Lieux d’apprentissage des élèves architectes américains à l’ENSBA à l’aube du XXe siècle : un « campus germanopratin »

par Isabelle Gournay
Associate Professor Emerita, université du Maryland, États-Unis ; AHTTEP ENSA Paris-La Villette



Cet essai préfigure le chapitre d’un ouvrage sur les Beaux-Arts architects aux États-Unis. En effet, de 1846 à 1940, près de 500 Américains ont été admis dans la section d’architecture de l’École des beaux-arts (ENSBA), dont un grand nombre entre 1895 et 1914, malgré l’institution d’un numerus clausus frappant les étrangers. Les trois premiers diplômes leur sont décernés en 1895 ; en 1914, quelque cent Américains sont diplômés. La scolarité parisienne représente une étape personnelle et professionnelle significative, un rite de passage, dont les effets – validation professionnelle, légitimation socio-culturelle, enrichissement personnel au contact d’une autre culture – varient et se conjuguent avec les autres tremplins de la réussite que sont l’appartenance sociale, le soutien familial, les qualités personnelles et les études préliminaires, auxquels s’ajoute pour certains le travail en agence avant le départ pour Paris. Précédées le plus souvent par l’obtention d’un bachelor’s degree de la Ivy League ou d’études dans un programme d’architecture d’obédience Beaux-Arts, ces années parisiennes confèrent un supplément de compétence artistique et de prestige ; elles renforcent et engendrent des réseaux relationnels d’une grande utilité de retour aux États-Unis. Beaucoup d’élèves américains appartenant aux mêmes milieux et ayant effectué des études similaires, nous pouvons aborder leur scolarité sur le mode de la biographie collective.

Les jalons du succès à l’ENSBA sont l’admission, avec des épreuves de plus en plus compétitives, l’obtention de valeurs d’« enseignement scientifique » de seconde classe, revues à la hausse, et la réussite aux concours de première classe, afin d’obtenir avant la date couperet des 30 ans les valeurs de projet requises pour présenter le diplôme. Pour atteindre ces objectifs, la solidarité et l’entraide entre compatriotes comptent autant, voire davantage, que l’esprit de corps de l’atelier ; le soutien pédagogique payant et l’acquisition d’ouvrages de référence sont également des leviers significatifs. Les enjeux ne sont pas seulement artistiques mais aussi financiers : même si les frais d’études et le coût de la vie sont moins élevés qu’aux États-Unis, la longueur du parcours – un minimum de quatre ans entre admission et diplôme – peut devenir un handicap.

Conservées dans les dossiers d’élèves aux Archives nationales1, les lettres d’introduction consulaire requises par l’ENSBA mentionnent généralement l’adresse des postulants : ils résident le plus souvent entre les Beaux-Arts et le jardin du Luxembourg, parfois à Montparnasse. Le quotidien des élèves architectes américains se déroule donc dans les quartiers Saint-Germain-des-Prés et de l’Odéon du 6e arrondissement, entrecoupé de visites et de distractions sur la rive droite, d’excursions en région parisienne et de voyages en France et en Europe. Afin d’étudier les croisements entre enjeux pédagogiques, stratégies de réussite et cet ancrage au cœur de la rive gauche, la notion de « lieux d’enseignement » est élargie à celle de « lieux d’apprentissage », au sens scolaire et parascolaire du terme, lesquels sont multiples et peuvent être cartographiés. Des repérages précis sont possibles pour les élèves dont la correspondance parisienne nous est parvenue. Ces lettres à la famille sont détaillées et franches, comprenant parfois des croquis. Les nouvelles publiées par les colleges américains, en particulier les rapports de promotion que Harvard livre tous les cinq ans, offrent également des indices, plus fiables que des souvenirs empreints de nostalgie.

Deux architectes nous ont légué des témoignages personnels riches et contrastés. Shepherd Stevens (1880-1962), dont j’ai découvert la correspondance et le journal à Yale2, personnifie la majorité d’élèves américains appartenant à l’élite WASP (White Anglo-Saxon Protestant) de la côte est ; Clarence Stein (1882-1975) incarne les « bohémiens » moins argentés.



