L’option scientifique : tentatives et tentations

par Jean-Pierre Péneau,
professeur honoraire des écoles d’architecture, professeur-visiteur à l’ E.N.A.U. – Université de Carthage


D’entrée, je voudrais exprimer toute ma gratitude aux organisateurs de ce séminaire qui m’ont demandé de prendre la parole ce matin. Je dois aussi affirmer mon attachement à cette belle action sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture et signaler mon implication dans son Conseil scientifique. Toutefois, il n’est peut- être pas évident pour tout l’auditoire que j’ai aussi la particularité d’avoir enseigné 34 ans – sinon dans cette maison édifiée après mon départ en retraite – mais dans les localisations successives qu’elle a connu et qui ont jalonné une histoire riche et parfois mouvementée.

Je donnerai à mon intervention un caractère sans nul doute plus personnel qu’institutionnel, me proposant de rester dans le registre tout relatif du récit, venant compléter les témoignages qui figurent dans le remarquable livre de l’École d‘Architecture de Nantes publié en 2009.

J’ai choisi d’inscrire cette contribution sous l’égide de l’option scientifique : celle qui a marqué en partie mes années de formation et qui a été à l’origine de mon engagement précoce dans la recherche et l’enseignement. Elle a vraisemblablement eu sa part dans les orientations de l’établissement, mais il est bien clair que je suis le plus mal placé pour en évaluer la portée réelle. Quoi qu’il en soit, la trajectoire qui a suivi n’a pas échappé à la kyrielle de tâtonnements, d’essais, d’erreurs, d’emprunts, de révélations, d’incitations, d’influences… qui jalonnent et sous-tendent tous parcours, que ce soit dans la vie en général et, pas moins, au fil de carrières professionnelles telles les nôtres.

Entrons dans le vif du sujet en évoquant le climat des années 60 pour l’étudiant transfuge de l’école de Nantes, venant, à mi-parcours, terminer des études d’architecture à l’École des Beaux-Arts de Paris. C’est peu de dire que le marasme dans lequel stagnait l’enseignement appelait instamment la recherche d’activités alternatives. Celles-ci prenaient pour moi et pour beaucoup d’autres, la forme de la participation à des concours extérieurs à l’école. Mais, elles passaient aussi par la recherche d’un complément de formation. Si l’offre en la matière était rare, le cursus de l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris y tenait indéniablement une bonne place. Dans le bâtiment onirico-historique de Paul Bigot, rue Michelet, des contenus interdisciplinaires avaient le mérite de venir dynamiser les activités du projet urbain : Pierre Georges, Jean Margot-Duclos, Pierre Lavedan, Robert Auzelle y dispensaient des enseignements à la norme universitaire, particulièrement stimulants pour ces affamés de connaissances que nous étions.

Dans cette quête, il était également possible de s’ouvrir à des univers intellectuels novateurs à travers articles et conférences. Quel moment fascinant que la conférence de Michel Foucault, évoquant en mars 1967 les hétérotopies au Cercle d’Études Architecturales ! Quel souffle dans certaines interventions du cycle de la Maison des Beaux-Arts !

C’est toutefois, de manière inattendue, dans la sphère professionnelle, qu’apparaissaient des signes prometteurs de lancement d’activités de recherche scientifique. Il en était ainsi du R.A.U. C. : acronyme pour recherche, architecture, construction, dont l’initiative revenait à Michel Dameron, président de l’Association Provinciale des architectes qui lançait une série de travaux sur contrats avec la D.G..R. S. T. (Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique). Il associait, entre autres, dans un volet de recherches psycho-sociologiques, des spécialistes des sciences sociales reconnus comme Henri Lefebvre et Henri Raymond. Citons encore la nouvelle ligne éditoriale de la revue de la Société des Architectes Diplômés du Gouvernement. Elle marquait à l’initiative de Jean-Pierre Epron et avec la codirection d‘Alain Sarfati et de Philippe Boudon, une ouverture significative à la réflexion novatrice à bonne distance de tout corporatisme. Dans ce bref panorama il ne faut pas oublier les expérimentations pédagogiques des U.P.A.U. (Université Permanentes d’Architecture et d’Urbanisme) et l’action de Paul Quintrand, organisant – outre la formation permanente des architectes – des séminaires d’été pour les étudiants. Celui de 1966 à Aix-en-Provence était animé par David G. Emmerich, Stéphane du Château et Robert Le Ricolais, il portait sur l’étude et la construction des structures spatiales.

