La démocratie culturelle : un autre modèle de politique culturelle

par Alice Chatzimanassis

J’aimerais vous proposer une réflexion sur l’orientation des politiques culturelles et les principes qui en guident l’action. Ma communication s’articulera en 3 parties. Je commencerai par discuter le concept de démocratisation de la culture. Je présenterai ensuite la notion de démocratie culturelle comme contre-modèle au paradigme de la démocratisation. Enfin, un regard sur la politique culturelle québécoise adoptée en 1992 et encore en vigueur aujourd’hui permettra d’illustrer la façon dont est mis en œuvre, au niveau de la planification gouvernementale, l’objectif de démocratie culturelle.

Critique du projet de démocratisation

L’architecte Manon Asselin, lauréate du concours lancé par le Musée des beaux-arts de Montréal pour réaliser son 5ème pavillon1, disait, il y a quelques mois, dans le magazine du musée :

« Aujourd’hui, toujours impulsé par la critique bourdieusienne des années 1960, le musée poursuit cette idéologie d’accès à la culture légitime pour tous et développe son rôle social et son approche communicationnelle. »2

Ces quelques lignes illustrent parfaitement ce qui constitue à mon sens le principal « défaut » du concept de démocratisation. C’est l’idée de culture « légitime » qui m’interpelle. Y aurait-il à l’inverse une culture « illégitime » qui ne mérite pas d’être diffusée? Quand j’ai commencé à m’intéresser à la question de la démocratisation, il m’est peu à peu apparu que la logique de démocratisation visait surtout à imposer à tous une certaine culture : la culture classique, celle des élites, les domaines surtout fréquentés par les classes supérieures de la population. Le projet m’est apparu alors relativement arbitraire. J’avais en même temps le sentiment qu’il n’était pas politiquement correct de critiquer la démocratisation. Heureusement, j’ai trouvé chez des auteurs québécois (parce qu’à l’époque je vivais à Montréal, mais des auteurs français vont dans le même sens) un écho à cette critique que je n’osais pas formuler. Guy Bellavance, notamment, écrit que les difficultés à « imposer » la démocratisation d’une certaine culture « cultivée » peuvent conduire à douter de la pertinence du projet de démocratisation lui-même. 3

Au Québec, la logique de démocratisation a été adoptée dès la création du Ministère des Affaires culturelles de Georges-Emile Lapalme en 19614. Et pour Bellavance, l’action culturelle publique a dès ce moment surtout voulu

« rendre accessible à un plus large public une culture « savante » ou « érudite », « lettrée » ou « cultivée », un corpus reconnu d’emblée comme bien public et valeur universelle, un contenu que les premiers décideurs pouvaient croire encore relativement incontesté. »5

Ces lignes résumaient précisément mes propres impressions face à la démocratisation.

La diffusion d’une culture qui ne correspond pas, ou peu, aux intérêts et aux motivations de l’ensemble de la population allait forcément rencontrer des résistances. Dès la fin des années 60, on prend conscience de l’inefficacité d’une politique fondée sur l’idée selon laquelle la rencontre entre les œuvres et le public suscite automatiquement l’amour de l’art6. En France comme au Québec, les enquêtes confirment que le public des arts classiques ne s’est pas diversifié, en raison de barrières plus souvent symboliques que matérielles7. Le doute et le découragement manifestés par les intervenants sur le terrain de l’action culturelle conduisent à mettre en cause le projet de démocratisation. La contestation est aussi nourrie par la crise des valeurs et des représentations qui bouleverse la société. C’est dans ce contexte, marqué par un vaste mouvement de restructuration économique et sociale8 qu’émerge un nouveau concept susceptible de guider l’intervention publique en matière de culture : la démocratie culturelle, et avec elle une nouvelle conception de la culture, moins restrictive, moins élitiste, et moins hiérarchisée.

