Diplomatie culturelle

Cette communication a été donnée à l’occasion du forum franco-japonais « Où va la diplomatie culturelle de la France ? Du rayonnement culturel à la diplomatie d’influence » le 16 janvier 2016 à l’auditorium de la Maison franco-japonaise de Tokyo. Ce forum était sous la direction scientifique de Mariko Oka-Fukuroi (Université Aoyama Gakuin)

 

par WATANABE Hirotaka (université des langues étrangères de Tokyo)
traduit du japonais par Jinah Kim (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3 | UP3 · École Doctorale Arts et Médias)



Le positionnement et la signification de la diplomatie culturelle

Dans le contexte de l’aggravation des conflits entre le Japon, la Chine, la Corée, etc, point n’est besoin de dire l’importance de la diplomatie publique. Cependant, nous sommes à l’ère où le gouvernement des affaires étrangères et la population doivent penser plus sérieusement à l’importance de la diplomatie culturelle qui est en passe de devenir la base de cette diplomatie publique.

Conflit diplomatique entre le Japon et la Chine

Au début du mois de janvier 2014, dans le journal britannique The Daily Telegraph, l’ambassadeur chinois de Grande-Bretagne, Liu Xiaoming a critiqué le Japon en le comparant à Lord Voldemort (le méchant principal dans le roman au succès mondial Harry Potter). À ce propos, l’ambassadeur japonais de Grande-Bretagne, Hayashi Keiichi a répliqué que « la Chine pourrait également devenir Lord Voldemort ». Le 8 janvier, l’émission News Night de la BBC a produit une série d’interviews de ces deux ambassadeurs dans leur studio.

Concernant les îles Senkaku (尖閣), l’ambassadeur Hayashi a affirmé dans ces entretiens la légitimité de l’opinion du Japon au niveau de la loi internationale et a ajouté que la prétention de la Chine sur la souveraineté de ces îles pouvait troubler l’ordre international de l’Asie. À l’inverse, l’ambassadeur Liu Xiaoming a raconté que la visite du premier ministre du Japon, Abe, au sanctuaire Yasukuni (靖国神社) pouvait être perçue comme une sorte de signal de la renaissance du militarisme japonais. En outre, il a insisté sur le fait que les îles Senkaku appartiennent à la Chine depuis l’antiquité et que le problème lié à ces îles se situe à un niveau moral, en lien avec la souveraineté.

Nous avons également vu cette émission enregistrée. Alors que l’argumentation de la partie chinoise semble arbitraire, une critique de l’émission dans le journal The Diplomat attribue l’avantage de la conversation à la Chine en mettant en avant l’anglais parfait et les qualités expressives du diplomate chinois.

L’ambassadeur japonais n’est pas à l’aise dans ce débat chargé de mots habiles et inattendus. Ce type de discussions ne correspond pas aux habitudes des Japonais qui débattent le plus souvent en ôtant tous types d’exagérations, sous-entendus et mots superflus d’une conversation. Dans ce sens, nous pouvons dire généralement que la Chine est meilleure au niveau de l’expression. En revanche, la surface de cette technique superficielle se craquèle inévitablement un jour. Ce qui est important est le contenu et la sincérité du discours. Dans ce sens, il est clair que le mieux est de transmettre la vérité dans la mesure du possible, même sans être habile avec les mots.

Ce qui nous a plus inquiété, c’est le manque de connaissances du journaliste Jeremy Paxman sur les questions de souveraineté des îles Senkaku et son anxiété basée sur des idées préconçues concernant la renaissance du militarisme japonais. Bien qu’il soit au courant des faits, il ne semble ni favorable aux Japonais ni neutre concernant le point de vue du Japon. Le journaliste ne montre aucune sympathie pour le Japon et semble très dur à persuader de la légitimité de son point de vue.


L’exposition des femmes de réconfort lors du Festival de la bande dessinée en France

Prenons un autre exemple. Cette même année 2014, le 30 janvier, s’est tenu le Festival International de la Bande dessinée dans la ville d’Angoulême, située dans l’Ouest de la France. A l’occasion de ce festival, une exposition organisée par le gouvernement coréen avait pour thème les femmes de réconfort pendant la guerre du Pacifique.

