L’École d’architecture de Bordeaux : sa réception, sa place dans l’œuvre de Claude Ferret et sa fortune critique

par Franck Delorme
Attaché de conservation à la Cité de l’architecture et du patrimoine

 

En 1996, dans son Guide d’architecture à Bordeaux, 1945-19951, Gilles Ragot a été le premier à analyser le bâtiment de l’école d’architecture de Bordeaux à l’aune de la redécouverte de l’œuvre de Claude Ferret, et ce, peu de temps après sa disparition en 1993. En effet, les études portant sur l’histoire de la reconstruction de la ville de Royan à partir de 19452, ont permis de jeter un regard neuf sur Claude Ferret et sur sa production architecturale, et, par conséquent, d’en évaluer la portée, l’intérêt et la qualité.

L’école d’architecture de Bordeaux apparaît comme un jalon dans la carrière de l’architecte inaugurée par l’important chantier, tant urbain qu’architectural, de Royan. De cette œuvre majeure se détachent des objets singuliers tels que le palais des congrès (Fig. 1), le casino municipal, aujourd’hui détruit3, le front de mer, défiguré4 ; édifices auxquels il faut ajouter la caserne des pompiers de la Benauge à Bordeaux (Fig. 2), conçue par Ferret en collaboration avec ses élèves Adrien Courtois et Yves Salier, avec la participation de Jean Prouvé5. Dressé en vis-à-vis de la façade des quais de la rive gauche, l’édifice a quelque peu heurté les sensibilités lors de son édification de 1950 à 1954 ; contemporaine de la reconstruction de Royan, elle adhère aux mêmes principes de modernité et de fonctionnalité. La caserne n’est pas la seule réalisation bordelaise de Claude Ferret. Avec Robert Bedout et Serge Bottarelli, il a élevé le centre commercial (1961-1968) et la salle des fêtes (1964-1967) du quartier du Grand Parc dont l’architecte en chef est Jean Royer. En 1966, Claude Ferret fut chargé de la rénovation de la Fondation Bergonié, un des tous premiers centres de recherche et de traitement en cancérologie (Fig. 3).

Au-delà de ces réalisations importantes, la personnalité de Claude Ferret revêt une autre signification pour Bordeaux à travers l’héritage reçu de son père Pierre Ferret. En 1942, il lui succède à la tête de l’école régionale d’architecture, charge qu’il conserve jusqu’en 1977 au sein de ce qui est alors devenu l’Unité pédagogique d’architecture (UPA) 6, de Bordeaux dont il est, également en 1973, l’architecte des nouveaux bâtiments à Talence.


La réception de l’unité pédagogique de Bordeaux dans la presse architecturale

Dans l’année qui suit l’ouverture de l’Unité pédagogique en janvier 1973 on ne dénombre que deux articles publiés dans la presse spécialisée française, articles dont la teneur semble assez révélatrice du peu d’intérêt que suscitent alors les bâtiments de Ferret. Les deux grands organes que sont alors L’Architecture d’aujourd’hui et Techniques et architecture ignorent le bâtiment. En revanche, deux revues de moindre importance s’y intéressent. L’Architecture française est une revue dédiée à la valorisation de l’actualité architecturale, et beaucoup lue par les architectes de province, notamment ceux de la génération de Ferret. Fondée en 1940 par Paul-Marcel Durand-Souffland qui la dirige jusqu’en 1974, la revue soutient à partir d’octobre 1941 la ligne régionaliste du Commissariat à la reconstruction immobilière du Gouvernement de Vichy. En 1943, sous l’impulsion de son nouveau rédacteur en chef, Michel Roux-Spitz, la revue suit une nouvelle ligne doctrinale revendiquant l’héritage de la tradition française du béton armé mais sans exclusivité car, comme le souligne Jean-Claude Vigato, les thèses fonctionnalistes pouvaient être unies aux valeurs du classicisme nationaliste7. Dans le numéro de mars-avril 1974 de L’Architecture française, ayant pour thème les équipements publics, l’unité pédagogique de Bordeaux (Fig. 4) n’occupe qu’une page8. Or, dans le même numéro, celle de Nantes, de Georges Évano et Jean-Luc Pellerin9, bénéficie de quatre pages10. Les textes et illustrations des articles étant généralement fournis par les architectes eux-mêmes, il faut relever que l’établissement nantais est dénommé unité pédagogique tandis que son homologue bordelais est appelé école d’architecture par son auteur ce qui dénote un état d’esprit différent chez chacun des auteurs des bâtiments d’un point de vue de ce que doit être un lieu d’enseignement de l’architecture et la pédagogie qui y sera menée.

