L’enseignement de l’urbanisme à l’ENSBA, 1958-1968

par Guillemette Cheneau-Deysine
Doctorante en histoire de l’architecture, Université de Rennes 2, EA 1279 Histoire et critique des arts

 

L’urbanisme a-t-il, un jour, fait l’objet d’un enseignement dispensé au sein de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) ? En se cantonnant à la lecture du double faisceau de contestations exprimées en mai 1968 – critique du système de production de la ville promu par l’ENSBA et critique de la vacuité de son système pédagogique –, on pourrait laisser penser que l’école n’a jamais accueilli dans ses murs un tel enseignement. Or, il n’en est rien.

Si l’on en croit les mémoires d’André Gutton (1904-2002), sa nomination en 1949 en qualité de titulaire de la chaire de théorie de l’architecture, alors même qu’il n’est pas lauréat du grand prix de Rome, résulterait de la conviction progressiste de Jacques Jaujard, directeur des Arts et des Lettres au ministère de l’Éducation nationale, en poste depuis la Libération, qu’il « était nécessaire que les futurs architectes, sans être obligatoirement plus tard des urbanistes, aient la connaissance de cette science1 ». André Gutton, comme toute une génération de jeunes architectes à la fibre sociale, est en effet issu des rangs de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris (IUUP), rue Michelet, seule formation en urbanisme alors proposée. Sous son impulsion, le cours de théorie de l’architecture connaît une certaine « urbanisation » qui s’exprime notamment par l’invitation faite aux élèves à intégrer dès les prémices du projet architectural la considération du site, assortie2 d’une initiation aux méthodes d’analyse et de planification urbaines. Mais il ne constitue pas à proprement parler un enseignement de l’urbanisme qui, lui, sera mis en place officiellement en 1958 avec la création de la chaire d’urbanisme. Sous des formes diverses, cet enseignement ne cessera plus, même s’il peinera à se structurer selon des modalités probantes.

Notre propos est de tracer un récit des avatars de cet introuvable cours d’urbanisme sous un angle d’approche bicéphale. Il s’agit d’abord de comprendre selon quelles modalités pédagogiques un enseignement de l’urbanisme a pu s’insérer soit au sein, soit à côté de celui du projet d’architecture. Il s’agit aussi de percevoir comment ces tentatives sont révélatrices de la période « d’entre-deux » que vit l’ENSBA, une période en effet de crise aiguë, de réformes et de fractures hors desquelles la formation des unités pédagogiques d’architecture en 1968 et 1969 ne peut s’appréhender.

Il serait pertinent de compléter ultérieurement cette étude par une histoire des idées urbanistiques enseignées à l’école. Celle-ci permettrait notamment d’éclairer les conditions et les processus d’assimilation des théories fonctionnalistes et leur coloration spécifique par l’humanisme social qui caractérise l’ENSBA de l’après-guerre et qui trouve, dans l’urbanisme, un terrain d’expression privilégié3.


Le cours d’urbanisme, 1958-1961, un rendez-vous manqué

Dans son autobiographie publiée en 1985, André Gutton (fig. 1) décrit le contexte de la création de la chaire d’urbanisme :

Après plusieurs années de calme relatif4, me vint la lassitude d’un travail régulier. L’année scolaire 1957 se terminait. Ces programmes à faire à date fixe devenaient fastidieux […]. J’obtins alors du directeur qu’il proposa la création d’une chaire d’urbanisme, en 1958-1959, dont je serais le premier titulaire […]. En vérité, cette chaire d’urbanisme était maintenant demandée à l’unanimité par les professeurs et élèves. Ils désiraient tous qu’il exista un enseignement de l’urbanisme à l’école, sans pourtant préciser le cycle dans lequel il devait s’inscrire […]. Le directeur Untersteller accepta et son amitié fit toutes les démarches dans le sens de mes désirs5.

Fig.1. André Gutton (1904-2002), CAPA, DAU 133 IFA.

S’il est exact qu’en juillet 1957 André Gutton est désigné en qualité de titulaire de la nouvelle chaire d’urbanisme6, la mise en place de celle-ci est plus complexe et a moins tenu compte de ses désirs que l’enseignant le suggère. Sa nomination est directement consécutive à l’adoption, le 10 juin 1957, d’un arrêté ministériel7 qui fixe la liste des disciplines enseignées à l’École nationale supérieure des beaux-arts et y intègre l’urbanisme. Ce texte entérine un processus de réflexion entrepris par une sous-commission du Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture8 composée majoritairement d’enseignants. Aux côtés de Nicolas Untersteller, directeur de l’ENSBA de 1948 à 1967, figurent trois chefs d’atelier de tendances différentes, André Leconte, Marcel Lods et Otello Zavaroni, et deux professeurs, André Gutton (théorie de l’architecture) et François Vitale (construction). Cet attelage est complété de Jacques Duvaux, qui personnifie la caution de la profession en sa qualité de président du Conseil national de l’ordre des architectes, et de l’architecte polytechnicien Urbain Cassan. Du réformateur Marcel Lods au traditionnel André Leconte, l’ensemble des membres de la sous-commission souhaite intégrer l’urbanisme au corpus des matières enseignées, traduisant ainsi la conscience croissante de la plupart des architectes du développement d’un urbanisme d’État et la volonté d’affirmer une stratégie professionnelle d’intégration de l’urbanisme dans le champ de pratique de l’architecte pour ne pas laisser ce secteur d’activité aux mains des ingénieurs et des administrateurs. En revanche, il n’existe pas de consensus quant aux modalités de ce nouvel enseignement. Doit-il s’agir d’une discipline facultative ou obligatoire, d’une initiation à l’urbanisme pour les architectes ou d’une formation d’urbanistes techniciens, d’un enseignement héritier de la « grande composition » beaux-arts ou bien fondé sur un urbanisme à vocation scientifique ? Un projet pédagogique prend forme au cours de l’année scolaire 1957-1958, année pendant laquelle André Gutton n’enseigne pas, conformément au souhait formulé de prendre une « année sabbatique pour me reposer et préparer mon cours d’urbanisme9 ».

