La cérémonie publique dans la France contemporaine

Cette communication issue du séminaire “La cérémonie publique dans la France contemporaine” a été donnée dans le cadre de la séance introductive du 3 février 2017.

par Patrick Garcia
professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheur à AGORA Cergy-Pontoise
chercheur associé permanent à l’Institut d’histoire du temps présent

 

Introduction

L’objet que nous ambitionnons d’étudier cette année et les années suivantes dans le cadre de ce séminaire – « La cérémonie publique dans la France contemporaine » – est important. On peut en effet considérer celle-ci à la fois comme l’expression d’une politique symbolique de la part de l’État et des collectivités publiques qui en décident, l’organisent et l’effectuent – et à ce titre mesurer son évolution, l’importance qui lui est dévolue – et comme une cristallisation des sensibilités collectives auxquelles elle tente de répondre tant par sa réception que par les choix esthétiques qui président à son élaboration. Comme le protocole c’est bien, selon la proposition d’Olivier Ilh, une « mise en forme du politique ».
Ainsi entendue la cérémonie publique est à la fois le fruit d’un processus de décision, un dispositif, une mise en scène du pouvoir politique – le spectacle du pouvoir –, des rituels et leur actualisation, une esthétique en mutation constante, une conception de sa médiatisation. Elle est une langue, une rhétorique, une mise en ordre symbolique.
C’est à partir de cette acception large que nous nous proposons d’étudier cet objet protéiforme qui permet d’explorer le politique et que, dès cette année, nous avons choisi de travailler à diverses échelles de la mise en scène du président de la République à la cérémonie locale et régionale à travers le cas de Marseille « capitale européenne de la culture ».
En fonction de mes travaux, je centrerai cependant mon propos introductif principalement sur le geste présidentiel afin d’étudier l’historicité du geste et de proposer une esquisse de périodisation.
Bien sûr notre attention pour ce sujet s’inscrit dans la dynamique de l’intérêt porté depuis une vingtaine d’années aux politiques symboliques dans le cadre d’une approche culturelle du politique. Faut-il ici rappeler les très nombreux travaux qui ont permis d’ouvrir ce chantier en réintroduisant le politique dans la durée et en l’extrayant d’une approche strictement événementielle qui avait longtemps caractérisée l’histoire politique ?
Qu’il me soit permis de citer quelques noms, en oubliant beaucoup des artisans de cette inflexion historiographique majeure : Maurice Agulhon, Alain Corbin, Serge Berstein, Pierre Nora, Pascal Ory, Jean-François Sirinelli, Danielle Tartakowsky pour ne citer qu’eux et bien sûr les politistes Yves Deloye, Philippe Dujardin, Denis Fleurdorge, Olivier Ihl ou encore Nicolas Mariot.
A titre presque ego-historique je dirais aussi que, pour Maryline Crivello et moi-même, c’est l’occasion de poursuivre une collaboration engagée dans le cadre du séminaire consacré au Bicentenaire de la Révolution française qui s’était tenu entre 1990 et 1992 à l’IHTP, et avait mêlé historiens, sociologues et anthropologues – auquel au demeurant avaient participé certains des invités de cette année et d’autres qui interviendront les années suivantes.
Je dirais enfin mon plaisir de conduire cette entreprise en collaboration avec Jean-François Sirinelli qui en a fait la proposition au Comité d’histoire du ministère de la Culture et dans le cadre de ce Comité.

Il faut tout d’abord replacer notre question dans une perspective de longue durée car même si la cérémonie publique a connu des mutations considérables du fait des évolutions politiques – notamment la place prise par le président de la République, la médiatisation qui la réfracte au-delà des assistants physiquement présents tout en imposant ses propres contraintes – elle n’en est pas moins un travail sur une tradition – nous y reviendrons naturellement en invitant l’an prochain Olivier Ihl.

 

I Retour sur la tradition républicaine

C’est donc à grands traits que je vais esquisser quelques caractéristiques de cette tradition.

