Genèse et développement de l’école régionale d’architecture de Bordeaux

Par Laurence Bassières
Maître-assistante associée à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette


Résumé

Le décret autorisant en 1903 la création d’Écoles régionales d’architecture, conçues comme autant d’« antennes » de l’École des beaux-arts de Paris et délivrant le même diplôme que cette dernière, n’intéressa pas immédiatement la ville de Bordeaux. Redoutant l’ingérence parisienne qu’impliquait cette évolution, celle-ci préféra dans un premier temps conserver l’enseignement de l’architecture tel que mis en place par l’architecte diocésain Jean-Louis Labbé en 1877, et ce n’est qu’en 1928 que l’École régionale d’architecture de Bordeaux ouvrit finalement ses portes. L’ERAB, fruit des efforts conjugués de l’architecte et successeur de Labbé Pierre Ferret, qui en prendra la direction, de différents groupements professionnels bordelais et de la mairie de Bordeaux alors dirigée par Adrien Marquet, fut organisée en ménageant le système d’enseignement existant. Celui-ci resta pour une bonne part inchangé, tout en adoptant les exigences que lui imposait son nouveau statut. Il s’agit dans cet article d’interroger les étapes successives et les rôles joués par les différents protagonistes, personnes et institutions, dans la genèse et le développement de cette école, depuis la création d’un premier enseignement de l’architecture à Bordeaux jusqu’au seuil des années 1960.


Avant les grandes réformes des années 1960, l’enseignement de l’architecture à Bordeaux peut se diviser en deux grandes périodes, la première commençant en 1877, avec l’ouverture d’un cours d’architecture, la seconde en 1928 avec la création de l’École régionale d’architecture de Bordeaux (ERAB). De ces neuf décennies, il subsiste peu de sources conséquentes et les travaux existants1 soulignent tous la minceur des fonds disponibles : quelques liasses de documents aux Archives Bordeaux-Métropole, quelques dossiers supplémentaires à l’ENSAP de Bordeaux, ces derniers concernant essentiellement les dernières années d’existence de l’ERAB.

L’histoire que ces fonds ont permis d’esquisser montre une École à la fois dépendante d’une institution prestigieuse, l’École des beaux-arts de Paris, et enracinée dans son environnement d’origine, l’École municipale des beaux-arts et des arts décoratifs de Bordeaux (EMBAAD) et les milieux professionnels bordelais. Il s’agira dans ce court article non pas de proposer une histoire de cette école, qui reste à écrire, mais de mettre en avant les rôles joués par différents protagonistes – personnes et institutions – durant sa genèse et son développement. Dans cette perspective, on mobilisera, en plus des sources citées plus haut, d’une part les brochures publiées annuellement par l’École municipale des beaux-arts et des arts décoratifs de Bordeaux, qui permettent de suivre l’organisation des études et la vie administrative des deux écoles ; d’autre part, les travaux de différents groupements professionnels bordelais, notamment la Société des architectes de Bordeaux et du Sud‑Ouest (SABSO), dont les procès-verbaux ont été localisés dans le fonds légué par l’architecte André Bac (1865-1954)2, et le Groupe de Bordeaux de la Société des architectes diplômés par le gouvernement (SADG), dont les procès-verbaux, qui semble-t-il ont été au moins en partie publiés, n’ont pas été localisés, mais dont les bilans et commentaires ont été insérés dans les Bulletins de la SADG3.


L’
enseignement de l’architecture à Bordeaux, 1877-1928

Fig. 1. « Ville de Bordeaux – Avant-projet d’École des beaux-arts ».
Plans et perspective du projet de l’architecte Alphonse Ricard, en 1886, pour le réaménagement en « École municipale des beaux-arts et des arts décoratifs » des vestiges de l’ancienne abbaye de Sainte-Croix, qui avait abrité durant le XIXe siècle un « hospice de vieillards ». L’enseignement de l’architecture est situé au premier étage, côté est (les plans sont orientés au sud), dans deux salles situées entre l’amphithéâtre et l’escalier central.