En janvier 1958, André Gutton présente un schéma d’organisation qui articule une initiation à l’urbanisme basée sur des cours magistraux obligatoires à un enseignement facultatif plus complet et technique sous forme de séminaires réservés à des élèves volontaires déjà avancés dans leur scolarité. Ce projet, bien qu’annoncé aux élèves, est refusé par le Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture. Ce rejet doit avant tout être analysé comme une illustration de la difficulté structurelle de l’école à faire aboutir un mouvement de réforme dans lequel les enseignants, le directeur, les chefs d’ateliers, les professeurs et les élèves – via la Grande Masse – sont collectivement engagés. Pour sa part, la Grande Masse fait le choix de s’opposer au projet, qualifié de « réforme de détail », « tant que les jugements de projet ne sont pas réorganisés10 ». Pendant les années 1950, elle concentre en effet sa critique sur les dysfonctionnements du jury, frein à l’obtention du diplôme dans des conditions équitables : examen sommaire des projets par le jury en raison de l’accroissement continu du nombre d’élèves, défaut de lisibilité des critères de jugement qui suscite parmi les élèves un sentiment d’arbitraire, attribution préférentielle des récompenses aux élèves des ateliers dont les patrons sont membres du jury.

Fig. 2. ENSBA, Cours d’urbanisme, séminaire de 1960/1961, AN : AJ 52 978.

Dans ce contexte, Nicolas Untersteller et André Gutton explorent la voie d’un enseignement de l’urbanisme facultatif et non sanctionné, voie autorisée par le Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture et qui recueille l’adhésion de la Grande Masse. « Outre des conférences à l’amphithéâtre sur les diverses conceptions de l’urbanisme dans les pays [qu’il a] récemment visités11 », André Gutton est autorisé à organiser un séminaire de recherches pratiques, un local lui étant confié à cet effet. En décembre 1958, André Gutton assure trois conférences : « Visites de Moscou et de Leningrad. L’urbanisme soviétique », « São Paulo. Urbanisme brésilien » et « Rio de Janeiro et Brasilia, capitales du Brésil12 ». Parallèlement, il sollicite une nouvelle décharge pour « surmenage intense13 » qui le conduit à cesser ses activités professorales à l’issue de ces trois conférences jusqu’à la rentrée de 1959. C’est donc seulement à la rentrée 1959 que s’ouvre le séminaire annuel de recherches et d’études de projets urbains réservé à une trentaine d’élèves volontaires. Ce séminaire est complété par dix conférences dont l’intitulé « Séminaires de discussion sur l’urbanisme » traduit l’aspiration d’André Gutton à renouveler le modèle pédagogique du cours magistral, démarche conforme à sa vision sociale de l’enseignement et de l’urbanisme. Ces conférences réuniront pendant les années 1959-1960 et 1960-1961 (fig. 2) entre 150 et 200 élèves14. Ce chiffre très faible en part relative pour une école qui compte plus de 2 500 élèves architectes est conséquent lorsque l’on sait que le grand amphithéâtre de l’ENSBA ne peut accueillir plus de 300 élèves et que les cours magistraux sont souvent délivrés à quelques dizaines d’élèves seulement. Ces conférences voient se succéder les protagonistes qui auront marqué les grandes opérations urbaines des Trente Glorieuses, comme Bernard Zehrfuss, Eugène Beaudouin, Raymond Lopez et Marcel Lods. École et acteurs bénéficiaires de ces commandes – dont certains sont enseignants – apportent ainsi une caution mutuelle à l’approche fonctionnaliste véhiculée par les grandes opérations publiques d’urbanisme. Si Gaston Bardet, architecte et urbaniste diplômé de l’IUUP, est invité, c’est pour évoquer non les outils complexes d’identification du tissu social urbain dont il s’est fait l’expérimentateur tenace mais l’histoire de la discipline – dont tout un pan est déjà déchargé de sa puissance réformatrice au moment où il présente son intervention intitulée « Naissance de l’urbanisme15 ».


