Un fonds ancien divisé. Entre histoire de l’art et histoire de l’architecture : la question de l’ornement pour le fonds de l’École des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand.

par Gwenn Gayet-Kerguiduff,
Maître de conférences associée en Histoire et Culture Architecturale, ENSA Clermont-Ferrand.

 

L’utilisation d’une bibliothèque par ses lecteurs est révélatrice de sa raison d’être et de la constitution des fonds 1.


1968. La création des Unités Pédagogiques d’Architecture (UPA) a pour conséquence la répartition des fonds des bibliothèques des Écoles des Beaux-arts, comme ce fut le cas à Clermont-Ferrand. Cette division constitue dès lors la base de deux nouveaux fonds, l’un conservé à l’Unité Pédagogique d’Architecture et d’Urbanisme (UPAU) de Clermont-Ferrand ; et l’autre, à l’école régionale des Beaux-arts.

Fig.1 – Fonds ancien de l’ENSACF (G. Gayet-Kerguiduff, 2018)

Ce que nous dénommerons désormais « fonds ancien » est l’ensemble des ouvrages anciennement conservé au sein de l’École des Beaux-arts de Clermont-Ferrand et qui a, à compter de 1968, intégré l’UPAU, pour être progressivement oublié dans le courant des années 1970, avant d’être relégué aux réserves (fig. 1).

Activer d’anciens fonds pour les étudier requiert tout d’abord de pouvoir les identifier : d’en proposer un inventaire complet. Dans le cadre de nos recherches « HensA20 », notre intérêt s’est très vite porté sur le fonds ancien de l’ENSACF2, d’une part puisqu’il était vierge de toute étude, et que les travaux réalisés à l’ENSA de Strasbourg par Franck Storne3, ou ceux de Béatrice Gaillard (pour l’ENSA Versailles) et Isabelle Bradel (de l’ENSA de Nancy)4, nous ont guidé dans cette volonté de découverte du fonds, et d’autre part, parce que le programme HensA20 souligne cette volonté de travailler étroitement entre chercheurs et documentalistes. C’était donc une forte volonté de notre part que de travailler en lien avec l’équipe présente au sein de la médiathèque de l’ENSACF. Mais surtout, depuis 2014, nous avons pu prendre connaissance d’un fonds remarquable, pourtant inexploité et alors méconnu. Aussi, avons-nous demandé dès juillet de la même année – et à la veille de l’emménagement de l’ENSACF dans les locaux de l’ancien hôpital-sanatorium Sabourin – la réalisation d’un inventaire complet. Ce dernier fut réalisé en vue d’une plus grande connaissance du fonds, mais surtout d’envisager le partage de ces données.

Effectivement, « le livre d’architecture s’inscrit sur la liste des parents pauvres de l’histoire du livre et de l’histoire de l’architecture ». Jean-Michel Léniaud ne manque pas de le souligner : à part les historiens du XVIe siècle, personne en France ne s’est avisé de dresser un répertoire bibliographique de cette production imprimée, avant les années 20005. C’est donc un sujet actuel dont se saisissent aujourd’hui certains chercheurs.

Aussi, une question s’est très vite imposée dans le cadre de notre étude : quels furent les choix qui ont présidé lors de cette répartition des fonds entre UPAU et école régionale des Beaux-arts ? Puis, quel fut le devenir de ces deux ensembles ?

Pourvoir répondre à ces interrogations nécessite de pouvoir réactiver les mémoires de ceux qui ont pu participer à leur composition comme à leur consultation.

Malgré plusieurs publications de qualité6, l’étude des fonds d’ateliers d’architecture, ou l’étude des fonds anciens des bibliothèques des Beaux-arts n’est pas encore généralisée, reste encore embryonnaire, et cela s’explique certainement par l’absence de sources écrites. De plus, l’histoire de la séparation des fonds de bibliothèques entre UPA et Beaux-arts au XXe siècle semble être un sujet à la fois trop récent et trop ancien. Trop récent parce que les sources que nous pourrions exploiter ne sont pas encore bien identifiables ni toutes bien repérées ; trop ancienne parce qu’il nous faut pouvoir réactiver la mémoire des témoins directs de cette histoire7. Il y a donc un double problème auquel il faut se confronter. Dans notre travail, nous nous devons de souligner l’importance des témoignages oraux. Inventaires et entretiens constituent le socle de notre démarche de recherche. Pour cela nous avons notamment pu entendre madame Pompeya Bellot (ancienne documentaliste de la bibliothèque de l’UPAU, arrivée en poste en 1971), et monsieur Alain Maffet, ancien étudiant architecte entré en 1970 en formation à Clermont et en charge des prêts d’ouvrages de la bibliothèque8.