a – Une tradition qui s’organise sous IIIème République

Si la cérémonie républicaine, telle qu’elle s’institue à partir des années 1880 est elle-même héritière, elle affronte néanmoins une question que les régimes politiques français depuis l’Empire n’avaient pas eu à affronter : un formidable déficit d’incarnation puisque la république est un régime politique, des principes, des valeurs et non, comme la monarchie ou l’Empire, un personnage.
En outre, comme la fête révolutionnaire, elle a une ambition éducative : éduquer le citoyen et donner le spectacle du rassemblement de la communauté civique et nationale qui doivent se confondre pour que la République devienne pleinement le régime « naturel » de la France et l’aboutissement de son histoire sous une forme modérée qui n’est plus celle de la table rase révolutionnaire, mais de l’affirmation toute lavissienne qu’il y a des « légitimités successives dans la vie d’un peuple ». Cette fête républicaine dont la cérémonie publique n’est qu’un élément s’organise à deux échelles.
Au niveau national : avec la Fête nationale instituée en 1880, mais aussi la reprise du rituel des panthéonisations à partir de 1885, année de l’entrée de Victor Hugo au Panthéon, et des jubilés dont, en premier lieu, le Centenaire de la Révolution française en 1889. Plus tard, de façon officielle en 1922, ce calendrier s’enrichit du 11-Novembre.
On est donc loin de la laïcisation totale du calendrier qui avait prévalu à partir de 1792 et dont certains avaient souhaité dans les rangs des radicaux que le projet en soit repris en 1880. Ce calendrier est comme dupliqué au niveau local, notamment autour de la célébration du 14-Juillet puis du 11-Novembre. Aux deux échelles il s’agit de donner la République à voir, de la célébrer, de donner corps au politique y compris en rassemblant les maires de France pour de grands banquets. Comme le montrent aussi bien Olivier Ihl que Jean-Clément Martin cette extension de la « fête républicaine » à toutes les communes de France ne se fait pas sans prudence de la part des préfets qui recherchent certes l’adhésion, et la généralisation des cérémonies et des réjouissances publiques qui les accompagnent, mais qui se montrent soucieux de ne pas en faire un terrain de conflit quand, par exemple, le curé perd ce jour-là les clés de l’église et s’abstient de pavoiser. Cette modération se retrouve aussi dans le choix de mettre en avant plutôt le 14 juillet 1790 que le 14 juillet 1789 et de faire du défilé militaire le clou des festivités – ou dans les plus petites communes, les militaires absents, celui des pompiers.

Ainsi la fête nationale s’organise t-elle autour de trois pôles : la mise en valeur des élus et des représentants de l’État, la mobilisation des enfants des écoles – des bataillons scolaires aux spectacles gymniques organisés par les amicales laïques de la Ligue de l’enseignement –, la fête populaire avec ses bals, ses jeux, ses feux d’artifice. Pourtant dès 1892 et le Centenaire de la République, passé les temps des combats, se pose la question de l’érosion de la fête combattante et de l’épuisement des rituels. Si le cycle des cérémonies permet de trouver une solennité propre, de construire des rituels républicains, souvent en prenant appui sur le tempo des cérémonies militaires, la fête républicaine et le dispositif cérémonial sont en évolution constante tant pour trouver les moyens de sa régénération que pour trouver des modalités adaptées aux évolutions sociétales. Ainsi le 11-Novembre est-il l’objet, en raison de sa charge dramatique, d’inventions rituelles : cérémonie sans paroles – selon le vœu de Raymond Poincaré –, minute de silence, soldat inconnu, sonnerie aux morts. Pourtant le sentiment réitéré d’épuisement, d’insuffisance rituelle, n’est jamais loin. En 1939 de l’aveu de Jean Zay, le désir était grand d’organiser en France de grandes manifestations du type de celles qui se tenaient à “Munich ou à Rome […] unissant la masse populaire aux fastes officiels1”. De même interrogé par Le Journal sur l’utilisation des fonds votés par le Parlement pour la célébration du Cent-Cinquantenaire, Paul Colin, décorateur renommé, répond : “Je voudrais plonger Paris dans le Tricolore, le pavoiser comme en ont le secret certains pays voisins.”2.

b – Une conception du politique

À travers ces cérémonies perce évidemment une conception de la politique notamment par l’insistance à donner à voir les corps constitués, les représentants du peuple. Ainsi les photographies au niveau local, départemental ou national nous montrent-elles le spectacle de lourdes tribunes qui placent ceux-ci en surplomb et c’est devant eux que défilent les enfants des écoles. De même, les images des panthéonisations montrent les marches du Panthéon envahies par une théorie de parlementaires tandis que, jusqu’à celle de Jean Moulin comprise, le rituel funéraire impose ses règles avec toujours ses couronnes et ses plaques mortuaires déposées sur les marches puis placées dans la crypte et parfois même un corbillard pour amener la dépouille du grand homme. Dans ce dispositif, la place du président de la République est incertaine. Il n’est que l’une des incarnations possibles de la nation. On lui refuse de porter un costume particulier qui puisse rivaliser avec ceux des cours royales comme le propose en vain Felix Faure3. Ce n’est pas à lui dans cette République parlementaire qu’est obligatoirement dévolue la parole quand un discours est prononcé – cas de figure le plus fréquent. D’ailleurs ce statut ne convient pas à tous ceux qui accèdent à la magistrature suprême et on connaît les efforts de René Coty pour que l’investiture de son successeur Vincent Auriol ait un autre lustre cérémoniel que la sienne propre. Néanmoins l’héritage n’est pas mince : petit à petit s’invente au niveau national comme au niveau local un protocole républicain et un dispositif cérémoniel minutieux dont les archives d’État comme celle des communes conservent la trace.

c – La Vème République : la présidentialisation comme rupture symbolique

À partir de 1958 et plus encore de 1962 s’opère une véritable rupture symbolique par la place désormais dévolue au président de la République. Elle est déjà sensible le 4 septembre 1958 quand Charles de Gaulle présente, place de la République à Paris, le projet de constitution qu’il soumet aux suffrages dans un dispositif scénique qui le magnifie tout en rejetant le projet de fête grandiose proposé par André Malraux. Comme pour le 11-Novembre, le général de Gaulle impose le silence au Mont Valérien et décrit très précisément la cérémonie qu’il appelle de ses vœux

