L’École des beaux-arts de Paris et l’institutionnalisation de l’enseignement de l’architecture en Iran (1940-1968)

par Peyman Akhgar
Doctorant en architecture. ATCH Research Centre, The University of Queensland, Australia.


Au sens moderne et occidental du terme, l’enseignement de l’architecture en Iran s’est développé pendant la première moitié du
XXe siècle, quand le pays était en phase de modernisation rapide. En 1925, un nouveau souverain, Reza Shah (1925-1941) met fin à la règne des Qadjar (1789-1925) et fonde la dynastie Pahlavi (1925-1979). Afin de consolider son pouvoir, Reza Shah lance plusieurs programmes de réforme. Parmi ses priorités figure la construction d’édifices pour abriter les fonctions modernes vitales à la réussite de son gouvernement. Pour la première fois dans l’histoire de l’architecture iranienne, la conception de bâtiments gouvernementaux est confiée exclusivement à des architectes formés en Occident, parmi lesquels les diplômés de l’École des beaux-arts de Paris (ENSBA) jouissent d’une réputation incontestable.

Le premier diplômé ENSBA influent en Iran est le Français André Godard (1881-1965), qui avait fini ses études le 18 novembre 1908. Godard fait son premier voyage au Moyen-Orient en 1910. Il travaille d’abord en Irak, en Égypte et en Afghanistan(1). En 1929, quand Reza Shah interrompt le monopole archéologique de la France et accorde en contrepartie la direction du département et du musée d’Antiquité aux Français, Godard est envoyé en Iran(2). Deux autres citoyens français, Maxime Siroux (1907-1975) et Roland Marcel Dubrulle (1907-1983), suivront Godard et contribueront à la réalisation des projets de Reza Shah. Siroux, diplômé de l’ENSBA le 5 juin 1934, est embauché par le gouvernement iranien pour participer aux fouilles archéologiques. Il part en Iran en août 1935 en tant que archéologue pour la Mission archéologique en Perse, sous la direction de Roman Ghirshman(3). Dubrulle finit ses études à l’École le 20 février 1934 et voyage en Iran à la suite de son succès au concours de la construction de la bourse de Téhéran. Il quitte Paris en même temps que Siroux, en août 1935, et rejoint l’entreprise de construction Baniniol, une société étrangère active dans le domaine sous le règne de Reza Shah(4). En février 1932, Mohsen Foroughi, fils de Mohammad-Ali Foroughi, le célèbre politicien et homme de lettres, entre à l’École des beaux-arts de Paris. Il avait été reçu à la difficile épreuve d’entrée de l’École centrale des arts et manufactures et à celle de l’École des beaux-arts. Il choisit cette dernière et s’oriente vers l’architecture(5). Diplômé le 5 juin 1937, il retourne sans perdre de temps en Iran et devient l’un des principaux architectes de l’État.Ces quatre architectes s’engagent dans plusieurs projets, certains menés à plusieurs. Un seul projet les réunit tous : la conception du campus principal de l’université de Téhéran, laquelle, fondée en 1934, était le fruit emblématique des politiques nationales de Reza Shah dans le domaine de l’enseignement supérieur.

Iraniens à l’École des beaux-arts

La France était la première destination des étudiants iraniens, et ce depuis le milieu du XIXe siècle(6). Pour un pays comme l’Iran, il n’était donc pas rare d’avoir des étudiants qui faisaient des études en architecture à Paris. Mohsen Foroughi fut, en 1932, le premier Iranien à intégrer l’École des beaux-arts(7). La fondation de l’École des beaux-arts de Téhéran renforce la fréquentation de l’ENSBA qui restera, au moins jusqu’au début des années 1960, la première destination pour les étudiants en architecture iraniens. En effet, à partir de 1946, comme approuvé par le Comité de l’Université dans sa 253e convention, chaque année, des étudiants de la première et de la deuxième année de toutes les facultés bénéficient d’une bourse pour faire des études à l’étranger(8). De plus, les diplômés de l’École des beaux-arts de Téhéran peuvent entrer directement en première classe de l’ENSBA en tant qu’élèves stagiaires. Ils disposent alors de six mois pour obtenir au moins deux valeurs. En cas de réussite, le stage est « converti en admission à titre définitif(9) ».

