Conjuguer enseignement et pratique libérale. La trajectoire professionnelle de Jean-Louis Gilet, Toulouse 1932-1951

par Laura Girard
Architecte diplômée d’état, doctorante en architecture (CIFRE, AFR MH 2017) LRA – ENSA Toulouse, Université de Toulouse, sous la direction d’Enrico Chapel (HDR) et Françoise Blanc

 

La question de la conciliation de l’enseignement avec la pratique d’une autre activité, artistique pour les peintres et sculpteurs, enseignante dans d’autres établissements scolaires de la ville, libérale pour les architectes, salariale pour les ingénieurs, a toujours été au cœur de l’enseignement à l’école des Beaux-Arts, puis à l’école d’architecture. Cette question intéresse à la fois le recrutement des professeurs et la gestion administrative de ces multiples sources de revenus.

Nous proposons d’aborder cette problématique au regard de la trajectoire professionnelle de Jean-Louis Gilet, à Toulouse de 1932 à 1951. Architecte, artiste, directeur d’une revue illustrée locale, professeur de la classe d’architecture puis sous-directeur et directeur de l’école des Beaux-Arts et de l’ERA de Toulouse, la carrière de Jean-Louis Gilet est représentative de cette pluralité d’activités et de leur complexe association.


État
de la recherche : les sources mobilisées1

La recherche s’appuie, en premier lieu, sur les sources d’archives et références bibliographiques, renseignant la vie et la carrière de Jean-Louis Gilet.

Les travaux existants constituent une première approche transversale de sa trajectoire professionnelle. La notice biographique rédigée par Nelly Desseaux, dans le répertoire des architectes de l’ouvrage « Toulouse 1920-1940, la ville et ses architectes », en est un exemple. Deux travaux universitaires sur « Joseph et Jean-Louis Gilet » et sur les « commanditaires de Jean-Louis Gilet » décrivent dans le détail ces différents aspects. Notons, en particulier, le descriptif sommaire des projets réalisés et une analyse monographique de plusieurs d’entre eux dans ces deux travaux.

La documentation de son activité libérale a été réalisée avec le contenu de son dossier d’inscription à l’ordre en 1941, puis avec la monographie « Travaux d’architecture « Joseph et Jean-Louis Gilet », Société française d’édition d’art, 1937 » présentant une sélection de ses réalisations, et complétée avec les permis de bâtir déposés à Toulouse, conservés aux Archives Municipales de Toulouse.

La documentation de sa carrière à l’école des Beaux-arts, depuis son recrutement en 1937 à son décès en 1964, est détaillée dans les dossiers du personnel enseignant et du personnel municipal, mentionnant ses état de service (traitements annuels, échelons de promotion, etc.). Ces informations sont mises en perspective avec la consultation de plusieurs dossiers d’archives de l’école des Beaux-arts, pour la période considérée 1932-1951, sélectionnant les correspondances, les programmes, les listes du personnel, les documents relevant de la gestion administrative du personnel enseignant.

Enfin, les quarante-huit numéros de la revue « Art méridional », publiée entre juin 1935 et aout 1939, dont Jean-Louis Gilet a été le fondateur, directeur et principal auteur, sont un point d’entrée pertinent pour comprendre son implication dans la culture artistique méridionale.

A partir de la consultation et de l’analyse de ces sources, nous proposons, pour ce premier état de la recherche, d’aborder la conciliation de l’enseignement et de la pratique libérale, sous trois angles : est-ce que la réputation professionnelle est une condition pour devenir professeur d’architecture ? ; comment s’exprime le cumul des activités dans les sources d’archives ? ; et comment Jean-Louis Gilet, dans son engagement pour l’architecture régionale, est parvenu à la création de l’école régionale d’architecture de Toulouse en 1940 ?


La réputation professionnelle, une condition pour devenir professeur d’architecture ?

Nous interrogeons, par cette question, les qualités requises pour enseigner l’architecture à l’école des Beaux-arts à la fin des années 1930.

