Lyon : le projet de Tony Garnier pour une école d’enseignement théorique et pratique des arts, 1914-1922

par Christian Marcot
Maître de conférences (Théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine), ENSA de Lyon, laboratoire LAURE


Liminaire

1676 : Thomas Blanchet, peintre, sculpteur et architecte, envisage l’installation d’une Académie de peinture et de sculpture qui sera effective à partir de 1700 au sein de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Il projette également l’ouverture d’une école de dessin à destination de la jeunesse. Celle-ci fonctionnera dès 1681 mais il n’en reste aucune trace.

1756 : le consulat dote la ville d’une école royale gratuite de dessin et de géométrie pour le progrès des arts et des manufactures, qui, comme de telles écoles ailleurs, représente une première forme d’« un enseignement professionnel public 1».

1804 : Napoléon Ier crée par décret l’École spéciale des arts de dessin. Devenue École des beaux-arts en 1807, elle est installée au palais Saint-Pierre, place des Terreaux. Elle y est rejointe, en 1835, par les facultés des sciences et des lettres, puis par celle de droit et l’Académie des sciences, belles-lettres et arts, le palais devenant un pôle intellectuel au cœur de la cité. Les facultés déménageront à partir de 1896 au palais de l’Université situé sur la rive gauche du Rhône.

1903 : l’État permet la création des écoles régionales d’architecture (ERA) dans les principales villes de province pour se substituer aux classes ou sections d’architecture des écoles d’art et fonctionnant comme des succursales de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (ENSBA). Après celles de Rouen en 1903, de Lille et Marseille en 1904, de Rennes en 1905, l’ERA de Lyon naît en 1906. Installée dans les locaux de l’École des beaux-arts dont elle dépend, elle prépare les élèves à l’entrée à l’ENSBA. Son directeur, M. Sicard, nommera douze professeurs pour enseigner une vingtaine de disciplines. À Eugène Huguet, qui enseignait déjà l’architecture à l’École des beaux-arts, revient la place de professeur des cours de composition, de décoration et de théorie d’architecture. L’enseignement de la construction est confié à Tony Garnier, grand prix de Rome, de retour à Lyon après son séjour à la Villa Médicis 2. Eugène Huguet instaure le premier atelier de l’école dont il sera le patron jusqu’à sa mort en 1914. À la suite de son décès, Garnier prend la direction de cet atelier, situé montée du Gourguillon, qui devient l’un des deux ateliers modernes en France avec celui d’Auguste Perret à Paris.


Le projet d’école d’enseignement théorique et pratique des arts

Fig. 1 – École d’enseignement théorique et pratique des arts : perspective d’ensemble, Tony Garnier arch. Archives municipales de Lyon, 2S 886.

Depuis ses débuts, l’École des beaux-arts de Lyon manque d’espace et de confort. L’idée d’une nouvelle école s’impose et le maire Édouard Herriot propose à Tony Garnier de réfléchir à ce sujet, lequel lui présente son projet en 1914 3, pour un coût de 3 000 000 francs 4. La guerre oblige l’ERAL à la fermeture en 1917. Au cours de cette période, l’architecte définira en détail le projet de cette école, les planches datant, pour l’essentiel, de 1917 et 1919 5(fig. 1).

Fig. 2 – École d’enseignement théorique et pratique des arts et École municipale de tissage et de broderie : plan d’ensemble, 29 décembre 1921, Tony Garnier arch. AML 2S 885.

Le projet est envisagé à la Croix-Rousse, sur une réserve foncière le long du cours des Chartreux (aujourd’hui Général-Giraud), devant le jardin du même nom. Tony Garnier, enfant de la Croix-Rousse, est sensible à ce lieu comme le montre une gouache signée de l’architecte 6. Il décrit l’implantation ainsi : « Sur un terrain très en pente du coteau de la Croix-Rousse, cet établissement aura, par rapport à Lyon, une situation analogue à celle de la Villa Médicis à Rome 7. » (fig. 2).


Un programme innovant sur un site exceptionnel

L’école est destinée non seulement à former des peintres, des sculpteurs et des architectes mais aussi des ouvriers d’art. De plus, elle jouxte, sur le plan, une école municipale de tissage et de broderie dont le projet avait été demandé simultanément à l’architecte.

Le programme est inscrit sur les façades de l’école. Autour du nom de l’école – « École d’enseignement théorique et pratique des arts » –, affiché en frontispice au-dessus de l’escalier monumental, il s’y décline sous la forme des disciplines enseignées : « Architecture, peinture, sculpture, ameublement, tapisserie, poterie, céramique, verrerie, vitraux, imprimerie, livre », « Gravure, lithographie, publicité, vannerie », « Bois, eau forte, art du métal, du bois, tissage, broderie, orfèvrerie ».

