Le cours de théorie de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle : approches et supports pédagogiques

par Amandine Diener
Maître-assistant associée HCA, ENSA Paris La Villette EA 3400 ARCHE / Université de Strasbourg
Coordination et valorisation HEnsA20 – ENSA Strasbourg


À côté de la construction et de l’histoire de l’architecture, la théorie de l’architecture est l’une des trois chaires qui structurent la formation des architectes à l’École des beaux-arts (ENSBA) au xxe siècle. Durant la période de stabilité administrative que l’ENSBA a connue de 18831 à 1968, neuf professeurs occupent successivement la chaire2. Parmi eux, seuls trois ont publié leurs cours. Julien Guadet (1834-1908), professeur de 1894 à 1908, fait paraître en quatre tomes Éléments et théorie de l’architecture3 entre 1901 et 1904 ; Georges Gromort (1870-1961), en poste de 1937 à 1940, publie son Essai sur la théorie de l’architecture4 en 1942 ; enfin, André Gutton (1904-2002), qui assure cet enseignement entre 1949 et 1958, écrit Conversations sur l’architecture5 dont les cinq tomes paraissent entre 1952 et 1962.

Les responsabilités du professeur de théorie sont fixées par les textes de 1883 : il doit prononcer un cours et formuler les sujets des concours d’émulation qui jalonnent la scolarité des élèves architectes, en seconde et en première classes6. Mais dans les faits, « l’enseignement théorique et sa forme ont toujours été laissés à l’initiative et au choix des professeurs7 ».

Ainsi, en quoi consistent les cours de théorie de l’architecture de Guadet, de Gromort et de Gutton ? Quels formats prennent-ils et quelles sont, à travers eux, les approches pédagogiques de ces trois professeurs ? Dans quelle mesure ces enseignants mobilisent-ils les textes de leurs prédécesseurs ? Quelle lecture peut-on donner de l’évolution de la discipline au cours du XXe siècle ?


Repenser le format du cours et les contours de la discipline

Les publications de Guadet, Éléments et théorie de l’architecture, et de Gutton, Conversations sur l’architecture, peuvent être rapprochées car leur organisation respecte la structure de leurs cours respectifs. Les quatre tomes de Guadet, publiés chez Aulanier – La Construction moderne, correspondent à quatre années de cours. Le premier tome est consacré aux « principes directeurs » et aux « éléments de l’architecture » en insistant sur l’aspect constructif puisque « l’architecture est un art qui a pour but et pour raison d’être la construction8 ». Les tomes suivants traitent des éléments de la composition, agencés selon des « filiations architecturales9 » c’est-à-dire des types d’édifices10. Le dernier tome, qui aborde notamment l’exercice professionnel, est pensé comme un « guide de l’architecte encore inexpérimenté11 ». L’organisation des volumes peut donc être perçue au regard de la scolarité d’un élève : le premier tome destiné aux aspirants se présentant au concours d’admission de la section architecture à l’ENSBA, les deuxième et troisième aux élèves de seconde et de première classes et un dernier à ceux qui se préparent à entrer dans la profession. L’ensemble apparaît comme une œuvre globale répondant à une double vocation : pédagogique, avec des cours et une publication organisés par rapport au parcours de l’élève, et théorique, en présentant les connaissances de l’architecture selon une typologie. Les volumes successifs des Conversations sur l’architecture, publiés aux éditions Vincent, Fréal et Cie, reflètent l’évolution des enseignements donnés par Gutton passant de l’architecture à l’urbanisme. Bien qu’il occupe la chaire de théorie de l’architecture jusqu’en 1958, Gutton avoue dispenser un cours d’urbanisme à partir de 195312. Le contenu de ses ouvrages correspond à l’ordre de ses leçons et chaque tome est dédié à un sujet : « L’édifice dans la Cité », « La maison de l’homme », « Les édifices religieux et culturels », les « Édifices scolaires » et « L’urbanisme au service de l’homme ». Gutton discerne ainsi deux approches, deux échelles : « L’architecte et l’architecture » – abordée dans les quatre premiers volumes – et « L’architecte et l’aménagement de l’espace » – objet du dernier tome. La structuration de l’œuvre révèle la vision de la discipline qu’a eue Gutton dès le début de son cours de théorie et sa volonté de faire évoluer celui-ci vers l’urbanisme. Quant à Gromort, il publie son Essai sur la théorie de l’architecture en 1942, également chez Vincent, Fréal et Cie, deux ans après avoir quitté la chaire de théorie de l’architecture. Reprenant la structure de l’ouvrage Initiation à l’architecture, paru en 193813, l’Essai, en un seul volume, n’est pas une publication à proprement parler du cours mais une version retravaillée de son enseignement, structurée en quatre parties. La première est consacrée à des « généralités » sur la discipline de l’architecture, son rapport à l’esthétique et à la technique ; la deuxième aux « valeurs esthétiques », c’est-à-dire l’unité, le contraste et la symétrie, la proportion, le parti, le caractère, le style, l’échelle, la matière ; la troisième partie, intitulée « La composition », aborde deux aspects : l’élaboration de la composition depuis la lecture du programme jusqu’au dessin, et la progression des études, du concours d’admission à celui du grand prix de Rome. Dans la dernière partie, Gromort livre une réflexion sur les « Rapports de l’esthétique et de la construction » et donne son point de vue critique sur les « Réalisations du XIXe et du XXe siècle [en] fer et […] béton ».