Jean-Louis Gilet, une trajectoire professionnelle audacieuse

Jean-Louis Gilet appartient à une dynastie d’architectes : son grand-père maternel, Jacques Lacassin, était architecte à Toulouse dans la seconde moitié du XIXe siècle et son père, Joseph Gilet, diplômé en 1903, s’installe à Toulouse, remportant le concours pour la construction de la Caisse d’Épargne en 1905. Ce dernier a également eu une brève carrière de professeur à l’école des Beaux-arts. Professeur suppléant de 1907 à 1914, il doit protester pour retrouver son poste après sa mobilisation. Chargé d’un cours temporaire, puis d’un cours auxiliaire, il est titularisé en 1922. Finalement, il démissionne en 19272.

Jean-Louis Gilet, né en 1902 à Toulouse, fait ses études à l’école des Beaux-arts de Toulouse pendant la première guerre mondiale, et rejoint l’école nationale des Beaux-arts de Paris en 1920, où, comme son père et de nombreux toulousains, il intègre l’atelier Laloux. Il est diplômé en 1932.

En dix années, entre son diplôme et sa nomination en tant que directeur de l’école des Beaux-Arts de Toulouse, ses activités plurielles et complémentaires montrent l’audace de sa trajectoire professionnelle.

Figure 1 : Immeuble 4 rue des Potiers. Revue « Art méridional » n°11, juillet 1936. P3820, Mairie de Toulouse, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine.

En 1930, alors qu’il n’est pas encore diplômé, Jean-Louis Gilet s’associe avec son père, l’agence est alors en pleine expansion. Joseph Gilet est parvenu à reformer sa clientèle depuis 1925 et à rendre son activité prospère, malgré l’inactivité causée par sa mobilisation et le retour difficile du front en 1919. Ensemble, père et fils réalisent des immeubles de rapport en centre-ville de Toulouse (immeuble 4 rue des Potiers) [Fig.1], des bâtiments communaux (école de Boulogne-sur-Gesse), des villas (maison Ladagnous à Bordes), l’asile d’aliénés à Lannemezan (avec Noël Lemaresquier) et participent à la reconstruction des régions inondées du Midi, avec de nombreux projets de maisons dans les communes du Tarn-et-Garonne (Nohic, Villemade, Reyniès)3.

Figure 2 : Salon de la SAM 1937, affiche et porte en fer forgé signée Jean-Louis Gilet. Revue « Art méridional » n°21, mai 1937. P3820, Mairie de Toulouse, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine.

L’implication intellectuelle de Jean-Louis Gilet à Toulouse se manifeste, d’une part, par son appartenance à la Société des artistes méridionaux (la SAM), dont il devient membre associé en 1932, en tant architecte aquarelliste. En 1937, lors du salon annuel de la SAM, il réalise une porte en fer forgé [Fig. 2]. Il fait également partie de la Société archéologique du Midi de la France et de la Société des toulousains de Toulouse.

D’autre part, il fonde la revue « Art méridional », dont il est le directeur et le principal contributeur. A Toulouse, une revue « L’art méridional », dirigée par le musicien, sculpteur et écrivain Alphonse Moulinié, associé au rédacteur Alphonse Laget, paraissait deux fois par mois entre 1894 et 1906. En 1935, Jean-Louis Gilet associe plusieurs auteurs : des artistes de la SAM, des architectes, des ingénieurs. L’actualité artistique de Toulouse et du Midi y est développée au travers des articles sur la peinture, la sculpture, l’ébénisterie, l’architecture, la cuisine ou la mode vestimentaire pour faire la promotion de la culture méridionale. Les grands thèmes récurrents et rubriques se mettent en place progressivement au fil des numéros. Au démarrage, la revue est formée de dix pages, puis elle passe à douze pages en 1937 et enfin seize pages composent les numéros en 1939. L’adresse de la revue est celle de l’agence familiale, au 4 rue de la Brasserie à Toulouse.

Figure 3 : En-tête du premier du numéro. Revue « Art méridional » n°1, juin 1935. P3820, Mairie de Toulouse, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine.