La figure de Robert Le Ricolais, ingénieur nantais, peintre, mais également poète associé au groupe de Rochefort, collègue de Louis Khan à l’Université de Philadelphie, nous fascinait. Cette école, où ce prestigieux architecte avait confié à son ami Robert un laboratoire de structures, constituait un précédent stupéfiant : pensez, un laboratoire scientifique intégré dans une école d‘architecture ! En juin 1963, la revue Architecture d’Aujourd’hui nous révélait ses travaux, mais surtout sa pensée novatrice sur la matière, la spatialisation des forces, la topologie des structures. Nous guettions les traces de ses inventions formelles dans les œuvres architecturales de Louis Khan.

L’été 1966, je montrais à Robert Le Ricolais : en vacances à Orvault dans la banlieue nantaise, les maquettes que son travail m’avait inspiré. Un an après, je présentais mon diplôme d’architecte. A partir de recherches de morphologie sur des familles de surfaces à génération périodique et l’observation de coquillages présentant des sinusoïdes amorties à fréquences logarithmiques variables, je générais – à l’aide d’un calcul numérique informatisé – un ensemble de génératrices constituant une nappe en 3 dimensions couvrant un musée. Il s’agissait d’un assemblage de modules non-standards, diaphragmant de façon différentielle les apports solaires. Elle était entièrement définie par une formulation analytique qui a pu être traduite 50 ans plus tard par Francis Miguet à l’aide de Grasshopper et de Rhino. Elle va faire l’objet incessamment d’une nouvelle maquette par le Fab Lab de l’Ecole d’Architecture de Nantes, dont Francis Miguet est le responsable.

Cette première production informatisée exposée dans la salle Melpomène des Beaux-Arts, en juin 67, avait généré un certain émoi (fig. 1). Elle était primée par le Syndicat des architectes de la Seine, présidé alors par Marcel Lods.

A la rentrée universitaire 1967, je m’inscrivais pour une thèse de 3ème cycle en mathématiques sociales à l’École Pratique des Hautes Études. J’intégrais le séminaire de Georges T. Guilbaud qui avait accepté de diriger ma thèse. Recruté comme permanent pédagogique en octobre 1968 à l’Unité Pédagogique d’Architecture de Nantes, je poursuivais des travaux en analyse de données avec Jean-Paul Maroy, chercheur à l’I.R.I.A. (Institut de Recherche en Informatique et Automatique) et architecte. Ma nomination à ce poste correspondait à un choix des élèves et au projet du ministère d‘André Malraux de rajeunir le corps enseignant des écoles d‘architecture. Cette politique passait par l’appel à des architectes de mon profil, ayant un ancrage dans la recherche.

Dès cette rentrée, il me fallait procéder au recrutement d’un nouveau corps enseignant. Je faisais largement appel à mes compagnons de l’ex-atelier Leconte, devenu atelier Marot. Charles Moyon, Jacques Dulieu, Pierre Pichard, Olivier Tric, constituaient le noyau des architectes, quelques enseignants de l’ex-école régionale d’architecture appréciés des étudiants étaient maintenus. En regard, l’ouverture à la pluridisciplinarité reposait sur un partenariat avec les départements universitaires : ceci essentiellement dans le domaine des sciences humaines et sociales. Au départ, les étudiants étaient intégrés dans les cours des facultés pour des enseignements de sociologie, psychologie, géographie ; rapidement, ce système évoluait vers l’organisation de cours propres aux architectes, en faisant appel à des universitaires vacataires.

Dans le domaine des sciences et techniques, un enseignant de construction Paul Bonan et un spécialiste d’informatique Jacques Savel étaient recrutés ; ce dernier initiait les étudiants à la programmation, sachant que les outils dédiés spécifiquement à l’architecture restaient fort rares. Ils ne faisaient pas l’unanimité, tant s’en faut, dans le milieu. L’ouvrage pionnier de Christopher Alexander sur la synthèse de la forme, publié en 1964, en avait constitué l’avant-courrier, tandis que des conférences avaient lieu sur de nouvelles approches dites méthodologiques dans le monde anglo-saxon. En France, la première était organisée à l’I.R.I.A. en 1971 sous la présidence d’André Lichnérowicz, prestigieux mathématicien français chargé par le ministre de la culture Edmond Michelet d’un rapport sur la recherche architecturale (fig. 2). Parmi les intervenants à cette manifestation, retenons les noms de Bernard Huet, Henri Raymond, Philippe Panerai, Jean Castex, aux côtés de spécialistes des applications informatiques. Avec mon ami Jean-Paul Maroy je me rangeais dans cette deuxième catégorie.

