La démocratisation culturelle par les bibliothèques de lecture publique, une préoccupation d’hier ?

par Cécile Rabot,
sociologue, maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Les bibliothèques de lecture publique ont été conçues et développées dans une perspective de démocratisation culturelle : dans le prolongement de l’instruction offerte par l’école, il s’agissait de rendre possible, pour le plus grand nombre, l’accès au savoir et à une offre de lecture de qualité. L’article 3 de la Charte des bibliothèques élaborée en 1991 par le Conseil Supérieur des Bibliothèques met encore en avant le lien entre accès à la culture et exercice de la démocratie et fait de l’égalité d’accès à la lecture et aux sources documentaires une des missions des bibliothèques : « La bibliothèque est un service public nécessaire à l’exercice de la démocratie. Elle doit assurer l’égalité d’accès à la lecture et aux sources documentaires pour permettre l’indépendance intellectuelle de chaque individu et contribuer au progrès de la société. »

Où en sont donc aujourd’hui les bibliothèques par rapport à cette ambition initiale ? Un retour sur les dernières décennies permet de constater le développement et l’institutionnalisation de la lecture publique. Ce développement s’est accompagné d’une évolution de la définition de la notion de « démocratisation culturelle » et de la levée d’un certain nombre des obstacles à l’accès au livre. Ce processus de démocratisation culturelle reste cependant inachevé : si l’ambition d’élargissement des publics est encore régulièrement mise en avant par les tutelles, un certain nombre de freins demeurent. Une étude sociologique menée dans les bibliothèques de la Ville de Paris de 2005 à 2010, appuyée sur des entretiens, des observations et des analyses quantitatives de catalogues, permet d’en pointer quelques uns et de mettre au jour certains décalages entre l’objectif affiché et la réalité des pratiques.

Une forte expansion de la lecture publique

Les bibliothèques de lecture publique ont connu en France un développement massif à partir des années 1970. Cette expansion est particulièrement visible au niveau des bibliothèques municipales, dont le nombre est passé, entre 1974 et 2008, de 804 à 4293 avec un nombre d’inscrits passant de 1,69 millions (6,8 % de la population desservie) à 5,28 millions (14,6 % de la population desservie)1. Elle a pris appui sur la mise en œuvre de quatre principes : proximité, gratuité, liberté, diversité.

1°) Le principe de proximité, qui présidait déjà à la politique culturelle menée dans les années 1960, entendait éliminer l’obstacle de la distance physique aux collections. Sa mise en œuvre a consisté en un maillage serré du territoire : la grande majorité des villes, y compris petites, sont attachées à proposer les services d’une bibliothèque municipale (l’érection d’une médiathèque constituant souvent un des points forts de la politique culturelle locale), tandis que les bibliothèques départementales de prêt se chargent d’irriguer les espaces ruraux via un réseau de dépôt locaux et de bibliobus.

2°) Le principe de gratuité consistait à supprimer l’obstacle économique à l’accès. L’inscription aux bibliothèques est soit complètement gratuite soit réduite à un coût relativement modique. Le prêt de documents, en particulier de livres, est ensuite gratuit, permettant aux usagers d’accéder à des ouvrages qu’ils n’auraient pas pu s’offrir, en particulier à des beaux livres ou à des collections prestigieuses comme celle de la Bibliothèque de la Pléiade.

3°) Le principe de liberté visait à permettre aux usagers d’accéder directement aux collections sans avoir à passer par un intermédiaire ni à rendre des comptes à quiconque. Il s’agissait par là de sortir du modèle scolaire maître-élève mais aussi du modèle des guichets de prêts sur lequel fonctionnaient les bibliothèques jusque dans les années 1960. La bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Georges Pompidou fut une des premières mises en espace des collections en libre accès. Les nombreuses bibliothèques construites à partir des années 1970 furent pensées ensuite selon ce même modèle, qui est aujourd’hui quasiment le seul modèle pensable en lecture publique.

4°) Enfin un principe de diversité avait pour objet de répondre à la diversité des goûts et des besoins de la population. À une « démocratisation culturelle » d’abord entendue comme la mise à disposition des œuvres de référence, notamment de la culture classique, a ainsi succédé une forme de « démocratie culturelle » : l’éventail des documents proposés (en termes de types de support, de genres et de niveaux de légitimité) a été sensiblement élargi, sans pour autant remettre en cause les hiérarchies de légitimité mais avec l’idée que certains documents pourraient servir de tremplins vers d’autres.

La mise en œuvre de ces différents principes a accompagné et soutenu le développement de la lecture publique au cours des quatre dernières décennies et participé à une certaine forme de « démocratisation culturelle », au double sens d’un accroissement du nombre des usagers et d’un élargissement en termes de catégories sociales. De fait, les bibliothèques de lecture publique sont utilisées en complément de l’école par des élèves qui ne bénéficient pas d’une bibliothèque familiale ; elles jouent aussi un rôle important dans des trajectoires d’individus en ascension sociale, soit en complément de l’école soit à sa place dans le cas des autodidactes : elles donnent accès aux œuvres à qui sait les utiliser et a su trouver ses marques dans l’institution ; elles sont un outil important de la formation tout au long de la vie. La bibliothèque de lecture publique est ainsi aujourd’hui l’institution culturelle la plus fréquentée. Les fréquentants des bibliothèques excèdent d’ailleurs de beaucoup le nombre des inscrits : selon un enquête menée par le CREDOC en 2005, 35 % des Français déclaraient avoir fréquenté une bibliothèque de lecture publique au cours de l’année écoulée2. Par ailleurs, un certain nombre d’initiatives sont menées par des bibliothèques pour toucher de nouveaux publics éloignés des bibliothèques, qu’il s’agisse par exemple des opérations « hors les murs » pour faire découvrir l’offre de la bibliothèque aux enfants qui n’ont pas l’habitude de la fréquenter, des partenariats avec les écoles ou les assistantes maternelles ou encore des dispositifs de livraison des livres à domicile pour les personnes âgées.

