Des écuries du roi à l’école d’architecture de Versailles

par Béatrice Gaillard,
Chargée d’études documentaire, ENSA Versailles, chercheur associée au LéaV

À la suite de la réforme de l’enseignement de l’architecture de 1968, la nouvelle unité pédagogique d’architecture n° 3 (UP3) s’est installée en janvier 1969 dans les bâtiments des Petites Écuries de Versailles, monument historique et fleuron de l’architecture classique française. Cette installation paraît étonnante et en contraste avec le désir des étudiants et des enseignants de repenser de fond en comble le système beaux-arts afin de mettre en place un enseignement de l’architecture nouveau, plus proche des réalités et des préoccupations des architectes. Cet article s’attachera à comprendre pourquoi et comment UP3 s’est installée dans les Petites Écuries, en s’intéressant à l’histoire des bâtiments, à celle de ses reconversions successives et à la transformation d’une école nationale d’architecture en unité pédagogique1.

Les différentes affectations du bâtiment

La construction des Grandes et Petites Écuries du roi fait suite à la décision prise en 1677 par Louis XIV d’installer sa cour à Versailles. Il lui fallait pour cela transformer le château de son père et le doter de tous les services nécessaires au bon fonctionnement d’une maison royale. Dans ce contexte, il confia en 1679 la construction des écuries à l’architecte Jules Hardouin-Mansart, sous la direction duquel les bâtiments furent élevés en un temps record puisqu’ils étaient achevés en 16822 : deux ensembles de bâtiments, séparés par une large avenue et destinés l’un aux chevaux de selle, l’autre aux chevaux d’attelage. Malgré leur qualificatif, les Petites Écuries étaient conçues pour abriter 380 chevaux de trait et près de 800 hommes pour leur entretien.

Après la Révolution, les écuries furent désaffectées et servirent de garde-meubles jusque dans les années 1830. Le 25 mars 1831, l’architecte Alexandre Dufour3 et des agents du ministère de la Guerre signèrent un procès-verbal dans lequel il est mentionné que les Grandes et Petites Écuries seraient remises à l’armée. La plupart des bâtiments furent en effet occupés par l’armée, qui les libéra progressivement dans les années 19604. Cette affectation se fit parfois au détriment des édifices, pourtant classés Monument historique le 16 septembre 1929 et Bâtiment civil le 21 janvier 1943. En 1962, sur proposition du préfet du département, alors Seine-et-Oise, les locaux furent affectés au ministère des Affaires culturelles5. Il fallut alors trouver une destination aux écuries. Pour les Petites, on pensa tout d’abord y installer le musée des Plans reliefs, mais ce projet traînant en longueur, le ministère décida d’y créer une école nationale d’architecture. Les Grandes Écuries, quant à elles, serviront, à partir de 1970, de lieu de dépôt aux moulages en provenance du palais des Études de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA).

La décision d’installer à Versailles une école nationale d’architecture qui, avec d’autres établissements de ce genre, aurait permis de désengorger l’ENSBA6, faisait suite au décret du 16 février 1962, visant à amorcer la réforme de l’enseignement de l’architecture dont tout le monde ressentait un imminent besoin7. Pourtant en 1962 rien ne fut véritablement entrepris à Versailles, d’une part parce que l’armée n’avait pas fini de quitter les lieux8, d’autre part à cause de l’inertie du ministère des Affaires culturelles qui peinait à appliquer le décret. En février 1965, le projet de réforme étant relancé, Pierre Lablaude fut chargé d’envisager l’aménagement d’une école d’architecture dans les Petites Écuries, et le 26 avril suivant, la question de l’affectation des bâtiments des écuries fut enfin tranchée et les Petites Écuries choisies pour abriter la nouvelle école nationale d’architecture. On demanda alors à Jean Fayeton9, qui était directeur des études d’architecture de l’École des beaux-arts, d’envoyer un programme d’école nationale d’architecture pour que Lablaude puisse établir le projet.