Mais, comme je l’ai signalé, les recherches en informatique n’étaient pas prisées de tous, en particulier à l’Unité pédagogique de Nantes.

Les paroles des acteurs de cette période dans le livre de L’École de Nantes traduisent bien la tonalité de contestations, d’affrontements politiques et de luttes de tendances qui marquaient le fonctionnement mal assuré du jeune établissement. J’y regrette l’absence d’un rappel du rôle conciliateur joué par le sociologue Michel Verret dans la solution de ce conflit. Le hasard a voulu que je trouve – en préparant cette intervention – un tiré à part jamais lu, enfoui dans mes archives et découvre la dédicace qui s’affiche : «  à lire au troisième âge ! ». L’article portait en germe sa prise de distance avec le marxisme de stricte obédience dans la ligne du P. C.. Je n’insisterai pas sur l’autre triste coïncidence de l‘annonce de son décès la semaine dernière.

Cette violente crise de 1971 avait été précédée de ma démission de permanent pédagogique. Je persuadais mes employeurs ministériels de me décharger des deux tiers de mon temps d‘enseignement pour me consacrer à la recherche et finir ma thèse.

Au titre des évènements contingents qui déterminent et infléchissent les trajectoires les plus rectilignes, ma décision – en attendant la fin de la crise nantaise – d’aller assurer mes charges d’enseignements à l’École d’Architecture de Nancy, n’aura pas été sans conséquences sur la suite de mes activités d’enseignant.

Avec le studio d’applications informatiques de l’analyse de données à la conception que j’animais, j’étais en fort décalage avec la ligne dominante de la maison, mais je me confrontais à la pensée stimulante et aux méthodes pédagogiques de Jean-Pierre Epron, de Philippe Boudon, d’Alain Sarfati. A un niveau plus global, le travail scientifique et critique des historiens offrait un cadre réflexif nouveau. Des facettes méconnues de la modernité, se voyaient mises au jour, en particulier par l’I.F.A.. Un retour aux fondamentaux propres au domaine architectural s’amorçait. C’étaient là les germes du cours « Techniques et références du projet » que j’allais donner jusqu’à ma retraite. Depuis, sous d’autres horizons, je l’ai complété par le volet axiologique des préceptes.

Paradoxalement, cette inflexion allait de pair avec un renforcement de l’ancrage dans les approches objectivistes : cette fois celles du contrôle des facteurs climatiques. Ces questions avaient été, dès 69, au cœur d’un groupe dit d’architecture tropicale à Nantes. Un de ses membres : Modeste Rasolodera, d’origine Malgache, était venu avec d’autres étudiants (Dominique Groleau, Bernard Richeux) participer à une école d‘été sur l’habitat organisée par Bernard Kohn à Ahmedabad en Inde l’été 1969. J’y avais également participé. Une autre rencontre allait s’y avérée déterminante.

Qamar Shaikh, titulaire d‘un poste précaire d‘assistant à l’école d ‘architecture locale avait construit un appareillage très simple de simulation des effets du vent et du soleil. Il rêvait de développer ces approches avec des moyens plus conséquents.

A un moment où des possibilités de recrutement existaient, une tentative pour faire nommer Qamar Shaikh sur un poste contractuel échouait à l’école de Nantes. Pour des raisons personnelles il décidait pourtant de venir en France et son arrivée à Nantes l’hiver 1974 allait conduire l’association de recherche C.E.R.M.A. (pour Centre de Recherches Méthodologiques d’Architecture), que nous avions créée en 1971, à s’engager – pour lui fournir un emploi – dans un programme de construction d’une soufflerie. Il était lancé en partenariat avec l’établissement de Nantes du C.S.T.B..

