Les élèves-architectes roumains à l’École des beaux-arts pendant l’entre-deux-guerres : un mariage de convenance ?

par Carmen Popescu,
professeure HDR en histoire et cultures architecturales, ENSA de Bretagne

 

L’École des beaux-arts de Paris (ENSBA) a formé un grand nombre d’architectes roumains depuis le milieu du XIXe siècle, moment où cette profession avait commencé à intéresser à la fois le gouvernement de l’État roumain fondé en 1859 et les jeunes générations prêtes à œuvrer pour la modernisation de leur pays.

Pour ces jeunes, étudier à l’étranger est alors une question de nécessité, car la Roumanie ne possède pas d’école spécialisée avant 1892, date à laquelle la Société des architectes roumains ouvre un établissement privé, dont la relève sera assurée par l’École nationale d’architecture, créée en 19041. Le choix de l’école parisienne est dû surtout à son prestige : rares sont les Roumains qui s’orientent vers des établissements allemands, la grande majorité optant naturellement pour la France, qu’on appelle la Grande Sœur et qui sert de modèle pour l’édification de cette Roumanie moderne.

Ainsi, esthétique et préceptes de l’architecture Beaux-Arts sont indissociables de l’image de la modernité roumaine dans ses premières phases d’évolution. Le jeune État roumain fait appel à des spécialistes français, qui vont œuvrer sur tous les fronts, de l’architecture à l’urbanisme, en passant par la restauration des monuments historiques. Après l’obtention de l’indépendance en 1878 et l’instauration officielle du royaume en 1881, l’influence française dans le pays progresse encore, et au nombre croissant d’architectes français installés sur place s’ajoutent les jeunes Roumains de retour de leurs études parisiennes. Au tournant du siècle, la mode des architectures d’inspiration Beaux-Arts est à son comble, surtout dans la capitale, au point que, à son arrivée à Bucarest en 1911, le jeune Charles-Édouard Jeanneret – futur Le Corbusier – déclare : « L’architecture est futile comme la vie d’ici ; de l’École des beaux-arts partout, car seuls les architectes diplômés de Paris travaillent ici2. »

Qu’en est-il du parcours de la génération d’architectes suivante, celle qui a été formée sur les bancs de l’ENSBA après 1914 ? Ces professionnels continuent-ils à pratiquer ce qu’ils ont appris pendant leurs études parisiennes ? Ou peut-on, malgré la francophilie manifeste de leur milieu, percevoir d’autres influences ? Afin de répondre à ces questions, j’ai fondé mon analyse sur un échantillon de vingt et un élèves3 – représentant la majorité des inscrits roumains de cette époque –, dont les dénominateurs communs sont leur passage à l’atelier de Gustave Umbdenstock (1866-1940) et leur admission en seconde classe entre 1914 et 1926, dates qui m’ont permis de retenir ceux ayant pu pratiquer le plus longtemps durant la période de l’entre-deux-guerres. L’approche adoptée dans cette analyse prolonge, d’une certaine manière, une recherche plus ancienne, où je m’intéressais aux élèves-architectes roumains ayant fréquenté l’École des beaux-arts à la fin du xixe siècle et dans les premières années du siècle suivant4.

L’École des beaux-arts après 1914 : un choix persistant

Si l’enseignement de l’architecture de l’École des beaux-arts de Paris attire toujours les jeunes Roumains dans les premières décennies du xxe siècle, c’est grâce à la tradition mise en place au fil des décennies par leurs prédécesseurs, plusieurs générations de futurs architectes, parmi lesquelles figurent des parents des élèves de cet échantillon. En effet, pour trois de ces élèves, étudier à Paris est une affaire de famille : Ion Berindei est précédé par son père Ion Dimitrie Berindei, très prisé par la haute société roumaine pour son éclectisme à la française, et par son grand-père, l’influent Dimitire Berindei, un des premiers architectes roumains ; Ion Ghica-Budești suit l’exemple de son père Nicolae Ghica-Budești, architecte et historien de l’art médiéval réputé ; enfin, Robert Mihăescu se place également dans les pas du sien, Nicolae Mihăescu. Mais leurs attaches françaises sont même plus fortes : le premier est né à Paris, tandis que les mères des deux autres sont françaises. De surcroît, Ghica-Budești est apparenté au peintre Pierre Puvis de Chavannes, comme un autre de ses camarades, George Matei Cantacuzino.