Si la publication de ces ouvrages de théorie architecturale traduit la volonté de l’École des beaux-arts de produire un « référentiel théorique » à des moments clefs de son histoire, elle témoigne également de l’implication des trois enseignants dans un contexte professionnel plus large. Entre 1901 et 1904, concernant l’ouvrage de Guadet, il s’agissait de diffuser une culture architecturale au sein des écoles régionales d’architecture juste créées et de donner un moyen à l’école mère lui permettant d’y conserver un contrôle sur la formation. Guadet a non seulement été le rapporteur officiel d’un texte qui a mené à la création des écoles régionales, mais fut aussi invité par la direction des Beaux-Arts à travailler avec Jean-Louis Pascal (1837-1920) à une réimpression de l’Architecture française de Jacques-François Blondel14, afin de fournir les références indispensables aux bibliothèques des nouvelles antennes. En 1942, sous le régime de Vichy, l’ENSBA cherchait à fonder un discours théorique sur la dimension esthétique de l’architecture lors de la refonte de la profession et de la réorganisation de l’enseignement de l’architecture. L’ouvrage de Gromort, enseignant à la production littéraire prolifique, n’ayant aucun édifice construit à son actif et paraissant assez loin des préoccupations de la profession, témoigne d’un regain d’intérêt pour la tradition académique et pour la réinterprétation de l’idéal classique en référence à Paul Valéry (1871-1945). Épousant le mouvement du « retour à l’ordre », il reprend l’affirmation rassurante des valeurs académiques de l’École des beaux-arts en insistant sur ce que celle-ci a de reconnaissable dans son système d’enseignement, à savoir la composition. Enfin, entre 1952 et 1962, les publications de Gutton visaient à apporter une réponse à l’évolution de la pratique architecturale vers l’urbanisme en phase avec l’essor des théories et des expériences nouvelles sur la ville. C’est par le biais de son réseau, constitué tant sur les bancs de l’ENSBA et de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris qu’au sein de la Société française d’urbanisme et de l’Union internationale des architectes, que Gutton est au fait des publications de ses collègues architectes-urbanistes comme Robert Auzelle (1913-1983) et Gaston Bardet15 (1907-1989), ingénieurs comme Adrien Spinetta16 (1908-1998), ou sociologues comme Paul-Henry Chombart de Lauwe17 (1913-1998). Il en fait bénéficier ses élèves, en organisant, en complément à son cours de théorie, des « conversations sur l’architecture » ou « conférences-causeries », c’est-à-dire un cycle annuel de conférences sur un sujet d’actualité. Il convie ainsi Raymond Lopez (1904-1966), qui propose une intervention sur la reconstruction de Berlin, ou encore Jean de Mailly (1911-1975), Robert Camelot (1903-1992) et Bernard Zehrfuss (1911-1996) qui présentent « Le rond-point de La Défense »18. Ce format préfigure le Séminaire et Atelier Tony Garnier (SATG) que Gutton dirigera avec Auzelle au cours des années soixante, tous les deux aspirant à un enseignement « direct, pratique, social et amical19 ».


