Soleil, chantier et construction : architectes brésiliens et transferts culturels dans l’enseignement architectural en France après 1968

par Marianna Cardoso,
architecte, doctorante en histoire de l’architecture (EA 3400 ARCHE, université de Strasbourg)


Cette contribution propose de présenter le rôle des architectes brésiliens dans l’enseignement de l’architecture à partir des années 1970, à travers une analyse des parcours de trois personnalités venues en France et qui ont, chacune de sa façon, apporté de nouvelles connaissances et expériences.
Joaquim Guedes (1932-2008), figure majeure de l’architecture brésilienne au XXe siècle et adepte de la recherche constructive et de la relation entre projet et construction, et Philomena Miller-Chagas (1938-), l’une des rares femmes formées en architecture dans les années 1960 et parmi les premiers à avoir obtenu un master au Brésil, ont enseigné l’architecture à Strasbourg. Sergio Ferro (1938-), architecte, artiste, peintre et théoricien important, a quant à lui exercé à l’école de Grenoble
Cette étude s’appuie sur des sources orales – entretiens avec Philomena Miller-Chagas ; pour Guedes entretiens avec ses anciens élèves Albert Dubler et Philipe Vavaseur, son collègue et ami René Tabouret et sa famille au Brésil ; témoignage de Sergio Ferro et entretien avec son élève et collaborateur Philippe Potié – ainsi que sur une bibliographie, dont les publications de ces architectes. Cette recherche vise à mettre en lumière les transferts culturels dans le cadre des réseaux franco-brésiliens durant cette période et à montrer la contribution de ces architectes-professeurs à l’enseignement en France, en particulier à l’émergence de nouveaux domaines de recherche comme l’ensoleillement et l’environnement climatique.


Du Brésil vers la France : un enseignement d’architecture transféré

L’enseignement de l’architecture au Brésil a commencé officiellement à Rio de Janeiro au XIXe siècle (1816), quand le pays était encore une colonie portugaise. Comme dans la plupart des pays en Amérique latine, l’enseignement y était basé sur le modèle de l’École des beaux-arts parisienne. Depuis l’indépendance obtenue en 1822, la croissance économique, le développement urbain accéléré puis une série de politiques développementalistes menées après les années 1930 ont joué un rôle majeur dans l’essor de l’architecture moderne brésilienne et par conséquent dans celui de son enseignement. Il faut souligner qu’à partir des années 1940, « l’architecture moderne brésilienne », synonyme de l’architecture carioca (c’est-à-dire de Rio de Janeiro), a eu une très bonne réception internationale, comme le montrent les relations des architectes brésiliens avec Le Corbusier, l’exposition « Brazil Builds [1642-1942] » par le MoMa en 1943, ou la participation d’Oscar Niemeyer à la conception du siège de l’Organisation des Nations unies à New York (1947-1952), pour ne citer que ces exemples. L’historiographie de l’architecture qualifie habituellement la période 1930-1960 de l’âge d’or du modernisme brésilien.

La structuration de l’enseignement d’architecture a suivi le développement du champ architectural. À Rio, principal centre de formation des architectes au Brésil, la modernisation de l’enseignement a comme point de départ la suppression des cours d’architecture du cursus de l’École des beaux-arts en 1945, et la création de la Faculté nationale d’architecture, FNA. Par la suite, d’autres centres de formation se développent dans le pays, dont certains disputeront à Rio, dans les années 1960, l’hégémonie de l’enseignement d’architecture sur le plan national. C’est surtout le cas de la Faculté d’architecture et d’urbanisme de São Paulo (FAU, créée en 1948, émanation de l’École polytechnique) et de la formation d’architecture et d’urbanisme de l’université de Brasília dès 1962. C’est justement dans ces établissements, contestant les anciens modèles et tournés vers de nouvelles questions et formes d’expérimentation, que les architectes présentés ici ont fait leur formation.

Si Miller-Chagas, Guedes et Ferro arrivent en France à des dates différentes, ils s’exilent pour la même raison : le coup militaire de 1964. Étiquetés communistes, ils sont contraints de fuir le pays.