La démocratie culturelle : un autre modèle d’intervention publique 

L’expression « démocratie culturelle » apparaît pour la première fois dans la déclaration finale du colloque « Prospective du développement culturel » à Arc-et-Senans en 1972. Cette rencontre devait amener les ministres à poser les bases d’une stratégie culturelle en vue de la conférence intergouvernementale de l’Unesco pour les politiques culturelles en Europe (conférence intitulée Eurocult) qui allait se tenir à Helsinki en juin de la même année :

« Toute politique culturelle a pour objectif fondamental la mise en œuvre de l’ensemble des moyens capables de développer les possibilités d’expression et d’assurer la liberté de celle-ci. Il s’agit de reconnaître à l’homme le droit d’être auteur de modes de vie et de pratiques sociales qui aient signification. Il y a en conséquence lieu de ménager les conditions de la créativité où qu’elles se situent, de reconnaître la diversité culturelle en garantissant l’existence et le développement des milieux les plus faibles […]

Des actions immédiates s’imposent : […] réaliser les conditions d’une démocratie culturelle comportant, dans une perspective de décentralisation et de pluralisme, l’intervention directe des intéressés. » 9
La culture est reconnue comme constituante essentielle du développement global de la société. C’est pourquoi on parlera plus souvent de « développement culturel » que de « démocratie culturelle ».
Les principes fondamentaux énoncés à Arc-et-Senans sont ensuite réaffirmés dans les conclusions d’Eurocult en juin 72 à Helsinki :

« En ce sens la culture n’est plus seulement une accumulation d’œuvres et de connaissances qu’une élite produit, recueille et conserve pour les mettre à la portée de tous, ou qu’un peuple riche en passé et en patrimoine offre à d’autres comme un modèle dont leur histoire les aurait privés ; la culture ne se limite pas à l’accès aux œuvres et aux humanités mais est tout à la fois acquisition de connaissance, exigence d’un mode de vie, besoin de communication ; elle n’est pas un territoire à conquérir mais une façon de se comporter avec soi-même, ses semblables, la nature ; elle n’est pas seulement un domaine qu’il convient de démocratiser, mais elle est devenue une démocratie à mettre en marche. »10

Le concept se précise davantage sous la plume d’Augustin Girard et Geneviève Gentil dans Développement culturel : expériences et politiques (1972). L’ouvrage, commandité par l’Unesco, établit le bilan des conclusions adoptées lors des conférences internationales et vise à présenter aux responsables politiques une orientation commune.

« La démocratisation de la culture repose sur deux postulats implicites : seule la haute culture, valeur sacralisée, mérite d’être diffusée et il suffit qu’il y ait rencontre entre l’œuvre et le public (indifférencié) pour qu’il y ait développement culturel […] La démocratie culturelle, au contraire, a pour principe l’expression des subcultures particulières et leur mise en relation avec les subcultures plus universelles par l’apprentissage des moyens de communication. »11

Ces positions seront maintenues lors de la Conférence mondiale de l’Unesco sur les politiques culturelles à Mexico en 1982 et dans la déclaration finale du projet « Culture et Région » du Conseil de l’Europe à Florence en 198712.

Les principes majeurs d’une politique de démocratie culturelle peuvent se résumer en trois points.

La réhabilitation de toutes les cultures

La démocratie culturelle se comprend en premier lieu comme la réhabilitation de toutes les cultures, contre l’hégémonie de la haute culture, qui n’est que l’une d’entre elles mais qui, pour des raisons historiques et à cause des valeurs qui la sous-tendent, s’est imposée comme la culture dominante13. La démocratie culturelle dénonce la supériorité d’une forme de culture sur les autres [puisque toutes] possèdentune valeur propre14. Elle privilégie une définition anthropologique de la culture : celle-ci s’étend désormais aux cadres et aux styles de vie et à leurs diverses formes d’expression, y compris les plus marginales et celles dites mineures. La notion de culture recouvre en ce sens aussi bien les traditions et les coutumes que la créativité populaire, les pratiques locales. Sur le terrain, l’action culturelle doit faire en sorte que chaque groupe puisse développer sa propre culture et bénéficier d’une reconnaissance sociale et institutionnelle.