Renouveler les sources et les outils d’un enseignement

Les bibliographies des trois œuvres comportent des références communes, notamment les textes d’architectes et de théoriciens de la Renaissance – comme Jacopo Barozzi da Vignola (1507-1573) et Andrea Palladio (1508-1580) – et des XVIIIe et XIXe siècles – Jean Rondelet (1743-1829), Léonce Reynaud (1803-1880), Jean-Nicolas-Louis Durand (1760-1834) –, mais leur poids relatif diffère. Si l’œuvre de Guadet est essentiellement construite à partir de références françaises, celle de Gromort se réfère à une culture anglo-saxonne en intégrant notamment les travaux du critique d’art John Ruskin (1819-1900), de l’architecte John Belcher (1841-1913) et de l’historien de l’architecture Geoffrey Scott (1884-1929). Gutton, pour sa part, mobilise de nouvelles sources pour son enseignement, notamment des revues françaises et étrangères ainsi que des rapports élaborés à l’occasion de congrès professionnels. Il intègre à son texte des réflexions sur l’urbanisme, la sociologie et la géographie, reflétant l’évolution qui s’opère durant les années soixante dans le domaine de l’architecture, dont l’ouverture de la discipline à des enseignements universitaires.

À partir des réalisations du passé, le professeur de théorie de l’architecture construit une histoire dans le sens d’un récit qui aide à comprendre la signification du passé dans le présent. Les raisons qui motivent Guadet, Gromort et Gutton à choisir les édifices du corpus diffèrent. Pour illustrer les types de programmes définis, le premier présente les « exemples les plus remarquables à toutes les époques et dans tous les pays20 ». Un examen détaillé révèle néanmoins que Guadet appuie son discours sur un corpus essentiellement français, et particulièrement sur des édifices qui figurent sur les listes des Monuments historiques, constituées à compter de 1840. Il choisit donc des bâtiments dont la valeur – historique, esthétique, patrimoniale – est officiellement reconnue. Gromort sélectionne des édifices qui « sans conteste se sont imposés à l’admiration de tous21 » ; il entretient une vision « objet – période », comme la nomme Antoine Prost22. Il privilégie une analyse des formes et de leurs évolutions en construisant un récit chronologique. Il mesure la valeur et le degré de perfection d’un édifice à son caractère mémoriel et monumental23 et porte un intérêt particulier à l’architecture italienne de la Renaissance qu’il qualifie d’« architecture mondiale24 ». Gutton, enfin, combine plusieurs idées de ses prédécesseurs. Il construit une typologie, tout en élaborant un récit chronologique pour lequel il choisit des architectures qui reflètent « l’état social du moment25 ». C’est par la répétition de références que l’enseignement fait appel à « l’histoire universelle de l’architecture26 ».

Les rapports qu’entretiennent ces trois enseignants à la production architecturale contemporaine font significativement évoluer le cours de théorie. Guadet ne souhaite pas évoquer des réalisations récentes car il estime insuffisante la distance historique permettant d’en vérifier la qualité. Gromort aussi estime que les qualités immuables de l’architecture ne peuvent être perçues qu’à travers les édifices du passé. Il choisit notamment ceux qui datent « de plus d’un siècle » et considère qu’il est du ressort du patron en atelier d’« initier petit à petit – et prudemment – aux solutions contemporaines27 ». Au contraire, Gutton intègre largement, dans chaque tome, des références tout à fait de son temps. Il souhaite préserver l’héritage de l’architecture des siècles révolus tout en rendant historique l’architecture contemporaine car celle-ci traduit un état présent de la culture à laquelle elle appartient. Trois éléments nouveaux méritent d’être soulignés dans la démarche de Gutton : la large ouverture du corpus à des références internationales, la considération d’un patrimoine « ordinaire » et méconnu, et, enfin l’intégration de ses propres réalisations dans son cours.