Avant d’examiner les circonstances de leur arrivée en France, il faut évoquer, côté français, les personnalités qui ont joué un rôle dans leur recrutement, Jean-Pierre Halévy (1927-2005) et René Tabouret (1925-). Les relations que Jean-Pierre Halévy entretient avec le Brésil remontent à 1953, quand il est chargé par les éditions Hachette de rédiger un guide de tourisme, Rio et ses environs, publié en 1955. En 1968, il devient directeur de l’unité pédagogique d’architecture (UPA) de Strasbourg, dans le contexte post-1968 très spécifique de l’enseignement de l’architecture en France, et le restera jusqu’en 1974. Responsable à ce titre des recrutements, il décide, surtout à partir de 1970, de faire appel à des personnalités extérieures à Strasbourg pour renouveler l’enseignement. Lui-même affirme : « En France, à partir des années soixante-dix, s’est constituée une recherche architecturale, autour de professeurs qui s’efforcèrent de tisser des liens entre le monde universitaire et celui des architectes. Professeurs que de nombreux Brésiliens eurent tôt fait de découvrir, souvent avant les architectes français1. » Du réseau de contacts qu’il a établi avec plusieurs Brésiliens a résulté l’introduction des architectes en question dans l’enseignement français.
René Tabouret, professeur à Strasbourg de 1967 à 1992, œuvre aussi en faveur du recrutement à Strasbourg des architectes brésiliens. Il faut souligner que l’UPA de Strasbourg, comme toutes les écoles françaises à cette époque, accueillait volontiers de nouveaux enseignants étrangers. Tabouret se souvient : « Quand Halévy est nommé directeur, il favorise l’organisation d’un colloque pour débattre l’enseignement et la recherche en architecture. L’une des invités de cet événement était justement Philomena Miller-Chagas alors chercheuse au Centre national de la recherche scientifique – CNRS2. »
Il s’agissait d’une époque marquée de débats animés à propos de l’avenir de l’enseignement de l’architecture.


Trois architectes enseignants brésiliens : les transferts culturels dans le développement de l’enseignement architectural français

Philomena Miller-Chagas obtient son diplôme d’architecte en 1962 à l’école d’architecture de l’État de Minas Gerais, la seule femme diplômée dans son année, puis s’inscrit dans le master en architecture qui vient d’ouvrir à l’université de Brasília, la nouvelle capitale du Brésil inaugurée en 1960. Dans cette ville qui attire les jeunes architectes pour le grand nombre d’opportunités de travail qu’elle offre, la création d’une université promet une révolution dans l’enseignement supérieure, son but étant de devenir un centre de référence scientifique au cœur du Brésil. L’architecture est l’un des premiers enseignements à être mis en place.
Miller-Chagas souligne qu’il s’agissait d’une période de discussions intenses pour définir des cours d’architecture innovants, humanistes et à la pointe des derniers développements de la discipline. Tout en faisant leurs recherches, les élèves en master ont eu un statut « d’instructeur » et prenaient en charge des activités d’enseignement. Ils travaillaient en parallèle au Centre de planification d’architecture et d’urbanisme (CEPLAN) de l’université, dirigé par Oscar Niemeyer.
Dans cette période, Miller-Chagas a fait son mémoire sur le climat de Brasília et sa relation avec les bâtiments. Son directeur de mémoire était l’architecte João Filgueiras Lima, dit Lelé (1931-2014), l’une des figures majeures de l’architecture brésilienne. C’était aussi la première étude de ce type à Brasília et l’une des premières au Brésil. Miller-Chagas a également suivi le cours d’Edgar Graeff (1921-1990), important architecte et théoricien d’architecture de ces années.
Le coup d’État de 1964 l’amène à quitter le pays et c’est en 1966 qu’elle rejoint la France. En 1967, grâce à ses recherches menées au Brésil, elle est embauchée au Centre de recherches d’architecture, d’urbanisme et de construction (RAUC), puis au Centre bioclimatique du CNRS à Strasbourg. En 1971, à la suite de son intervention à l’UPA de Strasbourg pour parler de l’enseignement de l’architecture à l’université de Brasília et de ses recherches en cours, elle est invitée à y enseigner et y restera jusqu’à 2003.
Dans cette école, et prenant comme base ses expériences au Brésil, elle ouvre la voie à toute une filiation d’enseignement sur les relations du climat et de la lumière naturelle (soleil) avec le projet d’architecture, sous la forme de séminaires pour les étudiants du 2e au 5e année. Elle dirige soixante-dix-huit travaux de fin d’études, la plupart portant sur cette perspective bioclimatique. Tout le matériel didactique de ses cours a été élaboré par elle-même, puisque, selon son témoignage, « il n’y avait presque aucune référence dans ce domaine en France3 ».
Le séminaire « Architecture et environnement », en particulier, était un enseignement optionnel placé vers la fin du cycle d’études. Avant la réforme des années 1980, il s’agissait d’un enseignement annuel qui s’adressait aux étudiants de troisième cycle (cinquième et sixième année). Par la suite, il s’est constitué comme l’une des options proposées aux étudiants de 5e année sous la dénomination de certificat de mémoire.
Selon ses mots, l’enseignement « Maîtrise des ambiances » a été constitué « à partir de la réflexion sur les objets architecturaux poursuivis dans la relation du projet au site physique. Il nous est apparu que la relation de l’architecture au site physique – et en particulier ses données intangibles lumière et climat – questionne les principaux sujets suivants : la définition de la forme, la définition de l’ambiance et la connexion avec l’environnement immédiatement4 ».

