[séminaire] Culture et Communication : la culture à la télévision

Au cours de ce séminaire initié par le Comité d’histoire du Ministère de la Culture, on examinera la présence et les formes de « la culture » à la télévision tant dans la conception que dans la réalisation des programmes des chaines publiques et privées des années cinquante à nos jours. On reviendra sur l’énoncé des missions confiées aux médias « Informer, éduquer/instruire, distraire » et sur leur mise en œuvre au travers des politiques culturelles et éducatives, nationales et transnationales. On examinera les relations qu’entretient la télévision avec d’autres formes d’expression culturelle et artistique comme le cinéma.

Ce séminaire est placé sous la direction scientifique d’Évelyne Cohen, professeure des universités, Enssib/LARHRA (UMR CNRS).

Il est ouvert à un public double : les spécialistes, chercheurs en sciences de l’information et de la communication ou en histoire et sociologie de la culture et leurs étudiants ; mais aussi le cercle plus large des professionnels intervenant dans le domaine des médias, des politiques et de la médiation culturelle.

 

Programme prévisionnel

18 janvier 2018
Les « modèles » de télévision et leur mise en œuvre
Évelyne Cohen, professeure des universités, Enssib/LARHRA (UMR CNRS)
avec la participation de Bernard Faivre d’Arcier, ancien président fondateur de la Sept, ancien conseiller de cabinet du premier Ministre, Laurent Fabius et Pascal Josèphe, expert média, ancien responsable des programmes de chaînes de télévision

 

8 mars 2018
Interdépendances asymétriques : la circulation de programmes de télévision en Europe
Andreas Fickers, directeur de l’Institut d’histoire du Temps présent de l’Université du Luxembourg
avec la participation de Marie-Christine Saragosse, directrice générale de France Médias Monde

 

5 avril 2018
Les espoirs de l’éducation populaire et de la démocratisation
Laurent Besse, maître de conférences en histoire contemporaine, IUT de Tours, département Carrières sociales (Université François-Rabelais)
avec la participation de Sylvie Jezequel, cofondatrice du Crepac-Scopcolor avec Roger Louis en 1968, ancienne directrice d’Arte-France et de Carole Christen, maître de conférences en histoire contemporaine, à l’IUT de Lille

Laurent Besse interroge la façon dont l’éducation populaire a  rencontré la télévision naissante puis triomphante entre les années 1950 et les années 1970. Ou comment les 3 D (délasser, divertir, développer) qui caractérisaient selon Joffre Dumazedier le véritable loisir pouvaient-ils s’articuler avec la triade « Instruire, informer, divertir » fixées à la télévision de la IVème République ? Dès le début des années 1950, les milieux d’éducation populaire se sont efforcés dans la mesure de leurs moyens d’apprivoiser un médium qui leur poserait rapidement de redoutables défis : instantanéité de la diffusion, montée d’une forme de loisir domestique qui mettait en cause la faveur des mouvements d’éducation populaire pour les rassemblements extérieurs, mais également nouvelles formes d’expression dont il convenait d’inventer une pédagogie. Des télé-clubs aux essais d’animation vidéo des années 1970, évocation de quelques-unes des expériences qui ont marqué cette histoire.

Ni historienne, ni sociologue, mais témoin direct et indirect, Sylvie Jezequel relate les rendez-vous manqués de la la télévision avec l’éducation populaire en évoquant les moments-clés rapportés par leurs acteurs directs, et de choses vécues personnellement : quelques pistes d’ analyses et de réflexions sur l’échec des relations de l’Éducation Populaire, et de  l’Éducation Nationale, avec la télévision.

 

12 avril 2018
Les métamorphoses de la culture à la télévision
François Jost, professeur des universités, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Même si les mots qui caractérisent les missions de la télévision publique sont restés à peu près les mêmes depuis des décennies, leur sens a changé au gré des époques. Cette communication périodise les mutations sémantiques de l’adjectif « culturel » appliqué aux programmes, en insistant sur le passage de culture associée à la « création télévisuelle » à la promotion culturelle.

