Les élèves-architectes et la construction, conformisme et originalité de leur formation à Toulouse

par Jean-Henri Fabre
Maître-assistant honoraire en histoire et culture architecturale, ENSA Toulouse


Dessin et exécution

Les traités, supports ou issus des cours de construction de la Section architecture de l’ENSBA, la programmation de ces cours1 et les médailles des concours de construction laisseraient croire que le bagage technique des élèves de l’ENSBA suffisait à maîtriser par le tracé la réalisation d’un bâtiment. Mais quiconque fait l’expérience de voir de ses dessins naître un édifice sait que sans une connaissance pratique de la fabrication et de la mise en œuvre, c’est à dire du chantier, un dessin vérifiant la stabilité associé à la description des matériaux d’un édifice ne suffit pas à en assurer son exécution. Pourtant, le dernier grand professeur de théorie selon les critères académiques de cette École, Georges Gromort (1870 – 1961), qui enseigna de 1937 à 1940 et qui était encore dans les années 1960 le référent de beaucoup d’admissionistes, exposait dès la préface de son Essai sur la théorie de l’architecture2 que

L’enseignement de l’architecture comprend en effet deux parties : l’une se rapporte à la composition et l’autre à l’exécution des ouvrages….La théorie de l’exécution, c’est le cours de construction générale ; quant à sa pratique elle s’apprend sur les chantiers et dans nos agences, mais surtout quand nous construisons nous-mêmes et que l’expérience de nos erreurs nous instruit

Dire qu’un élève et même un praticien apprennent de leurs erreurs dans la conception d’un projet est une antienne pédagogique mais dire d’un praticien qu’il apprendra de ses erreurs sur le chantier ne facilitera pas l’insertion professionnelle de jeunes diplômés.

Hormis le bref intervalle de l’École régionale d’architecture de Toulouse (ERAT) de 19403 à 1965/68, toute autre est la formation dispensée à Toulouse. Fondées en 1833 aux Augustins puis quai de la Daurade l’École des beaux-arts et des sciences industrielles de Toulouse (EBASI)4 et sa Classe d’architecture ont pour objectif de former à des métiers. Un exemple : en 1861, Auguste d’Aldiguier, président le Bureau des arts dont dépendait l’EBASI, se désole que bien des élèves de cette Classe la quittent dès les premières années au point que le dernier niveau n’a pratiquement plus d’élèves5

À peine ont-ils franchi les premiers degrés qu’ils sont enlevés par les différentes administrations des Travaux publics. Devraient-ils résister aux lucratives propositions qui leur sont faites ?

Il réitère ses récriminations en 1863 en ajoutant le cas de deux autres anciens élèves dévoyés par les Chemins de fer espagnols. Autre manifestation du réalisme de cette formation, l’un des architectes les plus importants du XIXe siècle toulousain, Jacques-Jean Esquié (1817-1884)6 entré à l’EBASI à onze ans, plus tard à l’Atelier Duban, est l’un des treize architectes à avoir approuvé publiquement la création de l’École centrale puis spéciale d’architecture de Paris dont on sait toute l’attention qu’elle portera à la technique de son temps7. À partir du Second Empire, malgré une addiction de plus en plus sévère aux rites architecturaux de l’ENSBA, la Classe d’architecture conservera l’esprit de la pédagogie rationaliste des premiers temps, comme le montre encore les derniers programmes de cette Classe, inchangés de 1920 à 1938, la dernière division étant centrée sur la composition

Études mathématiques des principes élémentaires à la composition comprise, d’après les modèles de tous les temps, de tous les styles et des relevés d’après nature. Ponts et chaussées. Visites de chantiers. Ornementation architecturale. Perspective. Stéréotomie. Classe à trois divisions.

Figure 1. La Classe d’architecture vers 1909. Au fond à droite Paul Bonamy. Cliché Christian Cros (Archives du Labo Photo de l’ENSAT)