Les quatre premiers numéros (première année : 1935) font la promotion de l’office régional pour le développement de l’art dans l’habitation (ORDAH) [Fig. 3], que Gilet vient de créer. Alors que la concurrence avec les entrepreneurs est très importante et le port du titre d’architecte n’est pas encore règlementé, il défend par l’ORDAH la qualité architecturale et encourage ses concitoyens à s’adresser à un architecte pour la construction de leur maison. Même s’il affirme que les services de l’office sont désintéressés, et non commerciaux, le doute subsiste quant à une utilisation destinée à élargir sa clientèle par ce biais. Il y associe des architectes et artistes toulousains, confrères et camarades de la SAM pour la rédaction d’articles sur l’art et des juristes et ingénieurs pour des textes sur les problèmes constructifs, juridiques ou économiques.

Figure 4 : Couverture du numéro 43 avec une illustration signée Jean-Louis Gilet. Revue « Art méridional » n°43, mars 1939. P3820, Mairie de Toulouse, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine.

A partir de janvier 1936, si l‘Ordah disparait des colonnes, la revue devient un véritable manifeste pour l’architecture régionale et moderne. D’une part, la ligne éditoriale se recentre sur l’actualité artistique toulousaine, sur l’histoire de l’art et sur le patrimoine. Les villes et villages (Gaillac, Auvillar, Cordes, etc.) font par exemple l’objet de récits, de dessins [Fig. 4]. Jean-Louis Gilet publie également, en aout 1936, le rapport de Paul Bonamy sur les matériaux toulousains. Il reprend le discours qu’il avait prononcé à l’occasion du congrès de l’Association provinciale des architectes français, tenu à Toulouse avant l’été de la même année. D’autre part, par le qualificatif moderne, Gilet entend confort moderne et techniques et technologies modernes. La rubrique récurrente de l’ingénieur J. Massot-Bordenave sur les « procédés modernes » illustre cette attitude durant les cinq années de publication de la revue. Ce dernier y détaille la composition des murs, des notions de thermique, de lutte contre le bruit, ou encore de lutte contre l’incendie.

La revue est publiée jusqu’en aout 1939.

Le recrutement des professeurs de la classe d’architecture en 1936 à l’école des Beaux-arts de Toulouse

Ces activités intellectuelles et artistiques parallèles à son activité libérale lui confère une place respectée et reconnue dans la société toulousaine. À ce titre, il est invité à participer4, en tant qu’artiste toulousain (personnalité extérieure à l’école) au jury du concours d’architecture de l’école des Beaux-arts de Toulouse de fin d’année, le 30 juin 1936. Les professeurs titulaires sont alors, entre autres, Paul Bonamy, Jean Montariol (architecte de la ville). Les autres personnalités invitées à ce jury sont des architectes toulousains établis : Jean Valette, Louis Berty, les frères Thuries (Antonin et Pierre). Jean-Louis Gilet est le plus jeune de la liste, Jean Montariol, le plus proche en âge, est son ainé de dix ans.

Quelques mois plus tard, en décembre 1936, Jean-Louis Gilet se porte candidat au poste de professeur titulaire de la classe d’architecture.

La classe d’architecture est alors dirigée par le professeur Paul Bonamy, comptant vingt-sept années de service à l’école des Beaux-arts. En octobre 1936, l’administration municipale dresse un bilan des professeurs ayant atteint la limite d’âge5. Paul Bonamy alors âgé de 71 ans, doit partir en retraite à l’été 1937. Pour anticiper son remplacement, un concours est organisé en décembre 1936. Suivant les effectifs de la classe (37 élèves), en constante augmentation (prévision pour 60 élèves), il est décidé de dédoubler cette classe en un degré inférieur et un degré supérieur pour la rentrée 19376. Le recrutement de deux professeurs titulaires d’architecture est alors mis au concours les 14, 15 et 16 décembre 1936. L’annonce est publiée dans le journal L’express du Midi daté du 19 novembre7, laquelle détaille les conditions préalables à la participation au concours et les modalités à remplir. Ainsi, tout candidat doit être âgé d’au moins 21 ans et de 40 ans au plus tard le 1er janvier 1936, être de nationalité française et produire un casier judiciaire de moins de 3 mois. Les inscriptions et les pièces de la candidature sont à déposer les 7, 8 et 9 décembre 1936.