« D’une manière générale, il faut rassembler et rapprocher tout le monde bien davantage. La cérémonie doit être un “serrez les rangs”4. »

De façon générale il souhaite un dispositif sobre et simple certainement par fidélité à la tradition républicaine sans doute mais aussi pour ne pas prêter le flanc à ceux qui l’accusent de dérive monarchique. Après la cérémonie à l’Arc de triomphe du 8 mai 1963 il commente : « Beaucoup trop de motards. D’autant plus qu’il y a aussi un énorme escadron à cheval. ». Il se signale aussi par la brièveté de la plupart des cérémonies qu’il préside. La mise en scène de l’entrée de Jean Moulin au Panthéon est particulièrement représentative de l’esthétique gaullienne dont le cérémonial est organisé autour de sa personne. Cette cérémonie s’inscrit à la fois en rupture et en continuité avec les précédentes même si in fine c’est bien la rupture qui l’emporte.  En effet, comme les panthéonisations précédentes, elle est toujours marquée par le rituel funéraire. C’est à côté d’un imposant catafalque que Malraux prononce son oraison funèbre. Mais pour la première fois c’est le président de la République qui a décidé seul de la panthéonisation. C’est à lui, qui assiste au discours, muet et revêtu de son uniforme, que s’adresse le ministre de la Culture. Et c’est lui qui préside à l’hommage solennel d’une nation qu’il incarne seul en tant que chef de l’État tandis que Pierre Messmer, Georges Pompidou et André Malraux se tiennent en retrait : la théorie des parlementaires a disparu.


II Ruptures cérémonielles

a – Un relatif désinvestissement

Dès l’accession à la présidence de la République de Georges Pompidou, on constate un relatif désinvestissement cérémoniel. Non que Georges Pompidou rompe avec la pompe gaullienne (investiture, photographie officielle, dispositif de la conférence de presse) mais celui-ci se montre peu empressé de participer à des commémorations de caractère historique auxquelles pourtant son prédécesseur avait donné son accord. Ainsi il déplace la cérémonie de commémoration de la naissance de Napoléon prévue aux Invalides à Ajaccio et délègue Malraux à la cérémonie commémorant l’écrasement du maquis du plateau de Glières. Mais la vraie rupture est celle de Valéry Giscard d’Estaing qui pour coller à la société post-68 affirme, dès son investiture, la volonté de moderniser les rituels républicains.

« Le style présidentiel était très compassé, en réalité. […] Il n’y avait pas eu d’évolution dans ce domaine alors que la société, elle, avait beaucoup changé ; il fallait donc que quelqu’un s’en charge5. »

Dans un autre entretien il précise :

« Le style ce n’est pas l’apparence. C’est l’apparition, en surface, de la nature profonde des êtres et des choses. […] Ne tremblons donc pas dans la crainte de bousculer les habitudes de 1860. Il me semble quand même frappant de constater que les règles du protocole datent du second Empire [qui n’a pas été] un point culminant de notre histoire6 »

Changer le protocole reviendrait donc à procéder à une mise à niveau entre la société d’aujourd’hui et la vie politique, à réduire « la coupure entre les dirigeants et l’opinion7 » apparue, selon son analyse, en mai 1968. Changer la mise en forme du politique serait changer le politique lui-même. Ce serait mettre la politique « à l’heure de demain » ainsi que Giscard l’envisageait dès 19678. Ce faisant Giscard se défend d’affaiblir la fonction présidentielle, de contribuer à sa désacralisation9, comme le lui reprochent beaucoup de commentateurs de droite, l’objectif qu’il poursuit est de doter le politique de formes contemporaines dont il pense qu’elles seront plus efficaces et plus propres à accompagner la modernité. Cette volonté est manifeste dès que, encore ministre des finances, il se montre et se donne à filmer en jouant de l’accordéon, puis pendant la campagne présidentielle par la place dévolue à sa famille approfondissant une inflexion – déjà amorcée par Georges Pompidou qui s’était laissé filmer dans sa maison de campagne, jouant au flipper ou appelant son épouse « Bibiche ». Elle se poursuit lors de l’investiture (costume, arrivée à l’Élysée, présentation du collier de grand croix…) Elle préside à une rhétorique de la proximité (dîner chez les Français, réception des éboueurs à l’Élysée) Elle se manifeste dans la transformation du cérémonial de la conférence de presse. La volonté de renouvellement se traduit aussi par le déplacement de la revue du 14 juillet qui change de lieu chaque année lors de son septennat et n’a pas lieu sur les Champs Élysées en 1974 (Bastille à République), en 1975 (Cours de Vincennes) en 1977 (École militaire) et en 1979 (République à Bastille). Ce qui n’empêche pas Valéry Giscard d’Estaing d’apposer ses armoiries sur le drapeau tricolore de l’Élysée ou de modifier le tempo de la Marseillaise…

Pour afficher sa modernité – c’est-à-dire sa volonté de rompre avec une représentation hiératique du pouvoir, prenant sans doute modèle sur les États-Unis, il donne à voir le corps du président en maillot de bain. C’est sans doute en raison de cette volonté de paraître moderne qu’il ne se rend pas au Panthéon, même s’il signe quelques jours avant sa défaite le décret de panthéonisation de René Cassin, et c’est au nom de celle-ci qu’il supprime la commémoration du 8-Mai.