Le libre choix des individus

Dans cette perspective, le pouvoir politique, au lieu de diffuser une offre standardisée, doit aller à la rencontre des aspirations et des besoins de tous en matière de culture, dimension relativement ignorée par la logique de démocratisation qui semble plutôt vouloir façonner le goût de la population15. La démocratie culturelle encourage au contraire l’affirmation des préférences et la diversité des goûts ; elle reconnaît l’influence des dispositions personnelles sur le choix des pratiques culturelles. Pour Michel Bellefleur, les goûts et les choix des individus s’expriment essentiellement à travers les loisirs et les pratiques culturelles en amateur puisque ces activités sont a priori choisies librement, en dehors de toute pression sociale16. La démocratie culturelle est donc particulièrement favorable à la reconnaissance du champ socioculturel, contrairement à la politique culturelle de Malraux17. Au Québec le champ des loisirs a longtemps été laissé pour compte, voire franchement dénigré, et s’est développé en marge des politiques culturelles officielles, sans soutien de leur part malgré la richesse des initiatives et la qualité des organisations18. Bien qu’ils soient toujours sous la tutelle d’un autre ministère19, les loisirs sont aujourd’hui soutenus et encouragés par la politique culturelle du Québec, et c’est véritablement un progrès car

« le loisir, comme activité de temps libre et la culture, comme activité d’expression ou de réception artistique, doivent être réévalués à partir de l’expérience qu’ils contribuent à former dans la construction de soi. »20

Ce dernier aspect constitue la 3ème caractéristique de la démocratie culturelle.

L’intégration de la culture à la vie quotidienne

L’idée de construction de soi, d’épanouissement de la personne à travers la pratique de loisirs ou d’activités culturelles implique de penser la culture comme partie intégrante de la vie quotidienne. Dans une perspective de démocratie culturelle, et pour reprendre un terme de Francis Jeanson, la culture s’apparente à la pratique effective du monde21. Une telle conception nécessite pour mode de développement culturel un mouvement qui ne part plus du haut vers le bas, mais qui a pour point de départ les individus. Pour que les citoyens ne soient plus les destinataires d’une culture déconnectée de leurs préoccupations et de leur existence, il faut qu’ils deviennent eux-mêmes acteurs et créateurs de la culture. Est-ce possible ? Et comment traduire ces objectifs en actions concrètes ? L’action culturelle doit se donner pour mission d’encourager le potentiel créateur de la population ; elle suppose un travail social et des moyens de formation aux techniques culturelles aussi larges que possibles22. Selon Bellefleur, la politique culturelle doit adopter une logique d’enculturation, c’est-à-dire un

« processus par lequel un individu se développe et s’épanouit à partir de ses caractéristiques propres, ses talents, ses aptitudes, ses aspirations, et les ressources dont il dispose. Il s’agit d’un développement culturel endogène, conçu à partir de la vie concrète et de l’état réel de l’existence de chaque citoyen. » 23

La volonté de se rapprocher de la demande des citoyens pousse à favoriser le décloisonnement et la dimension communautaire des projets culturels. Cette vision de la culture confère à la politique culturelle une véritable portée sociale, et la culture, considérée sous cet angle, peut alors contribuer à une meilleure intégration des individus, au renforcement de l’identité culturelle et à la revitalisation des liens sociaux. Un sentiment d’appartenance a alors des chances de se développer grâce à la culture, sentiment qui ne peut en revanche être unanimement ressenti face aux domaines diffusés par la démocratisation, qui correspond au contraire à une logique d’acculturation, soit

« un processus de transfert d’objets ou de réalités culturelles s’adressant à des citoyens, groupes et publics qui ne les possèdent pas, les connaissent peu ou y sont peu initiés et ne font pas spontanément la relation entre leur valeur d’usage et leur vie concrète. Ils n’ont pas participé à leur création […] » 24

A l’heure actuelle, la politique culturelle québécoise poursuit des objectifs relevant tantôt d’une logique de démocratisation, tantôt d’une logique de démocratie culturelle.