Shepherd Stevens

Enfant unique et élevé à Brooklyn par un oncle juriste et une tante fort mondaine, Shepherd Stevens personnifie le diplômé en architecture de Columbia qui, contre l’avis de ses professeurs, sacrifie beaucoup de temps et d’argent familial pour être admis à l’ENSBA (en juillet 1905, à sa troisième tentative) et en sortir diplômé (en novembre 1908). Il s’était rendu plusieurs fois en France en famille, notamment pour l’Exposition universelle de 1900, et c’est à l’issue d’un tour du monde avec sa tante qu’il arrive à Paris le 21 juillet 1904.

Fig. 1 – L’univers quotidien de Shepherd Stevens. Doc. I. Gournay.

La carte des lieux où Stevens habite, travaille et se divertit avec ce qu’il appelle our crowd permet de tester l’idée d’une version germanopratine du campus universitaire (fig. 1). Stevens débarque à l’hôtel Foyot rue de Vaugirard face au palais du Luxembourg, puis demeure plus modestement avec plusieurs camarades rue de Mézières dans une pension recommandée par les guides et dont la logeuse donne des cours de français. Il cherche conseil auprès de compatriotes déjà admis à l’ENSBA. Son journal mentionne à de nombreuses reprises chez quel autre élève américain – rues Saint-Benoît, de l’Abbaye ou Bonaparte – il se rend pour prendre le thé ou, en reconnaissance d’un succès scolaire, sabler le champagne.

Do the school, c’est-à-dire s’atteler aux valeurs scientifiques de seconde classe plutôt rébarbatives et exigeantes, surtout la construction, est une expérience au long cours que favorise la sédentarisation dans un appartement. Dès la fin du mois d’août 1904, Stevens et cinq autres diplômés de la Ivy League louent un appartement dans un immeuble flambant neuf rue Palatine, le long de l’église Saint-Sulpice, avec salon et salle à manger en enfilade, salle de bain et cabinet de toilette, trois chambres : « Billy and I room together, the two Columbia fellows; Dick and Jack, the two Harvard fellows and Everett3 and Clarence, the two Yale fellows. » Les colocataires se meublent au Bon Marché et au BHV, découvrent le marché aux Fleurs sur l’île de la Cité pour embellir leur balcon et embauchent une domestique à plein temps pour recevoir convenablement famille et amis de passage et parfois quelques camarades d’atelier français. À 25 ans, Stevens et ses colocataires adoptent le train de vie des Parisiens aisés. Le confort physique et le réconfort moral que procure ce bel appartement sont un antidote à la vétusté des ateliers, à laquelle ne les ont pas habitué leurs études antérieures.

Pour s’aguerrir en temps réel à l’esquisse d’admission, Stevens s’inscrit à l’atelier préparatoire Godefroy et Freynet rue du Dragon, dont il trouve – réaction fréquente parmi les aspirants américains – les élèves français bruyants et sales. Après son premier échec aux épreuves d’admission, il part chez Gustave Umbdenstock, qui vient de déplacer son atelier du 21 rue Bonaparte (où il continue à habiter) au 8 rue de La Barouillère (de nos jours Saint-Jean-Baptiste-de-La-Salle). Pour un habitué de Manhattan, le dépaysement est radical : cette partie du 6e arrondissement abrite de nombreuses congrégations religieuses sur de grandes parcelles. Bien que Stevens se lasse des conférences quelque peu ésotériques de celui qu’il surnomme Umbdy, il apprécie sa convivialité et raconte comment une soirée organisée en son honneur au café Voltaire place de l’Odéon par ses élèves français, américains et suisses se termine en chansons de leurs pays respectifs. Dans ce lieu rendu célèbre par les poètes symbolistes, Stevens avait déjà participé à l’American Architects’ Thanksgiving Dinner qui réunissait une soixantaine de convives.

