L’école d’architecture dans le texte. Une ambition architecturale au prisme des discours (1962-1978)

par Éléonore Marantz,
Maître de conférences en histoire de l’architecture contemporaine, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA


En France, entre le moment où l’enseignement de l’architecture amorce sa réforme (1962) et son transfert au ministère de l’Équipement (1978), un nouveau programme architectural s’élabore. Il est porteur de tant d’ambitions qu’il acquiert valeur de manifeste1. Un débat s’engage sur ce que doit, ou devrait être, une école d’architecture ; diverses hypothèses sont émises dans le cadre de diplômes, de concours2 ou de projets. Si certains projets d’école restent sans suite (Nanterre, Lyon, Créteil), l’école des beaux-arts et d’architecture de Marseille3, puis les unités pédagogiques d’architecture (UP) de Nancy, de Toulouse, de Bordeaux, de Nanterre, de Nantes, de Lille, de Grenoble et de Montpellier4 offrent l’opportunité d’expérimenter un programme architectural pratiquement inédit en France, le seul établissement d’enseignement supérieur spécifiquement dédié à l’architecture édifié jusqu’alors étant l’École spéciale d’architecture construite en 1904, à Paris, par Émile Trélat. Depuis, hormis le bâtiment « Perret » sur le site des Beaux-Arts (1950-1954, Jacques Laurent arch.), l’École des beaux-arts à Alger (1950-1954, Léon Claro arch.) et l’aménagement d’ateliers au Grand Palais (1965, Pierre Vivien arch.), aucune école n’avait été construite.

Rêver d’une autre école

Fig. 1 : École des beaux-arts et d’architecture de Marseille, 1965-1967/1968, René Egger arch. Photographie aérienne [1967-1968] et plan schématique. AD Bouches-du-Rhône 65 J 274.

Un an après la promulgation du décret du 16 février 1962 prévoyant la création d’« écoles nationales d’architecture », André Malraux confie à Le Corbusier l’étude d’un « vaste espace public doté de plusieurs équipements culturels » à réaliser à Nanterre, parmi lesquels une école d’architecture. En avril 1965, à un journaliste lui demandant si cette dernière serait un palais, Le Corbusier répond, avec le goût pour la provocation qu’on lui connaît, que ce serait « un ensemble de salles, d’ateliers », ajoutant « des ateliers, voilà ce qui est nécessaire aux jeunes architectes. Pour le reste, il suffit de mettre une inscription au-dessus de la porte principale5 ». Le projet n’aboutit pas, bien qu’André Wogenscky en ait poursuivi l’étude après la mort de Le Corbusier, pas plus que l’installation de l’école régionale d’architecture de Lyon dans le couvent de la Visitation étudiée au même moment (1965-1967) par Bernard Zehrfuss. En ces années qui précèdent la bascule de 19686, seule est réalisée l’école régionale d’architecture de Marseille qui, avec l’école municipale des beaux-arts à laquelle elle était encore liée, investit des bâtiments neufs conçus par René Egger sur le campus universitaire de Luminy (fig. 1). Paradoxalement, la gouvernance de l’établissement et la configuration du bâtiment posent très tôt la question de l’obsolescence face aux évolutions institutionnelles et pédagogiques induites par la réforme de 1968. Pourtant, par sa disposition générale, le complexe anticipe, sans la consommer, la séparation entre les beaux-arts et l’architecture avec deux bâtiments clairement différenciés, mais reliés par un « cordon ombilical » (galerie de circulation et quelques équipements mutualisés). Au fil de ses écrits, l’architecte donnera d’ailleurs différentes interprétations de cette configuration, affirmant tantôt qu’il aurait « préféré un volume unique plutôt que des constructions séparées mais cela n’a pas été admis » par Paris, tantôt que « l’idée de base a été d’éviter le bâtiment monobloc où tout le monde est rassemblé comme en une immense caserne [et] de retrouver l’ambiance d’une cité méditerranéenne des artistes, chaque atelier ayant son autonomie, sa part propre de nature, son jardin, son patio, sa liberté en quelque sorte7 ».

Fig. 2 : « Une maison de l’architecture, germe de ville », diplôme de Michel Macary, Thierry Gruber et Philippe Molle (atelier Candilis-Josic), 24 novembre 1966, mention Très bien. Archives Michel Macary.

