Formation en architecture et urbanisme de jeunes Colombiens à Paris, 1927-1954

par Andrés Avila Gómez,
doctorant en histoire de l’art (ED441), université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur associé à l’HiCSA (Histoire culturelle et sociale de l’art)
et Ingrid Quintana Guerrero,
maître-assistante Universidad de Los Andes (Bogotá), Departamento de Arquitectura


Cet article aborde le contexte et certains éléments concernant la formation en architecture ou en urbanisme de dix étudiants colombiens présents à Paris entre la fin des années 1920 et le milieu des années 1950. Ces ressortissants colombiens ont acquis ou approfondi leurs connaissances au sein d’un des milieux alors emblématiques de l’enseignement et de la pratique de ces disciplines : la section d’architecture de
l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA), l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris (IUUP) et l’atelier de la rue de Sèvres de Le Corbusier.

La période observée débute en 1927, l’année où les trois premiers élèves colombiens s’inscrivent à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, et se termine en 1954, lorsque Rogelio Salmona, dernier Colombien encore présent dans l’atelier de la rue de Sèvres, décide de quitter celui-ci définitivement (cf. tableau).

Nous avons effectué l’essentiel de nos recherches pour cette étude dans les bibliothèques et les archives de l’École d’urbanisme de Paris1, de l’École des beaux-arts, de la Fondation Le Corbusier et de la Fundación Rogelio Salmona (à Bogotá)2.

Élèves architectes et urbanistes colombiens à Paris (1927-1954)

 

Nom

Institution / Atelier

Période

1

Carlos Martínez Jiménez (1906-2016)

IUUP

1927-1930

2

Severo Reyes Gamboa (1905- ?)

IUUP

1927-1930

3

Hernando Velasco (1904- ?)

IUUP

1927-1930

4

Manuel Sánchez (1906- ?)

IUUP

1929-1931

5

Luis Carlos Alvarez ? )

IUUP

1936-1939

6

Alfonso Carvajal Escobar (1907-1972)

ENSBA

1931-1935

7

Manuel de Vengoechea (1911-1983)

ENSBA

1932-1937

8

Germán Samper (1924- )

Atelier Le Corbusier

1949-1953

9

Reinaldo Valencia Rey (1922-1994)

Atelier Le Corbusier

1949-1951

10

Rogelio Salmona (1929-2007)

Atelier Le Corbusier

1948-1954

Sources : « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts », bibliothèque Poëte et Sellier, Fondation Le Corbusier.


L’enseignement de l’architecture en Colombie, première moitié du XX
e siècle

Dans la Colombie des années 1920, l’émigration croissante de jeunes Colombiens s’inscrit dans un élan étatique modernisateur porté par des milieux professionnels en quête de formations que les établissements nationaux d’éducation supérieure ne fournissent pas, ou dont la qualité est contestée. C’était notamment le cas de la section d’architecture présente depuis 1886 au sein de la Escuela Nacional de Bellas Artes à Bogotá – laquelle, de surcroît, n’octroyait pas de diplôme national en architecture3. L’arrivée à Paris des premiers élèves architectes colombiens a précédé de quelques années la période de création des premières « facultés d’architecture » en Colombie. La première est celle de l’Universidad Nacional de Colombia à Bogotá, créée en 1936 au sein du grand campus conçu par l’architecte allemand Leopoldo Rother4 – connu comme la « Ciudad Universitaria5 » –, ses premiers diplômés sortant en 1941. Dans son sillage, huit facultés d’architecture sont fondées entre 1942 et 1955 (quatre à Bogotá, deux à Medellín, les autres à Cali et à Barranquilla). L’enseignement y est assuré par un nombre réduit d’architectes colombiens, diplômés principalement d’écoles d’architecture américaines, mais surtout par des architectes étrangers installés dans le pays en raison de leur participation aux grands chantiers commandés par l’État.

