La cérémonie militaire contemporaine. Sa préparation et son dispositif – Une théâtralisation et des sacralisations récentes

Cette communication issue du séminaire « La cérémonie publique dans la France contemporaine » a été donnée dans le cadre de la séance intitulée « L’armée et le temps cérémoniel » du 1er décembre 2017.


par André Thiéblemont
membre du comité de rédaction de la revue Inflexions

Sommairement, on peut distinguer de petites cérémonies militaires, simples et à faible effectif, et de grandes cérémonies, souvent complexes, mobilisant un fort effectif. Dans un cas comme dans l’autre, il y a des cérémonies militaires sur la voie publique, qui célèbrent ou commémorent un personnage ou un évènement national (du piquet d’honneur pour une célébration locale d’un évènement national, aux commémorations centrales du 14 juillet, du 11 novembre, etc.). Et il y a des cérémonies propres au corps militaire qui ont généralement lieu dans son enceinte (d’une garde d’honneur au baptême d’une promotion d’élèves officiers ou aux célébrations de faits d’arme).

Quels que soient son objet et son ampleur, toute cérémonie militaire suppose des actes préparatoires plus ou moins importants, un dispositif fixe (revue) et mobile (défilé), un déroulement et un protocole répétitifs, ritualisés. Leurs rites et leurs symboles subliment l’unité nationale (avec, notamment, la manipulation du symbole national dont l’Armée possède le monopole) ou celle du corps militaire au travers de son identité ; elles magnifient l’autorité politique ou militaire, parfois le courage (remise de décoration, hommage funèbre). Ces dernières décennies, cette structure de dispositif et de sens restant immuable, l’évolution des cérémonies militaires semble marquée par quatre phénomènes : une rigidification du dispositif, du déroulement et du protocole, une perte de sens de la cérémonie militaire sur la voie publique, la transformation de certaines cérémonies aux finalité internes en médias événementiels spectaculaires, une intention de sacraliser le corps militaire dans le cas de certaines célébrations qui lui sont propres.

J’aborderai la préparation des cérémonies, je reviendrai sur leur dispositif et insisterai sur les évolutions relativement récentes que je viens de signaler.

In fine, je m ‘interrogerais sur les effets que la cérémonie militaire produit aujourd’hui sur ses acteurs.

Une préparation et des dispositifs ritualisés, extra ordinaires

Quelles que soient sa nature et son ampleur, toute cérémonie militaire donne à voir le corps militaire dans un dispositif fixe ou mobile qui reproduit des formations tactiques anciennes dites d’« ordre serré », à la différence de la diversité des formations tactiques modernes dites d’ « ordre dispersé »1. En d’autres termes, le dispositif de la cérémonie militaire est extra ordinaire. Or, cet « ordre serré » – formations fixes et en mouvements, en ligne, en colonne sur trois, quatre, six, huit rangs, etc., en carré avec les gestes et automatismes qu’il comporte – fait partie intégrante de la formation élémentaire et de l’entraînement du soldat. En temps normal, il est pratiqué régulièrement dans les unités, à raison d’une à deux heures par semaine.

Cette pratique automatisée de l’ordre serré économise donc le temps de préparation des cérémonies. Elles restent néanmoins consommatrice de temps et d’énergie.

S’agissant de petites cérémonies, il suffira d’une note de service pour fixer la date, le lieu, les effectifs, voire certaines modalités et, en général, elles n’impliqueront pas de répétition, tant les mouvements et gestes qu’elles supposent sont intégrés dans la formation du soldat. Néanmoins, quelle que soit leur ampleur et leur objet, l’exigence de perfection esthétique et la mise en place du dispositif aussi modeste soit-il, entraînera nettoyages, astiquages d’effets individuels de parade, voire d’équipements et de matériels ainsi que des mouvements préparatoires bien avant la cérémonie.

S’agissant de grandes cérémonies, la durée et l’intensité de leur préparation seront fonction de leur importance dans l’agenda national (célébrations annuelles, évènement commémoratif, etc.) ou dans celui qui est propre au corps militaire. L’élaboration de dossiers, la mise en œuvre de nombreuses répétitions seront parfois nécessaires, surtout lorsque telle cérémonie implique la participation de plusieurs formations (14 juillet) et que son dispositif et son déroulement sont originaux (nième anniversaire du débarquement en Normandie, etc.).