Des enseignements techniques et artistiques, obligatoires ou optionnels, s’ajoutent à ce programme. Pris en commun avec d’autres Classes, les élèves architectes y côtoient des artistes mais aussi ceux qui se destinent au chantier et aux arts industriels. L’Atelier du Bois, doté de machines professionnelles, est créé en 1907, suivi d’un Atelier de ferronnerie puis de céramique. Ils n’y trouvent certes pas les dernières expressions de l’art décoratif, sinon celles d’André Arbus et de Georges Alet, mais une certaine proximité avec la fabrication rencontrée aussi dans la 1èredivision de leur Classe : des maçons, des plâtriers, de futurs entrepreneurs, des ébénistes, venus acquérir des rudiments de dessins architecturaux, réalisent avec eux les mêmes exercices. Une photo prise vers 1909 (fig. 1 montre avec une partie des élèves8 l’architecte Paul Bonamy9, dans une salle plutôt bien tenue pour un atelier beaux-arts. Au mur des plâtres d’ornements ou d’antiques, des lavis d’un ordre, une perspective piranésienne et avec l’absence de jeunes femmes10, rien que très ordinaire pour des ateliers d’architecture, à l’EBASI comme à l’ENSBA. Mais sur une armoire un objet que l’on ne voit ni dans les ateliers ni dans la bibliothèque de l’ENSBA : la maquette11 d’une travée du très récent pont des Catalans (1904 -1907) construit par l’ingénieur Gabriel Séjourné (1851-1939) avec un tablier en porte à faux en béton armé apparent porté par deux arches parallèles en pierres appareillées parmi les plus fines de France, dont le dessin épuré est une interprétation contemporaine du vieux pont Neuf achevé par Souffron, renouant avec l’architecture régionaliste moderne voulue par Jacques-Jean Esquié.

Le cursus de Paul Gardia (1920-1969) est exemplaire de ce que produit l’EBASI. Entré à l’âge de treize ans, il passe par le Dessin industriel graphique, commun à presque toutes les Classes, opte pour la sculpture sur bois puis l’ébénisterie, commence à se rapprocher en 1938 de la Classe d’architecture en Division élémentaire tout en continuant dans les arts appliqués avec en 1939 deux 2ème prix. Issu d’un milieu modeste, il peut entreprendre cette longue formation parce que dès son origine l’EBASI est gratuite et aménage des emplois du temps permettant d’exercer un métier : Gardia fera la place à l’agence locale des Lemaresquier. En 1941, une mention au Grand prix municipal d’architecture. Il réussit le concours d’admission en juin 1942, entre en 1ère Classe en 1948, en 1950 intègre l’Atelier Charles Lemaresquier, obtient en mars 1954 une 1ère médaille en projet rendu, « Un musée d’art moderne » et son DLPG en 1956. Associé à Maurice Zavagno, leur agence est une de celles, peu nombreuses, qui aideront Toulouse à ne plus se satisfaire d’un régionalisme replet ou d’un corbusianisme de façade. De 1965 à 1968, il est l’un des « co-patrons » fondateurs de l’Atelier « C » de l’ERAT où commence à renaître l’esprit de la Classe d’architecture.

Figure 2. Atelier de Noyers, Seconde Classe, Éléments analytiques fin 1964, étude d’un beffroi, format Grand Aigle, auteur J-H Fabre (AP J-H Fabre)

Lorsque la Classe d’architecture fin 1940 fait progressivement place à l’ERAT le statut de la construction devient, hélas, conforme aux critères de l’ENSBA. Deux exemples, lorsque j’étais de 1963 à 1965 élève de l’Atelier de Noyers-Valle, Gilet étant décédé en septembre 1964, pour le rendu fin 1964 d’un concours d’Éléments Analytiques j’ai dessiné le beffroi de Compiègne (fig. 2). La coupe sur la charpente de la flèche n’a d’autre objet que de détacher celle-ci du fond du panais et le jury m’a donné une mention : la construction devient un effet de graphisme ! J’ai vu mes « Anciens » composer et rendre des « panais » de concours de construction comme un concours d’émulation avec lavis Conté et/ou aquarelle et/ou encres Écoline, en arrêtant un parti de structure en lamellé-collé en raison de sa capacité à séduire un jury par le rendu en couleur et à différentes échelles des veines des planches du lamellé. Les médailles de ces concours, éditées par Vincent et Fréal jusqu’à la fin de la Section architecture de l’ENSBA, montrent souvent à grande échelle des détails de profilés pour des ossatures métalliques, de ferraillages avec leur section pour des structures en BA, mais pratiquement jamais de schémas expliquant la logique constructive, montrant les phases du chantier, rarement une descente de charge, pas une note de calcul alors que toutes les sections des fers sont indiquées. Tout laisse penser que ces détails proviennent non pas de calculs mais de dossiers d’exécution empruntés à l’agence où «gratte» le rendeur ou l’un de ses condisciples, ou de la documentation technique de cette agence, ou de revues le plus souvent concernées par un lectorat d’ingénieurs, sans oublier, à partir de 1961 le Mittag12. Ces « tubards », en tout cas dans les derniers temps de l’ENSBA, jouent le rôle des planches du Petit recueil d’éléments décoratifs tels que vases, groupes, figures, guirlandes, etc., pouvant être utilisés dans la composition des façades qui, avec les Gromort (les Essais et les Ordres), faisaient partie des trousses d’admissionnistes pour le concours de juin 1964.