Au-delà du nombre de pages respectives, la confrontation des deux édifices, au travers du texte et des illustrations, met parfaitement en valeur le caractère novateur de l’architecture des nantais Évano et Pellerin, par rapport à celle du bordelais Ferret qui reste en fin de compte assez traditionnelle dans sa conception. Elle peut paraître quelque peu difficile à appréhender au lecteur de l’article tant le texte qui accompagne les photographies et le plan de masse, reste purement factuel, se contentant de résumer les conditions liées au site sur lequel est implantée l’école ainsi que la répartition des éléments du programme dans les différents bâtiments. Mais, il importe de préciser que c’est là la teneur générale de tous les articles, la plupart courts, qui composent chacun des numéros de cette revue adoptant une tonalité neutre. Concernant le contenu critique de celui consacré à l’école de Bordeaux, la seule qualité relevée est « la diversité des structures (…) voulue pour montrer aux étudiants l’emploi actuel et conjugué du béton, du métal, du bois, de l’aluminium et de la glace (sic) ». Claude Ferret a en effet voulu, par le recours à une variété de formes, de matériaux et de techniques, faire de son édifice une sorte de leçon de conception et de construction à destination des futurs architectes.

A contrario, l’unité pédagogique de Nantes est décrite de manière complète, le texte abordant successivement le parti architectural des deux bâtiments, la structure déterminant plusieurs tailles d’espaces modulables, ­– et donc la variété des combinaisons permises –, l’intégration des bâtiments dans le site par leur implantation tirant profit du terrain boisé en pente vers le vallon où coule le Cens. Une dizaine de photographies, y compris de maquettes, illustrent l’architecture jusque dans ses moindres détails structurels et matériels.

Dans son numéro de septembre 1974, la revue Architecture de lumière, organe de presse largement plus confidentiel et émanant des milieux de la grande industrie du verre afin d’en promouvoir les produits et leurs applications, consacre un article de cinq pages à l’école de Ferret (Fig. 5), sous le titre « Une leçon d’architecture »11. Cette idée, déjà suggérée par la conclusion de l’article de L’Architecture française, semble indiquer que c’est davantage la composition et ses effets plastiques qui ont ici retenu l’attention. L’unique document graphique produit est le plan d’ensemble de l’école, et la publication fait plutôt la part belle aux photographies qui offrent des perspectives étonnantes mais essentiellement extérieures. Les espaces intérieurs ainsi que leur aménagement et leur traitement ne sont donc pas du tout abordés. Si l’article pose la question « Une école d’architecture peut-elle être tout à la fois lieu et objet d’enseignement ? », il n’y répond toutefois pas de manière tranchée, ni positivement, ni négativement, mais en soulignant le fait que « c’est le pari qui a été tenté à Bordeaux ».

Pour achever le tour complet de la réception de l’unité pédagogique de Ferret, il faut attendre l’année 1976 et se tourner vers l’Espagne. La présence d’un article dans une revue de langue espagnole, Informes de la construcción12, est peut-être justifiée par les liens entretenus de longue date par Bordeaux avec la péninsule ibérique. L’article de sept pages (Fig 6) est ouvert par deux vues aériennes de l’école. Dans les pages suivantes, le regard reste d’ailleurs assez distancié, même si le lecteur est invité à pénétrer dans certains espaces, en particulier la bibliothèque. Le commentaire qui accompagne les photographies est largement repris de celui de L’Architecture française, avec des détails programmatiques et techniques supplémentaires, et se conclut de la même manière en soulignant l’emploi et l’association de différents matériaux : « Pour la construction de l’école, il a été utilisé une grande variété de formes, volumes, matériaux et systèmes constructifs, aussi bien traditionnels que les plus avancés, avec l’intention de montrer aux étudiants, d’une manière pratique, l’emploi adéquat de chacun d’eux13 ».


