Li2a, les dix années fondatrices du premier laboratoire de recherche de l’école d’architecture de Toulouse De la recherche pour l’enseignement à la recherche sur l’enseignement

par Michel Léglise
Fondateur et ancien directeur scientifique du Li2a

 

Sollicité pour participer à la journée d’étude du 9 juin 2017 consacrée à l’histoire de l’enseignement à Toulouse organisée par HEnsA20, je ne peux me placer qu’en tant que l’un de ses acteurs. Fondateur et ancien directeur scientifique du laboratoire Li2a créé au sein de ce qui était alors l’EAT, l’École d’Architecture de Toulouse, je partage ici un témoignage. C’est pourquoi je me permets de parler à la première personne dans un premier temps, avant d’employer un « nous » plus collectif. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : de l’aventure à la fois personnelle et collaborative qui a consisté à installer l’un des premiers laboratoires de recherche au sein des écoles d’architecture, conforter son expertise et sa visibilité dans le domaine, assurer son rayonnement national comme international et, enfin, esquisser son avenir. Il sera donc question des conditions de création du Li2a, de son développement, de ses échanges avec d’autres acteurs, institutions et disciplines, comme de son rapport, privilégié, avec l’enseignement. Aujourd’hui retiré de cette histoire, fort de mon recul sur cette expérience, je me sens plus à l’aise de la raconter avec les « mots de l’époque », j’utilise souvent des acronymes disparus, ceux des années dont il est question : 1982-19941.

 

Le contexte : les années de l’impérieuse nécessité de créer une unité de recherche

À mon arrivé à l’École d’Architecture de Toulouse (devenue aujourd’hui ENSAT), en 1974, je sortais de cinq années en tant que chercheur et enseignant du supérieur à l’Université Paul Sabatier, à l’Onera (Office national d’études et de recherches aérospatiales) et à Sup’Aero (École Supérieure de l’aéronautique et de l’espace). Lors des premières années de gestation et d’installation des écoles d’architecture dans leurs nouveaux locaux et leurs nouveaux programmes, je faisais, de mon côté, l’apprentissage de la recherche et de l’enseignement puis j’ai suivi des études de sociologie, d’urbanisme et d’aménagement pour parfaire ma formation d’ingénieur. Peu après mon entrée à l’école d’architecture, j’ai eu la conviction, venant de ces milieux académiques, de la nécessité de l’institution d’une recherche productive et crédible pour asseoir et développer un véritable enseignement supérieur de l’architecture. Il fallait donc (c’était pour moi une nécessité) créer une première structure, un laboratoire, capable d’abriter une recherche naissante. Les années 1979 à 1981 ont permis de rassembler des volontaires (enseignants, praticiens et étudiants avancés) et de structurer une problématique et des thèmes. Mario Perez, architecte, a été mon compère dans la création de ce laboratoire et ma caution architecturale pendant dix ans. Il nous accompagnerait certainement encore aujourd’hui, s’il n’avait accidentellement disparu en 1990. Je souhaite lui rendre hommage ici.

 

Naissance du Li2a, définition, développement et rayonnement

Les aspects institutionnels, reconnaissance et habilitation

Architecturale (BRA). Le thème déposé était :« l’intelligence artificielle et la conception en architecture ». Antoine Picon, qui s’occupait alors au ministère de tutelle des affaires scientifiques des écoles d’architecture, a compris notre problématique et nous a aidés à démarrer, en nous désignant officiellement comme équipe de recherche reconnue par le BRA.
En 1986, Li2a demandait à être à nouveau habilité par le BRA. Li2a a alors été promu « Groupe de Recherche » par le ministère chargé de l’Architecture et de l’Urbanisme, Bureau de la Recherche Architecturale, et ce, jusqu’en 1989 où il est monté encore en grade, devenant « Laboratoire de Recherche ». Li2a a conservé ce titre, à chaque réévaluation tous les quatre ans, jusqu’à sa fusion en 2007 au sein du LRA (Laboratoire de Recherche en Architecture), qui regroupe l’ensemble des unités de recherche habilitées de l’ENSAT.