L’ENSBA est plusieurs fois avertie des carences de sa formation. En 1863 la Maison de l’empereur en charge des Beaux-Arts fait part au directeur de l’inadéquation de cette École aux techniques de son temps. Ce qui lui vaut cette réponse de J-D Ingres13

Maintenant on veut mêler l’industrie à l’art. L’industrie! …..Qu’elle reste à sa place et ne vienne pas s’établir sur les marches de notre école… L’industrie n’a-t-elle pas, d’ailleurs, l’École des arts et métiers et bien d’autres, pour faire des élèves ?

Trois quarts de siècle plus tard, Jean-Louis Gilet devenu en 1938 titulaire de la Classe d’architecture de l’EBASI – il fondera l’ERAT en 1940 – adresse en 1938 au directeur de l’ENSBA dans Art Méridional 14, revue qu’il avait fondée en 1935, une admonestation du même ton, avant de rappeler que les prix de Rome Carlu et Labatut n’avaient pas daigné passer leurs valeurs scientifiques

Monsieur Landowski, directeur de l’ENSBA, veut bien reconnaître que l’académie de la rue Bonaparte « est la première école d’Architecture du monde mais hélas ! L’enseignement scientifique et technique y est trop négligé. »… Ah ! non, si l’étranger veut un ingénieur, il va le chercher à Centrale, à Polytechnique, à Munich ou à Zurich. S’il veut un architecte il va à Paris rue Bonaparte. Quand je suis entré à l’ERAT en octobre 1963, ce patron n’aimait toujours pas les ingénieurs.

Jean-Louis Gilet (1902-1964) fils de l’architecte Joseph Gilet (1876-1843) est comme son père ancien élève de l’EBASI puis de l’Atelier Laloux et Laloux-Lemaresquier. En 1930, il est logiste avec le fils de Charles Lemaresquier, Noël Le Maresquier , 1er Second grand prix, Gilet n’étant que 4eme logiste. Au début du XXème siècle15 apparait chez les anciens élèves de la Classe d’architecture désireux d’achever leur cursus à l’ENSBA une sorte d’affiliation à l’Atelier André puis Laloux et presque exclusive avec Lemaresquier père et fils, au moins jusqu’en 1965. Les derniers toulousains logistes, Frédéric Zirk en 1965, Michel Munvez en 1966, Robert Montier 2eme Second en 1966, sont des anciens « Lemar ». Cette connexion peu fréquente dans les rapports entre les ERA et Paris est concomitante à une sorte de vassalisation de Toulouse par les Lemaresquier tant sur le plan académique que professionnel. Dans les années 1930 Charles Lemaresquier participe à des jurys de l’EBASI. Les premiers architectes16 enseignant à l’ERAT, Jean-Louis Gilet, Paul de Noyers17, Robert Valle, le seul non toulousain, sont des anciens « Laloux-Lemar » et leurs associés ou architectes d’opération sur d’importantes réalisations hospitalières, universitaires et scolaires, à Montréjeau et à Toulouse. Sur les cinq architectes18 appelés à enseigner à l’Atelier C, second atelier de l’ERAT créé en 1965, quatre sont des anciens de Le Mar à l’EBASI mais ont renié son enseignement. En 1940, Noël replie une partie des élèves de son père à Toulouse, d’abord rue des 36-Ponts puis à l’ERAT quand elle commence à fonctionner. En 1944, immédiatement après la Libération de notre ville, il remplace Jean-Louis Gilet, contraint à la démission jusqu’à sa réhabilitation en 195219. Pendant cet intervalle ils continuent à entretenir une correspondance très amicale. Bien que la mode soit aujourd’hui à la réhabilitation de l’ENSBA, cela ne pourra oblitérer la nocivité des mandarins que sont les Lemaresquier et qu’ils diffusent ou font diffuser dans l’ERAT. Noël est le plus souvent à Paris pour préparer la succession de son père à l’ENSBA mais ne manque pas de demander qu’on lui fasse parvenir les photos des panais de Toulouse quand il participe aux Melpos. Le patron de fait de l’ERAT est de Noyers. Grand initié des rituels lemaresquiens20 et de l’ENSBA (voir n.17) il entraine comme l’aurait fait Le Mar les élèves à dessiner l’idéogramme21 qui « touchera ». Le contrôle des jurys de l’ENSBA par Charles et Noël, particulièrement ceux du prix de Rome, est la principale raison pour laquelle les toulousains vont terminer leur cursus dans leur atelier parisien.