Le nombre d’architectes étrangers ayant fait une carrière en Colombie6 est inférieur aux chiffres observés dans d’autres pays sud-américains comme l’Argentine, le Brésil ou le Chili7. Parmi ceux installés en Colombie depuis la fin du xixe siècle, influençant et façonnant profondément la pratique et l’enseignement de l’architecture et de l’urbanisme, l’historiographie nationale a identifié sept figures européennes emblématiques8 : le Français Gaston Lelarge9 (1861-1934), le Belge Augustin Goovaerts10 (1885-1939), l’Autrichien Karl Brunner11 (1887-1960), l’Allemand12 Leopold Rother13 (1894-1978), l’Espagnol Santiago de la Mora (1902-1988) et les Italiens Vicente Nasi14 (1906-1992) et Bruno Violi15 (1909-1971). Si peu d’architectes étrangers ont immigré en Colombie pendant la première moitié du xxe siècle, de nombreux jeunes Colombiens ont émigré pendant la même période pour se former notamment aux États-Unis et, dans une bien moindre mesure, en Europe. Cependant, malgré le prestige international d’institutions comme l’ENSBA ou l’IUUP, Paris n’a pas été l’une de destinations préférées, peut-être à cause du coût de la vie, mais sans doute davantage du fait de la barrière linguistique. En tout cas, les sept élèves colombiens diplômés à Paris que nous avons étudiés ont été soutenus moyennant différentes d’aides financières, venant en particulier d’institutions municipales colombiennes chargées de travaux d’architecture et d’urbanisme. Plus tard, dans l’atelier de la rue de Sevrès, Samper et Valencia ont bénéficié de bourses : le premier d’une bourse du gouvernement français pour étudiants colombiens, le deuxième a reçu la sienne du gouvernement colombien.


Les premiers Colombiens à l’IUUP

Les premiers élèves architectes ou urbanistes colombiens diplômés à Paris ont été ceux inscrits à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris – anciennement École de hautes études urbaines16. Pour établir le nombre d’élèves colombiens diplômés de l’IUUP, nous avons vérifié l’existence de leurs thèses – condition nécessaire pour obtenir le diplôme – dans un fonds constitué de 415 mémoires (dits thèses des anciens élèves), soutenus entre 1921 et 1969 et conservés dans la bibliothèque historique Poëte et Sellier. En général, ces thèses montrent « une grande diversité tant du point de vue de l’approche disciplinaire ou thématique adoptée que de l’ambition scientifique. Les thèses peuvent ainsi avoir un propos théorique, relever de la description ou de l’évaluation de politiques urbaines, participer aux études préparatoires à la réalisation d’un plan d’aménagement, répondant directement à la demande professionnelle17 ».

Les thèses des élèves colombiens portent tous sur leur pays : qu’il s’agisse de leur ville d’origine, de résidence ou d’une ville déjà étudiée par ailleurs – Carlos Martínez18 sur Bogotá19, Severo Reyes sur Cali20, Hernando Velasco sur Punta Bazán21, Manuel Sánchez sur La Dorada22 – ou d’un sujet d’envergure nationale, comme dans le cas de Luis Carlos Alvarez23.

Un projet singulier : la thèse de Severo Reyes Gamboa

Fig. 1 : Projet de Cité industrielle à Cali : emplacement des bâtiments publics (plan au 1/5 000), thèse de Severo Reyes Gamboa, IUUP, 1930. Bibliothèque Poëte et Sellier (École d’urbanisme de Paris).

Parmi les thèses des élèves latino-américains, celle de Severo Reyes Gamboa constitue sans doute la plus développée : un projet d’une cité industrielle pour 8 000 habitants à construire près de [Santiago de] Cali, la plus importante ville de l’ouest du pays près de la côte de l’océan Pacifique, abritant à l’époque environ 125 000 habitants. Avant de se rendre à Paris, Reyes avait déjà imaginé les principales caractéristiques d’un tel projet étroitement lié à la construction des ateliers de la Pacific Railway Company à l’ouest de Cali, comme il l’explique dans l’introduction de sa thèse : « C’est un projet qui est entré dans notre esprit il y a plusieurs années lors d’une réunion de personnalités importantes du département de Valle del Cauca à Cali. Cette réunion, sous la présidence de Monsieur le chef des services municipaux de Cali, comprenait les différents chefs d’entreprises et d’industries de la région, les notabilités de la ville de Cali et l’ingénieur en chef de la Compagnie du chemin de fer du Pacifique. La question à l’ordre du jour était : la crise du logement24. »