Le programme d’une école nationale d’architecture

La chronologie des événements qui ont entouré la création de l’école nationale d’architecture de Versailles est parfois difficile à comprendre à la simple lecture des documents d’archives. En février 1966, le ministère avait demandé un projet à Pierre Lablaude, lequel répondait qu’il attendait le programme qui tardait à venir. Pourtant Jean Fayeton, participant activement aux réflexions sur la réforme de l’enseignement de l’architecture et ayant déjà établi deux programmes en 1964 pour les nouvelles écoles nationales en architecture sans savoir quels lieux elles occuperaient, avait été contacté l’année suivante pour fournir le programme spécifique de Versailles. Devant l’impatience du ministère qui le relançait en novembre 1966 (on avait chargé Lablaude d’établir le projet à la fin de cette année !), Fayeton se résolut à envoyer ces deux programmes, en les accompagnant d’une note datée, quant à elle, d’octobre 1966. Celle-ci révèle les difficultés rencontrées par le directeur des études pour élaborer un programme d’un établissement d’enseignement de l’architecture, dont on ignorait tout de la pédagogie qui allait y être développée : « Pour concrétiser ces programmes, il a été nécessaire de faire des hypothèses au sujet de l’organisation des Écoles. À titre d’exemple, il a été supposé que les élèves seraient groupés sous la direction d’un patron, en ateliers comprenant des élèves reçus à l’École, mais situés à des niveaux différents de leur scolarité. » Les suppositions de Fayeton reprenaient pour beaucoup l’enseignement dispensé à l’École des beaux-arts, alors même que l’organisation des étudiants placés en atelier sous la direction d’un patron était largement décriée. Pourtant dans sa note il écrivait plus loin : « Les architectes chargés d’établir les plans des Écoles ayant tous fait leurs études d’architecture à l’École des beaux-arts pourraient être tentés d’envisager leur projet comme l’école dans laquelle ils auraient souhaité se trouver dans leur jeunesse. Ce serait certainement une erreur. Les finalités et les méthodes de l’enseignement de l’architecture ont trop évolué depuis vingt ans pour que toute référence au passé devienne suspecte. » On sent bien ici toute l’ambiguïté du discours du directeur des études qui renvoie à celle d’une réforme qui commence par l’élaboration des bâtiments avant même de savoir comment l’enseignement s’organiserait en leur sein. Les réflexions sur les contenus de l’enseignement des groupes A, B et C, mis en place à la rentrée de 1965, n’étaient pas encore abouties et il fallait que Fayeton anticipe leurs conclusions dans son programme. En outre, il semble qu’il n’ait pas été très favorable au remploi des bâtiments des Petites Écuries, comme le laisse entendre une note du mois de juillet 1966 où il considérait l’occupation des locaux des écuries comme une mesure transitoire. Tous ces éléments pourraient en partie expliquer le retard dans l’envoi des documents. Les archives de l’agence Pierre Lablaude conservées au château de Versailles contiennent les deux programmes élaborés par Fayeton, dans lesquels ce dernier prévoit que l’enseignement se déroulerait en trois phases : les étudiants seraient tout d’abord admis en classe préparatoire pour préparer le concours d’entrée leur permettant d’accéder au premier cycle, puis au deuxième cycle à l’issu duquel ils seraient reçus architectes.

Le premier programme, le plus ambitieux, était prévu pour un bâtiment destiné à recevoir non seulement une école nationale d’architecture mais aussi un centre de spécialisation destiné à accueillir des équipes de recherche, soit un effectif total de 1 314, élèves et chercheurs confondus. Cent élèves devaient recevoir leur diplôme d’architecte à la fin du deuxième cycle. Le centre de spécialisation était quant à lui une nouveauté qui correspondait aux aspirations de nombreux acteurs de la réforme de la pédagogie. Il disparaît dans le second programme. En effet la deuxième école, plus petite que la première, devait être en capacité de décerner le diplôme d’architecte à cinquante étudiants seulement par an pour un effectif total de 515 étudiants, soit moins de la moitié du projet précédent. C’est ce deuxième programme qui fut retenu pour l’école de Versailles car les surfaces disponibles dans les Petites Écuries lui correspondaient mieux.