Le retour de Gilet que les accusations de collusion avec Vichy ont déprimé n’y change rien. Il ne construit pratiquement plus, son activité éditoriale cesse, il se consacre à la peinture et à l’histoire architecturale locale. Assidu dans l’encadrement de ses élèves, il ne s’intéresse qu’aux grands concours et à la Première classe. Sa dépression se communique à l’ERAT, ce qui ne détonne pas dans la production architecturale toulousaine. Gilet reprend la fréquentation des administrations centrales. À partir de 1954 il est membre du Conseil de l’enseignement de l’architecture en tant que représentant d’une ERA. À ce titre il participe à la Commission de réforme dont les objectifs avaient été fixés le 25 mai 1954 par le Directeur général des arts et lettres22. Dans le tome II du rapport intermédiaire de cette Commission publié en 1956, Gilet écrit en marge d’un passage sur l’équivalence de « diplômes actuellement reconnus » cette interrogation « Trélat, par exemple ? ». Quatre-vingt ans après la création de l’École spéciale, Gilet et d’autres sans doute n’arrivent pas à admettre le statut d’école de l’ESA, la désignent comme un Atelier extérieur ! Au-delà de cette anecdote, ce tome II est un de ces textes qui sont comme un point d’inflexion dans l’évolution de la formation des architectes. On parle de grandes compositions, Charles Lemaresquier siège au titre de l’Institut dans la commission Jury, on éprouve encore la nécessité de citer le rapport Guadet sur les écoles régionales pendant deux pages et demi, p.22-24. Mais p.25 un bref commentaire anonyme marque cette inflexion

Le rapport Guadet procède d’une claire pensée et d’une grande pureté d’intention ; mais il n’est plus adapté aux besoins actuels de la profession. Il est nettement dépassé.

La commission Urbanisme (Aublet, Arretche, Lods, Gutton) aborde enfin l’urbanisme et, pour ce qui nous concerne, la commission Connaissances scientifiques, Techniques et Pratiques (Arretche, Lods, Vitale, Coulon) propose, p35-38

un chantier purement scolaire en vue d’un enseignement des matériaux et de leur mise en oeuvre, de dosage, de gâchage de mortiers et de béton, de sondages et de terrassements. Ces chantiers pourraient s’organiser avec le concours d’organismes du bâtiment

Elle propose aussi une Galerie des matériaux

Les Professeurs de construction ont demandé la création d’une galerie des matériaux et des procédés de construction à l’École même. Elle permettrait de donner aux élèves, plus facilement, le sens de la réalité. En évitant les encombrements inutiles, on constituerait une sorte de synthèse des moyens de construction. La conservation de cette galerie serait confiée au Directeur des chantiers, Chef des travaux ; c’est le plus souvent dans la galerie des matériaux qu’auraient lieu les cours de construction.

Cela restera sans effet à l’intérieur de l’ENSBA mais Lods les intègrera dans le programme achevé le 23 janvier 1958 de ce qui aurait pu être une impulsion nouvelle pour notre formation, l’École d’architecture de Paris ou École libre d’architecture de Paris, approuvée par le ministre le 30 octobre 1958, s’appuyant sur l’arrêté du 27 janvier 1941. Parmi les membres de l’Association pour la création de l’École, on trouve autour de Pierre Vago appuyé par Architecture d’aujourd’hui, Fayeton, Lods, Lopez, Dubuisson, Le Ricolais, Jean Prouvé, Esquillan, Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand, Alfred Sauwy, Pierre Chombard de Lauwe, etc. Financée par la ville de Paris, elle allait s’implanter au domaine Brimborion à Sèvres quand, in extremis la vieille garde de l’ENSBA obtient l’arrêt de ce projet pour des raisons d’incompatibilité entre les finances de Paris et celles de Sèvres23.


Parler de chantier, une incongruité que peut éviter l’élève

Dans les années 1960, quand nous envisageons des visites de chantiers – ces derniers plus accueillants qu’aujourd’hui – nos Patrons nous en dissuadent : cela risque de blesser notre sensibilité de jeunes artistes. Il sera bien temps plus tard de nous confronter à cette nécessité qui dégrade un projet à mesure que le bâtiment se matérialise ! Quand eux-mêmes passent à l’Atelier après une journée de réunions de chantier, nous percevons combien corriger nos panais lave leur esprit de ces trivialités. Ce n’est pas un archaïsme provincial : en 1963, dans le programme provocateur que Georges Candilis et Alexis Josic soumettent au Conseil de l’ENSBA pour obtenir la reconnaissance de leur Atelier, ils annoncent, entre autres, des visites de chantier régulières « avec critiques et autocritiques »! Cet Atelier sera l’un des points d’appuis de l’assaut contre la citadelle Beaux-Arts.

