Une démocratisation du support écrit ? La politique mondiale du livre de l’Unesco, 1945-1974

par Céline Giton,
administratrice de la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil, membre du réseau Les Lettres européennes

Dès sa création en novembre 1945, l’Unesco se voit dotée de compétences en matière de promotion du livre. Son Acte constitutif stipule que l’organisation doit veiller « à la conservation et protection du patrimoine universel de livres », encourager « l’échange international de représentants de l’éducation, de la science et de la culture ainsi que celui de publications » et faciliter « par des méthodes de coopération internationale appropriées l’accès de tous les peuples à ce que chacun d’eux publie ». Cette volonté de démocratisation du livre et de la lecture va s’incarner dans les années suivantes dans de multiples efforts pour promouvoir un meilleur accès au support écrit à travers le monde, en particulier dans les pays les plus pauvres. Dans ce contexte va se développer pour la première fois une politique internationale du livre initiée par une organisation à vocation universaliste.

Idéologiquement, l’Unesco apparaît comme l’héritière de deux organismes : d’une part, l’Institut international de coopération intellectuelle (IICI) de la SDN et, d’autre part, la Conférence des Ministres alliés de l’Éducation (CMAE) qui a œuvré durant la Seconde guerre mondiale. Dominé par la France, l’IICI a poursuivi différentes actions en faveur du livre et de la lecture, en prêchant plutôt une vision élitiste et intellectuelle de l’écrit en tant que support de réflexion ; il s’agissait avant tout de promouvoir les grands écrivains et les débats intellectuels, plutôt en direction d’une élite éclairée. Au contraire, la CMAE, largement dominée par les Britanniques, a dès le départ fait preuve de beaucoup de pragmatisme et d’une volonté d’élargir la base du lectorat, en encourageant la création de bibliothèques pour tous les types de publics et en promouvant toutes sortes de livres, notamment professionnels, techniques ou spécialisées pour la jeunesse. A ce double héritage s’est en outre surimposée la volonté américaine d’encourager les échanges de publications dans le monde, notamment les revues, les manuels scolaires et les ouvrages techniques et scientifiques.

Une politique du livre multiforme

Dès sa création, l’Unesco a entrepris des actions de promotion du livre diverses et multiformes. Quatre directions principales ont été explorées : l’action normative ; la préservation et la mise en valeur du patrimoine littéraire mondial ; la professionnalisation du monde du livre ; et la promotion directe du livre et de la lecture.
De l’ensemble des instruments normatifs adoptés jusqu’en 1974, quatre ont concerné le domaine de l’écrit :
– la Recommandation sur la normalisation internationale des statistiques de l’édition de livres et de périodiques (1964)
– la Recommandation sur les statistiques relatives aux bibliothèques (1970)
– l’Accord en vue de la suppression des droits de douane pour l’importation de matériel de caractère éducatif, scientifique et culturel, dit « Accord de Florence » (adopté en 1950, entré en vigueur en 1952 et révisé en 1976).
– la Convention universelle sur le droit d’auteur (adoptée en 1952, entrée en vigueur le 6 septembre 1955 et révisée en 1971).
Cette dernière Convention, qui apparaît comme l’un des instruments les plus importants, a au départ largement reflété les intérêts des pays occidentaux producteurs de livres, les pays africains et plusieurs fonctionnaires de l’Unesco ont toutefois joué un rôle crucial pour démocratiser l’accès aux livres dans les pays en développement, notamment à travers une réunion régionale sur le sujet qui s’est tenue à Brazzaville en 1963. Suite à ces efforts, la Convention universelle sur le droit d’auteur a en effet été révisée en 1971 afin de mieux prendre en compte les intérêts éducatifs des pays en développement, importateurs de livres. Cette avancée dans la voie de la démocratisation n’a cependant pas été du goût des pays Occidentaux exportateurs de livres, en particulier les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, qui ont donc contre-attaqué en créant en parallèle, en 1967, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