Le Séminaire et Atelier Tony Garnier, intellectualité, pluridisciplinarité et urbanisme appliqué

« Pendant l’Année 1960 », écrit André Gutton dans ses mémoires, « j’eus l’idée de proposer [à Robert Auzelle] de venir avec moi à l’École des beaux-arts, comme professeur adjoint afin de créer ensemble, ce que nous avions toujours souhaité l’un et l’autre, un “séminaire et atelier d’urbanisme” où nous serions libres de notre enseignement16. » Pour l’année scolaire 1961-1962, la direction de l’ENSBA annonce l’instauration du Séminaire et Atelier Tony Garnier (SATG) qui entraîne la disparition aussi bien du cycle annuel de conférences sur l’urbanisme que du séminaire de recherches et d’études de projets urbains, lequel a constitué finalement une préfiguration du SATG. Robert Auzelle est recruté par l’ENSBA pour assister André Gutton. Les deux enseignants vont percevoir les émoluments alloués jusque-là à la chaire d’urbanisme. On peut réellement parler d’un détournement du projet d’un cours d’urbanisme général, qui avait initialement justifié la création de la chaire d’urbanisme, au profit du SATG, voire de sa confiscation par ce dernier17.

Le SATG est une institution originale. Intégré à ENSBA18, il admet néanmoins des étudiants issus d’autres formations19. Constitué en association loi 190120, le SATG contracte lui-même des contrats d’études urbaines avec différents organismes publics ou semi-publics dont la rémunération assure le financement d’une partie de ses frais de fonctionnement. Entre 1966 et 1968, il recevra des subventions du ministère de l’Équipement. Pour sa part, André Gutton veut y voir un embryon du centre de recherche et de spécialisation dont le décret du 16 février 1962 relatif à l’enseignement de l’architecture prévoit la constitution et dont les décrets d’application ne verront jamais le jour. En mai 1968, le SATG cherche sa place. André Gutton adresse une lettre à André Malraux pour savoir si le Séminaire doit être considéré comme une unité pédagogique d’architecture. En 1969, ses locaux saccagés, le SATG quitte le quai Malaquais et poursuit son enseignement, indépendamment de toute structure officielle jusqu’en 1973, date à laquelle André Gutton et Robert Auzelle décident d’interrompre l’activité du Séminaire.

Plus essentiellement, l’originalité du SATG tient non pas tant aux hybridations juridiques mises en œuvre qu’aux hybridations pédagogiques qu’elle élabore. Je formule l’hypothèse que le Séminaire a constitué une expérience pédagogique novatrice qui a tenté de croiser autour de son objet d’étude, l’urbanisme, la culture à dominante artistique et humaniste propre à l’École des beaux-arts avec une culture scientifique de caractère universitaire. Avant même les événements de 1968, les questions urbaines forment un vecteur d’intellectualisation d’un certain nombre d’architectes issus de l’École des beaux-arts.

Le SATG a fonctionné de 1961 à 1974 selon des modalités assez constantes. Une trentaine d’élèves issus de champs disciplinaires divers sont accueillis à temps partiel pendant deux ans. Le séminaire de première année consiste en un travail collaboratif, théorique et discursif. Les élèves étudient, analysent, débattent, se confrontent et rédigent un mémoire collectif de fin d’année sur le sujet de leur choix dans le cadre d’une thématique générale. Pendant l’atelier de seconde année, les élèves travaillent, toujours en équipe, à la réalisation d’études d’urbanisme réelles au bénéfice d’organismes publics ou semi-publics avec lesquels l’association à laquelle le SATG est adossé conclut des contrats de recherche.

Fig. 3. Cahier 65-66, le logis : réflexions sur l’espace architectural et urbain par Hubert Tonka, Antoine Stinco, Jean Aubert, dans le cadre du Séminaire et Atelier Tony Garnier.

Chaque année, les travaux des élèves sont édités. Les mémoires des étudiants du séminaire 1965-1966 publiés sous le titre Cahier 65-66, le logis sont révélateurs du type d’apprentissage hybride proposé par le SATG. Ils attestent de recherches foisonnantes et désordonnées dans des champs disciplinaires ouverts. Philippe Molle21, par exemple, cherche à théoriser les comportements de « l’enfant de 13 à 18 ans », croyant à cette époque, dit-il, « qu’il suffit de réaliser des logements de qualité pour supprimer la délinquance22 » et s’appuie sur les travaux de différents psychologues et sociologues. Hubert Tonka, formé à l’IUUP et à l’École pratique des hautes études, s’associe à Jean Aubert et Antoine Stinco de l’atelier Albert-Herbé pour une étude intitulée « Réflexions et questions sur l’espace architectural et urbain », première expérience éditoriale qui annonce leur revue Utopie. Cette étude ébauche, dans une forme graphique et littéraire disruptive, un champ de critique des utopies régulatrices de l’espace urbain fonctionnaliste. Les trois étudiants vont notamment croiser des recherches issues de la sémiologie et du structuralisme, dans une lecture politiquement engagée. Schémas à l’appui, ils analysent la ville à l’aune de l’expérience perceptive des usagers (fig. 3). Cahier 65-66, le logis s’achève par une communication de René Lourau23. Le sociologue dresse le bilan pédagogique des travaux du séminaire qu’il a accompagnés pendant toute l’année et décrit celui-ci comme le lieu de passage d’un « ancien système » à un « nouveau système ». De la même manière, Antoine Stinco définit le SATG comme un espace « inattendu dans une école si profondément anti-intellectuelle24 », « une sorte d’îlot où la pratique universitaire du séminaire s’était curieusement imposée25 ». Le SATG, estime-t-il, a formé en lui la « conscience que l’architecte devait et pouvait être aussi un intellectuel26 » et le fit « commencer à réfléchir sur les rapports de l’architecture avec les réalités urbaines en se référant à d’autres disciplines comme la sociologie, la géographie, l’histoire et même l’histoire des idées27 ».