L’ENSBA avait essayée mais sans conviction de remédier à cette déficience. En 1867, elle impose pour l’obtention du récent diplôme d’architecte l’obligation de fournir un certificat attestant de la conduite ou du suivi pendant un an d’un chantier comme collaborateur d’une agence ou d’une entreprise. Mais à mesure que les élèves architectes deviennent de plus en plus nombreux à vouloir ce diplôme, les signatures de complaisance se multiplient et ces certificats tombent en désuétude. D’autres architectes proposent un renforcement de l’apprentissage de l’exécution comme René Binet24 selon Maxime Decommer25

En 1903, René Binet propose : l’aménagement de « laboratoires » sur le site (de l’ENSBA) qui permettraient aux élèves d’observer et de pratiquer régulièrement le façonnement des matériaux de construction .

Plus loin, p.255, note 32, citant René Binet :

Ce qui corrigerait le fait « qu’ils ne connaissent rien des matériaux qu’ils n’ont jamais vu ni par conséquent maniés et se trouvent humiliés devant les connaissances du moindre maître maçon.

Il cite, p.214 et p.255 n34, le secrétaire général de la Société nationale des architectes, Stanislas Ferrand26 qui en 1901 critique l’enseignement trop théorique et artistique de l’École et suggère, comme dans certaines écoles d’ingénieurs, de développer les visites de chantier, commentées par les professeurs d’ateliers.

L’une des dernières tentatives de rationalisation de la formation professionnelle des élèves architectes, avant la « Petite Réforme » de 1965, est la reconfiguration pendant l’année 1964-1965 des dessins demandés lors des épreuves de construction par le nouveau professeur de construction, Jean Fayeton27, auparavant chef d’atelier et plus tard directeur des études de la Section architecture de l’ENSBA. Il donne pour le concours de construction générale de Seconde classe de 1964-65 trois séries de travaux pratiques annoncés en début d’année et rendus en février, mars et avril : une sorte de storyboard de chantier, lequel doit être situé, en cours ou très récemment achevé. Fayeton sera missionné en janvier 1965 par Max Querrien avec l’aval de Malraux pour coordonner et faire la synthèse de commissions de réflexion officieuses, ferments d’un redressement de la formation des architectes en France28


La « Petite réforme » à Toulouse : Malaquais et le Grand Palais au quai de la Daurade

À la rentrée 1965, Max Querrien et ses chevau-légers fragmentent pour mieux l’investir la Section architecture en trois groupes29 A, B et C. L’Atelier de Noyers-Valle est bien entendu rattaché au quai Malaquais, ou Groupe A. Fin 1965, prétextant du dogme de la liberté de choix de tendance – argument imparable lorsqu’on l’invoque à l’ENSBA – une vingtaine d’élèves de l’Atelier Valle-de Noyers obtiennent de Paris la reconnaissance d’un second atelier de l’ERAT et son rattachement au Groupe C30 grâce à l’appui de Georges Candilis venant d’ouvrir à Toulouse une antenne de son agence parisienne et à l’aval du maire Louis Bazerque, à l’origine du concours de la ZUP du Mirail. Cette période a été déjà décrite31 et des recherches sont actuellement en cours pour l’analyser. Nous relaterons ici ce qui concerne la construction.

Figure 3. L’atelier C en 1966-1967. De gauche à droite P. Bidon, F. Lawrence, J-Ph Dubourg. Cliché Maurice Bardini (AP J-H Fabre)

Après quelques tribulations dans les locaux de la Daurade, vers la fin du 1er semestre nous occupons deux salles que nous relions en abattant une partie de cloison – un modulor y est figuré en creux – et peignons tout en blanc : un exorcisme pour chasser les démons de l’ENSBA! (fig. 3). Le collectif enseignants-élèves prépare un programme de travail très réaliste, pensons-nous, pour 1966-1967 : une zone de loisirs à 50 km au S-E de Toulouse. Les premiers mois aboutissent à un schéma général d’aménagement, beaucoup plus inspiré de la grille d’Auzelle que du Systemic design method installé au même moment par Bernard Huet à l’Atelier Collégial. Puis par groupe de deux ou trois, chose nouvelle aussi, la mise au point d’un projet, du plan de masse en maquette jusqu’aux détails au 1/20eme dessinés et en maquettes simulant autant que possible la mise en oeuvre, permettant d’étudier la lumière naturelle avec plus de pertinence que le tracé des ombres à 45° ou une insertion dans le site certes artificielle mais moins qu’un rendu graphique. Autre quête de réalisme, nous présentons dans « notre » atelier à la rentrée d’octobre 1967 ces travaux au maire. (fig. 4)

Figure 4. Travaux de l’Atelier C 1966-1967. En haut, présentation de nos travaux au maire de Toulouse, Louis Bazerque. Centre d’étude des loisirs, auteurs Paul Desgrez et Raymond Malebranche. En bas, projet d’habitat de loisir flottant industrialisé. Auteurs Michel Barrué et Jean-Louis Féraud. Clichés Maurice Bardini, Jean-Louis Féraud (AP J-H Fabre)

Les enseignements disciplinaires programmés par l’ENSBA et communs avec l’Atelier A restant inchangés, nos « co-patrons » continuant cette « correction sur table » que nous venons de quitter même si elle est plus professionnelle qu’ « artistique », tout cela ne répond pas à la formation que nous entrevoyons dans nos débats avec les « gratteurs » de l’agence Candilis-Lefèbvre venant d’Écoles étrangères ou dans ces journaux qui commencent à nous parvenir, Melpo, Archigram, le journal d’Ulm. Les changements ne peuvent venir que de nous-mêmes.

