Transfert du modèle beaux-arts dans le milieu londonien : autour de l’Architectural Association School, 1900-1940

par Antonio Brucculeri,
maître de conférences, HCA, ENSA Paris-Val de Seine, chercheur au laboratoire EVCAU, associé à l’équipe HISTARA (EPHE)


L’Architectural Association fut sans doute l’un des principaux foyers d’acclimatation de la formation Beaux-Arts en milieu londonien. Créée en 1847, cette association professionnelle1 en saisit les enjeux dès les années 1870 et 1880, quand, à différents titres, Richard Phené Spiers, Lawrence Harvey, Frank T. Baggallay et Walter Millard agirent dans le but d’introduire outre-Manche les méthodes pédagogiques propres à l’École des beaux-arts de Paris (ENSBA)2. L’intérêt pour ces méthodes ne cessa de progresser, et étudier à l’École des beaux-arts en vint à être considéré comme un complément de qualité à la formation dispensée à Londres. À partir du début du xxe siècle, le développement de ces méthodes se renforça sur le sol britannique grâce au soutien des réseaux corporatifs d’architectes, qu’ils soient liés à des associations professionnelles comme l’Architectural Association, la Society of Architects – active depuis 1884 – et le Royal Institute of British Architects (RIBA) – à travers notamment sa nouvelle instance, le Board of Architectural Education, créée en 1903 – ou à des revues telles que l’Architectural Review. Ce sont les mécanismes de la transmission du modèle Beaux-Arts qui se révèlent intéressants, en particulier l’introduction de l’enseignement d’atelier, à la pratique émulative, et dont le système des concours fut le pivot. Cela explique la place qu’on accorda à Londres, dès le début des années 1910, à l’exposition de dessins de concours d’élèves de l’École des beaux-arts de Paris, présentée comme l’illustration d’une démarche formative exemplaire. Cet intérêt ne faiblira pas et aboutira, dans les années 1930, au projet d’organiser des concours scolaires pilotés par l’École des beaux-arts et impliquant plusieurs établissements britanniques.


Transformer la pédagogie sur les pas du modèle français

Le début du xxe siècle fut un tournant pour l’enseignement de l’architecture en Grande-Bretagne, qui se trouvait confronté à l’exigence d’entamer un processus d’harmonisation et d’élaboration d’un cadre unitaire3. C’est alors que furent créées les principales écoles d’architecture4 et que l’attention portée aux fondements de la pédagogie architecturale sur le continent, notamment en France, s’affirma. Il n’est donc pas surprenant qu’en 1903 la rédaction de l’Architectural Review, menant concomitamment une enquête sur les pratiques en matière de formation, demanda à Julien Guadet d’intervenir sur le sujet, au moment même où ce dernier, à la tête d’un des trois ateliers officiels de l’École depuis 1871 et titulaire de la chaire de théorie de l’architecture depuis 1894, faisait paraître son ouvrage Éléments et théorie de l’architecture5. L’année suivante, la revue publia les dessins du projet lauréat d’Ernest Hébrard, grand prix de Rome 1904, ainsi qu’un projet scolaire d’un French student, Raymond Rousselot, pour une ville liée à une manufacture de soie dans une colonie française6.

Pendant les années 1904-1914, vingt-cinq élèves d’outre-Manche vinrent à Paris pour étudier l’architecture, dont la quasi-totalité était originaire de Londres7. Parmi eux, au moins huit intégrèrent officiellement l’École des beaux-arts8, sans compter ceux qui n’avaient fréquenté que des ateliers préparatoires. Ce nombre paraît faible par rapport aux chiffres concernant d’autres groupes d’étrangers inscrits à l’École à la même époque, que ce soient les Américains, les Suisses ou les Roumains9. Les répercussions sur les débats d’outre-Manche à propos de la formation d’architecte ne furent pourtant pas les moindres, d’autant que jusque-là les Britanniques avaient été rares à l’École des beaux-arts. Certes, l’accélération du rapprochement du système pédagogique français n’est pas séparable du contexte politique et culturel des accords que les gouvernements des deux pays signèrent le 8 avril 1904, mieux connus sous l’expression d’Entente cordiale10. Mais elle s’inscrit aussi dans l’engouement grandissant pour le système Beaux-Arts.


Appréhender la formation Beaux-Arts : l’Architectural Association à l’œuvre

L’École des beaux-arts avait offert à l’Architectural Association un modèle de pédagogie centralisée et de convergence entre formation et profession. Ces atouts allaient de pair avec les attentes d’une réglementation de l’enseignement et d’une réorganisation de la profession lesquelles furent portées par le Board of Architectural Education au seuil du nouveau siècle11. Dans ces mêmes années, le RIBA décerna la Royal Gold Medal à des architectes comme Honoré Daumet (en 1908) ou Jean-Louis Pascal (en 1914)12 et accueillit des expositions comme celle montrant des dessins de Sélinonte par le grand prix de Rome Jean Hulot13.