La création d’un enseignement d’architecture à Bordeaux en 1877 par l’architecte diocésain Jean-Louis Labbé (1847-1906) au sein de l’École municipale de dessin, de peinture, de sculpture et d’architecture, accompagnait une renaissance générale de l’école dans les années 1870, alors que cette dernière connaissait – selon le rapport de l’adjoint au maire Émile Soulé en 1886 – un état de « décadence relative » depuis le début du XIXe siècle4. De cette renaissance résulta, à la fin des années 1880, la transformation de l’École d’origine en une « École municipale des beaux-arts et des arts décoratifs de la ville de Bordeaux5 » et son installation pérenne rue de Tauzia. C’est en effet dans ce même lieu, vestige du couvent de l’ancienne abbaye de Sainte-Croix, acquis par la Ville avec les terrains alentours en 1887 et réaménagé dans la foulée par l’architecte Alphonse Ricard, que se trouve encore aujourd’hui l’École des beaux-arts de Bordeaux6 (Fig.1).

La création d’un enseignement d’architecture à Bordeaux coïncidait avec la volonté, parmi les architectes exerçant en province, de mieux s’organiser face à la tutelle parisienne, notamment à travers la revendication d’un « enseignement provincial7 », sujet qui fut systématiquement discuté dans les congrès successifs organisés par les groupements professionnels. Lors du fameux Congrès des architectes français organisé à Bordeaux en 1895, Jean-Louis Labbé définit avec précision ce que devait être, selon lui, un tel enseignement. Favorable au développement d’un cursus équivalent à la seconde classe de l’École des beaux-arts « dans les écoles où il y a déjà des cours satisfaisants », avec un examen de passage obligatoire avant l’entrée en première classe, Labbé refusait en revanche la transformation de ces écoles en écoles nationales, ce qui aurait donné à Paris le droit de décider pour la province, en particulier pour tout ce qui concernait le choix des professeurs8.

Le décret présidentiel autorisant la création d’Écoles régionales d’architecture, adopté en janvier 19039 à la suite du rapport Guadet, allait à l’encontre des vœux de Labbé : les écoles régionales étaient conçues comme des « antennes10 » de l’École des beaux-arts : les programmes et les examens étaient les mêmes qu’à Paris, où se déroulerait d’ailleurs la majeure partie des jurys. Durant les années suivantes furent créées les écoles de Rouen et Rennes (1904), Marseille et Lille (1905), puis Lyon (1906). Nancy et Bordeaux déclinèrent la possibilité de créer une école dans leur ville. Nancy craignait des conditions d’études inégales avec Paris et Bordeaux, de son côté, réitérant les craintes émises par Labbé presque dix ans auparavant, se montrait réticente à une ingérence parisienne qui retirerait à la Ville la « prérogative de nommer les directeurs et les professeurs de la nouvelle école11 ».

On ne connaît pas la position de Pierre Ferret (1877-1949) au moment de ce débat. Mais le futur fondateur de l’École régionale d’architecture de Bordeaux affirmait, vingt-cinq ans plus tard, s’être toujours positionné en faveur de la création de celle-ci12. Après avoir été formé à Bordeaux par Jean-Louis Labbé, Ferret avait intégré à Paris l’atelier de Jean‑Louis Pascal en 1896 et avait été diplômé en 1900. Il travailla quelques années en agence à Paris puis se réinstalla en 1904 dans sa ville natale pour ouvrir sa propre agence. Dès 1905 – il avait alors 33 ans – il remplaçait Jean-Louis Labbé à la Section d’architecture de l’École municipale et en 1906 il était nommé professeur-chef d’atelier et directeur des études13.

