoriés comme le musée Paul Dupuy et les archives municipales. Ces dernières seront présentées par Laurence Chevallier, chargée de leur dépouillement. L’accès aux documents conservés au Musée Paul Dupuy est problématique. Ce fonds, versé par l’ISDAT en 2000, est en partie constitué de planches d’étudiants mais il est malheureusement pour l’instant inaccessible. Malgré le contact établi par Arlette Auduc avec le conservateur Francis Saint Genez, il est exclu d’y avoir accès avant 2019 car il doit être traité contre les champignons qui l’infestent, et la somme importante de documents doit aussi être inventoriée. Ce gisement qui dort encore pose question, notamment au regard de la candidature de la ville de Toulouse à être reconnue comme patrimoine mondial de l’UNESCO…

Les archives départementales de la Haute-Garonne

Certains ont trait au bâtiment réalisé à la fin des années 1960 par Georges Candilis et Raymond Malebranche, d’autres sont relatifs aux aspects administratifs et à la scolarité. Ces fonds constituent pour l’instant la principale base sur laquelle nous nous appuyons. Ils pourront être par la suite enrichis grâce aux archives d’architectes qui permettront, par exemple, d’étayer certaines hypothèses quant au développement des trajectoires individuelles. Toutefois, il est pour l’instant difficile d’en avoir une vision générale : les documents sont datés de 1908 à 2004 et sont rangés dans cinquante cinq boîtes d’archives. Cette disparité génère donc une multiplicité de types de documents et de provenances, de l’École Régionale d’Architecture, à l’ENSA de Toulouse. Le changement d’acteurs qui s’instaure au cours du temps mais aussi les formes successives que prirent les enseignements sont autant d’éléments à mettre en regard.

Un travail de recensement général était donc souhaitable. Afin, d’une part, de classer ces documents et, d’autre part, d’en analyser le contenu, nous reprenons point par point ces boîtes d’archive et nous compilons les données qui nous intéressent selon plusieurs critères : dates et types des documents, acteurs impliqués, contenu, intérêt au regard de notre recherche…


2. Pistes de recherche potentielles à partir des archives départementales de la Haute-Garonne

Les archives départementales de la Haute Garonne, dont nous avons largement entamé le dépouillement, ouvrent la voie vers plusieurs sillons qui restent à explorer. Plutôt que de dérouler les fils de ce dépouillement j’ai fait le choix de présenter ici deux périodes distinctes qui dégagent des pistes de réflexion quant à de potentielles recherches. Ces données seront par la suite à mettre en rapport avec d’autres éléments comme le contexte historique et la mémoire orale qui interviendra un peu plus tard dans cette recherche.

La fin des années 1960, un changement de perspective dans la pédagogie

Les documents consultés dénotent d’une activité intense durant la période de la fin des années 1960, début des années 1970. Cette dimension tient à plusieurs éléments qui constituent le contexte de réforme de l’enseignement de l’architecture qui s’amorce durant les années qui précèdent mai 1968. Ce moment de réforme prend sens et est corrélé avec la réalisation du quartier du Mirail au sud-ouest de Toulouse, dans lequel l’École viendra s’insérer.

Le rapport entre pédagogie et forme bâtie constitue un élément de réflexion central durant cette période. Nous découvrons que pour la construction de nouveaux locaux de l’École d’architecture dans le nouveau quartier du Mirail, le 2 juillet 1969, le ministère des affaires culturelles avait proposé la construction de locaux provisoires préfabriqués mais que la municipalité de Toulouse et l’urbaniste en chef de l’aménagement du Mirail ont refusé d’insérer ces préfabriqués dans le nouveau quartier. Une solution intermédiaire avait donc été choisie : la réalisation de locaux définitifs qui permettraient une transformation et une extension au cours du temps, offrant ainsi une réponse favorable à une nouvelle pédagogie. Parmi les objectifs manifestes du programme de la future École également disponible dans les archives, il est fait état d’«un cadre physique souple, répondant à la mise en place progressive d’un nouvel enseignement de l’architecture, [qui] peut devenir champ d’expérience et laboratoire de recherche sur les matériaux, sur les espaces créés… »2.