En 1907, Gerald Horsley, membre du comité de rédaction de l’Architectural Review mais aussi président de l’Architectural Association, prit position lors d’une conférence intitulée « Some aspects of training and design14 ». Faisant allusion à l’article de Guadet paru en 1903 dans l’Architectural Review, il érigea l’École des beaux-arts en modèle pour la mise au point d’un système pédagogique quadriennal destiné à refonder le double cursus de l’Architectural Association, Evening et Day School, mis en œuvre depuis l’année scolaire 1901-02. Pour Horsley, la référence à considérer était évidente : « If we look abroad, lançait-il à son auditoire, we see in Paris, in the senior classes of the Ecole des Beaux-Arts, an institution of this kind. It is the ambition of young architects in Paris who have passed through some years of preliminary training to enter these classes15 ». En guise de preuve des bienfaits du système pédagogique français sur l’architecture réalisée, Horsley présenta la production architecturale des trois premiers quarts du xixe siècle en France, notamment l’œuvre de grands prix de Rome tels que Duban, Labrouste ou Vaudoyer16.

Fig. 1 – H. P. Cart de Lafontaine, « Further Notes from a Parisian Atelier. The Entrance Examination of the Ecole des Beaux-Arts », AA Journal., vol. XXIV, n° 273, novembre 1909, p. 303, © AA Archives, London.

Sans pour autant faire l’unanimité, le modèle Beaux-Arts finit au fil de cette décennie par conquérir une place dominante au sein de l’Architectural Association. À partir de leur propre expérience parisienne, des élèves de la Day School comme William Robert Cable et Henry Philip Cart de Lafontaine décrivirent le fonctionnement de la pédagogie de l’École des beaux-arts dans les pages de l’AA Journal17 (fig. 1). En 1913, pour la première fois, un architecte britannique (bien que d’origine américaine), Howard Robertson (1888-1963), obtint son diplôme à l’ENSBA après y avoir effectué l’ensemble des études en seconde et première classe18 (fig. 2). Parmi les derniers élèves de l’Architectural Association Day School partis à Paris à la veille de la première guerre mondiale, Philip Dalton Hepworth fut même le lauréat, en 1914, du Rome Prize, véritable grand prix de Rome britannique établi en 191219. Dans ce cadre, lors de la réunion de l’Architectural Association School Committee tenue le 11 mars 1912 sous la présidence de Horsley, la création d’un enseignement de dessin en troisième année du Day School Course, spécialement lié aux modalités de fonctionnement des ateliers parisiens, fut discutée et approuvée20. Robert Atkinson (1883-1952) prit en charge ce poste. Ce fut pour lui la première étape d’une ascension professionnelle qui l’amena, à l’automne 1913, à la tête de l’Architectural Association School, auparavant dirigée par l’un des tenants de la pédagogie Arts & Crafts, Hugh Patrick G. Maule. Atkinson suggéra le nom de William Robert Cable pour reprendre son enseignement de dessin. Lorsque ce dernier – nommé en 1914 Professor of Architecture and Design à l’École d’art de Bombay – quitta ce poste, ce fut un diplômé de l’École des beaux-arts qu’Atkinson appela à sa place21. Il s’agit de Robertson, qui devint aussitôt responsable – à partir de l’année 1914-15 – de l’Evening School. Sous son impulsion, cet espace pédagogique prit l’allure d’un véritable atelier, davantage structuré à la fin de la guerre.

Fig. 2 – Howard Robertson, projet de diplôme : une église pour le culte anglican, coupe longitudinale, Bulletin hebdomadaire de la SADG, 1913, p. 346, © SFA, Paris.


L’enjeu primordial de l’enseignement d’atelier

Parallèlement à la refonte de la pédagogie menée au sein de l’Architectural Association School, des architectes liés à d’autres associations professionnelles et ayant transité par l’École des beaux-arts (ou en tout cas par Paris) contribuèrent à diffuser à Londres la culture Beaux-Arts et notamment la pédagogie d’atelier. Ce fut le cas de William Goulburn Lovell, d’Herbert Bartle Cox ou encore d’Arthur Davis (1878-1951), inscrit à l’ENSBA de mai 1895 à juillet 1898, en seconde puis en première classe22. En 1912, sur l’initiative de la Society of Architects et à la suite de la constitution en son sein d’un Beaux-Arts Committee, vit ainsi le jour le First Atelier of Architecture in London23. Arthur Davis en devint le patron, assisté par deux Français : Charles Mewès, co-patron, et Jean-Paul Chaurès, sous-patron. Cette démarche obtint le soutien du milieu pédagogique et professionnel français. Si les grands chefs d’atelier tels que Jean-Louis Pascal ou Victor Laloux firent partie du comité de patronage du First Atelier, l’appui de la SADG, via son président Alphonse Defrasse et son vice-président Jules Godefroy, témoigne de l’importance accordée, à travers le diplôme d’architecte, au lien entre formation et profession24. Ainsi, en 1912 et 1913, les contacts et les échanges entre Londres et Paris se multiplièrent-ils : des architectes français, comme Jacques Gustave Félix Ravazé ou Louis Faure-Dujarric, offrirent leur assistance à Davis, tandis que d’autres, parmi lesquels Godefroy, vinrent même visiter le nouvel atelier. Côté britannique, le relais était assuré par l’un des membres du Beaux-Arts Committee, Bartle Cox, ancien élève de l’atelier Laloux, installé de manière permanente au 31, avenue du Maine à Paris25.

