L’enseignement de l’architecture en Indochine française (1926-1954) : du régionalisme aux normes de l’ENSBA de Paris ?

par Xuân Son LÊ,
architecte DPLG, docteur en architecture, chercheur au LIAT, ENSA de Paris-Malaquais.

 

La fondation de l’École des beaux-arts de l’Indochine (EBAI) en 1924 à Hanoi a joué un rôle fondamental dans la formation moderne des architectes et le développement de la profession d’architecte libéral au Vietnam, au Cambodge et au Laos, trois anciennes entités de l’Indochine française. La même situation peut être observée en Afrique du Nord avec l’École des beaux-arts d’Alger fondée en 1881 et celle de Tunis en 1930. Avant l’École de Hanoi, il n’existait pas de formation académique à l’architecture en Indochine.

Au Vietnam1, durant les cent dernières années, la contribution française à l’enseignement de l’architecture a été significative, selon des démarches qui ont évolué dans le temps.

La première est celle de la « formation française entre 1926 et 1954, l’année où ces pays ont accédé à l’indépendance : l’enseignement est alors assuré par des enseignants-praticiens français , tels que Victor Tardieu, Arthur Kruze (fig. 1) ou Évariste Jonchère, George-Louis Pineau ; en est issue une première génération d’architectes libéraux et de professeurs indochinois et vietnamiens, dont plusieurs deviendront, après 1954, de hauts dirigeants du nouveau système politique. Ensuite est mise en œuvre la « formation à la française », de 1955 à 19752, au sein de l’École supérieure d’architecture de Saigon (ESAS) où l’enseignement est dispensé par un corps d’enseignants vietnamiens formés en France, y compris à l’ENSBA de Paris comme c’est le cas de quatre directeurs-praticiens réputés : Trần Văn Tải, Nguyễn Quang Nhạc, Phạm Văn Thâng, Tô Công Văn. Enfin, après l’interlude constituée par la réunification des deux parties du Vietnam par le régime socialiste du Nord, pendant laquelle les architectes (enseignants et professionnels) sont formés dans des pays communistes (de l’URSS à Cuba), c’est la phase de la « coopération internationale » qui débute en 2000 et qui voit les institutions de l’enseignement et de la recherche françaises participer à la formation vietnamienne à travers des échanges bilatéraux, dont l’accueil en France d’une nouvelle vague d’étudiants3, le plus souvent sur leurs propres ressources, de la première année aux formations de 3e cycle et doctorales.

Fig.1 – Le peintre Victor Tardieu (à gauche), diplômé de l’ENSBA de Paris, fondateur de l’École des beaux-arts de l’Indochine (1924) et de sa section d’architecture (1926).  L’architecte DPLG Arthur Kruze, diplômé de l’ENSBA de Paris, responsable de la section d’architecture de l’EBAI, directeur de l’École supérieure d’architecture de Dalat et de celle de Saigon. https://www.shine.cn/archive/feature/art-and-culture/Apartments-offer-a-peek-into-the-lives-of-expatriates/shdaily.shtml

Notre recherche porte sur la « formation française », entre 1926 et 1954, la période la plus problématique. Le déroulement de cette phase comporte deux étapes.

La « formation française »

Il est utile d’éclairer d’abord la situation dans laquelle naît l’enseignement de l’architecture en Indochine française. Celui-ci est mis en place dans un premier temps par l’École des travaux publics (ETP) à Hanoi4, dans le but de former des agents techniques locaux au service de l’administration coloniale. De ce fait, l’architecture n’est qu’une des matières enseignées. Sa part dans la formation est renforcée à partir de 1922 par la création des Cours supérieurs des travaux publics, et par l’arrivée un an plus tôt d’Ernst Hébrard5 qui y dirige l’enseignement de l’architecture et de l’urbanisme.

L’enseignement de l’architecture n’a donc pas vu le jour au moment de la création de l’École des beaux-arts d’Indochine en octobre 1924. Le pouvoir colonial préfère le maintenir au sein de l’ETP, de même qu’elle cantonne le rôle des architectes des Bâtiments civils dans la construction. La structure administrative française, qui couvre en Indochine un vaste territoire peuplé d’une vingtaine de millions d’habitants, manquait en effet cruellement de professionnels compétents dans ce dernier domaine6.

