Des Beaux-Arts aux unités pédagogiques parisiennes : des projets de lieux pour l’enseignement de l’architecture, 1960-1980

par Anne Debarre,
Maître de conférences (HCA), ENSA Paris-Malaquais, UMR 3329 AUSser/ACS (CNRS/MC/UGE)


Les réformes pédagogiques de l’enseignement de l’architecture engagées depuis 19621 s’accompagnent de projets territoriaux et architecturaux concernant l’École des beaux-arts (ENSBA) puis les unités pédagogiques d’architecture (UP) parisiennes. Quelles sont les dispositions programmatiques et spatiales de ces écoles, négociées entre les différentes tutelles, les directions de l’ENSBA, les enseignants et élèves ?

Extension et densification du site historique

Fig. 1 : Projet de transferts pour l’extension de l’ENSBA, 1961, M. Berry ACMH. AN AJ/52/812.

Partagée entre l’école, les ateliers, qui lorsqu’ils sont « libres » sont logés hors les murs, et les agences où « faire la place », la formation de l’architecte repose sur la proximité spatiale de ces divers lieux. L’objectif de préserver celle-ci guide les projets d’extension de l’École des beaux-arts, dont les effectifs ne cesse d’augmenter. Les loges y sont en nombre insuffisant pour assurer l’isolement des élèves lors des épreuves de concours, les ateliers si exigus que « les professeurs souhaitent un manque d’assiduité pour accueillir efficacement au moins une partie d’entre eux2 » et les ateliers extérieurs que le bâtiment de la rue Jacques-Callot ne peut héberger sont loués dans le voisinage. Sur un terrain acquis en 1954, 26 rue de Vaugirard, seront prévus en 1957 des ateliers d’architecture, puis en 1959, ceux-ci étant jugés inopportuns face au Sénat, un centre d’examen. Maurice Berry, architecte des Monuments historiques pour le 6e arrondissement, envisage d’agrandir l’école en annexant l’Académie de médecine mitoyenne et en construisant un bâtiment d’ateliers au cœur d’un îlot entre les rues Visconti et Jacob. Ce quartier étant de plus en plus résidentiel et l’agitation des élèves architectes de moins en moins tolérée, plusieurs ateliers extérieurs sont menacés d’expulsion. L’administration, qui prend en charge leurs frais d’hébergement, leur propose des modules préfabriqués provisoires à la porte Dorée (Paris 12e) et à la villa Rodin à Meudon, localisation qu’écartent huit patrons, en évoquant l’éloignement de leurs agences et le risque de désertion des élèves. Une installation de ces mal-logés est aussi envisagée dans un ancien lavoir rue Mouffetard, puis dans une partie du Grand Palais, solution qui, d’abord écartée, finit par l’emporter en 19643. Parce qu’elle est temporaire, elle échappe à l’avis du comité de décentralisation, institué en 1958.

Pour obtenir l’aval de ce dernier, la tutelle justifie ainsi l’implantation rue de Vaugirard du centre de spécialisation et de recherches architecturales prévu dans le décret de 1962 : il ne peut « se développer ailleurs qu’à Paris » pour « des professeurs ou chercheurs […] praticiens qui partageront leurs activités entre la chaire, l’atelier et l’agence4 ». Les aménagements sur le site même des Beaux-Arts recevront un avis favorable du comité, subordonné toutefois à la création d’écoles en province. Ils visent à accueillir des élèves davantage présents à l’école car la réforme de 1962, « sans établir le temps plein intégral, tend à assigner une limite raisonnable à la durée des études, [obligeant] les élèves à une plus grande assiduité5 » et instaure des modes pédagogiques variés. La multiplication des cours dits scientifiques et oraux exige des salles de travaux pratiques et des amphithéâtres que l’architecte Jacques Laurent prévoit d’enterrer sous les cours du site historique. Ces projets, inscrits dans la continuité des extensions antérieures des Beaux-Arts, ne seront pas mis en œuvre faute de financements, attendus jusqu’en 1965 pour l’école, et jusqu’en 1969 pour le terrain rue de Vaugirard. En grève en 1966, professeurs et élèves dénoncent la situation matérielle catastrophique de la section architecture, rendant toute réforme impossible6. Nommé architecte de l’ENSBA en 1968, Pierre Sirvin suggère une réaffectation plus rationnelle des surfaces existantes et la construction de nouveaux mètres carrés au centre du palais des Études7, mais démissionne en janvier 1969, refusant les solutions de fortune adoptées après les événements.