La mission culturelle de France Télévisions
Lucie Alexis, docteure en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 2 Panthéon-Assas

Cette communication questionne les moyens par lesquels France Télévisions produit une cohérence en matière d’expériences culturelles et interroge la conception de la culture de la télévision de service public. Elle suit un parcours chronologique à travers trois territoires politiques et médiatiques : une analyse de rapports institutionnels publiés entre 1993 et 2008 ; une étude de figures d’artistes tels que visibles, entre 2010 et 2011, dans trois émissions de plateau diffusées en fin de soirée (On n’est pas couché, Ce soir (ou jamais !) et Des mots de minuit)  ; un regard sur les formes numériques d’écriture et de diffusion de la culture afin d’interroger un renouvellement des expériences et de la programmation culturelles entre 2011 et 2017.

avec la participation de Jean-Marie Cavada, ancien président de Radio-France, ancien président-fondateur de La Cinquième et de Catherine Morin-Desailly, sénatrice de Seine-Maritime (Normandie), Présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat


24 mai 2018
Cinéma et Télévision : les relations politico-économiques

« Espèces d’espaces : parler de cinéma à la télévision »
Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École nationale des chartes
Dimitri Vezyroglou, maître de conférences, membre de l’équipe d’accueil Histoire culturelle de l’art (HiCSA), université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Depuis les années 50, le cinéma a nourri sans discontinuer ce qu’il convient d’appeler les « contenus » télévisuels. Si nous reviendrons brièvement sur le manière dont se structurent les relations entre cinéma et télévision, la présente communication s’attachera moins aux films diffusés qu’aux émissions de télévision sur le cinéma. Dans un contexte historiographique où il est désormais d’usage de parler de « genres télévisuels », on s’interrogera par conséquent sur ce qui fonderait un genre singulier de l’émission de cinéma. Il s’avère en effet que la télévision reste durablement impuissante à constituer un espace qui lui soit propre et – sauf exception – les dispositifs mis en scène par la télévision relèvent de trois grandes catégories : le reportage dans un lieu dévolu – temporairement ou durablement au cinéma (figure dont les nombreuses émissions retransmises depuis le festival de Cannes sont l’emblème) ; la reprise des codes – et par conséquent – des genres propres aux émissions littéraires ou aux émissions de débat, y compris lorsqu’il s’agit de se déplacer au domicile de telle vedette ou de tel cinéaste ; la reconduction télévisuelle des espaces de projection cinématographique (du ciné-club à la salle). De ce point de vue par exemple, la Dernière séance choisit de ne pas investir un studio, mais une salle et de restituer une séance commerciale. Esquisser une typologie des émissions de cinéma, on le voit, c’est en somme répondre à la question du genre et – probablement – à l’échec de la télévision à constituer un espace spécifique qui rende justice à cet autre médium.
Les relations Cinéma/ Télévision des années 1950 aux années 2000
Alain Auclaire, ancien président de la Fémis, président de la commission du cinéma d’art et d’essai
  • le besoin de programmes des diffuseurs TV
  • l’inégalité de la concurrence entre les diffuseurs TV et les fournisseurs et diffuseurs de films
  • la position des diffuseurs TV comme financiers du cinéma, coproducteurs de films, producteurs de programmes TV originaux
  • le film comme programme «d’appel» de l’audience TV ou comme substitut au programme TV original, passé et présent
  • le cinéma comme élément de la concurrence entre les opérateurs TV, aux niveaux national, européen, international…

François Hurard, inspecteur général des affaires culturelles, ancien directeur des programmes au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, ancien directeur du cinéma au Centre National de la Cinématographie

A compter des années 60, alors que le cinéma devient un programme assurant de fortes audiences à la télévision, les courbes de croissance de l’équipement des ménages en téléviseurs et de fréquentation des salles de cinéma révèlent un remarquable effet de ciseau, et les professionnels du cinéma ont tôt fait d’imputer à la télévision la cause de leur fragilité et du déclin du cinéma en salles, comme le rappelle dès 1977 René Bonnell dans « Le cinéma exploité ». Il s’ensuit une demande énergique de régulation des rapports cinéma -télévision, qui, ébauchée à l’ère de l’ORTF, ne cessera de prospérer et de se raffiner au fil des nombreuses réformes de l’audiovisuel public, jusqu’à nos jours où subsistent encore largement les cadres juridiques et économiques des relations entre le grand et le petit écran, tels que conçus dans les années 70 et 80. On reviendra donc sur les grands axes de cette régulation des rapports cinéma/TV et son impact culturel à la fois sur la place du cinéma comme programme télévisuel, mais aussi sur le rôle, toujours éminent, de la télévision comme pilier du financement de la création cinématographique 


Les séance se tiendront de 16h à 19h à l’École nationale des chartes (65 rue de Richelieu – 75002)

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles sur inscription obligatoire à comitehistoire@culture.gouv.fr

 

Ce séminaire reçoit le soutien de la Fondation Maison des sciences de l’homme, de l’École nationale des chartes et de l’Institut National de l’Audiovisuel