Le Centre de stages des Cévennes de 1972 à 1986 : un lieu d’enseignement expérimental à l’écoute des usagers

par Aymone Nicolas,
historienne de l’architecture
et
Norbert Chautard,
enseignant-architecte

 

Il ne faut pas discourir sur l’espace, mais le pratiquer. Discourir, c’est la tête. Pratiquer, c’est le corps et la tête. L’espace sans le corps n’existe pas. L’espace sans le corps c’est l’idée de l’espace. La seule idée à retenir c’est qu’il faut pratiquer l’espace.
Jacques Bosson, architecte-enseignant UP6

 

D’octobre 1972 à juin1986, le massif des Cévennes a été le théâtre d’une expérience pédagogique originale autour de l’architecture, de l’aménagement du territoire et de l’écologie. Le Centre de stages des Cévennes de l’unité pédagogique d’architecture n° 6 (UP6, Paris) a permis pendant ces treize années à des groupes d’étudiants de s’immerger dans un milieu étranger pour la plupart d’entre eux, en acquérant des connaissances théoriques et pratiques grâce à des stages ouvriers, des séminaires thématiques, des animations en milieu scolaire et des missions concrètes pour les communes, administrations ou groupements agricoles. Ce lieu d’enseignement proposait à des étudiants de 3e cycle des stages d’« internat », sur le modèle de l’internat de médecine, d’une durée de six mois à un an, avec le but non pas de former des « gratteurs en agence, mais des architectes agents de développement local1 ». L’histoire de cette aventure humaine et pédagogique mérite d’être étudiée pour au moins trois raisons.

Premièrement, les différents cadres institutionnels que le centre a dû prendre (« Centre de stages d’architecture des Cévennes » de 1972 à 1980 rattaché à UP6, association loi 1901 avec financements propres de 1981 à 1986, puis laboratoire de recherche de 1983 à 1986) révèlent les tâtonnements des réformes successives de l’enseignement de l’architecture de cette période, en particulier en ce qui concerne les stages professionnels.

Par l’immersion de l’étudiant dans un milieu dont l’échelle lui permet d’appréhender en même temps le jeu des acteurs (l’usager, la mairie, les services de l’État comme la DDE et la DDA, le parc national des Cévennes, la SAFER…), le paysage et le bâti existant, cette démarche pédagogique soulève deuxièmement la question centrale du rapport à la réalité, au contexte professionnel et à l’apprentissage des compétences relationnelles nécessaire à l’exercice du métier d’architecte.

Enfin, l’Atelier pédagogique d’architecture en milieu rural, du nom de l’association créée en 1981 (APAR), permet d’étudier les rapports des écoles d’architecture avec le milieu rural, c’est-à-dire 80 % du territoire français, dans le contexte politique et social de la décentralisation et la diversification des métiers de l’architecture.

Géographiquement, le Centre de stages a eu deux terrains d’action : de 1972 à 1978, la région de Génolhac, dans le nord des Cévennes, proche du mont Lozère, puis de 1978 à 1986, la commune de Lasalle et ses alentours, en Cévennes méridionales, près d’Anduze. Dans les deux cas, il s’agit d’une région de moyenne montagne, à 750 km de Paris, desservie à l’époque par la ligne ferroviaire Alès-Paris via le Massif central.

Ce lieu d’enseignement hors les murs a été créé en septembre 1972 à l’initiative de trois enseignants, Hélène Argellies, Norbert Chautard et Pierre Poupin, épaulés par d’autres enseignants d’UP6, architectes, ingénieurs, géographes, sociologues, plasticiens2. Jusqu’en 1981, les financements validés par le ministère ont permis à dix à vingt d’étudiants de passer un ou deux semestres sur place3 en étant hébergés et défrayés pour la nourriture et les déplacements réguliers à Paris4. Le centre accueillait aussi, trois ou quatre fois par an, des séminaires de quinze à vingt étudiants organisés par des enseignants d’UP6 sur des thèmes aussi variés que le paysage, l’architecture solaire, les espaces de travail ou la construction bois. À partir de 1981, seuls les postes d’enseignement étant pris en charge, l’association APAR est créée pour pouvoir couvrir les autres dépenses, par des subventions ou à travers des contrats passés avec les structures d’accueil des stagiaires. En 1983, l’APAR se dissocie d’UP6, est reconnu par la tutelle comme laboratoire et continue d’accueillir des stagiaires de différentes écoles. Devant l’interdiction faite aux enseignants de travailler à plus de 70 km de leur établissement de référence, en 1986, Norbert Chautard, seul sur place après le départ de Pierre Poupin en 1979 et d’Hélène Argellies en 1983, obtient sa mutation à l’école d’architecture de Montpellier. Malgré le soutien de différentes équipes pédagogiques, il n’est pas suivi par cette dernière et met en veille les activités de l’APAR.

