La création du premier CAUE : la directrice et l’architecte-conseil [CAUE 1]

Pierre Lajus, architecte-conseil, a été à l’origine de l’aide architecturale en Pyrénées-Atlantiques qui a précédé la création du premier CAUE. Celui-ci explique à Agnès Frapin comment cela s’est passé.

En 1974, Joseph Belmont, futur directeur de l’Architecture, m’avait proposé d’être architecte-conseil du ministère de l’Équipement, et j’avais été nommé dans les Pyrénées-Atlantiques.
La pratique consistait à examiner, en DDE, des dossiers de permis de construire et d’y apposer un avis écrit, positif ou négatif, sans rencontrer le pétitionnaire ou son architecte, sauf cas très particuliers. Cela ne me paraissait pas très satisfaisant et peu susceptible d’améliorer la production architecturale courante.
Par contre, j’avais entendu, lors d’un séminaire annuel des architectes-conseils, l’architecte-conseil du Lot, Robert Joly, évoquer une intéressante expérience menée avec l’appui du préfet de ce département, Michel Denieul, ancien directeur de l’Architecture. Il s’agissait d’apporter aux pétitionnaires particuliers, souvent auteurs eux-mêmes de leur projet et ne disposant pas de l’aide de professionnels, une « assistance » que l’administration mettait à leur disposition.
Des architectes-consultants, coordonnés par l’architecte-conseil, tenaient des permanences où ils étaient à l’écoute des particuliers porteurs de projets et où ils pouvaient délivrer des conseils en matière d’implantation, de volumétrie, de respect du caractère architectural local. Pour appuyer son travail, cette équipe avait édité quelques documents de recommandations et de références locales. Cette expérience avait été rendue possible grâce aux financements que le préfet avait su réunir. Elle me paraissait exemplaire.
Dans cette même période, j’avais candidaté au ministère de la Culture pour une étude du paysagisme. Mon projet n’avait pas été retenu. Rencontrant à Paris André Bourdalé-Dufau, le responsable de ce dossier, je trouvais un accueil très cordial et je confiais à ce fonctionnaire mes intérêts du moment. Je vis qu’il s’y intéressait aussi – j’ai su depuis qu’il était originaire des Pyrénées-Atlantiques – il m’assura qu’il n’était pas impossible de faire financer par son ministère un poste d’architecte-consultants à placer auprès de la DDE des Pyrénées-Atlantiques. Il me chargeait de recruter cette personne.
Le directeur de l’Équipement des Pyrénées-Atlantiques, M. Bihouet, et l’architecte des Bâtiments de France, M.Cozes, avaient immédiatement adhéré à ce projet « d’assistance architecturale » dont j’étais l’initiateur et dont, surtout, j’avais su trouver le financement. Ils ont constitué un petit jury de recrutement.
Les candidats devaient être jeunes, mais avec une certaine expérience professionnelle et des qualités pédagogiques évidentes. C’est une toute jeune architecte sans expérience, mais dont le travail de fin d’études montrait une grande clairvoyance sur les implications sociales de l’architecture qu’ils ont choisie. C’était Agnès Frapin.

Agnès Frapin raconte de son côté comment elle s’est engagée dans cette mission

En 1974, j’ai postulé à l’appel de candidature d’un chargé de mission pour « étudier et expérimenter les conditions générales d’une action d’aide architecturale ». L’objectif d’ouvrir la culture architecturale à tous allait dans le droit fil de mes réflexions durant mes études et de mes préoccupations dans ma pratique professionnelle.
J’avais choisi de réaliser mon diplôme de fin d’étude – non pas comme il était de rigueur, en faisant un projet dessiné – mais sous une forme entièrement écrite, résultat d’une réflexion sur l’architecture et son exercice.
Les sciences sociales après 1968 avaient fait leur entrée dans les Écoles d’architecture et les étudiants pouvaient désormais aux Beaux-Arts suivre des cours de psychologie, de sociologie, voire même de philosophie. Cette approche de l’architecture à partir de l’Homme et de la Société me paraissait évidente, mais pas l’homme modélisé, tel qu’il figure dans les perspectives d’architectes pour donner l’échelle, mais l’homme sujet, habitant d’un lieu contextualisé.
Dans ces années 70, nous percevions les architectes selon deux grandes tendances. D’une part, les architectes « démiurges » dont la pratique charismatique relevait de l’inspiration. Ceux-ci insistaient sur le caractère artistique et pérenne de leur création qui renvoyait à une sensibilité toute personnelle et à une pratique individuelle. Ils pensaient que par sa qualité leur œuvre était bénéfique à tous, mais combien se lamentaient d’être des incompris !
D’autre part, les architectes « concepteurs » soucieux de construire pour le plus grand nombre des bâtiments fonctionnels à des coûts réalistes et maitrisés. Ils se différenciaient des créateurs en se réclamant d’une légitimation scientifique par des méthodes de travail plus partagées et rigoureuses, reposant sur l’analyse et la critique de données objectives, concrètes et tangibles. Ces architectes prônaient la standardisation industrielle des ouvrages pour sa rentabilité et ses possibilités de combinatoire sérielle. Ils parlaient d’un usager à qui ils souhaitaient donner une liberté de choix, en lui permettant de s’approprier des espaces évolutifs et polyvalents.
Mais quel était le rapport avec les habitants dans toutes ces pratiques ? quand avaient-ils la parole ? quel sens conféraient-ils aux créations architecturales des uns et aux ouvrages systématisés des autres ? comment les habitaient-ils ?
Quand à l’urbanisme il relevait en majorité des ingénieurs qui se préoccupaient principalement des voiries et des réseaux divers. Les plans d’urbanisme s’étudiaient en deux dimensions pour répondre à un objectif de planification. Mais l’art de vivre ensemble dans des espaces communautaires élaborés et construits par l’Homme n’était abordé que dans des discours idéologiques peu démocratiques.
J’ajouterai que j’avais une sensibilité au patrimoine qu’avaient renforcée mes études précédentes et mes fonctions dans « l’inventaire Malraux » au cours desquelles j’avais pu constater combien le patrimoine pouvait être dénaturé par l’application de normes inappropriées et par le manque de culture. Et pourtant l’intérêt de la population pour le patrimoine était latent ; l’engouement pour les quartiers moyenâgeux comme pour les villages cycladiques était manifeste.