Pierre Debeau, de l’Agence des AAA, parce qu’il publie ses recherches sur l’esthétique des nombres et sur les structures auto-tendantes, tient un cours régulier pour les admissionnistes assisté de notre condisciple Jean-Philippe Dubourg. Nous l’écoutons avec un groupe d’élèves des Beaux-arts las de la peinture de chevalet. Nous les retrouvons, chose nouvelle, dans leurs ateliers. En 1967 Debeau réalise une exposition sur les structures dynamiques dans le petit cloître des Augustins. L’Atelier C y participe hors cursus avec nos condisciples plasticiens. Une surface minima sera réutilisée en luminaire : rien ne doit plus être gratuit (fig. 3). Paul Gardia propose à ces élèves de réaliser le 1% œuvre d’art du Centre de formations professionnelles pour adultes de Labège. Ce sera une structure tridimensionnelle métallique, du dessin jusqu’à l’édification en passant par la mise au point des nœuds De ce groupe, Gérard Tiné deviendra enseignant-chercheur à l’UPAT et sera un plasticien associé à d’importants programmes architecturaux, Bouglon et Durancet ouvriront des agences d’architecte. L’esprit de l’EBASI renait.


Projeter et fabriquer, objectifs de formation de la première UPAT

Figure 5. Chantier UPA, fin 1970. Deux ans après la Révolution de Mai 68, les rapports de classes n’avaient pas tous disparus. Cliché Raymond Malebranche (AP J-H Fabre)

En octobre 1968, les Ateliers A et C fusionnent au prix de la démission de tous leurs patrons. Encore dans les locaux de l’ERAT nous consacrons cette année blanche 1968-1969 à des « séminaires » aux titres soixante-huitards et, selon la feuille de route du ministre, à structurer collectivement le futur programme d’enseignement et projeter collectivement les plans d’une école lui correspondant, avec des enseignants de disciplines inconnues ou volontairement ignorées à l’ENSBA et des architectes dont le premier critère de recrutement est leur formation dans une école autre que française. L’esquisse est reprise en juin 1969 par Candilis auquel nous avons confié la réalisation de l’UPAT sur un terrain mitoyen de la future Université de lettres au Mirail. Cette genèse est relatée ailleurs. Dès cette esquisse, outre les fonctions habituelles (projets, cours, documentations, etc.) figurent des équipements nouveaux : laboratoires de physique et d’essais béton, ateliers de fabrication bois, fer et plastique32, repris dans le projet Candilis. D’octobre 1969 à juillet 1970 l’École est hébergée dans un lycée en construction proche du chantier de l’UPAT. Ce chantier est évidemment l’objet de travaux pratiques : compte-rendu de chantiers, étude comparative, projets d’aménagement des plateaux techniques (fig. 5). Les équipements des laboratoires et des ateliers sont acceptés par l’administration centrale. Un biologiste et un physicien, Alain Chatelet et Jean Soum, animent des TD d’ambiances thermiques, acoustiques, lumineuses. Ils vont avec l’architecte Jean-Pierre Cordier et l’université de Rangueil fonder très vite une de nos premières équipes de recherche à l’origine d’un des axes de l’ENSA, le développement durable. De jeunes ingénieurs INSA-Génie civil assurent aussi des cours et des TD. Tous participent à des « Enseignements intégrés ». En octobre 1970 l’UPAT est réceptionnée. Des appareils d’essai béton finissent d’équiper les laboratoires qui prolongent les cours techniques centrés sur les 3eme et 4eme années. Les ateliers bois et fer sont installés avec des machines professionnelles. Des ingénieurs INSA doivent assurer la liaison entre ces ateliers et les enseignements des architectes et des plasticiens. Reste le recrutement de deux ouvriers professionnels. Il ne se fera pas.