Décentralisation et modernisme architectural pour les projets d’écoles

Dans le cadre des politiques de décentralisation, le décret de 1962 annonçait la création de plusieurs écoles nationales d’architecture, en région parisienne et en province, mais il restera sans modalités d’application. Toutefois dès la rentrée 1965, la « petite réforme » conduit à la formation de trois groupes d’ateliers8, qui amorce un éclatement tant pédagogique que spatial de la section architecture de Paris. Le groupe A réunit les ateliers officiels « traditionnels » du quai Malaquais ; le B, les ateliers logés dans le bâtiment de la rue Jacques-Callot et à proximité ; le C, destiné à être transféré au Grand Palais, étant composé d’ateliers mal logés, mais aussi les plus progressistes sélectionnés par Jean de Saint-Jorre, chef du service des Enseignements artistiques du ministère, sous le contrôle de Max Querrien, directeur de l’Architecture9. Ces ateliers qui sont « groupés autour d’un patio au Grand Palais pour favoriser une vie de groupe, dans le cadre d’une architecture moderne, ont d’ailleurs déjà contribué à créer un esprit de recherche10 ». En 1967, le ministère envisage le transfert du groupe C à La Défense dans des baraquements provisoires en attendant « la construction de la première école idéale d’architecture11 ».

En 1965, deux sites de la périphérie parisienne, à Nanterre dans le périmètre de La Défense et à Versailles, ont en effet été retenus pour accueillir des écoles d’architecture modernes, manifestes d’un enseignement renouvelé. À La Défense, la nouvelle école est prévue au sein d’un ensemble culturel regroupant un musée du xxe siècle et trois autres écoles d’art. L’esquisse de Le Corbusier en 1965, reprise après son décès par André Wogenscky, n’entre pas dans les détails du programme très ambitieux rédigé en 1964 par Jean Fayeton. Ce directeur des études prône le détachement de « toute référence au passé » comme condition de l’autonomie de l’architecture et de la réforme de son enseignement car « toute une partie de la pédagogie de l’ENSBA [est] déterminée par les conditions matérielles dans lesquelles sont exposés et jugés les travaux des élèves. Ce conditionnement est si fort que toute tentative de rénovation de l’École sera vouée à l’échec aussi longtemps qu’il ne sera pas possible de s’en libérer12 ».

Fig. 2 : Atelier UP2 avec une charrette, 1976, école de La Défense (J. Kalisz et R. Salem arch.). AN 20040053/5.

Bien que Querrien ait souhaité que la première des quatre écoles nationales d’architecture alors prévues soit celle de La Défense et fasse symbole13, l’indisponibilité du terrain conduit à approuver dès juin 1967 les travaux d’aménagement des Petites Écuries à Versailles, un bâtiment historique qui « ne constitue pas le lieu idéal pour susciter des vocations d’architectes14 ». L’« expérience cohérente et originale15 » de l’équipe du groupe C rive-gauche justifie que celle-ci soit sélectionnée en mars 1968 pour s’y installer, et ses enseignants sont invités à collaborer avec les architectes à la mise au point des travaux.