Nous avons élaboré ci-dessous un tableau comparatif des deux programmes montrant le détail des espaces pédagogiques prévus par Fayeton pour les écoles nationales d’architecture.

Cycle 1er projet 2e projet
Classe préparatoire 10 ateliers de 60 élèves 3 350 m² 5 ateliers 1 700 m²
10 salles de cours 800 m² 3 salles de cours 240 m²
2 salles de dessin 300 m² 1 salle de dessin avec annexe 110 m²
1 amphithéâtre 225 places 250 m²
Sous-total 4 450 m² 2 300 m²
Premier cycle 2 amphithéâtres de 120 élèves 300 m² 2 amphithéâtres de 60 élèves 200 m²
2 petits amphithéâtres de 60 élèves 200 m²
8 classes de 30 à 40 élèves 600 m² 4 classes de 30 à 40 élèves 240 m²
4 salles de collection 100 m² 2 salles de collection 50 m²
2 salles de TP physique + salle de collection 200 m² 1 salle de TP physique + salle de collection 100 m²
2 salles de TP chimie + salle de collection 200 m² 1 salle de TP chimie + salle de collection 100 m²
Atelier de construction + musée des matériaux 280 m² 1 salle de construction 120 m²
Atelier de dessin petit bureau + toilettes + salle de collection 90 m² 1 atelier de dessin 100 m²
2 ateliers de modelage et maquette 260 m² 1 atelier de maquettes 300 m²
1 salle de collection de matériaux 60 m²
Sous-total 2 230 m² 1 270 m²
Second cycle 1 amphithéâtre de 200 élèves 290 m² 1 amphithéâtre de 160 élèves 220 m²
1 atelier de dessin 90 m² 1 atelier de dessin 90 m²
4 petites classes de 40 élèves 300 m² 4 petites classes 240 m²
2 salles de collections 50 m² 2 salles de collections 50 m²
Sous-total 730 m² 600 m²
Équipement commun Ateliers 4 624 m² Ateliers 2 400 m²
Bibliothèque, musée, loges, galerie d’exposition, archives des travaux d’élèves, section photographique 7 660 m² Bibliothèque (1 200 m²), exposition permanente d’architecture, 60 loges, galerie d’exposition, archives, section photographique 3 410 m²
Pour l’ensemble de l’école 1 grand amphithéâtre 1 200 m² 1 grand amphithéâtre 600 m²
Administration 900 m² 600 m²
Services généraux 820 m² 500 m²
Logements 940 m² 700 m²
Club des élèves Restaurant, foyer, chambres des stagiaires, loges 1 700 m² Restaurant (500 rations), foyer, studio pour 10 stagiaires, loges 1 400 m²
Centre de Spécialisation de recherche architecturale 3 salles de réunion, salle de 60 places, 10 ateliers de 60 m² et 10 bureaux de maître de recherche 990 m²
TOTAL 26 094 m² / 32 000 m² 13 180 m² / 19 500 m²

Fig. 1 : École nationale d’architecture à Versailles, plan du rez-de-chaussée, 1967, Pierre Lablaude arch. Archives du château de Versailles.

Fig. 2 : École nationale d’architecture à Versailles, plan du 2e étage, 1967, Pierre Lablaude arch. Archives du château de Versailles.