Le petit nombre de réalisations n’empêche pas de rêver d’une autre école. Dès le début des années 1960, les architectes imaginent une formation en phase avec les multiples réalités de la profession et de nouveaux lieux pour l’accueillir. Dans le diplôme collectif qu’ils soutiennent en novembre 1966, Thierry Gruber, Michel Macary et Philippe Molle formulent ainsi l’hypothèse d’une « Maison de l’architecture, germe de ville » (fig. 2). Leur projet initial (une nouvelle forme d’agence d’architecture) évolue finalement vers un complexe comprenant une agence d’architecture, cellule opérationnelle regroupant responsables et techniciens du cadre bâti, une école d’architecture où 200 élèves architectes pourraient être mis « en contact direct avec la réalité » et une salle polyvalente, futur pôle culturel d’une ville en devenir8. Dans leur esprit, cette maison de l’architecture est « le germe physique, intellectuel et humain » d’une ville nouvelle – en l’occurrence Évry – attendant « d’être fécondé par la volonté consciente et collective des habitants9 ». L’ouverture souhaitée étant surtout disciplinaire, les impétrants se plaisent à espérer que cette école devienne ensuite une « faculté de l’aménagement où toutes les disciplines participant à l’urbanisme et à l’architecture seraient enseignées10 », bien plus ambitieuse que le projet lauréat du concours lancé l’année précédente par l’Union internationale des architecte11 qui, dans une conception très « bozartienne » mobilisait la seule interrelation de l’architecture avec les autres formes d’expression artistique12.

Une pédagogie en acte

Une fois l’autonomie de l’architecture par rapport aux Beaux-Arts définitivement actée (décret du 6 décembre 1968), la traduire dans de « nouveaux locaux indépendants des actuelles écoles13 » devient un véritable défi pour les architectes, comme pour le ministère d’État en charge des Affaires culturelles qui en assure la maîtrise d’ouvrage. Georges Candilis, à qui revient la conception de l’UP de Toulouse, se plaît à souligner que « le choix de l’architecte – pour la première fois – (enfin !) a été laissé aux enseignants et étudiants », avant de poursuivre : « Ils m’ont fait le grand honneur de me choisir comme architecte et en même temps, ils m’ont mis dans un grand embarras. Quoi faire ?14 » Quoi faire ? Question fondamentale à laquelle renvoie inexorablement la conception d’une école où « les étudiants peuvent devenir architectes » et où, par conséquent, « la conception plastique, les possibilités d’établir un plan de fonctionnement, les parties technologiques, la finition matérielle doivent avoir une entité spirituelle, une identité ». L’exercice est d’autant plus difficile que cette identité est double, dans le sens où l’école d’architecture est à la fois un outil pédagogique, comme le précise très explicitement une note de programmation ministérielle15, et une démonstration grandeur nature des possibilités architecturales.

Fig. 3 : L’UPA de Toulouse, 1969-1970/1973-1974, G. Candilis, P. Desgrez, R. Malebranche arch. Vue extérieure [1969-1970]. SIAF/CAPa/Archives d’architecture du xxe siècle, fonds Georges Candilis.

Les UP post-68 sont-elles pour autant le reflet d’une pédagogie renouvelée ? Le ministère œuvre en ce sens, identifiant quatre modalités d’enseignement (travaux individuels, en équipes, en groupes, d’ensemble) pour lesquelles il définit trois types d’espaces16. Ce principe est à l’origine de la conception des UP de Nanterre et de Nantes17 où trois carrés de dimensions différentes sont associés selon une logique combinatoire. Interprétée autrement, cette hiérarchisation spatiale prévaut aussi à Nancy, à Lille, à Grenoble ou à Toulouse (fig. 3) où « les espaces […] variables, différenciés et permettant le travail en groupe tout en unifiant l’ensemble sous un volume18 » convainquent particulièrement la tutelle.

Au-delà des choix architecturaux, la conception même des écoles est appréhendée dans sa dimension pédagogique, à la fois lieu d’exercice, de critique voire de correction du projet. Les UP de Toulouse, de Lille, de Nantes, de Grenoble et de Montpellier font ainsi l’objet d’une programmation collective associant architecte(s), étudiants et enseignants. La direction de l’UP de Toulouse ne manque pas de souligner que « ce sont les élèves […] qui sont chargés de projeter l’ensemble des locaux conformément aux besoins qu’exige la refonte de l’enseignement et de la pédagogie19 » et que le programme « fait l’objet d’un échange permanent entre l’UP de Toulouse et l’architecte chargé du projet20 ». La presse relaie à ce mode de conception collaboratif21, indiquant dans le cas de Lille qu’« ayant à traduire concrètement les orientations générales et cette programmation [par l’Institut universitaire d’architecture et d’urbanisme], l’architecte s’est attaché à obtenir la meilleure adéquation […]. Il s’agissait de présenter aux étudiants non pas l’œuvre personnelle d’un maître, mais une architecture simple, claire, adaptée à l’enseignement et à la recherche22 ».