La position de Pierre Ferret en faveur de la création d’une École régionale à Bordeaux ne faisait pas dans les années 1900 l’unanimité parmi ses pairs, notamment au sein du « Groupe de Bordeaux de la SADG » dont il faisait partie. La SADG s’était opposée en 1895 aux conclusions de la commission d’études en faveur de la création d’écoles régionales de seconde classe uniquement14. Mais elle se montra favorable au principe de création d’écoles régionales tel que prévu dans le décret de 1903 : bien qu’essentiellement formée de parisiens, elle privilégiait l’idée d’un diplôme national unique, garantissant l’unicité de la profession et par conséquent la représentativité de leur association15. La même année que l’adoption du décret elle mit ainsi en place des groupements régionaux16, dans l’objectif de « concentrer l’action de ses membres exerçant en province et de mieux assurer la défense de leurs intérêts communs17 », où fut régulièrement discutée la question des écoles régionales. Pierre Ferret, qui avait intégré la SADG l’année de son diplôme, fit partie des neuf sociétaires fondateurs du « Groupe de Bordeaux18 ». Mais lorsqu’en 1910 la SADG lança une vaste enquête sur le fonctionnement des écoles régionales « auprès des groupes provinciaux, des professeurs et des élèves de l’École des beaux-arts et des écoles régionales19 », le Groupe de Bordeaux prit fermement position contre la création d’une ERA à Bordeaux :

Le groupe de Bordeaux pense qu’il y a trop d’écoles régionales pour le nombre d’élèves ; l’émulation y étant insuffisante, il craint un niveau d’études inférieur et une plus grande facilité à se servir des influences locales. Il est d’avis de repousser la décentralisation qui tuerait les écoles régionales, mais il voudrait y limiter l’enseignement à la seconde classe avec un jury unique au besoin.20

Les années suivantes ne sont pas documentées : le Groupe de Bordeaux ne se réunit plus durant la guerre et on ignore si ses positions ont évolué au cours de cette période ; l’enseignement d’architecture à l’École municipale continua à être dirigé par Pierre Ferret, qui, bien que mobilisé, put continuer à enseigner, à l’exception de l’année 1917-191821. Ce n’est qu’à partir de 1925 que la question de la création d’une École régionale d’architecture à Bordeaux réapparaît.

En avril 1926, Pierre Ferret remettait au maire de Bordeaux un rapport demandé par ce dernier sur la création d’une École régionale d’architecture à Bordeaux22. Selon Ferret, cette demande résultait de la démarche de deux groupements professionnels locaux auxquels il appartenait, le Groupe de Bordeaux de la SADG et la Société des architectes de Bordeaux et du Sud-Ouest23. Si l’on ignore les discussions de la SABSO à cette période24, les rapports du Groupe de Bordeaux dans les Bulletins de la SADG montrent un infléchissement de sa position par rapport à 1910 : en 1925, le Groupe déclarait avoir évoqué, lors de ses dix réunions précédentes, le « projet d’école régionale25 », sujet dont il continua à discuter durant les années suivantes. Le Groupe avait connu un important renouvellement en quinze ans : sur les 25 à 30 sociétaires qui le composaient, huit étaient décédés, parmi lesquels des membres importants tels que Ernest Lacombe (1854-1922) et Paul Monmarte (1873-1924) ; d’un autre côté, figurait depuis 1924 parmi les nouveaux membres l’architecte Émile Mothe (1887-1961), un des principaux enseignants de la future École régionale durant l’entre-deux-guerres. En dehors de cette évolution au sein des groupements professionnels, l’élection à la mairie de Bordeaux en 1925 du socialiste Adrien Marquet (1884-1955) marqua sans doute un tournant, ainsi que l’affirmait Pierre Ferret26. Ce « maire-bâtisseur », initiateur d’une politique de grands travaux, chercha notamment à développer les institutions de la Ville et dut en conséquence accueillir favorablement un projet d’École régionale d’architecture. On ne connaît cependant pas précisément sa position sur la question et de manière générale, les rôles tenus par les différents promoteurs de cette entreprise restent à préciser, de même que le rôle éventuel d’autres figures bordelaises, qui n’apparaissent pas dans les différents fonds consultés mais qui disposaient d’une influence forte à la fois auprès du maire et des milieux professionnels, notamment l’ingénieur-architecte de Bordeaux Jacques D’Welles (1883-1970) qui mena toute sa carrière à la Ville de Bordeaux sous la tutelle de Marquet.