Une problématique de recherche : la conception architecturale, entre théorie et pratique

La problématique fondamentale du Li2a à l’époque de sa création était de mieux connaître le processus de conception en architecture sur les plans théorique et pratique. Les objectifs étaient multiples : accroître la connaissance de ce domaine sur le plan scientifique, proposer la formalisation des pratiques et des systèmes de représentation, révéler des méthodes pédagogiques et enfin, proposer, à partir des techniques de l’intelligence artificielle, des principes de structuration de logiciels de véritable aide à la conception.
Dans ce cadre, le laboratoire analysait les pratiques traditionnelles (systèmes de composition et de représentation, stratégies de conception, vocabulaire de l’architecture) tout en s’intéressant à la définition (spécification et maquettage) de logiciels pouvant assister les premières phases de la conception architecturale.
Les outils (cognitifs, méthodologiques ou logiciels) élaborés au Li2a, puisaient dans les recherches contemporaines menées dans différents domaines (psychologie cognitive, représentation des connaissances, sémantique du langage naturel, infographie, philosophie), tout en affirmant la spécificité des modes de pensée et de faire du concepteur architecte.
Année après année, la problématique du Li2a a évolué, de la recherche appliquée en informatique et ses transferts technologiques et de savoirs pour l’enseignement, pour devenir une recherche plus fondamentale sur la représentation des connaissances et des processus de conception architecturale. Nos différentes approches ont été d’emblée pluridisciplinaires et menées en accordant un intérêt particulier aux « premiers instants » de la conception et à la préservation de l’activité créative de l’architecte.

Recherche de visibilité et rayonnement, en France et à l’étranger

Une fois cette première unité de recherche créée à l’EAT, il fallait conforter cette structure encore fragile et surtout, se faire une place dans le domaine de la recherche académique et certifiée, celle du CNRS et des universités. Passons ici sous silence (et ce pourrait être l’occasion de nouvelles investigations à l’avenir) le travail considérable pour pérenniser, afficher et conforter cette entrée dans ce secteur de la recherche. Sans ce temps d’investissement, il n’y a pas de recherche – et donc d’enseignement – crédible auprès de l’université.
Je mentionne ici, simplement pour mémoire, les deux instances que nous avons créées avec César Juvé, un directeur d’école sans qui ce travail n’aurait pas pu trouver un tel aboutissement, et qui avait parfaitement compris les enjeux de la création du Li2a et des autres unités qui l’ont suivi :

  • le premier Bureau de la Recherche en école d’architecture en 1988
  • le premier Conseil Scientifique en école d’architecture en 1989, comportant plus de personnalités extérieures que de membres élus ou nommés en interne.

Dans le même temps, pour asseoir cette visibilité extérieure, nous avons d’emblée donné une envergure internationale à notre travail et avons investi dans des coopérations scientifiques et techniques avec d’autres laboratoires de l’université, souvent à l’étranger, ce qui nous a mené à définir une politique de relations internationales, porteuse de reconnaissance et de rayonnement.

Une tentative de fédération nationale de la recherche en architecture

La recherche naissante dans les écoles durant cette période, notamment fin 1980-début 1990, a aussi nécessité des actions de fédération nationale auxquelles Li2a a activement participé. Dès la fin de l’année 1985, le laboratoire œuvrait pour le rapprochement des équipes françaises de son domaine, en travaillant à la création d’un Groupement d’Intérêt Public.
C’est ainsi que le GIP Acacia est né par décret en décembre 1988. Li2a en était l’un des membres fondateurs. Cette structure fédérative autonome sous tutelle du ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur – faisant entrer les écoles d’architecture de plain pied dans la recherche institutionnelle – regroupait 17 écoles d’architecture, 8 laboratoires de recherche, 2 ministères et une société privée. Son rôle était de mener des actions dans le domaine de la recherche en favorisant la concertation, la coopération, la valorisation et le transfert de résultats. Parmi ses actions, Acacia a monté le Réseau Recherche Informatique Architecture. On trouvera plus de renseignements dans [GIP].