En résulte-t-il un défaut d’incarnation ? C’est en tous cas la conclusion à laquelle arrivent aussi bien Raymond Aron que François Furet. Le premier disant : « Ce jeune homme ne sait pas que l’histoire est tragique10 », le second écrivant avec Jacques Ozouf : « Giscard a payé la faiblesse de son pouvoir d’incarnation nationale11 ». En d’autres termes c’est aussi à un déficit de politique symbolique qu’est attribuée la défaite de Valéry Giscard d’Estaing.

b – Concevoir une nouvelle politique symbolique : François Mitterrand

Du point de vue qui nous intéresse les deux mandats de François Mitterrand tranchent avec celui de Valéry Giscard d’Estaing. La scène du Panthéon peut en être un bon observatoire. Le réinvestissement commence avec la cérémonie du 21 mai 1981 dont le metteur en scène. Celle-ci se situe entre la manifestation et la cérémonie d’investiture – pour ne pas dire de couronnement. C’est à la tête d’un puissant cortège – qui a toutes les forme de la manifestation – tout juste canalisable que le président arrive au Panthéon, puis il se dégage de la foule et s’engage sur les marches du monument alors que bien souvent des photographes sont présents dans le champ des caméras.  L’image « propre » est pourtant produite au prix de recadrages : il est photographié seul une rose à la main sur les marches du temple de la Nation, puis filmé dans la crypte y déposant trois roses l’une sur le caveau de Jean Jaurès, l’autre sur celui de Jean Moulin et la troisième sur celui de Victor Schoelcher.

Jusqu’à la cohabitation (1986), François Mitterrand ne retourne pas au Panthéon tant et si bien que Mona Ozouf voit, dans l’article qu’elle consacre au Panthéon dans les Lieux de mémoire, dans la cérémonie du 21 mai la fin d’un cycle. Mais la cohabitation venue, Mitterrand trouve dans ce rite la possibilité du surclassement symbolique de son challenger tenu, en tant que Premier ministre, d’y assister. Il enchaîne alors deux panthéonisations celle de René Cassin (5 octobre 1987), puis celle de Jean Monnet (9 novembre 1988).

Au-delà de l’affirmation du Président dans cette conjoncture politique particulière, le réinvestissement du Panthéon témoigne aussi du souci qui se manifeste précocement sous la présidence Mitterrand d’une sorte de réarmement symbolique de l’État. Le développement de la Délégation aux célébrations nationales qui connaît une véritable mutation et un nouvel élan en est un signe. Celle-ci s’efforce de valoriser le calendrier commémoratif de l’État tout en faisant l’inventaire de l’ensemble des rendez-vous commémoratifs à destination des collectivités locales, quitte à produire une sorte d’inventaire à la Prévert. Cette politique débouchera quelques années plus tard par la mise en place, sous le gouvernement de Lionel Jospin, d’un logo unique pour l’ensemble des ministères afin de rendre à nouveau visible la présence de l’État concurrencé par la multiplication des signalétiques locales, départementales ou régionales.

En ce sens le regain d’intérêt pour le symbolique et partant pour la cérémonie publique n’est-elle pas l’expression d’une réaction au sentiment de délitement de l’État-nation ? Nous aurons l’occasion d’y revenir mais c’est en tous cas la lecture qu’en fait une agence de communication – l’agence Ithaque – chargée par le ministère de la Culture d’une expertise sur le déroulement des deux premières panthéonisations mitterrandiennes.

Le topos de la désaffection des cérémonies publiques (Rosemonde Sanson) pour inadaptation aux mutations de la société n’est plus de mise.

c – Le rapport de l’agence Ithaque

“Un genre dont a oublié les mécanismes12”. C’est en ces termes que le rapport, commandé en 1988 par le ministère de la Culture à l’agence de communication Ithaque, qualifie la cérémonie du transfert des cendres au Panthéon. En effet, quand, en 1987, se pose la question des modalités de l’entrée de René Cassin au Panthéon, celles-ci suscitent bien des interrogations. En vingt-trois ans le savoir-faire s’est perdu et on cherche vainement dans les archives un modus operandi. De surcroît, l’héritage de la IIIe République, dont témoignent les coupures de presse rassemblées et photocopiées par les services du ministère, paraît inadapté. La panthéonisation y est, en effet, trop proche du modèle funéraire et de ses pompes (corbillard, multiples couronnes, Panthéon tendu de noir). Or celui-ci ne paraît plus en harmonie avec les sensibilités contemporaines et l’attitude collective devant la mort aujourd’hui.

La panthéonisation de Moulin est certes plus propre à nourrir la mémoire administrative. Elle joue d’ailleurs ce rôle puisque c’est ce précédent qui sert de référence pour fixer les prérogatives présidentielles. Mais elle-même est encore très marquée par une conception datée du rituel funéraire. De plus la scénographie de l’entrée de Moulin au Panthéon est toute entière construite autour de l’art oratoire, de la présence physique des participants ou de la radio-diffusion et non en fonction d’une retransmission télévisée.