Ce festival de bandes dessinées, qui fêtait en 2016 ses 41 ans, est le plus ancien et le plus prestigieux festival de bande dessinée européen. C’est le plus grand événement culturel organisé par la ville d’Angoulême chaque année. Le festival mettant tous les ans l’accent sur des projets édifiants et éducatifs, de nombreux professeurs d’école viennent le visiter avec leurs élèves dans le cadre de visites scolaires. Nous avons également assisté à ce festival il y a 5 ans. A cette occasion, nous avons eu la chance de discuter de l’organisation des plannings et de la gestion du festival avec les organisateurs. A la différence de la « Japan Expo », festival parisien dédié à la pop culture japonaise, il n’y a pas de cosplay. Les prix du festival sont décernés à des auteurs de bandes dessinées compétents dont les œuvres ne sont pas forcément destinées aux adolescents, comme c’est le cas au Japon.

Lors de notre visite au Festival d’Angoulême, les auteurs japonais de bandes dessinées Shigeru Mizuki et Hiroshi Hirata étaient invités. Shigeru Mizuki est connu principalement pour son œuvre « Kitaro le repoussant (ゲゲゲの鬼太郎) », mais aussi en tant qu’auteur de bandes dessinées anti guerre. Au moment de l’exposition, l’organisateur, Franck Bondoux, nous a expliqué avec plaisir qu’il était parvenu à organiser, après deux ans de négociations, une exposition de l’original des « Yokaidou Gojyusantsugi (妖怪道五十三次) » et du « Hansen Manga (反戦マンガ) » dont les compositions ressemblent à l’œuvre de Utagawa Hiroshige. Il nous a également confié que la raison de l’invitation de Hiroshi Hirata était la précision dans ses travaux de dessins de chevaux. Nous avons admiré sa capacité d’appréciation.

Il parait évident que la raison de l’organisation d’une exposition de manga ayant pour sujet les femmes de réconfort coréennes était de faire comprendre aux enfants la misère de la guerre et de les instruire à propos de la paix.

Cela a cependant pris une ampleur plus grande à ce moment-là. Un article d’un journal français de premier ordre, le Nouvel Observateur, daté du 30 janvier 2014 énonce :

« Alors que le thème est connu depuis plusieurs mois déjà, le Japon s’est réveillé mercredi 29 janvier. L’ambassadeur du Japon en France, Yoichi Sukuki, a « regretté vivement que cette exposition ait lieu » estimant qu’il s’agit d’un « point de vue erroné » qui « complique davantage les relations entre le Japon et la Corée du Sud ». « Je ne suis pas sûr que ce soit dans l’intérêt du festival d’Angoulême de promouvoir une vision particulière », a-t-il ajouté. »

Malgré tout, il semblerait que le Japon ait été dépassé à cause de l’organisation de cette exposition.

Cette dernière estime le nombre de femmes de réconfort à deux cent mille, or, il s’agit d’une exagération. L’ONG féministe japonaise « Nadesiko Action (なでしこアクション) » qui agit activement sur le problème des femmes de réconfort a expliqué que, si elle ne nie pas leur existence, leur nombre n’atteint pas les 200.000 et celles-ci n’ont pas été enrôlées de force par l’armée japonaise. Par ailleurs, cette association a aussi envoyé aux organisateurs du festival une pétition signée par 12,000 japonais accusant l’exposition d’être une opération de publicité organisée par le gouvernement coréen.

Si l’article de ce journal est vrai, contrairement à l’émission de la BBC, l’erreur est due à un manque de communication préalable au quotidien avec l’organisateur qui pourtant comprend bien le Japon et a une bonne impression du pays.


La difficulté de l’activité des relations publiques et leur unification avec la diplomatie culturelle.

Dans tous les cas, ces deux exemples nous montrent bien que la diplomatie publique n’est pas chose aisée mais aussi que la collecte d’informations et de contacts de manière quotidienne est importante.