Forte de cette « vertu pédagogique », l’architecture des écoles suscite prises de parole et positionnements critiques. Pour l’UP de Bordeaux, il est avancé que « l’analyse, voire même la critique que peut susciter l’école sont les premières manifestations de [son] rôle d’enseignement23 ». Cette possibilité est mise en œuvre par Jean Bossu qui, dans le cadre de son enseignement « Structures et synthèse » (UP5), invite les étudiants à visiter leur future école, à Nanterre, et à proposer des alternatives si la proposition de Jacques Kalisz ne les « fascinait pas24 ».

Un plaidoyer en faveur d’une vision élargie de l’architecture

La dimension manifeste du programme n’échappe donc à personne. Concepteurs, usagers et témoins de la naissance des premières UP interrogent leur double statut de « lieu et objet d’enseignement25 » qui implique que, sans forcément constituer une « leçon » à proprement parler, l’école soit une démonstration (ou une illustration) d’une démarche architecturale.

Dans les années 1970, l’école renvoyant à un « contenu sociologique réel : les étudiants, les enseignants, les habitants [sont] amenés à vivre un “long temps” ensemble, sous des motivations diversifiées certes, mais nécessitant quotidiennement rencontres et communications26 », elle est d’abord appréhendée comme lieu d’échanges. Les échanges escomptés sont d’ordre disciplinaire comme en atteste le diplôme de Gruber, Macary et Molle ou le projet d’UP (1971, sans suite) que Denis Sloan élabore pour Créteil où l’école d’architecture aurait communiqué avec les départements d’écologie et d’urbanisme du centre universitaire multidisciplinaire27. Plus généralement, l’UP est pensée comme un équipement intégré, soit à l’espace universitaire (Marseille-Luminy, Toulouse-Le Mirail) soit à l’espace urbain, a fortiori à la ville en construction comme à Toulouse (Le Mirail), à Lille (Villeneuve-d’Ascq) ou à Grenoble (La Villeneuve), afin de permettre aux étudiants de « “tester” auprès du public leurs idées ou leurs projets. Grâce à cette ouverture et à cet échange continu entre l’architecte et son public, l’Unité pédagogique doit former de nouvelles générations capables de trouver un langage commun avec l’homme de la rue28 ». L’école devient ainsi l’un des premiers lieux où s’exprime une vision élargie de l’architecture, envisagée comme acte intellectuel et social, et non plus seulement comme monstration technique ou artistique.

Dans les UP comme dans d’autres programmes architecturaux (les universités par exemple), la première traduction de cette extension du champ architectural s’exprime dans la distribution générale et les dispositifs de circulation. À Grenoble, la rue « traversant l’école, la desservant et la mettant en contact avec la vie extérieure29 » répond au cahier des charges du quartier dont toutes les composantes devaient être reliées par un cheminement piéton public. Roland Simounet admet volontiers que cette rue a « fortement infléchi le parti architectural30 » car, traitée en « promenade […], elle initie discrètement le passant à la sensibilité architecturale31 » et qu’en même temps, tout au long de son parcours, « les vues directes plongeantes sur les activités d’étude (salle de lecture, ateliers, exposition, cafétéria) créent une attraction et une invitation au public à participer aux différentes activités ou manifestations de l’école ». À Nantes, nulle connexion avec la ville, mais le rez-de-chaussée de l’UP est quand même appréhendé comme « une sorte de rue bordée au nord par des laboratoires s’ouvrant sur des aires d’essai extérieures, couvertes par l’avancée de l’étage, au sud par l’administration ». Georges Evano explique l’avoir traité comme un « lieu de rencontre et d’exposition permanente32 » qui, bien qu’interne à l’école, constitue de fait une sorte de forum, un lieu de passage obligé sur lequel se greffent les circulations verticales.

Forum (Nantes), agora (Grenoble, Montpellier), « larges poches » (note ministérielle), « aires à usage multiple » (Toulouse), « fosse » (Lille), « reliefs en creux » (UPX, projet sans suite, 1980-1982, Jean Bossu arch.) s’imposent dans les premières UP. Espaces de travail, d’exposition, de critique, de création, de récréation, ils en constituent désormais le centre, le cœur ou le poumon selon le registre métaphorique convoqué33. L’essentiel reste que ces espaces permettent le déploiement de nouvelles pédagogies, en s’éloignant des formes archétypales des loges, emblèmes du travail individuel, ou de l’amphithéâtre, symbole d’un enseignement unidirectionnel et d’une hiérarchie entre professeurs et élèves que l’on entend dépasser34.