Dans le domaine du patrimoine littéraire, les programmes menés par l’Unesco ont concerné l’inventaire et le micro-filmage de documents et de manuscrits anciens (arabes et coptes), la collecte des traditions orales africaines, la publication d’articles, d’ouvrages et de revues sur le sujet, la mise en place d’expositions, la publication de grandes œuvres dans le cadre de la Collection Unesco d’œuvres représentatives et la commémoration de grands écrivains. L’Unesco a par exemple mis sur pied un Service mobile de microfilm qui, entre 1956 et 1961, a permis de photographier environ un million de pages dans huit pays d’Amérique latine. Dans le domaine des manuscrits anciens, le projet-phare de l’organisation, mené de 1960 à 1984 en Égypte, a consisté à répertorier, déchiffrer, microfilmer et publier en fac-similé les treize manuscrits coptes de la « Bibliothèque gnostique de Nag Hammadi ». En ce qui concerne le patrimoine oral, l’Unesco a d’une part contribué à la transcription par écrit de plusieurs langues africaines entre 1963 et 1968, et d’autre part, mené entre 1964 et 1974 un vaste programme de collecte des traditions orales africaines dans le cadre du projet d’« Histoire générale de l’Afrique », participant notamment à la création en 1968 d’un Centre régional de documentation pour la tradition orale à Niamey (Niger).

La Collection Unesco d’œuvres représentatives apparaît quant à elle comme le projet phare de la Division des arts et lettres ; entre 1948 et 1994, elle a accueilli 866 œuvres majeures de la littérature mondiale, issues de 91 langues. Il s’agissait d’« encourager la traduction, la publication et la diffusion dans les grandes langues véhiculaires – anglais, français, espagnol et arabe – de textes significatifs du point de vue littéraire et culturel, bien que peu connus au-delà des frontières nationales ou du cadre linguistique d’origine1 ». Toutefois, la Collection semble avoir plutôt touché une élite restreinte, occidentale ou occidentalisée, sans parvenir à atteindre le grand public.

L’Unesco a également lancé à ses débuts un programme de « commémoration des grands hommes », mettant en avant des artistes, écrivains, intellectuels, éducateurs et scientifiques du monde entier à l’occasion de la célébration d’un « anniversaire ». Entre 1946 et 1965, une douzaine d’écrivains ont été célébrés : Goethe (1949), Pouchkine (1949), Edgar Poe (1949), Balzac (1950), Confucius (1950), Mickiewicz (1955), Cholem Aleichem (1959), Tchekhov (1960), Tagore (1961) et Shakespeare (1964). L’absence d’écrivains originaires d’Amérique latine, d’Afrique et du monde arabe relève de raisons complexes, non seulement historiques (développement tardif de la littérature écrite dans ces régions du monde) mais aussi idéologiques et culturelles, les États concernés ayant souvent privilégié dans le cadre de ce programme des personnalités de révolutionnaires, éducateurs, philosophes ou scientifiques. En outre, l’opposition de certains États à ce programme (en particulier les États-Unis) et l’absence de budget n’ont pas permis de donner réellement corps à un panthéon de la littérature universelle. Cet échec semble in fine relever d’un profond désaccord idéologique entre les différents États sur le rôle de l’Unesco, sur l’existence même d’un héritage littéraire « commun » et sur la place et le rôle assignés aux écrivains dans la société.

Un troisième axe d’intervention a consisté pour l’Unesco à accompagner et favoriser la professionnalisation du monde du livre, en créant ou en soutenant financièrement des écoles et des centres de formation, en accordant des bourses et en organisant des manifestations (stages, séminaires…) pour les bibliothécaires, écrivains, traducteurs, libraires et éditeurs. À travers ses études et enquêtes, l’organisation a aussi joué le rôle d’un centre de ressources, ses publications2 ayant contribué à une meilleure connaissance de la situation du livre dans le monde. Le soutien financier accordé aux réseaux de professionnels, la création de structures « modèles », la promotion de méthodes et de normes modernes sur un modèle occidental, la publication d’ouvrages, de périodiques et de films à destination des professionnels, ont contribué non seulement à la formation des professionnels du livre, mais aussi à l’émergence d’un véritable esprit de corps.

