Du groupe C aux unités pédagogiques : la « réforme expérimentale » de l’enseignement de l’architecture au Grand Palais (1962-1980)

par Amandine Diener,
Maître de conférences associée (HCA), ENSA Paris-La Villette, EA 3400 ARCHE

 

Fin décembre 1965. Le chaudron bouillant du Grand Palais fume et transpire. Les cuistots ont beau s’asseoir sur le couvercle et taper dessus pour l’étouffer, ça déborde. Ils n’avaient qu’à pas tant chauffer. Et ça va déborder encore, jusqu’à ce que saute le couvercle (ou la Coupole si tu préfères). Il faut que tout le monde pousse en même temps1.


C’est par ces mots que la Masse s’adresse aux élèves des ateliers d’architecture installés depuis trois mois au Grand Palais, lassés d’attendre l’application d’une réforme de l’enseignement annoncée par le décret Debré du 16 février 1962. La création de trois groupes d’ateliers – A, B et C – et l’installation de ce dernier dans une aile du Grand Palais ne résultent pas uniquement du besoin d’espace pour accueillir les quelque 2 500 élèves architectes qui étudient à l’École des beaux-arts, mais bien d’une volonté de donner à celle-ci une première possibilité de réformer son enseignement pour répondre à l’attente de toute une génération, qui est de préparer les futurs architectes aux nouvelles conditions d’exercice de la profession.

Nous reviendrons sur ce contexte des années soixante pendant lesquelles des solutions transitoires de relogement cherchent à répondre à la poussée démographique d’élèves qui plombe l’ENSBA. À partir de documents d’archives2, nous éclairerons les conditions d’installation du groupe C au Grand Palais, laquelle pourrait sembler paradoxale : loger les élèves architectes contestataires dans un édifice emblématique du système beaux-arts qu’ils décrient. À la lecture des plans d’aménagement de Pierre Vivien (1909-1999), soumis à la mémoire de ceux qui y ont vécu3, nous analyserons ce « village » au Grand Palais et interrogerons dans quelle mesure les dispositifs spatiaux mis en place profitent aux expériences d’une pédagogie nouvelle. La correspondance entre les différents acteurs du projet renseigne sur les orientations imaginées d’une « école d’architecture idéale4 » que préfigure le groupe C, ainsi que les équipements nécessaires à son développement. Enfin, après la réforme de 1968 qui créé les unités pédagogiques d’architecture (UP), nous observerons la suite avec l’UP7 qui, partiellement issue du groupe C, a pris sa place, et en particulier l’atelier Schweitzer. Grâce à des entretiens menés auprès d’anciens de l’atelier et de sources écrites, nous interrogerons le rapport particulier qui s’y dessine entre l’espace et la pédagogie.

Engager la réforme : un problème matériel et pédagogique ?

Dès 1949, Nicolas Untersteller (1900-1967), tout juste nommé à la direction de l’ENSBA, liste les urgences à entreprendre pour « la bonne organisation5 » de cette dernière : les ateliers d’architecture arrivent en tête devant le palais des Études, la bibliothèque, l’amphithéâtre et enfin les services de l’administration. À lire les archives, la crise que traverse la section d’architecture se résume à une question matérielle, voire statistique, que l’administration plaît à présenter par des chiffres saisissants : en 70 ans, le nombre d’élèves est passé de 600 en 1895 à 3 500 en 1964, parmi lesquels 2 800 architectes, écoles régionales comprises. En 1961, on estime qu’avec une surface d’ateliers de 1 844 m², un élève ne dispose que de 1,2 m², tandis que les conditions acceptables d’enseignement nécessiteraient une surface totale d’atelier de 9 000 m², soit 6 m² par élève6. Untersteller s’indigne du fait que cette augmentation massive des effectifs n’ait pas été suivie de celle de la surface de l’École et du nombre d’enseignants. Il s’inquiète de la situation précaire de certains ateliers extérieurs7 et alerte également le ministère sur les conditions sanitaires lamentables dans lesquelles se déroulent les corrections en atelier et les jugements, l’ENSBA comptant « le plus gros pourcentage de tuberculeux parmi les Grandes Écoles8 ».