et les premiers pas

L’objectif que je m’étais fixé était de créer les conditions d’un véritable débat sur la qualité de l’architecture et du cadre de vie dans le département. Si la mission définie officiellement concernait spécifiquement les particuliers qui construisaient une maison individuelle sans architecte, il n’était pas concevable de la limiter à ce public et à ce type de construction sous peine de discrimination parmi les acteurs et d’une vision beaucoup trop partielle du cadre de vie. Le débat ne pouvait avoir lieu sans que soient impliqués tous les acteurs concernés, décideurs, administrations, professionnels, associations …en étant vigilant à ce que les intérêts et le pouvoir des uns n’entravent ou n’empêchent la parole des autres.
J’ai commencé par expliquer ma mission à chacun de ces acteurs, à les écouter et, pour les mettre en confiance, à leur proposer des actions transversales, inter publics qui les regroupent par grandes thématiques. Pour que la collaboration soit réelle et bénéfique, l’action devait avoir une forte valeur ajoutée, afin de leur permettre de dépasser leurs prérogatives et leurs intérêts particuliers.

Voici quelques exemples qui illustrent cette démarche :

  • l’intégration des bâtiments agricoles en zone de montagne où l’impact des bâtiments d’élevage était particulièrement sensible sur le paysage en raison des vues dominantes et lointaines. Il s’est agit de faire travailler ensemble les techniciens de la Chambre d’Agriculture, les représentants des Syndicats agricoles, les fabricants de hangars, la DDA, pour trouver des solutions de diversification des volumes des constructions selon leurs fonctions (silos, bergerie, étable, stockage…) et d’introduire l’emploi de matériaux nouveaux et de couleurs appropriées.
  • aussi l’opération avec les scolaires intitulée « habiter l’Aquitaine » à laquelle ont été associés l’Inspection d’Académie, le CRDP, des enseignants et des architectes libéraux volontaires et qui a abouti à la publication d’un ouvrage méthodologique pour les enseignants et à l’intervention d’architectes dans les classes.
  • ou encore cette action sur les lotissements avec la DDE, les géomètres et l’EDF sur la mise en souterrain des réseaux d’électrifications.
  • une large réflexion en Pays-Basque sur la maison basque, «  l’Etche, sa construction et son sens aujourd’hui », débat menées avec les associations culturelles, des architectes, des universitaires et qui s’est concrétisée par un document de sensibilisation et de conseils.
  • un travail sur l’architecture bioclimatique réunissant associations familiales, chambres consulaires, architectes, entrepreneurs, artisans, DDE, pour profiter de l’ensoleillement et construire intelligemment en faisant des économies d’énergie… etc.

Ces actions concrètes aidaient les participants à surmonter leur crainte de cette structure naissante et démontrait qu’elle ne substituerait pas à eux, ni ne leur imposerait ses leçons, mais trouverait toute sa place, sans déroger à ses objectifs fermement tenus. La dynamique ainsi créée constituait une force par rapport aux incrédules ou aux réfractaires et faisait un contre poids face à l’administration d’Etat alors toute puissante.
Certes le navire a tangué plusieurs fois, notamment au sujet de l’intervention auprès des particuliers où les divergences étaient conflictuelles entre l’objectif de la DDE et celui de ma mission de préfiguration que je voulais exercer par un dialogue volontaire et non par la coercition. Je dois beaucoup à Pierre Lajus qui m’a soutenu dans cette orientation et qui, grâce à son expérience et à sa notoriété, avait l’écoute des instances nationales.
Cette dynamique de travail partagé a permis aux acteurs de mieux se connaître et les nombreux échanges n’ont pas été sans conséquence sur la promptitude avec laquelle le CAUE s’est créé dès 1978 au lendemain de la publication du décret d’application qui instaurait le caractère associatif des CAUE.

Pierre Lajus, ancien architecte-conseil des Pyrénées-Atlantiques,
Agnès Frapin, ancienne directrice du CAUE des Pyrénées-Atlantiques.

[sommaire]