En comparaison avec les locaux disponibles à l’ENSBA, nous remarquons une nette amélioration des conditions d’étude des élèves qui auraient disposé de plus de place et de confort : un « club » des étudiants leur était spécialement dédié. Or les ateliers, les salles de collections, les loges trahissaient l’ancien système beaux-arts, pourtant inadéquat à la nouvelle pédagogie en train de se faire dans les groupes A, B, C. Lablaude ne discuta en rien le programme qui lui avait été remis et le reprit trait pour trait dans son projet d’aménagement (fig. 1 et 2). Il réussit à loger tous les espaces définis dans le projet en se servant de la symétrie des bâtiments imaginés par Hardouin-Mansart. Les deux ailes latérales étaient destinées l’une à la classe préparatoire, l’autre à l’administration. Ainsi les étudiants impétrants étaient regroupés dans un espace à l’écart du reste de l’école, parti très symbolique. Le hall d’entrée des locaux réservés aux deux cycles était prévu dans le bâtiment situé en face du portail de la cour d’honneur. Les espaces du rez-de-chaussée regroupaient les salles donnant à voir les travaux d’étudiants et une bibliothèque qui aurait fait pendant aux galeries d’exposition. Un amphithéâtre était prévu en sous-sol, sous la coupole, alors que les salles de cours étaient distribuées au second étage conformément à la typologie définie dans le programme de Fayeton. Sur le plan, l’organisation des ateliers ressemble à celle des Beaux-Arts mais les lieux étaient nettement plus confortables. Les ateliers étaient dotés d’une bibliothèque propre, alors que l’école comprenait une très vaste bibliothèque à proximité, ce qui semble surprenant. Les plans représentés ici correspondent au deuxième projet de Lablaude, mis au point à la suite des critiques émises par le Conseil général des bâtiments de France, le 1er juin 1967, concernant l’emplacement de l’amphithéâtre en sous-sol. Pour diminuer les coûts, l’architecte avait envisagé d’exhausser le sol de la rotonde, ce qui fut refusé. Il sera donc demandé à Pierre Lablaude d’enterrer entièrement l’amphithéâtre et d’en soigner les accès.

Dans l’avant-programme, le phasage des travaux était fait et évalué, la grande difficulté étant d’envisager les travaux en fonction du calendrier de départ de l’armée, révisé plusieurs fois. Deux tranches de construction étaient prévues et le bâtiment devait être opérationnel pour la rentrée de l’année 1969 ou 1970. La réalisation commença mais c’était sans compter sur les événements de mai 1968 qui eurent pour conséquence la séparation définitive de l’enseignement de l’architecture de l’École nationale des beaux-arts. Le projet de Lablaude devint alors une coquille vide et c’est vraisemblablement à ce moment que son assistant Jean-Paul-Yvan Lohner suggéra aux étudiants de l’atelier Arretche dont il était proche de s’installer dans cette école en cours d’aménagement, susceptible de servir à une UP à condition de l’adapter à un nouveau programme d’enseignement. Les étudiants des ateliers de Louis Arretche et d’Eugène Beaudouin vinrent donc s’installer à Versailles.

UP3 ouvrit ses portes le 6 janvier 1969 et déjà le 24, on redéfinissait dans un courrier le programme d’aménagement de l’école. Les membres du conseil d’enseignement provisoire, composé de trois enseignants – Richard Helmy, Michel Moy et M. Bourdon – et de trois étudiants – Cardin, Jean-Pierre Jerphanion et Coignet –, défendirent, en vain, une occupation globale des lieux en proposant d’accueillir dans les surfaces non utilisées des instituts universitaires de recherche. Bien que le programme redéfini par le conseil reste assez vague en termes d’adaptation des locaux à la pédagogie, il apparaît très nettement que les ateliers avaient disparu. Les estimant trop vastes pour UP3, le ministère des Affaires culturelles envisageait de réexaminer l’affectation d’une partie des locaux.

Au cours de l’aménagement des Petites Écuries en UP, le conseil de gestion revoyait constamment le programme, provoquant de nombreuses tensions avec Pierre Lablaude qui, se sentant souvent considéré comme un simple exécuteur d’ordre, conclut ainsi l’une de ses lettres adressées au ministre : « Mes relations avec les enseignants m’ont permis sur votre demande, d’engager ce dialogue, mais en raison de la divergence renouvelée des deux tendances, je souhaiterais que la discussion de cette question se poursuive directement entre le Maître de l’ouvrage ou la Direction de l’enseignement, et les utilisateurs, afin qu’un programme précis soit définitivement établi et un planning arrêté. » Là encore Yvan Lohner, qui fut aussi enseignant à UP3, essaya de limiter les conflits, d’autant que les étudiants se mêlaient de la partie en entravant quelque peu le bon déroulement du chantier, comme l’atteste plusieurs lettres de Lablaude. En mars 1972, ce dernier se plaignit d’avoir été obligé de fermer le chantier par des colliers boulonnés pour éviter l’intrusion des étudiants… qui passèrent en force malgré ces précautions. Nous pourrions multiplier les exemples à loisir montrant que, si l’enseignement avait bien changé, l’esprit potache survivait.