Ces inscriptions nous permettent de mesurer l’ampleur et l’ambition du projet. Garnier est un tenant du rapprochement des trois arts, d’un lien fort entre arts et artisanat d’une part et entre arts et industrie d’autre part. Il prône que tous les arts doivent tendre à une intégration dans l’architecture.

Constitué de plus de vingt entités majeures, décomposées en une multitude de fonctions, et destiné à 600 élèves, le programme prévoit, sur un terrain de 18 000 m2, un édifice de 15 000 m2. Les trois niveaux principaux sont intimement liés à la topographie du site. Le niveau bas des entrées ouvre sur le cours des Chartreux. S’y trouvent une salle des conférences de 650 places, le logement du gardien, la salle du conseil, les bureaux administratifs, les remises à bicyclettes, les ateliers et dépôts de matériel, l’atelier de moulage. Le niveau intermédiaire s’organise autour d’une galerie couverte pour relier l’ensemble des fonctions. Il englobe deux amphithéâtres de 150 places, deux salles de 40 places, la salle des professeurs, la bibliothèque de 200 places avec son dépôt, les ateliers d’arts appliqués et six ateliers de 120 places. Enfin, le niveau haut héberge les locaux de concours constitués de 28 grandes loges et – au-dessus en attique – de 56 petites, la salle de travail, la salle des expositions et celle des moulages. Le travail sur les relations fonctionnelles entre les bâtiments est remarquable : les escaliers, les ascenseurs et les commodités sont judicieusement regroupés aux articulations des volumes.

Les espaces extérieurs, d’une surface de 7 500 m2, comprennent un escalier monumental, une galerie couverte, un préau, une grande circulation, des terrasses accessibles, deux patios, des cheminements, les cours où sont exposées les collections d’art oriental et d’art du Moyen Âge, l’allée des ateliers et le jardin d’étude de plein air.

Fig. 3 – École d’enseignement théorique et pratique des arts : entrée principale. Pl. 25 de l’ouvrage de Tony Garnier Les Grands Travaux de la ville de Lyon [1920].

Le tout offre 25 m2 d’espaces intérieurs et 12,5 m2 d’espaces extérieurs par élève. Les locaux destinés à la pratique représentent 45 % des surfaces de l’établissement, ceux liés à la théorie 30 %. Les loges et les salles de concours occupent 20 % alors que l’administration se contente des 5 % restant (fig. 3). Ces considérations surfaciques feraient aujourd’hui rêver.


Une composition et une construction modernes

Le rapport entre le site et le programme révèle un art de la composition d’une subtile intelligence. L’école est formée d’un ensemble de bâtiments, mais dont l’aspect général évoque paradoxalement l’idée d’un seul édifice avec un corps central et des ailes. Garnier conçoit une grande partie de son œuvre à partir d’éléments pavillonnaires, eux-mêmes regroupés de manière fragmentaire pour contribuer à l’ensemble. Par le règne de quelques lignes, la façade trouve un équilibre harmonieux et crée une unité. Alignements, retraits, nus, aplombs, avancées et surplombs vont donner toute la plasticité à l’œuvre par le jeu de la lumière et de l’ombre, jeu savamment organisé en lien avec les fonctions hébergées. De nombreux dispositifs, en particulier au niveau des couronnements, permettent de faire entrer la lumière du nord par des sheds et des lanterneaux. D’autres dispositifs comme les escaliers et ascenseurs sont hors-œuvre et systématiquement adossés aux formes principales. Cette association, évitant les volumes cantonnés, rampants ou engagés, éloigne la forme d’une référence aux monuments que sont les châteaux et les églises.

Les formes proposées par Garnier, dont les maîtres étaient exercés à l’architecture éclectique, illustrent deux siècles de recherche de rationalité en architecture. Elles relèvent d’une modernité certaine avec la mise en avant du fonctionnalisme. Le travail de Garnier se caractérise par l’utilisation de diagrammes de proportion dans la composition des plans. Le carré de base est divisé en neuf carrés et engage par les diagonales des « tracés régulateurs » qui permettent d’engendrer une adéquation quasiment parfaite entre la forme et la structure de l’établissement 8. Si dans ses constructions l’architecte met en œuvre généralement plusieurs techniques de béton (béton de graviers pour les murs des sous-sols et rez-de-chaussée, béton de mâchefer entre banches pour les murs des étages, béton de ciment armé pour les planchers), la structure du projet étudié ici montre l’usage du béton armé notamment pour les poteaux et poutres des grandes salles ou les pilotis de la galerie couverte. Le bordereau de désignation des lots confirme le fait. Il comprend un intitulé « ciment armé » qui représente l’équivalent du chiffrage des lots liés à la maçonnerie, au ciment et à la pierre de taille dure ou tendre.


