1968. Le théâtre national de Strasbourg, l’exception en région

À l’automne 1946, les municipalités de Colmar, Mulhouse et Strasbourg s’engagent dans la création d’un syndicat intercommunal destiné à la gestion d’un théâtre et la création d’une troupe régionale. Privée de culture française pendant l’Occupation, l’Alsace a grand besoin de renouer avec les mots de Racine et le vocabulaire de Molière. Avec le soutien de Jeanne Laurent, sous-directrice des spectacles au secrétariat d’État aux Beaux-Arts, cette structure est promue au rang de Centre dramatique de l’Est (CDE), avant de devenir le premier Centre dramatique national dès 1947. Il reçoit, sur la demande de son directeur Hubert Gignoux, l’appellation de Théâtre national en 1968 par une décision d’André Malraux. Abritant une importante école supérieure d’art dramatique, le TNS a la singularité d’être le seul théâtre national à former également des scénographes, des costumiers et des régisseurs. Un décret de 1972 précisera son statut et deviendra un établissement public dépendant directement du ministère des Affaires culturelles. Le Théâtre national de Strasbourg est aujourd’hui un des six théâtres nationaux français avec la Comédie-Française, l’Odéon – Théâtre de l’Europe, le Théâtre national de la Colline, le Théâtre national de Chaillot et le Théâtre national de l’Opéra-Comique.

Dans son ouvrage intitulé Jeanne Laurent, une fondatrice du service public pour la culture, 1946-1952, Marion Denizot rappelle le rôle de Jeanne Laurent dans la création du Centre Dramatique de l’Est (CDE), première traduction des convergences entre initiative municipale et impulsion étatique.

L’intervention de l’État en matière théâtrale, qui procède d’un caractère multiséculaire, malgré des formes et des modalités fort distinctes, trouve à la Libération un nouvel essor. Jeanne Laurent, en rencontrant des artistes ou des élus locaux, en convaincant sa hiérarchie et les services financiers de l’État de suivre ses propositions, fait acte d’intervention dans le flux de l’histoire du théâtre. Après son passage, les éléments ont été transformés et rien ne sera jamais pareil, du côté des artistes, mais aussi du côté de l’État.

Le moment de la décision constitue une séquence clef dans l’analyse des politiques publiques. Objet de fascination, il se dérobe pourtant à l’analyse. En effet, il demeure presque impossible de déterminer l’instant de la décision, où la situation bascule. Sonder le moment où naît la décentralisation théâtrale revient à analyser la création du Centre dramatique de l’Est, en se référant aux travaux des historiens.

Le Centre dramatique de l’Est (CDE), créé en 1946, constitue le premier des cinq centres dramatiques impulsés par Jeanne Laurent. En raison de la particularité de ses conditions de création, il acquiert une fonction prototypique et permet de cerner la part prise par Jeanne Laurent dans sa fondation. Il constitue également le point de référence dans le débat sur le rôle respectif de l’État et des municipalités. Pascale Goestchel introduit son analyse de la décentralisation par une monographie de la fondation du Centre dramatique de l’Est et privilégie le point de vue des municipalités. Elle rend compte de l’initiative des municipalités, tout en reconnaissant « l’incontestable engagement de l’État1 ». Denis Gontard évoque, pour sa part, « l’heureuse initiative sur laquelle l’État s’est appuyé pour établir une politique d’ensemble de la décentralisation2 ». Les analyses convergent vers un juste équilibre entre initiative municipale et impulsion étatique. Jeanne Laurent, elle, insiste sur son propre rôle.

Les municipalités de l’Est revendiquent l’initiative de la création d’une union entre villes pour la fondation d’un centre de création théâtrale : « Sur l’initiative de la municipalité de Colmar, naquit l’idée de la création d’une union entre villes en vue de poursuivre le but commun de maintenir, de cultiver et de diffuser dans l’ensemble de nos provinces de l’Est, l’art théâtral français3. » La demande des municipalités repose sur la volonté de faire renaître, à la Libération, une vie théâtrale et culturelle dans des provinces qui avaient fait l’objet d’une attention toute particulière durant la Seconde Guerre mondiale de la part du IIIe Reich : les autorités allemandes, dans un souci de démontrer la supériorité de leur culture, avaient maintenu une saison théâtrale et lyrique à Strasbourg, Colmar et Mulhouse. À la Libération, les élus souhaitent apporter les grandes œuvres de la littérature française aux Alsaciens. Henri Ergmann, alors maire-adjoint chargé des Affaires culturelles de Mulhouse, sollicite l’aide de l’État et, dès 1945, s’entretient avec Jeanne Laurent, pour envisager les mesures nécessaires à une reprise de la vie théâtrale en Alsace4. Mulhouse joue un rôle d’impulsion, bientôt rejointe par Strasbourg, puis Colmar. Henri Ergmann, Joseph Frey, maire de Colmar, Charles Frey, maire de Strasbourg et un représentant du conseil municipal de Metz réfléchissent au sein d’un comité d’étude à la préfiguration d’un organisme théâtral qui pourrait tourner dans le plus de villes possibles. Le 25 octobre 1946, est créé un « syndicat intercommunal à vocation culturelle » : le « Centre dramatique de l’Est », qui se donne pour objet de « procurer aux théâtres des villes adhérentes et en général aux villes de la région de l’Est des représentations théâtrales de qualité élevée, notamment par la création d’une troupe stable ; en outre, la formation éventuelle de comédiens5 ».