En ce qui concerne la promotion directe du livre et de la lecture, l’Unesco a mené trois types d’activités. Tout d’abord, l’organisation a favorisé la circulation des livres dans le monde à travers des programmes de don de livres et l’encouragement aux échanges internationaux de publications et à la création de centres du livre, et si elle n’a pas provoqué le renforcement des échanges internationaux de livres et de connaissances qui s’est mis en place à partir de la fin de la Seconde guerre mondiale, elle a néanmoins tenté, avec un certain succès, de rééquilibrer les flux existants, en particulier avec son système de « bons de livres ».

Ensuite, l’Unesco a encouragé directement la lecture à travers deux programmes. Les bibliothèques ont constitué un axe d’intervention particulièrement important, reflétant l’importance accordée à la bibliothèque dans les sociétés anglo-saxonnes. Influencée par les activités du British Council et de la fondation Carnegie dans l’entre-deux-guerres, l’Unesco a accordé des aides, des bourses et des livres à de nombreuses bibliothèques dans le monde et elle a créé plusieurs bibliothèques publiques pilotes (à Delhi, Bogota, Enugu et Dakar). Toutefois, la réorganisation administrative interne en 1967 et l’organisation d’une série de conférences régionales portant sur la planification des services de bibliothèques et de documentation (Quito en 1966, Colombo en 1967, Kampala en 1970, Le Caire en 1974), ont marqué un tournant dans l’activité de l’Unesco concernant ce domaine. A partir de cette époque, la thématique des bibliothèques a ainsi été englobée dans une réflexion plus large concernant l’information et la documentation scientifique et technique. A partir de 1955, l’Unesco a également lancé un programme de « Textes de lecture » pour l’Asie du sud-est, l’idée étant de produire et de diffuser des textes pour les populations nouvellement alphabétisées en langues locales. Ce projet a pris son essor avec la création en août 1958 d’un Centre régional à Karachi ; entre 1958 et 1967, ce dernier a aidé à la réalisation de plus de cinq cents publications en vingt-deux langues. De part leur contenu scientifique et pratique, ces publications avaient un objectif clairement pédagogique et n’ont jamais concerné des ouvrages d’imagination.

Enfin, l’Unesco a encouragé la réflexion autour du livre et de sa promotion, en organisant des colloques et des conférences d’intellectuels, en encourageant ses États-membres à lancer des politiques nationales du livre, en créant des centres régionaux de promotion du livre et en lançant, en 1972, la manifestation symbolique que constitua « l’Année internationale du livre ». L’organisation a ainsi tenté d’encadrer ses États membres dans la mise en place de politiques nationales du livre tenant compte des différentes branches professionnelles, depuis la création jusqu’à la diffusion, en passant par la formation professionnelle et l’édition. Toutefois, malgré les efforts de l’organisation dans ce domaine, seuls une vingtaine de pays dans le monde étaient dotés d’organismes nationaux de promotion du livre en 1972. Quant aux centres régionaux du livre (Karachi et Bogota), créés au début des années 1970, ils ont progressivement pris le relais de l’action directe de promotion du livre menée par l’Unesco en Asie et en Amérique latine.

Toutefois, la politique du livre de l’Unesco s’est trouvée confrontée à de nombreux problèmes récurrents dans l’organisation : manque de moyens financiers ; lenteur bureaucratique ; inefficacité des missions d’experts, bourses et stages ; publications à la qualité et à la diffusion problématiques ; incompétence des experts et consultants extérieurs ; élitisme des projets ; problèmes de communication. Le bilan de son action est cependant loin d’être négligeable en termes de populations alphabétisées, de livres écrits, publiés et échangés dans le monde, de sensibilisation à l’utilisation du support écrit, en particulier dans le domaine éducatif. On peut donc affirmer avec certitude que la politique du livre de l’Unesco a contribué à une certaine démocratisation du livre et de la lecture dans le monde : davantage de personnes sur terre lisent aujourd’hui des livres grâce à l’action menée par l’Unesco depuis 1945. Cependant, cette démocratisation s’est accompagnée de différents phénomènes dont l’impact est loin d’être négligeable.