La saturation des locaux est la conséquence de plusieurs phénomènes, dont la crise immobilière qui frappe les ateliers extérieurs – locaux insalubres mais aussi loyers impayés9 – et l’inapplication du décret cadre de 1962 qui promet la création d’écoles nationales d’architecture pour désengorger l’ENSBA. L’agrandissement des surfaces d’enseignement semble l’unique solution considérée face à la crise démographique, et jamais le problème n’est abordé sous l’angle des raisons qui ont conduit à cette situation. Il faut souligner le laxisme de l’administration qui, durant des décennies, rejette tout dispositif qui aurait permis de l’anticiper. Aucun texte ne propose en effet d’encadrer la durée des études – pour éviter l’effet accumulation – ou encore de réformer le concours du grand prix de Rome, un titre recherché qui incite les élèves à rester sur les bancs de l’école. Mais surtout, depuis la réforme de 1863 qui distingue les ateliers intérieurs et extérieurs, aucune révision n’est apportée au fonctionnement des ateliers qui constituent pourtant le cœur de la pédagogie.

Depuis les années 1950, toutes les entités se mobilisent – tutelle ministérielle, direction de l’école, enseignants, élèves – pour trouver des solutions afin de reloger les ateliers dans des locaux décents, d’abord en effectuant des aménagements sur le site des Beaux-Arts, puis en envisageant la construction de locaux provisoires extra-muros10 ; ces projets sont mis en sommeil par le service de l’Enseignement artistique sous prétexte que l’École des beaux-arts ne doit pas trop « essaimer au dehors11 ». Untersteller envisage alors une autre option. Puisque la tutelle a accordé à la faculté des lettres d’occuper une aile du Grand Palais, elle pourrait faire de même pour les ateliers d’architecture de l’ENSBA.

Expérimenter la réforme sous la coupole du Grand Palais

Aussi, Untersteller interpelle-t-il Malraux en juin 1963 afin de loger au Grand Palais, en priorité et à titre transitoire, les ateliers de Camelot et de Candilis12. Le ministre s’y oppose car il projette de transformer le bâtiment en galerie nationale d’exposition temporaire, avec notamment un hommage au 85e anniversaire de Picasso, et, vu la réputation festive et chahuteuse des élèves architectes, redoute une cohabitation malheureuse. Huit mois plus tard, Untersteller réitère sa demande13. Sans attendre la réponse, Vivien, architecte en chef chargé du Grand Palais et par ailleurs patron d’un atelier, conçoit dès le mois de février un plan d’aménagement pour la partie sud de la nef du Grand Palais. Le plan, carré et rationnel, s’organise autour d’une distribution centrale qui dessert sept ateliers, chacun doté d’un petit espace sanitaire et d’une bibliothèque ; il comprend également un local des surveillants, un secrétariat et un atelier de maquettes. Il ne prévoit ni amphithéâtre ni espace commun de travail. C’est Jean Autin (1921-1991), directeur de l’Administration générale qui, admettant qu’il paraît difficile de refuser à une école sous tutelle de l’Enseignement artistique ce qui est accordé à une faculté relevant de l’Éducation nationale14, concède alors à l’ENSBA d’installer des élèves architectes dans l’aile sud.

Fig. 1 : Le Grand Palais, avant-projet des ateliers, 10 avril 1968, Pierre Vivien ACBCPN. AN 19780694/34.

Le plan de Vivien est remanié et l’avant-projet daté du 11 septembre 1964 correspond pratiquement à l’espace inauguré le 10 septembre 1965 (fig. 1). En un an, les travaux couvrent près de 2 500 m² pour accueillir les 400 élèves du groupe C, répartis en cinq ateliers : Pingusson, Faugeron, Camelot, Vivien et Candilis15. La réalisation est conçue en matériaux légers ininflammables à petit prix16, notamment des murs de parpaings et des toitures en Onduline (fig. 2). Au-delà des installations d’électricité, de chauffage et de ventilation17 prévues, un système d’arrosage par les toitures permet de rafraîchir les ateliers en période de grande chaleur. Le plan prévoit toujours sept ateliers, mais organisés désormais autour d’un patio arboré. Celui-ci, qui marque l’entrée de ce « village », est propice au développement une pédagogie nouvelle et partagé entre les ateliers. L’amphithéâtre, absent sur les plans, est toutefois aménagé dès les premiers mois. Pour calculer la surface des ateliers, Vivien raisonne en surface d’exposition car une note laisse entendre qu’il multiplie le nombre de planches par celui d’élèves18. Chaque atelier, entre 144 et 274 m², est doté d’un point d’eau et d’une bibliothèque. Un étage surmonte l’ensemble, comprenant l’administration – dans une configuration panoptique –, une bibliothèque et des salles d’exposition.