Outre les aspects statistiques et l’analyse développée par Reyes, qui n’avait pas reçu de formation technique ou architecturale avant ses études à l’IUUP, la thèse renferme des plans et des dessins qui en font plutôt une exception : organisée dans 18 chapitres courts, c’est le document le mieux illustré comparé aux mémoires d’autres Colombiens et Latino-Américains. Au total 28 planches, dont 23 correspondent au projet : profils des voies, profils des égouts, allotissement, détails des îlots, distribution d’eau, schéma de la station d’épuration d’eaux usées, schéma de la station d‘incinération des ordures ménagères, réseau d’éclairage public, plan des espaces libres, emplacement des bâtiments publics (fig. 1), plans types de maisons (petite maison à véranda, maison moyenne à patio, grande maison double), entre autres.

Si après le retour de Reyes en Colombie, son projet de cité industrielle n’a pas trouvé le soutien du gouvernement central pour être construite, il reflétait les besoins et les rêves d’un pays qu’entrait tardivement dans le xxe siècle.


Les élèves colombiens à l’École des beaux-arts

Dans le « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts » de Marie-Laure Crosnier Leconte, nous n’avons trouvé pour la période 1927-1954 que deux élèves inscrits avec la nationalité colombienne, à savoir : Manuel de Vengoechea25 et Alfonso Carvajal Escobar, qui ont tous deux fréquenté l’atelier de Georges Gromort.

À la différence de Vengoechea, qui a développé ensuite sa carrière professionnelle principalement dans la capitale colombienne, Carvajal, alternant la pratique et l’enseignement, s’est installé à Manizales, une ville moyenne située dans la région centrale montagneuse de la Colombie. Le choix des architectes « de province » de rester loin de Bogotá et de ne pas se faire connaître professionnellement dans le milieu de la capitale a eu une conséquence plutôt négative car leur œuvre construit et leurs activités professionnelles sont souvent restés à l’ombre. C’est le cas de Carvajal qui, malgré sa production architecturale et son rôle majeur dans l’enseignement de l’architecture dans sa région, reste aujourd’hui encore méconnu de l’historiographie colombienne.

Un ingénieur colombien à l’ENSBA : Alfonso Carvajal Escobar

Fig. 2 : Carte d’étudiant de l’ENSBA, d’Alfonso Carvajal Escobar, Coll. famille Carvajal.

Après avoir obtenu en 1925 son diplôme d’ingénieur civil et de mines à l’Escuela Nacional de Minas située à Medellín, Carvajal acquiert une importante expérience professionnelle au sein du Taller de Bellas Artes Carvajal à Manizales, atelier fondé en 1910 par son grand-père Alvaro. Le jeune ingénieur y travaille avec son père et ses oncles, s’intéressant particulièrement aux travaux de sculpture développés par son oncle Constantino Carvajal, un ancien élève de l’Escuela de Bellas Artes de Bogotá, qui avait séjourné à Paris pour suivre quelques cours à l’Académie Julian.

Souhaitant poursuivre ses études, Alfonso Carvajal part pour Paris, où, avec un passage voûté comme sujet du concours d’admission, il est admis à l’ENSBA en mars 1931, puis entre en première classe en décembre 1932 dans l’atelier de Georges Gromort. Il obtient son diplôme en 1935 avec le projet d’une maison de villégiature dans la ville colombienne de Pereira.

Dans la publication consacrée aux concours de l’année scolaire 1934-1935, figure une perspective faite par Carvajal lors d’un concours d’émulation en première classe (« l’entrée d’un jardin en terrasse »), proposé en septembre 1934 par le professeur de théorie de l’architecture Louis Madeline, dans lequel l’élève colombien a obtenu la seconde médaille26.

