L’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand avant 1968

par Shahram Abadie,
Maître de conférences (HCA), ENSA Clermont-Ferrand, GRF Ressources et EA 3400 ARCHE


La première tentative, dans l’ère contemporaine, de créer une école d’architecture à Clermont-Ferrand remonte au tout début du XIXe siècle. Or, non seulement cette initiative précoce fut vouée à l’échec, un siècle plus tard, lors de l’instauration des écoles régionales d’architecture, la capitale auvergnate ne figura pas parmi les cités élues pour les accueillir. Clermont dut, en effet, se contenter d’un atelier d’architecture au sein de son École régionale des beaux-arts et attendre la création des Unités pédagogiques d’architecture (UPA) pour se voir doté d’un établissement de formation d’architectes à part entière.

Cette contribution vise à éclairer les raisons de cette ouverture tardive d’une école d’architecture en Auvergne et pour ce faire, aborde le fonctionnement et la portée des établissements précédents, l’École municipale puis régionale des beaux-arts de Clermont-Ferrand et l’École départementale d’architecture de Volvic. Fondées au fil du XIXe siècle, celles-ci formaient aux métiers d’architecture les jeunes Puydômois dont certains embrassaient une carrière d’architecte, achevant leurs études à l’École régionale d’architecture de Lyon ou de Marseille, mais le plus souvent à l’École nationale supérieure des beaux-arts à Paris.

De l’École municipale de dessin à l’École régionale des beaux-arts

Le 16 septembre 1809 Louis-Charles-François Ledru (1778-1861), futur architecte de la Ville, soumet à la préfecture le programme d’une école d’architecture qu’il a l’intention d’ouvrir à Clermont-Ferrand1. Se présentant comme ancien élève de Jean-Nicolas-Louis Durand à l’École polytechnique, médailliste de l’École spéciale des beaux-arts et lauréat de plusieurs concours lancés par le gouvernement, cet architecte propose d’enseigner la théorie et la pratique de l’architecture « dans l’ordre et d’après les méthodes et modèles suivis à Paris ». Le programme est ambitieux, sinon exhaustif, allant de la géométrie descriptive à la coupe des pierres et des bois de charpente, des principes de construction, de disposition et de décoration au levé des plans topographiques, du lavis et du mélange des couleurs à la rédaction des rapports et aux lois des bâtiments. Il n’y aurait pourtant que deux enseignants : Ledru lui-même et le professeur de mathématiques à Clermont, M. Gilles, également « chef des bureaux de la partie art du Cadastre du Département ». L’entreprise semble ainsi prématurée bien que s’inscrivant dans un élan de « l’enseignement supérieur » au niveau national mais aussi local dont témoigne la création de la faculté des Lettres de Clermont en 18082. Tout comme cette dernière fermée sous la Restauration, l’établissement de Ledru n’aura pas connu grande fortune puisque, pas plus tard qu’en 1817, répondant à une enquête du ministère de l’Intérieur, le préfet du Puy-de-Dôme regrette l’absence d’école de dessin dans son département3.

Le manque n’est pallié qu’en 1824 par la création de l’École gratuite de dessin appliqué aux arts et métiers, à l’initiative de la Ville de Clermont-Ferrand. Cet établissement, destiné aux jeunes âgés entre dix et seize ans, vise à former des « ouvriers habiles »4 sous la direction de l’architecte municipal. Dans un long discours inaugural, ce dernier – toujours le même Ledru – annonce l’orientation de l’instruction vers « les arts utiles », entendus ceux « qui se rapportent plus ou moins à l’architecture ». Donc si cette école ne forme pas d’architecte à proprement parler, elle devrait contribuer à améliorer la qualité des constructions dans la région ; ces dernières souffrant, d’après l’orateur, de médiocrité et de graves défauts5. Cela vaut également pour une autre institution puydomoise contemporaine, l’École départementale d’architecture de Volvic, fondée en 1820 par le comte de Chabrol de Volvic (1773-1843) préfet de la Seine6. En dépit de l’appellation et des intentions initiales évoquées dans le règlement de 1825, cet établissement non plus ne formera jamais d’architecte mais des tailleurs de pierre et des sculpteurs d’ornement. Il servira aussi à des enseignants et des élèves comme tremplin pour entrer à l’École des beaux-arts de Clermont-Ferrand puis de Paris7.