Lors de grandes cérémonies, le dispositif d’un régiment en « ordre serré » sera organisé par compagnie, chaque compagnie généralement, en quadrilatère de six, huit à dix rangs ou deux quadrilatères d’une demi compagnie ou peloton. Or, comme l’a montré Jean Luc Cotard, ces quadrilatères ne seront pas formés en accolant simplement les éléments organiques de la compagnie – ses sections et ses groupes avec leurs effectifs et la diversité de leurs armements du moment. Officiers et sous-officiers de la compagnie seront en tête de ces quadrilatères : on donne à voir la hiérarchie de la compagnie. Quant aux soldats, uniformément équipés de la même arme, ils seront disposés par rangs de taille, selon un dispositif dit du « toit » qui rompt l’organisation tactique courante de la compagnie. Ce « toit » est cette pente plane et continue que forment les têtes de soldats, descendants de l’avant vers l’arrière du quadrilatère et vers l’un de ses cotés. Pour chaque cérémonie et répétition, ce « toit » est formé, toutes sections confondues, en disposant progressivement les soldats par ordre de taille, le plus grand placé au premier rang et gauche du quadrilatère, le plus petit étant au dernier rang et à droite.

Ainsi, loin de faire apparaître le corps militaire dans la différenciation des éléments qui le composent, dans la diversité des armements dont ils sont dotés, l’esthétique de la cérémonie impose une forme unique, construite à partir des seules différenciations qui ne puissent être masquées ou qui vaille d’être montrées : celles de la taille et celle de l’autorité hiérarchique.

Théâtralisation et sacralisation

Notons qu’il n’existe aucune recherche sur la cérémonie militaire. Pourtant, bien des indices laissent à penser qu’aujourd’hui, la cérémonie militaire se théâtralise : elle deviendrait un spectacle chorégraphique avec ses exigences esthétiques.

Quand on compare les photographies de défilés ou de cérémonies sur le siècle passé – du défilé de la victoire en 1918 aux défilés de nos jours – on ne peut qu’observer la rigidité croissante de la troupe sous les armes. En corrélation ou non avec ce phénomène, deux autres constats touchent à la célébration du culte républicain par le militaire et à celle du corps militaire.

De la liturgie républicaine au spectacle chorégraphique

A la fin du XIXe, dans une France divisée aux lendemains de la Commune et de la tentative de restauration de la monarchie par le comte de Chambord, s’est posé la question de la couleur de l’emblème national2.

A l’époque, l’Armée est perçue comme l’instrument d’une cohésion nationale à retrouver et l’effigie d’un soldat héroïque défendant le drapeau est présente dans nombre de foyers3. Pour les fondateurs de la IIIe République, ce sera donc par le truchement de la puissance symbolique du militaire que le pays tout entier adhérera au tricolore, le symbole républicain qu’ils souhaitent imposer. Le 14 juillet 1880, à la revue de Longchamps qui précède le défilé des troupes, le président Jules Grévy remet solennellement leur nouveau drapeau ou étendard aux régiments, « dans un contexte de consécration du régime républicain » énonçant « une continuité historique » avec la Révolution. De là, la célébration annuelle du 14 juillet par un défilé militaire et plus généralement une fonction symbolique d’intercession du militaire entre l’Etat républicain et la Nation qu’incarnent les cérémonies militaires que préside l’élu républicain ou encore les étranges missions de la Garde républicaine « partenaire obligé des grandes liturgies politiques institutionnelles nationale » .

De la sorte, si l’on s’en tient à ses origines, la cérémonie militaire sur la voie publique a une double fonction, quelle que soit son ampleur : elle célèbre ou commémore, mais aussi elle sert le culte républicain au service duquel le militaire officie comme intercesseur entre la République et la Nation. Or, aujourd’hui, on peut se demander si cette intercession du militaire a quelque réalité. N’est-elle pas devenue une fiction ?

