Diversité culturelle et défense de la langue par la France : les enjeux d’une action culturelle extérieure moderne

Cette communication a été donnée à l’occasion du forum franco-japonais « Où va la diplomatie culturelle de la France ? Du rayonnement culturel à la diplomatie d’influence » le 16 janvier 2016 à l’auditorium de la Maison franco-japonaise de Tokyo. Ce forum était sous la direction scientifique de Mariko Oka-Fukuroi (Université Aoyama Gakuin)


par Laurent Martin (professeur d’histoire à l’université de Paris III Sorbonne-Nouvelle)

Professeur d’histoire dans le département de Médiation culturelle, qu’il dirige à l’université de Paris III Sorbonne-Nouvelle, Laurent Martin est un spécialiste d’histoire culturelle. Il travaille plus particulièrement sur l’histoire et l’actualité de la politique culturelle dans sa dimension internationale, sur lesquelles a porté l’un de ses derniers livres, intitulé L’Enjeu culturel. La réflexion internationale sur les politiques culturelles, 1963-1993 (La Documentation française, 2013). Il a également co-dirigé, avec Philippe Poirrier, Démocratiser la culture, une histoire comparée des politiques culturelles (Territoires contemporains, 2013) et co-écrit, avec François Chaubet, une Histoire des relations culturelles internationales dans le monde contemporain (Armand Colin, 2011).


Introduction

La défense de la langue française a longtemps constitué le pilier central de l’action culturelle extérieure de la France et continue d’en être un élément essentiel à travers l’action du réseau culturel à l’étranger, l’un des plus denses au monde. Toutefois, une réflexion s’est fait jour, depuis quelques années, au ministère des Affaires étrangères et dans d’autres institutions gouvernementales, pour élargir cette action et mettre l’accent sur la diversité culturelle et le multilinguisme, que ce soit à travers l’audiovisuel extérieur de la France, la diplomatie culturelle à l’Unesco, l’agence France-Muséums ou les divers instruments de la Francophonie.

Comme l’écrit le rédacteur d’un récent rapport de la Cour des Comptes, l’organe de contrôle des comptes publics en France, si « l’action culturelle est sans nul doute comme un levier essentiel pour la promotion de l’image de la France, il est cependant nécessaire de sortir du modèle traditionnel – centré sur la qualité des établissements français d’enseignement et sur la défense de la langue –, dont l’efficacité tend à décroître. Dans cette même logique, si la langue française continue d’attirer un public important, d’autres approches doivent être envisagées pour atteindre les élites non francophones, majoritaires dans nombre de pays à enjeux. Le soutien à la langue ne peut donc plus être l’instrument exclusif de l’attractivité, d’autant que la francophonie régresse dans de nombreux pays1. » C’est cette action culturelle d’un type nouveau que nous nous proposons de décrire ici.

Nous procéderons en deux temps. Le premier sera consacré à l’examen de l’action de deux opérateurs liés au ministère de la Culture (et non pas au ministère des Affaires étrangères, à qui est confié traditionnellement l’essentiel de l’action culturelle extérieure de la France). Ces deux opérateurs sont, d’une part, France Médias Monde (FMM), en charge de l’audiovisuel extérieur de la France depuis 2008, d’autre part France Muséums (aussi appelée Agence internationale des musées de France), créée la même année pour piloter le projet du Louvre à Abu Dhabi.

Dans un second temps, nous élargirons notre propos en évoquant la dimension culturelle de la diplomatie française à travers deux champs d’action et deux institutions intergouvernementales et multilatérales : l’Organisation internationale de la Francophonie, d’une part, l’Unesco, d’autre part.


1. Deux agences pour une action culturelle extérieure renouvelée

1.1. France Médias Monde

France Médias Monde, anciennement l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), un temps France Monde puis Société de l’audiovisuel extérieur de la France (SAEF), est une société nationale de programme créée en avril 2008 pour superviser et coordonner les activités des radios et télévisions publiques détenues par l’État français et ayant une diffusion internationale. Elle a pris son nom actuel en 2013. Son objectif est de dynamiser et de moderniser ces sociétés qui travaillaient jusqu’ici en ordre dispersé, et de définir une stratégie commune. Plus précisément, sa mission est de « contribuer à la diffusion et à la promotion de la langue française, des cultures française et francophone, ainsi qu’au rayonnement de la France dans le monde, notamment par la programmation et la diffusion d’émissions de télévision et de radio ou de services de communication au public en ligne relatifs à l’actualité française, francophone, européenne et internationale »2.

Son budget annuel pour 2016 s’élevait à 254 millions d’euros (50 millions pour RFI, 53,5 pour France 24, 7,7 millions pour Monte Carlo Doualiya), dont 244 en provenance de l’État3. Comme le soulignait sa PDG Marie-Christine Saragosse, « malgré les efforts de l’État ces dernières années, (ce) budget reste inférieur à celui de 2011, alors que d’autres gouvernements ont augmenté les fonds dans l’audiovisuel extérieur, à l’image de ce qui s’est fait en Grande-Bretagne pour BBC World. Développer l’audiovisuel extérieur est un choix politique4. »

France Médias Monde regroupe trois entités :

  • France 24, chaîne d’information en continu créée en 2006 et diffusée sur trois canaux distincts en français, anglais et arabe, avec comme devise « liberté, égalité, actualité ». Elle se veut, non la « voix de la France », mais un regard français sur l’actualité.
  • RFI, radio d’information internationale multilingue (douze langues étrangères en plus du français) qui existe depuis 1983.
  • Monte Carlo Doualiya (anciennement Radio Monte Carlo Moyen Orient, créée en 1972, qui existe sous son nom actuel depuis 2006), radio française en langue arabe, qui se présente comme « la radio de la liberté, de la laïcité et de l’universalisme en langue arabe ».

France Médias Monde détient également une participation de 12,58 % dans le capital de la chaîne de télévision généraliste francophone internationale TV5 Monde aux côtés des autres partenaires publics français, belge, canadien et suisse. Mais c’est France Télévision qui est l’actionnaire principal de TV5 Monde, à hauteur de 49% du capital.

Fin 2015, l’audience cumulée des différentes entités regroupées dans la holding FMM était de 120 millions de contacts (audiences linéaires et numériques). Chaque semaine, en audience mesurée, France 24 rassemble 43,2 millions de téléspectateurs, RFI compte 36,7 millions d’auditeurs et Monte Carlo Doualiya 7,5 millions. Les trois médias du groupe cumulent 23,1 millions de visites dans leurs univers nouveaux médias chaque mois (avec un record à 26,8 millions de visites en octobre 2014) et rassemblent 14 millions d’amis sur Facebook et près de 5 millions d’abonnés sur Twitter5.

