[séminaire] Culture et Communication : la culture à la télévision

Au cours du séminaire 2018-2019 « Culture et Communication-La culture à la télévision » initié par le Comité d’histoire du Ministère de la Culture depuis 2016, on s’intéressera aux relations entre Culture et radio-télévision aux XXe-XXIe siècles. On examinera les transformations et les formes des émissions culturelles à la télévision tant dans la conception que dans la réalisation des programmes des chaines publiques et privées en insistant sur les mutations des années 1980. Au travers de l’examen des programmes culturels diffusés on questionnera la médiatisation des arts et de la culture. On travaillera sur les politiques audiovisuelles et leurs acteurs aux différents niveaux territoriaux et internationaux. On cherchera à prendre la mesure de la transformation de la télévision par le modèle transpériode britannique (BBC). On s’interrogera sur les manifestations d’une télévision américanisée et mondialisée. 

Ce séminaire est placé sous la direction scientifique d’Évelyne Cohen, professeure des universités, Enssib/LARHRA (UMR CNRS 5190) et réalisé en partenariat avec l’Institut National de l’Audiovisuel (INA).

Il est ouvert à un public double : les spécialistes, chercheurs en sciences de l’information et de la communication ou en histoire et sociologie de la culture et leurs étudiants ; mais aussi le cercle plus large des professionnels intervenant dans le domaine des médias, des politiques et de la médiation culturelle.

 

Programme

Théâtre et audiovisuel : que peut en dire une historienne?
18 octobre 2018

Pascale Goetschel, Université Paris I, Centre d’histoire sociale du XXe siècle :

Beaucoup a déjà été dit et écrit sur les relations entre le théâtre et l’audiovisuel. Oppositions, tensions, concurrences mais aussi complémentarités et métissages ont largement été soulignés. Le pari de cette intervention repose sur l’idée que l’approche diachronique fournit des pistes de réflexion permettant de dépasser l’analyse par le seul jeu de ce couple.

Michel Orier, ancien Directeur général de la Création artistique au ministère de la Culture, Directeur de la musique et de la création culturelle à Radio France.


La Politique de Jack Lang : la construction du paysage audiovisuel (1981-88)

8 novembre 2018
Jack Lang, ancien ministre de la Culture, Président de l’Institut du monde arabe,
Évelyne Cohen, Enssib – LARHRA, UMR CNRS,

Laurent Martin, Université de Paris III Sorbonne-Nouvelle.
Accès réservé


La télévision, les arts et la culture
6 décembre 2018

Roxane HameryUniversité Rennes 2 – Arts du spectacle :

La mission éducative de la télévision publique française a trouvé l’une de ses plus parfaites expressions dans les émissions consacrées aux arts, à travers quelques figures emblématiques de passeurs qui ont incarné, durant plusieurs décennies, le visage de la culture sur le petit écran. Nous concentrant plus particulièrement sur les émissions consacrées aux arts plastiques, nous reviendrons sur les parcours de certains de ces passeurs, interrogeant leurs rapports à la transmission et au dispositif de médiation que constitue la télévision.

Laurent Baridon, Université Lyon 2 – LARHRA,

L’histoire de l’art à la télévision : exposition, médiation ou partage ?
L’objectif d’une exposition artistique est en principe de mettre un public en présence d’objets ou d’images afin qu’il les connaisse et les comprenne tout en éprouvant leurs qualités esthétiques. La proximité directe avec des œuvres authentiques est en principe la condition de cette réception. Les formats télévisuels créés pour rendre compte d’une œuvre ou d’un phénomène artistique transmettent et diffusent des informations souvent plus efficacement qu’une exposition. Mais les dispositifs utilisés, qu’ils empruntent aux formes traditionnelles du commentaire critique et historique ou qu’ils innovent par des moyens techniques, parviennent-ils à créer les conditions de l’expérience sensible ? Il s’agira de le vérifier à partir d’études de cas en formulant quelques réflexions et préconisations. 

Clémence de Montgolfier, Université Paris III – CEISME :

L’art contemporain à la télévision au cœur des conflits de définition de la culture.
À partir du travail de la thèse intitulée Représentations des mondes de l’art contemporain à la télévision française de 1960 à 2013. De la médiatisation à la médiation (2017) nous nous intéresserons plus particulièrement à la manière dont les émissions sur l’art contemporain dans le champs des arts plastiques ont été et sont encore le lieu de conflits sur la définition de ce qu’est la culture à la télévision et sur la notion de légitimité culturelle. En nous appuyant sur une analyse sémiologique et pragmatique d’un corpus de programmes télévisés, nous examinerons la représentation des hiérarchies socioculturelles dans la médiatisation de l’art contemporain, et comment elles entrent parfois en contradiction avec des récits télévisés de démocratisation culturelle.


