La forme héritée, condition première de la fabrique du lieu à Clermont-Ferrand (1824-2005)

par Mathilde Lavenu
ENSACF / GRF Ressources

Si les lieux d’enseignement de l’architecture au XXe siècle constituent un des axes du programme de recherche HEnsA20, cette thématique s’inscrit pour l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand (ENSACF) dans une actualité récente. En septembre 2015, son installation dans l’ancien hôpital-sanatorium Sabourin marque l’histoire de cette institution en lui dédiant un ensemble bâti et paysager remarquable1. Parmi les nombreuses questions soulevées par cet évènement singulier dans la vie d’un établissement, celle du lieu et de sa relation intrinsèque à l’architecture s’est posée. Subséquemment, ce sont les conditions de la fabrique du lieu, de sa représentation et de son appropriation qui sont interpellées. Aujourd’hui encore, après trois années effectives sur ce site, ces questionnements resurgissent notamment au regard de l’histoire propre de l’établissement et de celles des autres écoles d’architecture.

Dans ce contexte, présent et passé s’intriquent et enrichissent le regard porté sur la fabrique des lieux de l’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand. Dès lors, quels sont ces lieux et pourquoi ont-ils été destinés à cet enseignement ? Quelles sont leurs spécificités ? Entre formes et représentations, entre lieux et imaginaires, est-il possible d’établir les conditions de la fabrique d’un lieu d’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand au XXe siècle ?

En l’état actuel de nos travaux, deux sources principales ont été mobilisées. Dans une première phase, l’exploration des archives écrites a permis de mettre au jour des documents jusqu’alors non exploités et non publiés qui recouvrent le spectre chronologique du XIXe et XXe siècles. Ainsi, les investigations conduites au sein des Archives municipales (AM) de la ville de Clermont-Ferrand ont livrées des données relatives aux implantations de l’école antérieures à la réforme de l’enseignement de l’architecture de 1968. Des plans de différentes périodes constituent des documents précieux qui éclairent entre autres la question du lieu dédié à la formation à l’architecture en province2. L’exploration conduite au sein des Archives départementales du Puy-de-Dôme (ADPdD) s’est orientée principalement sur une source spécifique : celles des archives privées des architectes Faye et Tournaire3. Cet ensemble, composé essentiellement de documents graphiques liés à l’activité professionnelle des deux architectes associés, couvre la seconde partie du XXe siècle. Ce fonds a apporté des informations précieuses quant aux projets de l’Unité Pédagogique d’Architecture et d’Urbanisme (UPAU) des Cézeaux et de l’ancienne École de chimie. Des pièces écrites issues de dépôts récents émanant des services déconcentrés de l’État ont augmenté ces investigations4.

En complément de cette approche par les archives écrites, un travail sur les sources orales est venu abonder les recherches. Initié en 2018, ce travail de collecte de témoignages des anciens acteurs de l’école d’architecture de Clermont-Ferrand a été consigné sous forme d’entretiens filmés5. Si ces archives orales mettent en jeu la mémoire personnelle de chaque témoin, elles délivrent néanmoins des éclairages complémentaires sur les enjeux et les valeurs des pièces écrites et contribuent à alimenter la fabrique de l’histoire de cet établissement d’enseignement au cours du XXe siècle.

Pour autant si ces sources ont permis de mieux appréhender cette histoire dans sa chronologie, elles ont apporté un éclairage nouveau sur la question du lieu et plus spécifiquement celle du lieu d’enseignement. En effet si un lieu se définit comme une portion déterminée de l’espace, un lieu dédié à l’enseignement peut être appréhendé comme un espace ou une fraction de cet espace circonscrit par ce qui s’y trouve ou par l’enseignement ou l’évènement qui s’y tient. De fait les notions d’usage et de fonctions se croisent et se superposent pour qualifier ces espaces dans leurs réalités mais également dans leurs imaginaires pour faire lieu.

Dans cette perspective, nous avons pu identifier pour l’école de Clermont-Ferrand quatre moments qui ponctuent au cours du XXe siècle la fabrique d’un lieu d’enseignement en province.