Hier encore, le corps militaire pouvait être un protagoniste actif de la célébration du culte national et républicain, car son épopée passée ou présente participait à l’histoire nationale. Peu ou prou, le spectacle de ses parades pouvait toucher la rue, car des mémoires vivantes y étaient nourries d’un vécu ou de récits de parents ou de proches ayant servi sous les armes durant les deux Grandes Guerres ou au cours de l’épopée coloniale. Il existait par ailleurs une proximité ordinaire entre le militaire et la rue – ne serait-ce que par le service national – une proximité qui n’était pas exempte de tensions, de conflits, une proximité qui donnait lieu à des productions d’images populaires, glorieuses, caricaturales, antimilitaristes. Toute la puissance symbolique de la liturgie républicaine servie par le militaire reposait sur ce lien concret, charnel, joyeux, dramatique et même rebelle entre les acteurs de cette liturgie et une grande majorité de Français.

Or, depuis plus d’un demi-siècle, cette capacité d’intercession du militaire entre l’Etat républicain et le peuple s’est fragilisée. Pour la plupart, les Français ont été plus ou moins indifférents à l’aventure militaire quand ils n’y furent pas hostiles. Aujourd’hui, l’histoire du soldat est déliée de l’histoire nationale. A la différence d’hier, le militaire n’est plus en proximité avec la rue, ni physiquement, ni par l’imaginaire. Certes, il recueille les faveurs de l’opinion nationale. Mais cela ne s’accompagne pas d’une familiarité avec son vécu dont les joies et les drames sont devenus étrangers à la grande majorité des populations. Aux niveaux local ou national, les élites républicaines ont recours au soldat pour célébrer un passé auquel il n’a pas participé, mais, sauf à donner quelques signes lors du défilé du 14 juillet, elles ne se soucient guère de lui donner à célébrer ses épopées présentes. Enfin, est-il besoin d’insister sur un rapport du politique au militaire qui n’est plus ce qu’il était sous la IIIe République ? Aujourd’hui, le corps militaire n’a plus ce rapport à l’histoire nationale, au peuple de France et au politique qui légitimait hier son intercession. Aux yeux du public, il n’apparaît plus comme un corps combattant dont on connait l’histoire, à laquelle, de près ou de loin on a participé par le truchement d’un parent ou d’un proche, mais comme un clergé officiant anonymement pour servir le culte républicain et légitimer des pouvoirs nationaux ou locaux. A la limite, un corps de majorettes pourrait le remplacer.

Ainsi, la cérémonie militaire sur la voie publique, spectaculaire et théâtrale, ne serait plus qu’un résidu quelque peu magique des grands rituels républicains inventés par une IIIe République qui se voulait pérenne.

Le corps militaire célébré

Dans le cas de grandes célébrations internes au corps militaire – sortie d’école d’une promotion d’officiers (le Triomphe de Saint-Cyr, le Carrousel de Saumur), faits d’armes glorieux comme le combat de Camerone pour la Légion étrangère, ceux de Bazeilles et de Sidi Brahim pour les Troupes de marine et pour les Chasseurs à pied ou alpins – un double mouvement peut s’observer.

Ces célébrations – dont certaines, centenaires, ont pour origine des manifestations de liesse (Triomphe de Saint-Cyr, Carrousel de Saumur) – ont longtemps été conçues et organisées à des fins internes, pour rassembler et fédérer, remémorer, mobiliser. Intimes, leur ouverture au public par le biais de parents et de familiers n’était qu’une incidence sans conséquence sur leur organisation. Elles n’étaient pas conçues comme spectacle. Or, depuis plusieurs décennies, elles sont de plus en plus préparées et organisées selon une logique de communication externe3. Une cérémonie précède ou clôture ce type de manifestations. On y invite des autorités politiques et militaires locales ou nationales extérieures au corps militaire. Dans un contexte de déflation des effectifs et de dissolutions de formations, cette cérémonie devient une vitrine, un médium évènementiel qui entend faire valoir aux yeux d’instances influentes ou décisionnelles la vitalité du corps militaire organisateur.