La dynamique Max Querrien

En mai 1963, lorsque Max Querrien prend ses fonctions au ministère des Affaires culturelles, rue de Valois, l’enseignement de l’urbanisme délivré à l’ENSBA ne concerne qu’une trentaine d’élèves réunis au sein du SATG. Le nouveau directeur de l’Architecture décide de généraliser pour tous les élèves architectes l’enseignement de l’urbanisme à l’école.

Le 28 avril 196528, Max Querrien requiert de Jean Fayeton, nouveau directeur des études d’architecture, qu’il constitue un groupe d’études en y associant la Grande Masse, « pointe avancée » de « l’atmosphère de remise en question » qu’il s’emploie « à faire régner au sein de l’école29 ». Effectivement, tant le Grand Massier Philippe Molle que son successeur Pierre Clément s’accordent avec Max Querrien à considérer « qu’il ne faut pas attendre la mise en place des écoles nationales d’architectures » – la « grande réforme » – pour contextualiser le projet d’architecture et pour mettre sur pied « un ensemble d’enseignements et de travaux appropriés30 ».

L’urgence de cette réforme se justifie, plus encore qu’en 1958, par la volonté de contrer les revendications expansionnistes des ingénieurs et des urbanistes qui gravitent dans la sphère d’influence du ministère de l’Équipement. Pour ce faire, Max Querrien distingue dans ses argumentaires « le développement urbain », auquel concourent les architectes aux côtés d’autres corps de métier, de « la création d’espaces organisés31 », l’apanage des seuls architectes. Dans une dialectique similaire, Jean Fayeton justifiera précisément l’instauration d’un enseignement général de l’urbanisme à l’ENSBA par le spectre du déclassement de l’architecte au profit de l’ingénieur32.

Le déploiement de cet enseignement de l’urbanisme s’intègre aussi dans le contexte de rénovation des dispositifs pédagogiques entrepris dans le cadre de ce que Max Querrien appelle « la petite réforme33 », et qui se présente sous la forme d’un ensemble de mesures d’application immédiate. L’intégration de l’enseignement de l’urbanisme au cœur du projet long avait pour objectif d’enrichir la pratique du projet34. Jean Fayeton pilote, en tant que directeur des études d’architecture, ce projet de réforme, qui se déploie au rythme de dispositifs sans cesse réajustées dans un jeu d’équilibre entre les différentes tendances qui s’expriment à l’école.


L’expérience de 1966-1967 : le projet long, projet d’urbanisme

Fig. 4. « Décisions pour l’année scolaire 66-67 », Direction des études d’architecture, Jean Fayeton, 26 juillet 1966, AN : AJ 52 1035.

Les mesures prévues pour l’année 1966-1967 sont présentées dans une note dont l’intitulé témoigne du caractère optimiste et volontariste de la démarche, « Décisions pour l’année 1966-196735 » (fig.4). En rupture avec la pratique ordinaire de l’ENSBA de programmes de concours non situés, Jean Fayeton y annonce le principe de l’adoption annuelle d’un thème de programme et d’un terrain réel qui formera le site où la totalité des programmes des concours d’émulation s’inscrira – à savoir, pour cette première année, « les loisirs » et une boucle de la Seine située sur la commune de Moissons, dans les Yvelines.

Cette note mentionne également la mise en œuvre d’un cours d’urbanisme général et obligatoire dont la responsabilité est confiée à Henri-Jean Calsat36. Il est prévu que ce dispositif s’articule avec la pratique du projet long d’architecture expérimentée l’année précédente selon des modalités qui ne sont pas précisées. En définitive, la note de Jean Fayeton de juillet 1966, traduit une difficulté du corps enseignant à définir les relations entre l’enseignement de l’urbanisme et celui de l’architecture. Cet enseignement doit intervenir « parallèlement à [celui de] l’architecture dans les deux classes de l’école », souligne Jean Fayeton à plusieurs reprises37. Le cours d’urbanisme a-t-il vocation à conserver le statut d’un enseignement à côté de celui du projet d’architecture? Ou doit-il devenir une partie intégrante, pour ainsi dire une facette, de l’enseignement du projet au sein de l’atelier ?