C’est également la nature des documents utilisés qui évolue : Guadet a avant tout recours à des reproductions graphiques d’édifices construits (relevés, dessins de détails…) (fig. 1) ; Gromort y ajoute des photographies dont les clichés proviennent de studios professionnels (Alinari, Morancé, Chevojon…) ainsi que des dessins produits par des élèves de l’ENSBA dans le cadre du concours de Rome (fig. 2) ; Gutton mobilise en sus une documentation de projets non réalisés (fig. 3). Le choix des documents traduit des intérêts pédagogiques différents : Guadet reproduit des édifices que les élèves peuvent aller « voir à Paris28 », Gromort octroie aux compositions produites pour le concours de Rome la valeur de modèle au même titre que des édifices du passé, Gutton décèle enfin des qualités dans des projets non bâtis et considère que l’architecture de papier participe à l’histoire de l’architecture. Parfois, des documents de même nature n’ont pas la même valeur d’usage selon le professeur : Guadet présente quelques compositions produites pour le concours de Rome comme des contre-exemples à ne pas suivre ; il critique la compacité de ces plans, peu adaptée à un éclairage convenable et à une aération optimale, tandis que Gromort recommande l’étude de ces plans compacts pour leur beauté.

Enfin, le « pacte de lecture29 », c’est-à-dire les éléments de mise en page qui codifient la lecture et l’usage des livres, est bouleversé par Gutton. Dans ses ouvrages, le texte s’efface peu à peu au profit de l’image et la publication s’apparente dans son usage à un beau livre. L’absence de renvoi entre le texte et les images encourage un nouveau mode de lecture rapide, ce qui est confirmé par la mise en valeur de certains mots clefs, imprimés en gras, faisant comprendre d’un bref regard l’idée développée dans le texte. La photographie devient la représentation privilégiée bien que des documents de nature nouvelle soient introduits en guise d’annexes, comme des retranscriptions de discours prononcés par Gutton qui confèrent à son œuvre une orientation autobiographique. C’est encore le travail apporté aux légendes qui est à noter : réduites au nom de l’architecte, au lieu et à la date de construction de l’édifice dans les ouvrages de Guadet et de Gromort, les légendes sont progressivement remplacées, dans les ouvrages de Gutton, par des commentaires. Au fil des tomes, leur lecture se suffit presque à elle seule et leur taille s’accroît, au point que le corps du texte principal devient secondaire.


Continuité de l’enseignement de théorie de l’architecture

Tout comme Durand dans Précis des leçons d’architecture30, Guadet procède à une décomposition des connaissances, présentées du plus simple au plus complexe, des éléments constructifs à leur assemblage. Il poursuit la démarche de l’architecture utilitaire, présentée sous la forme d’une classification typologique, et emprunte à Durand le terme « élément ». Mais Guadet, comme plus tard Gromort et Gutton, s’éloigne de la standardisation des procédés de composition architecturale encouragée par le « système à petits carreaux31 » développé par Durand. Seul Gutton introduit des dossiers intitulés « Documents parallèles d’édifices classés méthodiquement et présentés à la même échelle [au 1/500] » (fig. 4). Il emprunte cette méthode de publication en vis-à-vis à l’École des ponts et chaussées sous l’Ancien Régime, encourageant les élèves à développer un regard comparatif.

Guadet et Gutton adoptent une approche progressive d’assemblage d’éléments particuliers pour constituer un tout. Ils placent au cœur de leurs enseignements des considérations pratiques et concrètes : constructives et programmatiques pour Guadet, sociales et urbaines pour Gutton. Gromort s’intéresse plus à l’objet produit, le dessin, et à la beauté que celui-ci dégage. Son approche est davantage inscrite dans une dimension morphologique et esthétique. Son ouvrage s’apparente à un guide pour composer tant il donne des consignes à suivre pour élaborer un beau rendu. En cela Gromort se rapproche de John Belcher qui, dans son livre Principes de l’architecture, considère que « la beauté […] est la condition suprême de toute bonne architecture32 ». Il lui emprunte l’expression « valeurs esthétiques » en architecture pour officialiser – voire institutionnaliser – un vocabulaire jusqu’alors considéré comme un jargon d’école : le « parti », le « caractère », « l’unité » font désormais référence à une méthode de composition en termes esthétiques et non plus typologiques.

Une lecture continue des ouvrages de Guadet, de Gromort et de Gutton pourrait amener à les considérer comme participant à la constitution d’une œuvre de théorie architecturale au xxe siècle à l’École des beaux-arts. Les textes de Gromort et de Gutton peuvent être interprétés comme des contributions à celui de Guadet. Gromort développe ce que Guadet n’a pas abordé, c’est-à-dire la composition. Son Essai sur la théorie de l’architecture peut se lire comme la suite des Éléments et théorie de l’architecture que Guadet projetait effectivement de publier, comme un second volet, sous le titre « Choix de compositions architecturales33 ». Gutton désire également compléter l’œuvre de Guadet ; alors que celui-ci développe essentiellement le passage des éléments constructifs à l’architecture, Gutton opère un changement d’échelle en articulant le passage de l’échelle architecturale à celle de l’urbanisme.