Dans un but pédagogique, les stagiaires étaient logés chez l’habitant, seuls ou à deux maximum par village, à plusieurs kilomètres les uns des autres. Dès leur arrivée, ils travaillaient pendant un mois chez un maçon, dans une commune ou une association, puis se consacraient à l’objet de leur stage. Ils suivaient des cours d’arts plastiques donnés par Hélène Argellies et participaient aux chantiers, séminaires, rencontres et débats avec des professionnels et des habitants, organisés par Norbert Chautard. Cela leur permettait de valider trois unités de valeur (UV). Durant leur semestre, ils étaient tenus de revenir toutes les cinq semaines à Paris ou dans leur UP d’origine, pendant une semaine, pour le suivi et la validation des trois autres UV dispensées à l’école.

La création de ce lieu d’enseignement est le fruit à la fois de rencontres amicales ou professionnelles, du contexte politique de l’après-mai 1968 et d’une analyse critique de l’enseignement de l’architecture et du statut social de l’architecte.

Norbert Chautard commence ses études d’architecture en 1959 à Lyon quand le système des Beaux-Arts est marqué par « le rôle du patron de droit divin [et] l’inexistence de savoir objectif et d’analyse critique ». En 1966, il rejoint, comme Hélène Argellies, les ateliers du groupe C au Grand Palais (Pingusson, Girardot, Huet)5. En mai 1968, tous deux rédigent avec Bruno Queysanne la motion du 15 mai votée par les étudiants grévistes6. Parallèlement, Chautard travaille comme photographe et milite en dehors des syndicats ou des groupements politiques contre la révision de la loi de 1948 sur les loyers, entraînant des expropriations, des démolitions et de la spéculation7. Ce même été, il répond avec quatre autres étudiants à une petite annonce affichée dans un café près des Beaux-Arts : l’association Fontvive, basée à Génolhac et dédiée à la préfiguration du parc national des Cévennes, recherche des étudiants en architecture pour élaborer une charte patrimoniale. Leur analyse de deux hameaux construits sans architecte sera en fait beaucoup plus socio-économique que patrimoniale. Norbert Chautard et Hélène Argellies obtiennent leur diplôme en 1970 et participent à la création de l’UP6 ; le premier y devient chef de travaux pratiques pour la photographie et l’audiovisuel, la seconde, sollicitée pour créer le centre de documentation d’UP6, sera responsable de ce premier centre de documentation dans les écoles d’architecture. Ils font partie des contestataires de la plate-forme de lutte réclamant l’intégration de l’architecture dans les études universitaires, tout en assurant la mise en place et le suivi de stages ouvriers. Trois ans après mai 1968, « la seule façon de s’en sortir, c’est de courir furieusement après l’utopie ». En visite en décembre 1971 chez Roland et Gérard Mousques, étudiants parisiens devenus maçons à Vialas en Lozère, à côté de Génolhac, Hélène Argellies émet l’idée de créer une antenne pédagogique en milieu rural dans la veine des antennes de pratique opérationnelle de Cergy-Pontoise et de Trappes8. Après avoir rencontré, avec le directeur d’UP6 Dominique Bordes, toutes les administrations partenaires en Languedoc-Roussillon (préfet, DRAC, parc national des Cévennes) en juillet 1972, ils reçoivent le feu vert de Roger Delarozière au ministère de la Culture, et s’installent en octobre avec Pierre Poupin, enseignant-architecte, à Génolhac, pour préparer l’arrivée des premiers étudiants en février 1973.