Jean-Louis Gilet se présente à ce concours. Il se déroule sur trois jours les 14, 15 et 16 décembre 1936. Le premier jour est consacré à l’épreuve en loges de 12 heures, le deuxième jour est dédié à l’examen des titres et œuvres personnelles et, le troisième, et dernier jour, consiste en l’épreuve pédagogique, décomposée en deux temps : une discussion sur la composition exécutée en loges, et une critique de travaux d’élèves8.

A la délibération du concours, le 16 décembre 1936, le jury constate la faiblesse des épreuves, en particulier l’épreuve pédagogique. En conséquence, Emmanuel Pontremoli, directeur de l’école nationale des Beaux-Arts, formule alors le vœu suivant :

« Le jury, constatant que les candidats, tout en ayant certaines qualités, n’ont point encore toutes les capacités nécessaires pour assumer la direction d’élèves, souhaite que le professeur actuel [Paul Bonamy] remplisse jusqu’à la fin de la présente année scolaire les fonctions de professeur chef de section et que le candidat qui a obtenu la note la plus haute, remplisse pendant la même période les fonctions de professeur adjoint pour la classe d’architecture, division élémentaire. Le vœu est alors adopté à l’unanimité »9.

Le classement du concours est le suivant : Jean-Louis Gilet, premier, avec 80 points ; Pierre Férès, deuxième, avec 79 points ; Louis Cazelles, troisième, avec 63 points10.

L’adjoint au maire, M. Valats, demande l’autorisation au Maire de Toulouse dès le 7 janvier 1937, de suivre les recommandations du jury. Il argumente sa note en se référant à un entretien qu’il a demandé à l’actuel professeur actuel : « Monsieur Bonamy se porte garant que Monsieur Gilet, son ancien élève classé premier au dit concours aura vite acquis les qualités pédagogiques qui semblent lui avoir fait défaut au cours des épreuves qu’il a passées devant le jury présidé par Monsieur Pontremoli. Monsieur Bonamy ajoute que si Monsieur Gilet entrait aussitôt en fonction il aurait le temps de lui donner toutes les directives utiles à son enseignement11 ».

Suivant cette caution, Jean-Louis Gilet est nommé professeur adjoint d’architecture en classe élémentaire, à compter du 2 avril 1937. Il est ensuite nommé, à la rentrée, le 1er octobre 1937 professeur titulaire d’architecture, degré supérieur. Pierre Férès devient, à cette date, professeur titulaire d’architecture degré inférieur, et Jean Montariol, demeure professeur suppléant des deux degrés.


Le cumul des activités : entre gestion administrative et influences réciproques

La gestion administrative du cumul des activités

Dès sa prise de fonction, en avril 1937, Jean-Louis Gilet a une charge horaire à l’école des Beaux-arts de 12h hebdomadaire12, soit 420 heures par année scolaire13, la classe d’architecture se déroulant tous les jours de la semaine de 8h à 12h.

Il partage ainsi son temps entre les activités professionnelles liées aux projets de l’agence d’architecture familiale, les activités artistiques et intellectuelles, notamment la direction de la revue mensuelle Art méridional, et les activités d’enseignement.

De ce cumul d’activités, nous avons interrogé les sources d’archives de l’école des Beaux-arts14 afin d’examiner la position de l’établissement dans la gestion administrative d’un tel cumul. Il s’agit de questionner autant l’attitude de l’administration vis-à-vis du cumul, que la manière d’opérer la vérification des informations et les objectifs d’une telle gestion.

Sur le respect des horaires, outre le règlement organique de l’école, nous avons relevé plusieurs éléments pertinents qui intéressent le personnel enseignant dans sa globalité. La situation personnelle de Gilet apparait régulièrement dans les documents consultés.

La ponctualité des débuts de cours et l’intendance des absences et des congés des professeurs font l’objet de notes de service récurrentes, démontrant à la fois la persistance d’un problème et l’importance que l’administration lui accorde. La note de service du 30 novembre 1936 est un exemple de la discipline que l’administration souhaite voir appliquée : « L’administration de l’école informe Messieurs les Professeurs qu’ils sont tenus, sauf empêchement motivé, d’assurer l’ouverture des cours aux heures d’entrées des élèves. Rien ne sera changé quant aux heures d’ouverture du matin et de l’après-midi qui restent fixées à 8 heures et à 14 heures. Pour tous les autres cours, la sonnerie sera désormais retardée de 5 minutes. Au cas où les professeurs ne seraient pas présents dans leur classe cinq autres minutes après la sonnerie annonçant la rentrée générale ces classes seront fermées et les élèves licenciés15 ». En 1940, le sous-directeur Parayre rappelle que « les professeurs qui seraient dans l’impossibilité de se rendre dans leur classe à l’heure précise d’ouverture devront demander une autorisation, écrite, en indiquant la durée du retard prévu16 ».