Le faible écho médiatique des unités pédagogiques d’architecture

Il semble qu’il faille toutefois relativiser cette pauvreté de la réception. Aucune des unités pédagogiques n’a bénéficié d’un écho significatif dans la presse d’architecture, à l’exception notable de celle de Nanterre. Le bâtiment de Jacques Kalisz a en effet eu les honneurs des deux principales revues françaises : L’Architecture d’aujourd’hui et Techniques et architecture14. L’unité pédagogique de Grenoble (UPAG), réalisée plus tardivement par Roland Simounet a été publiée dans Architecture mouvement continuité et dans Techniques et Architecture. Il faudrait bien entendu analyser plus finement le contenu de chacun des articles. L’école de Grenoble ne figure dans Techniques et Architecture qu’en raison de l’intégration en son sein d’une galerie piétonne publique et couverte qui la traverse intégralement, le numéro étant dédié au renouveau du concept de rue15. Dans son article d’Architecture mouvement continuité, Jacques Lucan dresse un panorama de l’œuvre de Simounet au sein laquelle figure l’UPAG16. Il est pourtant à peu près certain que la radicalité de l’architecture métallique de Kalisz ainsi que l’écriture très personnelle de Simounet ont davantage marqué les esprits. Il est d’ailleurs assez remarquable que les deux réponses, bien que l’une d’apparence légère et l’autre au contraire plus massive, intègrent, comme c’est le cas à Nantes, une part de flexibilité, de non-détermination des espaces et de modularité dont est incontestablement dépourvu le bâtiment de Ferret en raison du formalisme de son architecture et de l’éclatement de ses locaux en blocs séparés, comme nous allons le voir ci-après.

Sur la réception dont ont pu bénéficier les unités pédagogiques lors de leur création, il conviendrait également d’interroger certains guides d’architecture parus dans les années 1970 ou au début des années 1980. À ce titre, en 1972, Dominique Amouroux, Marco Crettol et Jean-Pierre Monnet s’intéressaient d’emblée au bâtiment de Kalisz à peine achevé17. En 1983, à leur tour, Marc Emery et Patrice Goulet ont retenu Kalisz pour Nanterre, Simounet pour Grenoble, Evano et Pellerin pour Nantes18. L’école de Ferret devra attendre la fin des années 1990 pour apparaître dans un guide, celui de Gilles Ragot déjà cité, mais uniquement consacré à la métropole bordelaise alors que les précédents couvraient l’ensemble du territoire français. Dans ce cas, presque vingt ans s’étant écoulés, cela relève davantage de la fortune critique que nous aborderons dans la dernière partie de l’article.


Lire l’école d’architecture de Bordeaux à l’aune de l’œuvre de son architecte

L’objet n’est pas de retracer ici la genèse de l’école d’architecture, nous avons déjà eu l’occasion de le faire précédemment à deux reprises19. Nous nous bornerons à une lecture d’ensemble des bâtiments et à leur décryptage à l’aune de la conception et plus généralement de l’œuvre Ferret. D’une part, il s’agit de comprendre la réponse formelle et organisationnelle à un programme architectural20. D’autre part, il peut paraître intéressant, voire évident, de rapprocher chacun des éléments qui composent l’école, de la production de son architecte. À notre avis, le bâtiment mérite d’être compris à travers ces deux prismes, davantage qu’à travers la confrontation à la production architecturale contemporaine.

Par l’éclatement des éléments de son plan, l’école de Bordeaux est avant tout la traduction matérielle d’un programme à la fois pédagogique et architectural qui tient en quelques points. Dès l’avant-projet, élaboré au début de l’année 1969, Claude Ferret définit un plan de masse qui ne fut ensuite pas remis en cause et l’école d’architecture telle qu’elle a été réalisée y est demeurée parfaitement fidèle21. Conçue et dessinée par Ferret, elle est la matérialisation en plan et en volume, non seulement du programme, au sens littéral du terme, mais aussi d’une volonté pédagogique dans laquelle l’édifice est lui-même une leçon d’architecture, comme on l’a vu précédemment à travers la réception dont il a été l’objet par la presse.