L’atelier londonien tenait à afficher sa propre identité : « The Patrons, Mr. Charles Mewès, Mr. Arthur Davis, and Mr J.P.C. Chaurès, are all Beaux-Arts men [nous soulignons], but no attempt is made to introduce French designs or details. On the contrary, the student is encouraged to develop his own ideas with the help and co-operation of the Patrons and Ateliers comrades, who assist him to lift work to the highest possible level26. » Le fonctionnement du First Atelier était néanmoins calqué sur le modèle Beaux-Arts, jusque dans la partition des concours en esquisses/esquisses et esquisses/projets rendus, comme en attestent les emplois du temps des élèves27. Des aspects spécifiques de l’organisation de la pédagogie d’atelier étaient par ailleurs repris. En termes de locaux, le First Atelier, équipé même d’une bibliothèque, était conçu comme un lieu toujours accessible : moyennant une cotisation, les étudiants pouvaient y travailler sans distinction le jour et le soir, en profitant des visites régulières du patron28. Il était aussi question de la multiplication de ces espaces pédagogiques. L’atelier dirigé par Davis ne pouvant accueillir qu’une trentaine d’étudiants, le Beaux-Arts Committee envisagea aussitôt l’ouverture d’un deuxième29. L’élection d’un Students’ Committee et d’un massier rapprochait davantage l’expérience londonienne du fonctionnement des ateliers parisiens. Membre de ce comité, le jeune Adrian Berrington proposa ses services comme massier du nouvel atelier, placé sous la direction d’Arthur Rutherford Jemmett30. La nomination d’un Jury of the Beaux-Arts Committee, dont la participation fut élargie à des personnalités extérieures à la Society of Architects, aussi engagées dans la diffusion de la pédagogie beaux-arts à Londres comme ce fut le cas de Robertson31, était une autre marque de l’empreinte du modèle français, touchant au système de jugement des travaux d’élèves. Dans cette perspective, il faut souligner le rôle attribué aux dessins « médaillés » – c’est le terme français qu’on employa – en tant qu’outil pédagogique. Il s’agissait de les exposer et d’en tirer des répertoires photographiques destinés à l’impression, comme en atteste le débat au sein du Beaux-Arts Committee autour de la proposition de l’éditeur de la collection « Academy Architecture », Niel Koch, de publier des recueils réunissant les meilleurs travaux de divers établissements londoniens, à l’instar de ceux édités chaque année par Vincent, Fréal et Cie32.


L’ambition de formaliser la filiation Beaux-Arts

Après la Grande Guerre, pendant laquelle la réduction de ses effectifs avait failli provoquer sa fermeture33, le First Atelier participa à un projet de fédération d’ateliers londoniens de divers établissements sous la coordination de la Royal Academy34. Dans ce cadre, l’enseignement d’atelier de l’Architectural Association trouvait également sa place après avoir expérimenté quelques mois plus tôt le partage de ses programmes et de ses élèves avec le First Atelier35. À partir de 1919, l’Architectural Association renforça en fait sa pédagogie d’atelier grâce à l’action conjointe d’Atkinson et de Robertson qui doublèrent, au milieu des années 1920, leurs activités d’enseignant par la publication d’ouvrages visiblement inspirés du cours de théorie de l’architecture diffusé par Guadet au début du siècle36.

De son côté, Cart de Lafontaine – ancien élève de l’Architectural Association School et de l’atelier préparatoire Godefroy – tenta d’associer davantage le cadre londonien au système Beaux-Arts. Au seuil des années 1920, il participa, avec Robertson, à la création de l’Union franco-britannique des architectes37 – dont il devint secrétaire général – ainsi qu’à la mise en œuvre de pourparlers avec l’administration française, dans le but d’accroître la visibilité officielle du First Atelier en France. Cependant, le projet d’élever le First Atelier au statut d’école régionale d’architecture de Londres, soumis au directeur des Beaux-Arts Paul Léon le 29 mai 192238, ne devait pas aboutir, et l’énergie déployée de plus belle au lendemain de la guerre sembla s’essouffler rapidement.

Le First Atelier n’avait plus de moyens financiers suffisants et la chute du nombre d’inscrits en était à la fois une cause et une conséquence. Il fut fermé à la fin de l’année 192339, après l’échec de la demande d’affiliation au réseau des écoles régionales françaises, rejetée puisqu’elle n’engageait, de fait, aucune instance officielle britannique40. Dans ce même automne 1923, l’idée de faire évoluer le Beaux-Arts Committee vers la forme d’une Society of British Beaux-Arts Architects agissant à l’échelle nationale41 annonçait pour autant la volonté de poursuivre le plaidoyer pour le modèle français vis-à-vis du système pédagogique britannique.