La première école d’art et d’architecture en Iran

En Iran, l’enseignement de l’architecture est tenté pour la première fois à l’école Darolfonoun en 1927 sous la forme d’un cours lié au domaine du génie civil, mais le manque d’équipement adéquat cause sa fermeture deux ans plus tard(10). Des efforts plus sérieux aboutissent en septembre 1938 à l’établissement de l’École supérieure d’architecture. « À l’origine, le sculpteur Abdolhassan Sadighi (1894-1995) et les architectes diplômés de l’École des beaux-arts de Paris Roland Dubrulle et Mohsen Foroughi se mirent ensemble, firent des recherches, et élaborèrent un programme pour une école supérieure d’architecture (11). » En septembre 1940, avec l’approbation du ministère des Arts et des Métiers, cette école supérieure d’architecture et les sections de peinture et de sculpture de l’École supérieure des beaux-arts sont fusionnées pour donner naissance à l’École des beaux-arts de Téhéran(12), officiellement créée le 22 septembre 1940(13). André Godard en est nommé directeur tandis que Maxime Siroux, Roland Dubrulle et Mohsen Foroughi deviennent professeurs d’atelier.

De Paris à Téhéran

La structure pédagogique comme le programme d’architecture de l’École des beaux-arts de Téhéran s’inspirent de ceux de l’ENSBA. La première se présente comme une pyramide composée de quatre parties principales. La base est représentée par l’examen d’entrée, suivie par l’année préparatoire et le premier cycle. Le programme de ce dernier diffère légèrement de la deuxième classe de l’école parisienne, mais les cours sont quasiment identiques. Les étudiants qui satisfont aux exigences du premier cycle sont promus au deuxième cycle(14). La dernière étape correspond au projet de diplôme avec lequel les étudiants doivent, à travers leurs dessins, prouver leur aptitude à porter le titre de « diplômé de l’École des beaux-arts ». Le fait que l’École des beaux-arts de Téhéran, contrairement à celle de Paris, est rattachée dès le début à l’Université explique sa moindre autonomie ainsi que sa propre dénomination du cycle pédagogique. L’université de Téhéran ayant spécifié un ensemble de règles et de réglementations à respecter par chaque faculté dans son campus (fig. 1).

Fig. 1 – Comparaison de l’organisation des études de l’ENSBA de Paris et de l’École des beaux-arts de Téhéran. Schéma Peynam Akhgar.

Les ateliers d’architecture

Héritière de l’ENSBA, l’École des beaux-arts de Téhéran est composée d’ateliers d’architecture. Le mot « atelier » est entré dans la langue persane tel quel. Les ateliers sont tous officiels (intérieurs) et portent le nom de leur ostad (professeur), recruté et payé par l’université. Pendant la période de dominance de l’ENSBA, il y a trois ou quatre ateliers actifs à Téhéran. La vie étudiante dans les ateliers de Téhéran, gérés de la même manière, ressemble à celle de Paris. L’étudiant s’inscrivait pour toute la durée de ses etudes dans un seul atelier, où anciens et nouveaux élèves travaillent ensemble et s’entraident généreusement. Le professeur de l’atelier corrige principalement les étudiants anciens. Ces derniers, expérimentés, dont certains étaient dans l’atelier depuis une dizaine d’années, conseillent les étudiants de première cycle, expliquant les problèmes de conception et corrigeant leurs dessins architecturaux. En contre-partie, les “nouveaux” étudiants grattent les dessins des anciens, les collent au tableau ou aident les autres dans leurs projets finaux. La correction des projets était généralement prévue le samedi (le vendredi étant le seul jour de repos officiel de la semaine en Iran) et le mercredi. Chaque matin, les étudiants attendent l’arrivée de leur professeur(15), lui installent un siège et rangent les tables. Les dessins devaient être faits sur des calques propres, accompagnés au besoin d’une maquette(16).

L’examen d’entrée

L’examen d’entrée à l’École des beaux-arts de Téhéran ressemble à celui de l’ENSBA, mais concerne exclusivement les techniques de dessin et non le dessin d’architecture. Car dès lors qu’à Téhéran les étudiants ne peuvent pratiquer le projet avant d’être officiellement inscrits à l’École, comme cela fut le cas à l’ENSBA(17), les épreuves architecturales subies à Paris, telles que la modélisation, la géométrie descriptive et le dessin d’une composition architecturale, sont exclues. L’examen est ainsi composé de trois matières : « dessin d’un objet immobile et d’un ornement, mathématiques (algèbre, géométrie et géométrie descriptive) et histoire générale(18) », ces deux dernières d’un niveau d’école secondaire(19).