Il faut ici ouvrir une parenthèse pour rappeler que le C.O.R.D.A. (Comité de recherche et du développement en architecture) avait repris les conclusions du rapport d’André Lichnerowicz sur la question. A son lancement, il disposait de crédits relativement importants. Avant de mettre en place une politique d’appels d‘offre, le secrétariat du C.O.R.D.A. initialisait le dispositif en offrant des contrats de recherche et des dotations d‘équipements.

Le C.O.R.D.A. était prêt à investir dans le nouvel équipement nantais. Il avait été conçu par les aérodynamiciens (fig. 3) pour traiter les problèmes spécifiques de l’aérodynamique du bâtiment et de la ville, en tenant grand compte de la turbulence de la couche limite au-dessus de la canopée urbaine. Une première recherche portait sur une typologie de configurations urbaines existantes : elle se proposait de définir des dispositions générant de l’inconfort. Elle mettait au jour autant d’effets caractéristiques, permettant un diagnostic rapide sur la seule morphologie construite. Le C.S.T.B. en assurait seul la publication. Le financement octroyé par le C.O.R.D.A. avait permis – outre la contribution à la construction de la machine – de rémunérer Qamar Shaikh, mais également, pendant un temps, les ingénieurs et techniciens du C.S.T.B. spécialement recrutés. Trois bureaux étaient en échange mis à la disposition du C.E.R.M.A. dans les locaux de l’établissement nantais.

Le partage de ce moyen d‘essai n’étant pas toujours équitable, l’école s’orientait alors vers la solution de la construction d’une soufflerie d’essai plus réduite, conçue pour un usage pédagogique. S’en est suivi une période de mise à disposition des étudiants d‘un outillage de simulation aérodynamique et d’un équipement de simulation analogique solaire de grande dimension : l’Héliodon. Les mêmes maquettes permettaient de tester les effets de l’ensoleillement et ceux du vent.

De manière incidente signalons qu’en 1979, cet équipement était mis en œuvre dans un cadre opérationnel pour le projet d’un quartier nouveau sur l’ile Beaulieu à Nantes : ceci au titre d’un contrat passé avec l’Agence d’études urbaines de l’agglomération. Une collaboration active s’amorçait avec les concepteurs du projet : Daniel Péneau et Bernard Barto.

Ce sont finalement les transferts de ces simulations sur les outils numériques qui ont mobilisé des années durant les chercheurs du C.E.R.M.A., devenu association agréée par le Bureau de la Recherche Architecturale, puis intégrée en 1986 dans l’établissement public de l’École d‘Architecture de Nantes. Cette traversée, en mode de reconnaissance progressive, culminait avec l’association au C.N.R.S. en 1992. En 1998, les Unités de recherche C.E.R.M.A. et C.R.ES.SON. de Grenoble constituaient une Unité Mixte de Recherche multi-sites évaluée dans les sections 39, 7 et 9 des sciences humaines et sociales et des sciences pour l’ingénieur. Elle est toujours active et compte sur ses deux sites un effectif de plus de 120 personnes.

Sur le plan de la pédagogie, les chercheurs et enseignants-chercheurs de l’équipe faisaient porter les efforts sur la transmission des méthodes de contrôle environnemental pour l’enseignement des deux premiers cycles, mais aussi – pour beaucoup – sur la formation des formateurs. C’était tout d’abord en 1984, l’habilitation du Certificat d’études architecturales approfondies « Énergétique architecturale et urbaine ». Il évoluait en 1992 par la création – au prix d’un partenariat avec l’Université de Nantes et de l’École d‘architecture de Grenoble – du D.E.A. et de la filière doctorale « Ambiances architecturales et urbaines ». Entre les deux villes, le fonctionnement pionnier d’un télé-enseignement était soutenu par la Délégation à l’Aménagement du Territoire : la défunte D.A.T.A.R. 

Après les enseignants-chercheurs de la première heure comme Christian Marenne, c’est une deuxième vague : celle de Francis Miguet, Virginie Meunier, Pascal Joanne, Laurent Lescop qui a intégré le corps enseignant de l’E.N.S.A. de Nantes. Ils ont soutenu leur thèse dans la filière des ambiances et dispensent les connaissances qu’ils ont pu mettre au jour dans ce cadre, tout autant que celles qui continuent d’y être produites.