En outre, la visite du Premier ministre Abe à Yasukuni-jinja a également participé à l’affaiblissement de la position diplomatique du Japon. Avec cette visite, qui s’est déroulée un an avant les exemples cités précédemment, les autorités diplomatiques japonaises se sont en quelque sorte tiré une balle dans le pied à un moment fatidique du conflit de la diplomatie publique. Au même moment, le discours du nouveau président de NHK, Katsuto Momii (籾井勝人) à propos des femmes de réconfort a aggravé la situation. Ce dernier a affirmé que « les femmes de réconfort ont existé dans tous les pays. En Europe, elles existaient partout ». Au-delà du fait qu’il transmet avec ces paroles des faits à travers un sentiment individuel, le timing diplomatique est très mal choisi. Ces deux événements sont devenus des exemples représentatifs du manque de considération et de tact dans la diplomatie publique du Japon. Si ce dernier continue dans cette veine, jamais la diplomatie japonaise ne pourra s’élever.

Ce que nous pouvons déduire de cette série d’événements est que l’opinion publique, les politiciens et les membres du gouvernement ne sont pas assez conscients de l’importance de la diplomatie publique et de la diplomatie culturelle. C’est dans ce but là que les Affaires Etrangères ont commencé récemment à se battre pour résoudre les conflits insulaires et territoriaux et ont augmenté leur budget annuel à ces fins.

Nous présidons la « Semaine du dialogue français », événement entre la France et le Japon organisé sous forme de colloque et conférences en coopération avec des universités, la Fondation du Japon (国際交流基金), The Japan Institute of International Affairs (日本国際問題研究所) et The Japan Society for the Promotion of Science (日本学術振興会). Dans ce genre de colloques organisés en France, des questions stéréotypées sur le thème de « l’excuse » ou de « la mémoire de l’histoire » reviennent fréquemment.

Il existe d’autres exemples de la difficulté à modifier un tel stéréotype. Même la Fondation pour la promotion de la culture française, qui est pourtant reconnue par l’État français, est parfois évitée par les chercheurs français, notamment dans les domaines de la politique et de l’histoire. Une sorte d’ « isolement de la connaissance » en résulte et empêche de se placer aux côtés du Japon, peu importe à quel point les faits rapportés ont été rendus publics. En ce sens, il est certain que l’importance de la diplomatie culturelle en tant que soutien aux activités de relations publiques est de moins en moins négligeable.

Afin de comprendre l’intention du Japon et de se mettre d’accord sur ce qu’il affirme, il est important de savoir à quel point le pays envers lequel est mené l’action diplomatique peut comprendre le Japon ordinaire et éprouver un sentiment d’affection envers ce pays. Pour cela, l’action principale de la diplomatie publique consiste à créer naturellement une base de compréhension du Japon à plusieurs niveaux. Il n’est pas besoin ici de souligner l’importance du pouvoir de la culture dans ce domaine.


Les activités culturelles influencent-elles la diplomatie ?

Lorsque l’on parle de diplomatie culturelle, les activités culturelles ne prennent une signification qu’intégrées aux activités de relations publiques. Cependant, même si cette notion n’est généralement pas comprise, il n’est pas rare de l’entendre prononcée. Pour quelle raison ?

Nous pouvons trouver la raison de cette nouvelle notion dans la transformation de la société internationale. Après la fin de la guerre froide, la menace de la guerre nucléaire devient moindre et de plus en plus de pays développés ne veulent plus résoudre les problèmes par la guerre. Les gouvernements essaient de résoudre leurs différends non pas par la force mais par le dialogue. En tant que condition préalable au dialogue, la compréhension réciproque de la culture de l’autre parait indispensable. Il n’est pas possible de débattre vraiment sans comprendre la culture du partenaire. On peut ainsi dire que c’est par ce biais que la culture est rentrée dans le domaine de la diplomatie.

Cependant, dans ce cas-là, une question se pose d’elle-même. La culture peut-elle influencer la diplomatie ? La raison pour laquelle on se pose cette question est liée au fait que la diplomatie doit toujours être conforme aux intérêts de chaque pays concerné.