Fig. 2 : Les ateliers du Grand Palais, vers 1973. Coll. part.

La direction de l’ENSBA et le ministère accompagnent l’installation du groupe C au Grand Palais, considérant que l’expérience constitue une solution transitoire en attendant la « grande réforme19 ». Toutefois, les ateliers vont y « vivre, enseigner et juger de façon quasi autonome20» et marquer le « commencement d’une réforme expérimentale au sein même de l’École des beaux-arts21 ». Si l’installation des architectes près de l’Élysée suscite pour les riverains quelques craintes22, Georges-Henri Pingusson (1894-1978) s’en réjouit car elle promet de « créer un secteur expérimental dont les recherches et les essais, réussis ou non, pourront être d’une grande valeur pour toute [l’]École23 ».Le nombre d’environ 400 élèves résulte certes des possibilités matérielles offertes par l’espace au Grand Palais, mais il correspond également au format d’une « école courante d’architecture24 » permettant de tester une « réforme évolutive ». C’est dans ce cadre réduit que les structures de l’enseignement sont révisées : le groupement des ateliers est mis à profit pour « organiser en commun des conférences, des invitations, des voyages et des visites de chantiers », les outils de la représentation architecturale sont adaptés en introduisant « des documents supplémentaires : maquettes, schémas » et un mode de jugement plus efficace est établi où la notion de « “juger” cède progressivement la place [à celle de] “critiquer” ». Le projet, « élément pédagogique de base25 », constitue le levier de cette expérience et implique une organisation de l’enseignement à deux échelons : la phase d’approche entre les élèves et leur patron s’effectue dans l’atelier dès la remise du thème commun d’étude, le développement commun sous forme de table ronde réunit ensuite l’ensemble des ateliers pour la seconde phase. Ces initiatives sont entérinées avec la création de l’Association des élèves parisiens du groupe C en février 196726. Opposée au cloisonnement disciplinaire, à la culture encyclopédique et au mandarinat des enseignants, l’Association se définit comme une « force de contestation de l’École27 ».

En 1966, devant un même constat, l’attitude du directeur de l’ENSBA diffère de celle des élèves. Les moyens mis à disposition restent trop faibles selon Untersteller28 : l’École des beaux-arts dispose de 62 enseignants pour les 2 800 élèves architectes alors que l’École des ponts et chaussées compterait 154 enseignants pour 314 élèves. Le directeur, croyant encore à la construction des nouvelles écoles annoncées par le décret de 1962, lance un « SOS » afin de ne pas sacrifier une génération entière d’élèves. Ces derniers interpellent à leur tour le ministre par une lettre ouverte, affirmant ne plus attendre ni espérer une « grande réforme » de l’enseignement29. Malgré l’annonce de l’ouverture de la première école nationale d’architecture à Marseille et de celle à Versailles pour la rentrée 1968-196930, le climat se tend au mois de mai 1968 et les événements s’enchaînent jusqu’au décret de décembre 1968 qui détache l’enseignement de l’architecture de l’ENSBA.