L’atelier d’architecture de l’École d’Arts, l’émergence d’un lieu (1824-1968)

La section architecture de l’École d’Arts de Clermont-Ferrand est installée, au début du XIXe siècle, sous l’impulsion de Louis Charles François Ledru6 dans la halle aux blés. École municipale de dessin, école d’arts appliqués, école de dessin et d’arts et métiers puis École des Beaux-Arts, les dénominations qui qualifient cet établissement sont multiples et correspondent à une histoire longue et complexe décryptée par Sharham Abadie dans le cadre de ces travaux sur les origines de l’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand7.

Construite par François Charles Dijon de 1762 à 1771, la halle aux blés est un édifice néo-classique dédié au commerce principal des grains. Conçu sur un plan quadrangulaire, il est composé de quatre galeries voûtées d’arêtes qui délimitent une cour centrale à ciel ouvert. Équipement structurant des extensions urbaines du XVIIIe siècle, la halle est toutefois modifiée et surélevée au début du XIXe siècle en raison de l’obsolescence de sa fonction première. L’architecte de la ville, Louis Charles François Ledru, est chargé de cette opération en 1822. Par son engagement, son statut social et sa fonction au sein de la municipalité clermontoise, il contribue à favoriser l’installation d’un enseignement artistique au sein de cet édifice. Cette destination spécifique sera maintenue jusqu’au départ de l’École Supérieure d’Arts de Clermont Métropole (ESACM) en 1999.

Fig.1 : Plan d’aménagement de l’École des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand identifiant les espaces destinés à l’atelier d’architecture et ses 12 loges, 1937, 1/50, AM CF (4 M146), @lavenu 2018.

Au sein de cet établissement d’enseignements des Arts, deux pièces adjacentes sont affectées au cours du XXe siècle à la formation à l’architecture. Constituant dès lors les prémices d’un atelier d’architecture, elles sont de deux ordres comme l’indique le plan de 1937 (fig. 1). Tout d’abord, une salle rectangulaire réservée à l’enseignement pratique du dessin et du projet d’architecture. L’aménagement de cet espace est figuré sur ce document, il indique l’emplacement des tables à dessin et mentionne la dénomination de loges. Une salle rectangulaire comportant l’appellation « salle de cours » est contiguë à la salle des loges. Les autres pièces figurées sur ce document sont destinées aux autres enseignements dispensés au sein de cet établissement. Cette configuration spatiale identifie l’existence d’un lieu destiné aux premières étapes de la formation à l’architecture. Elle renvoie de fait à l’organisation de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) où l’atelier est le lieu principal de l’enseignement et de la pratique des rites initiatiques. A Clermont-Ferrand, ce qui semble prévaloir, c’est de disposer avant tout d’une salle pour implanter un nombre suffisant de loges sans prêter importance à l’adéquation de l’espace existant avec sa nouvelle destination. Situé dans l’ancienne halle aux blés, au nord et en rez de chaussée, l’atelier d’architecture, si modeste soit-il, parvient à s’inscrire dans un édifice non destiné initialement à l’enseignement. A la veille des évènements de mai 1968, si l’École régionale d’architecture n’a pas été créée, une formation à l’architecture existe bel et bien dans la capitale auvergnate. Celle-ci est dispensée dans un édifice remarquable et identifié sous le vocable d’École des Beaux-Arts renvoyant ainsi aux liens étroits qui intriquent ces deux formations depuis la création en 1816 à Paris de ladite école8.

Une UPAU dispersée dans la ville : du lieu aux lieux (1969-1980)

La réforme des universités et de l’enseignement des Beaux-Arts en 1968 voit la naissance à Clermont-Ferrand d’une Unité Pédagogique d’Architecture (UPA) qui prend dès le commencement le nom d’Unité Pédagogique d’Architecture et d’Urbanisme (UPAU) de Clermont-Ferrand9. Cette mention complémentaire « et d’Urbanisme » attachée volontairement à l’acronyme UPA n’est pas neutre. Cette indication révèle une des ambitions de ce nouvel établissement : celle de questionner par l’enseignement et l’institution les contours de la discipline architecture pour en investiguer les confins et les marges. Le lien intrinsèque qui associe architecture et territoire est ainsi posé et affiché en tant que marqueur de la formation dispensée à Clermont-Ferrand. Cette approche sera développée notamment à travers des enseignements de projet identifiés dans les livrets de l’étudiant et certaines publications réalisées conjointement avec l’université Blaise-Pascal en feront état10.