Les Américains font fructifier la nébuleuse de petites structures pédagogiques proposant une préparation aux épreuves d’admission. C’est ainsi que Stevens et Stein apprennent de monsieur Mayence, qui dirige l’école Philibert-Delorme4, 2 rue Malebranche, tout un pan de mathématiques qui leur était inconnu. Autre point faible de Stevens : le dessin à main levée et surtout d’après modèle vivant, qu’il n’avait pas pratiqué à Columbia. Par snobisme ou curiosité, il s’aventure dans les milieux artistiques de Montparnasse, à l’Académie Colarossi rue de la Grande-Chaumière, mais trouve un enseignement plus adapté chez Gustave Besson5 au 20 rue Bonaparte. Il va aussi dessiner chez Henri-Georges Charrier impasse de l’Aude « au-dessous de l’Observatoire », visitant le Val-de-Grâce sur le chemin du retour. Une fois admis à l’ENSBA, il cherche auprès de camarades d’atelier, dont on ne sait s’ils furent rémunérés, à perfectionner ses techniques de rendu. En février 1906, il se rend chez Georges Piollenc rue du Montparnasse pour y pratiquer l’aquarelle, y rencontrant une jeune femme qu’il présume être la maîtresse de son camarade d’atelier. Ce faisant, son territoire quotidien s’étend et il entrevoit l’existence plus bohème de nombreux élèves architectes français.

Les occasions d’entrer dans l’enceinte de l’ENSBA sont nombreuses. Chaque épreuve d’admission conduit Stevens dans des loges, situées ou non dans le bâtiment du même nom, et il visite en bande les expositions publiques salle de Melpomène6. Après son premier échec, il obtient l’autorisation d’accéder à la bibliothèque et aux galeries des moulages, et d’assister aux cours magistraux, qu’il suivra occasionnellement. Une fois admis, Stevens rejoint à l’atelier Deglane son colocataire Meeks. Il proclame son aversion pour les « corvées » infligées à tout « nouveau » mais ne s’étend pas sur ce local impersonnel, décrit par un de ses compatriotes comme « an old leaky shed on the Boulevard Raspail7 ». Il repart chez lui dès qu’il a reçu une correction du patron et il lui faut parvenir en première classe pour exprimer sa fierté envers les succès de camarades français. Dédaignant les livres de l’atelier, Stevens compose sa propre bibliothèque de référence. Les quatre tomes de Guadet constituent le premier de très nombreux achats d’ouvrages et de gravures notamment chez les bouquinistes des quais de Seine et chez Rapilly, à l’angle de la rue Bonaparte et du quai Malaquais.

La curiosité de Stevens l’emporte quand la vie d’atelier déborde sur la rue. Il observe le grand cortège menant les chars du Rougevin de l’ENSBA à la place du Panthéon.

« There were some 8 to 10 floats, each gotten up by an atelier […] It was a picturesque sight with its architectural fragments crowded with wild students, illuminated with colored lights and lanterns, and resounding with the explosion of fire crackers. The floats and the student formed, and paraded via the rue des Beaux-Arts, rue de Seine, boulevard Saint-Germain, Boul’ Miche and rue Soufflot to front of the Pantheon. The last stretch, up the rue Soufflot, was done on a wild run. The floats were upset in a pile and were soon in a blaze with several hundred students dancing about in a circle8. »

Stevens relate également comment le retour du bal des Quat’z’Arts de 1906 s’accompagne d’une ovation au domicile de Victor Laloux, en face de la gare d’Orsay, une de ses réalisations. Son compte rendu d’un bal dans l’appartement de fonction de Deglane au Grand Palais9 reflète l’expérience des élèves « mondains » que Frantz Jourdain avait dépeints dans L’Atelier Chantorel. Le 10 mai 1908, il prend part aux funérailles de Julien Guadet à Sainte-Clotilde, où se presse tout l’establishment Beaux-Arts.