La politique culturelle du Québec : Notre culture, notre avenir (1992)

Ce texte a été produit à l’issue d’une importante campagne de réflexion menée en 1991 dans le cadre de la révision du mandat du ministère. Il s’articule autour de 3 grands axes:
– L’affirmation de l’identité québécoise, notamment via la protection de la langue française
– Le soutien aux créateurs et aux arts
– L’accès et la participation du citoyen à la vie culturelle. Ce troisième axe est lui-même décliné en 3 orientations :

Renforcer l’éducation et la sensibilisation aux arts et à la culture

Pour mettre en place la démocratie culturelle, il est nécessaire de « sensibiliser », c’est-à-dire éveiller les consciences. Le texte souligne notamment l’importance d’intégrer l’art et la culture à la vie de tous les jours. Outre le rôle primordial de l’école et de la famille, de nouveaux moyens doivent être mis en œuvre pour que les arts et la culture s’immiscent plus régulièrement dans le quotidien des gens. Au-delà de l’intégration de l’art contemporain à l’espace public, la promotion de l’art et de la culture devrait pouvoir imprégner tous les milieux de vie, tous les lieux de travail, tous les lieux réservés aux loisirs et à des services25. Pour ce faire, l’état va conclure des ententes de développement culturel avec les municipalités et privilégier les actions en direction des familles.

Faciliter l’accès aux arts et à la culture

Ce point correspond à la logique de la démocratisation qui vise principalement à soutenir et développer l’offre culturelle. Au Québec, des efforts ont été déployés afin de permettre la diffusion et la circulation des créations culturelles sur l’ensemble du territoire.

Favoriser la participation des citoyens à la vie artistique et culturelle

Au Québec, cette participation est essentiellement active et se manifeste notamment par la pratique d’activités culturelles en amateur et par la participation bénévole des citoyens au sein des organismes culturels. La dernière enquête quinquennale (2009) révèle que 81,9 % des Québécois s’adonnent à une activité artistique ou culturelle en amateur. La pratique de la photographie domine largement (54,7 % ), suivie par la danse, les arts plastiques (dessin, peinture, sculpture, 32,4 %), la pratique d’un instrument de musique (25,5 %) et l’écriture (24,5%)26. Ces pratiques sont perçues comme un moyen d’éduquer le goût, d’éveiller la sensibilité, de favoriser l’expression de soi, de stimuler l’innovation et d’élargir en même temps les auditoires27. Le gouvernement québécois s’engage donc à valoriser et promouvoir ce type de pratiques en se rapprochant du ministère en charge du loisir pour soutenir l’action des municipalités dans ce domaine. Il entend également permettre aux groupes pratiquant un loisir culturel d’avoir accès à une expertise professionnelle.

Le gouvernement reconnaît par ailleurs l’apport considérable des nombreux bénévoles dans le fonctionnement des institutions et organismes culturels. Selon la dernière enquête (2010) 36,7% de la population québécoise fait du bénévolat. Pour presque toutes les catégories d’âge28, les bénévoles s’investissent d’abord dans les lieux de culture et de loisirs29. Si les femmes se retrouvent plutôt dans les services sociaux et les hommes dans les lieux de culture et de loisirs, cette catégorie prend à nouveau la tête en considérant les 2 sexes ensemble30.La pratique du bénévolat au sein des institutions culturelles correspond étroitement au paradigme de la démocratie culturelle puisqu’il s’agit non seulement de participer de manière active et directe à la production de la culture, mais de le faire en fonction de ses propres choix. La démobilisation des bénévoles serait une perte dramatique. Afin de protéger et d’encourager ce système, le gouvernement s’engage donc à souligner publiquement leur contribution et à soutenir les activités de formation destinées à ces bénévoles.