Fig.2 – Extrait de l’inventaire du fonds de la bibliothèque de l’UPAU, réalisé en 1971 par Mme Bellot (G. Gayet-Kerguiduff, 2018)

Un premier inventaire papier fut réalisé par madame Bellot en 1971, sur la base de factures conservées (fig. 2). C’est à partir de ce premier inventaire (indiquant la provenance des ouvrages), confronté à l’inventaire numérique de 2014, qu’une première étude a pu être élaborée.

Les pourcentages soumis ci-dessous sont indicatifs mais tronqués, de fait, car il manque encore aujourd’hui l’inventaire du fonds ancien conservé au sein de l’ESACM9. Aussi, dans l’état actuel, il nous est encore impossible de proposer une vue complète des ouvrages qui pouvaient composer l’ancien fonds de l’École des Beaux-arts de Clermont-Ferrand avant 1968.

Des 400 ouvrages identifiés qui ont appartenu au fonds intégrant l’UPAU de Clermont, aujourd’hui, seuls 255 demeurent physiquement. Certains livres ont été vendus, d’autres ont disparu… et probablement que d’autres furent détruits.

  • 48% furent publiés dans le courant du XIXe siècle,
  • 51 % relèvent d’une publication parue dans le courant du XXe siècle, (avec seulement 3,25% d’entre eux publiés et acquis après 1968),
  • 50,75% des ouvrages portent sur l’histoire des arts et/ou sur histoire de l’architecture,
  • 29,5% sont des ouvrages d’histoire de l’architecture uniquement,
  • 22,5% abordent la question du décor et de l’ornement,
  • 11,5% traitent de monographies d’édifices,
  • 11% sont des ouvrages théoriques et recueils,
  • 6,5% sont encore des supports pédagogiques (tels que des cours/concours),
  • Et enfin, 17,5 % sont des encyclopédies ou dictionnaires.

Ce que nous pouvons toutefois retenir de l’étude de ce fonds ancien, en tout cas pour les ouvrages qui sont parvenus jusqu’à nous et dont nous avons hérité, c’est la relation différente que l’étudiant architecte semblait entretenir entre texte (la théorie) d’une part, et l’image d’autre part. Béatrice Bouvier et Jean-Michel Léniaud le rappellent d’ailleurs à juste titre : la question de la représentation dans le livre d’architecture est une question centrale, qui n’a cessé d’évoluer entre les XIXe et XXe siècles. En effet, Jean-Nicolas-Louis Durand propose des vues panoptiques, dans son Recueil et parallèle des édifices de tout genre anciens et modernes, remarquables par leur grandeur ou par leur singularité et dessinés sur une même échelle publié en 1799, il soumet alors au lecteur des représentations de monuments d’architecture tous présentés à une échelle identique, nous permettant ainsi des comparaisons facilitées. Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, lui dans la seconde moitié du XIXe siècle, via son Dictionnaire raisonné de l’architecture, innove avec ses vues en écorché destinées à éclairer sur la construction-même du bâtiment. Puis, Auguste Choisy fait le choix de présenter des axonométries et complète ainsi les techniques de représentations dans son Histoire de l’architecture (1899)10.

Fig.3 – GROMORT Georges, Choix d’éléments empruntés à l’architecture classique : parallèle d’ordres grecs et romains et application des ordres, Paris, 5e Éd. Vincent, Fréal et Cie, 1949, planche 69, exemplaire present au sein du fonds ancient de l’ENSACF (G. Gayet-Kerguiduff, 2018)