Un second mouvement s’est produit dans la période récente autour de la célébration des combats de Camerone, de Bazeilles ou de Sidi Brahim : trois combats meurtriers qui eurent lieu dans la seconde moitié du XIXe. Dans chacun de ces combats, des légionnaires à Camerone, des soldats des Troupes de marine ( marsouins) à Bazeilles, des chasseurs à Sidi Brahim furent opposés à un ennemi très supérieur en nombre. Dans chacun de ces combats, ils choisirent d’affronter la mort plutôt que de se rendre. Ces trois combats sont aujourd’hui commémorés partout où stationnent des légionnaires, des marsouins, des chasseurs. Au niveau central (à Sidi Bel Abbés puis à Aubagne, à Fréjus et à Bazeilles pour les Troupes de marine, au château de Vincennes pour les chasseurs), ces commémorations ont progressivement rassemblé des communautés de légionnaires, de marsouins et de chasseurs, célébrant ainsi un rendez-vous du soldat avec la mort.

Or, depuis quelques décennies, tout se passe comme si se produisait une forte sacralisation de ces faits d’armes et des crémonies qui les commémorent. Dans les trois cas, cela s’est traduit au niveau central par l’aménagement plus ou moins récent de l’espace cérémoniel, avec notamment la création d’une crypte consacrée aux reliques ou au témoignage de ces faits d’armes dans le musée devant lequel la cérémonie annuelle a lieu : à Aubagne au sein de la maison mère de la Légion étrangère, à Fréjus pour les Troupes de marine, au Chateau de Vincennes pour les Chasseurs.

Le cas de Camerone est le plus typique. Le combat de Camerone eut lieu au Mexique le 30 avril 1863. Héros de ce combat, le capitaine Danjou qui commandait alors les légionnaires engagés dans cette affaire, fut tué en cours d’action. Il avait une main en bois. A l’issue de l’engagement, cette main en bois détachée de son corps fut recueillie et parvint à Sidi bel Abbés, la maison mère de la Légion. Placée dans une chasse en verre, elle fut exposée dans une salle d’honneur, parmi d’autres témoignages du passé légionnaire. Ce n’est qu’à partir des années 1930 que cette bataille fut annuellement commémorée. Au début des années 1960, à Bel Abbés, la cérémonie relativement intime rassemblait les unités de légionnaires qui y étaient stationnées autour d’un axe central dénommé la « Voie sacrée » qui coupait la cour du quartier et sur laquelle était dressé un monument à la gloire de la Légion. Un officier encadré de deux sous-officiers portait cette chasse sur la « Voie sacrée » devant le front des troupes. Le récit de Camerone était alors lu par un jeune lieutenant et s’achevait par un texte puissant qui avait été inscrit sur le monument dressé à Camerone à la fin du XIXe : « Ils furent ici moins de soixante opposés à toute une armée. Sa masse les écrasa. La vie plutôt que le courage abandonna ces soldats français ».

La maison-mère de la Légion emménagea à Aubagne au début des années 1960. L’architecture du nouvel espace cérémoniel, comme la place qui fut alors consacrée à la main du capitaine Danjou contribuèrent à modifier radicalement la nature de la célébration du culte de Camerone. L’espace cérémoniel du quartier Viénot à Aubagne est marqué par une architecture qu’on pourrait qualifier de cistercienne : dépouillement, rigueur des lignes, austérité. La cour du quartier de Sidi Bel Abbés était quelconque : celui d’une caserne de la seconde moitié du XIXe. La salle d’honneur y était excentrée. A Aubagne, la place d’armes est monumentale, coupée comme à Sidi Bel Abbés par la « Voie Sacrée » qui conduit au monument à la gloire de la légion, démonté et remonté à l’identique. Dans l’alignement de la « Voie Sacrée » et du monument, fermant cet espace, un bâtiment bas, austère : le musée de la Légion. Il ouvre sur un hall central chargé d’objets prestigieux témoins du passé légionnaire et conduit à une reproduction de la salle d’honneur de Bel Abbés, comme un narthex, par lequel on accède à une crypte. Y repose, en majesté, le reliquaire de la main du capitaine Danjou. Sur un même axe, la « Voie Sacrée », le monument glorieux, la main du capitaine Danjou ! Le reliquaire est devenu ainsi un objet eucharistique, qui symbolise le sacrifice du corps légionnaire. Aujourd’hui, à Aubagne, le 30 avril, convergent de toute la France, voire de l’étranger, des membres de toutes les générations de légionnaires vivant. On se retrouve. L’assemblée est communiante par les expériences partagées au présent comme au passé. Les autorités nationales, militaires, parfois politiques (le Ministre de la défense) sont présentes. Le cérémonial du 30 avril ne s’est pas modifié. Mais là, à Aubagne, il prend la forme d’une liturgie puissante : sur un espace monumental, une assemblée participe à un mystère, celui d’une épopée sacrificielle.