Le premier projet long donné aux élèves de première classe, le 27 octobre 1966, sépare l’étude en deux temps. Le premier doit conduire à établir non pas un traditionnel plan d’architecture mais un plan général d’aménagement de la base de loisirs de la boucle de Moisson sur une superficie de 17 000 hectares, et qui doit inclure l’hébergement pour 3 000 personnes, les équipements et les circulations correspondantes. En termes de rendu, un rapport écrit fixé sur le châssis de présentation doit justifier le parti d’aménagement proposé. La seconde étape du programme doit conduire les élèves à concevoir un projet d’architecture pour le centre de la base de loisirs, comprenant des équipements commerciaux, des hôtels, des restaurants, des salles polyvalentes, un cinéma. Le programme invite les élèves à définir non seulement le « caractère » (notion traditionnelle de l’enseignement de l’ENSBA) du centre en question mais surtout les « rythmes de vie » et les « modes de vie » envisagés, exigence ouvrant à une perspective issue de la sociologie urbaine.

Le traitement de ce programme sera perçu par tous – élèves, chefs d’atelier, direction des études et ministère des Affaires culturelles – comme un échec. La cause principale en est l’absence de préparation des élèves au traitement d’un programme nouveau. Jean Fayeton reconnaît que « les élèves ont été affrontés à des problèmes auxquels ne les avaient préparés aucun enseignement préliminaire, et [que] les programmes eux-mêmes péchaient par défaut d’information sur le contexte socio-économique38 ». Cette impréparation découle d’abord de la décision de la direction des études d’architecture de reporter l’ouverture du cours d’Henri-Jean Calsat au mois de janvier 1967 et surtout de le réserver aux seuls élèves de première année de seconde classe et ce au motif affiché d’assurer une progressivité annuelle du cours d’urbanisme. Paradoxes de la réforme de l’enseignement de l’urbanisme ! Destinée à ouvrir le projet sur les questions urbaines et à poser les bases d’un enseignement renouvelé, cette réforme, dont la mise en œuvre souligne les insuffisances de préparation du corps enseignant, aiguise les appétits scissionnistes – dont la création en 1965 du groupe C réunissant les ateliers les plus contestataires, en plus du groupe A (ateliers intérieurs) et du groupe B (ateliers extérieurs), avait été une expression –, selon des lignes de fracture qui annoncent le façonnage des futurs unités pédagogiques d’architecture.

Plusieurs patrons du groupe A sont incriminés par Jean Fayeton de « n’avoir pas désiré guider les élèves dans un travail d’analyse auquel personne n’était habitué », de les avoir « laissé traiter les projets longs avec la légèreté traditionnelle ». Réfractaires à ce vent de réformes incertaines, l’ensemble des chefs d’atelier ? du groupe A remettent en cause le principe même du thème annuel et réclament l’autonomie des programmes du groupe39.

Le groupe C, quant à lui, décide, sans l’aval de la direction des études, de substituer au travail de projet un travail d’enquête et d’analyse du contexte urbain économique et social du programme de la boucle de Moisson. Ce travail s’effectue en équipe élargie, réunissant élèves de première et de seconde classe. Jean Fayeton ratifie ce « coup d’État pédagogique » en autorisant les différentes équipes d’élèves et d’enseignants du groupe C à poursuivre « leurs travaux jusqu’à la fin de l’année40 ». Chaque équipe est libre de déterminer les thèmes et les sujets de ses projets courts et de ses projets longs. Le groupe C vient ainsi de faire tomber le principe d’unité de programme des concours, pierre angulaire de l’école. Ses élèves vont s’engouffrer, voire s’embourber dans cette nouvelle pratique de la programmation des projets en se livrant souvent à de riches travaux d’enquêtes, effectués sans préparation ni soutien, dans des champs pluridisciplinaires variés (économie, sociologie, psychologie) mais sans parvenir à aboutir à la production d’un dispositif spatial. L’Association générale des élèves parisiens-groupe C, qui se porte candidate aux élections de la Grande Masse de 1967, analyse aussi la mise en œuvre de ce premier projet long à coloration urbanistique « comme un échec (car on n’a pas pu en tirer nettement les conclusions) » et estime qu’elle signe « l’aveu d’incompétence » du corps professoral » puisque « les élèves s’auto-enseignent, s’autogèrent, s’autosanctionnent41 ». Jean Fayeton y voit la possibilité néfaste pour les élèves de « capitaliser des valeurs d’architecture sans avoir personnellement fait le moindre travail de création architecturale ». Pour ces élèves, dit-il, « les projets organigrammes », comme les « projets affiches » pour ceux de l’école d’hier, constituent une fuite devant la véritable finalité de la recherche architecturale42. On entendra bientôt des critiques voisines à l’endroit de la future unité pédagogique d’architecture n° 6 (Paris-La Villette) au sein de laquelle produire ne signifiera plus toujours construire.