Les dossiers conservés au ministère de la Culture, à propos de la première panthéonisation du septennat de François Mitterrand, rendent compte de la difficulté de mettre en place de nouvelles modalités de panthéonisation. Trois cérémonies sont successivement organisées : la première aux Invalides, la seconde au Conseil d’État et, enfin, la dernière au Panthéon. Une vidéo amateur, vraisemblablement filmée par un fonctionnaire du ministère de la Culture, témoigne d’une scénarisation très minimale qui accumule de longs temps morts, insoutenables au petit écran13. Aucune d’elles n’est d’ailleurs retransmise en direct à la télévision. Les hésitations sont nombreuses. La fanfare de la cavalerie est écartée parce que “trop militaire” mais, finalement, les timbaliers de la garde républicaine sont présents et le cercueil est transporté par un char EBR détourellé. Un premier projet prévoit que René Cassin pénètre dans le Panthéon au son de La Marseillaise accompagné du Président de la République, du Premier ministre, du ministre de la Culture, du secrétaire d’État aux Droits de l’homme, du secrétaire d’État aux Anciens combattants, du général Simon – chancelier de l’ordre de la Libération – et de Mme Cassin. Cet ordonnancement est abandonné14. Seuls, le général Simon et Mme Cassin entrent au Panthéon, après que François Mitterrand se soit recueilli devant le catafalque à l’extérieur de l’édifice. Ces embarras tiennent principalement à la sécurité du chef de l’État en raison de la vétusté du bâtiment.

Les variantes du projet déposé par l’agence Ithaque pour la cérémonie Cassin illustrent aussi ce tâtonnement. L’avant-projet mentionne ainsi qu’une “zone déterminée, suffisante, sera réservée aux chaînes de télévision et à la presse sur la place du Panthéon afin qu’elles puissent accomplir leur travail dans de bonnes conditions15”. Cette indication disparaît dans le document daté de juin 1987. Celui-ci contient, en outre, des formulations très directives concernant l’allocution que doit prononcer le président qui attestent de la réflexion en cours : “ce sont des discours ‘à effet’ et non des discours narratifs” qui conviennent, selon l’agence, à ce genre de cérémonie.

In fine la mise en scène se limite au pavoisement des différentes institutions qui reçoivent tour à tour les cendres de Cassin, à un jeu de lumières – des miroirs placés derrière la colonnade du péristyle du Panthéon permettent que la lumière en jaillisse lorsque le voile qui couvre la façade du monument est levé –, la décision d’entonner l’hymne national à partir de la strophe “nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus” et le projet de procéder à un envol de colombes.

La cérémonie est d’abord réalisée à destination du public présent sur les lieux. Celui-ci bénéficie de la retransmission sur écrans géants de documentaires évoquant la vie et les combats de Cassin. Le mouvement des spectateurs envahissant les marches du Panthéon est jugé de façon très positive dans l’évaluation produite a posteriori.

“Dès la fin de la cérémonie elle-même, il se produisit une manifestation spontanée qui n’avait pas été prévue. Les tribunes se vidèrent, leurs occupants n’attendirent même pas le départ des personnalités et se ruèrent littéralement vers les marches pour monter et entrer à leur tour dans le Panthéon ce qui ne pouvait leur être offert pour des raisons de sécurité, l’intérieur du monument étant en travaux. Cet hommage spontané et inattendu, qu’aucun ordre ni dispositif ne put endiguer, apporta sans aucun doute la dimension humaine qui avait manqué jusque là à la cérémonie, par manque de croyance en la capacité de participation et d’émotion du public.16

Après cette cérémonie le ministère de la Culture demande à l’agence Ithaque de réaliser une “analyse du processus des décisions et de l’organisation des cérémonies nationales à travers l’action de chacune des administrations concernées17”. La question est donc de délimiter les compétences respectives des différents services de l’État ce qui laisse supposer d’âpres débats et de nombreux chevauchements de compétences (ou de revendications “territoriales”) pour l’organisation de cette manifestation18.

Le rapport remis par l’agence Ithaque, fort de quelque 119 pages et intitulé “étude sur la conception et l’organisation des cérémonies nationales”, ne répond guère à cette commande. Il choisit, après avoir signalé que le ministère de Culture a “la responsabilité de l’organisation matérielle des lieux où celles-ci se déroulent”, de réaffirmer le rôle et le besoin de telles cérémonies et de retracer leur histoire en s’appuyant sur les travaux des historiens alors disponibles. À destination des pouvoirs publics, il se propose d’analyser la “désaffection” et le “malaise” qui entourent les cérémonies nationales et se montre, là encore, très prescriptif :

“Osant une métaphore avec le monde religieux, on pourrait résumer ce rapport de cause à effet [entre la désaffection du public et l’attitude des représentants de l’État — Valéry Giscard d’Estaing est nommément visé –] en disant qu’il semble difficile que les fidèles aient la foi si les célébrants ne la manifestent plus19.”

Il appelle à une resacralisation du rituel politique contre toute évolution vers le spectacle :

“La tendance à faire de la cérémonie un spectacle, qui peut apparaître comme un mode salvateur de la cérémonie […] induit une confusion des genres. Pour plagier un célèbre slogan, la cérémonie peut user des moyens scéniques, matériels, techniques du spectacle, elle peut requérir, partiellement, les compétences du monde du spectacle, mais elle ne doit pas être conçue, avant tout, comme un spectacle20.”