De l’exemple du père à l’exemple des pairs, la tradition française se transmet en Roumanie aussi par le biais de l’enseignement local de l’architecture. Malgré la volonté affirmée de l’École nationale d’architecture de Bucarest de « promouvoir l’art national » – pour citer son directeur en 1926, Ermil Pangrati5 –, son curriculum s’inspire, depuis ses débuts, largement de l’établissement parisien, où s’étaient formés la plupart de ses professeurs.

Mais si les jeunes Roumains se précipitent toujours vers l’École des beaux-arts de Paris, c’est parce que son prestige n’a rien perdu de son lustre. L’influence française imprègne cette première modernité roumaine – depuis les institutions jusqu’à la mode vestimentaire – tandis que l’esthétique de l’architecture Beaux-Arts pare les grandes villes roumaines de leurs plus beaux atours.

Ainsi, dans ce contexte de forte francophilie, étudier à Paris est aussi un bon plan de carrière, surtout pour les élèves issus des familles moins favorisées. Avoir un diplôme de l’École des beaux-arts est un titre qui attire la clientèle.

Le profil type de l’élève-architecte roumain de l’entre-deux-guerres

À travers les pages des dossiers d’inscription à l’École des beaux-arts se dessine un portrait générique de ces jeunes roumains. À quelques exceptions près, les élèves-architectes de l’échantillon sont nés à Bucarest. Cela montre un certain centralisme de la société roumaine, semblable par ailleurs au centralisme français, et constitue en même temps un indice sociétal : c’est dans la capitale qu’on aspire surtout au métier d’architecte. Et ce sont majoritairement des hommes qui y aspirent. Trois élèves sur vingt et un sont toutefois des femmes, ce qui n’est pas un fait inédit pour la Roumanie, qui compte en 1919 sa première diplômée de l’école d’architecture de Bucarest, suivie de près par trois autres femmes formées dans la même école6.

Si seulement cinq des élèves de l’échantillon bénéficient d’une subvention de la part de leur gouvernement7, ils sont tous présentés, lors de leur inscription à l’École des beaux-arts, par la légation roumaine. Plusieurs de ces jeunes avaient déjà fait, ou du moins commencé, des études d’architecture à Bucarest, comme Horia Creangă et Lucia Dumbrăveanu, sa future épouse. En attendant d’être admise à l’École des beaux-arts, cette dernière suit, à Paris, les cours de l’académie d’art Julian. Alexandru Zamphiropol, lui, suivra ces cours pendant ses études, pour s’inscrire après l’obtention du diplôme de l’École des beaux-arts à l’Institut d’urbanisme de l’université de de Paris.

Une fois à Paris, une grande partie des élèves-architectes roumains choisissent d’habiter dans le quartier de Montparnasse ou dans ses environs, témoignant non seulement d’une sociabilité de groupe, mais aussi d’une continuité avec les générations antérieures d’architectes, et surtout d’artistes, venus ici pour des périodes plus ou moins longues.

Quant à la durée de leur scolarité, celle-ci diffère largement d’un élève à un autre : si certains terminent très rapidement leurs études (Ion Berindei et Horia Creangă obtiennent leur diplôme en quatre ans), d’autres ont besoin de longues années (onze ans pour Ciceron Constatinescu, Viorica Czettel ou Horia Teodoru).

D’après leurs feuilles de scolarité, les élèves roumains ne se distinguent pas particulièrement parmi leurs condisciples. La plupart n’arrivent pas à entrer du premier coup et font plusieurs années de préparation, même ceux qui s’affirmeront plus tard – toujours le cas de Horia Creangă – comme figures de proue de l’architecture roumaine. Ils n’affichent pas non plus un parcours brillant, ni en termes d’obtention de prix et de médailles ni par rapport au classement final : leurs prédécesseurs avaient été meilleurs8.