Quand démocratisation rime avec occidentalisation

Le domaine du livre et de l’écrit apparaît comme une branche tout à fait à part dans le domaine culturel. Le terme lui-même ne désigne qu’un support, non un contenu. Et contrairement aux autres arts (arts picturaux, musique, danse, sculpture, etc.), le livre est peu présent ou totalement absent de nombreuses cultures et civilisations traditionnelles. Lorsque l’Unesco entend donc, à ses débuts, « démocratiser » le livre, il s’agit en fait, dans un grand nombre de pays, de l’introduire purement et simplement dans des cultures où il n’existe pas. Élément essentiel de la culture et de l’éducation des masses dans les pays occidentaux depuis la révolution industrielle, le livre va ainsi devenir officiellement, après la Seconde guerre mondiale, un outil d’éducation et de développement économique pour les pays du Tiers monde. A l’Unesco, alors que de nombreux sujets ont créé la polémique, le consensus s’est révélé quasi général dans le discours laudatif sur le livre et sur son rôle bienfaiteur pour l’être humain. Chargé de tous les espoirs, le livre y a systématiquement été présenté comme le support culturel et technique indispensable au développement et au bonheur de l’humanité. On a pu distinguer toutefois, sous ce discours officiel uni et cohérent, deux courants distincts. Dans une certaine tradition « française », le livre a été vu et présenté comme émancipateur de l’individu, à qui il apporte connaissance, épanouissement et capacité décuplée de réflexion. Ces qualités font du livre le support idéal du dialogue et de la compréhension entre les individus et les peuples ; les grands livres, les grands écrivains, participeraient de la définition d’un patrimoine commun à l’humanité, patrimoine valorisé par l’Unesco. Un second discours « anglo-saxon » (surtout américain) a quant à lui présenté le livre comme l’outil indispensable à l’éducation des individus et donc au développement économique qui assure le bien-être général, et comme un support pour communiquer l’information.

Par ailleurs, « démocratisation » a bien souvent eu tendance à rimer avec « occidentalisation » dans les programmes de l’organisation. Les grandes puissances occidentales fondatrices de l’organisation (États-Unis, Royaume-Uni, France) ont, en effet, tenté d’instrumentaliser– avec un certain succès – la politique du livre de l’Unesco, non seulement afin de légitimer une vision occidentale du rôle et de la place du livre dans la société, mais aussi dans le cadre de leurs politiques nationales de rayonnement culturel et linguistique dans le monde. L’Unesco a servi en particulier de relais aux conceptions américaines à plusieurs niveaux : promotion de la conception de la bibliothèque publique comme lieu d’animation culturelle ; croyance dans l’effet de démonstration des « projets pilotes » ; promotion de politiques planifiées et centralisées des bibliothèques (concept de library planning) ; déconsidération du modèle traditionnel du « bibliothécaire érudit » ; conception architecturale des bibliothèques ; distribution d’ouvrages de langue anglaise dans le monde ; promotion de la classification Dewey.

Plus généralement, la politique du livre de l’Unesco a peiné à éviter l’écueil de l’occidentalocentrisme, dont on peut relever de fréquents exemples, depuis l’imposition dans le Tiers monde des concepts mêmes d’alphabétisation, de droit d’auteur ou de bibliothèque moderne, jusqu’à la focalisation du programme de commémoration des grands hommes sur des écrivains issus d’Occident. Rappelons que l’organisation est profondément occidentale dans ses valeurs (unité, ordre, monothéisme, démocratie, sédentarisme, industrialisation), ses conceptions et ses programmes. L’occidentalocentrisme à l’Unesco s’est aussi fortement manifesté du point de vue linguistique, l’usage des trois grandes langues véhiculaires (anglais, français, espagnol) ayant été quasi systématique pour les publications, colloques, conférences, séminaires et activités de formation professionnelle – cet impérialisme linguistique se justifiant aux yeux de l’Unesco pour des raisons d’organisation pratique et de coût de traduction. Ainsi, une large partie des activités menées dans le cadre de la politique du livre de l’Unesco ont favorisé les pays occidentaux producteurs de livres en encourageant les exportations partout dans le monde.