Si une place si importante est laissée à l’illustration, est-ce uniquement par souci pédagogique ? Il semble que l’étude de ces publications nous permet aujourd’hui de renseigner également l’histoire des sensibilités architecturales au cours des siècles. Cette longue histoire marquant le rapport entre le texte et l’image dans l’enseignement de l’architecture se retrouve au sein du fonds ci-étudié. En effet, en nous posant la question de l’usage de ces ouvrages : à quoi cette bibliothèque servait-elle ? L’usage était-il révélateur du travail des étudiants et enseignants au sein d’une école ? Nous pouvons en arriver aux hypothèses suivantes : il semble que les étudiants architectes consultaient moins les ouvrages théoriques (état de conservation bien meilleur) que les volumes de planches. Et comme les ouvrages présentés au sein de l’exposition Traces d’enseignement : lieu(x) et fonds ancien(s) de l’ENSACF11 annexée à ces journées d’études ont pu le montrer, les traces de calque, de manipulation, de lavis, de crayons, ou les successives restaurations, témoignent principalement de l’intérêt des étudiants architectes pour les dessins, bien moins pour le texte12. Il semble donc que la bibliothèque de l’école des Beaux-arts, puis de l’UPA de Clermont-Ferrand, répondait à la demande du public étudiant : les ouvrages de motifs architecturaux (Gromort13 par exemple) nous semblent avoir servi pour les épreuves d’éléments analytiques14 (fig. 3).

Notre étude thématique du fonds ancien nous indique que la documentation présente et principalement utilisée au sein de l’école d’architecture avant 1968 s’orientait en grande partie sur les arts décoratifs (22,5%) et l’histoire des arts et de l’architecture (50,75%). Nous tenions tout particulièrement à souligner la récurrence des « styles historiques » et des « décors et ornements », notamment avec la collection des ouvrages de César Daly que l’ENSACF conserve encore. Aussi, pouvons-nous voir dans ce fonds ancien de l’école d’architecture de Clermont-Ferrand, le livre d’architecture comme un catalogue qui alimentait l’imaginaire de l’architecte concepteur (en tout cas, avant 1968)15 ? Ces ouvrages, alors très largement diffusés en France et en Europe peuvent-ils être le reflet d’une histoire des idées ou du goût ?

Fig.4 – LETAROUILLY Paul, Édifices de Rome moderne, Vol. 5 et 6, Églises et couvents, Londres, Tiranti’s edition, sd, planche 352, exemplaire present au sein du fonds ancient de l’ENSACF (G. Gayet-Kerguiduff, 2018).

Nous identifions également une majorité de publications françaises, 48% de ces publications datent du XIXe siècle (et 45% parurent entre 1901 et 1968). Nous soulignons une tendance à accueillir des publications d’architectes, comme Laloux, Letarouilly (fig. 4), Daly, Garnier, ainsi que quelques publications de professeurs intervenant dans des disciplines connexes et associées, comme d’Espouy16. « Ces auteurs sont les vecteurs de modèles académiques, qui, par leurs publications, renvoient aux édifices classiques, antiques, de la Renaissance française, ou du néo-classicisme »17 si prégnant dans l’architecture du XIXe siècle français : nous ne pouvons qu’adhérer aux conclusions déjà formulées par Noémie Lesquin dans son étude sur l’atelier de Pontremoli. Le fonds ancien de l’ENSACF se voyait ainsi majoritairement constitué, mais il se trouve complété d’ouvrages techniques, ornementaux mais également, modernes.

Peut-être pouvons-nous identifier une coloration particulière et une identité à cette école d’architecture clermontoise qui semblait tout particulièrement avoir orienté ses enseignements vers l’histoire classique de l’architecture, mais surtout vers ses décors et ornements ? En effet, les autres disciplines semblent peu représentées : moins de 2% des ouvrages sont consacrés à l’art des jardins ; 3,5% traitent des mathématiques ; 2,3% abordent les questions d’urbanisme et d’aménagement…

Alors, inclinaison particulière que l’école d’architecture clermontoise, ou généralité française ? Notons qu’Ernest Vinet, bibliothécaire de l’École des Beaux-arts de Paris remarquait dans son bilan de l’année 1865 que : « l’attention des jeunes architectes s’est particulièrement dirigée sur certains recueils périodiques. La Revue d’architecture publiée par M. César Daly a été commandée 97 fois […] Le Dictionnaire raisonné de l’architecture du XIe au XVe siècle par M. Viollet-le-Duc, Le Mobilier Français et les Entretiens sur l’architecture ont trouvé pour le moins une centaine de lecteurs »18.