En fait, l’influence de la culture sur la diplomatie est difficile à mesurer. Dans la politologie internationale, il existe un domaine appelé « théorie de la culture stratégique ». De manière plus élargie, nous considérons ce domaine comme celui de « la recherche sur la sécurité et la stratégie de la culture ». Il s’agit d’un champ de réflexion sur la manière dont la culture influence la diplomatie et la guerre.

L’exemple le plus évident est celui du dirigeant qui comprend la culture d’un autre pays et est influencé par cette dernière. Un cas marquant pour souligner cela serait celui de Pierre III Fiodorovitch de Russie au XVIIIème siècle. Devenu Empereur après la mort de Catherine II de Russie, Pierre III Fiodorovitch met immédiatement fin à la guerre de Sept ans contre la Prusse, dans laquelle la Russie était pourtant largement dominante. Frédéric le Grand, roi de Prusse, qui s’était préparé à voir ses troupes vaincues et à mourir est épargné par Pierre III qui le vénère pour son despotisme éclairé.

Malgré les bombardements féroces des États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale et même si la ville de Kyoto avait été désignée comme cible privilégiée pour une attaque atomique, cette dernière fut épargnée. De même en Europe, alors qu’Hitler souhaitait la destruction de Paris, celle-ci fut maintenue en sécurité. Ces « sauvetages » ont été rendus possibles grâce à des membres éclairés du gouvernement qui ont été capables de comprendre la valeur historique et la culture de leur pays ennemi. À l’inverse, il existe un nombre incalculable de cas où le patrimoine historique s’est retrouvé sacrifié lors de guerres dans lesquelles la dimension culturelle n’a pas été comprise.

Il y a environ un demi-siècle, la Joconde, chef-d’œuvre de Léonard de Vinci exposé au musée du Louvre, fut pour la première fois présentée aux États-Unis. Il s’agit d’un grand projet mené par Jacqueline Kennedy – première dame des Etats-Unis à l’époque et mère de l’actuelle ambassadrice des États-Unis au Japon – et d’André Malraux, Ministre de la Culture français, avec le soutien du Président De Gaulle. Bien que ce prêt ait soulevé une grande controverse en France, il a permis de redonner une bonne image de la France, très affaiblie par la Seconde Guerre Mondiale et en conflit diplomatique avec les États-Unis en raison du développement de la bombe atomique.

Transmettre une image positive à travers la culture, obtenir les faveurs d’un pays, mener une diplomatie d’entente avec un autre pays sont les objectifs de la diplomatie culturelle. Le chercheur américain de renom, Joseph Nye, a nommé ce concept « soft power ». Pour vraiment comprendre le Japon et en recevoir les faveurs, il est indispensable pour le pays qui cherche à nouer le contact de s’engager à régulièrement approfondir la compréhension qu’il a des idées, des valeurs et des différents comportements quotidiens des Japonais.

Cette pratique doit être considérée avec une notion de réciprocité. Bien qu’il soit admis que la valeur culturelle et le rôle du pays voulant transmettre sa culture soient les sujets de recherche principaux, il est cependant important de prendre en compte le contenu du message culturel envoyé par rapport à la culture du pays récepteur. En effet, il faut s’assurer que le message transmis convient au mode de pensée et aux mœurs du pays vers lequel il est envoyé. La pertinence culturelle entre le pays émetteur et le pays récepteur est primordiale dans la transmission de la culture, notamment en ce qui concerne la sécurité et la diplomatie.


Des relations internationales à la diplomatie culturelle

La figure suivante montre le positionnement des activités de relations publiques et de diplomatie culturelle, considérées d’un point de vue diplomatique. Les activités d’échange culturel à l’étranger appartiennent au domaine des relations internationales (一般広報) dont font également partie la diplomatie publique. En comparaison avec la diplomatie publique (政策広報) qui traite plus souvent de projets diplomatiques concrets et urgents tels que les frictions commerciales ou la coopération de sécurité entre les pays, les relations internationales concentrent plus leur activité sur l’échange culturel, éducatif et la culture au quotidien. De cette manière, l’auteur considère la diplomatie culturelle comme un domaine d’activité des relations publiques ayant pour objectif les intérêts nationaux à l’étranger. On peut dire que la diplomatie culturelle constitue la base des activités de promotion extérieure.