L’expérience de 1967-1968 : l’ouverture aux sciences humaines

Dans ce contexte récriminatoire, Jean Fayeton présente le programme d’études pour l’année 1967-1968 comme « une tentative de mise en ordre dont le principal objectif doit être le rétablissement du moral des élèves. Nous avons cherché à structurer plus solidement le travail des élèves43 ». En mai 1967, Michel Écochard (1905-1985) accepte d’assurer la responsabilité de l’enseignement de l’urbanisme, en remplacement de Henri-Jean Calsat. Attaché aux principes fonctionnalistes et pionnier d’une prise en compte des modes de vie des populations par des enquêtes relevant de la géographie et de sociologie urbaine, cet architecte-urbaniste obtient que l’enseignement des sciences humaines soit intégré à celui de l’urbanisme. Le cours d’urbanisme devrait être « un enseignement unique c’est-à-dire que les différents enseignements sociologique, géographique ou autre que l’on peut dénommer sciences humaines ne seraient pas un enseignement indépendant traitant l’homme ou la nature pour elle-même mais traité dans l’optique de la réalisation spatiale. Pour ce faire, une coordination devrait se faire au niveau de l’urbanisme44 ». Deux professeurs assistants secondent le nouveau professeur d’urbanisme et de sciences humaines, le sociologue Jean-Paul Flamand, choisi par Michel Écochard, et Alain Rénier, architecte recommandé par Jean Fayeton et André Vicariot, professeur de construction.

Comme précédemment, l’urbanisme et maintenant les sciences humaines seront enseignés dans le cadre du projet long. La nouveauté tient à la structuration de celui-ci en trois phases distinctes dans le but d’ordonner la recherche à la conception d’un espace bâti. Rattachés à la direction des études d’architecture, vingt assistants en sciences humaines sont recrutés et répartis en trios pluridisciplinaires constitués d’un géographe, d’un sociologue et d’un économiste, pour accompagner, à raison de deux heures par semaine, des groupes d’une vingtaine d’élèves, parfois issus d’ateliers différents. Cet encadrement se limite aux deux premières étapes, consacrées à l’étude du site (phase A) et à celle du programme (phase B), la phase C constituant la phase de finalisation du dispositif spatial. Cinq conférences d’urbanisme sont données par Michel Écochard à l’automne 1967. Quatre autres sont projetées au second trimestre. En septembre 1967, Henri Raymond, assistant d’Henri Lefebvre à l’université Paris-X à Nanterre, est chargé sous l’autorité du professeur Écochard d’assurer la coordination des enseignements en sociologie. À compter de janvier 1968, il dispense une heure de cours hebdomadaire en sociologie.

Encadrées par des assistants dédiés, ces études du contexte géographique, économique et social des programmes se révèlent un facteur de renouvellement de la méthodologie du projet. Elles favorisent une pratique du projet conçu comme un processus, comme une succession de dispositifs complexes et évolutifs impliquant des questionnements et des réflexions pluridisciplinaires. La pratique du projet ne se contente plus de mettre en vis-à-vis une image – réponse graphique – à un programme statique, donné a priori.

Mais cet enrichissement de la pédagogie ne doit pas occulter le cloisonnement de l’enseignement de l’urbanisme et des sciences humaines. Les phases A et B constituent un périmètre concédé aux assistants en sciences humaines avant que ceux en architecture et les chefs d’atelier ne reprennent la main sur le projet pour aboutir à la production d’un dispositif spatial. Michel Écochard fustige le défaut d’implication et de participation des assistants en architecture au travail de leurs collègues en sciences humaines. Jean-Paul Flamand et Alain Rénier ne disent pas autre chose quand ils estiment de leur côté qu’il « serait possible de pousser plus loin l’intégration entre des démarches pour le moment parallèles des assistants architectes sur le plan plastique et technique et des assistants en sciences humaines sur le plan de l’étude du site et du programme45 ».

Fig. 5. Lettre de démission de Michel Écochard, adressée à Jean-Paul Martin, 10 avril 1968, AN : 1987 0645/2.

Cette difficile cohabitation culturelle et pédagogique entre les enseignants des deux champs disciplinaires conduit à la démission de Michel Écochard le 10 avril 1968 (fig. 5). C’est précisément les sociologues qu’incrimine Michel Écochard : « J’ai l’impression que mon enseignement est rendu totalement inutile par le débordement à peu près total des sociologues sur l’urbanisme. […] Les assistants sociologues apportent dans l’esprit des élèves une confusion, des craintes et par cela même une impossibilité d’œuvrer46. » Pour Michel Écochard, les sociologues sont coupables d’un « intellectualisme » abstrait et déconnecté du réel qui éloigne les élèves et l’école de la réalité de la composition spatiale. Cette critique vise dans un mouvement unique les six ou sept assistants de sociologie mais aussi la nouvelle direction des études dont les trois permanents, futurs enseignants à l’unité pédagogique d’architecture n° 6, Gustave Massiah, Alain Rénier et Jean-Paul Flamand, sont explicitement accusés par Michel Écochard de mener l’école à sa perte.