Fig. 1 – Exposition « Ambiances – le climat et la lumière dans le projet d’architecture », 1993, conçue par Ph. Chagas-Miller

Miller-Chagas a publié ses cours et quelques travaux d’élèves5. À la demande de l’institut d’architecture et d’urbanisme de l’université de Brasília, elle a aussi organisé une exposition en 1990 sur son enseignement depuis 1974. Intitulée « Ambiances – le climat et la lumière dans le projet d’architecture », celle-ci a itinéré en Amérique latine puis a été montrée à Paris en 1993 à la Grande Arche de La Défense lors de rencontres pédagogiques sur l’enseignement (fig. 1).

Joaquim Guedes, l’un des plus influents architectes de sa génération et persécuté lui aussi par la dictature militaire, arrive en France en 1971. L’architecte a obtenu son diplôme en 1954, à la Faculté d’architecture et urbanisme de São Paulo (FAU-USP). Cette école était la scène d’importants débats sur l’architecture brésilienne, ses orientations et sur les nouvelles propositions susceptibles de former des alternatives à ligne architecturale carioca dominante. Guedes s’y est affirmé et, dès le début de sa carrière, était l’un des architectes qui assumaient une position critique par rapport à l’architecture de Niemeyer.
Il a commencé son activité d’enseignement comme professeur auxiliaire de la chaire de « Matériaux de construction » en 1958 à la FAU-USP. Parallèlement, il mène une pratique architecturale basée sur la mise en œuvre de l’expérimentation constructive. Selon Mônica Junqueira de Camargo ses activités d’enseignement ont été développés parallèlement à ses activités de construction : « Son système de détails a été pensé pour traduire efficacement le contrôle qu’il avait de tous les éléments qui composent l’espace, et à travers lequel il était capable d’exposer clairement la complexité de son processus de création6. » Avant les années 1970, Guedes avait déjà réalisé beaucoup de projets au Brésil, à différentes échelles, de petites maisons à de grandes propositions urbaines. Il a maintenu cette polyvalence pendant tout son parcours professionnel.
Il est arrivé à Strasbourg, embauché par Jean-Pierre Halévy, pour donner dix cours. Je n’ai trouvé aucune trace dans les archives de son enseignement à Strasbourg, ni en France ni au Brésil ni dans ses archives personnelles. Nous savons seulement qu’il a donné des cours de projet en première année et qu’il a participé, d’après Albert Dubler7, à un jury de travaux d’étudiants pour un projet de cinéma en plein air pour enfant.

Fig. 2 – Concours international d’architecture Centre Beaubourg. © Alain-Marie Markarian, R. Tabouret, J. Kuntz, D. Bossy, P. Blanchard, Joaquim Guedes, Centre Pompidou, 1971.