Ce rappel historique laisse la part belle à l’initiative municipale. Toutefois, sans remettre cette version en cause, il convient d’interroger les raisons qui ont conduit Jeanne Laurent à intervenir, d’une part, auprès de la préfecture du Bas-Rhin pour régler les questions juridiques et, d’autre part, auprès du ministère des Finances pour le persuader d’accorder des crédits à cette entreprise. En effet, l’État s’est déjà préoccupé de la situation culturelle en Alsace. Le ministre de l’Éducation nationale, dès novembre 1945, souhaite organiser des tournées théâtrales6. Les Ballets des Champs-Élysées sont invités à faire une tournée dans les villes du Haut et du Bas-Rhin. Jean Dasté, André Clavé et Louis Ducreux sont également sollicités. Cependant, Jeanne Laurent, dans un texte de 1973, paraît minimiser l’initiative originale des villes de l’Est, insistant davantage sur son travail de persuasion auprès des villes :

« La Comédie de Grenoble n’avait pu bénéficier des crédits de décentralisation inscrits au budget de 1946 parce qu’ils étaient destinés à permettre une expérience dans les départements de l’Est où les Allemands avaient fait, durant l’annexion, un grand effort de propagande en faveur de leur patrimoine culturel. Assuré d’une aide financière de la part de l’État, un syndicat de quatre communes (Colmar, Metz7, Mulhouse, Strasbourg) se constitue sous le nom de Centre dramatique de l’Est pour procurer à leurs théâtres municipaux et en général aux villes de la région des représentations théâtrales de qualité élevée8. »

Si l’initiative de fonder une troupe stable de comédiens revient aux municipalités, l’État s’engage et affirme la trace de son intervention, en lui accolant, dès son inauguration, le 15 janvier 1947, l’adjectif « national9 ». Cette intervention est réelle : Jeanne Laurent participe aux nombreuses réunions qui déterminent peu à peu l’organisation et le fonctionnement du futur centre. Elle intervient principalement à deux niveaux : pour l’obtention d’une subvention étatique et pour la nomination du directeur artistique. En effet, une fois la décision prise, la question du directeur s’avère cruciale. Louis Ducreux, directeur du Rideau gris, accepte le poste mais doit y renoncer en novembre 1946, à la suite de problèmes de santé. Roland Piétri, codirecteur de la Comédie des Champs-Élysées avec Claude Sainval, que Jeanne Laurent a déjà rencontré à plusieurs reprises pendant la guerre, accepte de diriger la première saison du Centre dramatique de l’Est. En raison de la précipitation de sa préparation, la saison n’est pas à la hauteur des ambitions des villes et de l’État. La soirée d’inauguration, en présence du ministre de l’Éducation nationale, Marcel-Edmond Naegelen, et de nombreuses personnalités du monde théâtral, s’avère décevante. La pièce présentée, Le Survivant, de l’auteur lorrain Jean-François Noël, est critiquée par la presse parisienne venue pour l’occasion. Le reste de la saison, qui comprend sept spectacles montés par Roland Piétri, ne rencontre guère plus de succès. Roland Piétri démissionne le 8 mars 1947. Se pose de nouveau la question du choix du directeur. André Clavé, directeur de la Roulotte, membre de Jeune France, est retenu pour sa connaissance de la province, qu’il a sillonnée durant les années 1940.

Le projet d’André Clavé présente les caractères préconisés par Jeanne Laurent : priorité donnée à l’établissement d’une troupe de vingt-cinq ou trente comédiens pouvant interpréter tous les rôles et toutes les fonctions au sein d’un théâtre, obligation pour les comédiens de se consacrer exclusivement au centre dramatique, obligation de tournées dans les petites localités, engagement de monter une douzaine de pièces par an, avec une attention particulière aux œuvres classiques, aux « grandes œuvres modernes » et aux « chefs-d’œuvre étrangers », volonté de créer une école de comédiens. Pourtant, en 1952, le décalage entre les réalisations du CDE et les attentes de Jeanne Laurent est tel qu’André Clavé démissionne. Dans un souci de trouver une personnalité alliant expérience théâtrale décentralisée et notoriété nationale, Jeanne Laurent propose comme nouveau directeur Michel Saint-Denis, codirecteur avec Laurence Olivier de l’Old Vic de Londres, qui forme de jeunes comédiens. Elle réussit ainsi, avant son éviction, à imposer les options qu’elle défend depuis la Libération et que le CDE n’a pu, jusqu’à présent, totalement réaliser : saison étendue à huit mois de représentations, répertoire laissant une large part aux classiques, nombreuses tournées et formation des acteurs. En 1954-1955, le triomphe public de la création de Roméo et Juliette de Shakespeare amorce une période de grâce entre le public, la presse, les tutelles et le centre dramatique. Si la difficulté à démêler l’écheveau des responsabilités est patente dans l’exemple de la fondation du CDE, elle apparaît peut-être moins dans l’histoire de la fondation des autres centres dramatiques, où se partagent initiative privée, souhait des municipalités et volonté nationale. » p.61-64.