Entre janvier 1922 et novembre 1923, un partenariat significatif en termes d’intérêt porté aux liens entre formation et profession fut par ailleurs mis en place entre l’Architectural Association et la SADG. De 1923 à 1939, cette dernière délivrait chaque année une médaille au meilleur élève diplômé de l’Architectural Association School alors que celle-ci décernait son diplôme au meilleur élève sortant de l’École des beaux-arts désigné par la SADG. Le succès de cette initiative la destina à s’inscrire dans le temps42.


Territoires partagés : les concours scolaires ou la pédagogie Beaux-Arts en pratique

L’importance accordée dès le début des années 1910 à la pratique du concours scolaire se mesure à travers l’organisation d’expositions de dessins d’élèves français dans les locaux de l’Architectural Association. À ces présentations, poursuivies même au lendemain de la guerre43, fait écho le projet d’un concours commun ouvert aux étudiants de l’École des beaux-arts et des écoles d’architecture britanniques, concrétisé dans les années 1930, grâce à Cart de Lafontaine, qui établit des contacts dès décembre 1932 avec le nouveau directeur de l’École, Emmanuel Pontremoli, puis les renoua en 1937 avec le successeur de celui-ci, Paul Landowski.

Cart de Lafontaine rencontra Pontremoli le 31 mars 1933 « au sujet de la confrontation des élèves-architectes de nos deux pays dans une épreuve commune44 ». Les propositions du directeur de l’École des beaux-arts furent approuvées par la sous-commission du Board of Architectural Education du RIBA instaurée pour débattre de cette « English and French School Competition ». Celle-ci comptait parmi ses membres, aux côtés de Davis qui en était le président, des représentants de l’Architectural Association comme Robertson et Cart de Lafontaine ainsi qu’Albert Richardson, professeur d’architecture à l’University of London, assisté par Hector Corfiato45. Un concours de fondation, le concours Rougevin, fut choisi pour la première de ces compétitions, ouverte aux étudiants de 4e et 5e année. Pontremoli suggéra d’associer à cette épreuve le concours d’esquisse de grand plan, Paulin & Labarre, de manière, écrivait-il le 7 juillet 1933, « que nos écoles confrontent non seulement leur esprit décoratif mais aussi leur mode de compréhension des grandes compositions46 ». Cette suggestion fut soumise à discussion mais écartée pour la session en préparation. L’hypothèse initiale d’un jury mixte franco-britannique, qui aurait dû formuler le programme du concours, fut par ailleurs rejetée par Pontremoli, mais l’idée d’exposer une sélection des meilleurs projets français et anglais, d’abord à Paris, ensuite à Londres, fut retenue. Il est intéressant de remarquer, encore une fois, l’appui du milieu professionnel, par le biais du président de l’Union franco-britannique des architectes, Georges Guiard, avec lequel dès l’été 1933 des contacts furent engagés47. Le concours se déroula finalement en Grande-Bretagne entre le 29 janvier et le 13 février 1934 (fig. 3). Un élève de l’Architectural Atelier de l’University of London, Gregory A. Crockett, obtint le premier prix. L’exposition des dessins eut lieu du 26 au 28 février 1934 à l’École des beaux-arts et du 5 au 14 mars au RIBA48.

Fig. 3 – Lettre du secrétaire du Bord of Architectural Education, Everard J. Haynes, au directeur de l’Ecole des beaux-arts, Emmanuel Pontremoli (16 février 1934), avec liste annexe des douze concurrents britanniques au premier concours commun, AN : AJ/52/1127, © Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine.

Pour la session de l’année suivante, le Board of Architectural Education revint sur sa position et se prononça pour le Paulin & Labarre en tant que concours commun. Dans une lettre adressée à Pontremoli le 19 décembre 1934, Cart de Lafontaine reconnut les spécificités de ce concours de fondation, dans le cadre duquel « c’est le plan que l’on juge et c’est lui qu’il convient d’indiquer de manière à bien trouver la façon dont on a compris le programme49 ». Quant à l’année 1935-36, il fallut choisir entre trois options : le concours Redon, esquisse en loge en douze heures, véritable « préparation au concours du Grand Prix de Rome » ; le concours Delaon, privilégiant l’étude et la composition de jardins ; le concours des anciens élèves américains de l’atelier Laloux, « concours de plan » créé pour la première classe. Le choix se porta sur ce dernier, avec esquisse en loge à soumettre le 22 avril et rendu à compléter pour le 16 mai 193650. L’exposition des élèves français et britanniques fut inaugurée le 6 juillet à l’École des beaux-arts et le 28 juillet au RIBA. Dans sa lettre de remerciement du 15 août 1936, le secrétaire du Board of Architectural Education, Everard Haynes, rapporta à Pontremoli que « the exhibition of these drawings at the R.I.B.A. was greatly appreciated, and a large number of architects and students visited it and found the drawings extremely interesting51 ».