Guedes a fait partie de l’équipe Markarian, Tabouret, et al. qui a répondu au concours du Centre Beaubourg en 1971 (fig. 2) – projet pour lequel, selon René Tabouret8, « il ne fait que signer pour soutenir les étudiants participants de l’équipe ».
Pierre Wavasseur a précisé, dans une conversation lors du colloque « HEnsA20 » à Strasbourg en novembre 2016, qu’il a été l’élève de Guedes et que la seule chose dont il se souvient est d’une exposition de l’architecte brésilien portant sur ses maisons.
Guedes est retourné au Brésil en 1972, où il a soutenu sa thèse de doctorat en urbanisme9 Mais dans son curriculum vitae il affirmait qu’il est resté attaché à l’école d’architecture de Strasbourg jusqu’en 1973, chargé d’un enseignement de projet d’architecture et comme directeur pédagogique.

Prisonnier politique pour avoir participé à la résistance armée contre la dictature militaire, Sergio Ferro s’exile en France en 1972, pendant sa liberté conditionnelle. Reçu par Halévy, mais qui ne peut lui offrir de poste à Strasbourg, Ferro sera embauché à Grenoble, dont le directeur à l’époque était Pierre Lavigne.

Fig. 3 – Variations sur l’ignudi du Sacrifice de Noé de Michel-Ange, par Sergio Ferro, 2014.

Diplômé en 1962 de la FAU São Paulo, comme Guedes, Sergio Ferro se spécialise en sémiologie en 1966 et travaille comme architecte, peintre et professeur d’histoire de l’art et d’esthétique de 1962 à 1970. Il a fait partie du groupe Arquitetura Nova10 avec Flávio Império (1935-1985) et Rodrigo Lefèvre (1938-1984). Ce groupe, comme son nom l’indique, propose une nouvelle architecture, basée sur une approche marxiste, critique du rôle de l’architecte, depuis la conception jusqu’au chantier. Ferro est allé au-delà de ses édifices et a écrit « O Canteiro e o Desenho » (Le chantier et le dessin) au milieu des années soixante. Ce texte, publié au Brésil en 1979, a été édité en français sous le titre Dessin – chantier11. Ferro y formule une critique de la relation entre le « penser », la raison instrumentalisée par les propriétaires du capital, et le « faire », considéré comme subordonné au premier et laissé à ceux privés de capital. Cette logique traverse également tout son ouvrage artistique (fig. 3).
Ne pouvant exercer le métier d’architecte en France dans la mesure où son diplôme n’était pas reconnu, Ferro s’est investi dans l’enseignement et s’est établi dans les années 1980 plutôt comme professeur d’histoire de l’art à la ENSA de Grenoble. Pendant ses premières années, il mène un atelier de projet en étroite collaboration avec des enseignants d’autres disciplines (techniques et en sciences humaines). Dans son entretien, indiquant qu’ils étaient parfois une dizaine à enseigner ensemble, il raconte :

Presque tous les étudiants étaient répartis entre deux grands ateliers : celui de Nicola Ragno et Bruno Queysanne (phénoménologue) et le mien (marxiste avec sauce anarchiste). J’ai enseigné la pratique du projet à partir de l’expérience au Brésil du groupe Arquitetura Nova. J’ai aussi enseigné l’histoire de l’architecture et de l’art en atelier ou lors de séminaires spéciaux. Mes étudiants ont également suivi, en dehors de l’école, des formations dans les métiers de la construction pour les ouvriers et d’autres cours à l’université de Grenoble. Immédiatement après l’installation de ces ateliers, nous avons commencé à organiser des chantiers expérimentaux : j’ai toujours jugé la pratique du chantier essentielle pour la formation de l’architecte12.

Ferro a participé à des activités administratives et a été président administratif pendant une année. Il a fondé et dirigé le laboratoire Dessin-Chantier13 (1978), basé sur sa formulation théorique. Ce laboratoire avait pour but de traiter des questions relatives à « la relation du dessin et du chantier dans l’intelligibilité du phénomène architectural14 ». La notion d’idée constructive, l’un des concepts clé15, a orienté la revue Dessin/Chantier (trois numéros parus en 1983), ses propres approches historiographiques ainsi que celles de ses collaborateurs et sous-tendu plusieurs travaux de fin d’étude parmi les soixante-dix qu’il a dirigés.
Son travail sur l’approche constructive et le chantier a fait écho dans la création du centre CRAterre, dirigé par Patrice Doat, et dans celle des Grands Ateliers de L’Isle-d’Abeau.