En préconisant pour les enfants alphabétisés la lecture d’ouvrages « adaptés » (souvent des traductions de livres occidentaux), en séparant nettement l’éducation des adultes et celle des enfants, en cloisonnant les livres et la culture dans des lieux clos (écoles, bibliothèques), en dévalorisant les traditions orales par rapport à l’écrit, en assimilant la seule « vraie » culture aux moyens de communication occidentaux (livres, mais aussi radio, télévision) et en réduisant expressément le livre à ses aspects pédagogiques, l’Unesco semble bien avoir contribué à l’occidentalisation des pratiques et des mentalités, à l’uniformisation et au classement scientifique des savoirs transmis, et à la création d’une coupure au sein des sociétés du Tiers monde entre « ceux qui savent » et « ceux qui ne savent pas » (lire).

A ce propos, il faut aussi rappeler que la « démocratisation culturelle » recouvre généralement deux aspects de l’accès du plus grand nombre à la culture : l’accès à la pratique culturelle « active » (jouer d’un instrument, chanter, conter une histoire, écrire…) et l’accès à la pratique culturelle « passive » (assister à une pièce de théâtre, écouter de la musique, contempler des œuvres picturales, lire des livre). Or dans les sociétés traditionnelles, culture active et passive sont largement entremêlées, chaque personne de la société étant tantôt actrice, tantôt spectatrice des différents événements culturels et symboliques. Mais si le livre a été fortement encouragé par l’Unesco, ce n’est quasiment que dans son aspect passif. L’idée de la plupart des États-membres, notamment Occidentaux, était ainsi de former les gens, de les encadrer, de leur apprendre des choses précises jugées utiles par le biais des livres, et non de les encourager à écrire et à laisser vagabonder leur imagination et leur créativité. Ce phénomène a pu s’observer particulièrement dans les sociétés de tradition orale. En effet, dans ces sociétés, chaque personne pouvait être amenée à jouer à certains moments un rôle culturel actif, par exemple à prendre la parole pour raconter une histoire, une expérience, une légende, passant ainsi naturellement du rôle d’auditeur à celui de conteur. À partir du moment où le livre est introduit dans ces sociétés, tous ceux qui maîtrisent peu ou mal – voire pas du tout – l’écriture se sont retrouvés cantonnés, au mieux dans le rôle passif de « lecteur », et au pire, pour les illettrés, dans la catégorie « d’exclus de la culture ». Cette situation explique notamment pourquoi les pays africains, admis à l’Unesco dans les années 1960, ont largement milité pour une meilleure prise en compte de la littérature orale, de manière à revaloriser des pratiques considérées comme mineures par des pays survalorisant l’écrit. Dans les pays de tradition orale, la lecture reste d’ailleurs parfois perçue comme une activité solitaire et exclusive, presque antisociale.

Une démocratisation partielle, qui a accompagné le changement de statut du livre

Dans une certaine mesure, il semble également y avoir eu « deux poids deux mesures » dans la politique du livre de l’Unesco ; tandis que la Collection d’œuvres représentatives a permis par exemple de diffuser de grands textes issus de pays du Tiers monde auprès de l’élite occidentale, le programme de « textes de lecture en Asie du sud-est » a consisté à encourager l’écriture et la diffusion de livres pratiques, techniques et documentaires auprès des masses du continent asiatique (en particulier en milieu rural). Dans ce sens, la démocratisation a surtout concerné le livre comme support éducatif et professionnel et non le livre d’imagination en tant qu’outil de réflexion et d’émancipation personnelle. Ainsi, la démocratisation du support écrit dans le monde s’est accompagnée d’une nouvelle séparation, très nette, entre littérature documentaire de type utilitaire (formation initiale et professionnelle) et littérature d’imagination. Au niveau de la pratique de l’écriture, la démocratisation semble bien avoir été plus générale. Par contre, la littérature d’imagination s’est retrouvée marginalisée, d’une part par rapport à la littérature utilitaire et d’autre part, par rapport à la littérature de divertissement, favorisée par la mondialisation des échanges et la législation telle l’Accord de Florence (best-sellers produits en séries, soutenus par des campagnes de promotion à grande échelle, en provenance en particulier des États-Unis).