Concernant les congés pris pour convenance personnelle, l’état dressé en 1939 montre une augmentation significative du nombre de jours enregistrés chaque année. Si 4 jours sont notés pour l’année scolaire 1933-1934, ils augmentent à 46 jours en 1937-1938 pour atteindre 60 jours pour l’année en cours (1938-1939), le document n’étant daté que de février 1939. Pour exemple, Jean-Louis Gilet a été absent 15 jours, du 7 au 21 janvier 1939, pour des raisons de santé. Le congé pour maladie est également règlementé17.

Ces données ont contraint l’administration à prévoir des sanctions financières. C’est ainsi que, dès avril 1939, tout professeur qui s’absentera de son cours sans autorisation préalable, se verra retenir le montant de la vacation sur son salaire, précisant que la règle s’applique même en cas de remplacement18.

Toutefois, en 1941, le sous-directeur Parayre propose un aménagement des horaires pour les professeurs titulaires d’architecture Gilet et Férès. Ces derniers « étant susceptibles d’être appelés parfois à l’extérieur de la ville en raison de leurs obligations professionnelles et afin de maintenir un des professeurs d’architecture dans la classe, pendant la durée des études, ceux-ci sont autorisés à se relayer un jour entre autre, la présence de chacun d’eux devant être d’une durée de 4 heures, soit de 8 à 12 heures »19.

Si la discipline voulue par l’école explique les notes de services sur les retards, absences et congés, ces questions intéressent l’administration municipale pour des raisons financières. Cette préoccupation se traduit notamment par une demande faite au personnel enseignant pour que chacun justifie des revenus qu’il perçoit en dehors du traitement annuel à l’école des Beaux-Arts. Cette démarche est menée pour définir si leur fonction de professeur constitue leur source principale de revenu. Le décret de 193620 sur le cumul des emplois démontre l’actualité du sujet et la nécessité exprimée au niveau national de légiférer.

Les influences réciproques

Faute d’accès aux archives du Musée Paul Dupuy à Toulouse21 qui conserve les travaux des étudiants, nous ne sommes pas en mesure de comparer la production de l’agence Gilet et avec celle de ses élèves. Cet axe constitue une perspective de recherche pour la suite de l’étude sur Jean-Louis Gilet et sur la conciliation enseignement et pratique libérale.

Le seul élément que nous pouvons présenter pour évoquer les influences réciproques est la demande du Maire de Toulouse au professeur Gilet pour la conception de la porte d’entrée de l’école des Beaux-arts, en début d’année 193822. Alors que Gilet, membre associé de la Société des artistes méridionaux, avait réalisé un portail en fer forgé pour le salon annuel de 1937, la demande est formulée au professeur d’architecture. Et c’est l’architecte qui conçoit le portail, mettant les employés de l’agence au service de ce projet par l’exécution des détails à l’échelle 1/10e. La fonction de professeur d’architecture lui apporte ainsi la légitimité et la reconnaissance dans l’exercice de son activité libérale et peut lui ouvrir l’accès à un autre type commande.

La conjugaison de ces différentes carrières apporte une complémentarité entre les connaissances partagées, les savoir-faire mobilisés et les connexions entre acteurs. Relations que Jean-Louis Gilet mettra à profit pour la création de l’école régionale d’architecture.


De l’Art méridional à l’École Régionale d’Architecture de Toulouse

L’engagement pour l’architecture régionale

La trajectoire professionnelle de Jean-Louis Gilet montre un engagement constant pour l’architecture régionale qui se mesure à des niveaux d’implication différents.

Figure 5 : Double page présentant plusieurs réalisations d’architectes méridionaux. Revue « Art méridional » n°47, juillet 1939. P3820, Mairie de Toulouse, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine.