En juin 1926, le Conseil d’administration de la Ville adoptait le principe de la création d’une École régionale à Bordeaux27. L’école ne put cependant ouvrir en novembre 1927 comme prévu28, et c’est Grenoble, devançant Bordeaux, qui devint la septième école régionale29. Le décret de création d’une ERA à Bordeaux fut finalement ratifié quelques mois plus tard, le 21 janvier 192830.


L’École régionale d’architecture de Bordeaux

La signature du décret autorisant la création d’une École régionale d’architecture à Bordeaux fut rapidement suivie de la publication, dans la presse locale, d’un appel à candidature pour le concours d’admission à l’École des beaux-arts. Ce concours, qui avait alors lieu deux fois par an, était organisé à l’échelle nationale et était destiné à sélectionner les élèves autorisés à intégrer la seconde classe de l’École des beaux-arts ou l’une de ses antennes régionales. Des 12 candidats qui se présentèrent à cette session pour Bordeaux, Pierre Ferret put annoncer avec fierté que tous étaient admissibles, et bien classés au regard des 600 candidats s’étant présentés dans toute la France31. Durant les années suivant l’ouverture de l’ERAB, le nombre d’élèves, première et seconde classe confondues, oscilla autour de la vingtaine, ce qui la situait dans la moyenne des autres écoles régionales, à l’exception de celle de Lyon dont les effectifs étaient trois fois plus importants qu’ailleurs32.

Au-delà du concours d’admission, la centralisation, qui avait fondé le principe d’existence des écoles régionales lors de leur création, était toujours de mise et l’organisation des études était calquée sur celle de l’École des beaux-arts de Paris. Un « cours préparatoire », non obligatoire et destiné à préparer l’admission en seconde classe, avait été ajouté, mais il n’était pas présenté dans les organigrammes comme dépendant de l’École régionale. Cette dépendance envers Paris se retrouve dans le budget : sur les 60 000 francs accordés à l’ERAB – un tiers provenant de l’État, les deux autres de la Ville33 – il était prévu qu’un dixième soit consacré aux « frais d’emballage et de transports » pour les projets des élèves qui devaient être envoyés et jugés à Paris et qu’un autre dixième soit réservé aux frais de voyage à Paris du professeur de théorie, lorsqu’il était invité à siéger dans les jurys34. C’est cependant dans une grande continuité avec l’enseignement existant que fut organisée la nouvelle École. En plus de Pierre Ferret, chargé de la « théorie de l’architecture » et de la « direction de l’atelier », quatre des six professeurs nommés enseignaient auparavant à l’École municipale : l’architecte Émile Mothe, déjà évoqué pour son engagement dans le groupe de Bordeaux de la SADG, chargé de la « stéréotomie, pierre et bois » ; l’architecte DPLG Daniel Gervais (1880-1979), également membre du groupe de Bordeaux de la SADG, chargé de l’histoire de l’architecture ; le professeur de mathématiques spéciales au lycée de Bordeaux Maxime Rebeix, chargé de « mathématique et géométrie descriptive » ; enfin le peintre et décorateur Jean Artus (1868-1931), chargé de la perspective. Des deux nouvelles recrues, l’une, l’ingénieur Charles Mothe, chargé de « statique graphique et résistance des matériaux », était le frère d’Émile ; l’autre, l’avocat à la cour Géo Minvielle, chargé de la « législation du bâtiment »35, était issu d’une famille d’architectes bordelais et bénéficiait d’une notoriété nationale, notamment à travers ses publications sur la législation de l’architecture et de l’urbanisme36.