Comme la majorité des UPA, l’UPAU de Clermont-Ferrand s’implante tout naturellement au départ dans les locaux affectés précédemment à l’atelier d’architecture. Toutefois, ce lieu originel se révèle très vite inadéquat en raison, dès la rentrée de 1969, d’une forte augmentation des effectifs11 et du renouvellement de la pédagogie. La refonte de l’enseignement a notamment pour incidences l’abandon de la formation verticale dispensée au sein de l’atelier dirigé par un patron et l’introduction des sciences humaines et sociales dans le cursus.

Face à cette situation, et dans la perspective de la construction d’un édifice qui lui soit dédié, des locaux provisoires situés à proximité de l’édifice premier sont mis à disposition par la ville et l’université. Ces locaux vacants tels que la boulangerie-pâtisserie, l’ancien lycée Blaise Pascal et ses préfabriqués sont aménagés sommairement. Malgré leur relative précarité et leur singularité, ces différents sites sont investis en l’état pour assurer les enseignements programmés. Si l’éclatement de l’école sur plusieurs sites restreint les échanges entre les étudiants de différentes années et les enseignants, il permet à l’UPAU d’essaimer dans la ville, de développer ses enseignements et d’exister en tant qu’institution. Cette situation de précarité et de non adéquation des locaux marquent ces dix premières années d’existence.

Fig.2 : Devanture de la « si jolie petite boulangerie » de l’UPAU de Clermont-Ferrand, salles de cours installées dans les locaux d’une boulangerie-pâtisserie désaffectée située avenue Clémenceau (1970-1977), archive service audiovisuel ENSACF, cliché NB, 18×24, sd.

Dès lors, l’école n’est plus un lieu unique et identitaire mais une constellation de lieux ancrés dans la ville et dans la vie des étudiants. A l’instar de la « si jolie petite boulangerie » (fig.2), ces lieux éphémères et précaires se sont inscrits dans la mémoire collective de l’école et ont nourri l’imaginaire des enseignants et des étudiants qui les ont pratiqués. Provisoire et inadéquation des espaces caractérisent cette phase de constitution de l’UPAU et contribuent à la dilution du lieu premier au profit de la dispersion des lieux.

L’UPAU des Cézeaux, un lieu imaginaire (1971-1979)

Pour mettre un terme à cette situation singulière et offrir des conditions d’enseignement dignes et adaptées, un projet de construction d’une UPA est envisagé dès 1971 par les instances ministérielles. Ce projet rejoint la série des premières UPA qui sont édifiées en France après 1968 à l’instar de celles de Toulouse, de Nanterre ou encore Bordeaux. Considérées en tant qu’équipement à part entière, ces édifices quittent le centre-ville pour être implantés au sein des nouveaux secteurs d’urbanisation de la croissance urbaine des années 70. A Clermont-Ferrand, le site retenu est un terrain dont la ville est propriétaire et situé en face du campus universitaire des Cézeaux conçu en 1956 par les architectes Badani et Roux-Dorlut12.

L’élaboration du projet d’UPAU est confiée en 1971 à l’agence clermontoise Faye et Tournaire. Les conditions de la commande et les attendus programmatiques de ce projet ne semblent pas avoir fait l’objet de documents spécifiques. Les archives sur ce point ne livrent pas d’informations. En revanche, les entretiens filmés réalisés en 2018 indiquent que la commande est confiée directement aux architectes sans mise en concurrence du fait notamment de leurs liens avec l’école et de leur notoriété professionnelle. Quant au programme, ces sources mentionnent que l’Atelier d’Universitaire d’Architecture et d’Urbanisme (AUAU) était en charge de son élaboration.

Développé jusqu’au stade de l’APD en 1976, le projet est néanmoins abandonné faute de financement. Différant des propositions élaborées pour les autres UPA, ce projet s’inscrit dans la lignée de la production de l’agence fondée sur une architecture en interaction avec son site13 et un mode de composition par addition et visant la compacité. Les réalisations de Toulouse, Nanterre et Bordeaux qui ne cherchaient pas leurs conceptions à renouveler l’enseignement de l’architecture et ses lieux, ne semblent pas avoir influencés le projet de Faye et Tournaire.