En guise de conclusion, parcourons les courtes semaines qui séparent la démission de Michel Écochard de mai 1968. Les événements vont interrompre brutalement la « grande réforme » en mettant un terme au processus d’essaimage des écoles nationales d’architecture en région mais aussi à Paris, écoles dont les groupes (en particulier le groupe C, mais aussi les groupes A et B) constituaient un premier embryon. Un processus réformiste, en germe depuis 1962 et sur le point d’aboutir, cède la place à une période prérévolutionnaire dont on peut penser qu’elle a contribué à exacerber les positionnements théoriques. Si la cassure institutionnelle et symbolique est indéniable, il est tout aussi évident que les réseaux d’affinités constitués à l’ENSBA et les différentes expériences pédagogiques entreprises notamment autour de l’urbanisme et des sciences humaines et de leur articulation avec un « projet-processus » vont faire l’objet d’une réappropriation, certes différenciée, par les unités pédagogiques d’architecture. Il n’est pas fortuit que la vie de la section architecture de l’École des beaux-arts s’achève sur un désaccord au sein de sa direction des études sur la place des sciences humaines et sur leur rôle dans l’intellectualisation du projet et plus généralement dans la pédagogie, tant cette question sera clivante dans la formation des unités pédagogiques d’architecture.

 

Notes

1 André Gutton, De la nuit à l’aurore. Conversations sur l’architecture, 2 vol., Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, 1985, t. I, p. 156.
2 Pour l’année 1953-1954 au moins.
3 Parmi les sources disponibles : L’urbanisme au service de l’homme, tome VI des Conversations sur l’architecture d’André Gutton (Vincent, Fréal et Cie, 1962), présenté par celui-ci comme le support de son cours d’urbanisme et publié en 1962 ; les intitulés des conférences d’urbanisme données de 1959 à 1961 ; les publications du Séminaire et Atelier Tony Garnier de l’ENSBA (1963-1969), la conférence inaugurale au cours d’urbanisme prononcée en octobre 1967 par Michel Écochard ou encore les programmes des concours d’émulation.
4 André Gutton fait ici référence aux dernières années de son professorat du cours de théorie de l’architecture.
5 André Gutton, De la nuit à l’aurore…, op. cit., p. 269.
6 André Gutton est élu en juillet 1957 et nommé en septembre 1957.
7 Cet arrêté est pris par Jacques Bordeneuve, secrétaire d’État aux Arts et aux Lettres au gouvernement Guy Mollet (1956-1957).
8 Le Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture est créé par un arrêté du 3 décembre 1947 (Journal officiel, 12 décembre 1947, p. 12085). Rattaché à la direction des Arts et des Lettres, « Le comité donne son avis sur les questions qui lui sont soumises par la direction générale des Arts et des Lettres, par la direction de l’ENSBA, et par les directeurs des écoles régionales d’architecture » (art. 4). Le comité débattra de l’ensemble des projets de réforme de l’ENSBA jusqu’à la création du Conseil supérieur de l’enseignement de l’architecture par l’art. 10 du décret n° 62-179 du 16 février 1962 relatif à l’enseignement de l’architecture.
9 André Gutton, De la nuit à l’aurore…, op. cit., p. 327.
10 Tract appelant les élèves à manifester contre la création d’une chaire d’urbanisme, s.d. AN : 1987064/1.
11 Lettre du 3 novembre 1958 de Nicolas Untersteller à André Gutton, AN : AJ 52/975.
12 Intitulés de conférences mentionnées dans une lettre du 12 novembre 1958 d’André Gutton à Nicolas Untersteller, AN : AJ 52/975.
13 Lettre du 8 décembre 1958 d’André Gutton à Nicolas Untersteller, AN : AJ 52/975. Après avoir évoqué son « usure » face aux « actions négatives » d’une « bureaucratie toute nouvelle », André Gutton s’alarme de son état de santé : « Les nerfs s’usent et nous assistons, au grand départ des meilleurs d’entre nous. J’ai été prévenu. J’ai pris une décision obligatoire. »
14 Cf. registre de présence au cours d’urbanisme, 3 décembre 1958-13 décembre 1966, AN : AJ 52/983.
15 Cet intitulé s’inscrit dans la continuité de celui de son ouvrage, Naissance et méconnaissance de l’urbanisme, Paris, SABRI, 1952, publication de son mémoire sur l’histoire urbaine de Paris rédigé dans le cadre de l’École pratique des hautes études.
16 André Gutton, De la nuit à l’aurore…, op. cit., t. II, p. 356.
17 Cf. les registres de présence au « cours d’urbanisme » 3 décembre 1958-13 décembre 1966 », AN : AJ 52/983. Après avoir mesuré l’assiduité au cours d’urbanisme dispensés de 1958 à 1961, ces registres, à compter de la rentrée scolaire 1961 1962 comptabilisent le nombre d’élèves qui assistent aux séances du Séminaire et Atelier Tony Garnier.
18 Ses professeurs et assistants sont rémunérés par l’ENSBA, ses locaux se situent dans l’enceinte du quai Malaquais, son papier à lettres est à l’en-tête de l’école.