La lecture du rapport de préfiguration de juin 1972 fait apparaître l’idée que si l’approche théorique des sciences humaines, dont la sociologie d’obédience marxiste, était nécessaire, elle devait être complétée par une confrontation avec le réel : « Cette situation de micro-réalité permet au futur architecte de se confronter avec les problèmes concrets de la profession, de s’y définir comme individu, d’y réévaluer les connaissances acquises tout en demeurant de par sa situation d’étudiant, libre de toute pression sociale ou nécessité alimentaire9. » Une première distanciation de la pédagogie dispensée à UP6 donc, mais aussi un plaidoyer pour disposer de plusieurs lieux d’enseignement et une attention idéalisée pour le milieu rural, lequel « offre un terrain d’études et d’expériences d’une grande richesse, à la double condition qu’il ait maintenu son originalité et qu’il soit concerné par la perspective prochaine d’aménagement qui constitue toujours un risque de le dénaturer10 ».

En comparant le Centre de stages des Cévennes et les antennes de Cergy-Pontoise et de Trappes, dont l’existence fut bien plus éphémère, on peut se demander si le milieu rural, avec son architecture sans architecte, ne constituait pas un terrain pareillement vierge d’expérimentation spatiale. Les Cévennes accueillaient alors des modes de vie en marge de la société de consommation. L’élan de mai 68 bien vite retombé, il était tentant d’échapper à la désillusion en venant s’immerger en pleine nature plutôt que dans les bidonvilles de Nanterre11.

L’immersion longue de l’étudiant dans un environnement donné répondait à deux postulats : « L’architecte est un acteur social qui doit apprendre à écouter, c’est un agent de développement local au fait des savoir-faire, des matériaux et énergies locaux et c’est un acteur de santé conscient de la qualité de l’air, de l’eau, des matériaux » et « Il ne sert à rien de former de bons architectes si nous ne formons aussi le public à l’architecture et à l’environnement ». Le milieu rural comme lieu d’échanges sur l’architecture entre professionnels et habitants s’est imposé alors car il est à échelle humaine et la spécificité de son espace est largement ignorée. « L’industrialisation forcée de l’espace dans la France des années 1970 tendait à envisager l’espace rural comme un résidu voué à être traité selon les paramètres urbains. L’espace rural n’était jamais pensé en tant que tel. Du fait que ce dernier révélait l’anesthésie corporelle provoquée par l’Urbain en tant qu’écran interposé entre le corps et les éléments naturels, les étudiants prenaient conscience de l’importance des effets du milieu sur leur propre corps, mais aussi sur les usages, les usagers et le bâti. » (fig. 1.)

L’imprégnation par le milieu revêt différentes voies : les stagiaires prennent d’abord la mesure du site à travers leur vie quotidienne (logement, trajets) puis par des exercices de croquis, de lecture du paysage, les interventions de diverses personnalités locales12 (fig. 2). Plusieurs d’entre eux, peu familiers du milieu rural, ont évoqué le passage des saisons comme élément marquant ; d’autres, tel Pascal Boivin, l’aspect géographique : « Le grand enseignant c’étaient les Cévennes : l’économie du geste, comment on compose avec la pente, et la découverte du microcosme humain qui vivait autour d’une place de village. C’était une belle leçon de vie et de survie13. »

Les étudiants ont réalisé à Génolhac et à Lasalle un important travail de cartographie en vue de réaliser des plans d’occupation des sols (POS) ou des cartes communales. Ils étaient ainsi mis en contact avec les élus, les administrations de l’équipement et de l’agriculture (DDE, DDA), les agriculteurs et surtout avec les architectes de l’Atelier d’aide architecturale du parc national des Cévennes (Jean-Pierre Vignal et Jacques Giovannoni), une structure qui sera intégrée ultérieurement au CAUE du Gard.

