Un petit ministère de grand rayonnement [CAUE 6]

J’étais à l’époque à l’administration centrale de la Culture, à la direction de l’Architecture, sous l’autorité d’Alain Bacquet et plus précisément responsable de la division de la Création architecturale.

La division de la Création architecturale a été, depuis sa création en 1965, jusqu’au transfert de l’architecture au sein du nouveau ministère de l’Environnement et du cadre de vie, le fer de lance de la création architecturale et le creuset de la recherche et de l’innovation. J’y ai travaillé de 1975 à 1978 pendant la période de la gestation des CAUE et de la préfiguration de l’institution et des équipes.

La Division de la Création architecturale avait été créée par Max Querrien et Jean Jenger en 1965. C’était une structure atypique dans l’administration française. Comme le disaient leurs auteurs : « entre laboratoire et commando » :

  • Laboratoire, car la plupart des outils de la politique de l’architecture y ont été inventés et expérimentés : la loi sur l’architecture, les CAUE, la recherche architecturale, la MIQCP, la promotion de la culture architecturale avant l’IFA…
  • commando, par des actions ciblées, bien que non violentes et principalement pédagogiques, contre le conservatisme architectural et le goût du pastiche régnant dans les pratiques dominantes des patrimoniaux de la direction de l’Architecture ;
  • commando également vis-à-vis des initiatives de l’Equipement pour tuer dans l’œuf les CAUE et vider de sa substance la loi sur l’architecture. En l’occurrence, la cible majeure était la DAFU car les meilleures relations existaient avec la direction de la construction et le Plan Construction.

La division de la Création architecturale, dite la CA pour les initiés, regroupait un ensemble de missions, à première vue quelque peu hétéroclites, mais qui se sont étayées les unes les autres dans une certaine cohérence :

  • le Bureau des maîtres d’œuvre et des maîtres d’ouvrage, lieu d’élaboration de la loi sur l’Architecture et de mise en œuvre de la préfiguration des CAUE
  • le Bureau des études, bras armé des expérimentations tout azimut en faveur de la création architecturale et de la connaissance du patrimoine du 19ème et 20ème siècles, de la diffusion de l’architecture par des publications et des expositions ;
  • le Bureau de la recherche architecturale, mettant en œuvre les recommandations de la commission Lichnerowitz et tête chercheuse pour le contenu des politiques, notamment celles portée par les CAUE ; à cet égard, la recherche a servi de phare aux CAUE dans les domaines de la redécouverte de l’architecture régionale, de la prise en compte de l’environnement et des nouvelles énergies, thèmes présents dans les premiers appels d’offres.

C’était sans doute ce que l’on appelait une administration de mission. Elle était également atypique dans sa composition : des architectes, un sociologue, des chargés d’études, peu de technocrates, un esprit d’équipe. Elle disposait de moyens importants, crédits d’études et crédits de recherche avec une grande liberté d’utilisation, crédits d’études mais aussi crédits de subvention aux associations qui ont été le nerf de la guerre pour la préfiguration, de l’ordre au total d’environ 1MF.1

Ses méthodes étaient également atypiques : l’expérimentation, le dialogue et l’auto-formation. Il est significatif à cet égard que les quatre missions, désormais inscrites dans la loi en tant que bible ou feuille de route des CAUE aient été le fruit des expériences menées sur le terrain ainsi que des discussions collectives avec les pionniers. La plume des quatre missions, principalement celle de Julien Giusti, avait été trempée dans l’encre de leur vécu et enrichie par le dialogue et les échanges grâce à l’Echo des CAUE d’Odile Fillion  et l’auto-formation des séminaires de « Moulinsart » alias Nainville-les-Roches.

Le contexte du ministère de la Culture se prêtait aux ambitions et aux innovations. Deux grands ministres en avaient fixé le niveau : André Malraux et Jacques Duhamel pendant le mandat duquel se sont esquissées les principales décisions fondatrices de la politique des CAUE. En effet, André Malraux, réformateur avec Max Querrien de l’enseignement de l’architecture avait missionné le Préfet Paira pour la réforme de la profession. Jacques Duhamel avait initié le projet de loi sur l’architecture qu’il avait inscrit dans une politique culturelle préfigurant la décentralisation et instaurant de nouvelles relations entre l’Etat et les collectivités locales. Michel Guy portera le projet de loi sur l’architecture jusqu’à son adoption par le gouvernement et Françoise Giroud fera voter la loi en assurant la réussite de la politique dans la continuité.

Petit ministère de grand rayonnement, le ministère de la Culture a dû sans cesse se battre avec le ministère de l’Equipement et contre les intérêts qu’il soutenait. L’histoire de cette grande querelle a été écrite par Eric Lengereau dans son ouvrage incontournable « L’Etat et l’architecture »2 avec toute sa complexité : le combat entre le contrôle et le conseil en terme de stratégie d’occupation du territoire, la lutte du recours à l’architecte et de la consistance de sa mission contre les ingénieurs, les bureaux d’études et les entreprises.

En créant les CAUE, la loi de 1977 donnera raison à la culture et au conseil, notamment grâce à des amendements parlementaires et la création en 1978 du ministère de l’Environnement et du cadre de vie introduira de nouveaux équilibres des forces et permettra la mise en place des CAUE dans des délais extrêmement brefs sur la quasi totalité de la France métropolitaine et outre-mer.

En effet, le terrain était préparé, par les actions de préfiguration, par le pilotage attentif de l’équipe du ministère animée principalement par Julien Giusti et par la qualité des « pionniers », représentant un nouveau profil d’architecte3, ouvert aux nouvelles idées de participation de la population, de l’intérêt pour les cultures locales, de souci de l’environnement.

Florence Contenay, ancienne chef de la Division de la Création architecturale

1 Michel Guy, questionnaire de la commission des finances du Sénat pour le PLF 75
2 Eric Lengereau, L’Etat et l’architecture, 1958-1981, une politique publique ?, Comité d’histoire du ministère de la culture-Picard 2001
3 Voir Jacques Allégret, « Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement », vol.I Évolution des caractéristiques et des pratiques, vol.II Cultures architecturales, CRESA/École d’architecture de Paris-Villemin- 1994