Fig. 7 : Plan de masse de l’école, avant-projet, n.d. Archives municipales de Bordeaux Métropole, fonds Ferret. Cliché Franck Delorme.

L’architecte a fait le choix d’une répartition du programme dans un ensemble de bâtiments correspondant chacun à une fonction. Autonomes et disséminés sur le vaste terrain disponible, différents volumes abritent les grandes fonctions au nombre de sept (Fig. 7). Les bureaux de l’administration (5) et les salles d’enseignements généraux (3) sont superposés dans un bâtiment courbe à deux niveaux. Dans un mouvement de contre-courbe, la documentation (4) occupe un volume en prolongement du précédent. Détachés de ces deux premiers ensembles, cinq ateliers se déploient en éventail, dont un est consacré à la pratique des arts plastiques (1), les quatre autres à l’enseignement de l’architecture (2). Au cœur de la composition, est dressée une pyramide à trois pans abritant un espace polyvalent destiné principalement à l’exposition des travaux (6). Enfin, un amphithéâtre (7) prend place à l’extrémité nord et vient ponctuer la forme de virgule constituée par l’ensemble. Il faut noter que cette répartition en volumes distincts répond à une des préconisations du projet d’aménagement du domaine de Raba22, également dessiné par Ferret, et visant à conserver l’aspect naturel et végétal du site en bordure du bois de Thouars. Seule la pyramide déroge, par sa hauteur, à cette règle, ce qui semble être justifié par la fonction de signal urbain assignée à cet élément par Ferret. Une galerie-portique aux courbes sinueuses et ondoyantes, traverse les bâtiments, se ramifie et innerve toute l’école.

Lors de la conception de l’école d’architecture à la toute fin des années 1960, Ferret avait encore très présent à l’esprit les expérimentations menées dans le cadre de la reconstruction de Royan. Que ce soit à l’échelle de l’ensemble ou dans chacune des parties qui le compose, la proximité entre l’urbanisme et les édifices principaux royannais, et l’architecture de l’école est flagrante dans la forme et parfois également dans la symbolique. L’autonomisation des fonctions dans des corps de bâtiments différents, Ferret l’avait précédemment mise en œuvre au casino municipal de Royan et même à l’échelle urbaine. Le plan de Royan est conçu comme un organisme fonctionnel au sein duquel sont répartis les équipements23 (gare, marché couvert, palais des congrès, casino, hôtel de ville, etc.) reliés entre eux par un système de places, d’avenues et de rues selon une hiérarchie des circulations et des voies.

À Talence, toutes les circulations entre bâtiments se font par l’extérieur, au moyen du portique principal, inspiré de celui du front de mer de Royan, et, on vient de le voir, au moyen des galeries couvertes en métal et béton. Ces dernières renvoient directement aux galeries Botton à Royan, construites de 1954 à 1956 ; leurs architectes, Henri-Pierre Maillard et Armand Jourdain, se sont inspirés du pavillon d’une source thermale construit dans les années 1940 au Brésil par l’architecte Francisco Bolonha (1923-2006). Le principe est repris par Ferret pour les galeries du centre commercial du Grand Parc à Bordeaux ainsi qu’à la fondation Bergonié. Si dans une station balnéaire ou dans un complexe commercial, la flânerie est une des activités essentielles des usagers, dans l’unité pédagogique, ce principe de circulation à l’air libre n’est pas sans poser le double problème de la fonctionnalité et de la sociabilité. D’une part, s’apparentant à une coursive extérieure, la galerie ne met pas en lien direct les espaces les uns avec les autres. D’autre part, l’absence d’espaces de circulation et de dégagement clos ne favorise pas les rencontres, la mise en relation des usagers propre aux lieux d’enseignement où la formation repose en grande partie sur les échanges. Dans cet ensemble formé de l’addition d’espaces tous très déterminés, il n’y a pas de place pour des lieux informels, sans destination préétablie, et dans lesquels se constituent naturellement des groupes informels pour des réunions de travail, des discussions, etc., dans un cadre autre que celui imposé par le programme (ateliers, salles de cours, auditorium). Le climat océanique bordelais n’est pas toujours clément et ne permet pas une vie en extérieur tout au long de l’année