Après avoir relevé du ministère chargé des Affaires étrangères, la société chargée de l’audiovisuel extérieur de la France est, depuis le 1er janvier 2010, sous la tutelle de la direction générale des Médias et des Industries culturelles au ministère de la Culture et de la Communication. Ce changement de tutelle est entériné par l’article 7 de la loi du 5 mars 2009 relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision, venu modifier la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication.

Cette loi et ce changement de tutelle ont été voulus par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy et traduisent l’internationalisation des activités liées aux industries culturelles et le choix français de confier au ministère de la Culture et de la Communication la responsabilité de ce secteur (la co-responsabilité, devrait-on dire, avec d’autres instances telles que le CSA pour l’audiovisuel intérieur et l’ARCEP, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Un choix cohérent avec la position française consistant à défendre l’exception culturelle en excluant les biens et produits culturels du champ des négociations visant à libéraliser les échanges internationaux, comme nous le verrons plus loin. D’autres opérateurs travaillant à l’exportation des produits des industries culturelles françaises sont également sous la tutelle du ministère de la Culture, par exemple Unifrance, supervisé par le CNC (le Centre national de la cinématographie) et qui est chargé de la promotion du cinéma français dans le monde, avec le soutien du Ministère des Affaires étrangères.

Le MAE conserve un rôle important en matière audiovisuelle, notamment à travers l’action de Canal France International (CFI), l’agence de coopération du ministère des Affaires étrangères et du Développement international chargée de coordonner et d’animer la politique française d’aide au développement en faveur des médias du Sud6. À noter que, dans le contrat d’objectifs et de moyens adopté fin 2016, France Médias Monde s’est vu confier la constitution d’un pôle français d’expertise média dans le domaine de l’aide au développement, grâce à l’adossement de CFI à l’entreprise.

La vie et l’action de l’AEF devenu FMM ont longtemps été perturbés par le conflit entre les deux dirigeants qui avaient été placés à sa tête, Alain de Pouzilhac et Christine Ockrent, jusqu’au départ forcé de cette dernière en 2011, suivi, un an plus tard, par celui d’Alain de Pouzilhac. Au-delà des querelles de personnes, la constitution d’un ensemble unique regroupant l’audiovisuel extérieur de la France a été ressenti comme une « réforme contestable et coûteuse, à marche forcée », selon les termes du rapport parlementaire de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation sur le précédent projet de contrat d’objectifs et de moyens de la nouvelle entité. Deux plans de départs volontaires successifs ont réduit de plus de 20% les effectifs de l’entreprise, sans oublier une crise diplomatique avec les partenaires étrangers à la suite du rattachement de TV5 Monde au nouvel ensemble.

La nomination de Marie-Christine Saragosse comme PDG à l’été 2012 a contribué à débloquer la situation, à apaiser les tensions, à remettre sur les rails le projet de l’entreprise. Selon cette dernière, « Nous avons commencé par nous interroger, précisément, sur ce que nous voulions dire – et quelles valeurs voulions-nous défendre, sinon la liberté d’informer et d’être informé, l’égalité entre les hommes et les femmes, les droits humains, le fait que l’information n’est pas de la propagande mais qu’elle résulte de la confrontation des points de vue, la laïcité enfin, qui est souvent une idée neuve hors de nos frontières ? Ce socle de valeurs communes à l’ensemble de nos médias a fondé notre plan stratégique. (…) Pour chacun des médias, nous avons réaffirmé que nous parlons depuis la France et que nous couvrons l’actualité internationale avec un regard qui nous distingue tant des chaînes anglophones que des chaînes arabophones7. »

Le projet global de FMM est de « raconter la France » au monde. La question se pose de savoir dans quelle langue. Peut-on véhiculer des valeurs sans la langue qui en fut le support à l’origine ?

Les rapports entre les médias francophones regroupés dans FMM et France 24, chaîne qui s’exprime en trois langues, montre que la défense des valeurs et de la culture françaises passe désormais par celle du multilinguisme. Comme le rappelle encore Marie-Christine Saragosse, « l’objectif est de renforcer l’offre française, qu’elle s’exprime en français, en anglais ou en arabe, avec une complémentarité linguistique éventuelle en certains lieux.(…) France 24 est diffusée dans 250 millions de foyers, et nous en sommes à 71 millions de reprises partielles. Les zones de présence de France 24 et TV5 sont assez complémentaires : TV5, qui fêtera ses trente ans dans quelques jours, est plus présente en Amérique latine, aux États-Unis, en Asie, en somme dans les zones de conquête de France 248. »

Le contrat d’objectifs et de moyens 2013-2015 définissait des zones prioritaires, « zones de consolidation » où l’objectif est de maintenir les positions fortes des médias de FMM (Maghreb, Proche-Orient, Afrique francophone-Océan indien pour France 24 ; Afrique francophone-Océan indien et Haïti pour RFI, Proche-Orient pour MCD).

Comme l’a indiqué Marie-Christine Saragosse lors de son audition par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale le 3 décembre 2013, « Dans les zones de consolidation – Afrique francophone, Maghreb, Proche et Moyen-Orient – France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya ont une notoriété certaine et une audience très significative, pour ne pas dire qu’elle est la première. Maintenir nos positions implique que nous ne nous laissions pas distancer par une concurrence très rude : celle, toujours croissante, des chaînes locales, et celle des chaînes chinoises, qataries et parfois russes. Nous procéderons à des délocalisations exceptionnelles de nos antennes et nous mènerons des campagnes publicitaires. La distribution est, à peu de choses près, à son état optimal dans ces zones. Mais, outre qu’il nous faut, je l’ai dit, ne pas rater le coche de la TNT, nous voulons ouvrir quelques stations FM supplémentaires – c’est imminent en Côte d’Ivoire – et, pour ce qui concerne RFI, lancer des émissions dans une nouvelle langue africaine de l’Afrique de l’Ouest ; nous réfléchissons au choix de cette langue9. Nous comptons aussi sur la mobilité en pleine expansion en Afrique. »

Le contrat d’objectifs et de moyens 2031-2015 identifiait dans un second temps des « zones de développement » où l’objectif est de rechercher la notoriété : pays du Golfe, Afrique non francophone et Europe pour France 24 ; Afrique non francophone, Europe et Cambodge, pour RFI ; pays du Golfe et Libye pour MCD.

Ces quelques lignes décrivent les zones sur lesquelles rayonne l’audiovisuel extérieur de la France dont l’une, les Pays du Golfe, accueille le grand projet muséal de la France à l’étranger, le Louvre à Abu Dhabi.