L’année suivante, le concours en commun fut pourtant suspendu, même si Cart de Lafontaine annonça, malgré les difficultés financières, le projet d’une exposition des travaux des élèves de l’École des beaux-arts dans les galeries du RIBA, projet qui avait reçu l’accueil enthousiaste du nouveau directeur de l’École, Landowski. Ce dernier souhaitait qu’un nouveau concours annuel ouvert aux étudiants français et anglais eût lieu, à partir de 1938, alternativement en France et en Grande-Bretagne52. Fort du soutien du directeur de l’Action française d’expansion et d’échanges artistiques Robert Brussel, qui faisait alors circuler à l’étranger l’exposition d’architecture française présentée par la SADG à Paris en décembre 193353, Landowski proposa d’intégrer à la présentation des travaux d’étudiants un choix de photographies de bâtiments réalisés par des anciens élèves de l’École des beaux-arts : presque une nouvelle exposition franco-britannique d’architecture, un quart de siècle après celle qui avait eu lieu en 1914 à Paris, au pavillon de Marsan54.


Conclusion

Pour mieux saisir la portée qu’a eue la diffusion du système pédagogique Beaux-Arts au Royaume-Uni pendant la première moitié du XXe siècle, il faut en souligner les marques encore lisibles dans les pratiques pédagogiques engagées au lendemain de la seconde guerre mondiale. Il s’agit d’expériences durables, comme celle de l’enseignement de Corfiato à la tête de l’Architectural Atelier de la Bartlett School entre 1946 et 195955, mais aussi d’épisodes ponctuels comme le concours international d’émulation que l’École des beaux-arts lança dès l’année scolaire 1951-52. Cette initiative s’inspirait de l’expérience du concours commun franco-britannique d’avant-guerre, relancée en 1950 et poursuivie au moins jusqu’en 1960, grâce à la ténacité de Cart de Lafontaine, sous l’égide de l’Union franco-britannique des architectes56. Au-delà des pratiques pédagogiques, les diverses publications émanant de la culture de l’atelier et paraissant en Grande-Bretagne depuis les années 1920 et jusqu’à la fin des années 193057 contribuèrent à assurer pendant longtemps, entre legs et inerties58, une visibilité non négligeable au modèle pédagogique de l’École. Avec ses huit rééditions – en 1931 et 1942, mais encore en 1945, 1947, 1948, 1950, 1955 et 1963 (année du décès de l’auteur) –, l’ouvrage The Principles of Architectural Composition que Robertson publia en 1924 en demeure un excellent témoignage.

1 Cf. John Summerson, The Architectural Association, 1847-1947, Londres, Pleiades for the Architectural Association, 1947.
2 Nous préparons actuellement une plus large publication, couvrant aussi la seconde moitié du xixe siècle, résultat des recherches menées à Londres et à Paris entre 2012 et 2015 grâce à deux financements du Paul Mellon Centre : The École des Beaux-Arts and the training of British architects in London 1860-1940.
3 Cf. Mark Crinson et Jules Lubbock, Architecture, art or profession? Three hundred years of architectural education in Britain, Manchester, Manchester University Press, 1994, p. 72-75.
4 Cf. Alan Powers, « Architectural Education in Britain, 1880-1914 », PhD, University of Cambridge, 1982, 2 vol., vol. I, p. 10-41 ; idem, « Edwardian Architectural Education: A Study of three Schools of Architecture », AA Files, n° 5, janvier 1984, p. 49-59. Voir aussi : M. Crinson et J. Lubbock, op. cit., p. 48-86.
5 Cf. Julien Guadet, « L’enseignement de l’architecture en France », The Architectural Review, vol. XIV, n° 83, octobre 1903, p. 136-143 ; idem, Éléments et théorie de l’architecture, Paris, Aulagnier et Cie, s.d. [1901-1904], 4 t.
6 « The Prix de Rome, 1904 », The Architectural Review, vol. XVI, n° 97, décembre 1904, p. 255-258 ; T. Spicer-Simon, « A French Student’s Project », ibid., vol. XVI, n° 94, septembre 1904, p. 110-114.
7 Voir la liste établie dans Richard Chafee, « The teaching of architecture at the École des Beaux-Arts and its influence in Britain and America », PhD, University of London (Courtauld Institute), 1983, 2 vol., vol. 1, p. 307-312, notamment p. 309-311.
8 Cf. ibid. Dans l’ordre chronologique, il s’agit de Francis Swales (atelier Pascal), Alexander Frederick B. Anderson (atelier Redon), Howard Robertson (atelier Duquesne & Recoura), Eric English (atelier Pascal), Alfred Godfrey Koerner (atelier Lambert), Robert William Cable (atelier Bernier), Louis de Soissons (atelier Pascal et Recoura) et Philip Dalton Hepworth (atelier Hébrard et Jaussely). Sur ces élèves voir maintenant les notices biographiques en ligne du « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) » par Marie-Laure Crosnier Leconte, [agorha.inha.fr].

