« Se souvenir de l’avenir » (Aragon) – Hommage à Jack Ralite

Dans le cadre des journées Diderot « Culture et Politique » organisées par l’université Paris-Diderot et le Comité d’histoire, nous recevions le 12 octobre 2016 Jack Ralite. Autour de lui se retrouvaient Jean-Paul Dekiss, Bernard Faivre d’Arcier, Nedim Gürsel, Claudine Joseph, Daniel Mesguich, Pierre Musso, Jean-Claude Petit et Serge Regourd. La séance était animée par Laurent Fleury, professeur de sociologie à l’université Paris-Diderot. Devant un parterre d’étudiants, Jack Ralite relatait avec ferveur et passion un des moments les plus marquants et les plus fertiles de son action dans le domaine culturel : les États Généraux de la Culture, initiés dès février 1987, en réaction à ce que l’on appelle la marchandisation de la culture. Ce fut un mouvement qui prit une ampleur inattendue et permit d’aboutir à une déclaration des droits de la culture et à des avancées sur la place particulière que devait tenir la culture dans les échanges commerciaux transatlantiques.
A l’occasion de son décès et en hommage à Jack Ralite, nous publions aujourd’hui un verbatim des interventions de ses amis qui lui avaient témoigné leur amitié.

 

Serge Regourd

Je voudrais me réjouir de cet hommage aux États Généraux de la Culture et en particulier à celui qui en a été l’âme : Jack Ralite. Je crois qu’il était temps que cet hommage soit rendu. Il est important qu’il y ait un écho public, quelques décennies après tout ce qu’ont fait les États Généraux de la Culture. Notre réunion s’inscrit dans une problématique autour de culture et politique. Pour fréquenter depuis quelques temps un peu plus les politiques que je ne le faisais auparavant, je pense que ce qui résume le mieux la situation, c’est que par rapport à la classe politique globalement considérée, Jack Ralite est une véritable, authentique exception culturelle. S’il fallait trouver un mot, un personnage, une icône pour résumer le rapport culture et politique, je pense que le nom de Jack Ralite s’imposerait.
Je crois que c’est Gramsci, qui disait que les défaites culturelles se traduisaient par des défaites politiques. Je crois qu’au moment où Jack Ralite et les États Généraux de la Culture ont joué le rôle qu’ils ont joué, les victoires culturelles ont été des victoires politiques. […] Je voudrais dire publiquement ma gratitude envers Jack Ralite, parce que je sais aujourd’hui que je suis le seul professeur de Droit, en France, qui a pu se produire à Mogador, au Bataclan et au Zénith et c’est un privilège. Je voudrais lui dire aussi, que notre vie, a été depuis des années, des heures et des heures passées au téléphone, parce que même sur le terrain juridique, Jack veut tout maîtriser de lui-même. Qu’il s’agisse des accords du GATT, de la directive Télévision sans frontières, de la charte de l’audiovisuel, d’une proposition de loi, il ne se contentait pas de reprendre ce que l’expert juridique lui suggérait. Il voulait tout comprendre: le contexte, les tenants, les aboutissants et cela, c’est encore une fois très personnel, me paraît rarissime dans le comportement des hommes politiques. Pour tout cela, je veux exprimer mon immense gratitude à Jack, parce que je crois que le monde de la culture en général ne s’est pas trompé. Il est un peu dommage que le flambeau n’ait pas été repris. Merci pour tout.

 

Jean-Claude Petit

J’ai l’honneur de représenter ici le monde de la musique et de le représenter au niveau des États généraux. J’ai été un militant des États Généraux, dès le début avec Jack Ralite. On va tous dire à peu près les mêmes choses, mais moi aussi je tiens à te remercier, Jack. J’ai fait des choses extraordinaires avec toi […] Je voudrais insister sur l’aventure humaine et vous dire que s’engager dans des mouvements aussi intéressants, cela transforme la vie. Cela a transformé la mienne. En m’engageant avec lui, j’ai appris beaucoup de choses. Dans le monde de la musique on ne s’engage pas beaucoup. Avec Jack, il fallait le faire. […] Les États Généraux, c’est une légende pour moi, mais j’espère qu’en apprenant ce qu’ils étaient, vous vous engagerez là où vous trouvez cela légitime. Ainsi vous vous enrichirez autant que je l’ai été. Moi aussi, je te dis un grand merci, Jack et j’espère que l’on assurera un prolongement de tout ce que tu nous as appris, de tout ce que tu nous as donné.