Fig. 3 : Plan du rez de chaussée du projet d’UPAU des Cézeaux, Faye et Tournaire architectes, dossier APD, juillet 1976, 1/100, calque, cliché ADPdD (217Fi6(1)).

L’exploration des archives issues de leur agence permet de repérer les éléments majeurs du programme et informe quant à l’ambition du projet et à ses orientations pédagogiques14. A titre d’exemple, l’amphithéâtre est positionné dès l’entrée et identifié par un volume singulier qui n’est pas sans lien avec la place nouvelle accordée aux sciences humaines et sociales dans la formation à l’architecture. Quant à l’atelier qui constituait une unité de lieu, de production, de langage et de diffusion des savoirs, il est remplacé par une série de petites salles de dessin et situées bien au-delà de l’entrée et du hall de l’édifice (fig.3).

Bien que non édifié, ce projet est inscrit dans la mémoire des enseignants et étudiants qui ont fréquenté l’établissement durant cette décennie des années 70. Projet non publié, lieu rêvé par l’institution, lieu pensé par les architectes Faye et Tournaire, l’UPAU des Cézeaux rejoint la collection des commandes publiques non réalisées et entre dans l’histoire et le musée imaginaire de l’école de Clermont-Ferrand.

L’ENSACF, une architecture ordinaire pour un lieu d’enseignement (1980-2015)

L’abandon du projet de l’UPAU des Cézeaux en 1979 n’est pas sans conséquences au sein de l’institution et oblige le ministère à reconsidérer dans les délais les plus courts le dossier de transfert de l’établissement. A cette fin, un recensement urgent des opportunités foncières existantes est engagé par les services de l’État auprès de différentes instances locales. Dans ce contexte, plusieurs hypothèses sont examinées. Au final, c’est le site de l’ancienne École de chimie15qui est retenu par le Préfet. Si le site paraît séduisant au premier plan puisque proche du centre-ville et du quartier universitaire, les deux bâtiments existants sur le terrain d’assiette du projet ne sont pas en adéquation avec les modalités pédagogiques et les besoins de la formation et ne présentent pas d’intérêt architectural particulier. Leurs transformations en école d’architecture impliquent certaines évolutions radicales assez onéreuses comme la suppression systématique de toutes les paillasses des salles de cours, le redécoupage des espaces pour mieux répondre aux attendus de la formation et la création de nouvelles surfaces utiles à prévoir en lieu et place du jardin existant.

Face à cette perspective de densification de la parcelle, la présence sur le terrain mitoyen sud d’entrepôts appartenant aux Économats du Centre constitue une réelle opportunité foncière évitant la saturation de la parcelle et assurant le maintien de la cour, du jardin et des stationnements. Cette acquisition complémentaire est donc menée activement par les services de l’État non pas dans le but premier de conserver l’espace non bâti mais d’éviter les surcoûts inhérents au dépassement des droits à construire attachés à la parcelle. Les acquisitions effectives, la conception du projet est confiée à nouveau aux architectes Faye et Tournaire. Justifiée par une nécessité de continuité et une volonté de reconnaissance de l’engagement antérieurement des deux concepteurs, cette décision est motivée également par des recherches d’économies de temps et d’échelles et intervient en sorte de dédommagement des études précédentes non abouties.

Dans ce contexte singulier, les ambitions de l’UPAU des Cézeaux sont remisées et les architectes se concentrent sur un projet de réhabilitation rapide à réaliser et financièrement très circonscrit. Contrairement aux projets de réhabilitation de l’UPA 4 ou de l’UPA 8, les transformations opérées sur l’existant sont de moindre importance. La plupart des locaux existants sont conservés, quelques cloisonnements secondaires sont repris ainsi que le grand amphithéâtre qui est remodelé.