La réflexion semble largement engagée et cet élément est repris le 16 juillet 1969, lors d’une séance au conseil général des bâtiments de France consacré à la construction de l’UP d’architecture de Toulouse. Sera évoqué le rapport entre pédagogie et forme architecturale : « […] L’architecte a voulu créer un abri polyvalent permettant des adaptations variées en opposition avec les conceptions de bâtiments scolaires et universitaires prédéterminés, dont le principe est préférable eu égard aux mutations pédagogiques actuelles »3. Deux photos de maquette de la structure de la future École apparaissent.

En outre, une lettre de Bernard Kohn du service des enseignements de l’architecture et des arts plastiques au ministère des affaires culturelles datée du 24 juin 1969 adressée à Monsieur Claude Cobbi, administrateur au sein du ministère des affaires culturelles, juge ce projet « très bon […] extrêmement simple tout en gardant de grandes possibilités d’aménagement intérieur. Les espaces sont variables, différenciés et permettent le travail en groupe tout en unifiant l’ensemble sous un volume. »4. Il est noté que « ceci rendra possible le cheminement d’espace en espace et donc d’activité en activité »5. De plus « les patios ‘humanisent’ l’espace et pourront avoir des fonctions pédagogiques répondant aux besoins des étudiants […] »6. Les plans prévus pour l’École semblent donc répondre de manière précise aux volontés émises à cette époque.

Un peu plus tard, en décembre, une lettre émanant du ministre d’état aux affaires culturelles au maire de Toulouse mentionne le fait qu’il envisage de nommer Guy Darnault pour la direction de l’UP d’architecture car «il s’est consacré depuis plusieurs années à mettre en œuvre en Afrique francophone des méthodes de pédagogie actives et que « son expérience dans la formation nouvelle, sa conception des relations entre les enseignants et les enseignés […]» lui paraissent répondre aux qualités recherchées chez les nouveaux directeurs d’école7. Ainsi, au-delà de la forme architecturale de l’édifice se profile aussi la volonté d’un enseignement innovant mené par un directeur mais aussi par une équipe enseignante dont apparaissent les noms, nous permettant de mettre en valeur les itinéraires de ces personnes8.

Les changements en terme de bâti et également de guidage pédagogique semblent engrangés et avancent de concert avec la réalisation de l’Unité Pédagogique d’Architecture de Toulouse.

Nous constatons par la suite, en 1970, que Guy Darnault a bel et bien été nommé directeur administratif de l’UPA de Toulouse. Dans un courrier qu’il adresse au conservateur régional des bâtiments de France le 3 janvier 1970, il fait état de la situation générale française et évoque ainsi un prêt de locaux de la part de l’éducation nationale, permettant d’accueillir les étudiants en architecture9. En effet, l’École va prendre place dans le lycée polyvalent voisin pendant la durée des travaux de réalisation du bâtiment pour la nouvelle école. Ainsi nous découvrons des considérations relatives au contexte de la fin des années 1960 : « l’Unité Pédagogique d’architecture doit donc obligatoirement être achevée le 1er juillet 1970, si on ne veut pas recréer à Toulouse une situation explosive qu’il sera, cette fois, difficile de désamorcer »10. La situation semble donc toujours tendue ; la réalisation rapide de la nouvelle école serait-elle un moyen d’apaiser de potentielles révoltes étudiantes?

Ces éléments entrent par ailleurs en résonance avec le dossier 7698 W 2 dans lequel sont conservés plusieurs documents concernant la réforme de l’enseignement de l’architecture. On y trouve de multiples éléments : brochure du ministère des Affaires culturelles, documentation diverse, comptes rendus de débats pédagogiques, propositions, programmes d’enseignements, etc. Évidemment, le groupe toulousain est très actif et nous pourrons observer les volontés d’orientation de ce programme à travers, notamment, des comptes rendus de réunions.

D’autres sources restent toutefois à dégager pour présenter un panorama plus complet de cette période qui préciseront les éléments sur lesquels les acteurs que nous avons commencé à identifier ont été attentifs. Par ailleurs, ce regard porté sur la réalisation de l’Unité Pédagogique d’Architecture entre en résonnance avec l’époque présente où l’édifice bâti au début des années 1970 va connaître un renouvellement par la réalisation d’une nouvelle école permettant de répondre aux besoins actuels qui se sont transformés.