1.2. France Muséums et le Louvre Abu Dhabi

L’Agence France-Muséums est chargée de mener à bien le projet de musée universel du Louvre Abu Dhabi, pour le compte des autorités des Émirats Arabes Unis, et de structurer l’expertise des institutions culturelles françaises. Elle assure sa mission dans les domaines suivants :

  • La définition du projet scientifique et culturel ;
  • L’assistance à la maîtrise d’ouvrage y compris pour la muséographie, la signalétique et les projets multimédia ;
  • L’organisation des prêts des collections françaises et d’expositions temporaires ;
  • Le conseil à la constitution d’une collection permanente ;
  • La définition de la politique des publics.

« L’Agence France-Muséums apparut sans conteste comme un OVNI dans le paysage des musées français : société privée, mais avec un actionnariat public (celui de douze établissements), fonctionnant avec un personnel composé en partie de fonctionnaires détachés dont six conservateurs du Patrimoine »10. Ayant le statut de société par actions simplifiée, elle est placée sous le contrôle économique et financier de l’État français, exercé par le contrôleur budgétaire et comptable ministériel du ministère de la Culture.

La France est chargée d’une mission de conseil dans les domaines de la conception et la réalisation du bâtiment et de l’élaboration du projet scientifique et culturel du musée. À partir de l’ouverture du musée et pour les dix années suivantes, le Louvre Abu Dhabi recevra en prêt des œuvres issues des collections françaises (300 dans les premières années, puis 250 et 200). De même, pendant quinze ans, la France fournira annuellement au Louvre Abu Dhabi quatre expositions. Enfin, elle aidera le musée à se constituer une collection propre destinée à remplacer les œuvres prêtées par les musées français.

Les Émirats arabes unis se sont engagés à verser des contreparties d’environ un milliard d’euros sur trente ans, qui bénéficieront au musée du Louvre et aux autres musées partenaires de l’opération. Pour mettre en œuvre cet accord de coopération culturelle, la France a créé une structure spécifique, l’Agence France-Muséumss dont sont actionnaires douze des principaux établissements muséaux français. Le projet français, conçu par Henri Loyrette, le directeur du Louvre, repose sur l’idée de la mutualisation des collections publiques françaises (celles du musée Guimet, du musée d’Orsay, de Beaubourg, du musée Rodin etc.) et de la transmission d’un savoir-faire multiple tant en matière d’expertise scientifique, de conservation, de construction des futurs bâtiments, de mobilisation et de transmission des pratiques accumulées dans les musées français. Il s’agissait enfin d’en faire un « musée-laboratoire » des musées français et de sensibiliser une génération nouvelle de conservateurs à ce type d’approches11.

L’Agence France-Muséums a signé un contrat de prestations de services avec son interlocuteur émirien Tourism Development & Investment Company le 7 Janvier 2008. Ce contrat dresse la liste des prestations à réaliser par l’Agence France-Muséums sur une durée de vingt ans. L’Agence, conformément à l’accord intergouvernemental du 6 mars 2007, est financée intégralement par les autorités des Émirats Arabes Unis. La TDIC est responsable de nombreux projets de développement sous l’autorité du gouvernement d’Abu Dhabi, en particulier du projet de l’ile de Saadiyat (« l’île du bonheur »). Construit sur l’île de Saadiyat, une île naturelle de 27 km2, le District Culturel sera un quartier composé d’établissements culturels de renom : le musée universel du Louvre Abu Dhabi, dont le projet architectural est conçu par Jean Nouvel, le musée du Guggenheim Abu Dhabi, imaginé par Franck Gehry, un Centre des Arts vivants, par Zaha Hadid, un Musée maritime, par Tadao Ando, et le Cheikh Zayed National Museum, par Norman Foster. Ce District Culturel sera intégré dans un nouvel ensemble urbain de 150 000 habitants, à quelques encablures du centre historique d’Abu Dhabi.

Pour les Émirats arabes unis, l’enjeu est bien sûr politique et culturel – devenir un lieu qui compte sur la scène muséale internationale – mais aussi économique : il s’agit de capter les flux touristiques en provenance d’Inde et de Chine qui consomment du musée comme ils consomment les produits de luxe des marques occidentales. Pour la France également, les enjeux sont culturels (faire reconnaître son excellence en matière muséale), politiques (être un partenaire stratégique pour les pays de la région) et économiques (non seulement le milliard d’euros promis sur 30 ans mais les contrats qui sont passés en marge de celui-ci, notamment pour la livraison d’avions de combat Rafale).

Le projet scientifique et culturel est ainsi décrit sur le site officiel de France-Muséums :

« Premier musée universel hors du monde occidental, le Louvre Abu Dhabi inaugure en terre arabe une institution culturelle née de l’Europe des Lumières. Ses valeurs et son identité reposent sur les notions de découverte, de rencontre et d’éducation, que porte en soi l’alliance inédite du plus grand musée du monde avec l’Arabie moderne.
Armature intellectuelle et conceptuelle du futur musée, le projet scientifique et culturel du Louvre Abu Dhabi traduit cette rencontre en un propos muséographique original, conçu pour présenter et faire dialoguer l’art des différentes civilisations et cultures du monde, des plus immémoriales aux plus actuelles. Décloisonner les arts et les techniques, les civilisations et les aires géographiques, pour mettre en valeur tant les échanges que les spécificités propres à chacune : cette volonté est à l’image de la réalité multiculturelle d’Abu Dhabi et prolonge le rôle millénaire de l’Arabie comme lien entre l’Ouest et l’Est, le Nord et le Sud, dans le souvenir de la route de l’encens, de l’histoire du Golfe persique entre Europe et Océan Indien, ouvrant la voie du contact avec l’Asie et l’Afrique.
Il s’agit d’offrir aux visiteurs des grands repères pour comprendre l’histoire des arts propre aux différentes civilisations, l’Occident, le monde arabo-musulman et l’Asie, mais aussi l’Afrique, l’Amérique et l’Océanie. De même, le Louvre Abu Dhabi s’appuie sur une conception résolument comparatiste, grâce à une présentation concentrée sur quelques centaines d’œuvres pertinentes et démonstratives, dans un espace à échelle humaine, autorisant ainsi une compréhension de la totalité du propos en une seule visite.
Le projet scientifique et culturel mène également une réflexion essentielle sur les questions de médiation, tant humaine qu’audio-visuelle, qui devront accompagner au plus près les visiteurs du monde entier dans leur visite. Ce dispositif sera complété par la mise en place d’un musée des enfants, composé d’une galerie d’exposition autonome et d’ateliers. Ainsi, le projet s’efforce d’inscrire dans la réalité du parcours de visite la généreuse invitation des Lumières à apprendre par un regard sensible et éclairé, qui étudie, compare et se délecte du sens toujours singulier des œuvres qui lui sont offertes.
Construisant son propos universel sur les principes posés par l’accord intergouvernemental de mars 2007, le projet scientifique et culturel met en lumière la richesse des collections publiques françaises mises en dialogue avec la propre collection du Louvre Abu Dhabi. Le programme d’expositions temporaires, défini parallèlement au projet scientifique et culturel, viendra amplifier le propos offert par les galeries du musée, en invitant les collections du monde entier à contribuer à des événements originaux, susceptibles de circuler dans de grandes institutions muséales internationales12. »