Le projet de l’EBAI lui-même a failli ne pas aboutir, à cause de plusieurs obstacles, venant notamment du milieu académique lui-même, comme l’opposition du directeur de l’École des arts appliqués de Phnom Penh (Cambodge)7, dont les arguments sont jugés trop imprégnés « d’une vision coloniale fermée », selon Pierre Paliard8. Alors que Victor Tardieu (1870-1937)9 fonde l’EBAI comme un lieu où se forment les vrais premiers artistes de la modernité nationale10, ainsi que des maîtres et des professeurs11.

Pour faire passer l’affaire, il présentera son établissement comme une simple « école centrale de dessin » composée des quatre arts, dont l’architecture12 (la gravure étant remplacée par les arts décoratifs). La section d’architecture, toutefois, ne sera créée que deux ans plus tard, toujours grâce aux efforts personnels de ce fondateur. Le premier concours d’admission est organisé en octobre 1926 permettant à sept étudiants d’entrer dans la section, six Vietnamiens et un Cambodgien (fig. 2).

Fig.2 – Les étudiants de la section d’architecture de l’École des beaux-arts de l’Indochine. Coll. famille de M. Nguyễn Cao Luyên (diplômé en1933).

La section d’architecture à l’EBAI, 1926-1944

La période 1926-1935 est marquée par la vision régionaliste de Victor Tardieu qui s’exprime à plusieurs niveaux. D’abord, dans la philosophie pédagogique de l’EBAI, comme le montre l’extrait qui suit, un texte de 1924, de sa main et relatif à la fondation de l’École :

Architecture

Lorsqu’on visite l’Indochine, on est forcé de constater que des monuments remarquables jadis y ont été construits et que depuis notre arrivée, rien n’a été tenté pour continuer ces traditions. Ne serait-il pas nécessaire de fonder un enseignement où l’on pourrait s’imprégner des principes généraux qui ont présidé à la construction de ces monuments et à leur décoration, principes qui résultent évidemment des nécessités du climat de même que les formes décoratives viennent simultanément des éléments de la construction et des formes propres à la nature du pays.
L’idée générale n’est pas de créer une École qui mettrait en œuvre les formes anciennes sans discernement ni esprit critique. Une École basée sur l’imitation servile du passé ne donnerait qu’un art sans vie, pastiche éternel des époques disparues. Il s’agirait plutôt de créer une École qui, tout en respectant les traditions locales, s’adapterait aux besoins modernes.
Un cours d’architecture extrême-orientale serait donc professé par un architecte familiarisé avec les formes et les modes de construction du pays, un architecte par exemple de l’École française d’Extrême-Orient, si l’on veut donner de l’homogénéité aux constructions futures et arriver à créer en quelque sorte un style français d’Extrême-Orient adapté au climat et en harmonie avec la nature13.

En 1926, il rappelle cette doctrine dans son rapport sur la création de la section d’architecture : « Il est bien entendu que l’enseignement que nous donnerons, loin de chercher à uniformiser les tendances diverses des élèves dans un style importé, s’évertuera, au contraire, à faire renaître en les adaptant aux conditions de la vie moderne, les formes propres à chaque pays de l’Union. […] nous aurons comme élèves des jeunes gens originaires des cinq pays. Chacun sera instruit dans l’art de son pays14. »

Sur le plan de la maîtrise d’œuvre, Tardieu suggère que son établissement soit aussi un lieu d’accueil des architectes français fraîchement arrivés en Indochine. Ces professionnels y feraient un stage afin de se familiariser avec l’architecture indochinoise15. À l’initiative de ce fondateur, le prix de l’Indochine est modifié profondément. Il comporte dorénavant un voyage d’études d’un an dans toute l’Indochine, permettant aux artistes venant de la métropole d’appréhender ce pays avant de donner leurs cours à l’EBAI. Ce dispositif renforce ainsi la qualité de l’enseignement de l’École16.