La montée en puissance des équipements informatiques et des techniques de synthèse d’image a permis, dès lors, d’améliorer des tracés sommaires de simulations qu’il fallait colorier à la main. Les machines nouvelles autorisaient à la fois le calcul et la figuration imagée réaliste. En regard d’une imagerie à dominante technique, elles rendaient même possibles des représentations expressives artialisées d’ambiances contrastées. Celles qui s’affichent sont dues au regretté Dominique Grandin (fig. 4), lors de son passage au sein du C.E.R.M.A..

L’enseignement des phénomènes d’ambiance s’est appuyé dès lors sur des exemples du corpus de référence : telle la maison ronde de Mario Botta, la maison Baensch de Hans Sharoun , la maison Schildt d’Alvar Aalto… Il bénéficiait de supports pédagogiques exploitant les avancées de la simulation solaire et aérodynamique. L’A.D.E.M.E. nous confiait la réalisation d’une mallette d’initiation au logiciel de simulation thermique en régime variable SIMULA. Il avait été développé par Dominique Groleau et Christian Marenne, en équipe avec Fernand Fragnaud enseignant thermicien de l’Université. Porté sur des micro-ordinateurs, il avait retenu l’attention des ingénieurs thermiciens praticiens, qui l’avaient choisi comme outil profesionnel. C’est sûrement ce qui nous permet de montrer cette image un peu surréaliste (fig. 5) de l’attribution – en juin 1994 – du Prix Sadi Carnot de thermique appliquée à une équipe de la recherche architecturale.

A partir de 1992, l’arrivée des stations de travail démultipliait encore les puissances de calcul et rendait possible le croisement des phénomènes thermiques et des propagations aérodynamiques. Elle permettait l’automatisation des maillages et les chaînages des logiciels. Se développait alors une gamme d‘outils puissants permettant l’évaluation globale des conditions énergétiques et micro-climatiques à l’échelle urbaine. L’ensemble était utilisé pour des applications opérationnelles, tel le projet du quartier du Tripode à Nantes en partenariat avec l’atelier Christian de Portzamparc (fig. 6). Une autre voie particulièrement stimulante correspondait au développement des méthodes de modélisation inverse. Elles avaient fait l’objet d’une chaîne de plusieurs thèses d’architecture et d’informatique et ont débouché sur une application par Vincent Tourre et Francis Miguet, portant sur les percements du dôme du musée d’Abu Dhabi des ateliers Jean Nouvel.

J’aurais aimé encore développer quelque peu les tentatives liées à la pratique opérationnelles et aux germes d’agence universitaire, que nous avons notamment expérimentées du vivant de Charles Moyon.

J’aurais voulu aussi témoigner de la fécondité de l’hybridation entre les démarches socio-ethnologiques du C.R.ES.SON grenoblois et celles plus objectivistes de l’équipe nantaise. Souhaité rappeler la mobilisation des unes et des autres sur les terrains d’une projectualité architecturale et urbaine ouverte au registre du sensible ; vous parler à ce propos de l’esthétisation architecturale de la thermique, de l’aérodynamique, ou du sonore…

Il y avait trop à dire, tant il est connu que le dire ne se console jamais de ce qui reste à dire.

Votre écoute attentive est venue atténuer ce regret : croyez bien qu’elle appelle toute ma gratitude.

Légendes des illustrations

  • Fig. 1 – Jean-Pierre Péneau, projet de diplôme : « Application d’une étude sur des surfaces à génération périodique » E. N. S. B. A ., session de juin 1967 (© Cité de l’architecture et du patrimoine)
  • Fig. 2 – André Lichnérowicz (Dir.), Actes des Journées Informatique et Conception en Architecture, IRIA, 1971 (© INRIA)
  • Fig. 3 – Soufflerie à couche limite CSTB-Ecole d’architecture de Nantes (© C.S.T.B.)
  • Fig. 4 – Ambiance automnale place Basse-Mar, Dominique Grandin (logiciel IkoLight) (© UMR CNRS 1563)
  • Fig. 5 – Remise du prix Sadi Carnot : Christian Marenne, Dominique Groleau, Fernand Fragnaud, Jean-Pierre Péneau (© A.T.E.E.)
  • Fig. 6 – Simulation aérodynamique de l’ensemble du Tripode à Nantes (Atelier Christian de Portzamparc) (© F. Miguet UMR CNRS 1563)

[sommaire]