L’accord a suscité une controverse, menée par l’ancienne directrice du musée d’Orsay Françoise Cachin, qui a cosigné le 13 décembre 2006, avec Jean Clair et Roland Recht dans Le Monde, une tribune contre le projet, ensuite relayée par une pétition, signée par plus de 5 000 personnes, dont de nombreux historiens de l’art, universitaires et conservateurs. Pour elle, la participation du Louvre à ce « Las Vegas des sables » est une « dérive terrible de l’éthique du travail des musées ». En réponse à cette polémique, Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe, dans un article paru dans Le Monde du 1er février 2007, a pris position en faveur d’un projet qui témoigne de la reconnaissance, dit-il, du « talent français » dans les pays arabes.

L’organisation du fonctionnement du futur Louvre Abu Dhabi pose, il est vrai, des problèmes de déontologie ou de conflit d’intérêts aux musées français et à leurs conservateurs. Ceux-ci, chargés du projet au sein de l’Agence France-Muséums, doivent conseiller les autorités d’Abu Dhabi pour des acquisitions dont l’intérêt peut être en concurrence directe avec l’enrichissement des collections françaises qui n’ont pas les mêmes moyens que l’émirat. Il peut y avoir un risque de conflit d’intérêt culturel au sein même de l’institution Louvre. De plus, étant donné le régime politique des EAU, la collection constituée est privée, appartenant à l’émir d’Abu Dhabi, le cheikh Khalifa. Or, selon le droit français, les conservateurs de musée travaillent pour le patrimoine national.

L’ouverture du musée, initialement prévue en mars 2015, plusieurs fois repoussée, est annoncée maintenant pour fin 2017. Ce dossier qui mêle considérations économiques, politiques, culturelles est aujourd’hui l’un des plus sensibles pour la diplomatie culturelle de la France.


2. La dimension culturelle de l’action diplomatique dans deux institutions intergouvernementales et multilatérales

2.1. L’Organisation internationale de la Francophonie

L’OIF a été créé en 1970, à la suite de la conférence de Niamey, à l’initiative non de la France, qui s’en est longtemps désintéressée, mais de responsables politiques des anciennes colonies et protectorats français, en particulier Léopold Sedar Senghor, qui souhaitaient renforcer des solidarités entre des pays « ayant en commun le français » et mener une coopération multilatérale dans divers domaines. Appelée d’abord Agence de coopération culturelle et technique puis Agence intergouvernementale de la Francophonie (1998), elle a pris son nom actuel en 2005, peu avant la mise en place de l’architecture institutionnelle qui est la sienne aujourd’hui.

Cette architecture institutionnelle est composée :

  • du sommet de la francophonie, instance suprême de la francophonie multilatérale. La Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage se réunit en principe tous les deux ans afin de définir les grandes orientations politiques de la francophonie ;
  • de l’assemblée parlementaire, qui rassemble les représentants des parlements nationaux des pays membres ;
  • d’un Conseil permanent qui est en charge de la préparation et du suivi des Sommets, et veille, entre autres, à l’exécution des décisions, l’examen de la distribution du budget. A sa tête est nommé un secrétaire général qui dirige l’OIF ; depuis le 1er janvier 2015, c’est une femme, Michaëlle Jean, canadienne d’origine haïtienne.

En outre, plusieurs « conférences » réunissent à intervalles réguliers les ministres des pays membres : Conférence des ministres des affaires étrangères ou chargés de la francophonie ; Conférence des ministres francophones de l’éducation nationale des pays ayant le français en partage (CONFEMEN) ; Conférence des ministres francophones de la Jeunesse et des Sports des pays d’expression française (CONFEJES) ; Conférence francophone des organisations internationales non gouvernementales organisée tous les deux ans par le Secrétaire général de la Francophonie.

Le siège de l’organisation est à Paris mais l’OIF dispose de bureaux régionaux à Lomé, Libreville, Hanoï, Port-au-Prince et Bucarest ainsi que de représentations permanentes auprès de l’Union Africaine et de la Commission économique de l’Afrique de l’ONU, de l’Union européenne, et des Nations unies, dans le cadre d’accords passés avec diverses organisations internationales et régionales.

L’Organisation internationale de la francophonie repose sur cinq acteurs (un opérateur principal et quatre opérateurs directs) :

  • L’Agence intergouvernementale de la francophonie (AIF) qui gère notamment des programmes de coopération dans les domaines de l’éducation et de la culture ; le budget et les activités de l’AIF sont décidés lors des Conférences ministérielles de la francophonie.
  • L’Agence universitaire de la francophonie (AUF) ; fondée en 1961, elle rassemble des établissements d’enseignement supérieur et de recherche dans le monde.
  • L’Université Senghor d’Alexandrie (Égypte), créée par le Sommet de Dakar (Sénégal, 1989) ; l’enseignement s’y fait en langue française, elle a été reconnue d’utilité publique internationale.
  • L’Association internationale des maires francophones (AIMF) regroupe 156 capitales et métropoles de 46 pays francophones, et s’intéresse aux problématiques d’urbanisme et de gestion municipale.
  • Un ensemble audiovisuel composé de TV5 Monde ainsi que de France 24, les seules chaînes de télévision en langue française disponibles dans le monde entier ou presque.

Il existe par ailleurs d’autres organismes de la francophonie tels que le Conseil international des radios-télévisions d’expression française (CIRTEF) ou le Comité international des Jeux de la francophonie (CIJF).

Selon son site web, en janvier 2016, l’OIF regroupe 84 États ou gouvernements (54 membres de plein droit, 4 membres associés et 26 observateurs13), répartis sur les cinq continents. La plupart des pays et des locuteurs francophones (274 millions) se trouvent en Afrique, qui devrait regrouper, à l’horizon 2050, selon les projections démographiques actuelles, 85 % des francophones et 90 % des jeunes locuteurs âgés de 15 à 29 ans.