C’est aussi pour résister à cette tendance, qu’il propose de donner un rôle actif au public et de privilégier la présence physique de celui-ci, dans une conception étonnamment proche des premières élaborations de la fête républicaine21. A ce titre, il est significatif d’une inflexion majeure qui réévalue, au cours des années 1980, la valeur performative du rituel et du symbolique qu’illustre l’entreprise des Lieux de mémoire conduite par Pierre Nora.

d – Construire la cérémonie publique pour les médias

À partir du second mandat de François Mitterrand la médiatisation s’impose comme norme de la cérémonie publique à tel point que Jacques Attali recommande ne pas aller sur les Champs-Élysées suivre la parade Goude, mais de la regarder à la télévision. L’inflexion est tout aussi prononcée pour les cérémonies au Panthéon qui, à partir de celle de décembre 1989, sont conçues pour se dérouler avant le journal télévisé et se dérouler la nuit tombée pour bénéficier pleinement des ressources de l’éclairage tandis que la retransmission est désormais entre les mains d’un réalisateur unique. Les cérémonies sont alors retransmises en direct et un parterre de commentateurs en explicite le sens pendant qu’elles se déroulent.
Une ébauche de scénarisation se met en place avec

  • le temps du spectacle qui mobilise la jeunesse
  • celui du discours prononcé ou non par le Président seul ou en compagnie d’autres orateurs
  • celui du geste d’hommage au cours duquel le Président apparaît comme l’incarnation de la nation et entre dans l’enceinte du Panthéon soit seul soit à l’avant d’autres personnages en nombre réduit (dont la famille).

Cette inflexion télévisuelle concerne toutes les cérémonies publiques comme celle qui se déroule à Verdun en 1994, même si le dispositif mis en place n’avait pas été conçu pour un geste qui s’est avéré spontané, à savoir lorsque les deux chefs d’État, François Mitterrand et Helmut Kohl se prennent la main (impossible de savoir qui tend la main à l’autre).


III Convictions et incertitudes

Le point culminant, à ce jour, de la scénarisation conçue pour la télévision est atteint sous les deux mandats de Jacques Chirac. Il donne lieu à deux cérémonies presque antithétiques : la panthéonisation d’André Malraux et celle d’Alexandre Dumas.

a – Jacques Chirac l’apothéose de la scénarisation produite pour la télévision

  • Cérémonie Malraux

Nous reviendrons sur cette cérémonie avec l’un de ses concepteurs Patrick Legrand. En quelques mots disons qu’elle a essayé de renvoyer une autre image du politique insistant sur la transparence et la proximité. Je n’en donnerais qu’un exemple celui des enfants à qui il est donné la consigne de se déplacer « comme s’égayent des oiseaux » pour rompre avec toute martialité et qui sont revêtus de capes transparentes pour laisser voir leurs habits.

  • Cérémonie Dumas

La cérémonie Dumas apparaît comme l’antithèse de celle-ci. Il s’agit d’une volonté explicite : “On voulait, déclare au Monde un conseiller du Président, quelque chose de festif, de populaire, d’informel, dans la mesure du possible.”  C’est le présentateur Patrick Lecoq qui ouvre la retransmission du haut des marches du Panthéon. Puis on assiste rue Soufflot à des scènes extraites de quelques pièces de Dumas données par des comédiens sur des tréteaux ambulants avant que la cérémonie suive son cours attendu. Mais la spectacularisation de la cérémonie brouille le message qui devait être, après les élections présidentielles où Jean-Marie Le Pen avait été qualifié pour le second tour, d’insister sur le fait que celui qui avait domestiqué le roman national, enrichi l’imaginaire national était un descendant d’esclave. Jugé trop sanguinolent, le spectacle n’a guère été apprécié. Ainsi, Bernard Pivot, commentant sur France 2, n’a pu s’empêcher de parler de “grand guignol”22 ou de signaler avec amusement que l’une des scènes de meurtre – celle extraite de La Tour de Nesle – se déroulait devant la librairie juridique Dalloz. Libération, qui avait pourtant accueilli très favorablement l’événement, ne peut non plus s’abstenir de ce commentaire ironique : “Six morts en vingt-trois minutes, rue Soufflot à Paris. Ni les nombreux policiers, ni les témoins présents ne sont intervenus23”.

Laissons cette cérémonie pour comprendre de quoi il ressort : sa conception répond à la crainte qu’elle soit en définitive contre-performante, qu’elle ne parvienne pas à toucher les sensibilités contemporaines et qu’au lieu de rapprocher du politique, elle en éloigne. D’où l’injonction à renouveler le rituel qui, dès lors n’est plus assumé pour ce qu’il ne peut qu’être, une réitération et l’idée de cérémonie informelle. Or dans un contexte de montée du « populisme », d’inquiétude sur ce qui fait aujourd’hui France, l’attente est grande à l’égard du dispositif cérémoniel comme ce qui permettrait une re-ritualisation de la société, c’est-à-dire une mise en ordre symbolique d’une société censée perdre ses repères.