Après mai 68, l’objectif de construire des écoles en dehors de Paris est maintenu. Chargé depuis juin de leur programmation à la direction des études à l’ENSBA, Claude Pradel-Lebar fixe un programme générique qui laisse ouverte toute forme d’expérimentation : « Dans toutes les hypothèses les activités pédagogiques auront un caractère expérimental : elles peuvent aller de l’enseignement destiné à un petit groupe à une recherche pédagogique, utilisant également un petit groupe de sujets disponibles pour des travaux d’application16. » C’est dans ce sens qu’il rendra un avis technique sévère sur le projet d’une école provisoire en 1970 sur le site de Chalais à Meudon (Olivier Vaudou arch., sur le programme de Paul La Mache, enseignant représentant UP2) : « Si elle [la formule des “ateliers”] correspond à la pédagogie du moment, il est de règle que l’établissement d’enseignement ne soit pas le moule d’une expression pédagogique unique, mais puisse les accueillir toutes, si variées soient-elles17. » La flexibilité caractérise de fait l’école de La Défense ainsi que le projet de Créteil, dont les programmes ont été établis sans la consultation de professeurs. Lancé en 1970 pour pouvoir accueillir deux UP, le bâtiment de Jacques Kalisz et Roger Salem à La Défense est conçu pour quatre échelles de travaux pédagogiques – individuels, en équipes, en groupes, d’ensemble –, les « espaces facilitant les relations et les rapports entre élèves, entre enseignants et élèves et aussi entre activité architecturale et environnement humain » et son expression architecturale est « représentative de l’époque18 ». L’orientation du projet de Denis Sloan mandaté la même année pour Créteil est similaire.

Guy Brajot, inspecteur général des services administratifs, est alors chargé de trouver des sites pour les huit UP parisiennes qui viennent d’être créées : « L’implantation de toutes les UP non seulement en dehors des locaux du quai Malaquais mais encore en dehors de Paris paraît conditionner la réussite de la réforme. Les étudiants craignent que si l’une des UP se maintenait à l’ENSBA ou à Paris, elle ne passe aux yeux des étudiants ou de l’opinion publique pour une “École Supérieure” de la région parisienne19. » Suivant « une méthode de dispersion parallèle à celle de l’Éducation nationale20 » sont recherchés des sites à proximité d’universités ou, pour leur actualité urbanistique et une possible pratique opérationnelle, dans des villes nouvelles. Étaient déjà retenus les sites de Créteil et d’Orsay-Saclay et sont pressentis Trappes, Verrières-le-Buisson, Boissy-Saint-Léger, Villetaneuse. Aux terrains disponibles à Nanterre et à Meudon s’ajoute le domaine de Brimborion à Sèvres sur lequel André Malraux soutient le « projet à vocation internationale d’Institut d’environnement et d’aménagement du territoire, associant étroitement l’architecture aux disciplines plastiques », à la suite du projet avorté d’André Bloc d’un « centre de la nature21 ». Pour engager le processus de modernisation malgré une absence de crédits, Brajot propose d’édifier sur ces sites des bâtiments industrialisés récupérables.

Des locaux reconvertis provisoires dans Paris pour les UP

La plupart des enseignants et étudiants des UP parisiennes, qui entendent avant tout le rester, s’opposent à ces projets.

Le bâtiment de Versailles sera finalement affecté à UP3, une composante des ateliers Arretche et Beaudouin du groupe A, qui s’y installe en 1969 dans un grand confort de surfaces de locaux rénovés22. Elle entend pallier l’inconvénient d’un éloignement de la vie culturelle par des ouvertures internationales dès 1971 et des partenariats avec des établissements locaux et institue la pratique opérationnelle suivant le dessein de la tutelle : « Le fond du problème restant de couper les étudiants des facilités données par la “place”, la seule solution rationnelle et prospective reste la décentralisation accélérée de l’ENSBA sur la couronne de Paris23. »

L’administration se figure que les équipements modernes des écoles de La Défense et de Créteil auront un effet d’aspiration des étudiants et professeurs. La première est construite malgré la proximité de la faculté qui a déclenché les contestations de 68, « la précaution était cependant prise d’écarter de Nanterre l’unité pédagogique n° 6, actuellement installée au quai Malaquais qui s’est signalée par ses éléments contestataires et violents, et de n’installer à La Défense que des unités tranquilles24 ». Sont pressenties UP2 et UP5 plutôt que UP6 et UP8. Contre la majorité des enseignants et étudiants, le directeur d’UP5 accepte de quitter le Grand Palais pour La Défense pour « accélérer la mise en place des processus pédagogiques » et « dans l’espoir d’obtenir des locaux et des crédits supplémentaires25 », promis par le ministère.

