1968. Une loi pour conserver les œuvres sur le territorial national

Fait marquant de l’année 1968 : la promulgation de la loi tendant à favoriser la conservation du patrimoine artistique national, plus connue sous le nom de « loi sur les dations ». Un texte majeur pour la protection du patrimoine.

La loi sur les dations du 31 décembre 1968 témoigne de l’intérêt du ministre chargé des Affaires culturelles, André Malraux, pour la conservation du patrimoine artistique national. Pour la première fois, cette législation associe la volonté de l’État de sauvegarder le patrimoine au désir des personnes privées d’y participer. Première dation, le Portrait de Diderot de Fragonard, chef-d’œuvre de l’art français, est entré au musée du Louvre en 1972. La succession de Pablo Picasso a, quant à elle, rejoint l’hôtel Salé sept ans plus tard. Depuis, cette loi a permis que des milliers d’œuvres d’art, de livres, d’objets de collection ou de haute valeur artistique ou historique, y compris dans les domaines des sciences et des techniques ou encore de l’histoire naturelle, restent sur le territoire national. L’art, qu’il soit ancien, moderne ou contemporain, est bien sûr le grand bénéficiaire du dispositif : tableaux, meubles, dessins ou sculptures, signés des plus grands artistes français
et étrangers, ont ainsi pu entrer dans les collections nationales et être exposés à la curiosité du plus large public. Il faut encore mentionner les fonds d’archives majeurs qui sont venus enrichir les archives nationales, ou encore les manuscrits de grands auteurs, qui ont rejoint les bibliothèques. La loi sur les dations, mise au point grâce au fiscaliste Maurice Aicardi et adaptée dans de nombreux pays européens, a enfin permis que des monuments historiques retrouvent ou conservent des éléments insignes de leur décor.

Pour aller plus loin :
https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000692955