La question des concours organisés pour les élèves illustre elle aussi l’équilibre qu’il y avait à trouver entre ancrage local et appartenance à l’École des beaux-arts. Les prix d’une partie des concours, ceux dits « de fondation », étaient réservés aux élèves inscrits à l’École des beaux-arts de Paris et les élèves des ERA n’étaient pas autorisés à recevoir la somme d’argent assortie aux prix. Quelques prix « locaux » avaient bien été créés à Bordeaux : en 1926, avant la création de l’École régionale, le Groupe de Bordeaux avait mis en place un concours de croquis doté de quatre prix et d’une médaille37, et en 1930, la société l’Atelier avait ouvert un concours « entre les élèves architectes de l’ERA et des cours préparatoires »38. Mais les élèves de l’ERAB se retrouvaient par ailleurs exclus de certains prix, précisément en raison de leur appartenance à l’École. Ainsi, en 1935, la SABSO se montra mécontente qu’un prix, à l’origine créé pour les élèves travaillant dans les cabinets de ses membres, soit détourné en un prix pour les élèves de l’ERAB39. De même, en 1939, l’Association provinciale organisait un concours pour les élèves des cabinets de ses membres, à condition qu’ils ne fassent partie d’aucune ERA40.

Fig. 2. « Ville de Bordeaux – Avant-projet d’École des beaux-arts ».
Plans et perspective du projet de l’architecte Alphonse Ricard, en 1886, pour le réaménagement en « École municipale des beaux-arts et des arts décoratifs » des vestiges de l’ancienne abbaye de Sainte-Croix, qui avait abrité durant le XIXe siècle un « hospice de vieillards ». L’enseignement de l’architecture est situé au premier étage, côté est (les plans sont orientés au sud), dans deux salles situées entre l’amphithéâtre et l’escalier central.

Au sein de l’École municipale, l’ERAB naviguait entre dépendance et autonomie. À son ouverture en 1928, elle avait été placée sous la direction de Paul Quinsac (1858-1929), directeur de l’École municipale des beaux-arts et des arts décoratifs, Pierre Ferret ayant le titre de « conseiller technique et professeur41 ». Après le décès de Quinsac, en 1929, l’EMBAAD passa sous la direction du peintre bordelais François-Maurice Roganeau (1883-1973)42, mais la direction de l’ERAB revint à Pierre Ferret43. De même, l’École régionale ne disposa pas de locaux spécifiques, mais les locaux de l’École municipale furent réaménagés pour l’accueillir : l’enseignement d’architecture, jusque-là dispensé dans deux salles au premier étage de l’édifice, fut déplacé vers le pavillon ouest, où deux étages sur trois lui furent réservés, avec un accès distinct, selon des plans conçus par Ferret (Fig. 2 & 3). Sans être séparée de l’École des beaux-arts, avec qui elle partageait la bibliothèque et l’amphithéâtre, l’ERAB y occupait ainsi un volume à part.

Fig. 3. Plan des locaux de l’École régionale de Bordeaux, dressé par Pierre Ferret, sd.
L’École régionale de Bordeaux a été installée dans les locaux de l’École municipale des beaux-arts mais elle y occupe un volume à part, aux premier et deuxième étages du pavillon ouest de l’édifice.

Des années de guerre et d’après-guerre, pour lesquelles les sources manquent pour l’instant et dont l’histoire reste entièrement à faire, il semble ne subsister que des problèmes de discipline. Dès 1941, Maurice Roganeau notait, pour l’École municipale dans son ensemble, « un fléchissement inexplicable dans la tenue44 ». Mais ses remarques semblent s’être rapidement concentrées sur l’École régionale : un dossier « Incidents 1941-195545 », qui n’a pas d’équivalent pour d’autres périodes, figure dans le fonds de l’ERAB, inventoriant les « incidents » signalés, du plus potache (renversement d’une bassine d’eau sur les membres du jury, où se distingua un certain Francisque Perrier) au plus déplaisant (déshabillage d’une jeune fille dans l’atelier). L’ERAB connaissait alors un changement important : en 1942, Pierre Ferret partait à la retraite et son fils Claude Ferret (1907-1993), qui avait étudié à Paris dans l’atelier de Roger-Henri Expert, le remplaçait comme chef d’atelier. Comme son père, il était très jeune – à peine 35 ans – lorsqu’il prit la direction de l’atelier. Mais à la différence de ce dernier, il n’obtint pas la direction de l’ERAB : c’est Maurice Roganeau, toujours directeur de l’EMBAAD, qui récupéra cette fonction. Ce dernier déplorait l’indulgence dont faisait selon lui preuve Claude Ferret envers ses élèves et se plaignait du fonctionnement de l’atelier, accusé de constituer « une république indépendante46 », « un État dans l’État47 ». Les motivations de Roganeau étaient sans doute complexes – il avait récupéré la direction de l’ERAB mais n’avait aucune autorité sur l’atelier dirigé par Claude Ferret. Mais cette période semble avoir, de manière générale, constitué un moment d’antagonisme entre l’ERAB et le reste de l’École : les « rapports » des inspecteurs, comme ceux de différents protagonistes, opposaient fréquemment l’École municipale et l’École régionale. Ainsi, en 1949, un adjoint au maire comparait « l’impeccable tenue des locaux de l’École municipale des beaux-arts » à « l’état lamentable de l’atelier d’architecture48 » et un an plus tard, le rapport de l’inspecteur général préconisait de « situer, dans la mesure du possible à l’extérieur l’ERA, dont l’isolement de l’École des beaux-arts serait du meilleur effet du point de vue de la tenue et de la discipline de cette dernière49 ».