L’école de dessin de Clermont semble, néanmoins, jouer un rôle propédeutique non négligeable dans la formation des architectes locaux. Alors qu’avant 1830, on ne compte qu’un seul élève auvergnat admis par décennie dans la section architecture de l’École des beaux-arts de Paris, ce chiffre va ensuite croissant jusqu’à atteindre son apogée à l’aube des années 1880, avec presque un élève admis par an8. L’établissement est, à cette époque, dirigé par Agis Léon Ledru (1816-1885), fils de l’ancien architecte de la Ville, et ancien élève de Huyot et Lebas à l’École des beaux-arts9. Les cours se répartissent en quatre catégories : le dessin linéaire et le dessin d’imitation, fréquentés en 1877, respectivement par 113 et 104 élèves ; les cours de sculpture et d’architecture suivis par 34 et 15 élèves. Les effectifs sont donc essentiellement constitués de jeunes ouvriers souhaitant acquérir des compétences en dessin mais n’aspirant pas forcément à une carrière d’artiste et encore moins d’architecte. Cela dit, l’école se vante, cette même année, d’avoir envoyé cinq artistes dans les ateliers de la rue Bonaparte dont un dans la section architecture, dénommé Jean-Baptiste Corrède (1849-1879) ayant d’ailleurs débuté à l’école de Volvic10. L’enseignement de l’architecture est alors assuré, à Clermont, par François-Louis Jarrier (1829-1881), ancien élève de Questel aux Beaux-Arts et membre d’une dynastie clermontoise comptant au moins quatre générations d’architectes11. Un cours de construction est également proposé par un jeune ingénieur des Arts et métiers, Antoine Roy (1848- ?).

Le succès de cette institution quinquagénaire conduit à sa transformation en École régionale des beaux-arts et d’arts et métiers par une convention signée le 10 novembre 1882 à l’initiative du maire Gilbert Gaillard (1843-1898), entre la Ville de Clermont-Ferrand et le ministère de l’Instruction publique12. Comme la dénomination officielle le révèle, le règlement divise l’établissement en deux sections : celle artistique qui prépare essentiellement à l’obtention du certificat d’aptitude à l’enseignement du dessin et la section professionnelle comprenant « les ateliers d’application au fer, au bois et à la pierre ». Installée au premier étage de la halle aux blés, l’école est administrée par les autorités locales, mais également soumise à l’inspection de la direction centrale des Beaux-Arts13.

Un atelier d’architecture au sein de l’École régionale des beaux-arts

Deux ans après son inauguration, l’École régionale des beaux-arts compte 262 élèves dont les trois quarts des écoliers et le dernier regroupant une trentaine d’ouvriers, une vingtaine d’instituteurs et d’employés et une quinzaine d’apprentis ou artisans dans le bâtiment14. Le programme comprend des cours de dessin linéaire et de dessin d’imitation répartis en 3 niveaux dans des ateliers spécifiques occupant la grande partie des locaux. L’enseignement de sculpture est dispensé dans un atelier de modelage tandis que les cours d’anatomie, d’histoire de l’art et d’histoire de l’ornement partagent une même salle. Les cours d’architecture et de construction, respectivement une heure et demie et une heure et quart par semaine, ne disposent pas de salle propre et se tiennent probablement dans l’un des ateliers de dessin. L’ensemble est distribué dans un plan carré de 32 m de côté, sur un module de 8 x 8 m, autour d’un espace central d’entrée servant également au stockage des modèles en plâtre (fig. 1).

Fig. 1 : Plan et élévation de l’École régionale des beaux-arts et d’arts et métiers de Clermont-Ferrand, ancienne halle aux blés (d’après les rapports d’inspection de 1884 et de 1953, ANF : F/21/8054 et 20020285/29).