Il semble que, comme aux Beaux-arts de Paris, le fonds ancien de l’ENSACF révèle différents regards portés sur l’histoire de l’architecture : tant par des ouvrages qui véhiculent un discours évolutionniste, que par des réflexions nous renseignant sur l’histoire de la production, de la construction. Mais qu’en est-il depuis 1968 ?

De nombreux témoignages attestent la destruction d’ouvrages qui furent mis au pilon, car désuets. Il faut se tourner vers l’architecture moderne, non plus vers le passé. Effectivement, dans son ouvrage Le fantôme des beaux-arts : l’enseignement de l’architecture depuis 196819, Michel Dénès, évoque la disparition des bibliothèques d’ateliers et présente ce démantèlement comme une « conséquence de la disparition de l’institution qui les abritait et donc, du système qui les légitimait ». Le partage des fonds de bibliothèque, en 1968, reste un épisode flou. Peut-être que ces destructions d’ouvrages expliquent le peu de livres du fonds ancien portant encore l’estampille des ateliers clermontois (ateliers Gourgouillon et Papillard) ? Les patrons ont-ils repris leurs ouvrages d’ateliers comme le firent d’autres enseignants20? Quoi qu’il en soit, nous ne retrouvons à ce jour aucune trace écrite et officielle demandant la division du fonds initialement conservé au sein de l’École des Beaux-arts, pour alimenter désormais et à compter de 1968, deux bibliothèques distinctes, celle de l’UPAU, et celle de l’école régionale des Beaux-arts. Peut-être que l’urgence de la situation, les mouvements sociaux du même temps, associés au caractère peu commun de ces bibliothèques – qui n’appartenaient officiellement à aucune personne ni morale ni physique – peut expliquer ces transferts ne laissant aucune trace écrite ni demande officielle… Si ce n’est cet inventaire réalisé trois années plus tard par madame Bellot, pour le cas de l’UPAU clermontoise.

Voilà qui nous oblige à émettre de nombreux doutes et hypothèses face au manque de référencement clair, face aux problèmes de justesse dont peuvent faire preuve les archives orales (qu’il s’agisse d’une question de mémoire, de souvenirs déformés, de l’aiguillage que l’interviewer peut porter lors des entretiens face à la personne interrogée), ou encore, face au manque d’archives écrites. Nous n’oublions pas de mentionner nos très probables lacunes dans la restitution inventoriée du fonds initial, sentiment qui est renforcé par des témoignages nous indiquant que certains ouvrages provenant des bibliothèques apparaissaient ponctuellement à l’occasion de ventes en brocantes…

Si nous avons conscience de ces lacunes non identifiables, nous soulignons qu’il peut sembler curieux que L’architecture française de Blondel, Les plus excellents bâtiments de France de Du Cerceau comme bien d’autres ouvrages de référence, soient absents de cet inventaire du fonds ancien clermontois, qui pourtant est si orienté sur l’histoire de l’architecture.

Le témoignage d’Alain Maffet nous a permis de comprendre le mode de gestion de la bibliothèque de l’UPAU en 1970 : comment étaient acquis les ouvrages, sur quels fonds étaient reliés et restaurés les livres21. La Masse (conseil des élèves) ainsi qu’une enveloppe émanant du Ministère servaient à alimenter et entretenir les ouvrages de la nouvelle bibliothèque. Nous remarquons que les ouvrages du fonds ancien achetés après la division de 1968 sont des ouvrages très majoritairement en lien avec l’histoire des arts et techniques, l’histoire de l’art, l’histoire de l’architecture. Était-ce là une façon de combler le fonds resté aux Beaux-arts ? Alain Maffet nie cet argument en précisant qu’il suffisait d’aller consulter les ouvrages existants, à la bibliothèque des Beaux-arts. Alors pourquoi de telles acquisitions dans les années 1970, tandis que les enseignements se détournent du passé et des constructions traditionnelles ? Il semble que les enseignements relatifs à l’histoire manquaient aux étudiants architectes. La présence d’ouvrages modernes au sein du fonds ancien et portant sur les productions de Tony Garnier ou de Franck Lloyd Wright apporte un contrepoids à la masse dominante des ouvrages portant sur l’architecture classique et le décor, mais cela ne peut en l’état démontrer avec certitude l’ouverture de l’école d’architecture de Clermont-Ferrand à la production éditoriale moderne22, d’autant que ces ouvrages semblent avoir été acquis par les étudiants eux-mêmes.