 

Daniel Mesguich

Nous devons beaucoup à Jack. J’ai fait partie des États généraux pratiquement depuis le début. J’ai voyagé avec Jack, avec Claudine, avec Jean-Claude, avec Serge et j’en garde un souvenir ému. Pas simplement humain : tout le long de ces voyages, j’avais l’impression que quelque chose devait durer très longtemps. Aujourd’hui, nous le constatons. Cela s’éteint, s’assoupit ou se fatigue. Mais encore une fois comme le dit Jack, car il a un espoir galvanisé en permanence, ce n’est qu’un assoupissement. [Il] est moralement notre Ministre de la culture depuis le début. Les autres sont physiquement les ministres de la culture. Notre vrai ministre de la culture, c’est Jack Ralite. Son espoir qui ne s’arrêtera jamais, c’est ce qui doit aujourd’hui nous guider, non pas à lutter ou à contredire mais à nous unir dans cette contradiction et cette lutte. Cette cérémonie à laquelle nous participons cet après-midi, qui est de célébrer quelque chose qui, pour les plus jeunes peu paraître complètement hallucinant, est formidable : cela peut être le souvenir qui nous permet l’avenir. J’entendais cette phrase : « l’héritage, il faut le défendre et s’en défendre ». Je pense que c’est la même chose pour le souvenir. Se souvenir des États Généraux de la Culture, dans leur splendeur, car cela a été splendide, doit nous aider à construire le futur de nos vies et non pas simplement une nostalgie, même magnifique.

 

Bernard Faivre d’Arcier

Télérama a lancé une sorte d’appel à projets, à idées à son lectorat et qui s’appelle : « les États généreux de la culture ». Le plus généreux des États Généraux de la Culture, c’est Jack Ralite, parce que ce qui m’a toujours frappé c’est son ouverture aux autres. Cette générosité d’âme et d’esprit a illuminé le Festival d’Avignon. Il est le spectateur idéal. On a toujours voulu faire du festival une sorte d’école du spectateur en donnant toujours un rôle très actif au public, avec des possibilités de débats, de discussions, de rencontres avec les artistes. Jack Ralite est une sorte de spectateur idéal, parce qu’il est infatigable. Le festival d’Avignon, c’est une épreuve pour tout le monde : il faut le mériter. Jack est capable de rester des heures à assister à tous les spectacles, quels qu’ils soient, parce qu’il est curieux de tout. A l’issue de ces spectacles, il est toujours plus positif que négatif. Il n’est habité d’aucun cynisme. Il n’est jamais neutre pour autant. Il ne fera pas une sorte de critique tiède de l’affaire. Il est un humaniste, qui trouve toujours des choses à dire à propos d’une œuvre ou d’une pièce. Enfin, il est proche des artistes. C’est un grand affectif. Il est très affectueux avec les uns et les autres. Et on le lui rend bien, parce qu’il y a toujours cette dimension (je ne parle pas de la dimension intellectuelle qui est grandiose) d’attachement amical : il réussit à devenir l’ami de tous les artistes, qu’ils soient morts ou vivants, ce qui est assez exceptionnel. Enfin, c’est un excellent pédagogue. Vous passez une heure avec lui, et vous avez l’impression d’avoir conversé avec Victor Hugo ou Jean Jaurès. C’est un transmetteur qui est très cultivé. La seule chose dont il a besoin, si vous l’invitez à débattre, c’est une bouteille d’eau et une pile de livres. Il va arriver avec sa bibliothèque, annotée et il va puiser dans la littérature, dans les essais, dans les romans, les écrits politiques pour parler à la fois, il en est capable, de théâtre, de danse, de musique, de cinéma et de télévision. Pour nous, c’est l’homme qui a été le plus fidèle à l’esprit de Jean Vilar, c’est-à-dire une exigence artistique qui ne fait jamais de concessions au populisme ni au sectarisme. C’est un peu cela l’esprit du festival d’Avignon de Jack Ralite. Il a cette capacité à réunir autour de lui et à débattre en étant actif. Ce n’est pas seulement un contemplatif : ses principales victoires, c’est d’avoir créé du désordre chez les autres. C’est d’avoir réussi à annuler un certain nombre de réunions, de débats, de tentatives souvent américaines, il faut le reconnaitre. Il est combatif, souvent longé dans l’action en tant qu’homme politique. Voilà pourquoi Jack Ralite est sûrement le meilleur spectateur du festival d’Avignon.