Enfin, concernant leurs diplômes, près de la moitié d’entre eux choisissent des sujets en lien avec les réalités de leur pays. La plupart optent pour des résidences cossues : maison entre cour et jardin à Bucarest, pour Cantacuzino ; villa en Bucovine, région de sa naissance, pour Ștefan Popovici ; hôtels particuliers à Bucarest ou à Brăila, pour Dimitrie et Nicolae Săvulescu ; hôtellerie dans les Carpates pour Theonic Săvulescu ; d’autres s’essaient à l’architecture religieuse, qui tente à ce moment-là un renouveau en Roumanie : église de village (Alexandru Zamphiropol), église commémorative byzantine (Robert Mihăescu) mais aussi église roumaine à Paris (Gheorghe Negoescu).

Comment choisit-on son atelier ?

S’ils fréquentent tous l’atelier d’Umbdenstock, les élèves roumains passent en même temps également par d’autres ateliers : Paul Tournon, Gaston Redon, Roger-Henri Expert, Georges Gromort, Albert Tournaire, Emmanuel Pontremoli – mais aussi Léon Azéma, Eugène Chifflot, Henri Deglane, Charles Nicod, Jean-Bapiste Mathon, Eugène Freynet et Jules Godefroy, ainsi que l’atelier préparatoire d’Henry Duray.

Comment s’orientent-ils vers ces ateliers ? Le plus probablement selon les réseaux en place. Edmond Van Saanen-Algi, élève à l’école de 1906 à 19149, est inscrit dans l’atelier d’Umbdenstock, après un passage par l’atelier préparatoire de Duray et avant de fréquenter celui de Deglane. Ainsi, Van Saanen-Algi agit peut-être en relais pour ses compatriotes qui viennent étudier à Paris à partir de 1914, date de son diplôme. On sait que cet effet boule de neige avait bien fonctionné pour les générations antérieures qui avaient étudié, pour la plupart, avec Victor Laloux et Julien Guadet, mais aussi avec Edmond Paulin10. Or, Umbdenstock lui-même avait été inscrit dans les ateliers de Guadet et Paulin11. En parallèle à cette mécanique de sociabilité, on peut imaginer que les jeunes Roumains s’intéressent à l’enseignement dispensé par Umbdenstock également en raison de l’approche régionaliste de celui-ci12, penchant correspondant aux attentes que le pouvoir en place et plus généralement la société roumaine nourrissaient par rapport à l’architecture.

Le réseau franco-roumain se dessine en filigrane au fil des décennies : de nombreux Roumains qui s’imposent au début du xxe siècle comme l’élite de la profession dans leur pays, sont passés par l’atelier de Guadet, qui a également comme élève Henry Duray, le même Duray qui préparera plus tard les jeunes générations de Roumains. Ces dernières, tout comme leurs prédécesseurs, entretiennent cette sociabilité qui jouera un rôle certain dans leurs futures carrières, tout simplement en côtoyant leurs confrères français ou, comme il est attesté pour cinq des vingt et un élèves13, en s’engageant dans des amicales – Laloux, les anciens de l’École des beaux-arts, etc.

Une génération perdue ?

La plupart des élèves roumains de l’échantillon étudié sont marqués, d’une façon ou d’une autre, par les effets de la Grande Guerre, qu’il s’agisse de leur engagement sur le front – ce qui a eu parfois des conséquences néfastes sur leur scolarité – ou de l’impulsion que la fin des hostilités a eue sur l’augmentation de nombre d’inscrits à l’ENSBA. En effet, le pays non seulement augmente sa surface, les frontières nouvelles de la « Grande Roumanie » étant reconnues par le traité de Versailles, mais s’engage aussi dans une dynamique fulgurante, qui se reflète entre autres dans la multiplication de bourses d’études.

Plusieurs des Roumains inscrits à l’École des beaux-arts ont combattu pendant la guerre – huit de ceux présentés ici14 –, ce qui pour certains a entravé leur scolarité, ne serait-ce qu’en prolongeant leurs années de formation. Mihăescu, par exemple, est présenté par la légation roumaine deux fois : en 1914, quand il s’inscrit dans l’atelier préparatoire, et en 1919, quand il revient du front. Tout comme Teodoru : recommandé par la légation en 1913 pour être admis le 16 mars 1914, il se représente en 1919, après la fin de la guerre.