En ce qui concerne l’amphithéâtre, son profil en forme d’œil est une citation directe de celui réalisé par Oscar Niemeyer au lycée de Belo Horizonte (1954-1956), bien que le bâtiment de Ferret n’ait pas les qualités techniques, spatiales et esthétiques de son modèle. Son profil parait bien plus lourd que celui du bâtiment de Niemeyer et Ferret est bien loin de réaliser la même prouesse technique du voile de béton armé, alors même que son ambition est d’enseigner son usage aux futurs architectes. L’auditorium est peut-être aussi un clin d’œil à l’architecture visionnaire de Ledoux – la célèbre planche gravée figurant un œil dont la pupille reflète l’intérieur du théâtre de Besançon24 (1804) – ou, comme l’avance Gilles Ragot, un renvoi à l’ouvrage de Bruno Zévi Apprendre à voir l’architecture, publié en français en 195925. C’est en tous les cas comme une leçon d’architecture, qu’elle soit réussie ou ratée, qu’il faut interpréter l’école d’architecture de Claude Ferret.

Aux aspects programmatiques et architecturaux, une dimension symbolique semble avoir été ajoutée par Ferret, allant de la simple expression figurée à une sorte d’ésotérisme dont l’architecte ne manquerait certainement pas de se défendre. Volontaire ou non, cette architecture parlante focalise le regard et fait passer au second plan les qualités architecturales de certaines parties. La lettre A stylisée est répétée à l’envi sur les façades comme pour rendre évident la double mission : parler d’architecture à travers une leçon d’architecture donnée à l’aide de bâtiments signifiants. Un jeu pourrait consister à débusquer tous les signes « cabalistiques », plus ou moins évidents ou cachés, disséminés partout dans l’école.


Une fortune critique en demi-teinte

La leçon d’architecture de Claude Ferret apparaît aujourd’hui bien datée. Pour modeler sa chair, l’architecte a adopté des procédés et des matériaux de son temps, pour certains aujourd’hui dépassés, obsolètes ou datés, ce qui est somme toute le lieu commun de toutes les architectures quelle que soit l’époque de leur édification. Peut-on raisonnablement voir l’école de Ferret comme une ode au béton armé, au bardage métallique ou aux brise-soleil en aluminium industrialisés ? Ce constat, dans toute sa trivialité, doit néanmoins être fait en toute objectivité. Une partie de l’intérêt des bâtiments réside certainement dans ce rôle de témoin, de conservatoire des techniques de construction.

Si l’école d’architecture de Bordeaux a connu une réception relativement faible, la fortune critique dont elle est l’objet est elle aussi plus que mitigée. Cela est certainement dû en grande partie à la personnalité de son auteur. Pendant plusieurs décennies, Claude Ferret a incarné une idée de la pratique du métier d’architecte et des principes d’enseignement qui n’avaient plus cours, mais qui ont fortement influencé la conception des bâtiments de l’école, contribuant ainsi à cristalliser un objet architectural dans un jeu de formes peu propice à l’évolution. Les extensions successives, au cours des années 1990 et 2000, se sont faites par ajouts de bâtiments autonomes26, renforçant encore la diversité des écritures architecturales, l’hétérogénéité de l’ensemble et la difficulté d’en appréhender l’organisation. En seulement douze années, l’addition des adjonctions tend à démontrer que l’établissement était devenu trop étroit et les locaux inadaptés et insuffisants à accueillir l’effectif passé de 500 à 900 étudiants. L’importance des surfaces ainsi créées au fil des années accuse le fait qu’une solution alternative aurait pu être le déménagement et la construction d’une nouvelle école dès le début des années 1990.

