« Relire l’histoire de la démocratisation culturelle »

par Philippe Poirrier,
professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne,
vice-président du Comité d’histoire du Ministère de la Culture

Dès les débuts du ministère des Affaires culturelles, à l’aube de la Ve République, l’ambition de rendre accessible la culture au plus grand nombre est affichée par les pouvoirs publics1. Le décret fondateur du ministère, daté du 24 juillet 1959, l’inscrit dans le marbre, en soulignant que « le ministère chargé des affaires culturelles a pour mission de rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français ; d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel, et de favoriser la création des œuvres d’art et de l’esprit qui l’enrichissent ». Le 19 janvier suivant, lors d’une conférence prononcée à Béthune, Gaëtan Picon, directeur général des Arts et Lettres, souligne également combien il s’agit de « transformer en un bien commun un privilège ». La « démocratisation culturelle » s’affirme dès lors comme l’une des missions centrales des politiques publiques de la culture, et constitue l’un des référentiels qui contribue à légitimer la politique culturelle dans l’espace public2.

Un demi-siècle plus tard, la notion de « démocratisation culturelle », malgré son ambivalence, reste largement mobilisée dans le débat public. Un bref regard dans le rétroviseur des dernières années le confirme. Le président de la République François Hollande, lors de sa visite en Avignon en juillet 2012, énonce la nécessité, le moment venu, d’une loi en faveur de la démocratisation de la culture3. En mars 2012, le rapport Culture et média 2020. Un ministère nouvelle génération, établi dans le cadre de la Mission de stratégie du secrétariat général du ministère de la Culture affirme que la démocratisation culturelle est une « pierre de touche de transformation des politiques culturelles sur le long terme », et la considère comme une politique transversale au même titre que l’ouverture à l’international, la politique linguistique, et la propriété artistique4. En février 2011, le « Forum Culture 2011 »5, organisé sous l’impulsion du ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand, avait été consacré à une réflexion sur la thématique « Culture pour tous, culture pour chacun, culture partagée » : de vifs débats s’étaient noués, et certains avaient dénoncé un renoncement à l’ambition politique de démocratiser la culture, sous sa forme historique6.

Relire l’histoire de la démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, c’est à partir d’une question transversale, se donner la possibilité de reprendre, à nouveaux frais, l’histoire de la politique culturelle. L’idée a été portée par deux membres du Comité d’histoire du ministère de la Culture, René Rizzardo et Bernard Faivre d’Arcier, anciens acteurs des politiques publiques, et partisans convaincus de la nécessité et de la légitimité d’une politique publique de la culture. Un programme de recherche, animé par Pierre Moulinier et Jean-Claude Pompougnac7, assisté d’un comité scientifique8, a lancé un appel à contributions qui invitait à une lecture large du sujet : la démocratisation culturelle comme objet politique ; une mission affichée, avec plus ou moins de vigueur, par les politiques publiques de la culture, impulsée par l’Etat et les collectivités locales, et qui s’incarne dans des dispositifs ; un sujet de débats publics, au sein des mondes de la culture, et plus largement ; mais aussi ses usages sociaux et scientifiques9. Cet appel a rencontré un large écho au sein de la communauté des chercheurs en sciences sociales.

La définition avancée par Laurent Martin, dans un texte de synthèse, a le mérite, au-delà d’une première mise en perspective chronologique, de permettre une appropriation historienne d’une notion fortement colorée par les enjeux contemporains : « processus qui vit graduellement s’élargir la quantité et la propension des Français en mesure d’accéder et de participer à la vie culturelle »10. Cette histoire, déjà abordée dans de nombreux travaux11, exige quelques précautions méthodologiques, si l’on souhaite dépasser le sens commun.

Trois points nous semblent particulièrement importants :

  • Inscrire cette problématique dans la longue durée, au moins depuis la Révolution française, et ne pas rester prisonnier aux seules logiques inhérentes à la pérennisation, à partir de 1959, d’un ministère chargé des secteurs culturels12.

  • Faire un effort de contextualisation afin de dépasser : les lectures anachroniques ; les lectures présentistes ; les filiations reconstruites au service de processus de légitimation : encore que ces dernières appartiennent au champ d’étude.

  • Ouvrir la focale bien au-delà des seuls cadres normatifs du ministère de la Culture en tenant compte des acteurs, nombreux et divers, qui se mobilisent pour faire vivre cette ambition. A ce titre, il serait souhaitable de rouvrir, à l’occasion de ce programme, le dossier de l’éducation populaire afin de faire cesser cette double cécité qui nuit fortement à la qualité de la reconstruction historienne du paysage culturelle de la France contemporaine : du côté des historiens des politiques culturelles ; du côté des historiens de l’éducation populaire13.