Est nommé professeur d’architecture Louis Antoine Marie Ledru (1845-1886), fils du précédent, ingénieur des Arts et manufactures, ancien élève d’André à l’École des beaux-arts de 1870 à 187515. Onze élèves, âgés entre 15 et 21 ans, fréquentent ses cours, tous employés ou artisans, à l’exception de deux écoliers. La construction est toujours enseignée par l’ingénieur Roy, qui compte seize élèves dont la moitié assistant aussi aux cours d’architecture. Ainsi, jusqu’à la Grande Guerre, entre cinq et dix élèves suivront chaque année, les deux enseignements qui pourraient préparer au concours d’entrée à la section architecture de l’École des beaux-arts, mais seuls deux d’entre eux y réussiront.

L’engouement du départ qui fait augmenter les effectifs de l’école à 320 élèves en 1885, s’affaisse aussitôt et ceux-ci se stabilisent autour de 180 dans les années 1890. Le glissement de l’enseignement du technique vers le théorique dont témoigne le développement des cours de mathématiques n’y est probablement pas étranger de même que le changement des professeurs en 1886. À Ledru décédé succède Jean Teillard (1850-1915), fraichement diplômé et nommé architecte de la Ville et des Hospices de Clermont-Ferrand16 ; à Antoine Roy quittant Clermont, Jules Dalechamps (1858- ?) diplômé d’Arts et manufactures, ingénieur adjoint puis directeur des travaux municipaux. Ces professeurs restent en place pendant une trentaine d’années en ce qui concerne l’architecture, une quarantaine quant à la construction. Alors que l’enseignement de Dalechamps, en deux parties : l’une consacrée à « la nature et l’emploi des matériaux », l’autre à « la théorie de la construction en pierre, en bois et en fer », ne suscitera que des éloges de la part des différents inspecteurs, celui de Teillard fera l’objet de critique à plusieurs reprises. D’abord, Roger Joseph Jourdain (1845-1918, peintre) signale des lacunes dans les exercices qui se limiteraient à des « copies de planches, relevés des ordres d’architecture et des lavis »17. En 1894, Paul-Armand Bayard de Vingtrie (1846-1900, sculpteur) les jugent aussi insatisfaisants et correspondant en somme « aux cours moyens dans le dessin graphique18». Quelques années plus tard, Henry Lefort (1852-1937, graveur) regrette que le professeur « se préoccupe plutôt de faire exécuter des copies de dessins dont l’aspect soit séduisant en tant que dessin » sans se soucier suffisamment « des besoins pratiques et des connaissances techniques au point de vue d’architecture proprement dite19 ». Probablement en réponse à ces critiques, une plus grande importance est accordée aux cours d’architecture dont la fréquence passe, au tournant du siècle, d’un à trois jours, et puis à compter de 1902, à cinq jours par semaine, soit dix heures hebdomadaires au lieu de deux initialement. Le programme est aussi rendu progressivement plus scolaire et se concentre désormais sur « l’étude des ordres d’après Vignole » et « grande étude d’après le chapiteau d’Érechthéion ». Dans la seconde moitié des années 1900, il s’enrichit de quelques exercices de composition, autrement dit de petits projets d’architecture, mais leur nombre resterait, d’après le rapport d’inspection, insuffisant.

Cette intensification de l’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand survient dans un contexte de débat national sur la nécessité de formation d’architectes en province qui aboutit à la création des écoles régionales d’architecture en 190320 ; sans doute en est-elle même influencée. Nonobstant, point de résultat notable dans l’immédiat : le nombre des élèves suivant assidûment les cours ne change guère significativement avant les années 1920, et seuls deux d’entre eux parviennent entretemps à décrocher une place à l’École des beaux-arts de Paris : l’un en 1913, l’autre en 191821. L’objectif pédagogique est en tout cas résolument orienté vers la préparation de ce concours comme en témoigne le rapport de Louis-Charles Beylard (1843-1925, sculpteur) en 1911 : « Le cours d’architecture est suivi par quelques élèves seulement mais décidés à poursuivre leurs études jusqu’à l’école spéciale22 ». Dans cette même perspective, les cours d’architecture et de dessin géométrique sont couplés pour obtenir, outre l’équilibrage des classes, de meilleurs résultats à travers la collaboration avec Jean Teillard d’Emmanuel Poncelet (1865- ?), ancien élève de l’École régionale de Clermont, diplômé des Beaux-Arts en 1897, nommé architecte de la Ville et professeur de dessin géométrique depuis 189923. Les cours de ce dernier, couvrant aussi bien le tracé des ombres que le relevé et le dessin des machines et de la charpente, sont suivis et appréciés de plus d’une trentaine d’élèves car, selon l’inspecteur, aussi bien utiles aux aspirants aux études supérieures qu’aux ouvriers de Michelin24.