La nécessité de l’adaptation aux conditions locales s’exprime dans les objectifs de la section d’architecture et dans la composition du programme d’enseignement des cinq années. D’abord, Tardieu se limite à ce que les premiers diplômés soient les auxiliaires des architectes européens du service des Bâtiments civils17. Le métier d’architecte libéral n’est pas encore d’actualité. Par la suite, hormis les ateliers de projet, l’enseignement donné par la section est commun au programme de l’EBAI (le dessin, la spécialisation en architecture, l’archéologie) et de l’ETP (les sciences et la théorie de l’architecture). Pour élaborer ce programme, Tardieu va « s’inspirer » du modèle des Beaux-Arts de Paris. C’est dans ce but qu’en 1926, il demande au directeur de celle-ci de lui envoyer la totalité des documents administratifs et pédagogiques de l’ENSBA et des écoles régionales d’architecture (ERA)18.

En 1932, Arthur Kruze (1900-1989) est nommé directeur par intérim de l’EBAI et responsable de la section d’architecture19. Il confirme l’orientation régionaliste dans son rapport adressé au Gouverneur général de l’Indochine, après un long voyage d’études dans toute l’Indochine. En critiquant l’imitation de l’architecture métropolitaine qui ferait abstraction de la situation locale, il précise les éléments fondamentaux à prendre en considération pour toute conception : diversité des conditions climatiques et géographiques entre les régions, cultures architecturales particulières de différents pays, adaptation de l’architecture traditionnelle aux besoins de la vie moderne, utilisation des matériaux locaux dans la construction des nouveaux programmes architecturaux (poste, gare, hôpital, bureaux…). Kruze insiste sur le fait qu’un bon enseignement allant dans ce sens n’est qu’une « condition » et qu’il faut développer aussi le métier d’architecte libéral en Indochine. Pour Kruze, ces éléments feront sans aucun doute « honneur au génie colonisateur de la France20».

Un nouveau programme d’enseignement, plus complexe, est donc mis en place en 193521, dans le contexte du départ de Tardieu22 et de la grande difficulté des premiers diplômés indochinois en architecture (fig. 3) à trouver des débouchés dans le secteur public ou privé. Le Gouverneur général de l’Indochine avait même décidé de ne pas organiser le concours d’admission pour l’année scolaire 1935-1936. Désormais, l’enseignement de la section d’architecture se détache entièrement de l’ETP. Mais si l’EBAI est autorisée à accueillir des ressortissants européens et asiatiques, elle s’affiche toujours comme un établissement d’enseignement supérieur local et l’application du modèle des Beaux-Arts ne reste qu’une aspiration.

Fig.3 – Diplôme d’Architecte indochinois. http://www.uah.edu.vn/router/lich-su-hinh-thanh-va-phat-trien-228.html

Le modèle des Beaux-Arts de Paris, 1945-1954

Sous la direction d’Arthur Kruze, qui restera en poste jusqu’en 1954, la section d’architecture, mise à l’abri à Dalat en 1942, est érigée en école d’architecture en 194423 à la suite de la fermeture de l’EBAI, qui sera définitive en 1945. L’année 1945 est un jalon important. Conformément à la grande réforme impulsée par le gouvernement français concernant l’enseignement de l’ENSBA de Paris, l’École supérieure d’architecture de Dalat (ESAD) est alors réorganisée24 sur les points importants suivants :

  • l’enseignement de l’architecture est confié à l’ESAD qui constitue une branche de l’ENSBA,
  • le stage de fin d’études d’un an peut s’effectuer chez un architecte ou dans un service public indochinois et en France,
  • le diplôme est reconnu en Indochine mais aussi en France,
  • le directeur de l’ENSBA donne son avis sur la nomination du directeur de l’ESAD,
  • les élèves en Indochine peuvent obtenir un transfert dans une école métropolitaine.

À partir du 1er janvier 1948, l’ESAD est promue au rang d’école régionale d’architecture (ERA), habilitée à préparer au diplôme DPLG de l’ENSBA25. Son programme pédagogique est identique à celui des ERA métropolitaines. Elle reçoit tous ses programmes d’exercices et de concours de l’ENSBA qui centralise par voie aérienne les travaux des élèves pour les soumettre à ses jurys parisiens. Les élèves sont dorénavant inscrits à l’ENSBA, en section d’architecture26. Les écoles d’architecture de Rabat, d’Alger et de Casablanca se trouvent dans la même situation que l’ESAD27. Cependant, trois ans après, cette habilitation n’est pas prolongée. Un nouvel arrêté exige que les épreuves orales au concours d’admission se déroulent à Paris, ce qui était impossible pour les élèves de l’École de Dalat, étant donné leur éloignement28.