Fig. 4 : Plan masse du projet de l’École d’architecture de Clermont-Ferrand avec mention des accès au hall-foyer-exposition et de deux tranches de travaux liées à l’acquisition de la parcelle mitoyenne sud et ses hangars pour l’implantation de la Halle d’expérimentation, Faye et Tournaire architectes, dossier DCE, janvier 1980, 1/200, tirage papier, cliché ADPdD (217Fi6(49)).

En revanche, un hall associé à une salle d’exposition et une salle de projection est créé en rez de chaussée pour structurer et qualifier l’entrée de l’école. Cette organisation de l’espace et des fonctions reprend l’un des principes développés pour l’UPAU des Cezeaux. Plus précisément, il s’agit de configurer un espace ouvert permettant l’intrication des trois fonctions pour favoriser les échanges entre les usagers de l’école (fig.4). Cette intention exprimée à partir de la lecture des plans est confirmée par les données issues des entretiens filmés qui saluent ce dispositif et l’identifient en tant que lieu. Cette entité est en lien direct avec le jardin existant dont la structure arborée est conservée. Sorte de prolongement extérieur du hall et de la salle d’exposition, il est très rapidement approprié par les enseignants et les étudiants et devient un véritable lieu. Enfin, les entrepôts sont aménagés sommairement et destinés aux locaux dédiés à la fabrication et à l’expérimentation. Ils perdent cet usage premier pour muter et prendre la dénomination de Halle. Cet espace devient par là même un lieu destiné à des enseignements spécifiques tels que la scénographie, les décors du court-métrage et l’expérimentation à échelle 1et ouvert à des pratiques singulières telles que les festivités étudiantes.

Opéré dans un délai et des moyens circonscrits, le projet de transformation de l’école de chimie en ENSA est parvenu à instaurer au sein d’un ensemble banal un lieu d’enseignement identifié et identitaire. Au-delà des temporalités inhérentes à chacun des bâtiments existants et de leurs écritures, les transformations modestes proposées par les architectes Faye et Tournaire interpellent l’espace et l’usage dans leur capacité à faire lieu.

Les premières conclusions de ce travail sur les lieux d’enseignements de l’architecture à Clermont-Ferrand nous amènent à souligner que l’école d’architecture n’a jamais bénéficié en cinquante années d’existence de locaux qui lui étaient destinés en premier chef. Le projet avorté des Cézeaux fait figure de fait d’exception dans cette longue pérégrination qui a conduit l’école jusqu’à Sabourin. Cette histoire récente demeure également à explorer car elle présente entre autre certaines similitudes.

L’implantation d’une école d’architecture dans une forme héritée, dont la fonction première est distincte de celle de l’éducation, caractérise les lieux de l’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand. Ni subie, ni occultée, il semble plus que cette question n’ait pas été considérée en tant que telle et qu’il se soit plus agit de se saisir d’opportunités qui se présentaient afin d’assurer l’existence de l’école en tant qu’institution et sa pérennité. Disposer de lieux pour enseigner semble avoir été la priorité avant toute chose, la question même du lieu n’étant pas posée. L’adéquation entre dispositions spatiales et pratiques pédagogiques était bien évidemment recherchée mais le caractère sommaire de certains aménagements montre que la création ex materia n’était pas considérée. En effet, à Clermont-Ferrand cette question n’était pas, voir peu, étudiée dans le cadre de la formation dispensée et ce jusqu’à la fin du XXe siècle, laissant penser que celle-ci ne relevait pas de l’enseignement de l’architecture.

De fait, c’est bien plus la question de l’usage qui a permis de faire émerger dans chacun des sites clermontois un ou des lieux. A l’instar de la boulangerie-pâtisserie, exemple parfait d’inadéquation au regard des besoins pédagogiques, cet ancien commerce est devenu un lieu emblématique, un marqueur spatio-temporel, un jalon dans l’histoire des lieux de l’école. A Clermont-Ferrand, il semble que l’usage se soit emparé du rapport forme-fonction non pas pour l’ériger en dogme mais pour contribuer à rendre signifiante les architectures héritées. Si une école d’architecture est avant tout le lieu de l’enseignement de la discipline, elle est aussi le lieu de l’affirmation formelle et symbolique de ce qu’est ou peut être l’architecture. A Clermont-Ferrand, cette démonstration n’est pas de l’ordre de la performance ni même de l’exemplarité mais de l’ordre de l’usage en capacité de faire émerger à partir d’espaces insignifiants des lieux singuliers et signifiants qui fondent une école.