Le dossier d’élève de Carvajal est manquant dans les archives de l’ENSBA, mais ses descendants conservent des papiers lui concernant, y compris des dessins et certains documents originaux qui datent de son séjour parisien (carte d’étudiante de l’ENSBA (fig. 2)) et de ses voyages en Europe, ainsi que de nombreuses cartes postales et une photo de son diplôme.


Les disciples colombiens de Le Corbusier27

Fig. 3 : Rogelio Salmona dans l’atelier de la rue de Sevrès. Fondation Le Corbusier.

Pendant son premier séjour à Bogotá, en juin 1947, l’architecte franco-suisse Le Corbusier – invité pour donner une conférence dans le Teatro Colón –, a comme traducteur un jeune étudiant en architecture né à Paris28 : Rogelio Salmona. L’année suivante, à Bogotá, les émeutes sanglantes d’avril 1948, dites du Bogotazo, incitent toute une jeune génération à quitter le pays, et Salmona décide alors de retourner dans sa ville natale. Premier Colombien à entrer à l’atelier de Le Corbusier (fig. 3), il y fera le séjour le plus long de tous les Latino-Américains. Ses premières missions en tant que « gratteur » se limitent à des tâches simples et, toujours orienté par le Mexicain Teodoro González de León, à la réalisation d’éléments de détail pour l’unité d’habitation de Marseille et l’usine Duval à Saint-Dié. Puis Salmona intègre l’équipe chargée du Plan Piloto (plan directeur) de Bogotá, avec deux compatriotes venus en 1949 : Germán Samper (1924- ) et Reinaldo Valencia. Avec l’Uruguayen Clémot et l’Américain Solomita, les trois Colombiens signent, en juin 1950, le Rapport technique pour le Plan Piloto de Bogotá, comportant quatre échelles de travail : la métropolitaine, l’urbaine, la locale et celle du quartier. D’après Salmona lui-même et les témoignages de ses collègues, ses relations avec le maître étaient constamment conflictuelles, et expliquent peut-être pourquoi il n’a jamais participé, à son regret, à un chantier corbuséen.

La « recherche impatiente » de Salmona : entre Le Corbusier et Francastel

« Al cabo de un cierto tiempo, Francastel me preguntó lo que yo hacía. Le dije que era estudiante de arquitectura y que trabajaba donde Le Corbusier. Soltó la carcajada y me dijo: “Porqué los estudiantes de América Latina vienen a trabajar con Le Corbusier? Tanta gente viene ahí…” 29 »

Ce témoignage de Rogelio Salmona lors d’un entretien en 1991 montre à quel point, après la seconde guerre mondiale, les jeunes Latino-Américains intéressés par l’architecture ont été attirés par la possibilité de travailler avec l’architecte franco-suisse30. L’évocation de ce dialogue avec l’historien de l’art Pierre Francastel (1900-1970) révèle aussi une réalité vécue non seulement par Salmona mais encore par de nombreux disciples de Le Corbusier : le « privilège » de travailler dans son atelier se combinait de préférence avec un autre forme d’enseignement, et Salmona s’est constitué une formation parallèle en assistant aux séminaires de Francastel en sociologie de l’art à l’École pratique des hautes études, dont il a suivi les cours pendant toutes les années vécues à Paris. Le jeune Colombien a également assisté à des cours techniques dispensés à l’École des arts et métiers, ainsi qu’aux cours d’histoire de l’art moderne de Jean Cassou à l’École du Louvre.