Le projet à Meudon n’ayant pas abouti, UP2 l’y rejoint, déménagée sans préavis pendant l’été 1976. Cette fédération d’ateliers verticaux occupait le bâtiment rue Jacques-Callot et deux ateliers loués à proximité : ceux-ci sont expulsés en 1975 et leur relogement local dans une péniche ou à la gare d’Orsay non retenu. Tandis que la directrice notait que cet exil a structuré « une ligne pédagogique » et une « équipe pédagogique avec davantage de confrontations, d’échanges26 », une ancienne étudiante27 rapporte combien la vie des ateliers désormais régie par des horaires d’ouverture a été perturbée dans ce nouvel environnement de La Défense.

Logée au Grand Palais, UP7 refuse de rejoindre le site de Brimborion à Sèvres au prétexte d’une incompatibilité de son option « sciences et techniques » avec la composante art plastique de l’Institut d’environnement projeté. À sa création, UP8 écarte l’option d’une installation à Versailles aux côtés d’UP3, préférant partager un pavillon des Halles avec l’éphémère Unité d’enseignement et de recherche sur l’environnement (UERE). À l’appui du refus de La Défense et de Créteil, Bernard Huet avance des arguments pédagogiques : « les relations avec Université de Paris-VII », « l’insertion dans un tissu urbain vivant et équipé, de préférence ancien, pour assurer un terrain d’étude diversifié […] Nous n’avons pas l’intention de former des “faiseurs de grands ensembles”28 ».

La tutelle hésite à construire le bâtiment de Créteil tant qu’une UP ne sera pas décidée à s’y installer « faute de quoi la construction même des bâtiments sera interprétée immédiatement comme la mise en œuvre d’une politique dure reprenant celle énoncée en partant de termes d’ordre public en 1968, et risquera d’entraîner le blocage de la situation actuelle et l’impossibilité de dégager dans des délais raisonnables du quai Malaquais les UP qui s’y trouvent encore stationnées et qui s’y cramponnent actuellement, moins pour des raisons pratiques que pour des motifs doctrinaux29 ». UP1 refuse de quitter le site historique tant que UP4 et UP6 y seraient encore installées. Dès 1969, étudiants et enseignants d’UP4 considèrent que « Paris, pour des raisons culturelles évidentes, constitue le lieu d’élection de leur UP. Quitter les locaux actuels de l’ENSBA, abandonner un cadre qui, malgré ses défauts, représente un patrimoine irremplaçable par son implantation et la valeur des souvenirs qui y sont attachés, leur apparaît une manifestation de plus d’une certaine politique de destruction dont on a trop vu les effets ces derniers mois30 ». Quand un déménagement d’UP6 est envisagé en 1975, il n’est pas question pour elle « d’abandonner le site des Beaux-Arts aux seuls représentants du Pouvoir qui veulent effacer au cœur de Paris les dernières traces des luttes de mai 6831 », une institution « qu’elle avait allègrement piétinée en 196832 », rappelle le directeur de l’ENSBA.

Ces trois UP sont pourtant très à l’étroit sur le site historique, dans une cohabitation problématique faite d’affrontements idéologiques. Les ateliers verticaux d’UP4 ont repris les locaux de leurs prédécesseurs. UP1 a fait diviser les plateaux des ateliers de l’aile est du bâtiment Perret, pour des modalités pédagogiques diversifiées. Proche du modèle universitaire ouvert, UP6 occupe différents locaux dispersés sur le site, la cour couverte et celles extérieures – où se déroulent les expérimentations pédagogiques de David Georges Emmerich et de Jacques Bosson – et un bâtiment GEEP plaqué sur la façade du palais des Études.

Cet ancrage central sur site historique est complété par des antennes périphériques de pratique opérationnelle33 – UP1 à Trappes, UP6 à Sèvres et dans les Cévennes34 tandis que Michel Marot annonce chercher pour UP4 une antenne sur un chantier d’une ville nouvelle, une stratégie pour rajeunir son système d’enseignement35.

Fig. 3 : Déplacements des UP parisiennes 1969-1977. Doc. A. Debarre.