Figure 1 : Positionnement des relations internationales et de la diplomatie culturelle

Diplomatie culturelle publique

  

Promotion de la politique (政策広報)

Informations publiques sur des projets diplomatiques spécifiques concrets et urgents

Relation internationale (一般広報)

Activité quotidienne de diffusion de l’information

  1. Publication périodique de magazines d’information – Mise à disposition de l’information

  2. Promotion de la culture, activités éducatives, activités liées à l’échange intellectuel = diplomatie culturelle

Cependant, il n’existe pas encore au Japon d’institution diplomatique de ce type. Le ministère des Affaires étrangères n’a commencé que récemment à déployer des efforts dans la diplomatie culturelle et il est actuellement en cours de réorganisation. De ce fait, on peut considérer que le Japon en est encore à un stade d’essai en ce qui concerne la diplomatie culturelle.
Dans ce domaine, beaucoup pensent à la Fondation du Japon. Elle est en effet la représentante en matière d’échanges internationaux. La Fondation du Japon est une institution majeure pour le gouvernement et pour le peuple japonais car elle fait la promotion du pays à l’extérieur et propose de nombreuses activités culturelles étrangères au Japon.
L’objectif d’origine de la Fondation du Japon est de promouvoir le pays, sans ambition politique, comme une grande puissance économique et technique, pacifique, bien différente de l’image du Japon d’avant-guerre. Pendant ses 40 ans d’existence, la Fondation a contribué à créer une image soft du Japon et à la répandre, sous son nom anglais « The Japan Fondation », dans le monde entier par le biais de la culture.
Cependant, la Fondation du Japon n’est pas une institution à vocation politique et diplomatique reflétant directement les intérêts de l’État japonais. Elle agit plutôt d’un point de vue universel en mettant l’accent sur la conduite d’activités politiquement neutres. La raison en est que les échanges culturels internationaux et l’activité culturelle à l’étranger ne sont pas en eux-mêmes de la diplomatie.
En ce sens, on prend bien conscience de la nécessité d’une institution dont l’activité aiderait à une diplomatie plus directe. Nous pouvons dire qu’il est nécessaire d’établir des bases et réseaux sur le sol étranger pour promouvoir la diplomatie culturelle, qui seraient organisés autour d’une institution centralisée dans le pays d’origine. La promotion de l’éducation au quotidien, l’échange intellectuel au travers de savants et chercheurs ou la diffusion de la langue japonaise occupaient jusqu’à maintenant une place majeure dans les objectifs de la Fondation du Japon. Cependant, les activités qui ont trait à la diplomatie sont aujourd’hui plus demandées. Il est fort probable que des activités visant à promouvoir la diplomatie et à donner une bonne image du pays deviennent de plus en plus nécessaires dans le futur. Tout particulièrement, il deviendra nécessaire de se concentrer sur la compréhension des sciences sociales et de l’histoire du Japon. Dans ces domaines-là, l’échange culturel est primordial.

Cependant, cette manière de penser reçoit une forte opposition : « Les activités culturelles n’ont pas de caractère politique », affirmant le fait que la culture n’est pas un outil de la diplomatie. Il y a une justification derrière cette idée. En effet, si l’intention politique est mise à jour, l’idée de créativité et la volonté de création des œuvres risquent d’en souffrir.
Les activités diplomatiques arbitraires et n’admettant pas la contradiction factuelle sont généralement considérées comme de la « propagande ». Cela pourrait donc au contraire endommager l’image du Japon. Il n’y a pas besoin de remonter loin dans le temps et de citer des exemples comme ceux de l’Allemagne nazie d’Hitler ou de l’époque de Staline. Les deux cas que nous avons déjà cités, celui du Festival d’Angoulème et celui du conflit télévisé entre la Chine et le Japon suffisent. En effet, une explication diplomatique brute peut entrainer des résultats contre-productifs après un certain temps. De plus, l’interprétation faussée de la vérité et des moyens peut elle aussi se révéler contre-productive. C’est parce que dans la société moderne avancée, les activités de relations publiques doivent être obligatoirement basées sur une presse fiable et la liberté d’expression. Nous devons assumer une attitude sincère, démocratique et équitable. Aujourd’hui, nous appelons cela la diplomatie publique et la distinguons de la « propagande » et des activités de relations publiques extrêmement arbitraires.
C’est bien là la grande difficulté de la diplomatie culturelle. Alors que nous affirmons que la diplomatie culturelle est nécessaire, si cette dernière n’est pas complètement indépendante de l’État, il y aura toujours un risque que la culture ne devienne qu’un outil politique.