Fig. 2 – Extrait d’une lettre de Shepherd Stevens à son oncle (20 octobre 1908). Yale University Archives.

Le parcours du combattant tire alors à sa fin pour Stevens et Meeks, dont beaucoup de camarades étaient déjà repartis aux États-Unis. Ils préparent leur diplôme dans le salon d’angle de leur nouvel appartement au croisement des rues Jacob et Bonaparte (fig. 2). Anecdote révélatrice : la Maison Chapron rue de Seine, qui leur fournit leur matériel de dessin, leur donne un chaton qu’ils prénomment Diplôme. La vie parisienne de Stevens est donc une mosaïque d’expériences où se croisent des conférenciers américains à la Sorbonne, le sculpteur expatrié Paul Bartlett et Charles-Marie Widor, le grand organiste de Saint-Sulpice. Les sorties aux cafés et brasseries de Saint-Germain-des-Prés – Les Deux Magots pour une partie de billard ou Lipp pour souper à minuit après la remise du concours Labarre – scandent ses études, dont il célèbre les étapes significatives chez Lapérouse ou à la Tour d’Argent ainsi que dans les restaurants huppés de la rive droite. Habitué de l’Opéra-Comique et de la Comédie-Française, Stevens ne dédaigne pas les aventures culturelles plus plébéiennes de son quartier, le Concert-Rouge au 6 rue de Tournon et le cabaret artistique Les Noctambules rue Champollion.

Contrairement aux Français, les élèves américains ne font pas « la place » en agence. Stevens dissimule au jury de diplôme qu’il n’a pas l’expérience professionnelle requise, fournissant un certificat de travail forgé par un camarade. S’il apprécie la compagnie de Jacques Bonnier, un des rares « nice Frenchmen » dans son atelier, il semble méconnaître le travail novateur du père de celui-ci, Louis Bonnier. Il ne paraît pas appréhender les mouvements sociaux ou artistiques qui prennent corps dans les lieux qu’il fréquente pour le plaisir. Par exemple, sait-il que la salle de l’hôtel des sociétés savantes rue Danton, où il s’est tant amusé à l’American Architects’ Annual Dance, accueille des congrès féministes ou Léon Trotski ?



Clarence Stein

Stevens affiche souvent le complexe de supériorité qu’observe Ely Jacques Kahn, élève à l’atelier Redon de 1908 à 1911 :

« Among the Americans […] there were a number from wealthy families who managed to pass the tests. They could afford to live as they might at home and enjoy fine apartments and servants. They looked down the nose as the many fellow students who lived on precarious budgets and on the French boys, some of whom were rather rough10. »

Fig. 3 – L’univers quotidien de Clarence Stein. Doc. I. Gournay.

Kahn fait partie de ce second groupe d’Américains moins privilégiés, dont l’existence germanopratine est documentée par son ami Clarence Stein11 (fig. 3). Appartenant à la moyenne bourgeoisie juive new-yorkaise d’origine germanique, ce dernier a cinq frères et sœurs et son père dirige une entreprise de cercueils. Sa famille souscrit à l’idéal séculier et réformiste de l’Ethical Culture Society, dont il fréquente la Workingman’s School destinée aux travailleurs manuels. N’ayant pas effectué d’études secondaires traditionnelles, Stein doit se contenter du statut de special student à l’école d’architecture de Columbia ; au bout d’un an, il convainc ses parents de l’aider financièrement pour tenter l’aventure des Beaux-Arts. Il arrive à Paris en juillet 1906 et est admis à sa quatrième tentative en janvier 1908. À l’atelier Laloux, il réussit à obtenir deux premières mentions en projet rendu, mais renonce à passer les maths et la construction. Il quitte Paris en juillet 1911.