La « démission » de Max Querrien présage une reprise en main du ministère. Le retrait de Malraux, puis une autre démission forcée, celle de Jean-Claude Bernard, dont il sera sèchement informé au cours d’une réunion qu’il présidait, tout cela annonce un retours à l’ordre. Le premier directeur de l’UPAT, Guy Darnault, de la France d’Outre-mer comme plusieurs fonctionnaires parmi les plus dynamiques du ministère, emmené par J-C Bernard, est lui aussi remplacé. Un nouveau directeur, César Juvé, est nommé en septembre 1971. Il optera pour d’autres axes que la fabrication, les machines seront revendues. Aujourd’hui, l’importance des liens entre l’université et l’ENSA, la notoriété du LRA, les relations internationales de l’École, lui doivent beaucoup.

En 1921, un inspecteur général mentionnait dans son rapport sur l’EBASI « la supériorité de la Classe d’architecture dirigée par Mr Curvale ; la méthode et l’application donnent d’étonnants résultats, sans doute les meilleurs de la 9eme circonscription » et suggérait qu’ « une entente intervienne entre ce professeur de haute valeur et Mr Castex, professeur d’art décoratif » pour former une « division spéciale » ne concernant qu’un petit nombre d’élèves. L’École était alors divisée en deux sections : Arts classiques dont la Classe d’architecture, Arts industriels dont les arts décoratifs, dont aussi les Ateliers du bois, du fer et de la céramique que nous évoquions plus haut. L’architecte ne voulut pas donner suite à cette invitation qui nous aurait rapproché de la fabrication.(AMT 301W5)

 