En 1950, l’ESAD est transférée à Saigon et devient l’ESAS, membre de l’université de Hanoi. Pourtant, elle se calque toujours sur le modèle des Beaux-Arts : « L’Organisation générale des enseignements, le régime d’études, les programmes des cours et les modalités des différents examens et concours auxquels doivent participer les étudiants durant leur scolarité sont les mêmes que ceux de la section d’architecture de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. »

Le programme d’enseignement se base sur trois piliers :

  • l’enseignement artistique (architecture et dessin d’après l’antique) en atelier,
  • l’enseignement scientifique et technique : cours en amphithéâtre,
  • le cours pratique à l’extérieur pour tout ce qui se rattache à la construction.

Si les études sont reparties comme en France métropolitaine en trois cycles sur six ans (classe préparatoire : un an, seconde classe : trois ans, première classe : deux ans), les étudiants peuvent obtenir le Certificat d’urbanisme et le Certificat de conservation des Monuments historiques de l’Extrême-Orient – seul « élément régional » du programme d’enseignement. Le directeur de l’école assure la relation étroite avec l’ENSBA29. Le diplôme d’Architecte de l’université de Hanoi est reconnu en France, permettant d’exercer la profession en France et au Vietnam, selon la Convention culturelle de 1950 entre ces deux pays.

Cette recherche démontre que le cadre administratif de l’enseignement de l’architecture dispensé lors de la période de la « formation française » a évolué dans un sens qui part du régionalisme pour aboutir aux normes des Beaux-Arts. En même temps, il apparaît que l’attention portée aux conditions géographiques et culturelles locales aient été écartées du contenu pédagogique, que l’intention et l’effort pour fonder une originalité régionale ont été effacés, alors même que Kruze, le grand défenseur du régionalisme, dirigeait l’établissement.

Nguyễn Thụy Phương30 peut nous éclairer sur ce phénomène. La mise en œuvre des grandes réformes politiques en matière de l’enseignement de l’architecture, en France métropolitaine mais aussi dans les États associés à l’Union française (1946-1958), doit être appréhendée au travers d’une situation géopolitique plus large. L’Union française – moyen par lequel la France essaie de conserver son empire colonial – se trouve en grande difficulté, politiquement et socialement, vis-à-vis des mouvements indépendantistes, dans une Indochine qui entame un processus douloureux d’accession à l’indépendance. La France doit revoir complètement sa politique éducative en Indochine : quittant sa « mission civilisatrice », elle s’oriente vers une stratégie de « diplomatie culturelle » en passant par la « mission culturelle ». La culture et la haute qualité de son enseignement se situent en premier ligne de la politique extérieure de ce que l’on appelle aujourd’hui le soft power. L’ENSBA est sans doute une « marque » de prestige, reconnue mondialement31. Le maintien volontaire du modèle des Beaux-Arts même après 195032 permet à l’ESAS de s’afficher comme un grand établissement de l’enseignement supérieur qui délivre un diplôme de niveau international.

Mais ce modèle ne jouerait-il qu’en surface (règlement, concours, durée et répartition des cycles d’étude, mode d’évaluation…), tandis que Kruze maintiendrait toujours ses principes régionalistes dans les contenus des cours ? La réponse peut être apportée par une approche comparative, plus détaillée, entre les programmes de l’ESAS et ceux de l’ENSBA. Une recherche à venir !

 