Les rapports avec la profession ; études, échanges et pratiques

Que l’on ne nous imagine pas pour autant nichés dans la tour d’ivoire de l’enseignement supérieur. La grande proportion d’architectes professionnels dans le personnel enseignant des écoles et notre volonté de stimuler les architectes en phase de conception nous a conduit à effectuer une enquête de grande ampleur dans le milieu professionnel de la région MidiPyrénées, avec l’aide financière de la Direction de l’Architecture et de l’Urbanisme (DAU) et du Plan Construction et Architecture (PCA). Nous nous sommes penchés sur les pratiques d’agence. Nous avons notamment publié une étude sur l’informatisation naissante des architectes dans un livre [SUD]. Lors de cette enquête menée par des sociologues, architectes et informaticiens et portant sur plus de 700 agences, nous avons analysé dès 1990 les effets induits par l’introduction de logiciels destinés aux milieux professionnels sur la conception, l’organisation du travail et son contrôle.


Li2a et l’enseignement : une connivence, une évidence

Li2a se sentait extrêmement lié à son école d’implantation et s’est fait une spécialité, à partir de 1984, de faire profiter l’enseignement des résultats ou des produits de ses recherches.
Toute l’histoire du laboratoire a été marquée, voire parfois déterminée parson rapport à l’enseignement. On évoque ici les rapports les plus directs, laissant de côté des « effets secondaires », parfois très importants2.
La réputation des membres du laboratoire d’avoir mis en place un enseignement d’informatique de qualité était établie. C’est pourquoi Li2a a joué un rôle moteur dans la définition et la concertation nationale sur les contenus, en organisant des réunions entre différentes écoles (notamment Toulouse, Montpellier, Lyon ou Marseille), avec l’aide, généralement, de la DAU.
On ne décrira pas le nombre, la diversité et les contenus des enseignements que les membres de Li2a, enseignants ou chercheurs, ont assuré pendant ces années. On notera seulement que sur onze premiers contrats subventionnés, sept étaient en relation directe avec l’enseignement ou la pédagogie, le tout représentant un total de 1,3 millions de francs3.

Agir directement sur l’enseignement par la recherche

Les maquettes et prototypes de logiciels conçus par les chercheurs de Li2a permettaient d’intégrer très rapidement les résultats de nos recherches dans la formation initiale des étudiants en architecture. Ces expériences ont été précieuses, à la fois pour les étudiants et pour le laboratoire. Notre banc d’essai de maquettes était tout trouvé ; les étudiants, quant à eux, avaient accès aux premières matérialisations d’idées ou de concepts nouveaux, préfigurant leurs outils de demain.
Nous avons également, en partenariat avec des éditeurs privés, réalisé des transferts industriels de logiciels. En conséquence, les étudiants pouvaient expérimenter des alternatives, des fonctions qui ne seraient jamais implémentées et avaient leur mot à dire sur l’ergonomie, ou même la pertinence de certaines fonctions. Ils se sont retrouvés de fait, prescripteurs.
En proposant aux étudiants en fin de cycle des enseignements optionnels spécialisés, issus directement des compétences des enseignants-chercheurs (comme l’enseignement d’initiation à la recherche incluant un stage au laboratoire ou l’enseignement d’intelligence artificielle), les membres du laboratoire effectuaient un apport direct et spécifique de leurs connaissances acquises par la recherche. Le schéma suivant, indique globalement les transferts de nos recherches et développements dans l’enseignement initial de l’EAT entre 1984 et 1992.
La colonne de gauche indique le contenu des recherches du Li2a, seul ou en collaboration (comme dans Krèpis par exemple) ; celle du milieu, les développements menés par le laboratoire seul. À droite, se situe la colonne des retombées dans l’enseignement : le nom des cours est indiqué, tout comme leur place dans le cursus et les années concernées. On voit que même nos transferts industriels (Acasi) ont eu une incidence sur la pédagogie par la mise à disposition des étudiants par la société privée concernée, du logiciel final et de l’ordinateur, dont toute l’école a pu profiter.

Publier des ouvrages à usage didactique

Dès 1987, Li2a a élaboré pour le compte de la DAU, quatre ouvrages intitulés « Didacticiels à usage des professions de l’architecture et du bâtiment » qui circulaient dans les écoles. Destinés aux enseignants et formateurs, ils comportaient généralement, pour chaque sujet donné

  • un cahier de cours et de démonstrations
  • un cahier de travaux pratiques corrigés
  • des transparents pour illustrer les cours et TP
  • tous les fichiers sur disquette nécessaires à la bonne réalisation de ces cours, démonstrations et TP. Ces didacticiels figurent dans le tableau précédent.