L’école a sans aucun doute pâti non seulement de son architecture, mais également de sa situation géographique qui contribue encore aujourd’hui à la banaliser dans le contexte bâti hétérogène d’une banlieue densifiée au fil du temps. L’environnement immédiat de l’école, elle-même collection d’objets architecturaux singuliers, est constitué par l’agrégation de restes d’anciens domaines ruraux, d’habitats pavillonnaires, de barres et de tours de logements collectifs, de bâtiments d’enseignement supérieur ou d’activités tertiaires, le tout à proximité d’une rocade autoroutière et en bordure d’une radiale qui est un des points d’entrée majeurs de l’agglomération.

Aujourd’hui, où l’architecte est de plus en plus appelé à participer aux réflexions portant sur les questions d’urbanité, d’écologie, de partage de l’espace public, etc., avoir un enseignement entièrement dispensé dans un lieu éloigné et difficilement accessible peut conduire à s’interroger sur son efficacité. Cette situation apparaît d’autant plus paradoxale alors même que la tendance depuis les années 1990 est au retour des lieux d’enseignement supérieur au cœur même des villes, notamment pour les sciences humaines.27 Le constat n’est pas nouveau et les interrogations sur le devenir architectural de l’école sont posées depuis déjà plusieurs années. En 2013, lors du quarantième anniversaire des bâtiments, Gilles Ragot et Marc Bonnin déclaraient que « prendre position est devenu nécessaire y compris pour savoir comment envisager l’évolution du bâtiment (…) qui ne correspond plus aux besoins pédagogiques actuels28 ». Si divers scénarios de déménagement ont été entre temps abandonnés, certaines problématiques perdurent qu’elles soient d’ordre immobilières, relèvent de la visibilité de l’institution ou de son intégration.

Un éventuel déménagement entraînerait à se poser la question du devenir des bâtiments actuels. Ceux-ci pourraient-ils être reconvertis et, si oui, en vue d’accueillir quelles nouvelles fonctions ? Il est assez significatif que l’éventualité d’attribuer le label Patrimoine du xxe siècle, plusieurs fois évoquée, ait été repoussée par les services de l’État et les personnalités compétentes. Cette labellisation n’a été jusque-là accordée qu’à seulement trois écoles : Clermont-Ferrand (2004), Grenoble (2015) et Nancy (2016)29. Et que dire de la possibilité quasi nulle d’une protection au titre des Monuments historiques ? Serait-il en effet envisageable de protéger une œuvre n’ayant répondu que très partiellement à sa destination et dont l’obsolescence a été relativement rapide ? La difficulté de faire protéger d’autres bâtiments plus représentatifs et plus remarquables de Ferret, tels que le palais des congrès de Royan30 ou la caserne des pompiers de la Benauge31, semble éloigner cette possibilité pour l’école d’architecture. Les différents bâtiments qui la composent, pas seulement ceux de Ferret mais ceux qui y ont été ajoutés, représentent-ils une leçon d’architecture exemplaire ou le simple témoignage de l’évolution de l’enseignement de l’architecture depuis plus de quarante ans ? Si l’école venait à déménager qu’adviendrait-il alors de ses locaux ? Pourraient-ils être reconvertis et dévolus à d’autres usages que ceux pour lesquels ils ont été conçus ?

 

Légendes et crédits des illustrations
Fig. 1 : Palais des congrès de Royan, façade principale. Carte postale éditions Tito. CAPA, fonds DAU, dossier Ferret, 133 IFA 106/8.
Fig. 2 : Caserne des pompiers de la Benauge à Bordeaux, façade avec les panneaux de façade et les portes de Jean Prouvé. Cliché anonyme. CAPA, fonds DAU, dossier Ferret, 133 IFA 106/8.
Fig. 3 : Fondation Bergonié à Bordeaux, façade principale et détail de la galerie. Cliché Photo industrielle du Sud-Ouest. CAPA, fonds DAU, dossier Ferret, 133 IFA 106/8.
Fig. 4 : L’école de Bordeaux dans la revue L’Architecture française. Mars-avril 1974, p. 93.
Fig. 5 : L’école de Bordeaux dans la revue Architecture de lumière. N° 30, septembre 1974, p. 18.
Fig. 6 : L’école de Bordeaux dans la revue Informes de la construcción. Vol. 28, n° 277, 1976, p. 13.
Fig. 7 : Plan de masse de l’école, avant-projet, n.d. Archives municipales de Bordeaux Métropole, fonds Ferret. Cliché Franck Delorme.