Fig. 1 – Lettre d’Albert Tournaire (25 mars 1926), plaidant la cause de son élève Ion Petru Rahtivan-Georgescu auprès de la direction de l’École des beaux-arts (AJ 52/ 596, f. 14).

Dans le cas de Rahtivan-Georgescu, son engagement militaire ruine sa carrière. Né en 1891, il combat successivement dans la guerre des Balkans (1912-1913) et dans la première guerre mondiale. Ainsi, en 1919, quand il arrive à l’école, il a déjà 28 ans et une santé fragilisée par les longues années sur le front : il présente à plusieurs reprises des certificats médicaux qui sont chaleureusement appuyés par son professeur d’atelier, Albert Tournaire. Ce dernier intervient également en 1926, quand la direction de l’École décide de mettre une fin à la formation de l’élève en raison du dépassement de l’âge admis (fig. 1) : « C’est avec émotion que je viens d’entendre ce que m’a dit Mr. Georgesco-Rachtivan sur son cas à l’EBA. […] mon élève est un homme sérieux et un travailleur. Je savais que la guerre lui a été dure, je lui savais mauvaise santé parce que je l’avais vu obligé d’abandonner pour cette raison des projets déjà étudiés en partie dans mon atelier, mais je ne me doutais pas qu’il allait être atteint pour la limite d’âge de l’École. […] Le désir de cet homme qui n’a qu’un but, travailler pour retourner dans son pays avec un diplôme de notre École, est vraiment à encourager…15 ». Le ministre de la légation roumaine, qui est par ailleurs le père de G. M. Cantacuzino, suivant également les cours de l’école, soutient à son tour Georgescu, expliquant que « en Roumanie la loi interdit la pratique de l’architecture à ceux qui n’ont pas un diplôme16 ». Mais la direction reste ferme dans sa décision, argumentant qu’elle avait déjà reculé la limite d’âge de 30 à 35 ans.

À ces accidents de parcours s’ajoutent souvent ce que les élèves roumains désignent par une expression commune : « les difficultés de la vie ». Celles-ci sont invoquées à plusieurs reprises en appui de demandes d’ajournement de rendus : « La dépréciation considérable de notre change (sic) m’obligeant constamment à travailler pour vivre. Je sollicite donc votre indulgence », écrit Constantinescu ; ou encore Mihăescu qui argue que ce sont « les difficultés de vie occasionnées par notre change qui nous oblige à un travail rémunéré17 ».

De retour en Roumanie

En dépit de ces obstacles, les jeunes Roumains fréquentant l’École des beaux-arts dans l’entre-deux-guerres sont loin d’être une génération perdue, au contraire. Plus de la moitié des élèves de l’échantillon font une belle carrière, se constituant en élite de l’architecture roumaine de l’époque. Parmi eux, Horia Creangă, G. M. Cantacuzino, Alexandru Zamphiropol et Horia Teodoru marqueront indélébilement l’histoire de la discipline.

Quelles orientations embrassent ces jeunes une fois rentrés dans leur pays ? Aucun d’entre eux ne soutient la mouvance traditionaliste, un délaissement qui pourrait étonner considérant à la fois les convictions régionalistes de leur professeur Umbdenstock et, surtout, la large appréciation que connaît alors en Roumanie le « style national ». En revanche, malgré un certain polymorphisme de leurs œuvres, la plupart s’engagent du côté du modernisme. Dans les histoires de l’architecture écrites plus tard, on désignera plusieurs d’entre eux comme « fonctionnalistes ».

Fig.2 – Le boulevard Magheru à Bucarest, vitrine du modernisme à la roumaine. Au premier plan, l’immeuble de la société d’assurances ARO (1931), Horia Creangă arch., avec son frère Ion et son épouse Lucia (carte postale d’époque, collection Carmen Popescu).

Dans le contexte du fort développement économique du pays, cette orientation fonctionnaliste n’a finalement rien d’étonnant. À côté d’architectures inspirées par la tradition locale, elle s’impose en tant que vitrine de la dynamique de la Grande Roumanie, ses réalisations, portées par une bourgeoisie décomplexée aux goûts souvent avant-gardistes, adoptant sans détour les principes modernistes. Cette déferlante moderniste – villas « cubistes », immeubles-paquebots, industries aux allures épurées – se concentre surtout à Bucarest, et devient l’image de marque de l’intelligentsia cosmopolite, des sociétés dynamiques, d’une économie en plein essor, des loisirs des temps modernes18 (fig. 2).