Dix séances thématiques, qui se sont déroulées au Centre d’histoire de Sciences Po d’octobre 2012 à décembre 2013, avec le soutien de la Fondation MSH, ont permis à des chercheurs, et à des témoins, dans un esprit très largement pluridisciplinaire, d’aborder cette histoire sous des angles variés, et complémentaires. La dimension comparative, déjà esquissée lors de la journée d’étude du 9 février 201214, a également été approfondie. Les textes publiés dans ce Cahier du Comité d’histoire du ministère de la Culture ont été soumis à la discussion, et les versions définitives ont été amendées. Ils sont désormais livrés à un large lectorat : invitation à s’approprier cet état des connaissances ; et dossier utile – du moins nous l’espérons – afin d’alimenter les réflexions et les débats d’aujourd’hui.

1 Nous avons conservé la teneur et la forme de l’introduction que nous avons présentée le 18 octobre 2012 lors de la première séance de ce séminaire.
2 Nous renvoyons à l’anthologie : Philippe Poirrier (Ed.), La politique culturelle en débat, 1955-2012, Paris, La Documentation française, 2013. Une esquisse : Philippe Poirrier, « Démocratie et culture. L’évolution du référentiel des politiques culturelles en France, 1959-2004 » dans Annie Bleton-Ruget et Jean-Pierre Sylvestre (dir.), La démocratie, patrimoine et projet, Dijon, Eud, 2006, p. 105-129. En ligne : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00583232/fr/
3 « Hollande veut “démocratiser” la culture malgré les “difficultés” budgétaires », L’Express.fr, 16 juillet 2012. http://www.lexpress.fr/actualites/1/politique/hollande-veut-democratiser-la-culture-malgre-les-difficultes-budgetaires_1138505.html
4 Culture et média 2020. Un ministère nouvelle génération, Ministère de la Culture, 2012. http://www.google.fr/search?client=safari&rls=en&q=Culture+et+média+2020.+Un+ministère+nouvelle+génération&ie=UTF-8&oe=UTF-8&gfe_rd=cr&ei=uiwGU7vUJbKA0AX75oB4
5 Programme du « Forum Culture 2011 » : http://reseauculture21.fr/wp-content/uploads/2011/01/Programme-Culture-V4.pdf
6 Voir : Michaël Guggenbuhl, Culture pour tous, culture pour chacun, Enssib-Université de Lyon, Mémoire d’étude, janvier 2012. En ligne : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/56678-culture-pour-tous-culture-pour-chacun.pdf
7 Évocation du programme par Jean-Claude Pompougnac lors d’une conférence à l’Ennsib, le 26 juin 2012, « la démocratisation culturelle comme horizon » : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/visionner/57071-la-democratisation-culturelle-comme-horizon
8 Anne-Marie Bertrand (directrice de l’Enssib), Olivier Donnat (Ministère de la Culture-Deps), Vincent Dubois (IEP de Strasbourg), Laurent Martin (Sciences Po), Philippe Poirrier, Guy Saez (directeur de recherches au CNRS) et Emmanuel Wallon (Université de Paris Ouest la Défense).
9
« Pour une histoire des politiques de « démocratisation culturelle » », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 21 février 2012, http://calenda.org/207340
10 Laurent Martin, « La démocratisation de la culture en France. Une ambition obsolète ? » in Démocratiser la culture. Une histoire comparée des politiques culturelles, sous la direction de Laurent Martin et Philippe Poirrier, Territoires contemporains, nouvelle série – 5 – mis en ligne le 18 avril 2013.
 http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/Democratiser_culture/Laurent_Martin.html
11 Voir les références signalées dans le dossier documentaire proposé par du Comité d’histoire : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ministere/Les-services-rattaches-a-la-Ministre/Comite-d-histoire/Actualites-du-Comite-d-histoire/Programme-en-cours-La-democratisation-culturelle-au-fil-de-l-histoire-contemporaine
12 Voir le plaidoyer de : Jean-Charles Geslot, « Une histoire sans historiens ? Les politiques culturelles du XIXe siècle français au regard des sciences sociales », Circé. Histoires, Cultures & Sociétés,  2013, n°3. En ligne : http://www.revue-circe.uvsq.fr/spip.php?article39
13 Ce point fera l’objet de séances de séminaires, animées par Guy Saez, en 2014 : « La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine (2014) », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 23 décembre 2013, http://calenda.org/270950
14 Laurent Martin et Philippe Poirrier (dir.), Démocratiser la culture. Une histoire comparée des politiques culturelles
, Territoires contemporains, nouvelle série – 5 – mis en ligne le 18 avril 2013.
 http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/democratiser_culture/democratiser_culture.html

 

Pour citer cet article :
POIRRIER, Philippe (21 février 2014) Relire l’histoire de la démocratisation culturelle. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : http://chmcc.hypotheses.org/42. [mis en ligne le 4 mars 2014]
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.
ISSN – en cours



Citer ce billet
chmc1 (2014, 4 mars). « Relire l’histoire de la démocratisation culturelle ». Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mr9c

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search