Cependant, même s’il est évident qu’il faut être prudent, les activités diplomatiques ne doivent pas être limitées par cette pression. L’idée serait peut-être de mettre l’accent sur des mesures qui permettraient d’ajouter des éléments culturels aux activités de relations publiques, en reconnaissant pleinement les normes et les standards internationaux. Le Japon est désormais un pays ayant une grande influence sur le monde et il est attendu qu’il agisse en tant que tel. Les Japonais devraient prendre conscience de ce phénomène plus fermement. Bien que la culture japonaise soit relativement bien comprise à l’étranger, nous pensons que c’est le devoir du Japon de clarifier sa politique en matière de diplomatie auprès de la communauté internationale et de la répandre au travers d’un message compris dans les activités culturelles extérieures. D’un point de vue diplomatique, cela revient à savoir comment l’on peut utiliser la culture comme moyen de diffusion des messages destinés à l’extérieur.

 En outre, il est nécessaire de se doter de ressources humaines responsables de la diplomatie culturelle. Il ne s’agit pas seulement d’organisateurs de projets culturels mais aussi d’experts en activités culturelles compétents également dans le domaine de la diplomatie et des relations publiques.
Par exemple, les employés de la Fondation du Japon sont des citoyens ordinaires qui ne disposent pas de privilèges diplomatiques. Leurs tâches n’incluent pas de contacts directs avec les entités culturelles gouvernementales de pays étrangers et les activités culturelles de la Fondation ne sont dotées d’aucune autorité diplomatique officielle. Par ailleurs, les employés ne sont pas tenus d’organiser leurs événements culturels sous un angle diplomatique.
Il est courant de penser que ces activités constituent la diplomatie culturelle ordinaire. Cependant, dans de nombreux cas, il s’agit simplement d’ « échanges culturels » ou d’une assistance à ces derniers. Beaucoup de gens peuvent être d’accord avec ce point de vue sur la diplomatie culturelle.

Enfin, nous voudrions proposer la régularisation d’événements culturels liés au Japon dans le monde entier. Nous avons par le passé engagé le projet du 150ème anniversaire des relations franco-japonaises en France. En une année, ce sont plus de 768 événements culturels qui ont été enregistrés par l’ambassade. Malgré le peu de soutien financier du gouvernement, elles ont eu un grand succès. La culture japonaise est maintenant largement connue, y compris la nourriture japonaise récemment inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO ainsi que les divertissements traditionnels tels que l’arrangement floral, la cérémonie du thé, le théâtre kabuki et le judo mais aussi plus modernes comme le jeu vidéo ou les animé (bandes dessinées). Cela est lié à l’image positive du Japon, basée sur la crédibilité mondiale de sa puissance économique et de sa haute technologie. En ce sens, nous estimons qu’il serait possible d’organiser dans les grandes villes du monde un nombre considérable d’événements en coopération avec les industries culturelles, les médias ou les groupes d’amitié avec le Japon. Limiter le temps et concentrer les événements culturels sur des bases périodiques régulières telles que des Biennales ou des Triennales serait idéal. La tenue d’événements réguliers est en effet significative, la continuité étant cruciale dans le domaine de la diplomatie culturelle.

Nous pensons qu’il est temps de réfléchir à nouveau à la diplomatie culturelle japonaise.

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search