En guise de conclusion

Pour conclure, nous pouvons affirmer qu’il y a eu d’importants éléments de transferts culturels en provenance du Brésil.
Les travaux de Philomena Miller-Chagas à Strasbourg sur les climats et ambiances et de Sergio Ferro à Grenoble sur l’approche critique et théorique des relations dessin/chantier, d’une part, et en matière d’expérimentation physique constructive, d’autre part, ont ouvert des voies de recherche et d’enseignement qui sont toujours d’actualité. Joaquim Guedes, en revanche, célèbre au Brésil pour ses activités d’architecte et de professeur à la FAU-USP, n’a eu qu’une expérience ponctuelle dans l’enseignement français. Néanmoins, même s’il n’a pas eu une longue carrière en France ou n’a pas inauguré de nouvelles approches en termes d’enseignement ou de recherche, son passage à Strasbourg démontre dans quelle mesure les bouleversements de 1968 ont permis de nouveaux dialogues et d’échanges entre différentes aires culturelles.
En effet, le contexte de 1968 a ouvert l’enseignement français à de nouvelles idées et à des acteurs étrangers. Si le soleil s’est levé, si le chantier a été lancé et la construction matérialisée, c’est parce que les limites ont été dépassées.

1 Jean-Pierre Halévy, « L’architecture et l’invention du Brésil », dans Luiz Claudio Cardoso, Guy Martinière (coord.), France-Brésil, vingt ans de coopération : science et technologie, Paris/Grenoble, IHEAL/Presses universitaires de Grenoble, 1989 ; en ligne : [books.openedition.org/iheal/1704].
2 René Tabouret, « Souvenir des enseignants 1967-2005 », dans Anne-Marie Châtelet, Franck Storne (dir.), Des BeauxArts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Paris/Strasbourg, Recherches/École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, 2014, p. 234.
3 Entretien avec Philomena Miller-Chagas, le 2 février 2017.
4 Philomena Miller-Chagas, Ambiances : le climat et la lumière dans le projet d’architecture. Enseignement 1 = Environnement, Strasbourg, École d’architecture, 1994.
5 Ibid. ; L’Ensoleillement des bâtiments : géométrie, énergétique. Cours contrôle de l’environnement, Strasbourg, École d’architecture, 1988. Travaux d’élèves : Le Milieu physique et le projet d’architecture : mémoires du séminaire Architecture et environnement physique, Strasbourg, école d’architecture de Strasbourg, 1986. « Le milieu physique et le projet d’architecture – Mémoires du séminaire (1975-1985) », 1987.
6 Mônica Junqueira de Camargo, « Guedes: razão e paixão na arquitetura », Arquitextos, n° 099.01, août 2008, en ligne : [www.vitruvius.com.br/arquitextos/arq099/arq099_01.asp].
7 Entretien avec Albert Dubler, le 27 septembre 2017.
8 Entretien avec René Tabouret, le 27 septembre 2017.
9 « Considerações sobre o desenvolvimento urbano, a propósito do plano de ação integrada de Porto Velho », thèse soutenue à la Faculté d’architecture et d’urbanisme de São Paulo, 1972.

10 Ana Paula Koury, Grupo Arquitetura Nova. Flávio Império, Rodrigo Lefèvre e Sérgio Ferro, São Paulo, Romano Guerra/Université de São Paulo, 2003.

11 Sergio Ferro, Dessin – chantier, Paris, Éditions de la Villette, 2005 ; avec un avant-propos de Vincent Michel.
12 Sergio Ferro. Entretien envoyé par mail le 19 septembre 2017.
13 Anciens collaborateurs : Cherif Kebbal, Philippe Potié et Cyrille Simonnet.
14 Cf. catalogue d’exposition à la maison de l’Unesco : Patrice Doat, et al., Architecture, cultures constructives : éléments pour un pôle d’enseignement de la construction, Villefontaine, CRAterre-EAG,1993, p. 56.
15 Entretien avec Philippe Potié, le 2 octobre 2017.

[sommaire]