 

Notes

1 RAGOT, Gilles, Guide d’architecture, Bordeaux et agglomération, 1945-1995, Bordeaux : arc en rêve /éditions Confluences, 1996, 248 pages.
2 Études qui ont, entre autres choses, conduit à la mise en place d’une zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) en 1996, ainsi qu’à la publication en 2003 d’un cahier du patrimoine : RAGOT, Gilles et JEANMONNOT, Thierry, (dir.), Royan années 50, l’invention d’une ville, Paris : éditions du Patrimoine, 2003. En 2011, Royan a été labellisée ville d’art et d’histoire par le ministère de la Culture et de la Communication.
3 Progressivement désaffecté, le casino municipal a été détruit en 1985 au moment même où se matérialisait la prise de conscience de l’intérêt patrimonial de la reconstruction de Royan.
4 La partie centrale en portique du front de mer a été détruite en 1985 et où pour des raisons d’accroissement des surfaces commerciales, la galerie piétonne a été masquée par des constructions parasites.
5 Jean Prouvé conçoit les panneaux de façade des logements et les portes des garages. Au même moment, l’architecte et designer réalise des panneaux de tôle perforée pour les immeubles du front de mer et pour le palais des congrès à Royan.
6 Suite à l’éclatement de l’enseignement des Beaux-arts, le décret du 6 décembre 1968 instaure la création d’une douzaine d’unités pédagogiques d’architecture possédant chacune l’autonomie dans la délivrance du diplôme d’architecte.
7 VIGATO, Jean-Claude dans MIDANT, Jean-Paul (dir.), Dictionnaire de l’architecture du XXe siècle, Paris : Hazan/ Institut français d’architecture, 1996.
8 « École d’architecture de Bordeaux. Claude Ferret architecte », L’Architecture française, mars-avril 1974, p. 93.
9 Georges Évano, architecte de la ville de Nantes, a construit de nombreux équipements municipaux. L’implantation de l’ancienne école d’architecture, aujourd’hui désaffectée, procédait d’un même mouvement d’éloignement du centre-ville de Nantes que dans le cas de Bordeaux, sur le domaine de la Mulotière proche du campus universitaire.
10 « Unité pédagogique de Nantes », L’Architecture française, mars-avril 1974, p. 78-81.
11 « Une leçon d’architecture. Une école d’architecture peut-elle être tout à la fois lieu et objet d’enseignement ? C’est le pari qui a été tenté à Bordeaux », Architecture de lumière, n° 30, septembre 1974, pp. 18-22. Le Bâtiment et Saint-Gobain, fusionne avec le Courrier du verre publié de 1966 à 1972 pour devenir Architecture de Lumière, le Courrier du verre en 1973 et dont la parution s’achèvera avec le n° 30 en 1974.