Avec le décès de Jean Teillard en 1915, en pleine période des conflits, le cours d’architecture voit son public se raréfier au point qu’Emile Bertone (1867-1931, architecte Grand prix de Rome 1892) propose, en tant qu’inspecteur du ministère, de le supprimer et de confier ses quelques élèves au professeur de dessin Poncelet. Ayant récemment pris sa retraite du poste d’architecte municipal, celui-ci aurait la disponibilité et les compétences requises pour les préparer aux études d’architecture25. Mais Louis-Aimé Jarrier (1862-1932), architecte des Monuments Historiques, jouant d’après le directeur de l’École, de son influence comme ancien conseiller municipal, finit par prendre le relai pendant trois ans avant de le passer, après 1919, à son protégé, l’architecte municipal provisoire André Papillard (1880-1964). Cet ancien élève de Scellier de Gisors à l’École des beaux-arts, diplômé en 190626, occupe le poste de professeur jusqu’en 1956. Avec lui, s’ouvre une nouvelle ère plutôt fleurissante dans l’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand.

En effet, au lendemain de la Grande Guerre, les effectifs de l’École regagnent, voire surpassent le niveau des années 1880 avec un record de 412 élèves en 1921, dont une cinquantaine en architecture parmi laquelle trois jeunes filles27 (fig. 2). L’embellie de l’après-guerre transparaît aussi dans le fait que l’inspecteur des Beaux-Arts cite régulièrement dans ses rapports, des exemples de travaux d’élèves remarquables en cours de construction et d’architecture, et convie l’École, dès 1922, à participer à l’Exposition des arts décoratifs prévue trois ans plus tard à Paris. La seule recommandation au professeur d’architecture est de « faire travailler les débutants, outre les ordres de Vignole, sur les éléments d’architecture tels que portes, balustrades, corniches, consoles etc. avant de composer »28. Il y a cependant une ombre au tableau : des conflits éclatent entre le nouveau directeur François Desaye (1866- ?), professeur de dessin à l’École depuis 1888, et certains de ses collègues. L’inspecteur Bertone s’en mêle progressivement, allant jusqu’à menacer le Maire de suspendre la subvention ministérielle tant que celui-là restera à la tête de l’établissement29. Dans ce contexte agité, la création d’une école régionale d’architecture proposée en 1926 par le directeur Desaye au Conseil de perfectionnement de l’école, bien que souhaitée et soutenue par le professeur Papillard, ne rencontre pas d’écho favorable auprès de l’administration centrale. Cette dernière suspend l’examen d’un tel projet jusqu’au changement du directeur et au retour de l’ordre au sein de l’établissement.

Fig. 2 : Évolution des effectifs et de nombre d’heures hebdomadaires des cours d’architecture et de construction à l’École régionale des beaux-arts de Clermont-Ferrand mise en parallèle avec le changement des professeurs et du directeur (graphique établi à partir des rapports annuels d’inspection de la direction des Beaux-Arts, ANF : F/21/8054).

L’envie d’une école régionale d’architecture à Clermont-Ferrand

Fig. 3 : « Un pavillon thermal pour une source », projet de Cluzel, élève architecte à l’École régionale des beaux-arts de Clermont-Ferrand, plan, coupe, élévation et détail de vitrail, 2e Exposition internationale du travail, Clermont-Ferrand, 1927 (d’après L’Auvergne littérature, n° 4, novembre 1927).