Enfin se pose désormais après la reconnaissance de « pages noires » de l’histoire de France la question de ce qui peut et doit faire l’objet de cérémonies publiques : en d’autres termes la politique symbolique de l’État républicain ne doit-elle pas renouer avec une exaltation de la nation soit le contraire de l’attitude dite « repentante » initiée par le discours de Jacques Chirac de juillet 1995 au Vel d’Hiv ?

b – La cérémonie cristallisation des inquiétudes

Ainsi voit-on à l’occasion du Bimillénaire se développer des propositions pour renforcer le dispositif cérémoniel de la République ou encore l’idée que l’acquisition de la nationalité pourrait être l’occasion de faire des cérémonies à l’imitation de celles qui ont lieu aux États-Unis. Concrètement cette réflexion passe à la fois, sous le mandat de Nicolas Sarkozy, par la volonté « d’épurer » le calendrier commémoratif (le rapport commandé à l’historien André Kaspi qui propose de ne retenir que trois dates le 14-Juillet, le 8-Mai et le 11-Novembre) et celle de renouveler encore et toujours le rituel, de trouver du neuf comme en attestent les prises de paroles du Président le 11-Novembre et le changement de lieu de la cérémonie principale. Notons que si les tentatives de renouvellement du rituel sont suivies d’effets, il n’en est pas de même de la cure d’amaigrissement du calendrier commémoratif et Nicolas Sarkozy est obligé de se plier aux cérémonies dont il semblait vouloir la suppression comme celle du 10-Mai.

c – L’oxymore du président-normal

La présidence de François Hollande marque une nouvelle période dans cette réflexion de l’État. Élu en tant que « Président normal » celui-ci se veut en même temps près des gens en multipliant les bains de foule avant et après les cérémonies et être le restaurateur d’une solennité républicaine marquée par la simplicité et l’emphase du geste en prenant notamment appui sur le rituel militaire et son tempo lent marqué par la place donnée au silence.

Plusieurs cérémonies pourraient illustrer ce propos :

  • Le retour à l’ordonnancement classique du 11-Novembre – dont le silence du magistrat suprême – au moins pour la cérémonie du matin.
  • La cérémonie à Notre Dame de Lorette qui juxtapose une visite bon enfant et bavarde de l’anneau de la mémoire et une cérémonie très solennelle
  • Et bien sûr la panthéonisation de mai 2015 qui, en rupture avec les précédentes, se déroule de jour, dont la retransmission est complètement maîtrisée par l’Élysée laissant délibérément à voir et à entendre le silence et la lenteur cérémoniels.

Ces métamorphoses, cette alchimie instable, dont nous avons retracé les grands traits montrent combien la cérémonie publique est bien perçue comme une politique symbolique et de communication de l’État, combien elle est hantée par la crainte de son échec à dire le politique, à le restaurer, à conjurer une perte de sens et un délitement redoutés.

Ce souci se perçoit jusque dans les consignes adressées aux collectivités locales dans une volonté de mise en ordre des cérémonies sur l’ensemble du territoire :

« Les cérémonies publiques sont organisées sur ordre du Gouvernement ou à l’initiative d’une autorité publique. Les ordres du Gouvernement pour la célébration des cérémonies publiques déterminent le lieu de ces cérémonies et précisent quels autorités et corps constitués y seront convoqués ou invités. »

Organisation protocolaire à l’usage des maires (ministère Intérieur) Article 1er du décret n°89-655 du 13 septembre 1989

d – Une nouvelle offre cérémonielle ?

De 1964 à nos jours le paysage cérémoniel a donc connu de profonds changements. Après l’avoir un temps désinvesti, depuis le début des années 1980, l’État l’a profondément réinvesti, faisant des rituels une ressource pour renforcer la cohésion de la nation. Mais le dispositif a profondément changé. Les concepteurs des cérémonies publiques doivent désormais maîtriser la communication audio-visuelle, quitte à imposer – non sans peine – le silence comme temps du cérémonial retransmis, mais aussi prendre en compte la diffusion des images sur le web voire l’anticiper en les produisant puisque c’est désormais le web qui assure une large part de la pérennité du geste cérémoniel tandis que twitter contribue à son écho immédiat conditionnant pour une part sa réception. Les objets des cérémonies ont eux aussi, non sans tensions, changé au rythme de l’intégration des événements négatifs dans le cycle des commémorations officielles de la République. Ainsi les cérémonies de reconnaissance souvent stigmatisées comme gestes de repentance composent une part croissante de la cérémonie républicaine.