Épilogue. L’impossible réponse à l’indétermination ?

En 1968, une page se tourne définitivement, ou plutôt, une histoire commence à s’écrire : celle d’un programme architectural inédit – l’école d’architecture – qui aurait dû incarner les ambitions d’un champ disciplinaire en pleine mutation. Mais l’histoire à son commencement souffre de son indétermination : la pédagogie restant à inventer35, l’espace de l’école ne sera bien souvent appréhendé qu’au travers des notions de flexibilité, d’adaptabilité voire d’indétermination architecturales. À Toulouse, l’objectif de créer « un cadre physique souple, expérimental répondant à la mise en place progressive d’un nouvel enseignement de l’architecture36 », « un environnement de travail normal […] garantissant assez de mobilité d’aménagement […] en fonction des effectifs et de la pédagogie37 » avait remporté l’adhésion ministérielle38, moins celle du Conseil général des bâtiments de France plus réservé quant à la qualité et à la pérennité du dispositif39. Qu’aurait pensé ce même Conseil de la proposition de Gruber, Macary et Molle qui, si elle avait été soumise à son avis pour réalisation, aurait poussé cette logique jusqu’à son paroxysme, les architectes prévoyant qu’une fois la ville nouvelle achevée, l’agence et l’école d’architecture auraient été démontées et remontées ailleurs pour une autre opération40.

Les premières écoles d’architecture françaises, en posant dès le départ la question de leur obsolescence, renvoient au dilemme plus fondamental de la permanence architecturale face à l’inéluctable évolution des usages. Et si les choix initiaux n’ont pas toujours suffi à garantir la pérennité des architectures – destruction des UP de Nancy (1996) et de Nantes (2009), abandon de celle de Nanterre (2004), multiples extensions des écoles de Lille, de Marseille, de Montpellier et de Bordeaux –, les discours ayant accompagné leur genèse conservent la mémoire de leurs ambitions fondatrices.

 