Nous nous devons désormais de préciser qu’entre les années 1970 et 2014, il y eut un oubli progressif de ce fonds de l’ENSACF, devenu dormant. Depuis l’inventaire de 2014 et la mise à disposition de ce fonds ancien suite à son versement sur ArchiRès, nous notons un véritable regain d’intérêt pour ces ouvrages qui parfois sont consultés, par les étudiants, mais d’avantage par quelques chercheurs (parfois venus de régions lointaines).

Après l’analyse que nous venons de porter, il nous paraît indispensable de prendre la mesure du fonds resté au sein de l’école régionale des Beaux-arts. Nous pouvons commencer par souligner tout notre étonnement face à la quantité du fonds toujours conservé au sein de l’ESACM, et évalué à environ 43 mètres linéaires, soit presque deux fois plus que le fonds ancien actuel de l’ENSACF. Ces ouvrages conservés à l’ESACM constituent un fonds actuellement toujours dormant, qui n’a pas encore bénéficié d’un inventaire. Un classement thématique a toutefois été par madame Belin (bibliothécaire actuelle), à l’occasion du déménagement en 1995 dans les locaux actuels. Dans son état présent, l’étude menée nous indique que le fonds ancien de l’ESACM se compose d’ouvrages principalement issus de la discipline histoire de l’art, tandis que l’inventaire du fonds ancien conservé au sein de l’ENSACF tend à souligner la forte présence d’ouvrages relevant de l’histoire de l’architecture, telle qu’elle pouvait être enseignée au sein d’ateliers de projet avant 1968. Toutefois, qu’il s’agisse d’histoire de l’art ou d’histoire de l’architecture, le fonds initial paraît porté par un intérêt commun, l’ornement, qui depuis 1968 semble s’éloigner des intérêts des architectes formés sein des UPA. Dans les deux cas, la question du décor et de l’ornement est à souligner, comme un fil conducteur-commun. Aussi, si la séparation des fonds s’est opérée de façon arbitraire, nous identifions une certaine logique thématique.

Cette étude encore en cours nous pousse à prolonger nos questionnements en vue de mener une analyse sur un ensemble complet – et pourquoi pas rassemblé ? mais à défaut entièrement inventorié, ce qui rappelons-le, n’est pas encore le cas pour le fonds ancien de l’ESACM – et non sur un ensemble amputé aux deux tiers.

Enfin, si les ouvrages présents dans la bibliothèque de l’École des Beaux-arts de Clermont-Ferrand jusqu’en 1968 témoignent d’une nette orientation pour l’enseignement de l’architecture classique, il nous faut aujourd’hui souligner ce contraste entre son rôle formateur avant 1968 et cette quasi-absence de consultation actuelle. « Devons-nous interpréter cet oubli collectif comme la difficulté des architectes d’aujourd’hui à gérer l’héritage de l’enseignement des beaux-arts ? Devons-nous interpréter cet oubli collectif comme la difficulté des architectes d’aujourd’hui à assumer le rapport de l’architecture à la référence ? » Cette référence qui fut rejetée au XXe siècle par les Modernes, au profit de la table rase. Le sort de ces bibliothèques est probablement un symbole de cette volonté de table rase23… Malgré sa richesse, ce fonds n’a jamais été réellement exploité et nous espérons avoir démontré qu’il mérite de l’être, pour ensuite, être comparé et mis en balance avec les fonds anciens d’autres écoles. À cette issue, il est probable que nous saurons acquérir davantage de reconnaissance pour l’histoire de l’enseignement de l’architecture, comme le soulignait d’ailleurs Isabelle Bradel en novembre 201624. Voilà pourquoi nous nous proposons aujourd’hui de restituer un inventaire complet de ce qui fut un fonds de bibliothèque pour l’École des Beaux-arts de Clermont-Ferrand, avant 1968. Ce fonds de bibliothèque pourra-t-il renseigner davantage l’histoire de l’enseignement de l’architecture au sein d’une École régionale des Beaux-arts, celle de Clermont-Ferrand ?