Des galeries au Kalbot : le cas de l’atelier Schweitzer d’UP7

UP7 est l’un des rameaux du groupe C issus de la réforme de 1968. Composée de cinq ateliers en 1969 et de six en 1972 – André Gomis (1926-1971) et Henri Ciriani, Henri Tastemain (1922-2012), Roland Schweitzer (1925-2018) et Pierre Mougin, Paul Maymont (1926-2007) et Louis Méneveau, François Maroti, puis Marion Tournon-Branly (1924-2016) –, elle occupe l’aile sud31 du Grand Palais jusqu’en 1980. L’objectif du programme des ateliers d’UP7 est de « former des praticiens polyvalents32 » grâce à un enseignement organisé en trois cycles33. Fondé sous la bannière des sciences et techniques34, l’enseignement prévoit un ensemble de cours théoriques35 donnés par d’illustres professeurs tels que l’ingénieur Stéphane Du Château (1908-1999), le sociologue Henri Lefebvre (1901-1991) ou encore le géographe Gabriel Rougerie (1918-2008). Ces cours ont lieu dans l’amphithéâtre et les exercices pratiques – comme ceux des arts plastiques encadrés par Nicolas Schöffer (1912-1992) et Joël Stein (1926-2012) ou ceux de construction par Jean Thibault – se déroulent dans des espaces peu à peu aménagés et dédiés. Le deuxième volet de l’enseignement consiste en des exercices d’architecture qui maintiennent une tradition de l’atelier vertical avec des projets courts et longs. Certains des sujets sont formulés par François Hébert-Stevens (1922-1995), le directeur pédagogique d’UP7, qui endosse, en comparaison avec l’ancienne école, le rôle de professeur de théorie. Les sujets sont validés par le conseil de gestion, organe consultatif et décisionnaire du programme des études composé d’enseignants et d’élèves. À partir de la 3e année, les exercices portent sur des thèmes transversaux et communs aux ateliers afin d’engager des séances collégiales36. Le thème est commun mais chaque atelier est libre de ses sujets qui traduisent les intérêts des patrons et renforcent progressivement les orientations propres aux ateliers37. La fin du cursus en 6e année accentue l’autonomie des ateliers.

Fig. 3 : Une sphère à perspective curviligne (Albert Flocon) en cours de réalisation à l’atelier du Spectacle (Paris 20e), vers 1992. L’œuvre originale au Grand Palais a été détruite vers 1970. Coll. part.

Si certains espaces, comme l’escalier d’entrée à deux volées, représentent de véritables lieux de vie qui ne sont pas sans rappeler l’esprit « beaux-arts » d’antan38, il faut s’attacher à la lecture de certains détails pour constater le déroulement d’expériences menées par les élèves qui relèvent de l’aventure du Grand Palais. L’imposante sphère en plâtre dans la cage d’escalier est couverte d’une perspective curviligne, une œuvre pionnière d’Albert Flocon (1909-1994), un ancien du Bauhaus39 (fig. 3). Le patio, deuxième séquence du parcours d’entrée, endosse la fonction de forum ; il constitue l’espace central à la fois du plan – les ateliers sont organisés autour de lui – et de la vie qui s’y déroule – on y débat des projets. Les ateliers, dépourvus de portes, traduisent l’idée d’une circulation des idées et des hommes au bénéfice d’une pédagogie partagée. Si l’exploitation des locaux reste concentrée dans cette emprise, quelques espaces supplémentaires du Grand Palais sont progressivement occupés, comme l’étage de la galerie sud, dont l’intimité est propice aux rendus.

L’atelier Schweitzer, qui est agrémenté d’une mezzanine pour augmenter la surface de travail, est doté d’un petit espace en alcôve prévu initialement pour un escalier de secours (cf. fig. 1). Ce Kalbot40 accueille une salle de projection utilisée par Roland Schweitzer pour son cours d’histoire et de culture architecturale qu’il illustre de photographies prises durant ses voyages41. L’enseignant souligne dans ses cours tant les permanences dans l’architecture, à travers l’architecture vernaculaire, que ses évolutions récentes, notamment par le biais d’un répertoire d’édifices modernes. À une époque où les ouvrages sur l’histoire de l’architecture moderne sont encore peu traduits en français – les travaux de Sigfried Giedion42 (1888-1968) ont été traduits en 1968 et il faut attendre 1978 pour ceux de Leonardo Benevolo43 (1923-1917) –, ces séances de projection représentent un moment privilégié de culture pour pallier la méconnaissance, symptomatique de la période, du mouvement moderne.

Après une quinzaine années de cours, de débats, de partage, de frictions parfois aussi, l’expérience du Grand Palais s’achève presque aussi brutalement qu’elle a commencé. Roger Taillibert, alors architecte en chef chargé des lieux, récupère en 1979 les locaux par la force en détruisant les ateliers à coups de bulldozer.