1 Hanoi et Saigon étant les capitales politique et économique de l’Indochine française, c’est au Vietnam qu’ont été implantées les institutions les plus importantes du système colonial, y compris celles de l’enseignement : grands lycées, écoles supérieures, universités fédérales, établissements de formation professionnelle, instituts de recherche .
2 Entre 1954 et 1975, le Vietnam a été divisé en deux parties : la République démocratique du Vietnam au Nord et la République du Vietnam au Sud, avec Hanoi et Saigon comme capitales d’Etat.
3 Arrivée en France en 1999, l’auteur a fait partie des quatre premiers étudiants accueillis ainsi.
4 Cette école a été créée dès 1902 à Hanoi.
5 Architecte, urbaniste, auteur du plan d’aménagement de Hanoi, créateur du style dit architecture indochinoise.
6 Pierre Paliard, Un art vietnamien : penser d’autres modernités. Le projet de Victor Tardieu pour l’École des beaux-arts de l’Indochine à Hanoi en 1924, Paris, L’Harmattan, 2014, p.19.
7 Lettre de M. Silice, directeur de l’École des arts appliqués de Phnom Penh au Gouverneur général de l’Indochine, au sujet de la création de l’EBAI. Archives nationales d’outre-mer (ANOM) : Indo GGI//51.309.
8 Pierre Paliard, op. cit., p.14.
9 Diplômé de l’ENSBA, le peintre Victor Tardieu obtient le prix de l’Indochine en 1920, ce qui lui permet de faire un voyage de six mois en Extrême-Orient. Arrivé à Hanoi en 1921, il y restera jusqu’à sa disparation en 1937.
10 Pierre Paliard, lors du « 5th Congress of Asian & the Pacific studies 2015 », 9-11 septembre 2015, Paris.
11 Victor Tardieu, « Sur l’enseignement des Beaux-Arts en Indochine et la création d’une École centrale de dessin à Hanoi », rapport au Gouverneur général de l’Indochine, le 20 aout 1924. ANOM : Indo GGI//51.309.
12 Ibid.
13 Ibid.
14 Victor Tardieu, « Au sujet de la création d’une section d’architecture », rapport au Gouverneur général de l’Indochine, 1925. Institut national d’histoire de l’art (INHA) : fonds Victor Tardieu, Archives 125, 05- 01.
15 Victor Tardieu, « Sur l’enseignement… », op. cit.
16 Ibid.
17 Victor Tardieu, « Au sujet de la création… », op. cit.
18 Lettre de Victor Tardieu au directeur de l’ENSBA, le 3 mars 1926. Les Archives nationales, Site de Pierrefitte-sur-Seine (AN), fonds de l’ENSBA, AJ52/79.
19 Architecte DPLG diplômé à l’ENSBA de Paris en 1929, Arthur Kruze commencera à enseigner à la section d’architecture de l’EBAI en 1930.
20 Arthur Kruze, rapport au Gouverner général de l’Indochine, le 18 février 1932. INHA, fonds Victor Tardieu, Archives 125, 05-03.
21 Arrêté du 23 avril 1935 du Gouverner général de l’Indochine.
22 Victor Tardieu est décédé à Hanoi en 1937.
23 Arrêté du 3 février 1944 du Gouverneur général de l’Indochine.
24 Arrêté du 6 février 1945 du Gouverneur général de l’Indochine.
25 Arrêté interministériel de l’Éducation nationale et de la France d’outre-mer, le 8 mars 1948, limité à trois années d’admission (1/1/1948 – 31/12/1950), soit six promotions dont la dernière était celle d’octobre 1950.
26 Arthur Kruze, « Rapport sur l’activité de l’École supérieure d’architecture de Dalat », le 23 décembre 1948, au directeur de l’ENSBA, au ministère de l’Éducation nationale et au Haut-Commissaire de France en Indochine. AN : AJ52/1046.
27 Ecoles régionales d’architecture, Dossiers particuliers. AN : AJ52/1046.
28 Lettre du ministre de l’Éducation nationale au ministre de la France d’outre-mer, le 15 mai 1950. AN : AJ52/1046.
29 Règlement de l’ESAS, Saigon, Université de Hanoi, 1951, 82 p. Ce règlement a été approuvé le 28 mai par le Conseil de l’Université de Hanoi.
30 Nguyễn Thụy Phương, « L’école française au Vietnam de 1945 à 1975. De la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle », thèse de doctorat en sciences de l’éducation, université Paris Descartes, 2013.
31 À lire aussi dans ce même carnet de recherches, les contributions de Carmen Popescu, sur les étudiants roumains à l’ENSBA durant l’entre-deux-guerres, et d’Isabelle Gournay, sur les French critics aux États-Unis .
32 Lettre d’Arthur Kruze à M. le Recteur de l’Académie de Saigon, le 13 octobre 1949. ANOM, HCI 675-377.

 

[sommaire]