Cette « impulsion qui a fait date dans l’histoire de la décentralisation10 » sera poursuivie par le Ministère des Affaires culturelles à sa création en 1959. Aujourd’hui, la décentralisation théâtrale, et plus loin culturelle, reste un champ d’action et de débat essentiel.

1 P. Goetschel, Renouveau et décentralisation du théâtre…, op.cit.,p.50.
2 D. Gontard, la Décentralisation théâtrale, op. Cit., p.153.
3 Arch. dép. du Bas-Rhin, 579 AD 85, rapport anonyme, sans date, sans doute vers 1950. Cité par R Goetschel, la Décentralisation théâtrale en France de la Libération ci ta fin des années soixante-dix, thèse d’histoire, sous la direction de Jean-François Sirinelli, Institut d’études politiques de Paris. 2000, p. 79
4 Voir Jeanne Laurent, « Les origines de la décentralisation théâtrale et l’évolution des centres dramatiques », la Région et la vie régionale. Actes du colloque tenu à l’université de Saint-Étienne les 16, 17 et 18 novembre 1973, Saint-Étienne, Cierec, 1973, p. 207 ; « Charles Dullin et la décentralisation », Les Lettres françaises, 10 décembre 1969 et « Réflexions sur hier et demain », Lutter. n° 6, 1972.
5 Statuts du syndicat intercommunal approuvés le 25 octobre 1946. article 2, cités par P. Goetschel. Renouveau et décentralisation du théâtre…. op. cit.. p. 49.
6 Voir Arch, nat., F 21 5129.
7 Le 9 juin 1947, Metz rejoint le syndicat intercommunal.
8 Bibl. nat., Asp, Fonds Jeanne Laurent, col 8-41-08. Projet pour un texte demandé pour présenter le programme du festival d’Avignon 1973. Nous soulignons.
9 Le terme « centre dramatique » est employé par Louis Ducreux dans une lettre à Jeanne Laurent du 3 juin 1946. L’appellation Centre dramatique national n’apparaît que lors de son inauguration le 15 janvier 1947. Voir P. Goetschel, Renouveau et décentralisation du théâtre…, op. Cit., p. 50-52. Malgré l’absence de trace sur cette histoire sémantique, posons l’hypothèse que Jeanne Laurent esquisse ici le label Centre dramatique national (CDN), même si le nom choisi ne fait figurer l’adjectif, comme, par exemple, le Centre dramatique de l’Est ou, plus tard, le Centre dramatique de l’Ouest.
10 Texte de Jack Lang, ministre de la Culture, lu par Bernard Faivre d’Arcier, directeur du Théâtre et des Spectacles lors de la soirée d’hommage à Jeanne Laurent, à la Comédie-Française, le 27 novembre 1989. Voir Bibli. Nat., ASP, Fonds Jeanne Laurent, col 8-70-02.

 

Pour aller plus loin :

Vous pouvez consulter les ouvrages signalés ci-dessous à la bibliothèque du Comité d’histoire en envoyant un courriel à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

  • Abirached Robert, La décentralisation théâtrale. I : Le Premier Age : 1945-1958, Actes Sud Papiers, 1992, 173 p.- (coll. Les cahiers théâtre/ Education, n° 5)
  • Denizot Marion, « Le Centre dramatique de l’Est : le modèle », dans Jeanne Laurent, une fondatrice du service public pour la culture (1946-1952), La Documentation française, Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2005, p. 61-64
  • Fleury Laurent, « Jeanne Laurent. L’autorité d’un engagement en faveur du théâtre de son temps», dans Agnès Callu (dir.), Culture et élites locales en France, CNRS éditions, 2018, p. 185-198
  • Gaillard- Risler Francine, André Clavé, théâtre et résistances. Utopies et réalités, Association des amis d’André Clavé, 1998, 554 p.
  • Goetschel Pascale, « Au Centre dramatique de l’Est, changement de directeur et de statut », dans Renouveau et décentralisation du théâtre (1945-1981), PUF, Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2004, p. 107-111
  • Gontard Denis, La décentralisation théâtrale en France : 1895-1952, Sedes, 1972, 542 p.
  • Penchenat Jean-Claude, Mission d’artistes. Les centres dramatiques de 1946 à nos jours, éd. Théâtrales, 2006, 379 p.
  • Richez Marion, Les défricheurs de la décentralisation théâtrale depuis l’aube jusqu’au tournant de 1968, [ouvrage publié à l’occasion des 60 ans de la décentralisation théâtrale], ministère de la Culture et de la Communication, La Scène, 2006, 71 p.

Autres ressources :