Pour favoriser l’engagement d’acteurs d’origines variées, la démocratie culturelle privilégie une organisation décentralisée et prône une répartition du pouvoir entre les différents paliers gouvernementaux, les milieux professionnels et les citoyens31. Pour mettre en œuvre sa politique culturelle, le gouvernement québécois a compris la nécessité de nouer des partenariats avec le réseau associatif et les municipalités, qui sont par nature plus proches de la population et donc plus à même de coordonner l’animation culturelle dans le cadre quotidien32. Ce programme vise en somme à améliorer la qualité de la vie par la culture. Celle-ci devient l’œuvre vivante d’une société tout entière33.

Conclusion

On peut s’interroger sur la relative absence de l’expression « démocratie culturelle » telle qu’elle est définie ici. Au-delà des conclusions rédigées lors des conférences internationales, il semble que la notion de démocratie culturelle ait été assez peu répercutée, tant dans les discours politiques que dans le langage commun. Alors que la démocratisation fait figure de programme et continue à être brandie comme fer de lance de l’action culturelle publique, on peut se demander pourquoi la démocratie culturelle n’a jamais réellement occupé les consciences.
Si la démocratisation est critiquable en certains points, le concept de démocratie culturelle présente lui aussi des limites. S’agissant d’un mouvement en faveur de la popularisation de la culture, la démocratie culturelle ouvre la voie aux risques de l’hyper-relativisme. Bellavance caractérise la logique de démocratie culturelle d’approche populiste-gauchiste

« qui, partant du postulat que tous les goûts sont légitimes, parvient à affirmer que tout se vaut et qu’on ne peut établir de hiérarchie […] En résumé, on n’a rien à apprendre, rien à développer ni rien à échanger, puisque chaque individu possède déjà sa culture au sein de laquelle il reste cantonné. » 34

En valorisant les objets et pratiques culturels propres à des milieux et des groupes spécifiques, comment en effet éviter l’entre-soi ? Songeons à la logique d’enculturation préconisée par Bellefleur, soit un développement culturel qui se place en continuité avec les origines et l’environnement habituel d’un individu : comment permettre la rencontre et les échanges entre des univers différents?
Ces considérations soulignent finalement la nécessité de nous interroger sur les valeurs qui orientent la politique culturelle : les objectifs visés par cette politique correspondent-ils aux besoins mais aussi aux goûts de la population en matière de culture? Il ne s’agit pas d’affirmer la supériorité ou la plus grande efficacité d’un de ces modèles sur l’autre. Je pense que le travail de réhabilitation de diverses expressions d’une part n’empêche pas que, d’autre part, l’on tente d’initier aux beaux-arts ; ce ne sont pas deux mouvements incompatibles. En théorie comme sur le terrain de l’action culturelle, les logiques de démocratisation et de démocratie culturelle se rencontrent. Des progrès considérables ont été réalisés. Mais face aux mutations de la société contemporaine, la réflexion doit se poursuivre, et il est bon de remettre en question, de temps en temps, ce qui a été convenu.