1927 est une année charnière dans l’histoire de l’École régionale des beaux-arts de Clermont-Ferrand. Sous la pression de l’inspecteur Bertone, François Desaye est finalement évincé de la direction au profit de Pierre Dezandes, remarqué et louangé en tant que professeur de l’École départementale d’architecture de Volvic. Le nouveau directeur lance des travaux de remise en état des locaux. Le programme pédagogique est remanié ; le personnel enseignant régénéré : désormais vingt-et-un cours sont dispensés par douze professeurs dont sept chargés de cours récemment recrutés30. Parmi ces derniers compte Albéric Aubert (1895-1971), architecte fraichement diplômé, futur auteur de l’Hôpital Sanatorium Sabourin31. Il assurera jusqu’en 1943, l’enseignement de la construction, de l’histoire de l’art et de la composition décorative, avec beaucoup de succès et quelque innovation. Il a recours à des projections pour l’étude détaillée des styles, enseigne le ciment armé parallèlement au matériaux traditionnels et apporte, d’après l’inspecteur des Beaux-Arts, « une note décorative moderne dans la région ». Ce nouveau souffle se traduit par la participation réussie de l’École à la 2e Exposition internationale du travail qui a lieu à Clermont-Ferrand cette même année 1927, en particulier dans le projet d’un pavillon thermal, résultat de collaboration entre des élèves en architecture et en applications artistiques32 (fig. 3).

Cependant, le cours d’architecture de Papillard laisserait encore à désirer ; le rapporteur relève le manque d’exercice de composition – autrement dit de projet – ainsi que les erreurs des élèves dans les proportions des ordres et le dessin des ombres. Les critiques semblent porter bientôt leur fruit et on note dès l’année suivante, l’émergence de brillants élèves tels que Valentin Vigneron (1908-1973) et Roger Noguès (1909- ?), deux futurs architectes, le premier admissible à l’École des beaux-arts en 1928 mais faisant une belle carrière sans finalement poursuivre ses études, le second diplômé en 1939 mais resté moins connu33. À partir de 1929, l’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand prend son essor : les cours sont régulièrement fréquentés par une vingtaine d’élèves ; un concours d’esquisse hebdomadaire est mis en place pour préparer les candidats à l’épreuve d’entrée aux Beaux-Arts déclenchant, selon l’inspecteur, « une émulation intéressante » et « quelques espoirs pour la future école régionale d’architecture »34. L’institution tant espérée semble désormais à portée de main. En 1930, Émile Bertone propose de compléter les cours d’architecture par la législation du bâtiment, l’histoire, la physique et la chimie, à hauteur d’une heure par semaine, en affirmant que « l’École arriverait ainsi à l’horaire presque complet des Écoles régionales d’architecture et pourrait avec quelque succès en acquérir le titre ». Il recommande aussi André Papillard pour l’ordre des Palmes académique en raison de ses efforts et ses dix ans d’enseignement35. Le progrès de l’École se poursuit tout au long des années 1930 comme en témoigne les rapports du successeur de Bertone, le peintre Louis Leydet (1873-1944). En 1933, ce dernier salue « l’intelligent effort du professeur Papillard vers un enseignement aussi complet que possible […] amorce d’une véritable école régionale d’architecture, dont la création, tient-il à préciser, est demandée par tous ici », réitérant ainsi sa préconisation de l’année précédente, mais en vain ; Paris n’y accordera pas sa grâce. Une dizaine d’année pus tard, en pleine période d’occupation, c’est au tour de l’architecte Albert Laprade (1883-1978) d’émettre, en tant qu’inspecteur des Beaux-Arts, des remarques similaires, et de préciser que de simple formation de commis d’architecte et de préparation à l’École nationale des beaux-arts, la « classe-atelier d’architecture » de Clermont-Ferrand est arrivée à permettre la poursuite des études jusqu’au diplôme, rendant « les plus grands services à la jeunesse de cette région et à celle réfugiée »36.

