8 juillet 2004 : lancement de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

 

par Luc Gruson
ancien directeur général de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

 

Des militants associatifs et des historiens avaient rêvé que la France se dote, à l’instar des États-Unis, d’un musée national destiné à reconnaitre l’apport des immigrés à la construction de la France. Après des années de tergiversations, les circonstances de l’élection du Président de la République Jacques Chirac en 2002 mettent brutalement en lumière la nécessité de changer les représentations pour réduire la fracture sociale et assurer la cohésion nationale.

Nommé premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin annonce dès 2002 la mise en place d’un plan pour une relance vigoureuse de l’intégration des immigrés et de leurs descendants français. L’une des mesures proposées est la création d’un « Ellis Islandi » à la française, un centre de ressources et de mémoire consacré à l’immigration.

C’est Jacques Toubon qui est chargé en avril 2003 de faire des propositions. S’appuyant sur les ressources de l’Adriii, s’entourant des meilleurs spécialistes de la question et des responsables des associations ayant milité pour la reconnaissance de l’histoire de l’immigration, la mission Toubon produit non pas un rapport de plus, mais un véritable projet, qui repose sur des hypothèses qui font l’objet d’un vaste consensus :

  • L’institution aura une vocation culturelle, mais aussi pédagogique et citoyenne ;
  • Elle sera installée dans un monument symbolique à Paris, afin de mettre l’immigration au même niveau de légitimité que les grandes institutions culturelles de l’Etat ;
  • Ce sera un musée d’un genre nouveau, chargé non pas de conserver une collection préexistante, mais de collecter les traces tangibles et intangibles de cette histoire qui a laissé peu d’œuvres matérielles ;
  • Ce ne sera pas seulement un musée, mais aussi un lieu de rencontres et de ressources, un lieu de questionnement contemporain ;
  • Enfin, le projet culturel sera co-construit avec la demande sociale, au travers du réseau des associations ;

Dans le rapport qu’il rend au Premier ministre en avril 2004iii, Jacques Toubon écrit :

« notre programme, est de créer un centre d’histoire et de mémoire vivante, à vocation culturelle, installé dans un lieu central à identité forte, emblématique et chargé d’histoire. Largement ouvert au grand public et aux scolaires, conçu comme un point de repère national, mais également comme un nœud de réseaux et d’acteurs, il devra fédérer autour de lui les initiatives déjà existantes pour les rendre accessibles à l’ensemble de la population française. L’institution sera donc constituée d’un équipement central prestigieux et d’un réseau d’acteurs concourant à̀ l’appropriation collective de ce projet. (…) Enfin, ce centre devra être un lieu vivant, producteur d’évènements culturels et artistiques montrant l’enrichissement continu de la culture française par l’apport de l’immigration, afin de constituer un repère identitaire pour la France du XXIe siècle ».

Après arbitrages, c’est le premier ministre lui-même qui annonce le 8 juillet 2004, devant 800 invités, la décision de créer la « Cité Nationale de l’histoire de l’immigration », qui sera installée au palais de la porte dorée et qui sera un musée national. Il dit ainsi :

« Aujourd’hui, la décision est prise parce que la pensée est claire. Notre exigence de vérité repose sur des convictions fortes : nous avons fait le choix de l’intégration à la nation plutôt que la différenciation des populations. Entre d’une part la proclamation permanente du droit à la différence et d’autre part, le discours de haine qui fait de l’immigré la cause de tous les problèmes et stigmatise les individus en niant leur appartenance à la nation, nous avons fait un choix, un choix humaniste : l’immigration fait partie de l’histoire de notre peuple, de notre pays et de notre nation, « leur histoire est notre histoire »… (plus loin) … « J’ai souhaité que ce musée soit hébergé dans un lieu emblématique et prestigieux. Après un long travail de réflexion et de dialogue, il est apparu que le Palais de la Porte Dorée répondait à l’ensemble des critères et je remercie le maire de Paris de son concours. Ce lieu, magnifique au demeurant, n’est pas neutre : il a été – quelques années – le Musée des colonies après l’exposition de 1931 et sa décoration rappelle ce souvenir. Il a été ensuite pendant 40 ans le musée des Arts africains et océaniens voulu par Malraux. Certains contesteront ce choix. Mais, la colonisation et la décolonisation font partie de notre histoire, avec les ombres et les lumières, les réalisations et les drames atroces, le bonheur et les guerres. Elles sont un élément de notre passé qu’il faut regarder sans crainte aujourd’hui, alors que les façons de penser ont changé ».

Ainsi, c’est le 8 juillet de cette année 2004 qu’est né ce qui deviendra ensuite le « musée national de l’histoire de l’immigration » … Mais entre cette naissance et l’inauguration officielle par François Hollande en décembre 2014, 10 ans se seront écoulés, entrecoupés de polémiques.

A peine lancée, la Cité devra affronter des vents contraires : les administrations trainent des pieds et ne comprennent pas pourquoi il faudrait un « musée » pour l’immigration ; les émeutes des banlieues en 2005 jettent un doute profond sur la réussite du « modèle d’intégration à la Française » et surtout les élections de 2007 créent une défiance durable des militants et les universitaires envers un projet de « cité nationale » qu’ils ont pourtant fortement contribué à faire naître. La démission de certains historiens pour protester contre la création d’un ministère de l’identité nationale achève de fragiliser le consensus de l’après 2002. En plein débat sur l’identité nationale, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration est déjà condamnée par certains médias ou leaders militants, elle a même failli mourir en 2010 après l’occupation par les sans-papiers. Mais elle a trouvé dans le même temps une légitimité culturelle et scientifique qui n’a fait que grandir depuis, grâce notamment au retentissement de ses expositions temporaires, et à la qualité de sa programmation artistique.

Aujourd’hui, le Palais de la porte dorée, avec son aquarium tropical, vestige de l’exposition coloniale, et le musée national de l’histoire de l’immigration, reste un ensemble patrimonial inclassable, mais qui a trouvé sa place dans le paysage culturel national, et aussi son public.

Décidément, l’immigration fait débat. Mais n’est-ce pas justement la fonction de cette institution nouvelle que de questionner pour changer les regards ?

 

i Musée fédéral américain de l’immigration, situé près de la statue de la liberté à New-York.
ii Agence pour le développement des relations interculturelles
iii TOUBON Jacques, Rapport au premier ministre, Mission de préfiguration du centre de ressources et de mémoire de l’immigration, La Documentation Française, collection rapports officiels, Paris 2004.


Pour aller plus loin :

  • Luc GRUSON, Le Musée de l’histoire de l’immigration, genèse d’un musée, préface de Jacques Toubon, postface de Benjamin Stora, collection « musées-mondes », la Documentation Française Paris septembre 2017.


[découvrir d’autres dates]