L’école et ses références

Comment aborder un tel projet d’un point de vue des références ? Les regards pouvant être multiples – architecturaux, historiques, politiques –, nous proposons trois approches. La première interroge les influences croisées entre l’école étudiée, les écoles proposées dans les planches de la Cité industrielle et l’École des beaux-arts de Paris. La deuxième positionne le projet de 1914 dans le contexte lyonnais fortement dominé par l’industrie à l’époque. La dernière examine les courants de pensées qui traversent l’architecture et son enseignement en Europe au début du xxe siècle.

Dans Une cité industrielle 9, Garnier présente, côte à côte, une école d’enseignement professionnel industriel, une d’enseignement professionnel artistique et une d’enseignement supérieur. Il s’agit d’un véritable campus dans lequel les divers apprentissages peuvent s’enrichir. L’« Université » et les « Beaux-Arts » sont « proches ». Cette situation, aujourd’hui de grande actualité, laisse penser que l’architecte a parfaitement conscience des enjeux entre « recherche et projet », « théorie et pratique ». Dans le détail, les vues de la cour d’entrée et de l’allée des ateliers de l’école d’enseignement professionnel artistique présentent des similitudes avec le projet de 1914. De même, la planche 43 d’Une cité industrielle représente la salle des collections. D’expression moderne, elle évoque la cour vitrée du palais des Études aux Beaux-Arts de Paris, par des analogies entre la composition des façades, la recherche de la lumière et la mise en scène des moulages dont un fragment du Parthénon. Un tel fragment figure également, en compagnie d’une colonne de la salle hypostyle du temple égyptien d’Amon-Ré, devant l’école d’enseignement théorique et pratique des arts de 1914.

Sa relation à l’histoire, Garnier la tient de sa fréquentation, quai Malaquais, des bâtiments de Félix Duban, qui a cherché à y « faire un travail de mémoire collective […] Si, dans l’immédiat, la vision historiciste de Duban eut du mal à s’imposer, elle n’en exerça pas moins une influence décisive sur la réflexion que la modernisation de l’enseignement des beaux-arts a suscitée tout au long du xixe siècle 10 ».

Le projet de 1914 est présenté la même année où Lyon se place dans le sillage des Expositions universelles – une trentaine de manifestations depuis la première tenue à Londres en 1851 – en organisant un événement qui n’a jamais eu lieu en France : une exposition internationale urbaine 11. Édouard Herriot, sénateur-maire de Lyon, futur Président du Conseil et ministre, Tony Garnier, architecte et urbaniste, Jules Courmont, médecin hygiéniste, et Louis Pradel, vice-président de la chambre de commerce de Lyon, sont les porteurs du projet dont l’architecte dessinera aussi l’affiche. À une époque où l’urbanisation et l’industrialisation aggravent les conditions de vie, l’exposition met en avant le projet lyonnais d’une cité moderne et originale, qui répond aux problématiques liées au développement urbain, aux besoins nouveaux, aux théories hygiénistes et au nécessaire progrès social, auquel participent l’éducation et la formation professionnelle. L’œuvre de Garnier articule l’histoire et l’expérience avec les innovations et l’imaginaire. Garnier cherche à travers de multiples « mesures » à concilier et à transmettre mémoire et espoir. Si les leçons de Paris influencent le laboratoire de recherche et d’innovation que constitue la Cité industrielle, elles autorisent également des interprétations esthétiques et éthiques nouvelles en adéquation avec son contexte politique, social et économique.

En ce qui concerne le contexte culturel et architectural en Europe, les courants de l’éclectisme architectural ont permis au cours du xixe siècle de redécouvrir les valeurs et qualités des différents styles historiques. En fin de siècle et avant la Grande Guerre, de nombreux mouvements et styles – Arts and Crafts, Art nouveau, Sécession, Wiener Werkstätte, Deutscher Werkbund, Liberty, Sapin – recherchent de nouveaux horizons pour l’architecture et interrogent son enseignement. Au cœur de ce questionnement, les rapports des arts et de l’architecture à l’industrie et à l’artisanat sont posés.