Il faut en effet rappeler qu’à partir de septembre 1939, l’ensemble de l’université de Strasbourg est replié à Clermont-Ferrand37, et avec elle, une partie des élèves de l’École régionale d’architecture de Strasbourg, rejointe ensuite par des confrères d’autres territoires occupés ainsi que des Clermontois étudiants auparavant dans les ateliers parisiens. Cet événement aura un double effet paradoxal. D’un côté, l’affluence des élèves architectes renforce la dynamique locale et aboutit à la création, à compter de 1943, d’un deuxième atelier d’architecture au sein de l’École régionale des beaux-arts. D’un autre côté, la « réorganisation à titre provisoire » de l’École régionale d’architecture de Strasbourg à Clermont sert de prétexte au directeur des Beaux-Arts, Louis Hautecoeur (1884-1973), pour rejeter la requête, exprimée derechef début 1941, concernant « la reconnaissance de fait d’une École régionale d’architecture à Clermont-Ferrand »38. Cette dernière est alors conditionnée, outre le départ de l’école alsacienne d’Auvergne, à l’obtention de l’agrément du Conseil supérieur d’architecture conformément aux termes de l’arrêté du 17 févier 1941, réorganisant l’enseignement de l’architecture à la suite de la loi du 31 décembre 1940 sur la profession d’architecte. La création d’un second atelier à Clermont, d’abord prévu sous la direction d’Henri Favier (1888-1971), finalement confié à Henri Ducoux (1903-1990), ancien architecte de l’École française d’archéologie d’Athènes (1929-1942), est à la fois une réponse aux doléances des élèves se plaignant du manque de vitalité de l’enseignement de Papillard, et aux conditions dudit arrêté qui exige l’existence d’au moins deux ateliers d’architecture pour habiliter un établissement artistique à délivrer le diplôme légal d’architecte39.

Après la démission de Ducoux en 1944, le second atelier est confié, par le nouveau directeur Louis Dussour (1905-1986, peintre) à Valentin Vigneron qui lui donne le nom d’Auguste Perret, son maître. Ancien élève de l’École, alors nommé adjoint au maire chargé des travaux municipaux, Vigneron tente de donner une impulsion moderne à l’enseignement de l’architecture à Clermont en convainquant le conseil municipal de créer de nouveaux cours d’histoire d’architecture et d’urbanisme, de béton armé, de métré, de chauffage, électricité et froid, de taille de bois et de pierre, ainsi que de construction des bâtiments40. Or, son initiative de transformer son atelier en classe préparatoire à l’examen d’admissibilité des Beaux-Arts pour séparer les Nouveaux des Anciens, n’est guère appréciée des élèves, pas plus qu’approuvée par l’administration qui la juge contrevenant à la liberté de choix d’atelier par les aspirants. Peut-être pour cette même raison, ou bien parce qu’il n’avait pas achevé lui-même son parcours scolaire, il n’est pas titularisé dans son poste. Les deux ateliers sont réunis l’année suivante, formant « l’atelier régional d’architecture de Clermont-Ferrand », dirigé par André Papillard jusqu’à son départ à la retraite en 1956 et la nomination de son successeur, Jean Gourgouillon (né 1927). L’École, qualifiée à cette époque par l’inspecteur Claude Roger Marx (1888-1977, historien d’art) « d’une des plus vivantes du centre de France », compte environ 260 élèves dont une trentaine en architecture, préparant soit le diplôme légal d’architecte soit le concours d’admission aux Beaux-Arts de Paris41. Le règlement de l’école approuvé en 1953 mentionne explicitement ces deux cursus et impose aux aspirants (la seconde catégorie) le suivi des cours d’architecture, de dessin, de modelage, des mathématiques, d’histoire de l’art et de la géométrie descriptive. Les intitulés (de même que les contenus ?) des enseignements n’auront ainsi guère évolué depuis les premiers cours d’architecture au sein de l’école régionale des beaux-arts.

Cela dit, la montée en puissance de l’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand au cours du XXe siècle transparaît dans le nombre croissant des élèves admis à l’École des beaux-arts de Paris, chiffre qui passe de 2 pour les deux premières décennies du siècle à 6 dans les années 1930, puis à 21 pendant les quinze dernières années d’enseignement de Papillard (1940-1956), et enfin à 19 dans l’atelier de Gourgouillon (1957- 1968) soit une moyenne de deux élèves par an42. À titre de comparaison, l’École régionale d’architecture de Strasbourg compte 85 admis dans la période 1946-1956 dont 26 diplômés, et 64 admis de 1957 à 1968 parmi lesquels 53 DPLG43. Cet écart de réussite, alors même que le nombre annuel d’inscrits est à peu près comparable dans les deux établissements, reflèterait moins la distance de niveau d’enseignement que la différence de statut entre un atelier et une école régionale d’architecture. Clermont-Ferrand restera privé de cette dernière, malgré son potentiel reconnu dès les années 1920 et manifesté pendant la Seconde Guerre mondiale, victime en quelque sorte de l’administration centrale. Il est en effet révélateur qu’aux mêmes moments que la capitale auvergnate se voyait refuser cette institution, par volonté politique, une école régionale d’architecture fût créée à Strasbourg pour concurrencer l’école technique préexistante d’origine allemande, et à Nantes pour rétablir l’équilibre entre les deux cités rivales bretonnes44.