Sous l’influence de Salmona, ses collègues colombiens Samper et Valencia, parmi d’autres, suivent aussi les enseignements de Francastel. Par ailleurs, Salmona se lie d’amitié avec des personnalités comme Jean Prouvé (1901-1984) et Iannis Xenakis (1922-2001). Xenakis lui a présenté à l’historienne et critique d’art Françoise Choay (1925- ) qui dans l’article intitulé « Rogelio Salmona, une figure exemplaire de l’architecture contemporaine31 » publié dans la revue Urbanisme quelques semaines après la mort de l’architecte, témoignait de l’importance qu’a eue pour Salmona la construction d’un véritable réseau intellectuel, aussi bien pour discuter à propos de l’architecture que pour échanger sur des sujets divers et variés qui lui tenaient à cœur : « C’est par Iannis Xenakis, son complice et ami à l’Agence Le Corbusier, que, vers 1955, j’ai connu Rogelio, qui reste pour moi Roger. Ensemble, nous avons milité pour les peintres et les sculpteurs du « nouveau réalisme », hanté les galeries d’avant-garde, découvert Daniel Cordier en 1957 alors qu’il accrochait, rue de Duras, sa première exposition consacrée aux peintures d’un artiste dissident de Leningrad. C’est Roger qui, au CNIT, m’a donné une leçon de construction et d’urbanisme que je n’ai jamais oubliée. Et alors que, pour compléter ma formation philosophique, j’avais suivi pendant deux ans les cours de Claude Lévi-Strauss au musée de l’Homme, il a fallu que ce soit Roger qui m’explique la magistrale leçon du village Bororo, devenue depuis le fondement de mon travail32. »

Si le nombre d’élèves architectes et urbanistes colombiens à Paris avant Mai 68 n’est pas comparable à celui d’autres nationalités (roumaine, par exemple), ce bref survol invite à interroger les archives des institutions françaises pour découvrir la présence d’élèves originaires d’autres pays latino-américains et pour préciser leurs parcours de formation qui restent encore méconnus. Cette démarche contribuera notamment à combler des lacunes existantes dans les historiographies nationales et à mettre en valeur l’activité de certains architectes et urbanistes exclus des récits historiques concernant le XXe siècle.