La politique du livre de l’Unesco a toutefois eu des incidences et des répercussions parfois inattendues ; non seulement elle s’est modifiée avec l’évolution du contexte dans lequel elle se situait, mais ses effets mêmes ont contribué à transformer son environnement au fil du temps. En parallèle, elle a elle-même été influencée par de multiples acteurs extérieurs, par les autres individus et organismes agissant dans le domaine de la promotion du livre d’une part, et par les cibles de sa politique (États, professionnels du livre, grand public) d’autre part. Dans ce contexte, il faut aussi tenir compte de l’évolution du statut du livre dans le monde et des bouleversements de la scène littéraire mondiale durant la période 1945-1975. Par un processus d’acculturation et de réappropriation du livre, un grand nombre de pays de culture traditionnelle non écrite, aux populations de plus en plus alphabétisées, ont vu fleurir écrivains et livres témoignant de leur existence – et de leur résistance – littéraire. Or, grâce à l’existence d’une majorité tiers-mondiste à la Conférence générale de l’Unesco, et au fonctionnement démocratique de cette organisation (où un pays = une voix), ces évolutions ont progressivement contribué à modifier en profondeur la politique du livre de l’organisation.

Depuis la Seconde guerre mondiale, le livre a en effet connu des mutations considérables en Occident, tant du point de vue de la forme, du contenu que de son usage social, éducatif et récréatif, et a progressivement été détrôné par la radiodiffusion, le cinéma, la télévision. En outre, si la mondialisation a favorisé les échanges de livres à l’échelle mondiale, ceux-ci sont restés largement inégalitaires. Cependant l’uniformisation des pratiques culturelles à l’échelle mondiale s’est paradoxalement accompagnée d’une progressive remise en cause du modèle occidental. En effet, en tant que support imprimé moderne, véhicule d’idées, de culture et d’imaginaire, le livre a été dans le même temps approprié, détourné, utilisé par les non-Occidentaux. La deuxième moitié du XXe siècle a ainsi été témoin de l’émergence de nouveaux pôles littéraires d’excellence, comme en témoigne l’ouverture sur le monde du prix Nobel de littérature à partir des années 1960.

Avec les mouvements de décolonisation et la découverte des principes démocratiques dans les pays ex-colonisés, ces derniers ont aussi peu à peu dénoncé certaines pratiques impérialistes liées au livre, tels les programmes de don de livres ou l’imposition de pratiques bibliothéconomiques non adaptées, et ont réclamé une adaptation des règles du droit d’auteur pour tenir compte de leurs besoins éducatifs. Ces revendications ont rejoint plus largement une certaine remise en cause de la suprématie du livre et de l’écrit imposée par les Occidentaux. Ainsi, des voix se sont élevées pour revendiquer l’oralité comme importante source historique et culturelle et pour prôner un rééquilibrage entre écrit et oral. De ce point de vue, l’évolution assez nette de la politique du livre de l’Unesco entre les années 1950 et les années 1970 montre que l’organisation a accompagné ce phénomène global, dont elle est même progressivement devenue, par différents aspects, une sorte de porte-parole.

Cependant, comme la véritable démocratisation du livre était en réalité plus désirée par certains idéalistes et fonctionnaires de l’Unesco galvanisés par les généreux objectifs de l’organisation, que par les gouvernements membres, dont les objectifs sont en général nettement plus complexes, elle s’est heurtée à de nombreux obstacles politiques. Chez les pays occidentaux, producteurs de livres, l’idée était d’abord d’imposer aux pays du Tiers monde les méthodes et les principes occidentaux et de promouvoir leur langue, leur littérature, et au-delà leur influence culturelle (soft-power). Du côté des pays non Occidentaux, non producteurs de livres, l’émancipation politique liée à la décolonisation a souvent conduit à la volonté de constituer une élite politico-économique sur le modèle occidental, nécessitant des livres pour l’éducation et le développement économique, mais comme un grand nombre de ces États se méfient du fonctionnement démocratique, la censure et la prudence à l’égard de l’outil livre sont restées très importantes. L’idée était, dans un grand nombre de cas, de contrôler le développement du livre, en évitant autant que possible d’encourager le livre de réflexion et d’émancipation, porteur de troubles futurs et de possibles réclamations quant aux grandes questions de sociétés (démocratie, droits de l’homme, corruption des élites, problèmes liés à l’industrialisation ou à l’implantation de multinationales, désastres écologiques, etc.). C’est ainsi que, pour des raisons parfois fort différentes, parfois convergentes, les élites au pouvoir dans les différents États, démocratiques comme non démocratiques, n’ont pas forcément eu tendance à encourager l’accès de tous les livres au plus grand nombre. Dans ces conditions, et malgré ses efforts, une organisation intergouvernementale telle que Unesco ne pouvait évidemment forcer ses États-membres à poursuivre l’objectif idéaliste de démocratisation de tous les livres pour tous.