1 Archives départementales de Puy-de-Dôme (ADPD) : 4 T 2 ; aussi pour les informations suivantes sur cet établissement.
2 Cf. Historique de l’Université de Clermont Auvergne, en ligne : [uca.fr/universite/nous-connaitre/historique/].
3 Ibid.
4 Arrêté du 6 août 1824 du maire Antoine Blatin, ADPD : 4 T 9 ; aussi pour les informations suivantes.
5 Discours manuscrit de M. Ledru, 8 pages, s. d., dans le dossier École gratuite de dessin, ADPD : 4 T 9.
6 « École départementale d’architecture de Volvic », extrait de l’annuaire de 1853, ADPD : 4 T 8.
7 « Règlement pour l’école spéciale gratuite d’architecture, de sculpture, de coupe de pierre et de dessin », 13 décembre 1825, ADPD : 4 T 3. L’histoire de cette école, devenue aujourd’hui Institut des métiers de l’art de pierre et de construction (IMAPEC) est en cours de restitution dans la perspective de son bicentenaire en 2020, par son actuel directeur Jean-Pierre Naud que je tiens à remercier pour ses renseignements complémentaires par rapport aux éléments disponibles aux archives départementales et nationales.
8 Chiffres extraits du Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968), INHA, en ligne : [agorha.inha.fr].
9 « Renseignement sur les écoles de dessin. Commune de Clermont-Ferrand », novembre 1877, ADPD : 4 T 1 ; aussi pour les informations suivantes.
10 Voir note 6.
11 François-Louis Jarrier (1829-1881), son fils Louis-Aimé Jarrier (1862-1932), son petit-fils Marcel-Charles Jarrier (1902-1955) et son arrière-petit-fils Jean-Louis Jarrier (né 1934) ; le père de François-Louis était également entrepreneur architecte d’après Pascal Piéra, Louis Jarrier, architecte à Clermont-Ferrand (1862-1932), Nancy, Archives modernes de l’architecture lorraine, 1995, p. 4.
12 « École régionale des beaux-arts, Clermont-Ferrand », 1881-1882, Archives nationales de France (ANF) : F/21/8054 ; aussi pour les informations suivantes.
13 Ces rapports annuels d’inspection ont permis de restituer l’évolution du fonctionnement, des effectifs, du personnel et de la pédagogie de l’établissement.
14 « Écoles et cours municipaux de dessin, Inspection de 1884 », ANF : F/21/8054.
15 Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) – INHA, en ligne : [agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00280323].
16 Il sort de l’atelier Coquart et Gerhardt après 6 ans d’études (1879-1885) ; Ibid. en ligne : [agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00280944].
17 « Enseignement du dessin, Inspection de 1886 », ANF : F/21/8054.
18 « Enseignement du dessin, Inspection de 1894 », ANF : F/21/8054.
19 « Enseignement du dessin, Inspection de 1901 », ANF : F/21/8054.
20 Marie-Jeanne Dumont, « L’École des beaux-arts et la création des Écoles régionales », dans A.-M. Châtelet et F. Storne, Des Beaux-Arts à l’Université, enseigner l’architecture à Strasbourg, Paris, Recherches, 2013, p. 13-21.
21 Le premier est Léon Victor Charbuy (1889-1915), le second Raymond Depailler (1897- ?), diplômé en 1922 ; cf. Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) – INHA, en ligne : [agorha.inha.fr].
22 « Enseignement du dessin, Inspection de 1911 », ANF : F/21/8054.
23 Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) – INHA, en ligne : [agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00280283].
24 « Enseignement du dessin, Inspection de 1918 », ANF : F/21/8054.
25 Ibid.
26 Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) – INHA, en ligne : [agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00282805].