Le milieu des années 1990

Le deuxième temps qu’il nous semble important à aborder correspond aux années 1990. Si le contexte ne présente pas des exigences aussi fortes que celles de la fin des années 1960, s’amorcent et se développent toutefois des éléments configurant le paysage actuel de l’enseignement de l’architecture à Toulouse. Les échanges internationaux sont valorisés et s’ouvrent aux étudiants de manière plus large. Rappelons à ce propos que le programme Erasmus a été adopté peu de temps auparavant, en 1987. Des orientations vers la recherche semblent également accentuées de par les lectures opérées dans les archives. L’ouverture vers le monde professionnel devient manifeste dans la formation des étudiants. Ces éléments sont particulièrement mis en valeur dans le dossier 6870 W 1 qui présente le budget de l’École entre 1994 et 1995. Ce document qui peut sembler assez aride au premier abord se révèle toutefois passionnant quant aux orientations pédagogiques prises entre 1994-1995, notamment au regard des différents thèmes que nous venons d’énoncer.

Les échanges sont déjà établis avec des écoles et des universités étrangères, et nous pouvons noter le développement progressif des échanges Erasmus. Mais, une autre dimension apparaît dans le traitement de ces relations : l’étudiant est mis au devant de la scène et suivra un cursus hors de son école d’origine, dans un pays européen. Le budget de l’École entre 1994 et 1995 permet de se rendre compte du départ d’une dizaine d’étudiants hors de l’École. Cette donnée relativement récente est intéressante si on la met en regard avec la proportion actuelle des étudiants de l’École de Toulouse qui participent à ce jour à ce type de programme ; en effet nous pourrons observer une évolution du budget dédié à ces programmes internationaux qui contribue à leur valorisation au fil du temps et à l’encouragement de ces déplacements qui connaissent un grand succès à l’heure actuelle, auprès des étudiants. Ce retour vers les débuts des échanges Erasmus offre également une autre perspective sur la diversité que l’on observe aujourd’hui avec des échanges qui dépassent largement les frontières européennes.

Interviennent aussi des éléments en rapport avec les autres engagements internationaux de l’École comme la convention d’échange et de coopération du 25 mai 1994 entre l’École d’Architecture de Toulouse (EAT) et le Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen Orient Contemporain (CERMOC). Cette convention concerne les échanges avec le Liban. Des voyages d’étude sont prévus et ce travail coopératif se poursuivra en 1995. Ces extraits d’archives entrent en résonance avec d’autres documents mis à jour au sein de l’ENSA Toulouse. En effet, le rapport de mission de Christian Darles disponible dans le dépouillement que nous en avons réalisé met en évidence le contenu du travail réalisé sur place11.

Les rapports entretenus avec la Tunisie sont mentionnés avec le compte-rendu d’un voyage qui eut lieu du 10 au 15 avril 1995. Ce séjour avait but la signature d’une convention entre l’EAT l’Association de Sauvegarde de la Medina (ASM) de Tunis. Cette convention se couple avec le compte-rendu de la visite de l’EAT à l’ITAAUT (École des beaux arts de Tunis) le 14 avril 1995 à l’occasion de ce même voyage en Tunisie. Une proposition de convention d’échange entre les deux écoles est prévue.

Ces échanges internationaux concernent également la recherche comme en témoigne une note du Conseil d’Administration de l’EAT daté du 7 novembre 1996. Elle fait état d’un master européen en architecture et développement durable qui regrouperait l’École Polytechnique de Lausanne, l’Université Catholique de Louvain, l’Architectural Association School of Architecture de Londres, l’EA de Toulouse et l’EA de Montpellier. On y note les interventions de plusieurs enseignants de l’École, Alain Chatelet, Jean-Pierre Cordier, Pierre Fernandez et Michel Gerber. Ce texte atteste également de la recherche qui se progresse sur le développement durable associé à un travail à l’international. Cette dimension est par ailleurs toujours d’actualité à l’ENSA de Toulouse. Il est donc intéressant de percevoir ici les filiations qui se sont établies au cours du temps. Un travail minutieux dans d’autres archives comme celles de l’ENSA Toulouse permettra sans doute de préciser les travaux effectués dans le cadre de ce master européen. Il pourra se combiner avec des entretiens à réaliser auprès des enseignants impliqués dans l’encadrement de ces réalisations.