D’une part, la revue « art méridional » focalise son contenu sur l’histoire de l’art, l’architecture toulousaine et l’archéologie. On retrouve notamment des articles sur Toulouse, sur les matériaux toulousains, sur des définitions de l’art méridional données par des personnalités réputées de la ville. [Fig. 5]

D’autre part, Gilet, en tant que sous-directeur de l’école des Beaux-arts, a l’opportunité de siéger à de nombreuses commissions municipales, notamment celle chargée de l’étude du plan d’aménagement et d’extension de la ville réalisé par Charles Nicod en 1942. Il participe également à la sous-commission archéologie et servitudes et à la sous-commission d’architecture et d’esthétiques régionales. Il est partie prenante du comité consultatif de l’office municipal d’histoire et d’esthétique en 1943. Les règles et les recommandations que le conseil va proposer sont issues d’un mémoire qu’il a rédigé afin de dresser une liste des matériaux et des formes à employer et ceux à proscrire.

Cet investissement pour la défense d’une architecture régionale et des formes héritées de l’histoire influence directement le futur règlement de la ville et participe de la défense du patrimoine local. Eugène-Humbert Guitard, signant son éloge funèbre le 12 septembre 1964, rappelle que : « nous ne saurions oublier la qualité du concours désintéressé et prolongé qu’il nous apporta toutes les fois qu’il s’agissait de préserver contre une modernisation destructrice un monument, un quartier ancien, vraiment dignes d’être sauvés et mis en valeur ».

Son engagement pour l’architecture locale et la ville trouve son corollaire dans l’enseignement de l’architecture. Il milite activement pour la création d’une école régionale d’architecture, autonome, qui serait en capacité de former un futur architecte « sous l’influence des chefs d’œuvre locaux avec lesquels il est quotidiennement en contact »23.

1940, un contexte « favorable » à la création de l’école régionale d’architecture de Toulouse ?

En 1905, le conseil municipal de la ville de Toulouse avait étudié la possibilité de la création de cette institution mais y avait finalement renoncé. A la même période, et jusque dans les années 1920, plusieurs écoles régionales ont été créées en France: Rouen en 1904, Rennes, Marseille, Lille et Montpellier en 1905, Lyon en 1906, Strasbourg en 1921, Grenoble en 1925 et Bordeaux en 1928. Les programmes restaient les mêmes que l’école nationale, à Paris, et les jurys finaux s’y tenaient.

Jean-Louis Gilet porte la conviction de la nécessité d’une école régionale d’architecture à Toulouse et participe à sa création en 1940.

Son activisme a démarré lorsqu’il était jeune élève à l’école des Beaux-arts. Alors qu’il n’est pas encore diplômé, vers 1930, il évoque la création d’une école régionale à Toulouse, avec l’adjoint délégué aux Beaux-Arts, M. Huisman, avec le soutien de son maitre Laloux. A cette sollicitation, aucune suite n’est donnée24.

En juin 1937, alors qu’il vient d’être nommé professeur suppléant d’architecture à l’école des Beaux-Arts de Toulouse, il adresse un courrier au ministre de l’éducation nationale pour demander dans « quelles conditions peut être créée une école régionale à Toulouse ». La réponse est négative à défaut de moyens25.

Cependant, l’état de fait de 1937 est complètement modifié en 1940 sous le régime de Vichy. En effet, en septembre 1940, le gouvernement a décidé d’assimiler l’école des Beaux-Arts de Toulouse aux écoles régionales d’architecture26. Le contexte géographique de la France divisée en deux zones va être un argument pour que le cursus complet puisse se faire à Toulouse. Ne pouvant rejoindre Paris, les jurys finaux de l’année 1940 se tiennent ainsi à Lyon. Gilet se voit confier par l’administration municipale plusieurs missions à Vichy, associées avec ses déplacements27 à Lyon pour assister aux jugements des envois des élèves. Auprès de Louis Hautecoeur, le nouveau secrétaire général des Beaux-arts, il doit préciser les aspects budgétaires et matériels de la situation de la récente assimilation de l’école des Beaux-arts en école régionale d’architecture. La création de l’école régionale est délibérée le 6 février 194128.