L’histoire de l’enseignement de l’architecture à Bordeaux, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’aux bouleversements des années 1960, témoigne d’une stabilité remarquable et la création d’une École régionale d’architecture infléchit finalement fort peu les orientations prises précédemment. La centralité imposée depuis Paris n’aboutit ainsi pas à la disparition des structures locales développées jusqu’alors, mais plutôt à leur redéploiement au sein d’un nouveau système. Les lieux d’enseignement, les enseignants et donc a fortiori ‑ à quelques adaptations près aux programmes obligatoires – les enseignements eux-mêmes, furent maintenus, et l’ensemble resta dominé par les trois figures bordelaises majeures et étroitement liées entre elles que furent Jean-Louis Labbé et les Ferret, père et fils.

Notes

1 Bénech, Marie-Françoise, L’Architecture et l’urbanisme à Bordeaux sous la municipalité d’Adrien Marquet (1925-1944), thèse sous la direction de Jarrassé, Dominique, université Bordeaux Montaigne, soutenue en 2003, 4 vol., et les articles du premier numéro de la revue Transversale, dirigée par Langlois, Gilles-Antoine, paru en décembre 2016, de Ragot, Gilles avec le concours de Chevallier, Laurence, « Récit d’un projet pédagogique sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Bordeaux depuis le XIXe siècle », de Falise, Jacqueline avec la collaboration de Zenker, François, « A travers les collections de sa médiathèque, l’histoire de l’enseignement de l’École d’architecture et de paysage de Bordeaux » et de Bolle, Gauthier, « L’enseignement de l’architecture et du paysage à Bordeaux au XXe siècle : à la croisée des enjeux professionnels et pédagogiques ».
2 Archives Bordeaux Métropole (ABM), fonds Bac, 192 S 20, dossier « Société des architectes de Bordeaux et du Sud-ouest (SABSO) – Association provinciale des architectes français (APAF) ».
3 Archives de la Société française des architectes (ASFA), Bulletins hebdomadaires ou Bulletins mensuels de la SADG, réunis en publications annuelles.
4 ABM, « Historique de la réorganisation de l’école de dessin, de sculpture et d’architecture, sa transformation en École des beaux-arts et des arts décoratifs de la Ville de Bordeaux », 751 R1, Soulé, Émile, « Création d’une École municipale des beaux-arts – rapport présenté par M. Émile Soulé, adjoint au Maire, délégué pour les Beaux-arts », Conseil municipal, séance du 2 juillet 1886, p. 2.
5 ABM, « Historique de la réorganisation de l’école de dessin, de sculpture et d’architecture, sa transformation en École des beaux-arts et des arts décoratifs de la Ville de Bordeaux », 751 R1, Arrêté du 28 octobre 1889, figurant dans le « Règlement de l’École municipale des beaux-arts et des arts décoratifs de la ville de Bordeaux », p. 3.
6 Sur ce bâtiment, on pourra consulter notamment l’ouvrage de Coustet, Robert et Saboya, Marc, Bordeaux. Le temps de l’histoire. Architecture et urbanisme au XIXe siècle (1800-1914), Bordeaux, Mollat, 1999, p. 240-241.
7 Le Couëdic, Daniel, « Nantes et la douloureuse gestation des écoles régionales d’architecture », in Amouroux Dominique, Le Livre de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes, Gollion, Infolio, 2009, p. 19-20.