Ces diverses pistes qui nécessitent encore de plus amples recherches nous renseignent toutefois sur les relations particulières qui se sont tissées entre l’École d’Architecture de Toulouse et certaines institutions. Ici, une question surgit : qu’en est-il de ces conventions d’échanges à l’heure actuelles ? Ces échanges, développés par le travail de certains enseignants chercheurs, que sont-ils devenus ? Ces liens se sont-ils renforcés, créant de véritables dynamiques encore productives aujourd’hui ?

Enfin un dernier élément qu’il me semble intéressant à noter quant à cette période concerne le rapport qu’entretiennent profession et enseignement. Ce thème semble être cher à l’École de Toulouse et pourrait être développé plus amplement dans les recherches qui suivront. Dans les années 1990 ressort une proposition de l’École pour une formation en alternance au chantier associée à un contrat de qualification rémunéré. Elle doit permettre aux étudiants la maîtrise et pilotage de chantier. Il est ainsi manifeste que l’École se positionne à ce moment là très fortement vers une ouverture sur la professionnalisation des étudiants. Cette information est intéressante à retenir et pourra être mise en regard des postures proposées par les différentes écoles d’architecture françaises.

Ces divers thèmes d’étude témoignent de la richesse et de la diversité des enseignements que peuvent nous livrer un regard sur la façon dont la pédagogie a été mise en œuvre à l’École d’Architecture de Toulouse, dans sa diversité tout au long du XXe siècle. Ces sources précieuses semblent constituer une étape fondamentale pour comprendre l’histoire de notre École et de ses acteurs notamment si nous la mettons en regard avec les trajectoires diverses et variées des enseignants et des étudiants qui furent et sont encore impliqués dans cette mémoire vive. Leur dépouillement complet permettra de rendre compte de ces multiples itinéraires et de leur corrélation qui constituent une part de l’histoire de l’enseignement de l’architecture en France.


À propos de l’auteur

Constance Ringon est architecte diplômée d’État et docteur en architecture. Intitulée « Une ville dans le prisme des regards, Sabaudia de sa fondation (1933) à ses 80 ans (2014)» et encadrée par Enrico Chapel, sa thèse de doctorat porte sur la réception de Sabaudia. Elle a réalisé à ce titre plusieurs séjours à l’École Française de Rome. Elle est actuellement maître assistant associé en histoire et culture architecturales à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse.


Notes

1 Guillin Marjorie« L’anéantissement des arts en province » ? L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au XVIIIe siècle (1751-1793), Thèse d’Histoire de l’Art, Université Toulouse 2 – le Mirail (FRAMESPA) soutenue en 2013.
2 ADHG (archives départementales de la Haute-Garonne), boîte 7698 W 3, programme pour l’UP d’architecture de Toulouse daté du 28 mai 1969.
3Ibidem, compte rendu de la séance au conseil général des bâtiments de France regardant la construction de l’UP d’architecture de Toulouse, 16 juillet 1969.
4 Lettre de Bernard Kohn du service des enseignements de l’architecture et des arts plastiques au ministère des affaires culturelles, adressée à Monsieur Cobbi, 24 juin 1969.
5 Ibid.
6 Ibid.
7 Ibid., lettre du ministre d’État chargé des affaires culturelles à monsieur le maire de Toulouse, 11 décembre 1969
8 Ibid., dans la chemise intitulée « construction de locaux pour l’Unité d’Enseignement d’Architecture de Toulouse », nous apprenons quelques éléments sur la répartition des postes nationaux dans les unités pédagogiques de province. À Toulouse apparaissent les noms de Katsuki, Malebranche, Bescond, Trey, Segond, Lay, Eibel, Cabezos, Laulhere dont les dates de prise en charge sont situées entre 1968 et 1969.
9 Ibid., chemise intitulée «Convention état/ ville et occupation lycée polyvalent », lettre du directeur administratif au conservateur régional des bâtiments de France, 3 janvier 1970.
10 Ibid.
11 Archives de l’ENSA de Toulouse, E3B37.


[sommaire des actes du 2e séminaire]

[programme de recherche]