Les télévisions locales et régionales aujourd’hui : une télévision nationale des régions, un oxymore à réitérer ?
17 janvier 2019
Benoît Lafon, Université Grenoble Alpes – GRESEC, 

La présentation vise à revenir sur le modèle français de télévision régionale, afin d’en saisir les tenants et aboutissants. Au niveau historique, il s’agit de rappeler le contexte ayant mené à la création des stations régionales de télévision sous la RTF et l’ORTF, ainsi que d’analyser le maintien d’un modèle de “chaîne nationale des régions” au fil des années. Dans le contexte actuel de recomposition territoriale (nouvelles régions) et de désengagement de l’État, ce modèle peut-il perdurer ? Et quels enjeux locaux pour la télévision l’histoire de France 3 permet-elle d’éclairer ?

Christian Clères, auteur, scénariste et réalisateur,

Après avoir été animateur, producteur, réalisateur, auteur radiophonique puis écrivain, scénariste pour la télévision et le cinéma, Christian Clères réalise depuis quelques années des documentaires pour France Télévisions (Le rêve d’une culture partagée, De la plage à la page, Michel Bussi et le roman populaire, J’aime pas Proust (en cours de production)).

Michel Boyon, avocat, ancien président du CSA.


L’exception culturelle
14 février 2019

Serge Regourd, Université Toulouse-I-Capitole, président de la Commission Culture et audiovisuel du Conseil régional d’Occitanie,

Au cours du milieu des années 1980 et jusqu’aux années 2000, la question de l’Exception culturelle occupa une place importante dans le débat public national et européen. Elle concernait la pérennité même des politiques publiques et des financements publics dans un contexte de libéralisation économique à l’échelle mondiale. Selon les préceptes de l’ouverture des marchés et de la concurrence transnationale, les financements publics devaient être prohibés. C’est ainsi, au premier chef, que tout le système de soutien au cinéma et à l’audiovisuel dont la France constitue le modèle le plus élaboré, aurait pu être démantelé si une exception à la libéralisation marchande n’avait pas été invoquée.

Serge Regourd est intervenu dans ce débat à la fois comme Professeur de droit et comme animateur des États Généraux de la culture auprès de Jack Ralite.

Pascal Rogard, Directeur général de la SACD,

La diversité culturelle est aussi vieille que la découverte des arts par l’Humanité. Mais, l’existence politique du concept émerge dans les années 80 -90 et prend véritablement corps dans les négociations commerciales du GATS, entre l’Europe et les États-Unis.
Portés par les cinéastes qui ont pris conscience des dangers que représentait cette tendance à la libéralisation des échanges commerciaux, un mouvement a émergé autour de 4 principes forts : les biens et services culturels ne sont pas des biens comme les autres ; il faut préserver les politiques culturelles des discussions commerciales ; il faut éviter le démantèlement des politiques culturelles et en particulier, des quotas d’investissement et de diffusion pris en faveur des créations locales et nationales ; il faut lutter contre les risques d’hégémonie et faire vivre la diversité de la création.
[…]
l’enjeu de la diversité culturelle n’est pas moindre aujourd’hui. Les craintes qui existaient d’une domination hégémonique d’une culture sur les autres et d’un contournement des politiques de soutien à la création trouvent même une nouvelle actualité avec le numérique. Faut-il en déduire que le numérique serait une menace pour la diversité culturelle ?

En présence de Claudine Joseph, secrétaire générale des États Généraux de la culture.


Mondialisation et « américanisation » de la culture
21 mars 2019

Marie-France Chambat Houillon, Université Paris III – CEISME et Labex ICCA,

La présentation a pour ambition de tenter de saisir les reconfigurations du périmètre de la culture et de ses représentations dans les programmes de la télévision française d’hier et d’aujourd’hui. Au moyen d’exemples, il s’agira de savoir si ces mutations, en termes de contenu mais également en termes de formes ou de dispositifs, s’inscrivent dans ce que de nombreux auteurs ont identifié comme un processus d’américanisation (ou de mondialisation) de la télévision française

Olivier Donnat, ministère de la Culture – DEPS.