8 Épron, Jean-Pierre, Éclectisme et profession, annexes : la création des écoles régionales, 1889-1903, sd, sl, p. 311-312.
9 Décret du 23 janvier 1903, JO du 31 janvier 1903, p. 571-572.
10 Épron, Jean-Pierre, op. cit., p. 407.
11 Épron, Jean-Pierre, op. cit., p. 415.
12 « Or, en 1903, le maître Julien Guadet, membre de l’Institut, réclamait la création des Écoles régionales d’architecture ayant pour mission de préparer les architectes au diplôme. Or depuis 25 ans que je professe à notre École, je n’ai cessé de réclamer cette création répondant à un besoin. Il m’a fallu attendre la municipalité de M. Marquet et l’impulsion généreuse de ce dernier pour réaliser ce projet », Ferret, Pierre, propos recueillis par Merlet, Jean-François Louis, « Construire d’abord… Les écoles régionales d’architecture », 8 novembre 1930, rubrique Nos grandes enquêtes, La France de Bordeaux et du Sud-Ouest, cité par Bénech Marie-Françoise, op. cit., tome 2, p. 148.
13 Bénech, Marie-Françoise, op. cit., vol. 1, p. 144.
14 Le Couëdic, Daniel, op. cit., 2009, p. 19-20.
15 Dumont, Marie-Jeanne, « L’École des beaux-arts et la création des Écoles régionales », in Châtelet, Anne-Marie, Storne, Franck (Dir.), Des Beaux-arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg Vol. 1 Histoire et mémoires, Paris, Recherches, Strasbourg, ENSA, 2013, p. 18.
16 ASFA, Bulletins mensuels de la SADG, année 1903, « Délibération prise par l’Assemblée générale du 21 décembre 1903 relative à l’institution de groupements régionaux », p. 322.
17 Ibid., p. 323.
18 ASFA, Bulletins mensuels de la SADG, année 1904, « Constitution des groupements régionaux », p. 36‑42.
19 ASFA, Bulletin hebdomadaire de la SADG, 1910, « Enseignement de l’architecture – lettre du président de la SADG au sous-secrétaire d’État des Beaux-arts », p. 196.
20 ASFA, Bulletin hebdomadaire de la SADG, supplément de l’Architecte, 1910, « Rapport général sur les rapports des groupes provinciaux (1910). Rapport annexe sur la question des Écoles régionales d’architecture », p. 207.
21 Bénech, Marie-Françoise, op. cit., vol. 1, p.145.
22 ABM, « École régionale d’architecture – Création 1927-1928 », 748 R1, lettre de Pierre Ferret à « M. le Maire de Bordeaux à l’Hôtel de Ville », le 9 avril 1926, accompagnée du rapport « Une école régionale d’architecture à Bordeaux ».
23 Ibid., p. 2 du rapport.
24 Les procès-verbaux de la SABSO présents dans le fonds Bac commencent en 1930.
25 ASFA, Bulletin hebdomadaire de la SADG, 1925, « Rapport général sur les groupes provinciaux », p. 65.
26 Voir note 12.
27 ABM, « École régionale d’architecture – Création 1927-1928 », 748 R1, lettre de « L’Adjoint au Maire délégué pour l’Instruction publique et les Beaux-arts » à « M. le Maire – cabinet », le 23 mars 1927.
28 Ibid., lettre de « L’Adjoint au Maire délégué pour l’Instruction publique et les Beaux-arts à M. le Maire de Bordeaux (cabinet) », 20 mai 1927.
29 « Écoles régionales d’architecture », séance du 2 octobre 1927, JO du 7 octobre 1927, p. 10413.
30 « Écoles régionales d’architecture », séance du 21 janvier 1928, JO du 26 janvier 1928, p. 1128.