9 Voir les contributions d’Isabelle Gournay, de David Lühti et de Carmen Popescu dans cette publication.
10 À cette expression faisait encore allusion le président de l’Architectural Association, à la veille de la première guerre mondiale : Gerard Horsley, « An Architectural Entente Cordiale. The A.A. and the Société des architectes diplômés par le gouvernement », AA Journal, vol. XXVII-XXVIII, n° 316, juin 1913, p. 9.
11 A. Powers, « Architectural Education in Britain », op. cit., vol. I, p. 85-118.
12 Tout au long de la seconde moitié du xixe siècle, seulement trois architectes de formation beaux-arts avaient reçu cette récompense depuis sa création en 1848 : Jean-Baptiste Lesueur en 1861, Jean-Louis Duc en 1876 et Charles Garnier en 1886. En revanche, dix ans à peine après Defrasse et Pascal, Henri-Paul Nénot (1917) et Charles Girault (1920) l’obtinrent également.
13 Cf. « Exhibition of M. Hulot’s Prix de Rome Drawings », Journal of the RIBA, vol. XV, Third Series, 23 mai 1908, p. 449 et R. Phené Spiers, « M. Jean Hulot’s Prix de Rome Work », ibid., 25 juillet 1908, p. 531-532.
14 Cf. « Some Aspects of Training and Design. Paper read before the Architectural Association on the 22nd February, by Mr. Gerald C. Horsley, F.R.I.B.A. », AA Journal, vol. XXII, n° 241, mars 1907, p. 66-71 et « Some Aspects of Training and Design, by Mr. Gerald C. Horsley, F.R.I.B.A. », ibid., n° 242, avril 1907, p. 78-81.
15 Ibid., n° 241, mars 1907, p. 68.
16 Ibid.
17 Voir, entre autres, Henry Philip Cart de Lafontaine, « Some Notes from a Parisian Atelier », AA Journal, vol. XXIII, n° 259, septembre 1908, p. 240-243, article contenant un interview à Eugène Chifflot ; idem, « Further Notes from a Parisian Atelier. The Entrance Examination of the Ecole des Beaux-Arts », ibid., vol. XXIV, n° 273, novembre 1909, p. 302-308. Voir aussi idem, « Training of the Architect in France », ibid., vol. XXIX, n° 319, juillet 1913, p. 26-28 et H.P. Cart de Lafontaine et W.R. Cable, « The National School of Architecture », ibid., vol. XXVII-XXVIII, n° 316, avril 1913, p. 304-306 et vol. XXIX, n° 322, octobre 1913, p. 92-95.
18 Voir son dossier personnel d’élève de l’École des beaux-arts, AN : AJ/52/434. Voir la biographie rédigée par Marie-Laure Crosnier Leconte (op. cit.) et, auparavant, R. Chafee, op. cit., vol. I, p. 246-248, 276-280, 406-412.
19 Cf. A. Powers, « Architectural Education in Britain », op. cit., vol. I, p. 210-247. Cf. aussi Louise Campbell, « A Call to Order: The Rome Prize and Early Twentieth-Century British Architecture », Architectural History, vol. 32, 1989, p. 131-151.
20 Voir le compte rendu manuscrit de cette réunion, AA Archives, Minute Book. Education Committee and School Committee, 1903-1914.
21 Sur Atkinson, voir Paul Spencer-Longhurst, Alan Powers et Gavin Stamp, Robert Atkinson 1883-1952, Londres, The Architectural Association, 1989, notamment p. 14-21.
22 Cf. AN : AJ/52/240 et 403. Voir R. Chafee, op. cit., vol. I, p. 228-239, 346-248, et la biographie rédigée par M.-L. Crosnier Leconte (op. cit.).
23 Archives du RIBA, Society of Architects Papers, Council and Committees Minutes, SA-1-2-7 et Beaux-Arts Committee Minutes, SA-1-10-1. Sur la naissance de cet atelier voir aussi A. Powers, « Architectural Education in Britain », op. cit., vol. I, p. 223-230.
24 Le 5 septembre 1912 le conseil de la Society of Architects se prononça pour la création du Beaux-Arts Committee, le 3 octobre 1912 la première réunion de ce comité eut lieu et le 7 novembre 1912 la première ébauche du projet de création d’un atelier fut esquissée. Cf. Beaux-Arts Committee Minutes, op. cit., 2 vol., vol. I, f. 1-3 et 5-7. Voir par ailleurs The Society of Architects Council Meeting – Interim Report of special committee in architectural training, 14 novembre 1912, ibid., f. 3-5, l’ébauche de l’organigramme de l’atelier (31 décembre 1912), ibid., f. 8 et les prospectus joints aux procès-verbaux des réunions du 21 janvier et du 9 décembre 1913, ibid., f. 31 et 106.
25 Beaux-Arts Committee Minutes, 8 janvier, 22 mai et 9 décembre 1913, ibid., f. 22, 65, et 106.
26 Prospectus cité dans Beaux-Arts Committee Minutes, vol. 1, f. 106.