L’année préparatoire

Ayant réussi le concours d’entrée, l’étudiant entre en première année. Au cours de cette année préparatoire, qu’il peut redoubler une fois, l’étudiant doit maîtriser les conventions de présentation graphique et les techniques de rendu de l’École. Il se lance dans un processus itératif en dessinant des détails de différents ordres architecturaux et des études de composition à grande échelle. Cette exigence n’a pas été inventée à Téhéran. Elle existait aux Beaux-Arts de Paris, dans le programme de la seconde classe où les étudiants devaient obtenir deux valeurs en concours sur éléments analytiques(20) avant de pouvoir entreprendre tout projet de conception. À Téhéran, le programme est cependant plus intense en termes de nombre d’exercices que les étudiants doivent entreprendre (six valeurs étaient requises)(21). Les étudiants iraniens, qui ne connaissaient ni l’architecture occidentale ni l’architecture orientale, avaient besoin de plus de temps et d’efforts pour acquérir les compétences préliminaires avant de se lancer dans un concours de projet. Les valeurs des premières années devaient être obtenues en soumettant des projets d’exercice sur l’architecture iranienne, l’architecture classique européenne, ainsi que sur l’architecture régionale en Égypte, en Espagne, en Extrême-Orient et de l’Antiquité(22).

Le premier cycle

L’étape suivante est le premier cycle, divisé en deux années, chacune ayant son propre programme. À Paris, où il n’y avait pas de programme annuel ou de calendrier précis, il fallait soumettre deux projets ou participer à au moins deux examens au cours de chaque année scolaire pour rester inscrit(23). À Téhéran, l’étudiant doit d’abord satisfaire aux exigences de la première année afin de pouvoir poursuivre son cursus. Le programme des Beaux-Arts de Téhéran est quantitativement plus intense et le nombre de valeurs requises, dans les deux formations théorique et pratique, est presque le double. Pour les fondateurs de l’École, l’étudiant doit affronter nécessairement davantage de problèmes architecturaux pendant les premières années de ses études afin d’atteindre un niveau satisfaisant de connaissances architecturales.

Les valeurs du premier cycle étaient généralement accumulées sans délai. En 1954, la nouvelle réglementation ne permet pas aux étudiants de prolonger le premier cycle plus de deux ans(24). Ce cycle marque également la première rencontre des étudiants avec les problèmes de conception, et là encore une différence fondamentale est introduite. À l’École de Téhéran, la solution initiale apportée à un programme peut être modifiée et différer du rendu final présenté au concours, tandis qu’à l’ENSBA ce dernier doit respecter l’esquisse établie préalablement en loge(25). De plus, si à Paris, le professeur de théorie est l’auteur de tous les programmes de concours(26), à Téhéran, ceux-ci sont proposés tour à tour par les patrons d’atelier, qui sont en même temps les membres du Conseil pédagogique de l’École(27). Les projets d’architecture doivent être rendus entre un mois et un mois et demi plus tard. Les élèves sont autorisés à travailler dans leur atelier dix à douze heures pour les esquisses. Le projet de construction forme l’étape finale du premier cycle (fig. 2).

Fig. 2 – Comparaison du programme de la seconde classe de l’ENSBA et du premier cycle de l’École des beaux-arts de Téhéran. Schéma Peynam Akhgar.

Le deuxième cycle

Ayant satisfait à toutes les exigences du premier cycle, l’étudiant accède au programme du deuxième cycle, qui met davantage l’accent sur les projets architecturaux, plus complexes et de plus grande envergure. La similitude du programme d’études des Beaux-Arts de Téhéran avec celui de l’ENSBA est plus évidente à ce niveau : le planning annuel n’existe plus, le programme est moins contraignant et les étudiants peuvent obtenir les valeurs selon leur emploi du temps.