Se sentant isolé dans un hôtel de la rue Delambre à Montparnasse, Stein loue une chambre sans confort rue Jacob, où se côtoient magasins de première nécessité, éditeurs, modestes hôtels de voyageurs et demeures aristocratiques. Qu’importe l’absence de salle de bain puisqu’en empruntant la rue Saint-Benoît, les bains publics Saint-Germain sont tout proches. Sa petite bande désargentée, qui comprend d’autres juifs new-yorkais et un catholique d’origine irlandaise, dont certains bénéficient de bourses, se retrouve pour dîner au Pré-aux-Clercs (juste au-dessous du dernier domicile de Stevens). Lorsque son ami d’enfance Henry Klaber arrive à Paris, il emménage avec lui au 46 rue Jacob dans une cour adjacente au bâtiment des loges de l’ENSBA. Au départ de Klaber, aisément admis puis diplômé, Stein déménage chez Kahn rue Corneille face au théâtre de l’Odéon. Bien entendu, Stein et ses amis passent de longs moments dans les cafés du quartier, dont certains s’américanisent par l’adjonction d’un bar où les clients conversent debout : Stein raconte à sa famille que les élèves américains ont l’habitude de se réunir autour de celui du café du Panthéon, après l’affichage des résultats d’admission.

À deux cents mètres de chez lui, rue de l’Abbaye, Stein s’inscrit à l’atelier préparatoire d’Eugène Chifflot. Il doit certainement noter ce paradoxe lié à l’enseignement Beaux-Arts dans un Paris en pleine modernisation : son professeur enseigne dans une vieille maison, tout en édifiant à peu de distance des immeubles d’un éclectisme ostentatoire. Recalé à l’admission, Stein part chez Umbdenstock où les droits d’études sont un peu plus élevés. Il passe des instants privilégiés à dessiner chez Gustave Besson, où il admire le panorama:

« His studio is on the sixth floor a large airy room with walls of a very architectural appearance and a big window that looks out over jolly backyards with trees and grass to the Louvre across the river. »

Stein aime raconter à ses proches ses faits et gestes à l’atelier Laloux, situé à l’époque 8 rue d’Assas. Le génie du lieu – une ancienne demeure aristocratique, dont « les pièces aux plafonds élevés conservent la trace de leur décor primitif en style Louis XV » mais que les élèves ont entièrement tapissé d’affiches publicitaires et de « silhouettes des grands hommes de l’atelier » – contribue à cet enthousiasme, qu’explique également l’authentique sentiment de sympathie que le patron éprouve pour ses élèves. Pour célébrer l’élection de celui-ci à l’Institut, Stein raconte comment l’atelier organise un dîner à l’hôtel d’Orsay, « construit par le patron ».



Chacun à sa manière, Stevens et Stein ont bénéficié de leur expérience ancrée dans ces lieux parisiens. Stevens fait carrière dans la Ivy League, à Cornell puis à la School of Fine Arts de Yale que dirige Meeks : érudit et voyageur infatigable, il y enseigne principalement l’histoire de l’architecture. Légitimation socio-culturelle et enrichissement personnel au contact d’une autre culture sont plus diffus mais toutefois significatifs pour Stein, dont le travail d’urbaniste engagé socialement lui vaut la médaille d’or de l’American Institute of Architects (AIA)12.

La lecture d’un quartier modelé par la présence de l’ENSBA et les besoins de ses étudiants est donc riche en indices historiographiques. L’étude parallèle des « aristocrates » et « bohémiens » américains à travers leur cartographie germanopratine démontre l’utilité d’interpeller les notions de capital social et d’aspiration à la distinction chères à Pierre Bourdieu pour étudier les modes d’études et de vie Beaux-Arts. Cette cartographie pourrait utilement s’étendre à d’autres groupes d’élèves (comme la bande de camarades d’école d’Auguste Perret), se construire autour des ateliers extérieurs que nous avons évoqués pour ceux de Deglane et Laloux, ou se juxtaposer à celle d’artistes et d’intellectuels du même quartier.