Des obstacles qui demeurent

Toutefois les études menées sur les usagers (inscrits et non inscrits) des bibliothèques obligent à constater l’inachèvement de ce processus de démocratisation : les catégories sociales les moins dotées en capital culturel restent les plus éloignées des bibliothèques. À Paris, les ouvriers constituent par exemple 2 % des usagers des bibliothèques (contre 7 % dans l’ensemble de la population), les commerçants 1 % (4 % de la population) et les employés 10 % (15 % des Parisiens)3.

L’objectif de démocratisation par la diversité est pourtant régulièrement réaffirmé par les politiques culturelles, tant au niveau national (discours du ministre de la culture) qu’au niveau local (bilan annuel de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris). Mais il demeure un certain nombre d’obstacles à la fréquentation, que les politiques menées ne semblent pas prendre particulièrement en compte.

1°) La manière dont les bibliothèques de lecture publique sont conçues peut participer à exclure certains publics. Les classifications thématiques complexes, incompréhensibles au profane, peuvent dérouter. Le nom d’auteur, qui constitue le principe du classement des romans, n’est que rarement le point d’entrée dans un livre des lecteurs appartenant aux classes populaires4. L’usage des catalogues suppose une maîtrise de l’orthographe autant que de l’outil informatique. De manière générale, l’organisation en libre accès nécessite des repères culturels inégalement partagés. Certains individus peuvent ainsi se sentir submergés par le volume de l’offre et mis mal à l’aise par des codes qui leur échappent, au point de considérer que la bibliothèque n’est pas un lieu pour eux.

2°) Les collections et les différentes actions menées pour leur valorisation sont conçues pour les classes moyennes et supérieures plus que pour les classes populaires. L’impératif de qualité invoqué par les bibliothécaires conduit par exemple à exclure des acquisitions toute une partie de la production éditoriale, en particulier de celle qui se trouve avoir la faveur des classes populaires. Par exemple, au-delà de quelques politiques volontaristes, la littérature sentimentale des éditions Harlequin5 ou les séries d’espionnage du type SAS n’ont pour ainsi dire pas leur place dans les bibliothèques de lecture publique tandis que tel roman historique sentimental est jugé « indigne des bibliothèques » et qu’une sélection drastique est opérée dans la bande dessinée humoristique6. Une division du travail avec l’école conduit aussi un certain nombre de bibliothèques à écarter par principe les ouvrages parascolaires, y compris les collections « en français facile », au-delà de l’intérêt qu’ils sont susceptibles de présenter pour de premiers apprentissages. Enfin, un principe de laïcité et de scientificité amène à reléguer la plupart des ouvrages ésotériques mais aussi de ces livres pratiques proposant diverses « recettes » de conduite de vie. Quant aux formes d’actions culturelles mises en œuvre, elles privilégient souvent l’exposition, le spectacle ou la conférence, qui supposent une attitude réceptive et une curiosité déjà construite, plutôt que, par exemple, l’atelier participatif ou d’autres formes d’accompagnement et d’implication des usagers.

Toutefois, les bibliothécaires ne semblent pas particulièrement sensibles, dans leur ensemble, à ces freins possibles à la fréquentation des bibliothèques par la classe populaire. Si quelques uns des conservateurs rencontrés lors de l’enquête pointent les effets possibles de tel ou tel choix de l’institution, la question de la « démocratisation culturelle » semble globalement passée au second plan dans les préoccupations de la profession, derrière par exemple la nécessité de ne pas manquer le « tournant numérique ». Significativement, un numéro du Bulletin des Bibliothèques de France consacré à « l’accessibilité »7 envisage uniquement l’aspect physique de l’accessibilité (accès aux locaux pour les personnes à mobilité réduite, jours et horaires d’ouverture) en laissant de côté la question des différentiels de capital culturel et de positions sociales.

C’est aussi peut-être que l’accueil des publics aujourd’hui les plus éloignés des bibliothèques supposerait de profondes remises en question du fonctionnement de l’institution et de l’identité professionnelle des bibliothécaires, remises en question que la profession est d’autant moins préparée à affronter qu’elle est traversée de doutes et souffre d’une faible reconnaissance, de la part du public et dans le champ éditorial, sans commune mesure avec l’engagement personnel de ceux qui, avec des moyens souvent limités, font vivre cette institution au quotidien.

(1) Source : Direction du Livre et de la Lecture.
(3) Yves Alix, Stéphane Wahnich. « Une familiarité distante ». Bulletin des Bibliothèques de France t.49, 2004/2.
(4) Anne-Marie Thiesse. Le Roman du quotidien : lecteurs et lectures populaires à la Belle-Époque. Paris : Le Chemin vert, 1984.
(5) Neuf millions de livres des éditions Harlequin ont été vendus en France en 2010. http://www.harlequin.fr/contenu/qui-sommes-nous
(6) Ainsi Les Blondes (Soleil), Les gendarmes et Les rugbymen (Bamboo), qui font partie des séries les plus vendues en 2008 [Voir Annuaire professionnel de la bande dessinée et de l’illustration, Paris : Ad tatum, 2009, p. 9], sont quasiment absentes des bibliothèques parisiennes.
(7) http://bbf.enssib.fr/sommaire/2009/5

Pour citer cet article :
RABOT, Cécile (2013) La démocratisation culturelle par les bibliothèques de lecture publique, une préoccupation d’hier ?. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : http://chmcc.hypotheses.org/482. [mis en ligne le 1er juin 2014]
Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.