Chaque stagiaire devait également animer des ateliers d’initiation à l’architecture auprès d’habitants ou plus généralement dans des écoles, des collèges et des lycées de la région. Ces missions formaient à l’écoute des usagers et à la prise en compte multidisciplinaire des usages, comme le prouve le parcours de deux stagiaires, Franc Monier et Philippe Gaillard. Le premier a travaillé d’abord comme stagiaire puis, pendant 20 ans, en tant que directeur à la SICA Aigoual Cévennes, une coopérative ayant pour but d’analyser, avec les agriculteurs, le potentiel architectural et touristique de leur bâti ancien, d’élaborer des projets de rénovation et de construction neuve et d’accompagner les chantiers d’autoconstruction (fig. 3).

Philippe Gaillard, de son côté, a collaboré durant son stage au sein de l’agence d’architecture Serge Jauré à la rénovation d’une maison de village dans le cadre de l’OPAH de Lasalle14. Outre l’animation d’un atelier public d’architecture chaque lundi, jour de marché, à l’écoute des habitants, il a été chargé sur ce projet précis d’élaborer avec les futurs locataires différentes variantes de plans de leur logement.

Philippe Lair, qui, débarquant de Paris, avait choisi de faire son diplôme sur l’internat du lycée d’Alès – « un internat autoconstruit et autogéré, un peu baba » –, raconte) :

« À UP6, on n’était pas bon à dimensionner des tuyaux d’évacuation, mais on était bon pour être ouverts aux autres. […] Grâce aux chantiers et à l’importance du dialogue découvert en Cévennes, j’ai pu retaper tout seul une ruine dans le 20e arrondissement et animer jusqu’à aujourd’hui des ateliers de concertation avec les habitants des grands ensembles de la région parisienne15. »

Dernier aspect difficilement cernable mais fondamental dans ce lieu d’enseignement : la mise en valeur de l’individu, en particulier par la remise en question permanente et la construction de son propre habitat – aspect lié au contexte tant historique que géographique des années 1968-1980, mais aussi aux parcours des deux enseignants encadrants.

De ces témoignages croisés, il ressort que le Centre de stages des Cévennes a permis aux étudiants d’acquérir, par le dépaysement, des compétences et des savoir-être qui, bien que non inscrits officiellement dans les programmes des écoles, sont indispensables à l’exercice plein et entier du métier. Ces stages étaient une manière de prendre du recul par rapport au cadre universitaire vers lequel tendaient les écoles d’architecture.

Comme l’exprime Franc Monier, l’antenne des Cévennes se trouvait tout de même à la marge (de la marge) :

« Norbert Chautard et Hélène Argellies avaient à cœur de sortir l’architecte de son statut social traditionnel. C’était vrai à cette époque-là. Cela permettait à certains d’éprouver un choc émotionnel, une ouverture d’esprit, une curiosité et surtout la découverte de ses propres envies. Ils étaient des révélateurs16. »

L’avis de Pascal Boivin est plus contrasté :

« Après mon diplôme et la création tout de suite après de notre agence, j’en ai voulu pendant cinq ans à l’APAR de ne pas m’avoir appris l’économie du projet, le suivi de chantier. J’avais passé deux années à UP8 à apprendre la conception du projet par tous un tas d’exercices en maquettes. […] Là [dans les Cévennes] ils nous faisaient rêver, nous embarquaient dans une voie où nous allions nous perdre. Mais être perdu oblige à construire ses propres repères, et quelques années après, je me suis aperçu que j’y avais surtout appris l’essence du métier : la curiosité, la culture, la polyvalence, la pluridisciplinarité et la liberté. Ce temps passé à rêver et à chercher son chemin pour concrétiser ses rêves avait été très précieux. […] J’ai acquis la conviction de remettre en cause les dogmes établis et j’ai vu que l’on pouvait concevoir l’architecture autrement avec une dimension écologique17. »