27 Voir par exemple le calendrier des « esquisses-esquisses [sic] » dans l’« atelier programme to January 1914 » joint aux procès-verbaux de la réunion du Beaux-Arts Committee du 23 octobre 1913, ibid., f. 88.
28 Beaux-Arts Committee Minutes, 2 janvier 1913, ibid., f. 14.
29 Sur la création d’un deuxième atelier, voir les procès-verbaux de la réunion du Beaux-Arts Committee du 22 juillet 1914, ibid., f. 182.
30 Un Students’ Committee composé de trois élèves britanniques d’ateliers parisiens (H. Bartle Cox, C. Hamilton-Briggs et P. D. Hepworth, respectivement liés aux ateliers Laloux, Defrasse et Jaussely) est d’abord mentionné dans l’organigramme du Beaux-Arts Committee présenté à la réunion du 21 janvier 1913, ibid., f. 30. La figure du massier ou prefect est évoquée au sein du Beaux-Arts Committee dès le 17 novembre 1912, ibid., f. 4. Sur la proposition de Berrington cf. ibid., 15 juillet 1914, f. 171.
31 Beaux-Arts Committee Minutes, 22 juillet 1914, vol. 1, f. 185.
32 Ibid., 10 novembre 1915, vol. 1, f. 271.
33 Ibid., 21 août 1917, vol.1, f. 313.
34 Cette hypothèse fut évoquée pour la première fois par le Beaux-Arts Committee le 17 juin 1919, cf. ibid., f. 343. Ce qui fut appelé le « Royal Academy Scheme » et qui devait fédérer le First Atelier, l’Architectural Association, la London University, les Academy Ateliers et le Royal College of Art à South Kensington, fut notamment discuté au sein du Beaux-Arts Committee pendant les séances du 18 août et du 6 octobre 1919. Voir les procès-verbaux, vol. 1, f. 351-353 ; vol. 2, f. 1-5. Le projet fut approuvé par le conseil de la Royal Academy of Arts le 10 octobre 1919. Voir les procès-verbaux du conseil réuni à cette date, RAA Archive, Council Minutes, C XXIV (1918-1923), p. 139-140.
35 Beaux-Arts Committee Minutes, 4 février 1919, vol. 1, f. 335. Le projet de fédération d’ateliers fut soumis au conseil de la Royal Academy par le président et le vice-président de l’Architectural Association. Voir les procès-verbaux du conseil du 22 juillet 1919, RAA Archive, Council Minutes, C XXIV (1918-1923), p. 125.
36 Cf. H. Robertson, The Principles of Architectural Composition, Londres, Architectural Press, 1924 ; Robert Atkinson et Hope Bagenal, Theory and Elements of Architecture, Londres, E. Benn, 1926. La figure du « professor of theory » était l’un des éléments du projet de réseau d’ateliers coordonnés par la Royal Academy, tel qu’il était discuté le 18 août 1919, cf. Beaux-Arts Committee Minutes, vol. 1, f. 352.
37 Elle fut formellement constituée lors de sa première séance générale, le 24 octobre 1921 à Londres, à la suite de la résolution prise le 12 novembre 1920 à Paris, à l’occasion du congrès sur la formation de l’architecte qui eut lieu à l’École des beaux-arts. La délégation des architectes britanniques, guidée par le président du RIBA, John Simpson, fut alors reçue aussi par la SADG. Cf. « Réunion franco-anglaise », La Construction moderne, XXXVI, 28 novembre 1920, p. 68 ; « Les architectes anglais », L’Architecture, XXXIII, n° 23, 1er décembre 1920, p. 276 ; A. Schneider, « Union franco-britannique des architectes », Bulletin de la SADG, XVI, n° 22, 15 novembre 1921, p. 252-254.
38 Voir la lettre que Cart de Lafontaine lui adressa à cette date, AN : AJ/52/1045.
39 Beaux-Arts Committee Minutes, 27 novembre 1923, vol. II, f. 188-189.
40 Voir la minute de lettre de Paul Léon du 16 janvier 1923, qui suggérait plutôt la création d’un prix de Paris, AN : AJ/52/1045.
41 Cf. Suggestions for Reconstruction, by C. McArthur Butler, A member of the Committee, and past Hon. Secretary, Beaux-Arts Committee Minutes, vol. 2, f. 179-184.
42 Voir notamment la correspondance entre Robertson et le secrétaire, Schneider, et le président, Georges Legros, de la SADG, entre le 18 janvier 1922 et le 10 novembre 1923, AA Archives : Box No 2010-23. Concernant la volonté de reconduire l’initiative après la guerre, voir la lettre de Jacques Duvaux (7 janvier 1946), président de la SADG, au secrétaire de l’Architectural Association School et la documentation successive (1946-1955), ibid.