Les premiers résultats de ces explorations en cours montrent plus largement l’intérêt de s’attacher au champ spécifique de l’histoire de l’enseignement d’une discipline. Recueillir et appréhender les traces d’un ou d’enseignements permet d’interroger et de cerner les contours des processus à l’œuvre et les intrications entre la formation à la discipline et la fabrique de ses espaces et de ses lieux.

 

1 L’hôpital sanatorium Sabourin, édifié entre 1932 et 1934 par l’architecte Albéric Aubert, est protégé au titre des monuments historiques par arrêté du 24 mars 2000. Le projet architectural de l’agence Du Besset-Lyon Architectes a été retenu en 2007 par le ministère de la Culture. Livré en 2015, cet édifice transformé abrite désormais l’ENSACF.
2 Plus précisément, la série M – travaux sur bâtiments communaux- des AM de Clermont-Ferrand comporte des pièces écrites et graphiques relatives à la halle aux blés et à l’école des Beaux-Arts.
3 Il s’agit du fonds d’archives privées – archives d’architectes de l’agence d’architecture Faye et Tournaire, couvrant la période 1955 -1997 ( ADPdD 58J). Michel Tournaire (1929-2017) et Paul Faye (1928- ) sont deux architectes DPLG qui s’associent en 1955 pour former une agence d’architecture implantée à Chamalières dont l’activité sera reconnue localement mais aussi au plan national.
4 Il s’agit des dossiers issus du fonds des Services de l’État (série O – administration, série T – Enseignement général et affaires culturelles, série W Arts plastiques, enseignement de l’architecture – ADPdD).
5 Une campagne d’entretiens filmés est conduite par le groupe de recherche HEnsA20 de l’ENSACF à partir d’une grille semi-directive. Sept entretiens ont été réalisés et exploités à ce jour. La campagne se poursuit jusqu’à la fin de l’année 2018 pour constituer une source orale la plus significative. L’ensemble est destiné en fin de programme à être versé dans la base du comité d’histoire du ministère de la Culture.
6 Louis Charles François Ledru (1778-1861) est un architecte formé à l’École des Beaux-Arts. Élève de Durand, il fut architecte de la ville et du département du Puy-de-Dôme et compose à ce titre de nombreux équipements publics (cf. Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle, http://[elec.enc.sorbonne.fr/architectes/326], consulté le 17/01/2018).
7 Cf. Abadie Sharham, L’enseignement de l’architecture à Clermont-Ferrand avant 1968, Journées d’études HEnsA20, 8 juin 2018, ENSACF.
8 Il s’agit de l’École des Beaux-Arts de Paris (ENSBA).
9 Cette mention est à mettre en relation avec le parcours universitaire du premier directeur de l’UPAU : Daniel Dujardin, géographe, qui dirigea cet établissement de 1970 à 1991.
10 Les intitulés d’enseignements figurant dans les livrets pédagogiques conservés par le bureau de la pédagogie de l’ENSACF abordent ces enjeux. Le tome n°106 de la Revue d’Auvergne (n°4 – 1992) explore les liens entre paysage, aménagement et architecture face à la ruralité.
11 En 1969, les effectifs sont multipliés par quatre passants de 10 à 40 étudiants en première année (source ENSACF).
12 Cf. G. Delhumeau, A. Lemonnier, Badani, Roux-Dorlut, architectes. La conquête du milieu, éd. HYX, Orléans, 2016.
13 Cf. P. Faye, M. Tournaire, A. Godard, Sites et Sitologie, comment construire sans casser le paysage, éd. J.-J. Pauvert, 1974.
14 L’UPAU des Cézeaux était composée principalement d’un amphithéâtre de 400 places, d’un hall-cafétéria-pôle d’échanges, d’une bibliothèque, de salles d’expression plastique et de salles de dessin (source : ADPdD (217 Fi 6 (1 à 26)).
15 Créée en 1908, l’École Nationale Supérieure de Chimie de Clermont-Ferrand (ENSCCF) est transférée en 1980 sur le campus des Cézeaux.


[sommaire]