1968. L’année charnière d’une réforme de l’enseignement de l’architecture

Le décret du 6 décembre 1968, initié par le ministre chargé des Affaires culturelles, met un terme à plusieurs années de débats autour de l’enseignement de l’architecture.

L’enseignement doit être adapté à notre temps, c’est-à-dire qu’il ne doit plus être de type artisanal, corporatif, mais être un enseignement à plein temps, avec des cycles communs à toutes les écoles au cours desquels un programme minimum doit être assimilé par tous, afin de permettre une ouverture suffisante sur les sciences humaines et sur les techniques les plus modernes, telles que l’informatique, qui entre aujourd’hui dans la construction. Il faut, en effet, que les étudiants en architecture se préparent à l’exercice d’une profession rénovée qui puisse s’intégrer dans les processus modernes de construction. […] Il importe que le cadre de vie des Français soit de qualité et je ne pense pas qu’une profession qui est restée un peu à l’écart de l’évolution générale puisse donner cette garantie si son organisation et ses conditions d’exercice ne sont pas réformées. À cet effet, j’ai consulté de nombreux organismes, de nombreuses personnalités et j’ai chargé une haute personnalité de proposer au gouvernement, avant trois mois, une réforme d’envergure [Extrait du discours d’André Malraux à l’Assemblée nationale le 13 novembre 1968]

Le décret du 6 décembre 1968 marque la naissance des unités pédagogiques d’architecture (UPA). Ces écoles, autonomes, sont réparties entre la région parisienne (5 UPA) et la province (13 UPA). Elles remplacent alors les écoles régionales d’architecture, créées dès 1905 et prendront le nom d’écoles nationales supérieures d’architectures (ENSA) trente-sept ans plus tard.
L’architecture et son enseignement se réinventent en 1968 hors du cénacle des Beaux-Arts. En plus du concours d’admission, le décret supprime également le concours de Rome, qui assurait autrefois le prestige de l’institution.

Pour aller plus loin :
Les architectes et Mai 68, Jean-Louis Violeau, éd. Recherches, 2005.