19 L’administration de l’ENSBA requiert de ces étudiants le paiement d’une cotisation en qualité d’« auditeurs libres ».
20 Au même titre qu’un certain nombre d’ateliers, pour permettre au massier d’assurer la gestion de la caisse de la masse de l’atelier (alimentée par les élèves des ateliers) et de conclure les contrats de fournitures scolaires nécessaires à son fonctionnement.
21 Philippe Molle est Grand Massier de février 1962 à février 1966. Élève de Noël Le Maresquier, il participe à la constitution de l’atelier Candilis-Josic qu’il rejoint à sa création en 1965. Aux côtés notamment de Michel Macary et de Thierry Gruber de l’atelier Candilis, il présente le 24 novembre 1966 « Une maison de l’architecture, germe de ville », un diplôme collectif, qui s’inscrit dans une démarche de réflexion sur l’aménagement du territoire en rupture avec la pratique des grands ensembles.
22 Philippe Molle, Mémoires d’outre mers, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 211.
23 Sociologue, assistant d’Henri Lefebvre à l’université Paris-X à Nanterre, René Lourau promeut une pédagogie non directive et met au point une méthode d’analyse institutionnelle en situation. Il participe à la fondation de la revue Utopie.
24 Antoine Stinco, Une éducation architecturale : Tunis, Paris, Rome, Paris, Paris, Sens & Tonka, 2014, p. 84.
25 Antoine Stinco, « Mes Beaux-Arts », Criticat, n° 9, mars 2012, p. 25-45.
26 Antoine Stinco, Une éducation architecturale…, op. cit., p. 85.
27 Ibid., p. 84.
28 Max Querrien, Note pour Monsieur Fayeton, 28 avril 1965, AN : 19780694/14.
29 Max Querrien, Pour une politique de l’architecture. Témoignage d’un acteur (1960-1990), Paris, Le Moniteur, 2008, p. 89.
30 Lettre de Max Querrien à Philippe Molle, 30 avril 1965, AN : 19780694/14.
31 Voir, par exemple, « Monsieur Querrien nous fait part de ses projets concernant la création architecturale. Propos recueilli par Béatrice Godet », Cahiers de la Ligue urbaine et rurale, premier trimestre 1966, p. 11-14.
32 Jean Fayeton, ENSBA, année 1966-1967, La nouvelle orientation de l’enseignement, 8 octobre 1966, AN : 1987 0695/2.
33 Par opposition à la « grande réforme » entendue comme le projet de création d’écoles nationales d’architecture autonomes dotées d’une pédagogie refondue.
34 Peu étudiée et mésestimée, la « petite réforme » a été évoquée dans ces termes par l’un de ses acteurs, Alain Rénier (1931-2005) : « Pour la première fois dans l’histoire de l’école, l’intégration de compétences en matière d’urbanisme s’effectuera dans le cours même des activités de projet pour en enrichir le contexte. » Alain Rénier, « La petite réforme de 1965 » dans Propos sur l’enseignement de l’architecture : histoire, institutions, partenaires, Paris, Ministère de l’Équipement, des Transports et du Tourisme, direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, 1993, p. 32.
35 Jean Fayeton, ENSBA, Direction des études d’architecture, « Décisions pour l’année scolaire 1966-1967 », 26 juillet 1966, AN : AJ 52 1035.
36 Architecte des Bâtiments civils et Palais nationaux, ingénieur issu de l’École spéciale des travaux publics et diplômé de l’IUUP, Henri-Jean Calsat (1905-1991) avait été pressenti dès 1958 par André Gutton pour assurer le cours d’initiation à l’urbanisme qui figurait dans le projet sanctionné par le Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture. C’est donc un homme issu de l’entourage d’André Gutton.
37 « Enfin, il sera possible d’enseigner l’urbanisme parallèlement à l’architecture » (p. 4) et « L’urbanisme sera étudié parallèlement à l’architecture dans les deux classes de l’École » (p. 7) dans sa note “Décisions pour l’année scolaire 1966-1967 » précitée, AN : AJ 52 1035.
38 Rapport de Jean Fayeton à monsieur le directeur de l’Architecture, 8 mai 1967, AN : AJ 52 1036.
39 Bertrand de Tourtier, Compte rendu de jugement du projet long, groupe A, 26 janvier 1967, AN : AJ 52 978.
40 Atelier d’architecture du groupe C, Note explicative sur l’organisation des études jusqu’à la fin de l’année scolaire 1966-1967, AN : AJ 52 1040.
41 Association générale des élèves parisiens-groupe C, Christian de Portzamparc, Dominique Montassut, Dominique Luquet, Alain Brocard, s. d., AN : 1987 0645/1.
42 Rapport de Jean Fayeton, directeur des études d’architecture à l’ENSBA, à monsieur le directeur de l’Architecture, 8 mai 1967, AN : AJ 52 1036.
43 Ibidem.
44 Note de Michel Écochard à monsieur Martin, 3 mai 1967, AN : 1987 0645/2.
45 Note à l’attention de monsieur Fayeton, Jean-Paul Flamand et Alain Rénier, s.d., AN : 1987 0645/2. On notera l’emploi de l’adjectif « parallèle ».
46 Lettre de Michel Écochard à Max Querrien, 5 mars 1968, AN : 1987 0645/2.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search