Les États membres sont présents sur tous les continents, et leur nombre ne cesse d’augmenter, ce qui présente un relais important pour diffuser les intérêts et les positions de l’OIF, et permettre un certain multilatéralisme au sein de l’Organisation. Cependant, la proclamation de l’OIF selon laquelle ces pays regroupent « plus de 900 millions d’hommes et de femmes ayant en partage la langue française et les valeurs universelles » apparaît quelque peu abusive. Il est intéressant de noter qu’un certain nombre de pays qui ont rejoint l’OIF assez récemment en tant qu’ « observateurs » paraissent assez éloignés du noyau francophone proprement dit. Le Kosovo, le Costa-Rica ou le Mexique, pour ne citer que les pays qui ont rejoint l’OIF en 2014, ont une population francophone numériquement faible. L’intérêt pour l’OIF des nouveaux entrants témoigne de la force d’attractivité de la structure et, dans une certaine mesure, de son poids croissant sur la scène internationale mais aussi d’une transformation des objectifs poursuivis par l’organisation et des usages auxquels elle se prête. L’OIF, d’instance vouée à la défense de la langue – ce qu’elle est encore largement aujourd’hui – est devenue de plus en plus, au fil des années, un organisme à vocation politique et diplomatique.

D’une part, au niveau interne, des considérations politiques ont pris le pas sur la seule dimension linguistique ou même culturelle. Depuis l’adoption des déclarations de Bamako (2000) et de Saint Boniface (2006), la Francophonie a acquis une nouvelle dimension politique, en s’engageant toujours davantage pour le respect des droits de l’Homme, l’enracinement de la démocratie et la consolidation de la paix, l’égalité des hommes et des femmes – à côté d’actions visant à soutenir le développement des pays membres dont certains figurent parmi les plus pauvres de la planète. Ces actions nécessitent l’implication des gouvernements, des parlements, des appareils judiciaires, des organisations professionnelles, des associations de la société civile et des médias.

La conditionnalité de l’aide au développement au respect des droits de l’Homme a pu être interprétée soit comme la volonté salutaire de ne plus fermer les yeux devant les violations répétées de ces droits par un certain nombre de gouvernements, soit comme une ingérence néocolonialiste de la part de la France, soit encore, à mi-chemin, comme une façon pour la France, qui finance l’OIF à hauteur de 75% de son budget, de limiter le poids financier de son engagement.

D’autre part, l’OIF a fait de la défense de l’exception et de la diversité culturelles l’un de ses chevaux de bataille, par-delà la défense de la langue française. En tant que garante de diverses valeurs universelles, l’OIF s’est présentée comme une structure qui lutte contre les dangers de la mondialisation, jugée responsable de l’homogénéisation culturelle et de l’hégémonie de la langue et de la culture anglo-saxonnes. Se présentant comme une véritable alternative, la Francophonie à travers l’OIF cherche à freiner l’uniformisation culturelle vers laquelle se dirige le monde. Il ne s’agit pas exclusivement de protéger la langue française, et d’en assurer sa survie dans un monde de plus en plus dominé par la langue anglaise, mais de promouvoir le multilinguisme et le multiculturalisme. Forte de sa présence sur tous les continents, l’OIF défend la diversité culturelle comme « concept universel »14. La diversité culturelle devient dès lors le fer de lance de l’Organisation, car elle apparaît comme une barrière à l’uniformisation de la pensée, et des hommes. L’OIF se constitue comme une scène sur laquelle des acteurs qui n’ont pas nécessairement un poids décisif seuls sur la scène internationale, s’unissent pour oeuvrer ensemble. Percevant les dangers de la mondialisation, elle veut proposer une autre mondialisation, une mondialisation humaniste, qui respecte les biens communs de l’humanité, répond aux besoins de solidarité et de diversité, et favorise le multilatéralisme. Pour cela, il devient nécessaire d’établir un plan d’action à plusieurs échelles et dans une grande diversité de domaines.

A l’intérieur de la Francophonie, des programmes visent à valoriser la création artistique en même temps qu’à permettre leur viabilité économique. « Les actions de l’OIF visent le développement de véritables filières d’industries culturelles pour le livre, l’image, les arts plastiques et le spectacle vivant. Elles visent également à promouvoir la lecture publique, ainsi que le dialogue des cultures15. » L’OIF soutient de nombreuses manifestations culturelles, décerne des prix (en particulier le Prix des cinq continents de la francophonie décerné chaque année à un roman francophone), encourage les politiques nationales de lecture publique, appuie l’accès des artistes des pays francophones aux marchés internationaux et leur insertion dans des réseaux professionnels ; pour la production audiovisuelle, l’OIF favorise la création et la diffusion d’œuvres de qualité à travers un dispositif d’accompagnement multiforme qui va des bourses d’aide à l’écriture pour les auteurs et scénaristes jusqu’à la promotion et la mise en marché des films. Ce dispositif vient compléter les interventions du Fonds image de la Francophonie qui constitue, depuis près de trente ans, l’une des principales sources de financement des créations cinématographiques et télévisuelles, notamment africaines.

La France a appuyé cette action, contribuant notamment à faire émerger le cinéma africain, à travers le soutien apporté à de nombreux festivals tels ceux de Hué, Dakar, Tunis, Ouagadougou. Par ailleurs, la diplomatie française s’est intéressée à cet outil multilatéral à partir surtout des années 1980, en faisant l’auxiliaire de sa diplomatie publique sur la scène internationale. Le sommet de Maurice en 1993 décide d’appuyer la position française en faveur de « l’exception culturelle » lors des négociations du GATT. En passant ainsi de la langue à la culture, la Francophonie a progressivement délaissé la seule défense du français pour s’ouvrir au plurilinguisme, considérant que défendre le français dans un monde globalisé revenait aussi à défendre les autres langues et la diversité culturelle. Selon Marie Josée de Saint Robert, cheffe du service linguistique de l’office des Nations unies à Genève, « le multilinguisme est l’équivalent linguistique, culturel, voire « civilisationnel », du multilatéralisme » tandis que le monolinguisme amène à la marginalisation16. En défendant les langues du monde contre l’anglais, l’OIF se pose dans une certaine mesure en défenseur de l’égalité des acteurs sur la scène internationale et de la démocratie internationale.