La superbe école nationale d’architecture de Versailles n’aura donc été qu’une école rêvée. Malgré le souhait des enseignants de conserver l’ensemble des espaces des Petites Écuries, les locaux vont rapidement s’avérer surdimensionnés pour UP3, d’autant que le programme pédagogique tardait à être clarifié. Le ministère des Affaires culturelles lui-même « grignotera » son espace : par arrêté du 27 juillet 1973, la direction des Musées de France reçut en affectation une partie des Petites Écuries pour y loger un musée des monuments grecs et romains, constitué des moulages de l’École des beaux-arts entreposés depuis peu dans les Grandes Écuries, et dont la superficie fut agrandie par l’arrêté du 8 décembre 1978. En 1984, les Petites Écuries sont libérées d’une partie des structures liées à l’école, notamment le restaurant du CROUS, afin de laisser place au service de restauration des musées nationaux (devenu C2RMF). Cet empiètement a eu toutefois une conséquence positive sous la forme de la remise en état des locaux de la maréchalerie et des anciens bâtiments situés autour de la cour de la Forge en 2005, permettant d’augmenter l’espace d’enseignement de l’école, dont l’effectif excédait alors largement les 515 élèves envisagés par Fayeton. Anciennement UP3, l’ENSA Versailles, qui accueille actuellement plus de mille étudiants, est l’héritière d’une histoire qui dépasse largement l’échelle du monument historique dans lequel elle se situe et qui reste en grande partie à écrire.

1 Je remercie Anne-Marie Châtelet qui m’a transmis de précieux documents iconographiques dont cet article est largement tributaire.
2 Sur les écuries voir Dominique Massounie, L’Architecture des écuries royales du château de Versailles, Paris, Nathan, 1998.
3 Alexandre Dufour (1760-1835) en charge du château de Versailles de 1810 à 1832.
4# Sur l’occupation des écuries par l’armée voir : Fabien Oppermann, « Les tribulations des écuries du Roi, Versailles au XXe siècle », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 6, 2003, p. 99-108.
5 Archives de musée et domaine national de Versailles, 1037 (2). La plupart des documents cités dans l’article sont extraits de ce registre, sauf mention contraire.
6 Cf. aussi Anne Debarre et Amandine Diener.
7# Sur la réforme de l’enseignement de l’architecture voir : Éric Lengereau, L’État et l’architecture 1958-1981. Une politique publique ?, Paris, Picard, 2001 ; Jean-Louis Violeau, Les Architectes et Mai 68, Paris, Recherches, 2005 ; Caroline Maniaque (dir.), Les Années 68 et la formation des architectes, Rouen, Point de vues, 2018.
8 Les archives de l’agence Lablaude comportent de nombreux calendriers prévisionnels pour l’évacuation des lieux par l’armée, montrant la difficulté de prévoir un calendrier pour cette opération.
9 Jean-Louis Fayeton (1908-1968) était à la fois architecte et ingénieur, diplômé de l’École centrale de Paris puis de l’ENSBA, où il est l’élève d’Emmanuel Pontremoli. En tant que directeur d’études d’architecture à l’ENSBA, il a participé activement à la préparation de la réforme de l’enseignement de l’architecture en 1968. Cf. la notice biographique de Jean Fayeton rédigée par Jörn Garleff sur [archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_FAYJE] (consulté le 11 juillet 2018).

 
 

[sommaire]