Ayant effectué le chemin inverse en 1980, passant d’un atelier du quai Malaquais au campus de Yale, je suis particulièrement sensible au choc culturel que Stevens et Stein ont dû ressentir, au réconfort apporté par des compatriotes, à l’attrait du dépaysement mêlé au refus de déracinement. Reposant sur des documents d’archives, l’hypothèse d’une version germanopratine du campus universitaire revêt aussi une dimension autobiographique. L’atmosphère pré-soixante-huitarde de l’atelier Brasilier, la vétusté des locaux de l’ENSBA où ne se trouvait même pas un distributeur automatique de boissons, la présence dans le quartier de galeries et de cafés au cachet authentique, notre fanfare qui faisait la « manche » rue de Buci : mon cadre de vie scolaire et parascolaire s’apparentait encore à celui des Américains de 1900. Mes études parisiennes diffèrent sensiblement de mon expérience d’étudiante puis d’enseignante dans des universités américaines ; elles m’ont persuadé que les lieux où s’apprend l’architecture ne se résument pas à ceux où elle est enseignée de manière réglementaire.


1 Ces dossiers sont numérisés dans la base « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) » en ligne sur le site de l’INHA (AGORHA).
2 Cf. Suzanne Noruschat, Lauramay LaChance, Guide to the Shepherd Stevens Papers MS 865, New Haven, Yale University Library Manuscripts and Archives, 2013. En ligne [drs.library.yale.edu/fedora/get/mssa:ms.0865/PDF].
3 Everett Victor Meeks (1879-1954, Yale B.A 1901; élève architecte à Columbia 1902-1904) est admis en avril 1905.
Autre exemple de snobisme universitaire : dans Harvard College Class of 1893 Secretary’s Fifth Report, 1913, p. 63, Robert Farquhar (1872-1967, Harvard B.A. ; élève au MIT de 1893 à 1895), diplômé de l’atelier Pascal en 1901, évoque « the companionship of four Harvard men, four M. I. T. men and one Columbia man who, with myself, installed ourselves in economic comfort in a menage on the rue Soufflot [n° 3] by the dome of the Panthéon. Here we lived, and were visited by many relatives and friends, not once adding to our number ».
4 Citée, comme les ateliers préparatoires qui suivent, dans David de Penanrun, E. Delaire, F. Roux, Les Architectes élèves de l’École des beaux-arts 1793-1907, Paris, Librairie de la construction moderne, 1907, p. 125.
5 Jules-Gustave Besson (1868-1942) est un fin observateur de son quartier, dont témoigne son tableau Devant Saint-Sulpice, 1896 (musée municipal de Remiremont).
6 Le 8 octobre 1904, Stevens note : « Coming under S. and T. were in the upper room entered on the right of the cour de l’Horloge. Jack and I were adjoining. We were the only Americans in that part of the exam rooms. »
7 Archibald Manning Brown, Harvard College. Class of 1903; Decennial report, juin 1913, p. 63. La correspondance de 1930 entre anciens de l’atelier Pascal pour rénover ce fond de cour au 20 rue Mazarine atteste bien de cet inconfort. Paul Philippe Cret papers Ms. Coll. 295, University of Pennsylvania: Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts.
8 Le 11 février 1905. Une description similaire sera donnée par Stein.
9 Le 22 décembre 1907 : « Some dozen or so of atelier fellows were there – all French of course except from us Americans. There was a buffet where champagne etc. was served. »
10 Jewel Stern, John A. Stuart, Ely Jacques Kahn, architect: Beaux-arts to modernism in New York, New York, Norton, 2006, p. 35.
11 J’ai consulté la correspondance de Stein à la Division of Rare and Manuscript Collections, Cornell University Library (Clarence Stein Papers, 1905-1983) ; les extraits publiés ici sont reproduits de Kermit C. Parsons (dir.), The Writings of Clarence S. Stein: Architect of the Planned Community, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1998, qui donne quelques photos parisiennes et un plan de l’appartement au 46 rue Jacob.
12 Cf. Kristin E. Larsen, Community Architect: The Life and Vision of Clarence S. Stein, Ithaca, Cornell University Press, 2016.


[sommaire]