43 Voir les comptes-rendus dans AA Journal : vol. XXVI, n° 291, mai 1911, p. 127-128 ; vol. XXVII-XXVIII, n° 310, décembre 1912, p. 197-198 (avec un interview au président de la SADG, A. Defrasse) ; vol. XXIX, n° 316, juin 1913, p. 16-17 ; vol. XXXV, n° 399, mai 1920, p. 298-299. À l’issu de la guerre, le Beaux-Arts Committee lança également le projet d’une exposition de dessins d’élèves de l’École des beaux-arts, cf. Beaux-Arts Committee Minutes, 18 août 1919, vol. 1, f. 353-354. Concernant les prêts pour les expositions de 1913, 1919 et 1920 cf. AN : AJ/52/876. Un exemplaire du catalogue de 1913 est conservé dans les collections de la National Art Library (V&A) : Exhibition of French Architectural Drawings, Londres, Architectural Association, 1913, 46 p.
44 Comme il lui écrivit dans une lettre du 27 juin 1933, AN : AJ/52/1127. Voir aussi « Note of the interview at the École des Beaux-Arts with M. Pontremoli », dactyl., ibid.
45 Compte rendu de la réunion de la « English and French School Competition Sub-Committee » tenue dans l’agence de Davis à Londres le 18 juillet 1933 et les observations de Cart de Lafontaine (2 octobre 1933) sur ce compte-rendu, AN : AJ/52/1127.
46 Voir la lettre de Pontremoli à Cart de Lafontaine, AN : AJ/52/1127.
47 Voir la lettre de Guiard à Pontremoli, datée du 8 juillet 1933, AN : AJ/52/1127.
48 Voir la correspondance entre Cart de Lafontaine et les directeur et sous-directeur de l’École des beaux-arts, entre le 12 décembre 1933 et le 13 janvier 1934, et entre ces derniers et le secrétaire du Board of Architectural Education du RIBA, Everard J. Haynes, entre le 16 et le 19 février 1934, avec carton d’invitation de Guiard au vernissage de l’exposition à Londres, AN : AJ/52/1127.
49 Lettre de Cart de Lafontaine, ibid.
50 Concernant ce choix voir notamment la lettre de Pontremoli (7 octobre 1935) et la réponse de Cart de Lafontaine (8 novembre 1935), AN : AJ/52/1127.
51 Lettre de Haynes, ibid.
52 Voir notamment la lettre de Cart de Lafontaine au sous-directeur de l’École des beaux-arts, Guérin (21 avril 1937) et la lettre de Landowski à Cart de Lafontaine (24 avril 1937), AN : AJ/52/1127.
53 Voir la lettre de Brussel à Landowski du 27 avril 1937, ibid. Sur l’exposition itinérante d’architecture française contemporaine organisée par l’Association française d’expansion et d’échanges artistiques et la SADG, cf. A. Brucculeri, Du dessein historique à l’action publique. Louis Hautecœur et l’architecture classique en France, Paris, Picard, 2007, p. 194-217.
54 Lettre de Landowski du 24 avril 1937, AN : AJ/52/1127. Concernant l’exposition de 1914, qui eut lieu du 15 au 26 mai, voir le catalogue : Exposition anglo-française d’architecture ancienne & moderne : mai 1914 / organisée par la Société des architectes diplômés par le gouvernement, Paris, SADG, 1914.
55 Corfiato, né en Égypte d’un père grec, avait intégré l’École des beaux-arts (atelier Jaussely) au lendemain de la Grande Guerre (inscrit en seconde classe le 10 juillet 1918) et poursuivi ses études jusqu’au diplôme (7 juin 1922). Voir aussi sa notice biographique dans M.-L. Crosnier Leconte, op. cit.
56 Concours international d’émulation 1951-1952, sous l’égide de la section française de l’Union internationale des architectes, Paris, ENSBA, 1952, 8 p., avec cinquante planches illustrant les projets d’élèves de la Belgique, des États-Unis, de la France, de la Grèce, d’Israël, de l’Italie, des Pays-Bas, du Portugal et de la Suisse. Sur sa mise en place et sa suite voir AN : AJ/52/1127, d’abord le texte de préfiguration par le professeur de théorie de l’architecture, André Gutton : « Concours d’émulation entre nations » (1er novembre 1950). À la veille de ce concours, des démarches pour réactiver le concours commun franco-britannique furent entreprises à l’initiative de Corfiato et de Cart de Lafontaine. Voir notamment le texte signé par ce dernier le 22 décembre 1949, et les documents au sujet du déroulement annuel du concours – désormais « concours UFBA » – jusqu’au début des années 1960, ibid.
57 Voir en particulier Albert E. Richardson et Hector O. Corfiato, The Art of Architecture, Londres, The English Universities Press, 1938.
58 En 1940 Harry Stuart Goodhart-Rendel avait déjà affirmé : « The English version of the Beaux Arts system missed most of the merits of the original. » Cf. H. S. Goodhart-Rendel, « Architectural Education », The Builder, CLVIII, 1940, p. 531, cité dans A. Powers, « Architectural Education in Britain… », op. cit., vol. I, p. 3.

 

[sommaire]