 

Pierre Musso

Je suis en complicité, en conversation avec Jack Ralite depuis une trentaine d’années. Je voudrais profiter de quelques minutes pour vous faire percevoir peut-être ce qu’ont été pour moi les États Généraux de la Culture, et ce, sous la forme d’un carré magique. Un carré magique qui est composé d’une figure d’un collectif de textes au pluriel et d’un contexte. La figure et le collectif, comme l’a dit Jack, c’est un singulier pluriel ou une pluralité singulière. La figure symbolique, je prends ce terme pour caractériser Jack (en l’empruntant à un grand historien, Ernst Kantorowicz, dans un très beau livre Les Deux Corps du Roi) et rappeler, qu’effectivement il y eut différents ministres, physiquement, mais celui qui incarne la figure de la culture, celui qui symbolise la culture (ce que le politique ne sait plus faire aujourd’hui), c’est Jack. C’est bien pour cela, qu’une fois qu’on enlève le clou symbolique qui tient le politique, il devient vulgaire, ordinaire, en maniant des signes de la communication. Jack incarne la symbolique, non seulement comme défenseur inlassable de la culture mais à l’intérieur de la culture, je veux insister sur la création: pas simplement le patrimoine, la diffusion mais la création dans son audace. Cette formule, l’audace de la création, est essentielle: dans la recherche, c’est l’audace qui est primordiale. Je le dis aux étudiants, ce n’est pas simplement de raisonner, de compiler, c’est d’avoir aussi l’audace et la force de l’imagination et de la création. Jack est un défenseur inlassable de la création, à la fois dans la Cité et aussi au Parlement, pendant des décennies. C’est un travailleur acharné, un lecteur boulimique, et un orateur de talent. C’est aussi quelqu’un qui navigue, si je puis dire, entre le monde politique et le théâtre : il a presque importé le théâtre en politique, dans toute sa pratique, en miroir permanent avec Jean Vilar et Antoine Vitez. Il y a une phrase clé qui résume à mon avis cette symbolique, c’est l’élitisme pour tous. Cette idée que l’on retrouve chez Vilar et chez Vitez, et même en amont chez Diderot, c’est-à-dire l’excellence pour la multitude et la rencontre des deux. […] La dérégulation de l’audiovisuel a été symbolisée négativement par l’arrivée de Silvio Berlusconi, en 1985 et je le rappelle, sous la présidence Mitterrand, et le ministère Jack Lang. Ils étaient censés, si l’on suit la théorie de Kantorowitcz, incarner physiquement, présenter institutionnellement la culture. C’est le corps symbolique qui est venu en contestation et qui a été le déclencheur, en 1985-1986, des États Généraux de la Culture. […] Ils sont pour moi la combinaison de cette mémoire longue, à travers Vilar, Vitez ou d’autres, jusqu’à Diderot et peut-être Robespierre et Beaumarchais. C’est cette mémoire longue et le terme même d’États généraux renvoie à 1789 : c’est d’une actualité brûlante. De ce contexte dans lequel les dérégulations, les financiarisations, les mercantilisations viennent opposer frontalement une vision qui a été longuement construite, depuis deux siècles, notamment en France dans la suite des Lumières et de la Révolution de 1789. La perspective est importante : les États généraux sont passés aux assemblées constituantes. Peut-être faut-il renouveler le cri lancé par Michel Mitrani, en 1987. Aujourd’hui le cri serait : « culture, recherche, invention ou imagination ». Je crois qu’il faut renouveler ce cri. Je ne veux pas terminer sur une note trop négative, mais je lisais le livre de Patrick Boucheron, notre brillant historien du Collège de France et il dit ceci dans Conjurer la peur : « lorsque manquent les mots de la riposte, on est proprement désarmé. Le danger devient imminent ». Voilà pourquoi le cri est urgent.