1 Pavillon d’art international, des maîtres anciens à l’art moderne, qui abritera également des espaces éducatifs et communautaires. Ouverture prévue en 2017.
2 RevueM, septembre 2013, numéro 13, p. 5.
3 Guy, Bellavance, « La démocratisation, et après ? » dans Guy, Bellavance (dir.), Démocratisation de la culture ou démocratie culturelle ? Deux logiques d’action publique, Laval, Éditions IQRC/Presses de l’Université Laval, 2000, p. 24.
4 Voir historique du Ministère québécois de la Culture et des Communications : http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=4655
5 Guy, Bellavance, op. cit., p. 12
6 Pierre, Bourdieu, Alain, Darbel, L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public, Paris, Les Éditions de Minuit, 1969 ; Jean, Caune, « La politique culturelle initiée par Malraux. Une certaine idée de l’art », EspacesTemps.net, Textuel, 13.04.05, http://espacestemps.net/document1262.html
7 Rosaire, Garon, Marie-Claire, Lapointe, Enquête sur les pratiques culturelles au Québec. 6ème édition, Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, 2010.
8 Lise, Santerre, « De la démocratisation de la culture à la démocratie culturelle » dans Guy, Bellavance (dir.), Démocratisation de la culture ou démocratie culturelle ? Deux logiques d’action publique, Laval, Éditions IQRC/Presses de l’Université Laval, 2000, p. 49.
9 Déclaration d’Arc-et-Senans adoptée au Colloque sur la Prospective du Développement Culturel (7-11 avril 1972) http://www.coe.int/t/dg4/cultureheritage/culture/resources/CDCC(80)7-F_AeS.pdf
10 Recommandation numéro 1 d’Eurocult, Conférence intergouvernementale sur les politiques culturelles en Europe. Helsinki, 19-28 juin 1972, Rapport final, Unesco, 1972.
11 Augustin, Girard, avec la collaboration de Geneviève Gentil, Développement culturel : expériences et politiques, Paris, Unesco, 1982, p. 55.
12 Pierre, Moulinier, Comité d’histoire du Ministère de la Culture et de la Communication, Histoire des politiques de démocratisation culturelle. La démocratisation culturelle dans tous ses états, juillet 2012, p. 8-9.
13 Augustin, Girard, avec la collaboration de Geneviève Gentil, Développement culturel : expériences et politiques, Paris, Unesco, 1982, p. 55.
14 Lise, Santerre, op. cit., p. 48.
15 Michel, Bellefleur, « Loisir et démocratie culturelle » dans Guy, Bellavance (dir.), Démocratisation de la culture ou démocratie culturelle ? Deux logiques d’action publique, Laval, Éditions IQRC/Presses de l’Université Laval, 2000, p. 72.
16 Ibid.
17 Jean, Caune, La démocratisation culturelle. Une médiation à bout de souffle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006, p. 99.
18 Michel, Bellefleur, op. cit., p. 72.
19 De 1979 à 1994, les loisirs relevaient du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche. Ils sont à présent sous la tutelle du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.
20 Jean, Caune, op. cit., p. 99.
21 Augustin, Girard, avec la collaboration de Geneviève Gentil, op. cit., p. 55.
22 Augustin, Girard, avec la collaboration de Geneviève Gentil, op. cit., p. 56.
23 Michel, Bellefleur, op. cit., p. 74.
24 Michel, Bellefleur, op. cit., p. 71.
25 Ministère des Affaires culturelles, Direction des communications, La politique culturelle du Québec. Notre culture, notre avenir, juin 1992, p. 104.
27Lise, Santerre, op. cit., p. 55.
28 Seuls les 15-34 ans se retrouvent d’abord dans les services sociaux.
29 Cette catégorie regroupe des organismes et des activités des domaines liés aux arts et à la culture ainsi qu’aux sports et aux loisirs. Dans le domaine des arts et de la culture, elle comprend : médias et communications; arts visuels, architecture, céramique; arts d’interprétation; sociétés historiques, littéraires et humanistes; musées; et zoos et aquariums. Dans le domaine des sports et des loisirs, elle comprend : sports; clubs de loisirs et clubs sociaux; associations philanthropiques.
31 Lise, Santerre, op. cit., p. 49.
32 Ministère des Affaires culturelles, op. cit., p. 104.
33 Ministère des Affaires culturelles, op. cit., p. VIII. Mot de l’ancienne ministre, Liza Frulla-Hébert.
34 Guy, Bellavance, « Démocratisation culturelle et actions locales » dans Les arts et la Ville, Actes du 15ème colloque annuel, Sherbrooke, 2002, p. 62.
Pour citer cet article :
CHATZIMANASSIS, Alice (2013) Démocratisation de la culture et démocratie culturelle à partir de l’exemple québécois. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : http://chmcc.hypotheses.org/675. [mis en ligne le 15 septembre 2014]Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.