Progressivement, sous l’impulsion de la France et du Canada – ses principaux contributeurs – l’OIF a souhaité s’imposer elle-même comme un acteur international de la sécurité collective, ce qui n’est pas sa vocation originelle. Elle a notamment développé des mandats axés sur la prévention des conflits, mais également le rétablissement et le maintien de la paix, des instruments nouveaux tels que l’alerte précoce ou la médiation, et bien sûr la coopération avec les autres organisations. La politisation de l’Organisation permet également de servir les intérêts nationaux de ses membres, et notamment de la France17, l’OIF devenant dès lors un « vecteur d’influence diplomatique national ». Cette dimension a été particulièrement visible dans le soutien apporté par l’OIF aux positions françaises sur la diversité culturelle au sein de l’Unesco.

L’action de l’OIF rencontre toutefois plusieurs limites. D’une part, les politiques mises en oeuvre par l’Organisations ne peuvent être contraignantes. Du fait de son fonctionnement même, l’Organisation ne peut imposer à un État ou gouvernement de suivre ses recommandations, adhérer à des Conventions, ou appliquer des décisions. La bonne volonté politique des États et gouvernements est indispensable à l’efficacité de l’action de l’OIF, et ce, dans tous les domaines. Dans les grandes missions qui relèvent du domaine politique, notamment, l’OIF apparait comme soutien, comme support, et non comme un acteur de premier plan, même si la situation concerne en premier lieu un État qui lui est attaché, comme cela a pu être le cas de la République démocratique du Congo. Ce second rôle limite dans une certaine mesure l’action de l’OIF, mais présente néanmoins l’avantage d’éviter la multiplication des acteurs sur les théâtres de conflit. Le Secrétaire général rappelle à ce titre lui-même que « L’humilité et le réalisme nous obligent à admettre que la Francophonie ne peut être sur tous les fronts, et qu’elle est d’abord là pour faire ce que d’autres ne feront jamais à sa place ». L’OIF, dans ce cadre, apparaît peu capable d’agir seule.

Une autre limite de l’OIF réside dans l’écart entre ses ambitions et les moyens déployés. Pro-gressivement, les objectifs de l’OIF se sont diversifiés, de manière parallèle à son élargissement géographique. Toutefois, les moyens matériels et financiers mis à disposition par les États et gouvernements n’ont pas augmenté de manière significative. Les moyens financiers de l’Organisation demeurent modestes, ce qui peut paraître paradoxal au vu de la grande diversification des missions. En effet, sur la période 2010-2013, le budget annuel de l’OIF s’élevait à 85 millions d’euros18, et était réparti entre les nombreux champs d’activité de l’Organisation que sont la langue française, la diversité culturelle et linguistique ; la paix, la démocratie et les droits de l’Homme ; l’éducation et la formation ; le développement durable et la solidarité ; les actions transversales (égalité des genres, jeunesse, société civile…). Seuls quinze Etats contribuent au Fonds multilatéral unique (FMU), ce qui ne peut que limiter l’action de l’Organisation.

Enfin, un nombre croissant d’États et gouvernements nouvellement membres ne voient pas dans la promotion de la langue française un objectif prioritaire pour l’action de l’Organisation. De ce fait, cet objectif, qui était originellement au cœur de l’action de l’OIF s’est peu à peu dilué. Cette évolution est tout à fait perceptible dans les récentes évolutions du français dans les Organisations internationales. Certes, officiellement, l’Organisation tend à favoriser l’usage de la langue française au sein des Organisations internationales, et notamment à l’ONU, où il a été demandé au Secrétaire général de communiquer en français avec les membres de l’OIF. Mais, malgré leur appartenance à l’Organisation, certains États comme la Bulgarie ou le Vietnam, ont souhaité privilégier l’anglais alors que le français est également une langue de travail du Secrétariat général. La langue française, base sur laquelle repose dans une certaine mesure l’OIF n’apparaît pas comme un enjeu fondamental pour ces membres, ce qui pose la question de la cohérence stratégique de l’Organisation. Le risque devient alors que l’Organisation ne structure son action qu’autour du plus petit dénominateur commun entre ses membres, et privilégie des problématiques globales, et qui ne concernent pas exclusivement les États et gouvernements de l’aire concernée.

De nombreux observateurs posent la question de la cohérence de son projet, à l’image de Françoise Massard-Piérard qui s’interroge sur ce qu’est dans ce nouveau contexte « la défense de la langue, la promotion d’une culture, d’une civilisation, le développement de ce qui est français ou de la francité ? »19. Le risque de l’ouverture des missions de l’Organisation à une telle variété de domaines, est la dissolution de son message, et le fondement de son action sur un accord a minima entre ses membres, mus par des intérêts pour le moins hétérogènes, puisqu’il y a finalement peu de francophones dans la Francophonie aujourd’hui.


2.2. L’Unesco

Si certains traits et instruments de la politique culturelle française marquent une volonté de rayonnement, celle-ci ne peut plus passer par une stratégie fondée sur les relations bilaté- rales. Désormais, la dimension multilatérale structure la politique culturelle nationale, même si en matière culturelle elle est devenue indirecte, puisqu’elle passe principalement par la Commission européenne au sein des organisations internationales culturelles – Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Organisation mondiale du commerce (OMC), Unesco dans une moindre mesure.

La France, dans les années 1980, avait bataillé ferme, y compris contre certains de ses partenaires européens ou les instances européennes, pour faire admettre le principe de l’exception culturelle, qui tend à soustraire les biens et services culturels de la libéralisation des échanges, que ce soit dans le cadre européen ou à l’extérieur. Cette position, quoique finalement admise, n’était que tolérée et paraissait peu susceptible de rallier durablement les partenaires de la France contre le libre-échange des produits des industries culturelles. Soucieux d’échapper à une position assez isolée, défensive et franco-française, les responsables français se rallièrent à la notion de « diversité culturelle » à la fin des années 1990, jugée plus consensuelle, extensive et offensive. Catherine Trautmann, ministre de la Culture en France à l’époque de cette inflexion, tenta de mettre en cohérence les deux notions dans une formule synthétique : « La diversité culturelle est l’objectif, l’exception culturelle en est le moyen »20.

L’Unesco fut l’enceinte internationale et multilatérale où s’opéra ce glissement sémantique et stratégique. L’expression « diversité culturelle » y était utilisée depuis le milieu des années 1960. Une « Déclaration universelle sur la diversité culturelle » fut adoptée par les Etats membres en 2001, pour reconnaître que les services culturels, porteurs d’identité, ne doivent pas être considérés comme des marchandises comme les autres, favorisant la mise en œuvre par chaque État d’une politique culturelle propre. Cette reconnaissance s’appuie sur une approche internationale, constituée politiquement autour du Réseau international sur la politique culturelle (RIPC) réunissant les ministres de la Culture d’États des divers continents, une « alliance globale pour la diversité culturelle » animée par quelques grands pays francophones, au premier rang desquels la France et le Canada/Québec. Ces pays poussèrent à la création d’un instrument juridique permettant de donner à ce principe une force normative, sur le modèle des conventions de protection du patrimoine. Au terme de plusieurs années de négociations, ils parvinrent à rassembler une large coalition internationale qui adopta, en 2005, lors de la 33e Conférence générale de l’Unesco, une Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles21.