Fig. 3 – Hall du cinéma situé au rez-de-chaussée de l’immeuble ARO, Bucarest, agence Creangă arch. (Vestitorul Asiguratului, 1934, septembre).

De tous ces jeunes architectes formés à l’École des beaux-arts, Horia Creangă, secondé dans son agence par son frère Ion et son épouse Lucia, est le partisan le plus radical du modernisme. Le premier projet de l’agence, le siège de la société d’assurances ARO à Bucarest, deviendra l’icône de cette deuxième modernité roumaine, au point de l’incarner dans les histoires générales de l’architecture du xxe siècle19. Rien ne rappelle la formation Beaux-Arts des concepteurs dans ce bâtiment dont la verticalité s’inspire des gratte-ciel américains et les intérieurs des bureaux et du cinéma en rez-de-chaussée adaptent des exemples allemands étudiés sur place (fig. 3).

Comment expliquer cet engagement envers une architecture qui n’a rien à voir avec leur expérience française ? S’agit-il de l’air du temps – un Zeitgeist qui se manifeste encore plus fort, bien qu’à une échelle plutôt réduite, dans un pays qui veut démontrer à tout prix sa modernité ? Alors pourquoi aucun de ces Roumains formés à Paris ne pousse-t-il la porte de l’atelier de Le Corbusier, sachant que les jeunes des Balkans s’y bousculent ? Surtout qu’un bon nombre d’artistes et d’écrivains roumains – Constantin Brancusi, Tristan Tzara, Marcel Janco, Victor Brauner, Benjamin Fondane, pour ne citer que les plus connus – participent allègrement à l’avant-garde internationale. Car il est évident que cette effervescence créatrice qui entend balayer les codes traditionnels profite aussi à l’architecture roumaine, mettant ainsi en sourdine la leçon de la formation parisienne.

Pour conclure : une trame souterraine

Dans ce contexte, la formation des jeunes Roumains à l’École des beaux-arts pendant de l’entre-deux-guerres n’a-t-elle été qu’un mariage de convenance, consommé juste pour s’inscrire dans les codes de la première modernité roumaine ou encore pour répondre à une certaine image de prestige qui sera vite remplacée par d’autres icônes ?

D’un certain point de vue, c’est le cas : si l’influence française est toujours prédominante dans le pays au moment de leur départ pour Paris, la création de la Grande Roumanie et l’essor exceptionnel de son développement, d’un côté, et, d’un autre, l’émergence d’autres modèles architecturaux venant d’ailleurs déplaceront les codes, ouvrant d’autres perspectives.

Pourtant, malgré le tournant moderniste de leur carrière, la plupart de ces anciens élèves roumains perpétuent, d’une manière ou d’une autre, la leçon apprise pendant leurs études ainsi que les liens tissés pendant ces mêmes années. À l’image de Saul Baraș puis de G. M. Cantacuzino, qui deviennent correspondants en Roumanie pour L’Architecture d’aujourd’hui, et permettent ainsi de faire une place à la production du pays dans les pages de la revue20.

Ainsi, l’esprit Beaux-Arts persistera en Roumanie comme un courant souterrain, comme une certaine culture du métier qui se transmettra surtout par le biais de l’enseignement de l’architecture, plusieurs de ces architectes exerçant aussi en tant que professeurs à l’école de Bucarest21. Cette persistance sera ressentie jusque dans les années de plomb du communisme, au point que, quelques soixante-dix ans après la déception du jeune Le Corbusier, Grigore Ionescu, historien attitré de l’architecture locale et lui-même moderniste convaincu, justifiera par cette constance le rendez-vous manqué de la Roumanie avec la modernité innovante22.