Notes

1 Avec une expérience d’enseignant, l’inadéquation entre la masse de connaissances exposées dans un traité ou annoncée dans le programme de ce cours et le volume d’heures annuelles imparti à ce cours saute aux yeux
2 Georges Gromort Essai sur la théorie de l’architecture, cours professé à l’École nationale supérieure des beaux-arts, Issy-les-Moulineaux, Éditions Charles Massin, 1983, 22e éd. (1re éd. Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1942) p7-8
3 Toulouse est en 1903 parmi les premières à être sollicitée par le ministère pour la création d’une ERA. Plusieurs délibérations du Conseil municipal l’approuvent mais les conditions posées, notamment de pouvoir garder la main sur le recrutement de la totalité du personnel fera échouer durablement l’ouverture d’une ERA. Archives municipales de Toulouse (AMT) 1R71 et 1R91
4 En faisant court : l’EBASI elle-même héritière de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse fondée en 1750 elle-même héritière de l’École publique de dessin fondée en 1726, l’une des rares à ne pas distinguer entre gens de qualité et techniciens Demande du peintre Antoine Rivals au Conseil de Bourgeoisie pour tenir une école AMT BB48 Voir aussi Agnès Lahalle Les écoles de dessin au XVIIIème préface de Marcel Grandière, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 360p
5 Rapport sur le concours général de l’École des Beaux Arts et des Sciences Industrielles, 1861, AMT 877W63
6 Jacques-Jean Esquié (1817-1884) entré à l’École à onze ans il termine la Classe d’architecture en 1838 puis intègre l’Atelier Duban et termine la 1ère Classe en 1844 in Odile Foucaud Toulouse, l’architecture au XIXe siècle, Musée Paul Dupuy, Toulouse, 2000, « Dictionnaire des architectes » pp124-210
7 Voir la déclaration de son fondateur, Émile Trelat, sur la mise à distance de la technique par l’ENSBA sur le site de l’ESA www.esa-paris.fr/Historique.html
8 Leurs effectifs étaient depuis les années 1850 autour d’une trentaine mais plusieurs après avoir acquis quelques rudiments en 1ere ou 2eme année retrouvaient les chantiers ou s’orientaient vers les arts industriels
9 Paul Bonamy architecte et paysagiste, ancien élève de l’EBASI et de l’Atelier André puis Laloux, DPLG en 1895, titulaire après avoir été l’assistant d’Eugène Curvale (1861-1931) ancien élève de l’EBASI et de l’Atelier André puis Laloux
10 La municipalité est convaincue de l’ouverture de l’EBASI aux « demoiselles » mais délibère prudemment de 1895 à fin 1911 avant d’ouvrir l’École et sous certaines conditions (AMT 1R87) ! La Classe d’architecture est hors du débat puisque ce n’est pas un métier de dames
11 Souvent réalisées par les élèves architectes dans les agences, les maquettes sont quasiment absentes de l’ENSBA jusque à la « Petite réforme » de 1965 sinon parfois admises pour le diplôme ou en place de l’épreuve de modelage des Trois Arts ou en photos pour les concours de construction
12 Martin Mittag Pratique de la construction des bâtiments, Paris, Éditions Eyrolles, 1961, 8550 dessins, 500 tableaux
13 Jean-Dominique Ingres Réponse au rapport sur l’École Impériale des Beaux-Arts adressé au maréchal Vaillant, ministre de la Maison de l’empereur et des Beaux-arts Paris, Librairie académique Didier, 1863, pp4-5
14 Art Méridional, n°37 septembre 1938, p2-4
15 Sauf pendant les Ateliers des lauréats du prix de Rome, Pierre Esquié et Léon Jaussely
16 Pierre Férès, pour les admissionnistes, venait de l’EBASI et de l’Atelier Expert. En 1938 il avait la responsabilité des 1er niveaux de la Classe d’architecture
17 Paul de Noyers (1911-2006), ancien élève de l’EBASI et de l’ENSBA, lauréat de l’Institut, médailles de plusieurs concours, diplôme avec mention Très Bien en 1937-1938, Grand Massier de l’ENSBA en 1939. Son agence allées Jean-Jaurès, était dans les mêmes locaux que celle des Lemaresquier
18 Fabien Castaing (EBASI et ERAT) Pierre Debeau (ERAT) Paul Gardia (EBASI, ERAT, Atelier Charles et Noël Lemaresquier) Germain Tarrius (ERAT). Le 5eme Jean-Marie Lefèbvre vient de l’X et de l’Atelier Vivien
19 Ajoutons immédiatement que selon les Anciens présents pendant l’Occupation, Gilet n’a jamais dénoncé d’ élèves dont il savait pertinemment qu’ils militaient contre Vichy
20 Au Conseil supérieur de l’enseignement en 1965, il s’oppose fermement à Candilis qui veut supprimer l’opacité des jugements de la Melpo. Le Maresquier consent à énoncer quatre critères évalués chacun à part : le plan, la façade, la coupe, le parti. On ne peut pas faire plus académique que cette fracturation d’un projet !
21 Le mandarin doit lire le titre du programme dans cet idéogramme censé le plus souvent représenter le plan
22 Ministère de l’éducation nationale, Direction générale des arts et lettres, Réforme de l’enseignement de l’architecture tome II 1955-56, Ce document d’une centaine de pages fait partie des archives de l’ERAT transférées à l’UPAT
23 Marcel Lods « L’Enseignement de l’architecture » p100-107, Michel Dameron « Comment former des architectes » p108-113, Techniques et Architecture n°4, mai 1960 Fonds Vago 64 IFA 250/2 Lucille Bonthoux La modernité critique de Pierre Vago, entre militantisme actif et œuvre discrète, TPFE sous la direction de Jean-Lucien Bonillo, ENSA de Marseille, 2002, p45-49
24 René Binet (1866-1911), élève de l’Atelier André puis Laloux architecte de la porte monumentale de l’Exposition universelle de Paris en 1900,
25 Maxime Decommer Les architectes au travail, l’institutionnalisation d’une profession, 1795-1940 Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017, p211-216
26 Stanislas Ferrand (1844-1913) architecte-ingénieur, conseiller général et député de la Seine (1898-1902), fondateur et secrétaire général de la Société nationale des architectes en 1872 en opposition à la Société centrale, propriétaire de la revue Le Bâtiment, fondateur du journal Le Petit Bâtiment lancé en 1903, auteur de nombreux bâtiments publics et privés. Un modèle d’architecte dans la cité !
27 Jean Fayeton, 1908 -1968, architecte en chef BCPN, ingénieur de Centrale et DPLG (atelier Pontremoli-Leconte) patron d’atelier puis professeur de construction, synthétise pour Querrien les travaux d’une commission officieuse chargée de proposer un programme très renouvelé
28 Max Querrien Pour une politique de l’architecture p89
Dominique Hervier (dir) , Malraux et l’architecture, témoignage d’un acteur (1960-1990) Paris Éditions du Moniteur / Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, 2001, p87-88
Eric Lengereau L’État et l’architecture, 1958-198. Une politique publique ? / Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication Paris, Picard, 2001, p92-93 et p454
29 Jean-Louis Violleau Les architectes et Mai 1968 Paris, Éditions Recherche, 2005
30 L’ERAT est la seule ERA à avoir deux ateliers rattachés à deux groupes différents et antagonistes
31 Jean-Henri Fabre « L’enseignement de l’architecture à Toulouse dans les années 1960 » dans Jean-Loup Marfaing (dir) Architecture et urbanisme, Toulouse 45-75, la ville mise à jour Toulouse, CAUE 31- Loubatières, 2009, p. 250-291
32 À la même époque le n°323-324 de L’Architecture française de juillet-août 1969 publie p3 un plan-masse de l’École de Luminy avec pour seules légendes « ateliers, loges, ateliers »

 

[sommaire des actes du 2e séminaire]
[programme de recherche]



Citer ce billet
chmc1 (2017, 30 octobre). Les élèves-architectes et la construction, conformisme et originalité de leur formation à Toulouse. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrgt

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search