Du cours aux concours : reconduite et révision d’une stratégie pédagogique

Pourtant, en filigrane des évolutions et des remaniements du cours de théorie, on observe la constance d’une stratégie pédagogique, celle de l’imitation, dont l’apprentissage est basé sur une technique de mémorisation visuelle des formes et sur la pratique de l’esquisse. Ces étapes répondent à un processus global auquel participe le cours de théorie de l’architecture. Celui-ci organise une culture visuelle à partir d’un corpus de références, alimente un répertoire d’images mentales auquel les élèves font appel pour l’élaboration de l’esquisse. En cela, la notion de « type » diffère selon les enseignants : Guadet et Gutton étudient les programmes pour établir une typologie tandis que Gromort associe le programme à la forme. Ce dernier caractérise « un nombre restreint de plans types, considérés surtout pour leur volume34 » et interprète les compositions comme des masses à assembler (fig. 5). Cette technique d’apprentissage n’est pas propre à l’École des beaux-arts et à son cours de théorie. Gustave Umbdenstock (1866-1940), figure majeure de l’enseignement de l’architecture à l’École polytechnique mais qui a également formé des élèves architectes à l’ENSBA35, est conscient des capacités mnémoniques du cerveau qui « possède des cases de mémoire pour enregistrer les vibrations et faire des rappels en réflexes aux sensations vibratoires similaires36 ». Si une certaine cohérence de la stratégie pédagogique est lisible entre l’outil créé – le corpus – et la pratique pédagogique – le concours –, les bienfaits de cette stratégie sont à interroger. Lors des concours d’émulation, dont les sujets sont donnés par le professeur de théorie, le cours de théorie de l’architecture servirait à la résolution d’un problème davantage graphique que programmatique. Cet enseignement peut donc être considéré comme un enseignement théorique du projet d’architecture dont l’étude reste mnémonique et non critique.

La cohérence entre le cours, les thèmes des concours et leurs visées pédagogiques respectives se vérifie aisément dans le cas de Gutton, qui non seulement diversifie les sujets des concours d’émulation mais procède également largement à leur renouvellement. Gutton formule un thème annuel auquel répondent les différents sujets : en 1949-1950, il propose en seconde classe le « Centre d’une agglomération rurale » et en première classe « Une ville satellite » ; en 1951-1952, il propose comme thème commun aux deux classes « Une cité nouvelle située à proximité d’un ensemble d’usines formant une zone industrielle particulièrement aménagée pour la construction des automobiles ». Il poursuit ainsi un double objectif : remédier aux critiques émises à l’encontre des concours (manque de renouvellement, caractère académique) et assurer une cohérence aux concours en construisant une réflexion autour de l’échelle urbaine et faire comprendre aux élèves que chaque édifice participe à un ensemble plus vaste. Pour les rendus, des maquettes sont demandées par Gutton dès sa prise de poste en 1949, attestant d’une évolution dans la manière de concevoir et de représenter un projet, passant d’une approche de deux à trois dimensions (fig. 6). Ces innovations ne sont toutefois pas poursuivies car Gutton s’attire les foudres du Syndicat des professeurs – Louis Aublet (1901-1980), André Leconte (1894-1966) et Otello Zavaroni (1910-1991) en tête. Ces derniers parviennent, en 1953, à instaurer un conseil de l’enseignement de l’architecture, dont l’une des tâches est notamment de superviser le professeur de théorie pour la rédaction des programmes des concours d’émulation37. Cet organise préfigure la suppression de la chaire, qui est effective lorsque Aublet obtint la responsabilité de cette dernière.