 

Nedim Gürsel

Je n’ai pas vraiment été un militant mais j’ai participé à une très belle aventure et je voudrais profiter de cette occasion pour rendre hommage à Jack Ralite. […] Le travail réalisé par les États Généraux de la Culture, sur la liberté d’expression me touche de près en tant qu’écrivain : Quand il n’y a pas de liberté, il n’y a pas de création. Les hommes politiques ont toujours considéré les écrivains ou les poètes comme dangereux. Déjà Platon, qui n’était pas un homme d’État, avait chassé de sa République idéale les poètes. Cela me rappelle aussi la sourate dite des poètes, dans le Coran : il y a quelques versets très sévères contre les poètes. Je cite de mémoire : « Il ne faut pas les suivre parce qu’ils disent ce qu’ils ne font pas ». Il faut parfois écrire et dire ce qu’on ne fait pas : c’est cela la fiction. Dans mon pays aujourd’hui, il y a encore des écrivains persécutés. Moi même j’ai été poursuivi en justice plusieurs fois, pour avoir écrit des romans. […] D’où l’importance des mouvements tels que les États Généraux de la Culture, qui depuis le début, défendent la liberté d’expression.

 

Jean-Paul Dekiss

[…] Jack Ralite est une personnalité politique exceptionnelle animée par la vision, la conviction et l’action : vision et conviction menant les actions. […] La chose que je puisse apporter en témoignage, c’est ce parcours, cette influence extrêmement forte, déterminante que les États Généraux de la Culture depuis 1987 jusqu’à aujourd’hui ont eu dans mes propres choix. A cette époque, j’étais réalisateur, vice-président de la société des réalisateurs de films et le monde tel qu’il était dans les années 1980, m’a amené à prendre la décision d’abandonner la réalisation. J’avais fait une vingtaine de court-métrages, de moyens métrages et de passer à la production des films à un moment où nous nous ouvrions vers les pays socialistes, de manière à voir quels échanges nous pouvions pratiquer dans le domaine culturel, entre l’expérience socialiste, presque séculaire, et les artistes, souvent rencontrés dans les différents festivals de Cannes. Comment nous pouvions œuvrer ensemble à manifester notre compréhension des événements en cours, après la chute du mur de Berlin. Je me suis retrouvé à produire des films des réalisateurs d’Europe centrale, principalement en Hongrie, Estonie et Bulgarie. Cette expérience, je l’avais vraiment voulue et elle s’est vécue comme cela, comme un moment de rencontres très fort. De Gaulle avait parlé de cela à une époque: c’était la troisième voie politique, qui n’était, ni celle du communisme tel qu’il avait été pratiqué, ni celle du capitalisme, tel que nous le connaissions. Cette troisième voie, nous l’avions entre les mains parce que les réalisateurs qui la manifestaient étaient en même temps pleins d’espoir pour la libéralisation du régime et pleins d’anxiété face à un système dont ils se demandaient ce qu’il allait leur apporter et ce qu’ils allaient devenir dans ce système capitaliste qui arrivait chez eux. Nous étions au carrefour de tout cela et on a vécu les années 90, dans cette atmosphère. Très vite, dans les pays d’Europe centrale, on a vu arriver dans les capitales où j’ai travaillé – Talinn, Sofia ou Budapest – des centres d’affaires américains. Leur influence, très rapidement, a commencé à se sentir, dans l’état d’esprit même de ce qui se passait, des choix qui étaient faits par les différentes personnalités. En même temps on voyait arriver sur les places publiques des prédicateurs évangélistes, ce qui était incroyable et impensable lorsqu’on avait fréquenté un peu les pays socialistes dans les années 80, avant la chute du Mur. Ces événements montraient à quel point nous étions dans un vécu politique, qui avait été anticipé par la pensée des États généraux. Cette situation-là a fait que j’ai quitté le cinéma pour m’intéresser de beaucoup plus près à la littérature et là encore en essayant de rester dans un état d’esprit d’échange avec une culture que nous connaissions relativement peu, et dont nous n’avions pas la pratique. J’ai travaillé avec les Russes principalement dans le domaine des musées littéraires. Là encore en croisant des expositions qui rassemblaient aussi Flaubert, Tolstoï, Aragon et Lermontov, on se situait dans un climat d’échanges, de cultures, de compréhensions et de recherche, afin de voir comment deux origines différentes du vingtième siècle, le capitalisme et le socialisme, pouvaient donner naissance à quelque chose de différent. Je crois que l’héritage est en partie entre les mains de la nouvelle génération, les étudiants qui sont intéressés par les questions de culture et de politique. Cette histoire souvent méconnue du travail de fond des acteurs politiques et culturels, lorsqu’ils travaillent ensemble est une chose essentielle dans l’intervention de la société. Aujourd’hui, on se pose la question de la transmission. Elle est là en nous tous : on le voit au travers de la vie et de l’animation politiques qui se développent en France. On voit aussi émerger une direction qui est celle de ce que Jack a superbement résumé, lorsqu’il a parlé « d’individualité serviable ». C’est ce que nous sommes en train de vivre lorsque se rassemblent des petits groupes, qui agissent dans leur secteur. Je vis dans le Sud-ouest dans un milieu paysan : on a des petites actions, que ce soit à travers les AMAP, dans la diffusion des produits agricoles ou que ce soit dans les interventions des écrivains que j’invite en résidence et qui interviennent en milieu rural. Ce sont de petits événements mais à chaque fois, vingt, trente personnes sont là en train de découvrir des choses qu’elles n’avaient pas imaginées. Le rapprochement d’une vision politique et d’une vision culturelle dans cette individualité serviable, c’est là que nous le retrouvons aujourd’hui