L’histoire du Centre des stages des Cévennes n’est pas terminée : il reste à mettre en perspective l’expérience de l’APAR dans le cadre de la recherche, qui débute avec le premier contrat du Laboratoire pédagogique d’architecture en milieu rural (LABAR), intitulé « Pédagogie de l’architecture en milieu rural18 ». Ce projet de recherche mené en 1984 avec Mireille Menard et Jean-François Tribillon d’UP6, et Jean-François Lyon-Caen et Guy Schneegans de l’école d’architecture de Grenoble a permis de montrer que l’APAR n’était pas le seul lieu d’enseignement à s’intéresser au milieu rural, de mettre en lumière les programmes et les formes pédagogiques le concernant proposés dans douze autres écoles d’architecture sur seize, ainsi que de rapprocher les enseignants impliqués. La démarche du Centre des stages des Cévennes était pluridisciplinaire et visait non seulement le patrimoine, la typologie de l’habitat ou les équipements agricoles mais prenait aussi en compte les questions de paysage, d’urbanisme, de matériaux locaux, d’architecture solaire et de programmation. Comme dans neuf autres écoles sur les seize, les étudiants y travaillaient grâce à des contrats avec les partenaires locaux en réponse à une demande locale sans être pour autant soumis à la pression d’un bureau d’études. En revanche, la qualité d’immersion de l’étudiant dans le milieu rural et l’attention à l’environnement au sens large étaient bien les spécificités du Centre de stages des Cévennes d’UP6 à une époque où la sensibilité écologique était bien moins développée qu’aujourd’hui.

1 Cet article est basé sur les entretiens avec Norbert Chautard tenus à Thoiras, au printemps 2018. Les citations suivantes sont issues de ces entretiens, sauf mention contraire.
2 Gus Massiah, François Lautier, Bruno Queysanne, Jean-François Tribillon, Jacques Bosson, José Charlet, Pierre Devinoy, Gabrielle Sautter, Mireille Menard, Pierre Lefèvre, Annick Desmier.
3 Voire plus : tous ceux que nous avons interrogés sont restés un ou deux ans.
4 « Projet de centre de stages de l’unité pédagogique d’architecture n°6 dans la zone périphérique du parc national des Cévennes », juin 1972. Document dactylographié, 17 p. Archives Norbert Chautard.
5 « Regards sur l’architecture et l’urbanisme », documents recueillis par Pierre Clément et Pierre Lefèvre, mis en page par Norbert Chautard, 1962, n. p.
6 Bruno Queysanne, « Une expérience pédagogique : un peu avant, pendant et après Mai 1968 », in Caroline Maniaque (dir.), Les Années 68 et la formation des architectes, Rouen, Point de vues, 2018, p. 242-261.
7 Cf. ses photos de l’Atelier populaire de l’École des beaux-arts ou celles du chantier sauvage de Villeneuve-la-Garenne.
8 Maxime Decommer, « Les enseignements de pratique opérationnelle après 1968, le cas des antennes pédagogiques expérimentales », HEnsA20, cahier 03, décembre 2017, p. 41-48 [lire]
9 Projet de centre de stages…, op. cit.
10Ibid., p. 3.
11 Françoise Clavairolle, «Les néo-cévenols : retour sur une immigration de 1970 à nos jours », in Patrick Cabanel (dir.), Les Cévennes au XXIe siècle, une renaissance, Nîmes, Alcide/Club cévenol, 2013, p. 63-90.
12 Citons entre autres : le docteur Pellet, Jean Roux, Jacques Bonnal, Michel Rosell, José Rodrigues Dos Santos, Michel Wienin, Roland et Gérard Mousques. Norbert Chautard, « Bilan des études menées dans le cadre de l’APAR, janvier 1982-avril 1984 », rapport dactylographié, UP6, 60 p., Archives Norbert Chautard.
13 Entretien avec Pascal Boivin, architecte à Nîmes, 7 mai 2018.
14 Philippe Gaillard et Norbert Chautard, « APAR. Chantier libre = chantier école », rapport final du contrat de recherche avec le ministère de l’Urbanisme et du Logement (6 décembre 1985), n. p., 1986, Archives Norbert Chautard.
15 Entretien avec Philippe Lair, architecte à Paris, 15 mai 2018.
16 Entretien mené avec Franc Monier, architecte au Vigan, 10 mai 2018.
17 Entretien avec Pascal Boivin, 7 mai 2018.
18 LABAR, UP6, « Pédagogie de l’architecture en milieu rural, rapport final du contrat de recherche n°83 01 231 du 6 décembre 1983 avec le ministère de l’Urbanisme et du Logement, décembre 1984 », [60 p.].

[sommaire]