Le projet de Garnier de 1914 s’inscrit dans cette orientation et propose la première école abordant l’ensemble de ces préoccupations. D’une certaine manière, il fait écho aux propos d’Henry Van de Velde ou de Peter Behrens qui prônent l’alliance de l’industrie, de la modernité et de l’esthétique ou bien encore à ceux de Josef Hoffmann. En 1919, c’est Walter Gropius qui s’inscrira dans une filiation basée sur les idées forgées par William Morris, jugeant caduque la distinction entre les beaux-arts et la production artisanale. L’architecte les radicalise pour en faire, comme il l’écrit dans son manifeste pour le Bauhaus, le cœur de la pédagogie parce qu’il n’existe aucune différence, quant à l’essence, entre l’artiste et l’artisan, estimant qu’architectes, sculpteurs et peintres doivent tous retourner à l’artisanat. Une ambition dont la récente exposition au musée des Arts décoratifs à Paris a exploré les sources, mais aussi la riche postérité 12.


D’un projet resté dans les cartons à ses suites

Après la guerre, la municipalité de Lyon définit des priorités pour réorienter l’économie et équiper la ville. Il faut attendre le rapport du 20 novembre 1922 et sa présentation au conseil municipal du 29 janvier 1923 pour voir ressurgir officiellement le projet de Garnier de 1914 en vue de sa construction sur les mêmes terrains des Chartreux. D’après le détail estimatif du projet, la dépense est désormais évaluée à 7 749 064 francs, une augmentation considérable du fait de la hausse des matières premières et de la main-d’œuvre. En séance suivante, le maire propose à son conseil d’accepter ce projet, qui doit tout d’abord faire l’objet d’une approbation ministérielle, et de l’autoriser à demander une subvention à l’État. Le rapporteur de la commission générale précise que le projet de cette école est destiné à remplacer l’École des beaux-arts, toujours logée au palais Saint-Pierre, et que le conseil d’administration de celle-ci en a déjà adopté les plans.

Au cours du débat qui suit, divers conseillers émettent des réserves sur le projet, en particulier sur son coût élevé, et proposent de le réviser. Cependant, le lien avec le projet d’une école de tissage et de broderie apparaît clairement. En effet, il est fait allusion à la dépense cumulée pour les deux écoles s’élevant à 12 000 000 francs. Compte tenu des orientations du débat, le maire est obligé de rappeler que toutes les dépenses, par rapport à celles d’avant guerre, sont majorées selon un coefficient de 3,5. Lors de la délibération suivante, relative au projet d’école de tissage et de broderie, il est précisé qu’il est amené à remplacer l’école, misérable aux yeux de tous, de la rue de Belfort, où 600 élèves se disputent quinze pauvres métiers à tisser. Tous les élus sont d’accord pour bien dissocier les deux projets et pour acter la prévalence de l’édification de l’école de tissage. Pendant les échanges, il est fait remarque en toute camaraderie et amitié que l’architecte choisi est le même pour les deux écoles. Le rapporteur est un admirateur du talent « scientifique et moderne » de Garnier mais trouve néanmoins que la part qui lui est faite dans les travaux de la ville est un peu trop large. Il précise que la ville compte un certain nombre de jeunes architectes auxquels des occasions doivent être procurées afin qu’ils puissent se faire connaître et mettre en vue leur talent.

Bien que très avancé, le projet commencé en 1914 et développé jusqu’en 1922 sera revu par Garnier à travers un projet pour une « école des arts » en 1926, puis celui pour une « école des arts et métiers d’art » en 1931. Ce dernier projet semble pouvoir aboutir et la construction est envisagée sous réserve que l’architecte prenne pour collaborateur Michel Roux-Spitz. Le refus de Garnier signe l’abandon de ce projet, héritier de l’esprit initial de « son école ».

Ainsi, seul le projet de l’école de tissage aura une suite. Après les propositions de Garnier de 1905, de 1907 et de 1919, ses dessins de 1927 sont retenus. Or dès son achèvement en 1933, l’École de tissage souffre de la crise de la soierie et n’accueille plus beaucoup d’élèves. Aussi, le transfert de l’École des beaux-arts dans ses locaux est validé par le conseil municipal le 7 octobre 1935, et la cohabitation avec les 200 élèves beaux-arts et architectes se passe bien. Or en 1945 ils sont 355 et les lieux ne peuvent plus fonctionner sérieusement. La construction d’un bâtiment pour l’École des beaux-arts et l’ERAL est envisagée à nouveau. L’école sera inaugurée en 1960 à la Croix-Rousse, rue Neyret. Ses plans sont dus à l’architecte Paul Bellemain, un élève de Garnier.