Le passage d’une approche défensive contre l’OMC à travers l’exception culturelle à une approche ouverte à travers la diversité culturelle n’est pas tant d’ordre conceptuel que poli- tique et juridique. L’adoption de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles résulte de la convergence de ces travaux et de la volonté de l’Union européenne à partir de 2003. Adoptée le 20 octobre 2005 par la conférence générale de l’Unesco et entrée en vigueur le 18 mars 2007, elle ouvre la question juridique essentielle de sa compatibilité et de sa portée à l’égard des accords de l’OMC, à partir de trois acquis :

  • les activités, biens et services culturels sont appréhendés « indépendamment de la valeur commerciale qu’ils peuvent avoir », étant précisé que « les activités culturelles peuvent être une fin en elles-mêmes, ou bien contribuer à la production de biens et services culturels » dotés d’une valeur commerciale ;
  • la reconnaissance de la souveraineté des États pour « conserver, adopter et mettre en œuvre les politiques et mesures qu’ils jugent appropriées pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles sur leur territoire » ;
  • la référence explicite au rôle particulier des services publics dans le domaine de la culture et des médias de portée plus large que le statut de ces services dans l’Union européenne.

Mais l’articulation de la Convention Unesco avec l’OMC est fragile. D’abord, la Convention ne porte que sur les droits des parties, non sur leurs obligations. Les règlements des différends s’établissent sous forme de consentement des parties concernées, ce qui n’est pas le cas des accords OMC. Les États membres sont d’abord tenus de respecter leurs obligations auprès de l’OMC. La Convention Unesco ne peut juridiquement empêcher la libéralisation des biens et services culturels au sein de l’OMC. De plus, certains pays importants au niveau international (en premier lieu les États-Unis et le Japon) n’ont pas ratifié cette convention, ce qui les exempte de respecter ses principes. Pour autant, les parties à la Convention pourront s’appuyer sur elle pour refuser de prendre des engagements de libéralisation en matière culturelle et audiovisuelle. En cas de conflit entre les instruments internationaux, l’OMC demeure en tout état de cause dominant à travers son organe de règlement des différends (ORD).

L’enjeu principal, depuis les années 1990, est de s’assurer au plan international que la poli- tique culturelle nationale est compatible avec les principes économiques de l’OMC, selon les- quels la culture – en particulier les services audiovisuels et cinématographiques – relève des services et, à ce titre, des règles du libre-échange. Le moment où s’est forgée l’exception culturelle a constitué pour la politique culturelle française un tournant22.

À l’occasion du cycle de négociations commerciales multilatérales du General Agreement on Tariffs and Trade (GATT) de 1986, qui donneront lieu en 1994 à la création de l’OMC, l’expression d’« exception culturelle » s’est déployée comme un objectif de politique culturelle internationale. Elle en constitue le cœur de doctrine, muée depuis en « diversité culturelle » pour tenir compte de la faiblesse juridique de la première et de l’utilité de la faire partager, en particulier dans le cadre de la Convention sur la diversité et le pluralisme de l’Unesco. L’extension aux services des principes du GATT applicables aux marchandises constitue le défi auquel sont confrontées les activités culturelles et de communication.

L’enjeu principal tient à la pérennité du régime juridique de l’audiovisuel en Europe, les politiques de soutien pour le patrimoine – services des bibliothèques, des archives, des musées – n’étant pas en cause. L’application des principes du libre-échange au domaine des activités culturelles et de communication comme la télévision et le cinéma aurait eu pour effet de modifier les modes d’organisation et de financement de ces industries culturelles dans une grande part des États membres de l’Union européenne, en particulier les politiques publiques de soutien français pour le cinéma et l’audiovisuel. Considérant que le cinéma et l’audiovisuel, en raison de leur caractère culturel, appuyé par un régime de propriété littéraire et artistique, ne sont pas des services comme les autres, les offres de libéralisation dans ce domaine pouvaient faire valoir une spécificité culturelle, ou plutôt une exception culturelle, alors même que l’OMC est compétente en matière de culture.

La promotion des systèmes de préférences nationales qui favorisent les œuvres nationales et, par extension, les œuvres communautaires, sur laquelle la France s’est engagée, a notam- ment pour but de préserver les mécanismes historiques des politiques culturelles et de com- munication, par exemple:

  • le compte de soutien du cinéma et de l’audiovisuel du CNC, financé pour le cinéma par la taxe spéciale additionnelle (TSA) prélevée sur les entrées en salles et pour l’audiovisuel par les prélèvements sur les chiffres d’affaires des chaînes de télévision, et la redevance pour les services publics audiovisuels – financement public spécifique maintenu en dépit de la tendance à la libéralisation de l’audiovisuel –, auquel s’ajoutent les programmes de financement européens (programme Média, Fonds Eurimages du Conseil de l’Europe) ;
  • les quotas d’œuvres d’expression originale française et d’œuvres européennes dans les grilles de programme des télévisions (60 % d’œuvres communautaires dont 40 % d’ex- pression originale française), reconnus dans la directive communautaire « Télévision sans frontières » de 1989 ;
  • un corpus juridico-social singulier : la définition des œuvres cinématographiques et audiovisuelles sur la base de critères de nationalité des producteurs, le plafonnement à 20 % du capital des diffuseurs pour les actionnaires étrangers, la présence de personnes physiques provenant d’un État membre sur le territoire d’un autre État membre, le régime des intermittents du spectacle… qui constituent autant d’éléments qui peuvent entrer en contradiction avec les principes de libre-échange et de concurrence ;
  • des politiques de soutien en faveur de partenaires internationaux mais dans une moindre mesure, alors qu’ils dérogent au principe de la nation la plus favorisée (NPF) : productions des pays en voie de développement, accords de coproduction en faveur des pays africains, ou dans le cadre des politiques de la francophonie…

L’exception culturelle ne relève pas du domaine des exclusions, mais dépend de la structure des accords du GATT et de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS) en tant qu’« engagements spécifiques » (schedules) souscrits par chaque État, leur permettant de désigner les secteurs et les modalités de leur ouverture à la libéralisation. En pratique, il suffit donc de ne pas souscrire d’engagement spécifique dans les secteurs concernés, malgré les logiques d’interdépendance entre les différents secteurs qu’impose le caractère global de la négociation. En réalité, le principe général poursuivi par l’OMC étant d’assurer une libérali- sation progressive, l’exception culturelle est susceptible d’être mise en cause à chaque nou- velle négociation et tout élément de politique publique qui en relève doit faire l’objet d’une notification auprès de l’OMC (principe de transparence).