Si les enseignements de théorie de l’architecture de Guadet, de Gromort et de Gutton répondent au même objectif, celui de former les élèves à des principes généraux et « éternels38 », ils se distinguent par leurs orientations. Observés indépendamment, les cours sont basés sur une démarche différente : programmatique et constructive pour Guadet, morphologique et esthétique pour Gromort, sociale et urbaine pour Gutton. Ces approches privilégient chacune une facette de la figure multiple de l’architecte : le constructeur, l’artiste et l’urbaniste. Observés simultanément, les cours traduisent une vision continue d’un enseignement de la théorie de l’architecture à l’École des beaux-arts au xxe siècle : les enseignements de Gromort et de Gutton prolongent celui de Guadet, tant pour en compléter les carences que pour redessiner les contours de la discipline. À eux trois, ils satisfont la trilogie qui, selon Vitruve, fondait l’architecture : firmitas (Guadet), venustas (Gromort), utilitas (Gutton).

Les trois publications ont ceci en commun qu’elles constituent, à un titre ou à un autre, des œuvres inachevées. Le projet de publier un texte appelé « Choix de compositions architecturales » que Julien Guadet nourrissait avec son fils, n’a pu être réalisé. Puis, c’est dans une note de bas de page que l’on apprend que Gromort envisage un « second Essai39 » consacré à l’histoire de la voûte. Il ne réalisera pas ce projet bien qu’il poursuive un enseignement de la théorie de l’architecture à l’École spéciale d’architecture de 1943 à sa mort en 1961. C’est enfin l’œuvre de Gutton qui reste inachevée puisque les tomes IV et V des Conversations sur l’architecture ne seront jamais publiés : du tome IIIb en 1959 l’on passe au tome VI en 1962. Cette période creuse correspond au moment où Gutton quitte la chaire de théorie de l’architecture pour assurer le cours d’urbanisme qu’il parvient à créer en 1958. Ce parallèle entre le temps du professorat et celui de la publication laisse en suspens les intentions de l’auteur, qui a pu manquer de temps pour la maturation de ses idées ou encore de motivation et de disponibilité pour l’écriture de ces volumes.

Qu’elles soient décriées ou saluées, les publications nées à l’École des beaux-arts dépassent le cadre scolaire et nourrissent les débats autour de l’architecture. Elles ne laissent personne indifférent : ni ceux qui, formés ou non selon ces préceptes, en reconnaissent les bienfaits ni ceux qui au contraire les rejettent. Elles participent au système beaux-arts et promeuvent la stratégie pédagogique qui lui est inhérente, même celles qui tentent, en vain, de s’en détacher.

 

Légendes des illustrations

Fig.1. Représentation en géométral de l’arc de Titus à Rome. Julien Guadet, Éléments et théorie de l’architecture : cours professé à l’École nationale et spéciale des beaux-arts, Paris, Librairie de la construction moderne, vol. 1, [1901], p. 38-39.
Fig. 2. Compositions pour le concours du grand prix de Rome. 1893, Palais des Sociétés savantes [Recoura] ; 1929, Palais de l’Institut [Niermans, Grange, Carlier]. Georges Gromort, Essai sur la théorie de l’architecture : cours professé à l’École nationale supérieure des beaux-arts de 1937 à 1940, Paris, Vincent, Fréal & Cie, 1942, pl. 75.
Fig. 3. « Étude du devenir parisien ». André Gutton, Conversations sur l’architecture, cours de théorie de l’architecture professé à l’École nationale supérieure des beaux-arts, vol. VI, L’urbanisme au service de l’homme, Paris, Vincent, Fréal & Cie, 1962, p. 534-535.
Fig. 4. « Documents. Parallèle d’édifices classés méthodiquement et présentés à la même échelle ». André Gutton, Conversations sur l’architecture, cours de théorie de l’architecture professé à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, vol. II, La maison de l’homme, Paris, Vincent, Fréal & Cie, 1954, p. 225-226.
Fig. 5. « Types de plans dépendant du rectangle ». Georges Gromort, Essai sur la théorie de l’architecture : cours professé à l’École nationale supérieure des beaux-arts de 1937 à 1940, Paris, Vincent, Fréal & Cie, 1942, p. 184.
Fig. 6. Planches des projets récompensés pour le concours d’émulation « Une cité de 10 000 habitants », 1952-1953. Première médaille, prix Cavel, remis à Humeau élève de Beaudouin ; première médaille, prix Devienne, remis à Manuelides (à titre étranger) élève de Beaudouin. Les Concours de l’année scolaire [1952-1953], Paris, Vincent & Fréal, s. d.