 

Laurent Fleury

Si je peux m’autoriser un mot en écho à ce que j’ai entendu, sur l’homme politique. Il y a été dit que Jack Ralite était le véritable Ministre de la culture, et le plus fidèle à l’esprit de Jean Vilar. Jean-Paul Dekiss évoquait l’idée de l’homme de conviction que vous avez rencontré, aujourd’hui encore : je cite, cette tension entre l’utopie et la responsabilité, qui découle parfois de deux éthiques. L’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité, que Max Weber opposait en disant que l’on choisissait les valeurs et on oubliait la responsabilité et parfois on choisissait la responsabilité et on oubliait l’utopie. […] Jack Ralite est l’homme politique authentique. Il assume cette quadrature du cercle, d’être homme de convictions et homme de responsabilités, où utopie et responsabilité, lors même qu’on les oppose créent cette tension merveilleuse de rendre possible la conjonction des contraires. La deuxième chose que je voulais évoquer, c’est comme un glissement, un changement paradigmatique lorsque l’on a évoqué la création artistique et le politique, et puis parfois la culture et l’économie dans les années 1980-90.
Je voudrais citer Jean Vilar, qui en 1963, dans une allocution à Venise parlait de la politique en tant que grande ignorante ou ignorée des artistes : « C’est elle la politique qui, entre autres contraintes, conditionne la bonne marche ou le désastre du cinéma de chaque nation. C’est elle qui étouffe ou libère l’administration ou l’intendance ou la surintendance de théâtre en même temps qu’elle décide de leur subventionnement. C’est elle qui règle les lois du travail, du travail scénique, par le nombre limité des heures syndicales de présence, c’est elle, cette trop grande méprisée des artistes qui, pour une bonne mesure, leur permet de plus ou moins bien pratiquer leur art. Il est donc sage que les artistes s’occupent d’elle, regardent de près cette grande méprisée qui leur est, pour beaucoup, inconnue ». Ce que j’entendais dans la relation entre art et politique ou artistes et politiques, telle que l’énonce Vilar en 1963, c’est combien, avec le glissement paradigmatique vers l’économisme, ou l’économie-culture qui remplace art et politique, la question avait été posée mais aussi que le défi avait été relevé par les États Généraux de la Culture. L’autre remarque que je voulais évoquer, par rapport à ce que j’ai entendu de l’intervention de Nedim Gursel, mais aussi, sous la plume de Leonor Friedli, « le David contre le GATT », en référence à la négociation de 1993 et qui avait été gagné. Je pensais à Walter Benjamin qui disait à propos du nazisme et de l’écrivain : « que peut l’écrivain contre les chars du nazisme ? » ; il rajoutait: « c’est comme opposer un bras nu au sabre » et il rajoutait : « il peut y avoir une victoire des vaincus ». Benjamin, me conduit à Adorno et je terminerai par deux citations. Une, d’Adorno, sur la résignation en politique qui évoque l’idée suivante par rapport à un pessimisme qui peut nous saisir : « Le cours du monde n’est absolument pas fermé, ni le désespoir absolu. C’est plutôt ce désespoir qui constitue sa fermeture ». Pour éviter de laisser une ouverture, être transfiguré en fermeture et contre la résignation, retenons la leçon d’Adorno qui écrivait : « Quiconque doute à cette heure de la possibilité d’une transformation profonde de la société a