12 « Escuela de arquitectura de Burdeos, Francia », Informes de la construcción, vol. 28, n° 277, 1976, pp. 13-19. La revue trimestrielle Informes de la construccíon a été fondée en 1948 par l’Instituto Técnico de la Construcción y del Cemento.
13 Texte original traduit en français par l’auteur : « En la construcción de la escuela se ha utilizado una gran variedad de formas, volúmenes, materiales y sistemas constructivos, tanto tradicionales como de los más avanzados, con la intención de mostrar a los estudiantes, de una manera práctica, el empleo adecuado de cada uno de ellos »
14 « École d’architecture, Jacques Kalisz architecte », Techniques et architectures, n° 2, décembre 1971, p. 134-136. « Ecole d’architecture de Nanterre », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 160, février 1972, p. 80-85.
15 « Une rue piétonne au cœur de l’unité pédagogique de Grenoble. Roland Simounet, architecte », Techniques et architecture, n° 323, février 1979, pp. 92-95. Le numéro est dédié à « La rue, innovation ou passéisme ».
16 LUCAN, Jacques, « Réalisations de Roland Simounet », Architecture mouvement continuité, n° 46, septembre 1978, p. 69-79.
17 AMOUROUX, Dominique, CRETTOL, Marco et MONNET, Jean-Pierre, Guide d’architecture contemporaine en France, Paris : Technic-Union, 1972, p. 340.
18 EMERY, Marc et GOULET, Patrice, Guide architecture en France 1945-1983, Paris : éditions de l’Architecture d’aujourd’hui, 1983,
19 DELORME, Franck, « L’école de Talence ou la leçon d’architecture de Claude Ferret », Transversale / Histoire : architecture, paysage, urbain, n° 1, 2016, p. 29-39, et : « Architecture ouverte, pédagogie fermée : Claude Ferret et l’École d’architecture de Bordeaux (1970-1973) », in MARANTZ, Eléonore et LAMBERT, Guy (dir.), Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960, actes des journées d’étude 16 et 17 juin 2016, à paraître en 2018.
20 Le programme étant contenu dans la note écrite figurant dans le document de présentation de l’avant-projet dessiné par Ferret au début de l’année 1969. Source : Archives de Bordeaux Métropole, fonds Ferret, non classé, non coté.
21 La confrontation du plan de masse de l’avant-projet et d’une photographie aérienne de l’école de Talence est très révélatrice de cette fidélité à un principe de composition et d’organisation.
22 Le domaine de l’ancien château Raba est transformé en une sorte de mini-campus en marge du domaine universitaire de Talence et devant regroupé l’unité pédagogique d’architecture, l’école des beaux-arts, une école de commerce, une école hôtelière, un institut des carrières sociales, des logements, des équipements sportifs.
23 Étudié par Ferret à partir du début de l’année 1945, enrichi par l’apport des réflexions du cabinet Danger à partir du plan d’embellissement et d’extension dessiné en 1939, le plan d’ensemble de la reconstruction est mis au point avec Louis Simon (1901-1965) nommé adjoint de Ferret en 1948.
24 Publié dans LEDOUX, Claude-Nicolas, L’architecture considérée sous les rapports de l’art, des mœurs et de la législation, tome premier, Paris, 1804.
25 Titre original en italien « Saper vedere l’architettura, publié en 1959 aux éditions de Minuit sous le titre Apprendre à voir l’architecture.
26 Un centre de formation professionnelle et laboratoires (Bernard Murua et Gilles Dubarbier, 1991), des laboratoires informatiques et audiovisuels (Pierre Goutti, Karine Louilot et Jacques Robert, 1992-1994), une résidence étudiante (Jean de Giacinto et Alain Loisier (1993-1994), un bâtiment d’enseignement et de recherche (Jean de Giacinto, 2003), et une conciergerie (Marc-Antoine Florin, 2003).
27 Lors du colloque « Voyage vers les campus du futur » qui s’est tenu à Poitiers les 25 et 26 novembre 2015, la chercheuse Hélène Dang Vu est revenue sur cette tendance des établissements universitaires à revenir en centre-ville par des réimplantations totales ou sous la forme d’annexe. Un autre enjeu du futur est la transformation des campus pour en faire de véritables territoires de mixité urbaine et plurifonctionnels.
28 BONNIN, Marc et RAGOT, Gilles, Le film des 40 ans de l’ensapBx, documentaire de 24mn, 2013. http://www.bordeaux.archi.fr/ecole.html
29 Ces labellisations laissent interrogateur quant aux motivations et aux critères ; à Clermont-Ferrand, l’ancien sanatorium Sabourin est labellisé avant sa transformation en école d’architecture par Du Besset et Lyon, altérant grandement l’édifice initial ; l’école de Grenoble de Simounet ayant subi de nombreuses modifications au début des années 2000 par Félix-Faure, Macary et Page, repensant l’organisation et les circulations ; à Nancy, l’édifice de Livio Vacchini n’a été livré qu’en 1995.
30 Le palais des congrès est labellisé Patrimoine du XXe siècle depuis 2004, et inscrit au titre des monuments historiques depuis 2011.
31 La caserne a obtenu le label Patrimoine du XXe siècle en 2008, et a ensuite été inscrite au titre des monuments historiques en 2014. En passe d’être désaffectée, son avenir est incertain malgré cette protection.

 

[sommaire des actes du 2e séminaire]
[programme de recherche]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search