31 ABM, « École régionale d’architecture – Création 1927-1928 », 748 R1, « Note de renseignements – Un beau succès de l’École régionale d’architecture de Bordeaux », 27 mars 1928 (barré), document non signé.
32 Selon PONTREMOLI, Emmanuel, alors directeur de l’école des Beaux-arts, « De la profession d’architecte et de l’enseignement de l’architecture », L’Architecture, vol. XI, 15 novembre 1933, p. 405.
33 ABM, « École régionale d’architecture – Création 1927-1928 », 748 R1, lettre de « L’adjoint au Maire délégué pour l’Instruction publique et les Beaux-arts » à « M. le Maire de Bordeaux (Cabinet) », le 10 mars 1928.
34 Sur cette question, voir dans la même revue l’article de Bolle, Gauthier, « Les élèves de l’École régionale d’architecture de Bordeaux (1928-1968) : parcours scolaires et trajectoires professionnelles ».
35 ABM, « École régionale d’architecture – Création 1927-1928 », 748 R1 « École régionale d’architecture de Bordeaux – Budget de l’exercice 1928 », 8 mars 1921.
36 Géo Minvielle, dont la thèse de doctorat, soutenue à la faculté de droit de Bordeaux en 1921, portait sur l’Histoire et condition juridique de la profession d’architecte, a notamment publié plusieurs articles sur les questions de législation de l’architecture et de l’urbanisme dans des revues spécialisées telles que L’Architecture, L’Architecte et La Construction moderne.
37 ASFA, Bulletin hebdomadaire de la SADG, 1927, « Rapport sur les groupes provinciaux – année 1926 », p. 54‑55.
38 ABM, « Concours, Palmarès », 1066 W 34, « Concours de la Société « L’Atelier » (ouvert entre les élèves architectes de l’ERA et des cours préparatoires », Concours de 1930 – palmarès, p. 26.
39 ABM, fonds Bac, 192 S 20, « Concours d’élèves », « Procès-verbaux des séances de la SABSO, 1930-1939 », 10 avril 1935, np.
40 ABM, fonds BAC, 192 S 20, « Programme du concours de l’AP », « Procès-verbaux des séances de la SABSO, 1930-1939 », 1er février 1939, np.
41 ABM, « Concours, Palmarès », 1066 W 34, « École régionale d’architecture », Concours de 1928, p. 6.
42 Bénech, Marie-Françoise, op. cit., 2003, vol.2, p. 142.
43 ABM, « Concours, Palmarès », 1066 W 34, « École régionale d’architecture », Concours de 1929 – palmarès, p. 36.
44 ABM, « Concours, Palmarès », 1066 W 34, « Discours de M. Roganeau », Concours de 1941 – Palmarès, p. 4.
45 ABM, « Incidents, 1941-1955 », 748 R6.
46 ABM, « Incidents, 1941-1955 », 748 R6, lettre du « Directeur de l’EMBAAD » à « M. l’Adjoint au Maire, délégué pour l’Instruction publique et les Beaux-arts », 9 avril 1949.
47 ABM, « Incidents, 1941-1955 », 748 R6, lettre du « Directeur de l’École régionale d’architecture » à « M. le Maire (Service des Beaux-arts) », 15 janvier 1954.
48 ABM, « Incidents, 1941-1955 », 748 R6, lettre d’« un adjoint » à « M. le Maire – Cabinet », 7 mai 1949.
49 ABM, « Inspections, rapports, 1926-1979 », 748 R, « Rapport d’inspection de M. Fougheon sur l’EMBAAD », rapport non daté et non signé mais épinglé à une note datée du 7 mars 1950, « Fonctionnement de l’EMBAAD ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chmc1 (6 novembre 2017). Genèse et développement de l’école régionale d’architecture de Bordeaux. Politiques de la culture. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrgv


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search