Former en dehors de l’école

Tout ne se passait pas seulement dans l’école, et encore moins uniquement dans la mouvance de la discipline « informatique ». Des membres du Li2a ont ainsi donné des cours de formation continue, organisé des sessions extérieures, formé des stagiaires, prodigué des conseils pédagogiques ou effectué des expertises dans des cadres extrêmement divers (stages de perfectionnement, Promoca Midi-Pyrénées, formations de personnels communal à Toulouse, formations pour le service d’architecture de l’hôpital Purpan, Certificat d’Études Approfondies en Architecture « Architecture, Ambiances, Énergie » de l’École d’Architecture de Toulouse, etc).
L’enseignement s’est aussi déplacé en dehors de l’école, en particulier avec des cours à l’École d’Architecture de Montpellier sur les didacticiels réalisés par Li2a (1989), la formation de stagiaires (1988 et 1989) dans le cadre de l’ENSEEIHT (École Nationale Supérieure d’Électrotechnique, d’Électronique, d’Informatique, d’Hydraulique et des Télécommunications à Toulouse) et de l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) organisée par ce dernier avec notre ministère de tutelle.
Enfin, les membres de Li2a ont été de plus en plus sollicités pour participer à des jurys de thèse, ce qui a contribué à la définition d’une politique doctorale à l’école (1987-1989) et a augmenté, dans ces années là, notre visibilité au sein du monde académique.

Ouvrir les perspectives des étudiants et des chercheurs

Grâce à ces multiples actions, un certain nombre d’étudiants, rattachés directement au Li2a ou non, ont pu acquérir de nouveaux statuts au sein de l’école comme à l’extérieur. Par exemple :

  • des étudiants sont devenus chercheurs et ont accédé au statut d’enseignant :le laboratoire participait alors à la reproduction du corps enseignant, ce qu’il a abondamment prouvé au cours de son histoire (quatre anciens chercheurs du Li2a sont aujourd’hui enseignants titulaires en école d’architecture, et deux sont Habilités à Diriger des Recherches) ;
  • des chercheurs ou étudiants encadrés par le laboratoire sont devenus développeurs et ont été embauchés par l’industrie privée. Li2a a joué un rôle d’intégrateur des architectes dans des milieux qui leur étaient étrangers ;
  • des étudiants encadrés par le laboratoire sont devenus docteurs ou ingénieurs. Li2a a fait reconnaître la qualité des recherches menées par les institutions dépendantes du BRA dans le milieu universitaire.

L’ensemble de ces anciens étudiants, passés par le laboratoire, a contribué à asseoir sa reconnaissance extérieure. C’est ainsi, que Li2a a favorisé la mise en relation des architectes, des industriels, des enseignants, des étudiants en architecture, des chercheurs et des universitaires.

 

Après 1990, le renversement : l’enseignement devient un sujet de recherche

Pour Li2a, à force de transférer des résultats de la recherche vers l’enseignement, de se demander qu’est-ce que concevoir, d’interroger les connaissances nécessaires à la conception et leur localisation et à force d’observer des étudiants, a fini par se spécialiser dans la définition de dispositifs pédagogiques et de ses logiciels associés pour faciliter l’apprentissage ou au moins l’approche de la conception dans les premiers instants.
Nos recherches ont donc maintenant une visée principalement didactique. Nous mettons au point des scenarii d’enseignement, développons des outils informatiques propres à stimuler la mémoire du concepteur, à aider le raisonnement analogique et à créer un environnement de travail propre à chaque individu. Tout cela, et comme toujours depuis 1982, loin des logiciels monolithiques et systématiques actuels d’instrumentation du projet.
L’enseignement est donc devenu pour nous, depuis 1998, un lieu d’observation et d’expérimentation pour nos recherches, comme dans le séminaire intitulé AMC, « Architecture, Mémoire, Conception » [SIT]. La recherche a alimenté nos enseignements pendant une bonne décennie, et puis, petit à petit, l’enseignement de la conception est devenu notre principal sujet de recherche.
Nous avons produit depuis cette époque des dizaines d’articles présentés dans des colloques et des revues internationales sur ces sujets, et avons mené des dizaines d’expériences pédagogiques (voir sur [SIT] l’ensemble de nos expérimentations didactiques), soit seuls dans notre école, soit en situation collaborative synchrone avec des étudiants d’autres pays, comme le Canada et le Vietnam. Ces expériences sont décrites sur le site internet du laboratoire ainsi que sur ceux qui y sont liés [SIT]. Un bon exemple de ce que nous en avons fait et de ses conséquences pour la recherche à venir est donné dans [HDE].