1 Qui héberge la bibliothèque historique Poëte et Sellier. Nous remercions chaleureusement José Mayorga, responsable de la bibliothèque, pour sa collaboration.
2 Nous avons également bénéficié de l’accès à certains fonds d’archives personnelles : de Germán Samper, de Reinaldo Valencia et de Alfonso Carvajal.
3 Par ailleurs, certaines facultés de génie civil proposaient des cours assez proches de l’enseignement de l’architecture.
4 Rother a travaillé sur le modèle pédagogique développé, spécifiquement pour ce campus, par le pédagogue allemand Fritz Karsen (1885-1951).
5 Marta Devia, Leopoldo Rother en la ciudad universitaria, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, 2006 ; Silvia Arango, Historia de un itinerario, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, 2002.
6 Voir principalement : Silvia Arango, Historia de la arquitectura en Colombia, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, 1990 ; Carlos Niño Murcia, Arquitectura y Estado. Contexto y significado de las construcciones del Ministerio de Obras Públicas. Colombia, 1905-1960 [1991], Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, 2003.
7 Silvia Arango, Ciudad y arquitectura. Seis generaciones que construyeron la América Latina moderna, México, Fondo de Cultura Económica, 2012.
8 Sur certains n’existent pas encore d’études approfondies : Erich Lange et Ernst Blumenthal, allemands ; Otto Marmoreck, autrichien, ou Victor Schmid, suisse.
9 Marcela Cuéllar, Hugo Delgadillo, Alberto Escovar, Gaston Lelarge. Itinerario de su obra en Colombia, Bogotá, Corporación La Candelaria/Editorial Planeta, 2006.
10 Luis Fernando Molina, Agustín Goovaerts y la arquitectura colombiana en los años veinte, Bogotá, El Ancora/Banco de la República, 1998.
11 Andreas Hofer, Karl Brunner y el urbanismo europeo en América Latina, Bogotá, Ancora /Corporación La Candelaria, 2003.
12 Sur les architectes allemands en Amérique latine, : Andreas Schätzke, Transatlantische Moderne: deutsche Architekten im lateinamerikanischen Exil, Münster, Monsenstein und Vannerdat, 2015, publié à l’occasionde l’exposition, réalisée par la Technische Universität Kaiserslautern, « Cetto, Linder, Rother : drei deutsche Architekten in Lateinamerika » (2015).
13 Deux thèses récentes portent sur Rother : Mauricio Pinilla, « De Prusia a la cuenca del Río Magdalena. La tradición clásica fecundada por el trópico en la arquitectura de Leopoldo Rother », Universidad Nacional de Colombia, 2017 ; Ernesto Vendries, « Leopold Rother und die moderne Bewegung in Kolumbien », Technische Universität Darmstadt, 2014. Cf. Aussi : Hans Rother, Arquitecto Leopoldo Rother: vida y obra, Bogotá, Fondo Editorial Escala, 1984.
14 Cf. Vicente Nasi, Arquitectura, Bogotá, Fondo Editorial Escala, 1983.
15 Hans Rother, Bruno Violi, Bogotá, Fondo Editorial Escala, 1986.
16 L’École de hautes études urbaines a été instituée par le décret du 5 septembre 1919. En 1924, devenant l’IUUP, elle est rattachée à l’Université de Paris. L’IUUP est logé entre 1924 et 1933 à la Sorbonne (5e arr.), puis à l’Institut d’art et d’archéologie (6e arr.), dans le bâtiment conçu par l’architecte Paul Bigot (1928), jusqu’en 1968 quand elle déménage à l’Université Dauphine (16e arr.) devenant l’Institut d’urbanisme de Paris (IUP).
17 Cf. la brochure réalisée par Grégory Busquet, Claire Carriou, Laurent Coudroy de Lille, « Un ancien institut…Une histoire de l’Institut d’urbanisme de Paris », Créteil, IUP, [2005], 35 p. (ici p. 18).
18 L’historiographie colombienne a toujours présenté Carlos Martínez Jiménez comme un ancien élève architecte de l’ENSBA, mais son nom n’apparaît pas dans la base « Dictionnaires des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) », et il n’existe aucun dossier dans les archives de l’institution. Il a été le premier doyen de la faculté d’architecture à l’Universidad Nacional de Colombia ainsi que cofondateur et directeur de la revue d’architecture PROA, la plus importante en Colombie pendant plusieurs décennies.
19 « Contribution à une étude sur l’urbanisation de Bogotá, Colombie », (sous la direction de Marcel Poëte), 1930.
20 « Projet de cité industrielle à Cali, Colombie », (sous la direction d’Auguste Bruggeman), 1930.
21 « Projet de station balnéaire à Punta-Basan, Colombie », (sous la direction de Louis Bonnier), 1930.
22 « Urbanisation et assainissement du port de La Dorada, Colombie », (sous la direction de Louis Bonnier), 1931.
23 « Organisation de l’hygiène publique en Colombie », (sous la direction de Roger Picard), 1939.
24 « Projet de cité industrielle à Cali, Colombie », op. cit., p. 1.
25 Né à Paris, de Vengoechea apparaît dans le « Dictionnaire… » sous le prénom de « Marcel ».
26 École nationale supérieure des beaux-arts, Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1934-1935, Paris, Vincent Fréal & Cie., 1935. Voir la planche n° 10.
27 Ingrid Quintana Guerrero, « Filhos da Rue de Sèvres: os colaboradores latino-americanos de Le Corbusier em Paris », thèse en histoire de l’architecture et de l’urbanisme, université de São Paulo, 2016. www.teses.usp.br/teses/disponiveis/16/16133/tde-16022017-113246/es.php
28 La famille Salmona s’était installée à Bogotá depuis 1931. Il a fait ses études dans le lycée français Louis-Pasteur, et avait commencé l’architecture à l’Universidad Nacional de Colombia.
29 Ricardo L. Castro, Rogelio Salmona, tributo, Bogotà, Villegas Editores, 2008, p. 178.
30 Après une recherche minutieuse dans divers fonds particuliers et bibliothèques de 10 pays, nous constatons la présence au sein de l’atelier de la rue de Sèvres, entre 1932 et 1965, de 21 collaborateurs latino-américains, dont 4 Colombiens, 4 Chiliens, 3 Uruguayens, 3 Mexicains, 2 Argentins, 2 Brésiliens, un Péruvien, un Vénézuélien et un Portoricain.
31 Urbanisme, n° 357, novembre-décembre 2007, p. 86-90.
32 Ibid., p. 89.

[sommaire]