Si l’expérience du Grand Palais constitue dans sa dimension matérielle et pédagogique un épisode particulier dans l’histoire de l’enseignement de l’architecture, où le dialogue se substitue à la parole autrefois incontestable du maître et au mutisme de l’image, elle connaît également des difficultés croissantes qui auront raison d’elle. Le jeu de personnalités, d’abord une force, nuit peu à peu à la discipline d’école, alimente les querelles et aggrave les divergences d’opinions. Des vagues de démissions44 ont lieu face à l’antagonisme du « rapport enseignants et enseignés, du mode de transmission pédagogique, du contenu de l’enseignement de l’architecture, ses buts, et, finalement, le rôle de l’architecture dans la société45 ».

Malgré l’engagement des enseignants, les élèves reprochent à ces derniers un certain « état d’esprit46 », la façon de se présenter en « pères de l’architecture47 ». Parmi eux, certains se sont rendu compte, en redécouvrant des vieux papiers qu’ils n’ont pas jetés par hasard, de la force et de la portée de cet enseignement. Ils conservent le souvenir d’un engagement remarquable de ces professeurs qui, avec plus ou moins de réussite, ont fermement voulu, ensemble, fabriquer une compétence de fond et une éthique suffisamment solide pour affronter le monde professionnel et la réalité opérationnelle.

 