Notes

1 D’un point de vue réglementaire, le décret du 30 septembre 1883 et son arrêté d’application du 5 octobre 1883 définissent l’organisation des études à l’ENSBA, observée jusqu’en 1968, sauf de 1941 à 1945, lorsque s’applique un règlement des études proclamé en parallèle à la structuration de la profession avec la création de l’Ordre des architectes en décembre 1940.
2 Edmond Guillaume de 1884 à 1893, Julien Guadet de 1894 à 1908, Victor Blavette de 1908 à 1927, Louis Madeline de 1928 à 1937 puis de 1944 à 1949, Georges Gromort de 1937 à 1940, Paul Tournon de 1940 à 1942, Michel Roux-Spitz de 1942 à 1944, André Gutton de 1949 à 1958 et Louis Aublet de 1958 à 1964.
3 Julien Guadet, Éléments et théorie de l’architecture : cours professé à l’École nationale et spéciale des beaux-arts, Paris, Aulanier/Librairie de la construction moderne, 4 vol., [1901-1904].
4 Georges Gromort, Essai sur la théorie de l’architecture : cours professé à l’École nationale supérieure des beaux-arts de 1937 à 1940, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1942, 411 p.
5 André Gutton, Conversations sur l’architecture, cours de théorie de l’architecture professé à l’École nationale supérieure des beaux-arts, Paris, Vincent, Fréal et Cie, en 5 volumes : t. I, L’édifice dans la ville, 1952, 277 p. ; t. II, La maison de l’homme, 1954, 234 p. ; t. IIIa, Les édifices religieux et culturels, 1956, 415 p. ; t. IIIb, Les écoles, lycées, facultés et universités, 1959, 439 p. ; t. VI, L’urbanisme au service de l’homme, 1962, 655 p.
6 Pour la seconde classe, qui correspondrait à un premier cycle d’études de quatre années en moyenne, il s’agit de six concours sur éléments analytiques ou études de composition à grande échelle sur sujets fragmentaires, six concours de composition proprement dits sur projets rendus et six concours de composition sur esquisse. Pour la première classe, qui correspondrait à un second cycle d’études de quatre années également en moyenne, il s’agit de six concours sur projets rendus et six concours sur esquisses. Pour ces concours, les élèves se voient attribuer des récompenses (mentions et médailles) par le jury de la section d’architecture de l’ENSBA, elles-mêmes converties en « valeurs » ; un certain nombre de valeurs est nécessaire pour le passage d’un élève de la seconde à la première classe. Le professeur de théorie rédige également le sujet de la composition d’architecture pour l’admission à la seconde classe à la section d’architecture. Arrêté du 3 octobre 1883, art. 39, 47 et 55.
7 André Gutton, Conversations sur l’architecture…, t. I, op. cit., p. 47.
8 Julien Guadet, Éléments et théorie de l’architecture…, t. II, op. cit., p. 3.
9 Julien Guadet, Éléments et théorie de l’architecture…, t. III, op. cit., p. 34.
10 Le t. II est consacré à l’habitation humaine, aux édifices d’enseignement et d’instruction publique, aux édifices administratifs et politiques, judiciaires et pénitentiaires, aux édifices hospitaliers, et aux « édifices d’usages publics » c’est-à-dire destinés aux affaires (comme les bourses), aux activités commerciales (halles et marchés), aux chemins de fer, aux bains et aux théâtres. Le t. III est consacré à l’étude des éléments de la composition des édifices religieux.
11 Julien Guadet, Éléments et théorie de l’architecture…, t. IV, op. cit., p. 4.
12 André Gutton, De la nuit à l’aurore. Conversations sur l’architecture, 2 vol., Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, 1985, p. 284.
13 Georges Gromort, Initiation à l’architecture, Paris, R. Ducher, 1938, 126 p., dans la collection Manuels d’initiation dédiée à la peinture, à la sculpture, à la gravure et au dessin. L’ouvrage est structuré en trois parties : une première consacrée à la définition de l’architecture, à la notion de la composition et à l’énumération de valeurs esthétiques (le parti, la franchise, la vérité ; la composition des plans ; la composition), une deuxième aux ordres et à la modénature, une troisième à l’évolution des formes et de la structure et à l’art contemporain.