L’interprétation de cette quasi sacralisation de l’espace cérémoniel est délicate en l’absence d’étude plus poussées ? Contentons-nous d’indiquer deux pistes que nous livre la leçon anthropologique. Celle d’abord d’une réponse aux « brouillages de la modernité » – entendue comme « le mouvement plus l’incertitude », selon la maxime de Georges Balandier –, le sacré incitant à sublimer des valeurs, des normes, une rigueur attestée par le passé et par la tradition (Georges Balandier, Le désordre, Fayard 1989, p.221-22). Une seconde piste, corrélée à la précédente, verrait dans ce recours au sacré une volonté de résistance face aux menaces qui pèsent sur le corps militaire dans une période de réduction d’effectifs : il serait sacrilège de dissoudre ou de porter atteinte à l’intégrité du corps militaire ainsi célébré !

En conclusion

Il resterait à s’interroger sur les acteurs de ces cérémonies militaires et plus particulièrement sur ce que ressentent les exécutants de base. Cela a déjà été évoqué : nulle observation ne permet de répondre à cette interrogation. Sont-ils mobilisés, émus lors de ces cérémonies et pour quelle nature de cérémonie en particulier, sont-ils fiers de porter les armes en public, etc. ? Ou au contraire, ces cérémonies sont-elles des corvées auxquelles il leur faut se plier ? Lorsque l’on connait ce que suppose la participation à une cérémonie militaire – un réveil avancé, des rassemblements, présentations et inspections successives, tenir un garde-à-vous ou présenter les armes dans une attitude rigide durant quelques minutes, parfois sous un soleil plombant ou dans le froid et sous la pluie -, on serait tenté de pencher pour la seconde hypothèse. Mais tout dépend sans doute de la nature et du moment de la cérémonie ainsi que des circonstances. Ce qui est dynamique, en mouvement – c’est-à-dire le défilé – serait plus mobilisant que les postures statiques et figées que nécessite un cérémonial. Ce qui se déroule dans l’intimité du corps militaire serait plus émouvant que la cérémonie technicisée en média événementiel, sauf, sans doute, à participer pour la première fois à une revue et à un défilé dans une grande ville, sur les Champs Elysées. Ce qui devient routine du service de garnison peut devenir pesant. A ce titre, comment ne pas insister sur la perte de sens de ces piquets d’honneur au monument aux morts des villes et villages lors de célébration du 11 novembre, de l’Appel du 18 juin, etc. ? Au point que le corps militaire en vient à déléguer ses réservistes, et parmi ces réservistes, en majorité, des femmes sous les armes qui n’ont jamais combattu !

En final, cet exposé appelle une interrogation. La cérémonie militaire sur la voie publique et son ritualisme théâtral qui n’a d’autre objectif que de légitimer un pouvoir politique, est-elle appelée à disparaître au nom de la modernité ? Et sinon, comment lui redonner du sens ? Et quel sens ? Le sens qu’avaient voulu lui donner les fondateurs d’une République qui se voulait pérenne ? Un sens plus adapté à la vie politique et combattante contemporaine ?

 

1 Partie des observations et analyses qui suivent sont tirées de André Thiéblemont, « Les paraîtres symboliques et rituels du miliaire en public », in André Thiéblemont (dir.), Cultures et logiques militaires, PUF, 1999, p. 163-210..
2 Sur ce qui suit, voir Jean François Chanet, Vers l’Armée nouvelle – République conservatrice et réforme militaire, 1871-79, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p.245-49. On pourra également consulter Claude Rivière, Claude Rivière, Les liturgies politiques, Paris, PUF, 1988, p.54 et suiv..
Marie Berthe Servier, « La symbolique militaire comme langage dans le monde politique et civil : la Garde républicaine » dans André Thiéblemont (dir.), Cultures et logiques militaires, PUF, 1999, p. 127-162.
3 Ce point est particulièrement développé dans André Thiéblemont, op.cit., p..200 et suiv.

[sommaire]