Si le ministère continue en 1972 à affirmer avec force qu’« aucune UP ne restera quai Malaquais36 », il ouvre la possibilité que deux écoles de taille réduite (300 à 400 étudiants), une tendance UP4 et une tendance UP6, puissent s’implanter à Paris. Comme le font activement les enseignants, l’administration cherche des terrains (Gobelins, Mouffetard) et des locaux, même provisoires. Le corps enseignant d’UP1 s‘enthousiasme de l’acquisition de l’hôpital Villemin (Paris 10e), promesse de « locaux neufs dans un centre secondaire de la capitale37 ». Dès 1974, cette école se partage entre les deux sites, se contentant de travaux sommaires sur Villemin, attendant en vain la réhabilitation-reconstruction par Francis Soler, lauréat du concours en 1987. En 1975, d’anciennes usines boulevard de Grenelle sont proposées à UP6 qui les refuse, et malgré les multiples raisons évoquées pour ne pas s’installer au 144 rue de Flandre (Paris 19e), elle y emménage en 1977, dans des locaux industriels hâtivement réaménagés. Lorsque UP8 doit libérer le site des Halles au cours de l’année universitaire 1973, elle emménage 69 rue du Chevaleret (Paris 13e) dans un immeuble de bureaux neuf : outre les mesures discriminatoires d’utilisation prévues au bail, « ces locaux sont totalement inadaptés à tout enseignement tant par leur trame, leur distribution, leur hauteur sous plafond, […] structurellement exigus, éclairés électriquement en permanence, disposés sur 5 niveaux. Personne ne s’y rencontre […] il est impossible d’enseigner une architecture de qualité dans un immeuble sans qualité38 ». Elle envisage en 1978 une implantation au Bon Marché, la replaçant au cœur de la capitale. Au bail de six ans proposé ici sera préférée une perspective plus longue dans une propriété de la RIVP, l’ancienne usine Meccano, rue Rébeval (Paris 19e). UP8 y emménage en 1981 après des adaptations importantes (Christian Gimonet arch.), programmées par les enseignants. Ayant constaté l’absentéisme des étudiants d’une école difficile d’accès et la persistance de la pratique de la place, ceux-ci intègrent une Maison des études indépendante pour les derniers cycles qui reprend le principe de l’atelier et que les élèves fréquentent quand ils ne sont pas dans les agences qui les emploient.

Choisi en 1977 pour accueillir UP4, le séminaire de Conflans à Charenton-le-Pont est présenté comme l’illustration de la politique de réutilisation des bâtiments anciens prônée par le ministère de Michel Ornano, tandis que des enseignants et étudiants dénoncent « l’exil » sur un « site déplorable d’une banlieue39 ». UP9, née en 1975 d’une scission d’UP4, hérite alors des ateliers de la rue Jacques-Callot, sans bénéficier de surface supplémentaire sur son site des Beaux-Arts40, occupé désormais majoritairement par les arts plastiques.

Enfin, avec le changement de tutelle en 1978, le ministère de la Culture réaffecte le Grand Palais et UP7 est ainsi contrainte à un déménagement en urgence, en 1979, pour des locaux provisoires à Tolbiac (Paris 13e), dans l’attente d’une implantation définitive à Marne-la-Vallée où les étudiants pourront faire l’expérience de la ville nouvelle – ce qui ne se réalisera qu’en 1999.

Le projet moderne d’un enseignement plus universitaire, dispensé dans des édifices flexibles en région parisienne dans des villes nouvelles et conçu pour remplacer le dispositif centralisé de la formation en architecture des Beaux-Arts, a été rejeté par la plupart des UP parisiennes à leur création. Celles-ci ont négocié un maintien intra-muros, essentiel pour elles, au prix d’installations bricolées et temporaires contraignant leurs pédagogies diversifiées. Manque de moyens, peur des contestations, souci de ne pas attiser les tensions entre écoles : dans ce contexte, la politique immobilière des tutelles reste incertaine et peine à être appliquée sinon par quelques décisions autoritaires. La suite de l’histoire confirmera que leurs objectifs initiaux ne sont pas oubliés et, plus récemment encore, que la résistance des écoles a pu trouver une légitimité.