27 « Enseignement du dessin, Inspection de 1921 », ANF : F/21/8054. La présence féminine dans les cours d’architecture, signalée en 1921 par l’inspecteur apparemment comme une nouveauté, restera marginale jusqu’aux années 1950. Alors même que dès 1887, un cours de dessin spécifique était réservé aux jeunes filles et fréquenté par une trentaine à une centaine d’élèves chaque année, la première Clermontoise architecte DPLG semble être Françoise-Jeanne Papillard (née 1920), la fille du professeur, diplômée en 1946.
28 « Enseignement du dessin, Inspection de 1924 », ANF : F/21/8054.
29 « Enseignement du dessin, Inspection de 1926 », ANF : F/21/8054. F. Desaye semble pourtant un bon sculpteur au talent reconnu dans les milieux artistiques ; cf. Revue moderne de l’art et de la vie, 21e année, n° 21, 15 novembre 1921, p. 14 et 15.
30 Les enseignements dont certains se déclinent en plusieurs cours, comprennent : l’architecture, la peinture, la peinture décorative, le modelage et la sculpture, le dessin, le croquis, la composition décorative, les applications décoratives, l’histoire de l’art et des styles, la construction et la statique, les mathématiques et la descriptive, le dessin industriel, les ombres et la perspective et les conférences sur la technologie et les métiers d’art ; cf. « Enseignement du dessin, Inspection de 1927 », ANF : F/21/8054.
31 Sur cet édifice qui, inscrit au titre des Monuments Historiques ensuite réhabilité, abrite depuis 2015 l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand voir Pierre Jourde, « L’Hôpital-Sanatorium Sabourin 1933-1934, Albéric Aubert, Clermont-Ferrand », mémoire de maîtrise, Université Balise Pascal, 2011.
32 Cf. L’Auvergne littérature, n° 4, novembre 1927.
33 Voir Christophe Laurent, Agnès Pranal, Valentin Vigneron : architecte clermontois du XXe siècle, Clermont-Ferrand/Paris, Études du patrimoine Auvergnat/Lieux Dits, 2000, et sur Noguès Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) – INHA, en ligne : [agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00286606].
34 « Enseignement du dessin, Inspection de 1929 », ANF : F/21/8054.
35 « Enseignement du dessin, Inspection de 1930 », ANF : F/21/8054.
36 « Enseignement du dessin, Inspection de 1941 », ANF : F/21/8054.
37 Voir à ce sujet Léon Strauss, « L’Université de Strasbourg repliée. Vichy et les Allemands », dans André Gueslin (dir.), Les Facs sous Vichy : étudiants, universitaires et universités de France pendant la Seconde Guerre mondiale, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, 1994, p. 87-112.
38 « Projet de création d’une école régionale d’architecture à Clermont-Ferrand », 5 février – 22 mars 1941, ANF : F/21/7544. Ce projet est d’ailleurs source de querelle entre Pierre Francastel professeur d’histoire de l’art de l’université repliée de Strasbourg et Émile Dezandes directeur de l’école de Clermont ; cf. ANF : F/21/8054 et F/21/8092.
39 Ce diplôme sanctionne alors un premier cycle appelé études normales d’architecture, pouvant être dispensé dans les écoles de province, suivi dans le cas de l’élite de la profession, par des hautes études d’architecture équivalent au doctorant universitaire et couronnées par une thèse, à suivre uniquement au sein de l’École supérieure des beaux-arts de Paris ; cf. ANF : F/21/7544.
40 « Écoles d’art de province – Clermont-Ferrand, 1942-1959 », ANF : F/21/NC/22.
41 Rapport annuel d’inspection, 1959, ANF : 20020285/29.
42 Chiffres extraits du Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) – INHA, en ligne : [agorha.inha.fr].
43 Cf. Anne-Marie Châtelet, « L’École régionale d’architecture de Strasbourg (1921-1965) », dans A.-M. Châtelet et F. Storne, op. cit., p. 34.
44Ibid. pour Strasbourg et pour Nantes : Daniel Le Couédic, « Nantes et la douloureuse gestation des écoles régionales d’architecture », dans Dominique Amouroux (dir.), Le livre de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes, Gollion, Infolio, 2009, p. 17-33.

[sommaire]