Travaillant jusqu’à la date du rendu, l’étudiant doit soumettre son projet au jury pour évaluation. Le Conseil du jugement des Beaux-Arts de Téhéran est composé des professeurs d’ateliers. Tout comme à l’École de Paris, les projets sont évalués de manière anonyme. Un morceau de papier couvre donc le nom de l’étudiant. Après la délibération du jury à huis clos, la dernière étape consiste à exposer publiquement tous les projets dans le bâtiment du jugement (sakhteman-e qezavat), cette fois avec le nom des auteurs et l’évaluation du projet(28). C’est pendant cette exposition des projets que les étudiants peuvent engager une conversation informelle avec leurs professeurs et découvrir ainsi une approche plus professionnelle de l’architecture au profit de leurs projets futurs.

Le nombre de valeurs à obtenir dans les cours de conception pendant le deuxième cycle des Beaux-Arts de Téhéran a beaucoup fluctué. Les responsables de l’école ont toujours cherché à améliorer le cursus, en tenant compte des capacités des élèves ainsi que des besoins architecturaux du pays. Comme l’indique le tableau (fig. 3), dans les programmes d’études de 1940 et de 1949, respectivement quatorze et vingt valeurs sont exigées dans les projets de conception, tandis que dans celui de 1968, ce nombre tombe à treize. En ce qui concerne les esquisses, par exemple, en 1940, l’étudiant doit obtenir un total de quatre crédits pour les esquisses et les compositions décoratives. Mais dans le programme de 1949, l’étudiant doit décrocher six valeurs seulement pour les esquisses. En 1968, l’obtention de deux crédits est la seule exigence des concours d’esquisse.

Fig. 3 – Comparaison du programme de la première classe de ENSBA et du deuxième cycle de l’École des beaux-arts de Téhéran. Schéma Peynam Akhgar.

Le projet final

Une fois les exigences du deuxième cycle satisfaites, l’étudiant peut soumettre sa demande au Conseil de l’École afin d’entreprendre son projet final. Celui-ci tient deux séances de soutenance en 1947, trois en 1949(29). L’étudiant dont le projet de diplôme est approuvé par le Conseil de l’École peut alors se prévaloir du titre de diplômé de l’École des beaux-arts de Téhéran, appelé Mohandes-e me’maar (architecte). Chaque année, les meilleurs étudiants reçoivent leur diplôme de la main du shah (le souverain d’Iran) lors d’une cérémonie officielle de remise des diplômes.

Épilogue

Le système des Beaux-Arts demeure quasiment inchangé et maintient sa domination à Téhéran jusqu’en 1968. Toutefois, au cours des années 1960, plusieurs indices annoncent sa fin, notamment le mécontentement que l’élaboration de règles et de réglementations rigoureuses suscite parmi les étudiants. La présence de personnalités internationales éminentes, les cours dispensés par des diplômés non-Beaux-Arts, ainsi que la fondation d’une deuxième école d’art et d’architecture dans la capitale iranienne confrontent l’École de Téhéran aux méthodes plus récentes de l’enseignement de l’architecture et mettent en question la pertinence de son organisation. D’autre part, l’ambiance à l’université était très tendue depuis des années et l’agitation des étudiants créait de grandes difficultés. En 1968, le président de l’université de Téhéran est licencié et un programme semestriel remplace officiellement l’ancien système d’enseignement.

À la suite de tous ces événements, et pendant qu’à Paris l’on assiste à l’éclatement de l’ENSBA, le système des Beaux-Arts disparaît à Téhéran et Mirfendreski (1931-2009), diplômé de l’université de Florence en 1961, devient le premier directeur non-Beaux-Arts de l’École des beaux-arts de Téhéran le 23 août 1969.

 