14 Réimpression de l’Architecture française de Jacques-François Blondel, exécuté sous les auspices du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts sous le contrôle de MM. Guadet et Pascal, Paris, Librairie centrale des beaux-arts, 4 vol., [1904-1905].
15 Gaston Bardet, Le Nouvel Urbanisme, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1948.
16 Adrien Spinetta, « Les grands ensembles pensés pour l’homme », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 46, février-mars 1953.
17 Paul-Henry Chombart de Lauwe (dir.), La Découverte aérienne du monde, Paris, Horizons de France, 1948 ; Paris et l’agglomération parisienne, 2 vol., Paris, PUF, 1952 [t. I, L’espace social dans une grande cité ; t. II, Méthodes de recherches pour l’étude d’une grande cité (écologie, statistique, expression graphique) : études comparatives des unités résidentielles.]
18 « Programme des cours de théorie de l’architecture, A. Gutton, année 1954/1955, 1e et 2e classe », daté du 14/3/1955, AN : AJ/52/978, dossier « Théorie de l’architecture ». Il est précisé que les conférences sont suivies de projections.
19 André Gutton, De la nuit à l’aurore, op. cit., p. 283-284.
20 Julien Guadet, Éléments et théorie de l’architecture…, t. I, op. cit., p. 3.
21 Georges Gromort, Essai sur la théorie de l’architecture…, op. cit., p. 251.
22 Antoine Prost, Douze Leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996, p. 117.
23 John Ruskin, The Seven Lamps of Architecture, Londres, J. M. Dent and Sons, 1956.
24 Georges Gromort, Essai sur la théorie de l’architecture…, op. cit., p. 103.
25 André Gutton, Conversations sur l’architecture…, t. I, op. cit., p. 25.
26 Henri Bresler, « Clichés, du tubard à la perversion de l’image », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 272, décembre 1990, p. 20.
27 Georges Gromort, Lettres à Nicias. Entretiens familiers sur l’enseignement de l’architecture, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1951, p. 210.
28 Julien Guadet, Éléments et théorie de l’architecture…, t. III, op. cit., p. 431.
29 Christian Topalov, « Livres d’architectes : les parcours d’objets incertains », dans Pierre Chabard, Marilena Kourniati (dir.), Raisons d’écrire. Livres d’architectes, 1945-1999, Paris, Éditions de la Villette, 2013, p. 217.
30 Jean-Nicolas-Louis Durand, Précis des leçons d’architecture données à l’École royale polytechnique, Paris, éd. chez l’auteur, 1802-1805.
31 César Daly, Revue générale de l’architecture et des travaux publics, t. VI, 1845-1846, p. 330. Cité dans Werner Szambien, Jean-Nicolas-Louis Durand, 1760-1834. De l’imitation à la norme, Paris, Picard, 1984, p. 88.
32 John Belcher, Les Principes de l’architecture, traduit de l’anglais par François Monod, Paris, H. Laurens, 1912, p. 24 [1907].
33 Voir Guy Lambert, « Vers une architecture comparée ? Choix de compositions architecturale, un projet éditorial inachevé de Julien Guadet », dans Jean-Philippe Garric, Estelle Thibault, Émilie d’Orgeix (dir.), Le Livre et l’architecte, Wavre, Mardaga, 2011, p. 47-56.
34 Georges Gromort, Essai sur la théorie de l’architecture…, op. cit., p. 142.
35 Gustave Umbdenstock fonde un atelier préparatoire au concours d’admission à l’École des Beaux-arts en 1900, s’associe avec Henri Deglane en 1903, fonde son atelier libre d’architecture de 1909 à 1940, qu’il codirige avec Paul Tournon (1881-1964) de 1923 à 1933. [renvoi à l’art d’Estelle Thibault]
36 Gustave Umbdenstock, « De la nécessité d’une initiation artistique pour l’ingénieur moderne. Les Saisons architecturales françaises », Revue de l’industrie minérale, comptes rendus, 2e partie, 1921, p. 46-70.
37 André Gutton, De la nuit à l’aurore, op. cit., p. 225.
38 René Chavance, « L’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts doit sans cesse s’adapter nous déclare M. Lods », La Journée du bâtiment, 04/10/1949. Consultable dans AN : AJ/52/808, dossier « Expositions. Prix de Rome ».
39 Georges Gromort, Essai sur la théorie de l’architecture…, op. cit., p. 277.

 



Citer ce billet
chmc1 (2017, 20 novembre). Le cours de théorie de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle : approches et supports pédagogiques. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrh5

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search