Un regard distancié sur le projet

Le projet de l’école théorique et pratique des arts de 1914 aurait pu donner lieu à l’une des plus novatrices écoles de son époque tant dans son contenu pédagogique que dans son contenant architectural. En abolissant les frontières entre art et artisanat et entre artisanat et industrie, ce projet aurait pu s’apparenter au Bauhaus où les « créateurs de toutes les disciplines […] explorent conjointement de nouveaux territoires qui seraient sinon restés autant de terres inconnues 13 ».

Les questions du recrutement des élèves et du diplôme d’architecte sont presque secondaires au regard des parcours très divers que connaissent les architectes en ce début du xxe siècle. La complexité des situations – formation sur le tas comme apprenti ou dessinateur en agence ou sur les bancs d’écoles que ce soit en arts appliqués, en arts décoratifs, en beaux-arts, en ingénierie ou en architecture – reflète bien les ambivalences de l’architecture et de son enseignement mais aussi la nécessité d’une homogénéisation du niveau.

Les questions du dosage pédagogique entre théorie et pratique, entre disciplines et interdisciplinarité, entre laboratoire, amphithéâtre et atelier demeurent au cœur des préoccupations actuelles. Que retenir des leçons de l’histoire alors que les écoles nationales supérieures d’architecture se développent actuellement aux côtés des universités et que les pouvoirs locaux prennent le pas sur le réseau national de celles-ci au « profit » d’une implantation régionale revendiquée.

 

1 Agnès Lahalle, Les Écoles de dessin au XVIIIe siècle. Entre arts libéraux et arts mécaniques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.
2 Tony Garnier (1869-1948) fait ses études à l’école technique La Martinière à Lyon (1883-1886), à l’école des beaux-arts de Lyon (1886-1890) où il est élève d’Antonin Louvier, puis à l’ENSBA (1890-1899) auprès de Paul Blondel et de Louis Henry Georges Scellier de Gisors. Il séjourne à l’Académie de France à Rome de 1899 à 1903, où il commence à travailler sur son projet de Cité industrielle.
3 Cf. l’ensemble de 35 planches, dont 30 non publiées, aux archives municipales de Lyon (AML) carton 965 WP/1.
4 D’après le procès-verbal du conseil municipal du 23 janvier 1923.
5 Sept planches du projet ont été publiées, vers 1920, par l’architecte dans Les Grands Travaux de la ville de Lyon. Études, projets et travaux exécutés (Paris, Ch. Massin). Dans le catalogue Tony Garnier : l’œuvre complète (Paris, Centre Georges-Pompidou, 1989), trois de ces planches illustrent le texte de Pierre Vaisse et deux celui d’Alain Guiheux. AML liasse 782, doc. 2S884, 2S888, 2S889 et liasse 782, doc. 2S887 et 2S886.
6 Vue depuis la Croix-Rousse, 1905, gouache, collection Louis Piessat.
7 Extrait de la table des planches dans Les Grands Travaux de la ville de Lyon, op. cit.
8 Anette Metzen, sous la direction de Bernard Duprat, « Analyse des formes de la Cité industrielle », rapport de recherche, École d’architecture de Lyon/Laboratoire d’analyse des formes, 1991 ; Christian Marcot, « Formes et structures chez Tony Garnier », EAL/LAF, 1991.
9 Une cité industrielle, étude pour la construction des villes, Lyon, Baise et Goutagny, [1919], 15 p. et 164 planches.
10 Charlotte Denoël, « L’École des beaux-arts et ses bâtiments du XIXe siècle », février 2011, sur [www.histoire-image.org]. Cf. aussi « Les bâtiments de l’École des beaux-arts à Paris, un traité d’architecture “mis en pratique” », conférence de Jörn Garleff à l’ENSA Paris-Malaquais, le 1er mars 2018.
11 Cf. Maria-Anne Privat-Savigny (dir.), Lyon, centre du monde ! L’Exposition internationale urbaine de 1914, Lyon, Fage, 2013, catalogue de l’exposition éponyme, Lyon, musées Gadagne, novembre 2013-avril 2014 ; dossier sur l’exposition : [docplayer.fr/7791165-Du-21-novembre-2013-au-27-avril-2014.html].
12 Cf. le catalogue L’Esprit du Bauhaus, Paris, Les Arts décoratifs, 2016.
13 Ibid.


[sommaire]