 

1 Nicolae Lascu, « Școala de arhitectură și « stilul românesc » 1900-1915 », Arhitectura, n° 5, 1985, p. 37. Cf. aussi Carmen Popescu, Le Style national roumain : construire une nation à travers l’architecture, 1881-1945, Rennes/Bucarest, Presses universitaires de Rennes/Simetria, 2004, p. 80, 158-161.
2 Le Corbusier, Le Voyage d’Orient, Paris, Forces vives, 1966, p. 50.
3 En ordre alphabétique (dossiers Archives nationales, série AJ 52) : Vasile Arion (1254), Saul Baraș (1254), Ion Berindei (576), George Matei Cantacuzino (578), Ciceron Constantinescu (580), Horia Creangă (580), Ion Creangă (580), Lucia Dumbrăveanu, mariée Creangă (580), Viorica Czettel (1278), Constantin Dragu (582), Ion Ghica-Budești (1262), Robert N. Mihăescu (592), Gheorghe Negoescu (593),Ștefan Popovici (595), Ion Petre Rahtivan-Georgescu (596), Dimitrie Săvulescu (597), Nicolae Săvulescu (597), Theonic Săvulescu (1278), Horia Teodoru (599), Sanda Vasilescu (1281), Alexandru Zamphiropol (600).
4 C. Popescu, « Étudier l’architecture à l’École des beaux-arts de Paris », Revue roumaine d’histoire de l’art, tomes XXXVI-XXXVII, 1999-2000, p. 103-108.
5 Relevări după monumentele naționale din România, 2 vol., Bucarest, Școala Superioară de Arhitectură, 1926, p. 9.
6 C. Popescu, Le Style national roumain, op.cit., p. 263.
7 H. Creangă, I. Creangă, L. Creangă (née Dumbrăveanu), Șt. Popovici, I. P. Rahtivan-Georgescu.
8 Par exemple, Ion Dimitrie Berindei est 46e de sa promotion (1897) et Nicolae Ghica-Budești 55e (1901) ; leurs fils respectifs : Ion Berindei – 126e (1924) et Ion Ghica-Budești – 141e (1929).
9 AJ 52/ 436.
10 C. Popescu, « Étudier l’architecture à l’École des beaux-arts de Paris », loc. cit., et Marie-Laure Crosnier Leconte, « L’enseignement de l’architecture en France et les élèves étrangers : le cas roumain », Revue roumaine d’histoire de l’art, tomes XXXVI-XXXVII, 1999-2000, p. 81-101.
11 AJ 52/ 399.
12 Cf. Estelle Thibault, « Les cours d’architecture de Gustave Umbdenstock dans le premier tiers du XXe siècle : formes orales et documents imprimés », HEnsA20, cahier n° 03, décembre 2017, p. 25-32.
13 C. Constantinescu, H. Creangă, Gh. Negoescu, Șt. Popovici, T. Săvulescu.
14 C. Constantinescu, H. Creangă, R. Mihăescu , Gh. Negoescu, Șt. Popovici, I. P. Rahtivan Georgescu, N. Săvulescu, H. Teodoru.
15 AJ 52/ 596, lettre du 25 mars 1926, f. 14.
16 AJ 52/ 596, lettre du 25 mars 1926, f. 15-16.
17 Constantinescu AJ 52/ 580 f.6 ; Mihăescu AJ 52/ 592 f. 9.
18 Cf. Luminița Machedon, Ernie Scoffham, Romanian Modernism. The Architecture of Bucharest, 1920-1940, Cambridge MA, MIT Press, 1999.
19 Cf. Jean-Louis Cohen, L’Architecture au futur depuis 1889, Paris, Phaidon, 2012, p. 263, fig. 331.
20 Baraș remplit ce rôle de 1933 à 1934, remplacé ensuite par Cantacuzino, de 1935 à 1938. Ce dernier y publie déjà en 1927 un article (il signe Cantacuzène) : « L’architecture roumaine d’aujourd’hui » (L’Architecture d’aujourd’hui, n° 10, 1927, p. 351-357). Il revient avec « Tendances dans l’architecture roumaine », dans le n° 5, 1934, p. 57-62.
21 G. M. Cantacuzino (de 1943 à 1948) ; I. Ghica-Budești (à partir de 1933) ; Gh. Negoescu ; H. Teodoru.
22 Grigore Ionescu, Istoria arhitecturii românești, Bucarest, Ed. Academiei, 1982, p. 547.

[sommaire]