De support éducatif à moyen d’encadrement des masses, de la littérature de réflexion à la littérature de divertissement, le support « livre » a donc parfois dévié assez largement, y compris au sein des politiques menées à un niveau national et supranational. Dans les années 1950 et 1960, comme la télévision et le cinéma, le livre a représenté un immense potentiel de démocratisation, un moyen pour le plus grand nombre d’accéder à la culture et de s’ouvrir au monde. Mais si, grâce à sa politique, l’Unesco a contribué à le démocratiser, son action s’est donc heurtée à deux phénomènes incontournables : d’une part, la recherche de la plus grande rentabilité et de la sauvegarde de leurs intérêts commerciaux par les pays producteurs de livres et les grands éditeurs (notamment de manuels scolaires) ; d’autre part, la crainte et la méfiance suscitées par le livre de fiction et de réflexion dans les États non ou peu démocratiques.

En conclusion, l’Unesco a surtout contribué à démocratiser un support, non un contenu. Les valeurs humanistes valorisées par l’organisation (droits de l’homme, paix, tolérance, égalité des chances, démocratie) ont été peu véhiculés par les livres promus. Seule une élite créatrice dans les pays non Occidentaux s’est emparée du livre (notamment de l’essai et de la fiction) pour décrire son environnement et dénoncer les problèmes de société. La « démocratisation » du livre dans le monde est aussi allée de pair avec la diminution de l’importance du rôle politique, social et culturel du livre en Occident. Par ailleurs, la politique du livre de l’Unesco a surtout touché les professionnels du livre et les élites des pays pauvres, qu’elle a contribué à former sur le modèle occidental. Les populations pauvres des pays pauvres ont, quant à elles, surtout été familiarisées par le biais de l’écrit à l’industrialisation et à l’occidentalisation des modes de vie (alimentation, hygiène, etc.) – quand elles n’ont pas été exclues d’un certain nombre de domaines de la vie publique à cause de l’illettrisme.

La politique du livre de l’Unesco a malgré tout tenté d’afficher une opposition symbolique aux impérialismes culturels et linguistiques exprimés, durant la même période, par les grandes puissances et les grandes fondations américaines, et elle a réellement contribué à répandre le livre dans le monde, à mettre en valeur les littératures non occidentales et le patrimoine oral et, plus généralement, à se constituer comme un support des revendications en matière de reconnaissance de la diversité culturelle, littéraire et linguistique de l’humanité. Mais la démocratisation du livre qu’elle a encouragé a aussi largement accompagné l’occidentalisation du monde – pour le meilleur et pour le pire.

1 Collection Unesco d’œuvres représentatives. Paris : Unesco, 1994, p 9.
2 Par exemple Le livre dans le monde : étude sur le commerce international du livre (1956) ; La révolution du livre (1965) ; Des livres pour les pays en voie de développement (Asie, Afrique) (1965) ; La faim de lire (1973) ; Symposium international de l’UNESCO : le livre au service de la paix, de l’humanisme et du progrès (1974) ; Pour le livre (1974) ; Développer l’habitude de la lecture (1975).

 

Pour citer cet article :
Une démocratisation du livre ? La politique mondiale du livre de l’Unesco, 1945-1974. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : http://chmcc.hypotheses.org/719 . [mis en ligne le 29 septembre 2014]
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.