Jean-Louis Gilet devient sous-directeur en octobre 1941, puis directeur provisoire en février 194229, prenant la suite de Patrice Bonnet. Dès lors, le poste de directeur est confié à un maitre de l’école de Toulouse et non plus à une autorité artistique résidant à Paris. Gilet cumule alors les postes de directeur des Beaux-Arts et de directeur de l’ERA jusqu’en 1944. La suite de la carrière de Jean-Louis Gilet sera pour certains aspects plus tumultueuse, en particulier au lendemain de la guerre. En 1945, au titre de l’épuration administrative, il est démis de ses fonctions. Réhabilité en 1952, s’ouvre alors un nouveau temps de sa carrière de professeur dans l’atelier qu’il co-dirigera avec Robert Louis Valle et Paul de Noyers et dans sa carrière de directeur de l’ERA. Ce deuxième temps reste à étudier.

Un élargissement de la recherche à d’autres professeurs de l’école des Beaux-arts et de l’ERA, conjuguant enseignement et agence d’architecture permettrait un regard croisé sur la complexe tension qui se joue dans la carrière d’un enseignant/architecte. Un développement sur le recrutement des professeurs et les carrières enseignantes serait également pertinent, faisant un parallèle entre les situations observées au début du XXe siècle à l’Ecole des Beaux-arts et, aujourd’hui en ENSA, interrogeant la diversification du métier, la formation à la pédagogie.

Enfin, les débuts de l’école régionale à Toulouse, son programme pédagogique, l’influence du conseil régional de l’ordre, nouvellement créée, sur l’enseignement dispensé à l’ERA constituent plusieurs perspectives de cette recherche.

 


Bibliographie générale

  • E. Thibault, G. Lambert, L’atelier et l’amphithéâtre, Bruxelles, éditions Mardaga, 2012, 217p.
  • E. Bosc, Dictionnaire raisonné d’architecture et des sciences et des arts qui s’y rattachent, Paris, Librairie de Firmin-Didot et Cie, 1877, T1 à T4.
  • M. Decommer, Les architectes au travail. L’institutionnalisation d’une profession 1795-1940, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2017, 408 p.

Sources

  • CAUE31, ENSA Toulouse, « Toulouse 1920-1940, la ville et ses architectes », Ombres, 1991.
  • Archives départementales de la Haute-Garonne :
    • 6848W5,6
  • Archives Municipales de Toulouse :
    • B145 : Travaux d’architecture « Joseph et Jean-Louis Gilet », Société française d’édition d’art, 1937.
    • Série 1 O : permis de bâtir.
    • 2K1970 et 2K4366 : dossiers du personnel municipal Joseph Gilet et Jean-Louis Gilet.
    • 301W1, 2, 4, 6, 7, 9, 11, 14, 72, 193, 202, 365 et 366.
    • 1R59, 62, 63, 65, 81 et 92.
  • CROA Midi-Pyrénées : dossiers d’inscription à l’Ordre des architectes, Joseph et Jean-Louis Gilet.
  • Institut supérieur des arts de Toulouse (ancienne école des Beaux-arts de Toulouse) : dossiers du personnel enseignant 176 et 262.
  • Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Toulouse : P3820, revue « Art méridional », 48 numéros de 1935 à 1939.
  • Université Toulouse Jean-Jaurès :
    • Sourrouil Elodie, Peyrusse Louis, Barlangue Luce, Joseph et Jean-Louis Gilet architectes, Mémoire de Master 2 Recherche, Université Toulouse Jean-Jaurès, 2006.
    • Malavialle de grenier Jeanne, Barlangue Luce, Les Commanditaires de Jean-Louis Gilet et Leur Architecture. Mémoire de master, Université Toulouse Jean-Jaurès, 2013.