1 DOULAT Fabienne, Le fonds de livres d’architecture à la bibliothèque de l’école des Beaux-arts au XIXe siècle ; La bibliothèque et son public, dans BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002, p. 247.
2 École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand
3 CHATELET Anne-Marie, STORNE Franck (sous la dir), Des Beaux-Arts à l’Université. Enseigner l’Architecture à Strasbourg, partie III, Vol.1, Éd. Recherches/ ENSAS, 2013.
4 BRADEL Isabelle, GAILLARD Béatrice, « Ceci fera vivre cela : la transition de 1968 vue par les bibliothèques », Histoire de l’Enseignement de l’Architecture au 20e siècle, num. 2, Nov. 2016, pp.15-18.
5 BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002, p.5
6 Nous pensons notamment aux publications de Franck STORNE, Noémie LESQUIN, Fabienne DOULAT ou encore Christine VENDREDI-AUZANNEAU.
7 Noémie Lesquin se heurte au même problème dans son étude portant sur « La bibliothèque de l’atelier Pontremoli : fragments d’histoire des bibliothèques des ateliers d’architecture à l’école des beaux-arts » (pp. 199-247) dans BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002.
8 Nos investigations se poursuivent actuellement et nous programmons de nouveaux entretiens avec des architectes de Clermont-Ferrand qui furent usagers de cette bibliothèque.
9 École Supérieure d’Art de Clermont Métropole.
10 BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002, p.11.
11 Exposition tenue au sein de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand du 7 au 18 juin 2018, commissariat d’exposition : Gwenn Gayet-Kerguiduff et Mathilde Lavenu.
12 Noémie Lesquin en arrive à une conclusion similaire dans son étude portant sur la bibliothèque de « L’atelier Pontremoli : fragments d’histoire des bibliothèques des ateliers d’architecture à l’école des beaux-arts » (p. 218) dans BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002.
Nous nous permettons également de renvoyer à la question de la mimesis en architecture et de l’enseignement : l’architecture est-elle un art ou une science de la mimesis ? Voir COURRÉNT Mireille, « Illusion du réel et esthétique de la correction : mimesis et phantasia dans la théorie vitruvienne de l’architecture », Pallas [En ligne], 92 | 2013, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 30 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/pallas/163 ; DOI : 10.4000/pallas.163
13 GROMORT Georges, Choix d’éléments empruntés à l’architecture classique, Paris, Vincent et Cie, 1927.
14 Nous avons pu en arriver à cette conclusion grâce à la piste lancée par Noémie Lesquin dans son analyse sur l’atelier de Pontremoli.
15 BOUVIER Béatrice, Le livre d’architecture et l’édition à Paris, au XIXe siècle : premier bilan (pp.49-75) dans BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002.
16 Identifié comme professeur de dessin ornemental à l’École des Beaux-arts de Paris en 1895.
17 LESQUIN Noémie (p. 219), « L’atelier Pontremoli : fragments d’histoire des bibliothèques des ateliers d’architecture à l’école des beaux-arts » dans BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002.
18 DOULAT Fabienne, Le fonds de livres d’architecture à la bibliothèque de l’école des Beaux-arts au XIXe siècle ; La bibliothèque et son public, dans BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002, p. 257.
19 DÉNЀS Michel, Le fantôme des beaux-arts : l’enseignement de l’architecture depuis 1968 Éd. de La Villette, Paris, 1999, p. 47
20 Mention portée sur l’inventaire de 1971 : « repris par Mr. Mangematin », ancien enseignant de l’école d’architecture de Clermont-Ferrand.
21 Entretien filmé, réalisé le 9 mai 2018 à l’ENSACF.
22 Noémie Lesquin soumet une conclusion analogue dans son étude portant sur la bibliothèque de « L’atelier Pontremoli : fragments d’histoire des bibliothèques des ateliers d’architecture à l’école des beaux-arts » (p. 220) dans BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002.
23 La maternité de ce questionnement revient à Noémie Lesquin dans son étude portant sur la bibliothèque de « L’atelier Pontremoli : fragments d’histoire des bibliothèques des ateliers d’architecture à l’école des beaux-arts » (p. 220) dans BOUVIER Béatrice, LENIAUD Jean-Michel (sous la dir.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle, édition, représentations et bibliothèques, Rencontres des Chartes, Paris, 2002.
24 BRADEL Isabelle, GAILLARD Béatrice, « 1968 vu par les bibliothèques », HEnsA20, n°2, Novembre 2016, pp.15-19.

[sommaire]