 

Conclusion

Li2a a amorcé la recherche institutionnelle à l’EAT. La création du laboratoire a permis d’initier à Toulouse le cycle nécessaire recherche-enseignement supérieur dans le domaine de l’architecture, suivi par le LAB (Laboratoire d’Architecture Bioclimatique devenu Grecau) lui aussi placé en 2006 dans la catégorie des Laboratoires de Recherche par le ministère de tutelle. C’est l”existence de deux unités de cette catégorie qui a permis d’envisager la création d’une entité de recherche unique à l’échelle de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse. Des négociations avec les quatre autres unités présentes en 2006-2007 ont permis de créer le LRA (Laboratoire de Recherche en Architecture) qui fédère toute la recherche de l’école et dans lequel Li2a est maintenant inclus.

Les choses ont bien avancé depuis 1983 : en 2016, le LRA était le premier laboratoire d’une École Nationale Supérieure d’Architecture à être labellisé « Équipe d’accueil » par le ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. L’introduction initiale de la recherche dans notre école a ouvert la voie à des développements aux conséquences majeures pour l’enseignement, son développement et sa reconnaissance universitaire. C’est ainsi que l’ENSAT est actuellement membre du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur Université de Toulouse, partenaire conventionné de CampusFrance, membre de la COMUE4 Université Fédérale de Toulouse [SIT]. Le laboratoire LRA a passé des accords-cadres avec deux Écoles Doctorales et est devenu un laboratoire d’accueil important qui compte une vingtaine de doctorants. Ces résultats ne sont pas bien sûr l’œuvre du seul Li2a, et ont mobilisé, pour être atteints, une grande partie des forces de l’école, enseignants et chercheurs de bonne volonté comme administratifs.

En fait, nous n’aurions pas pu rêver ou imaginer en 1984 les résultats que nous observons trente ans après. C’est que la recherche est une tâche ardue et son installation institutionnelle très lente. Nous ne pouvons que nous féliciter de voir l’intégration universitaire de l’enseignement de l’architecture réussie. Nous pensons que celle-ci a en grande partie, été obtenue par l’exercice et l’installation d’une recherche reconnue au plan international.

 

Sources

Notes

1 Ce témoignage, selon la commande, devait particulièrement porter sur les « retombées de la recherche dans l’enseignement dans la période 1976 à 1988 ». Ces dates ne sont pas les mieux adaptées à l’histoire du Li2a, le premier laboratoire de l’école d’architecture de Toulouse, né en 1982. Considérant que ses très précoces relations avec l’enseignement ont porté leurs fruits jusqu’en 2007 au moins, date de sa fusion dans le laboratoire LRA qu’il a co-construit avec les autres unités de recherche de l’école, nous avons préféré choisir les douze premières années de son existence, soit 1982-1994.
2 La relation entre la présence d’un laboratoire d’informatique dans une école d’architecture et son niveau d’équipement pour l’enseignement en est un exemple. Les laboratoires ont été extrêmement sollicités pour conseiller le ministère de tutelle en matière d’équipement dans les écoles. Ces années là, les subventions n’étaient allouées que dans la mesure où l’expertise existait réellement dans l’établissement. La présence d’un laboratoire d’informatique dans une école avait donc pour conséquence de permettre d’équiper la totalité de l’établissement de manière pertinente. C’est là une retombée indirecte de la recherche dans l’enseignement, et grâce au Li2a, l’EAT était l’école vraisemblablement la mieux dotée de cette période.

3 À ce sujet, voir [ETA], qui détaille les contrats de cette période, l’évolution des personnels et de leurs statuts. On y trouvera aussi l’évaluation de la somme globale à rassembler tous les ans pour faire vivre le laboratoire et honorer des contrats de chercheurs qui étaient, à l’époque, précaires.
4 Communauté d’universités et établissements.


[sommaire des actes du 2e séminaire]

[programme de recherche]