 

Notes

1 L’ensemble des références bibliographiques et des sources d’archives sont listées en fin d’article.
2 AMT 2K1970 et Archives de l’école des Beaux-Arts, dossier 176
3 Voir AMT B 145 : Travaux d’architecture « Joseph et Jean-Louis Gilet », Société française d’édition d’art, 1937.
4 AMT 301 W 365
5 AMT 301 W 365 : état des professeurs ayant atteint la limite d’âge, daté du 7 octobre 1936.
6 AMT 301 W 365 : lettre de l’adjoint M. Valats à M. le Maire, 7 janvier 1937.
7 L’Express du Midi, jeudi 19 novembre 1936. journal quotidien de Toulouse et du Sud-Ouest 1891-1938. Bibliothèque municipale de Toulouse, P014, [en ligne] sur la bibliothèque numérique de Toulouse ROSALIS : http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/ark:/74899/B315556101_EXPRESS
8 Ibidem et AMT 301 W 365.
9# AMT 2K4366 : extrait du procès-verbal de la 5e réunion du jury appelé à statuer sur le concours ouvert les 14, 15 et 16 décembre 1936 pour la nomination d’un professeur titulaire d’architecture (degré supérieur) ; d’un professeur d’architecture (degré inférieur).
10 Ibidem.
11 AMT 301 W 365 : lettre de l’adjoint M. Valats à M. le Maire, 7 janvier 1937.
12 AMT 301 W 14 : état du personnel en 1938. Le document spécifie pour chaque personne sa fonction, son ancienneté dans l’établissement, les échelons et les traitements successifs, le nombre d’heures hebdomadaires et la rémunération.
13 AMT 301 W 1 : lettre du chef des services administratifs de l’école des Beaux-arts au secrétaire général, datée du 3 octobre 1941. Ayant pour objet l’indemnité spéciale aux professeurs, le courrier mentionne le traitement annuel ayant pour base 200 jours de cours, soit 420 heures annuelles.
14 AMT 1 R 59, 62, 63, 65, 81, 92 et AMT 301 W 1, 2, 4, 6, 7, 9, 11, 14, 72, 193, 202, 365 et 366. La sélection des cotes a été opérées en tenant compte de la description du contenu de la cote référente et de l’intervalle de dates des documents l’intérieur.
15 AMT 301 W 2 : note de service du 30 novembre 1936. Signature illisible.
16 AMT 301 W 2 : note de service du 8 novembre 1940, signée du sous-directeur Parayre.
17 AMT 301 W 2 : plusieurs notes de service à ce sujet.
18 AMT 301 W 2 : note de service signée du maire de Toulouse datée du 27 avril 1939.
19 AMT 301 W 2 : note de service signée du sous-directeur Parayre, datée du 28 janvier 1941.
20 Voir décret du 29 octobre 1936 relatif aux cumuls de retraites, de rémunérations et de fonctions, dont les instructions sont parues au Journal officiel le 19 juin 1937.
21 Voir l’article de Constance Ringon sur les sources de la recherche à Toulouse.
22 Archives de l’école des Beaux-arts, dossier du personnel enseignant 262 ; ADHG 6848W5,6.
23 Art Méridional, août 1938, page 6.
24 Art Méridional, août 1938, page 6.
25 Ibidem.
26 AMT 301W14 : délibération de la délégation spéciale, 6 février 1941
27 AMT 301W14 : remboursement des frais de mission à M. Gilet. Les déplacements : Lyon, 18 septembre 1940 ; Lyon et Vichy, 8 octobre 1940 ; Lyon, 29 octobre 1940 ; Lyon et Vichy, 19 novembre 1940 ; Lyon et Vichy, 17 décembre 1940
28 AMT 301W14 : délibération de la délégation spéciale, 6 février 1941
29 AMT 2K4366 : dossier du personnel municipal


Présentation de l’auteur

Laura Girard (laura.girard@toulouse.archi.fr) est architecte DE et doctorante en architecture (CIFRE, AFR MH 2017). LRA – ENSA Toulouse, Université de Toulouse. Sa thèse s’intitule “La nouveauté dans les pratiques architecturales : pour une histoire professionnelle et culturelle de la novation technique de la brique en Midi-Toulousain 1919-1939“ et est encadrée par Enrico Chapel (HDR) et Françoise Blanc.
Dernière publication : PAPILLAULT R. (dir.), GIRARD L., MARFAING J-L., Guide d’architecture du XXe siècle en Midi-Toulousain, Toulouse, 2016, PUM, 250 p.

 

[sommaire des actes du 2e séminaire]
[programme de recherche]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search