1 Lettre de la Masse adressée aux ateliers du groupe C, décembre 1965, p. 1. Coll. privée.
2 Notamment les fonds d’archives de l’ENSBA consultables aux Archives nationales (AN) sous la série AJ/52, particulièrement les cotes 810 à 814.
3 Anciens élèves d’UP7 puis de l’atelier Schweitzer, dont Daniel Le Couédic.
4 Note manuscrite non signée, s. d. AN AJ/52/813.
5 Lettre de Nicolas Untersteller adressée au ministre de l’Éducation nationale, 30 mars 1949. AN AJ/52/811.
6 Note non signée adressée au directeur général des Arts et des Lettres, 2 août 1961, p. 1. AN AJ/52/811.
7 AN AJ/52/812.
8 Lettre de Nicolas Untersteller adressée à André Malraux, 15 décembre 1964, p. 2. AN AJ/52/811.
9 Citons le cas de l’atelier Camelot, expulsé du 53-55 rue de Grenelle par arrêté de la cour d’appel de Paris en date du 21/12/1962.
10 Voir l’article d’Anne Debarre, p. #.
11 Lettre de Nicolas Untersteller adressée à André Malraux, 15 décembre 1964, p. 2. AN AJ/52/811.
12 Idem, juin 1963, p. 1-2. AN AJ/52/812.
13 Idem, 8 février 1964, p. 2. AN AJ/52/811.
14 Lettre de Jean Autin adressée à André Malraux, 22 avril 1964, p. 1-2. AN AJ/52/811.
15 L’atelier Pingusson couvre 211 m², celui de Faugeron 154 m², celui de Camelot 174 m², celui de Vivien 274 m², celui de Candilis 144 m². Ces surfaces comprennent les locaux des maquettes mais excluent les locaux de service. Lettre de Pierre Vivien adressée à Nicolas Untersteller, 27 janvier 1966. AN AJ/52/811.
16 Soit un prix de revient entre 400 et 500 francs le mètre carré.
17 Lettre de Jean Autin adressée à André Malraux, 22 avril 1964, p. 1-2. AN AJ/52/811.
18 L’annotation sur le plan le laisse entendre : « Nombre de rendus (planches grand aigle) ; Atelier 1= 33 ; atelier 2 = 24 ; atelier 3 = 32 ; atelier 4 = 32 ; atelier 5 = 32 ; atelier 6 = 57 ; atelier 7 = 27. Total 248 ».
19 Note manuscrite, non signée, [fin de l’année 1965]. AJ/52/812.
20 Ibid.
21 Note intitulée « Éclaircir », non signée, [1965]. AN AJ/52/812.
22 Divers articles consultables dans AN AJ/52/812.
23 Lettre de Georges-Henri Pingusson adressée à Jean Fayeton, 5 janvier 1966, p. 1.
24 Note intitulée « Éclaircir », non signée, [1965]. AN AJ/52/812. Idem pour les citations suivantes.
25 Note intitulée « Politique à court terme », [novembre/décembre 1965]. AN AJ/52/812. Et pour la citation suivante.
26 Le bureau de l’Association des élèves parisiens du groupe C, élu le 4 mars 1967, est composé de Brocard, Luquet, Montassut, Portzamparc, Barbieri, Castro, Chartier, Devillers, Grumbach, Lepechon, Liscia et Mousque. Papier du 7 mars 1967, p. 2. Coll. privée.
27 Compte rendu de l’Association générale des élèves parisiens du Groupe C, mai 1967, p. 9.
28 Lettre de Nicolas Untersteller, directeur de l’ENSBA, destinataire non précisé, 16 février 1966, p. 9. AN AJ/52/811.
29 Lettre ouverte des élèves de la section architecture de l’ENSBA adressée à André Malraux, 3 mai 1966, p. 1.
30 Note de Jean-Paul Martin et de Jean Fayeton adressée aux enseignants et aux élèves pour la préparation de la rentrée scolaire 1968-1969 à l’« école de la Petite Écurie de Versailles », 15 décembre 1967. AN AJ/52/812.
31 Les galeries du premier étage sud-est et ouest sont attribuées aux UP le 14 mars 1970 par M. Gabriel de Broglie, conseiller technique au service des Enseignements de l’architecture et des arts plastiques (M. Ralon). Faute de crédits, seule la galerie sud est aménagée. Compte rendu de la réunion exceptionnelle du Conseil de gestion du mercredi 4 avril 1973. Coll. privée.
32 Programme d’UP7, 1969, p. 1. Coll. privée.
33 Les trois cycles sont : la formation théorique et initiation à l’architecture en fin de premier cycle, la formation pratique architecture et initiation à l’urbanisme en fin de deuxième cycle, puis la spécialisation et la recherche en fin de troisième cycle.
34 Les enseignements sont regroupés en trois catégories : les sciences de l’homme, les sciences de l’espace et du temps et les sciences de la matière.
35 Géométrie descriptive, mathématiques, acoustique et d’isolation, archéologie, sociologie, droit, informatique…
36 En 3e année le thème porte sur le logement, en 4e et en 5e année sur les équipements et l’urbanisme ; les projets sont imaginés sur des sites réels.
37 Si Schweitzer introduit la problématique du logement spécialisé, Ciriani, lui, développe un travail plus théorique fondé sur l’analyse du travail corbuséen (le cube 30×30 notamment), marquant les prémices du cursus UNO qu’il élabore dès son départ d’UP7 pour UP8.
38 Selon les anecdotes les élèves y déboulaient parfois en moto pour s’entraîner à faire des cascades.
39 Cf. André Barre, Albert Flocon, La Perspective curviligne : de l’espace visuel à l’image construite, Paris, Flammarion, 1967.
40 L’origine de ce mot n’est pas connue, les anciens élèves eux-mêmes ne se souvenant pas des conditions de son invention.
41 Entretien mené par Daniel Le Couédic, Anne-Marie Châtelet et Bérénice Gaussuin auprès de Roland Schweitzer le 6 avril 2017.
42 Sigfried Giedion, Espace, Temps, Architecture. La naissance d’une nouvelle tradition [1941], Bruxelles, La Connaissance, 1968.
43 Leonardo Benevolo, Histoire de l’architecture moderne [1960], tome I, « La Révolution industrielle » ; tome II, « Avant-garde et mouvement moderne (1890-1930) » ; tome III, « Les conditions de l’après-guerre », Paris, Dunod, 1978-1980.
44 En 1973, parmi les démissionnaires figurent Nicole Beaurain, Marcel Cointe, Henri Lefebvre, Jean Pinchon, René Sandberg, Philippe Sers. Coll. privée.
45 Lettre de Henri Lefebvre adressée aux étudiants, enseignants et personnel administratif de l’UP7, 20 novembre 1974, p. 1. Coll. privée.
46 Lettre de Bernard Franjou et Michel Remon (élèves d’UP7) adressée aux enseignants d’UP7, 17 mars 1971, p. 1.
47Ibid., p. 4.


[sommaire]