1 Décret n°62-179 du 16 février 1962 relatif à l’enseignement de l’architecture.
2 Direction de l’Architecture, ministère des Affaires culturelles (désormais MAC), note à l’intention du comité de décentralisation, 19 octobre 1964. AN 19780693/1.
3 Lettre de N. Untersteller directeur des Beaux-Arts, à Malraux, 8 février 1964. AN AJ/52/811.
4 Direction de l’Architecture, doc. cit.
5 ENSBA, Locaux. AN 19780693/1.
6 « Des professeurs et des élèves dénoncent la situation catastrophique de l’enseignement de l’architecture », Le Monde, 24-25 avril 1966, p. 16.
7 AN 19880557/97.
8 Arrêté du 20 décembre 1965, JO du 28 mai 1966.
9 Lettre de Saint-Jorre au directeur de l’ENSBA, 29 juillet 1965. AN 20040053/11.
10 J. Michel, « La fin d’une équivoque », Le Monde, 15 février 1967, p. 10.
11 Note manuscrite anonyme, s. d. AN AJ/52/812.
12 Fayeton, note sur la conception architecturale des nouvelles écoles d’architecture, 12 octobre 1966. AN 20040053/7.
13 Querrien, Conseil général des bâtiments de France, 1er juin 1967. AN 20040053/7.
14 J. Michel, op. cit.
15 J.-P. Martin, chargé de mission pour l’enseignement de l’architecture, au directeur de l’Architecture, 22 mars 1968. AN 20120112/4.
16 Note de Pradel-Lebar à Martin, 26 juin 1968. AN 20040053/7.
17 Pradel-Lebar, Rapport sur le projet de Meudon UP2, 31 mai 1970. AN 19780693/8.
18 La Défense, plaquette MAC. AN 19780693/8.
19 Brajot, note du 5 juin 1969. AN 19900426/1.
20 Bros, note au directeur de cabinet, MAC, 26 janvier 1970. AN 19950514/13.
21 Lettre du maire de Sèvres à Malraux, 7 mars 1969. AN 19950514/13.
22 Cf. article de Béatrice Gaillard, p. #.
23 Note de Martin au chef du service des Enseignements de l’architecture, 30 avril 1969. AN 20040053/44.
24 Note sur la construction de deux UP à La Défense, 10 décembre 1970. AN 19950514/13.
25 CR réunion du conseil de gestion UP5, 31 mars 1971. AN 19900426/3.
26 S. Clavel dans J. Laurent, « UP2 héritière des Beaux-Arts », Architecture, n° 34, avril 1982, p. 36.
27 C. Clarisse, étudiante d’UP2 à cette période.
28 Lettre de Huet à Armand, chef du service des Enseignements de l’architecture, 21 janvier 1971. AN 20040053/15.
29 Note à Astier conseiller technique, construction d’une UP à Créteil, 1972. AN 20040053/44.
30 Lettre de Vicariot, UP4, à Bertin directeur de l’ENSBA, 22 avril 1969. AN 20040053/44.
31 AG 5 juin 1975. AN 19900426/4.
32 Note manuscrite de Bertin, 12 juin 1975. AN 19900426/4.
33 Voir M. Decommer, « Les enseignements de pratique opérationnelle après 1968 : le cas des antennes pédagogiques expérimentales », Cahier HEnsA20, n° 03, décembre 2017, p. 41-48.
34 Cf. article d’Aymone Nicolas et Norbert Chautard, p. #.
35 Note de Martin, doc. cit.
36 Conseil de gestion UP1, CR de la réunion au ministère, 16 novembre 1972. AN 19900426/1.
37 J.-P. Hémy, directeur UP1, note au chef du service des Enseignements de l’architecture, 11 mars 1975. Archives Villemin.
38 Note manuscrite anonyme, s. d. AN 20040053/19.
39 « L’avenir d’UP4 », Architectes, n° 101, octobre 1979, p. 10-13.
40 M. Marot revendique pour UP9 des surfaces pour l’exposition permanente des travaux d’élèves, une pédagogie liée au débat « qu’elle engendre naturellement ». Lettre au directeur de l’Architecture, 2 mars 1982. AN 20040053/19.

[sommaire]