1 Guy Lambert, Éléonore Marantz (dir.), Architectures manifestes. Les écoles d’architecture en France depuis 1950, Genève, MétisPresses, 2018.
2 « Centre et atelier d’architecture franco-américain », concours pour le prix de Reconnaissance des architectes américains de l’atelier Laloux (1961) ; « École régionale d’architecture », concours d’émulation de 2de classe (1961) ; « Une école d’architecture », concours de l’Union internationale des architectes (1965) ; « Une école pour la formation d’architectes », concours pour le prix de Reconnaissance des architectes américains (1967) dont le programme précise qu’il était attendu qu’elle soit « conçue par les concurrents d’après leurs idées personnelles sur l’enseignement de l’architecture ». Cité de l’architecture et du patrimoine (désormais CAPa)/Archives d’architecture du xxe siècle 431 Ifa 30.
3 René Egger arch. (1965-1967/1968).
4 Nancy, 1968-1970, Michel Folliasson et Jacques Binoux arch., procédé L. Pétroff-J. Prouvé ; Toulouse, 1969-1970 / 1973-1974, Georges Candilis avec Paul Desgrez et Raymond Malebranche arch. ; Bordeaux, 1968-1972, Claude Ferret arch. ; Nanterre (La Défense), 1970-1972, Jacques Kalisz et Roger Salem arch., procédé GEEP-Industries ; Nantes, 1973-1974, Georges Évano, Jean-Luc Pellerin arch. ; Lille, 1977, Pierre Eldin arch. ; Grenoble, 1975-1978, Roland Simounet arch. ; Montpellier, 1976-1978, L. Doumenc, E. Gallix, J.-J. Leccia, J.-P. Rey, M. Rueg, F. Szczot.
5 H. Pischari, J.-P. Audouit, « Les architectes de demain. Interview de M. Querrien, G. Candilis et Le Corbusier », L’Êducation nationale, n° 13, 1er avril 1965, p. 20-23.
6 Caroline Maniaque, Éléonore Marantz, Jean-Louis Violeau, Mai 68. L’architecture aussi !, Paris, B2, 2018.
7 René Egger, Avec Gaston Deferre, Marseille, Éditions européennes de Marseille-Provence, 2000, p. 174-177 ; idem, « Domaine de Luminy-Marseille. École d’art et d’architecture », Techniques & architecture, 31e série, n° 1, octobre 1969, p. 127-129.
8 Thierry Gruber, Michel Macary, Philippe Molle, « Urbanisme et participation. Une maison de l’architecture, germe de ville », Correspondance municipale [Évry]. Bulletin de l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale, n° 76, mai 1967, p. 21-23.
9 « Maison de l’architecture, germe de ville », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 132, juin-juillet 1967, p. 39-41.
10 Thierry Gruber, Michel Macary, Philippe Molle, op. cit.
11 « Une école d’architecture. Concours UIA 1965 », Techniques & architecture, 26e série, n° 2, nov.-déc. 1965, p. 11-13.
12 Delphine Bière, Éléonore Marantz, « Le collectif à l’œuvre. Collaborations entre architectes et plasticiens xxe-xxie siècles, In Situ [en ligne], 31|2017, [journals.openedition.org/insitu/15409].
13 Lettre du ministre d’État en charge des Affaires culturelles au maire de Toulouse, 28 mars 1969. Archives personnelles Jean-Henri Fabre (désormais AP Fabre).
14 Georges Candilis, « À la recherche d’une nouvelle conception d’école d’architecture », s. d. CAPa/Archives d’architecture du xxe siècle 236 Ifa 318/02. Les deux citations suivantes sont extraites du même texte.
15 Ministère d’État chargé des Affaires culturelles (désormais MAC), « Création ou agrandissement d’établissement d’enseignement de l’architecture. Éléments de programme architectural », 20 février 1969.
16 Ibid.
17 Jacques Kalisz, « École d’architecture : Nanterre-France », Architecture française, n° 394, décembre 1975, p. 97-105 ; Jacques Kalisz, « Apprivoiser la démesure », Techniques & architecture, n° 307, décembre 1975-janvier 1976, p. 37-42 ; « UPA de Nantes », L’Architecture française, n° 379-280, avril-mai 1974, p. 78-81.
18 Note de Bernard Kohn à Claude Cobbi, 24 juin 1969. AP Fabre.
19 Lettre du directeur de l’UPA de Toulouse au MAC, [janvier 1969]. AP Fabre.
20 R. Malebranche, Note de présentation de l’UPA de Toulouse, [juin 1969]. AP Fabre.
21 « UPA de Nantes », L’Architecture française, n° 379-280, avril-mai 1974, p. 78-81.
22 « L’UPA de Lille, une école ouverte », Architecture intérieure CREE, n° 166, juin-juillet 1978, p. 62-63. La citation suivante est tirée du même document.
23 « Une leçon d’architecture. Une école d’architecture peut-elle être tout à la fois lieu et objet d’enseignement ? C’est le pari qui a été tenté à Bordeaux », Architecture de lumière, n° 30, septembre 1974, p. 18-22.
24 Jean Bossu, Sujets pour les étudiants (ou les futurs étudiants) de l’UP5, [1971-1972]. CAPa/Archives d’architecture du xxe siècle 192 Ifa 86/2.
25 « Une leçon d’architecture… », op. cit.
26 Gérard Donati et SADI, Proposition de programmation générale de l’école d’architecture de Grenoble, 30 mars 1973. Archives ENSA Grenoble, doc. non coté.
27 « Créteil. Centre multidisciplinaire », Techniques & architecture, 33e série, n° 6, septembre 1971, p. 82-85.
28 « L’UPA de Lille, une école ouverte », op. cit.
29 Roland Simounet. Pour une invention de l’espace, Paris, Electa Moniteur, 1986, p. 78.
30 « Une rue piétonne au cœur de l’UPA de Grenoble », Techniques & architecture, n° 323, février 1979.
31 Roland Simounet. Pour une invention de l’espace, op. cit.
32 « UPA de Nantes », op. cit.
33 Roland Simounet, Notice de description de l’opération…, doc. cit.
34 MAC, doc. cit.
35 Caroline Maniaque (dir.), Les Années 68 et la formation des architectes, Rouen, Point de vues, 2018.
36 Programme architectural pour la construction en bâtiments provisoires de l’UPA de Toulouse, mai 1969. AP Fabre.
37 Raymond Malebranche, Note de présentation de l’UPA de Toulouse, doc. cit.
38 Note de Bernard Kohn à Claude Cobbi, doc. cit.
39 PV du Conseil général des bâtiments de France, 16 juillet 1969. AP Fabre.
40 « Maison de l’architecture, germe de ville », op. cit.