1. Sources concernant les diplômés Beaux-Arts : relevé des étudiants de l’École des beaux-arts aux Archives nationales (séries AJ 52) et la base de l’INHA « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) », préparée par Marie-Laure Crosnier Leconte, en ligne : [agorha.inha.fr].
2. Mina Marefat, « Building to Power: Architecture of Tehran 1921-1941 », thèse, Massachusetts Institute of Technology, 1988, p. 119.
3. Eskandar Mokhtari, Miras’e Me’mari-ye Modern-e Iran (L’héritage de l’architecture moderne iranienne), Teheran, Bureau de la recherche culturelle, 2011, p. 95.
4. Cyrus Samii, Abtin Golkar, « Roland Dubrulle va salha-ye khoroushan-e modernism (Roland Dubrulle et des années de modernisme) », Magazine Me’mar, vol. XI, 2001, p. 60-68.
5. Richard N. Frye, « Forūgī, Moḥsen », New York, Encyclopedia Iranica, 2000 (version en ligne).
6. Par exemple, en 1928 391 étudiants étaient envoyés en Europe, dont 307 avaient choisi la ? France. A. Hazeri, Ravand-e E’ezam-e Daneshjou dar Iran (Le processus d’envoi d’étudiants en dehors de Iran), Ghom, Samt, 1994, p. 106.
7. À partir de 1937, la relation entre deux pays s’assombrit, mais l’École des beaux-arts la France demeure
toutefois la destination principale des étudiants iraniens.
8. Akhbar-e Daneshgah-e Tehran (Nouvelles de l’Université de Téhéran), Téhéran, Université de Téhéran, dey 1325/ déc. 1946, p. 17.
9. Cf. lettres dans le dossier de Bahman Paknia (élève de l’ENSBA, février 1955 – mars 1958) aux Archives nationales de France.
10. Hossein Soltanzadeh, « Aghaz-e sheklgiri-ye daneshkadeh-ye honarhayeh ziba (la formation de l’École des Beaux-Arts) », Le Magazine de l’architecture et de la culture, vol. X, n° 32, 2008, p. 5-10.
11. R. Gholam, « Tarikhch-e ye daneshkadeh-ye hanarha-ye ziba (Histoire de l’École des beaux-arts) », Architecte magazine, vol. I, n° 1, août 1946, p. 31.
12. L’École des beaux-arts forme à l’architecture, à la peinture et à la sculpture. Cependant, la section de la sculpture ferme ses portes dès la première année en raison d’un nombre insuffisant d’étudiants et du manque d’équipement. Elle est rouverte pour l’année scolaire 1959-1960. Le Magazine de l’École des beaux-arts, vol. I, n° 1, 1949-50/1950-51, p. 5.
13. Ibid., p. 5.
14. Les seconde et première classes parisiennes sont transformées en année préparatoire, puis premier et deuxième cycle.
15. Il y avait des professeurs, comme Foroughi, qui travaillaient ailleurs le matin et venaient d’habitude à l’atelier en après-midi.
16. Interview de l’auteur avec Asghar Saed Samii, élève de l’École de beaux-arts (1964-1969), 2008.
17. À Téhéran, le candidat n’était autorisé à entrer à l’université que trois semaines avant l’examen d’entrée, seulement le matin, pour se renseigner ou pratiquer le dessin. Akhbar-e Daneshgah-e Tehran (Nouvelles de l’Université de Téhéran), Téhéran, Université de Téhéran, août 1949, p. 5.
18. Rahnama-ye Daneshgah-e Tehran 1318-1319 (Téhéran University Guide 1939-1940). Téhéran, Université de Téhéran, 1940, p. 5.
19. L’examen d’entrée à Téhéran comporte des écrits (de 14 heures au total) et des oraux, dans cet ordre.
20. Cette exigence est portée à trois durant les années 1940.
21. Dérivé des Beaux-Arts de Paris, le système de notation des Beaux-Arts de Téhéran attribue différents types de mentions et de médailles aux étudiants. Les mots français « mention », « médaille » et « valeur » sont repris tels quels aux Beaux-Arts de Téhéran.
22. Rahnama-ye Daneshgah-e Tehran (Téhéran University Guide), 1344-45/1965-1966, p. 474.
23. L’élève était libre de prolonger ses études jusqu’à l’âge de trente ans. Cf. Isabelle Gournay, Marie-Laure Crosnier Leconte, « American Architecture Students in Belle Epoque Paris: Scholastic Strategies and Achievements at the Ecole des Beaux-Arts », The Journal of the Gilded Age and Progressive Era, vol. XII, n° 2, 2013, p. 154-198 (ici 162).
24. Akhbar-e Daneshgah-e Tehran (Nouvelles de l’Université de Téhéran), mordad/août, 1334/1955
25. Aux Beaux-Arts de Téhéran, la première conception des étudiants pouvait se réaliser après une section introductive offerte par leur patron.
26. Isabelle Gournay, Marie-Laure Crosnier Leconte, op. cit., p. 183.
27. Interview de l’auteur avec Asghar Saed Samii, 2008.
28. Interview de l’auteur avec Asghar Saed Samii, 2008.
29. Rahnama-ye Daneshgah-e Tehran 1328 (Téhéran University Guide 1949). Téhéran, Université de Téhéran, 1949, p. 94.

 


[sommaire]