L’intervention portera sur les transformations des modes de consommations des programmes de télévision lors des dernières décennies, notamment au cours des années 1980 qui font figure de période charnière : progrès du multi-équipement des ménages en téléviseurs, diffusion massive du magnétoscope et de la télécommande, allongement de la durée des programmes, apparition de chaines privées et de l’abonnement (Canal+), et surtout augmentation spectaculaire de la durée d’écoute. A travers ces profondes mutations, se dessinent les grands traits de la « culture de l’écran » qui se généralisera avec l’arrivée de la technologie numérique.


La BBC: exemple d’une singularité britannique
18 avril 2019

Renée Dickason, équipe de recherche EA ACE (Anglophonie : Communautés, Écritures), Université Rennes 2,

Longtemps sous l’emprise de l’esprit reithien (du nom de son premier directeur général, John Reith), la British Broadcasting Corporation ou BBC, même si elle subit périodiquement les affres d’une concurrence âpre et effrénée et tente de surmonter les épreuves liées à une crise financière pérenne, a su garder une identité forte et maintenir une image toujours très appréciée au Royaume-Uni et dans le monde entier. Emblème d’un service public convoité, véritable ambassadrice culturelle du monde britannique, la BBC, qui fait preuve d’une singularité qu’il importe de souligner, ne cesse de faire autorité tant par la qualité de ses émissions et séries phares, souvent devenues cultes, (Cathy Come Home, EastEnders, The Archers, Yes, (Prime) Minister, House of Cards, Little Britain, Fawlty Towers, Dr. Who, Happy Valley…), et qui reflètent les préoccupations culturelles, sociales et politiques du Royaume-Uni, que par les exigences éthiques et déontologiques qui sous-tendent les programmes d’information (Nationwide, Newsnight, Panorama…) ou d’éducation (Andy Pandy, Blue Peter, BBC Learning Zone…). Dans le cadre de cette intervention, nous nous arrêterons sur quelques traits saillants du modèle de la BBC, qui demeure une référence incontournable, et de la singularité qui la caractérise dans le façonnement du paysage audiovisuel britannique, dès ses balbutiements jusqu’à l’émergence des chaînes par satellite.

Simon Dawes, Institut d’études culturelles et internationales (IECI) / Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ),

Depuis les années 1980, les chercheurs en « media studies » britanniques ont privilégié une histoire critique de la régulation audiovisuelle britannique en termes de processus de « privatisation », analysant le changement de logique par rapport à l’intervention de l’État et au rôle de la BBC, et le passage du principe de « service public » et d’intérêts des citoyens à celui du marché et de l’intérêt des consommateurs.[…] En dépit de l’efficacité de cette approche pour comprendre les grandes tendances historiques, il y a un écart entre la théorie d’un service public et la réalité de ce que la BBC représente, ainsi qu’un manque de réflexivité théorique et méthodologique dans la plupart des critiques contemporaines portant sur la régulation et l’histoire des médias. […]
Nous avons donc [pour notre part] mené un travail d’analyse diachronique d’un large corpus de documents réglementaires de l’audiovisuel depuis les années 1920 jusqu’à aujourd’hui (Dawes, 2017). Cette recherche, en tant que réflexion épistémologique sur les enjeux de l’histoire de la régulation audiovisuelle en fonction de la dichotomie « public-privé », nous permet de critiquer la notion même de « service public », et de proposer des alternatives pour un audiovisuel « pour le public et par le public ».

Gaël Villeneuve, Institut supérieur de communication – Laboratoire Communication et Politique du CNRS,

L’audiovisuel des individus : la BBC, paradigme libéral de l’audiovisuel public.
Lorsque la radio surgit dans les années 1920, les États décident presque partout que les ondes hertziennes, prérogatives du pouvoir régalien, seront le moyen par lequel la nation se parlera à elle-même – quitte à tolérer sous conditions variables un voisinage public / privé. La Grande-Bretagne ira plus loin : la BBC, rien que la BBC, toutes les ondes sont à elles pour éduquer, informer et distraire. Pendant ce temps, à Moscou, Rome et Berlin, naît dans certains esprits un autre paradigme radiophonique – dans lequel la participation de la radio à la cohésion nationale passe moins par l’émancipation individuelle que par la transmission de la parole du maître.


Les séances se tiendront à la Maison Suger (FMSH), 16-18 rue Suger, 75006 Paris
de 16h à 19h [plan]

Inscription obligatoire (libre et gratuite dans la limite des places disponibles) en remplissant le formulaire


Informations :

comitehistoire@culture.gouv.fr

[sommaire]

Ce séminaire reçoit le soutien de la Fondation Maison des sciences de l’homme.