renoncé. Il ne tient pour réalisable ce qu’il projette, en fait il ne veut même pas le réaliser, en laissant les choses en l’état, il les approuve sans se l’avouer ». Comme on est au cœur de l’histoire, dans l’histoire qui se fait et que l’on écrit ( l’un des enjeux ici est de savoir comment écrire l’histoire des États Généraux de la Culture), je voudrais évoquer, à propos de cette histoire vacillante, bouleversante, émouvante, un mot de Françoise Proust, qui dans un très beau livre: « le ton de l’Histoire », s’opposait aux philosophies de l’histoire et écrivait: « une philosophie de l’histoire se révèle incapable de prendre en charge l’histoire moderne qui n’a rien d’un processus ou d’un accomplissement, mais est plutôt une succession informelle de naissances avortées, la réitération de tentatives mort-nées. L’histoire moderne, c’est la longue et douloureuse gestation de soi, le tragique engendrement de soi; elle n’est pas un récit mais plutôt une suite d’esquisses, de petits récits, qui jamais n’aboutissent, jamais ne font légendes mais vont et viennent et se transmettent par petits bouts et comptent les multiples commencements, lieux, dates, qui de toutes parts, de tous lieux et en tous temps strient et interrompent l’Histoire ». Elle ajoutait, contre le finalisme et le fatalisme: « les événements brillent au ciel étoilé de l’histoire, purs éclat de lumière. Ils sont toujours déjà passés, disparus et ne revivent que lorsque l’Histoire se réveille de son sommeil dogmatique, alors ils scintillent et clignotent. Ils envoient quelques notes pour indiquer que des recommencements et des aurores sont toujours possibles et que l’Histoire veille sur eux ». Si elle pouvait porter toute la question ou la résolution de la relève, j’en serais immensément heureux. Pour terminer sur Jack Ralite qui incarne toutes ces phrases, il a été évoqué son énergie, sa hardiesse, son audace, sa tendresse. René Char disait, à propos de la réalité qui s’impose à nous, qui fait irruption, qui devient parfois insupportable, ne peut être dépassée que soulevée. J’ai vraiment eu le sentiment en vous écoutant, dans le sursaut éthique que vous avez provoqué, dans ce mouvement politique et citoyen que vous avez organisé, dans ce moment historique qui a inventé la notion d’exception culturelle, que vous aviez dépassé la réalité en la soulevant. Je voudrais ajouter une chose, puisque a été évoqué votre travail infatigable, inlassable dont j’ai été aussi le témoin. On parlait du rythme soutenu, dans les voyages à Sarajevo ou autres, et René Char disait également « la poésie se nourrit d’insomnies ». Cette phrase résonne énormément lorsque je pense à vous. Aujourd’hui encore, vous nous avez offert beaucoup de grâce et de transcendance, ce que René Char évoque comme étant le geste même de la fraternité : offrir de la transcendance à autrui, dont on a jamais finit de dégauchir les signes. Il ajoutait: « nous n’avons qu’une ressource avec la mort, faire de l’art avant elle ». Je crois que c’est ce que vous avez fait durant plus de cinquante années politiques. Vous avez commencé en 1959, à la date de la création du Ministère des Affaires culturelles. Je voulais vous remercier pour la grâce, la transcendance que vous nous offrez et de faire ainsi de l’art, avec nous. Merci Jack Ralite.


Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette rencontre en vidéo.