C’est pour cette raison que les négociations entreprises entre l’Europe et les États-Unis dans le cadre du traité transatlantique TAFTAT inquiétaient les milieux culturels européens, alors même que la culture (plus précisément les services audiovisuels, essentiellement le cinéma, la télévision et internet) étaient en principe exclues de ces négociations. Le caractère secret de ces négociations n’était pas fait pour les rassurer… Paradoxalement, c’est l’arrivée au pouvoir d’un président américain de « droite » mais isolationniste, Donald Trump, hostile aux traités de libre-échange multilatéraux, qui semble devoir mettre fin aux négociations et ainsi rassurer les milieux culturels !

A travers ces quatre exemples (France Media Monde, Agence France Muséums et Louvre Abu Dhabi, l’OIF et l’action de la France à l’Unesco), nous avons montré quelques voies par lesquelles l’action culturelle extérieure de la France a cherché à se renouveler ces dernières années. La défense de la langue est toujours importante mais elle a tendance à passer au second plan derrière une action qui vise avant tout à assurer la présence de la France, de sa culture et de ses valeurs sur la scène internationale. Reste à savoir si culture et valeurs peuvent se passer de la langue…

 

1 Cour des comptes « Le réseau culturel de la France à l’étranger », 2013 [https://www.ccomptes.fr/Actualites/Archives/Le-reseau-culturel-de-la-France-a-l-etranger]
2 PLF 2016 extrait du bleu budgétaire de la mission : avances à l’audiovisuel public.
3 Le programme 844 a pour objet le financement de la société France Médias Monde. Depuis le PLF 2015 et la suppression du programme 115 «Action Audiovisuelle Extérieure», dont l’action n°1 assurait une partie du financement de France Médias Monde, le programme 844 couvre l’intégralité des crédits attribués à la société.
4 https://www.lesechos.fr/06/01/2016/lesechos.fr/021600949274_france-medias-monde-veut-accelerer-dans-le-numerique.htm#q7BWdTZD4GvV2Qbl.99

5 Rapport d’activité de FMM 2013-2014.
6 « Le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) confie à CFI la mission de mettre en œuvre sa politique d’appui au développement des médias publics et privés, et plus généralement du secteur audiovisuel dans une perspective tri-média, dans les pays bénéficiaires de l’aide publique au développement. Ses objectifs demeurent la diffusion de l’information, la consolidation de la société civile et de l’Etat de droit et l’appui aux nouvelles démocraties ou « Etats fragiles ». Son adossement à France Télévisions et Arte France est le garant de son professionnalisme. Les grandes orientations et priorités de la mission d’expertise confiée à CFI sont pilotées au travers d’une convention annuelle signée avec le MAEDI. Pour atteindre les objectifs fixés, le MAEDI alloue à CFI des moyens du programme 209 dédié à l’aide au développement. Du fait de la multiplication des acteurs audiovisuels intervenant à l’échelle internationale, le Ministère mandate également CFI pour assurer la circulation de l’information et l’assister dans sa mission de coordination entre les professionnels des médias français menant des actions de coopération. CFI analyse chaque situation nationale, élabore ses projets, les met en oeuvre et les évalue en étroite relation avec le réseau diplomatique français et tout particulièrement avec les services de coopération et d’action culturelle. » (http://www.cfi.fr/, consulté le 2 janvier 2015).
7 Audition de M.-C. Saragosse devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, le 3 décembre 2013 (citée dans le rapport parlementaire 2013, p. 23).
8 Rapport parlementaire 2013, p. 37.
9 Depuis, le choix a été fait : RFI émet désormais en mandingue, une langue parlée par vingt millions d’Africains.
10 Rapport parlementaire 2013, p. 6.
11 Agathe Renaut, Le Louvre des sables : la nouvelle arme du soft power français, mémoire de master 1 sous la direction de Caroline Ibos, univ. Paris 3, 2015.
12 Cf Laurence des Cars Louvre Abu Dhabi, naissance d’un musée, Flammarion / Le Louvre, 2013 et 2014.
13 Au 1er janvier 2017, la Thaïlande est suspendue des instances de la francophonie.
14 Boutros Boutros-Ghali., Secrétaire général de l’OIF, interview Le Vif/l’Express, 19 octobre 2000, cité dans Massart-Piérard Françoise, « La Francophonie, un nouvel intervenant sur la scène internationale. », Revue internationale de politique comparée 1/2007 (Vol. 14) , p. 69-93.
15 Organisation internationale de la Francophonie (http://www.francophonie.org/-Diversite-et-developpement-.html, consulté le 5 janvier 2015).
16 Marie-Josée de Saint Robert, « L’utilisation du français dans les négociations et les organisations internationales. », Géoéconomie 4/2010 (n° 55) , p. 113-123.
17 « La francophonie est devenue un instrument politique au service de la France qui profite du poids des pays membres pour rayonner à l’extérieur. […] La France, qui n’a plus ses colonies perd de son lustre d’antan. La francophonie devient alors le cadre idéal pour restaurer cette influence » Courrier international, 2010, cité dans Massie Justin et Morin David, « Francophonie et opérations de paix. Vers une appropriation géoculturelle », Études internationales, vol. 42, n° 3, 2011, p. 313-336.
18 Nous n’avons pas pu trouver de chiffres plus récents. Une grande opacité règne sur le budget de l’OIF, dans son montant comme dans les contributions des États membres ou dans la répartition des dépenses.
19 F. Massard-Piérard, op. cit.
20 Voir Martine Chaudron L’exception culturelle, une passion française ? Éléments pour une histoire culturelle comparée, L’Harmattan, Paris, 2011.
21 Sur la convention de 2005, lire notamment Hélène Ruiz Fabri (dir.), La Convention de l’Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Premier bilan et défis juridiques, Société de législation comparée, volume 21, 2010. Voir aussi Antonio Vlassis, Stratégie(s) d’acteur(s) et construction des cadres normatifs internationaux. De l’exception culturelle à la diversité culturelle, thèse pour le doctorat en sciences politique sous la direction de Dario Battistella, 2010.
22 Culture & Médias 2030 Prospective de politique culturelle, Paris, La Documentation française, 2011.

[sommaire]


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chmc1 (12 mars 2018). Diversité culturelle et défense de la langue par la France : les enjeux d’une action culturelle extérieure moderne. Politiques de la culture. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mri0


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search