Si le souci de l’esthétique n’a jamais été totalement absent dans le geste cérémoniel, il apparaît de plus en plus présent comme vecteur de la mobilisation des affects qu’il s’agisse des mémoriaux ou des spectacles qui accompagnent les cérémonies – voire en dernier lieu le 29 mai 2016 la course éperdue de 3 400 jeunes français et allemands entre les tombes des soldats tombés à Verdun sur fond de percussions des Tambours du Bronx, imaginée par le cinéaste allemand Volker Schlöndorff, pour symboliser le fracas de la bataille de Verdun et la controverse qu’elle n’a pas manqué de soulever. En outre la cérémonie n’est pas dépourvue d’enjeux économiques quand elle s’articule – pensons aux commémorations du débarquement ou de la 1GM – avec le tourisme de mémoire. Elle est aussi de ce fait de moins en moins l’apanage de Paris et tant à s’ancrer aussi autour des lieux de mémoire et des mémoriaux comme le camp des Mille (8 octobre 2015) ou encore le Mémorial ACTe, ou « centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage » le 10 mai 2015. La cérémonie publique comme la commémoration n’est plus le monopole de l’État républicain. Elle s’internationalise – 27 janvier – et s’européanise (8 mai, célébration de la construction européenne le 11 novembre 2007). Enfin, elle est toujours perçue comme menacée d’épuisement et semble osciller dans l’esprit de ses concepteurs entre deux périls : être un rituel désuet et incompris ou glisser vers une spectacularisation qui affecterait sa vocation performative et éducative.

C’est à l’ensemble de ces dimensions que nous souhaitons consacrer notre séminaire en privilégiant l’échange entre les acteurs (politiques, plasticiens, hauts fonctionnaires, hommes de télévisions…) et des chercheurs issus des sciences sociales au rang desquels les historiens. Notre ambition se faisant est aussi de redécouvrir la part de surprise, des initiatives, des projets dont est fait pour reprendre la formule de Pascal Ory à propos de la commémoration ce « semi-événement » que constitue la cérémonie et d’analyser ce qu’elle peut nous dire de la France contemporaine.

Notes

1 Jean Zay, Souvenirs et Solitude, Paris, Le Rœulx-Talus d’approche, 1987, pp. 323-325.
2Le Journal, 18 mars 1939.
3 Denis Fleurdorge, Les rituels du président de la République, Puf, 2001.
4Lettres, notes et carnets, tome 2, Plon, 1985, p. 98.
5Entretiens avec Valéry Giscard d’Estaing par Agathe Fourgnaud Flammarion, « La mémoire vivante », 2001. p. 179.
6 Entretien avec Raymond Tournoux paru sous le titre « Giscard: rejetons le XIXe siècle… », Paris-Match, 29 juin 1974, p. 33-34, citation p. 34.
7Ibid. p. 33.
8 Propos cité par Xavier de la Fournière, Giscard d’Estaing et nous, Plon, 1976 reproduit par Jean-Christian Petitfils, op. cit., p. 101.
9 Ainsi Paul Bereziat, dans La Lettre de la Nation écrit : De Gaulle « tout en pratiquant une extrême simplicité dans sa vie privée, […] s’imposait un rituel marquant la solennité de son personnage public. M. Giscard d’Estaing veut dépouiller le rituel. Mais est-il sûr que la laïcisation des prêtres ait si bien réussi à l’église dans ce pays qui confond volontiers le respect et ses marques extérieures ? » De son côté, Le Parisien Libéré reproche au nouveau Président « d’appauvrir les traditions » et de « diminuer ses fonctions ». Articles cités dans la revue de presse du Monde, 25 mai 1974.
10 Cité par Christophe Barbier, « Chirac et les français. Le roman d’un demi-siècle », L’Express, 15 mai 2003.
11 François Furet et Jacques Ozouf« François Mitterrand au rendez-vous de l’histoire », Le Nouvel Observateur, 11 mai 1981, repris in François Furet, Un itinéraire intellectuel. L’historien journaliste de France-Observateur au Nouvel Observateur (1958-1997), Calmann-Lévy, 1999, citation p 148.
12 Agence Ithaque, étude sur la conception et l’organisation des cérémonies nationales, rapport dactylographié, 119 pages, 1988.
13 Déposée aux archives du ministère de la Culture. Le cortège qui mène Cassin des Invalides au Conseil d’État provoque, en outre, un grand embouteillage à tel point que la musique des timbaliers de la garde républicaine est parfois couverte par le bruit des klaxons des automobilistes bloqués !
14 En marge du projet est inscrit au crayon la formule : “finalement non”.
15 Souligné par moi. Ce pluriel montre que le choix d’un opérateur unique n’a pas encore est effectué.
16 Rapport Ithaque, op. cit., p. 33, en italiques dans le texte. Dans un autre contexte on retrouvera une appréciation similaire à l’égard des spectateurs qui s’emparent des Champs-élysées à la suite de la parade Goude.
17 Lettre de commande datée du 6 juin 1988 citée en introduction du rapport.
18 Cette question semble récurrente comme nous l’a appris l’enquête sur la panthéonisation d’André Malraux. Voir Patrick Garcia, “Jacques Chirac au Panthéon…”
19 Rapport Ithaque, op. cit., p. 11.
20Ibid. p. 44 (en gras et italiques dans le texte original)
21 “Donnez les spectateurs en spectacle, rendez-les eux-mêmes acteurs ; faites ainsi que chacun se voie et s’aime dans les autres, afin que tous soient mieux unis.” Jean-Jacques Rousseau, Lettre à d’Alembert sur les spectacles, Garnier-Flammarion, 1967, p. 234.
22 Nous sommes, dit-il, “à la limite du théâtre et du grand guignol”.
23 Sorj Chalandon, “Faits divers”, Libération, 02 décembre 2002.

 

[sommaire]